AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au détour d'un couloir [Marley S.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

La rage au ventre
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 33 ans
○ statut : Tuteur légal de sa nièce Maya âgée de 5 ans / Célibataire
○ métier : Combattant illégal pour le compte de La Meute & Champion du big boss / Travaille comme plongeur dans un restaurant à South Bay en couverture mais il est plus souvent dans les sous-sols du Holster que derrière la plonge du restau.
○ quartier : #24 West Bay ; partage l'appartement avec sa nièce et avec Savannah, sa petite-sœur qui vient de débarquer comme une fleur...
○ orientation sexuelle : Hétérosexuel, pas de doute là-dessus
○ informations en vrac : Franc - Secret - Distant - Sauvage - Combatif - Impulsif - Loyal - Serviable - Généreux - Colérique - Moqueur - Rancunier - Désordonné - Sentimental



Jake on dirait un ours, il a vraiment pas l'air commode comme ça mais dans le fond c'est pas un mauvais gars. Il est complètement accro à l'adrénaline que lui procure les combats. Il aime autant se prendre des coups qu'en donner. Bailor c'est le champion indétrônable des sous-sols miteux du casino de Wellington. Il déteste les flics. Il essaye de s'en tenir éloigné le plus possible. Les points de suture et les hématomes font partie de son corps. Il se laisse souvent dominer par la colère. C'est le sentiment qu'il a le plus de mal à contrôler. Jake c'est un putain de pique-assiette. Sa grande-sœur est décédée il y a un an. Depuis il a récupéré la garde de Maya, sa nièce. Il la considère comme sa gamine. Il est à deux doigts d'avoir les services sociaux sur le dos. Jake est fidèle à la Meute. Il se sent incapable de la quitter. Il fait son gros dur mais il est extrêmement sentimental. L'amour, l'amitié, la famille, tout ça ça le prend aux tripes. Trouver l'amour, dans le sombre univers où il évolue, lui paraît impossible.

○ posts : 1124 ○ points : 1170
○ pseudo : Daisu
○ avatar : Dean Ambrose
○ DC : //
○ inscrit le : 23/05/2018
MessageSujet: Au détour d'un couloir [Marley S.]   Lun 15 Oct - 19:23

Au détour d'un couloirMarley & Jake
Beyond the veil ♫ Les visites à l'hôpital sont devenues récurrentes depuis quelques temps. Une fois par semaine. Ce n'est pas pour Jake comme on pourrait le penser, à cause de ce qu'il fait subir à son corps mais pour sa nièce, la petite Maya. Elle n'est pas malade et pourtant des soins s'imposent. Des soins psychologiques. Il n'aime pas venir ici, il déteste l'ambiance et l'odeur des lieux. Il déteste la froideur des médecins et leur hypocrisie. Mais il revient quand même chaque semaine, parce qu'il ferait n'importe quoi pour le bien de sa petite blondinette. Sa nièce a vécue ce qu'aucun enfant ne devrait voir : la mort de sa propre mère, renversée par un chauffard. Un putain de chauffard qui n'a jamais été retrouvé. Quand il y pense, la colère bouillonne au fond de lui. Depuis l'accident, Maya refoule beaucoup de chose, ce qui est normal après tout. Comment ne pas se sentir mal après ce genre d'événement ? Pour quelqu'un qui ne connaît pas l'enfant, ce n'est pas vraiment visible mais Jake lui le voit. Il le sent et s'en aperçoit un peu plus chaque jour. Ça le bouffe parce qu'il est bien plus qu'un oncle, il est un père et Maya est sa gamine.

