AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (f/pris) ○ bethany joy lenz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : quarante neuf ans.
○ statut : veuf depuis deux ans maintenant, père de famille de deux enfants.
○ métier : propriétaire du théâtre de wellington, directeur artistique et production de pièces.
○ quartier : south bay, la villa n°46.
○ orientation sexuelle : hétéro, il aime que les femmes.
○ informations en vrac :

il est né à NY mais est originaires de Wellington ◈ son père a fait sa renommé à broadway avant de revenir à ses origines. ◈ il est revenu en nouvelle zélande lorsqu'il avait treize ans, il a donc fait ses études ici et reprit le flambeau de son père également. ◈ il a reprit la société lorsqu'il avait vingt six ans, à la mort de son père décédé pour cause de maladie. ◈ un an après il rencontre celle qui deviendra rapidement sa femme. a vingt neuf ans seulement il devient papa d'une petite fille. ◈ il deviendra propriétaire du théâtre de la ville en plus d'être directeur artistique et producteur pour des pièces de théâtre. ◈ la mère de matthew décède seulement quelques mois après la naissance de sa fille, elle est morte d'une crise cardiaque. ◈ deux ans après la naissance de sa fille il devient père pour la seconde fois d'un petit garçon. ◈ le bonheur unit la famille mais encore une fois celle ci va être frappée par la maladie, la femme de matthew tombe malade. les médecins pensent pouvoir la soigner mais la maladie va trop vite et l'emportera quelques mois après. ◈ cela fait maintenant deux ans qu'il est veuf et qu'il doit gérer la sortie de l'adolescence de sa fille et l'adolescence de son garçon. ◈ il décide de faire appel à une nounou pour l'aider et depuis les enfants sont plus heureux sauf que pour lui c'est un peu bousculé. une femme à la maison lorsqu'il rentre ? il en avait plus l'habitude et tout cela lui fait peur...

MACJOHNSONNous sommes tous à la recherche de cette personne unique qui nous apportera ce qui nous manque dans notre vie. Et si on ne parvient pas à la trouver on n’a plus qu’a prier pour que ce soit elle qui nous trouve...

○ posts : 91 ○ points : 620
○ pseudo : .DELENA
○ avatar : patrick (hot) dempsey
○ inscrit le : 06/11/2018
MessageSujet: (f/pris) ○ bethany joy lenz   Jeu 8 Nov - 22:24



pseudo (au choix)
   


nom ○ au choix. prénoms ○ au choix. âge ○ trente cinq ans. lieu de naissance ○ au choix. statut civil ○ célibataire. orientation sexuelle ○ hétéro. métier/études ○ anciennement vendeuse dans une boutique de parfum/cosmétique, aujourd'hui nounou attitrée des enfants de Matthew. groupe ○ au choix. avatar choisi ○ bethany joy.
les points importants ○ L’histoire de la jeune femme est principalement libre, j’aimerais seulement que vous teniez compte des quelques points que j’ai en tête pour ce personnage :
- C’est une jeune femme qui vient d’un milieu modeste, ces parents n’avaient pas l’argent pour lui offrir des études supérieur (à vous de voir ce qu’elle aurait aimer faire) du coup elle a dû se contenter de travailler dans plusieurs petits boulots avant de trouver un job en tant que vendeuse en cosmétique et parfum.
- Vous êtes libre de lui mettre des frères et sœurs. Cependant ces parents sont plutôt assez proches d’elle, principalement sa mère qui aimerait qu’elle fasse sa vie et rencontre enfin un homme pour qu’elle puisse se marier et avoir des enfants. Seulement la jeune femme à d’autre préoccupation dans la tête, comme celle de pouvoir un jour faire le métier qu’elle aime par-dessus tout. (Celui-ci est libre, je le vois donc en cohérence avec les études supérieures qu’elle n’a pas pu faire)
- Elle travaille depuis quelques mois maintenant en tant que nounou officielle pour les enfants de Matthew. C’est en recherchant un second emploi pour arrondir les fins de mois que la jeune femme a postuler pour la recherche de Matthew et il a voulu l’engager absolument en lui fournissant par la même occasion une chambre si les besoin en est. Elle acceptera le poste, pour la chambre pour le moment elle a refusé. Cependant l’entente avec les enfants fut immédiate.
.

matthew johnson ft patrick dempsey

patron