Bailor serre la main de la psychologue pour enfant. Elle lui adresse un sourire qu'il ne lui rend pas. Il sait qu'en vérité elle ne l'aime pas et lui non plus de toute manière. Il soupire longuement lorsqu'elle referme la porte de son cabinet puis laisse enfin un sourire se dessiner sur son visage pour s'adresser à Maya. « Louloute ça t'dirait qu'on aille s'manger une glace ? » Pas de réponse. L'oncle se tourne, regarde autour de lui. Personne. Son sourire s'efface doucement. Maya n'est plus là, elle a ENCORE disparu. « Puuuutain la sale petite... » Il ne va pas jusqu'au bout de sa phrase, il est incapable de sortir la moindre injure à l'égard de sa nièce. Quand ils viennent ici, Maya prend un malin plaisir à lui faire faux bond. Contrairement à son oncle, la blondinette aime bien venir à l'hôpital. Se promener à travers les salles d'attentes, elle adore. Les couloirs sont assez grands pour courir à toute jambe, les petits vieux qu'elle croise lui donnent volontiers des chocolats et la plupart des gens sont assez patient pour discuter avec elle. Pour elle ce n'est qu'un immense terrain de jeux. Jake râle dans sa barbe, il va encore passer deux heures à chercher cette chipie partout. Ça le fait chier, clairement, parce que bon, aller manger une glace c'était quand même un bien meilleur plan. Il parcourt le bâtiment, d'étage en étage, de couloir en couloir tout en maugréant comme un vieux grincheux, pour enfin tomber dessus, dans une salle d'attente. Elle est assise, à l'aise, un magasine sur les genoux pour y regarder les images. Elle discute tranquillement avec sa voisine, une jeune femme à la chevelure brune qui semble tout de même apprécier le moment. Jake s'avance prêt à faire entendre son autorité mais plus il s'approche et plus son pas s'adoucit. C'est l'effet qu'a sa gamine sur lui. « Te voilà enfin toi ! Ça fait une heure que j'te cours après ! » Qu'il dit en essayant quand même d'y mettre un peu le ton. La petite lui adresse alors un beau sourire, elle n'est absolument pas consciente de sa bêtise. « J'étais juste avec ma copine. » Qu'elle lui répond en lançant un regard malicieux à la femme à côté d'elle. Le trentenaire pose enfin les yeux sur cette dernière. « Ouais heu... Bonjour. » Cette histoire lui a presque fait oublier les règles élémentaires de politesse. Jake se soucie pas beaucoup de l'image qu'il peut donner aux autres et là, il a l'air d'un vieil ours mal léché avec ses cheveux en bataille, sa barbe d'une semaine au moins et ses petits pansements sur le nez, comme s'il se l'était fait casser il y a peu de temps. Mais malgré tout il porte sur sa petite fille un regard rempli de tendresse qui contredit tout le reste. « Vraiment désolé qu'elle t'ait embêtée. Faut pas lui en vouloir, Maya tient pas en place. »

© 2981 12289 0

_________________
Chaotic love. Chaotic job. Chaotic life.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : trente-et un ans. (15/02)
○ statut : mariée depuis treize ans, séparée.
○ métier : violoniste qui n'a plus d'avenir.
○ quartier : south bay, une maison luxueuse qu'elle loue depuis son retour.
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle accomplie.
○ informations en vrac : atteinte de la maladie de charcot, il ne te lui reste que quelques mois à vivre. une année tout au plus. φ célèbre violoniste qui a arrêté sa carrière suite à sa maladie. φ née à island bay, ville qu'elle a quitté pour new-york mais est de retour depuis quelques jours. φ une wish list qu'elle veut suivre à la lettre avant de passer l'arme à gauche. φ

○ posts : 58 ○ points : 35
○ pseudo : moglobine. (manon)
○ avatar : adelaide kane.
○ DC : sierra (l. hale) & jane (l. reihnart) & monroe (c. stasey) & judith (a. heard)
○ inscrit le : 07/09/2018
MessageSujet: Re: Au détour d'un couloir [Marley S.]   Mer 24 Oct - 14:02



jake&marley.
au détour d'un couloir.

Retour à la case départ. Ces visites à l'hôpital n'en finissent plus. Ils te convoquent régulièrement. Pour tes analyses, la plupart du temps. Ou simplement pour s'assurer que tu te portes bien. Que tu n'as besoin de rien. Dans le regard du médecin qui se charge de ton cas, tu peux y lire la pitié qu'il ressent. Celle du désespoir de te savoir condamnée. Une femme aussi jeune. Une femme qui avait toute la vie devant elle. Toi, tu t'es faite à l'idée. Tu avances, tu profites de ces derniers moments qu'il te reste. Et d'ailleurs, tu comptes bien le lui dire, au médecin. Sans aucun tact, ni même diplomatie. Qu'il te foute la paix, et qu'il te laisse tranquille. Tu ne demandes que ça, Marley. Qu'on arrête de te forcer à venir. Qu'ils arrêtent de te convoquer, de te donner ces rendez-vous qui n'ont aucun but. C'est irréversible, cette maladie. Ils ne pourront jamais rien pour toi. Alors, tu ne veux pas être à leur merci. Un dernier rendez-vous, et ça sera terminé. Tu l'espères, en tout cas. Alors, c'est ce qui te pousse à être ici. Installée, le cul sur cette chaise inconfortable au possible. Un magazine entre les doigts que tu feuillettes sans grande attention. Actualités people qui n'ont aucun sens. Tu n'as jamais figuré sur ces papiers là, et bien heureusement. Tu as toujours su être discrète sur ta vie privée. Et de toute façon, il n'y a jamais rien eu de palpitant à raconter. Hormis cet incident lorsque tu étais sur scène. La chute, la perte de connaissance, le sang qui coulait entre tes cuisses. Une fausse-couche, encore, et une maladie qui te colle au cul. Soupir qui s'échappe d'entre tes lippes et magazine que tu viens reposer sur la petite table. Ton regard qui vient percuter la silhouette d'une gamine qui vagabonde dans la salle d'attente. Sans autre ombre derrière elle. Elle te remarque, elle aussi. Et vient s'asseoir à tes côtés. Salut, qu'est-ce que tu fais ici toute seule ? Sourire sincère et tendre. Tu viens remettre une mèche blonde derrière son oreille. L'instinct maternelle, tu l'as toujours eu. Des enfants, tu en aurais voulu. J'embête mon tonton. Il va me chercher partout dans l'hôpital. Qu'elle balance avec un naturel incandescent. Ça te fait doucement rire, mais tu ne devrais pas. Il va s'inquiéter, tu sais. La raisonner, pourquoi pas. Mais finalement, tu préfères la garder auprès de toi. Dans cette salle d'attente où son oncle la retrouvera plus facilement que dans un placard à balais. C'est ce que tu te dis, en tout cas.

Les minutes s'écoulent. Tu parles tranquillement avec la petite tête blonde, Maya. Ça te passe le temps, à toi aussi. En plus de te convoquer à tout va, ce fichu médecin est toujours en retard. Le regard de la gamine vient se poser sur la silhouette d'un homme. Oh, le voilà. Qu'elle murmure en pouffant doucement de rire. Ton regard se détourne, et un sourire vient étirer tes lippes. Oh, ne vous en faites pas, elle ne m'a pas dérangé du tout. Bien au contraire, même. Passer du temps avec une enfant, ça n'a rien d'une corvée à tes yeux. Tu préfères ça plutôt que la solitude et l'angoisse de la salle d'attente. Marley m'a proposé de rester avec elle. Elle s'est moins ennuyée comme ça. Mot pour mot ce que tu lui avais raconté. Tu hoches doucement la tête, et viens te lever. Je n'suis pas une psychopathe, rassurez-vous. Je me suis simplement dit que vous la trouverez plus facilement si elle reste dans la même pièce qu'à courir partout dans l'hôpital. Tu espères qu'il ne t'en voudra pas. Tu le détailles pendant quelques secondes, remarques les ecchymoses sur son visage ainsi que les plaies. Une drôle d'allure, tu dois bien l'avouer. Mais peu importe, ça ne te regarde pas. On peut rester encore un peu ? Son médecin n'est toujours pas venu la chercher. Ma copine va s'ennuyer sans moi.


Revenir en haut Aller en bas
 

Au détour d'un couloir [Marley S.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» Tour du monde virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: how to work :: hôpital-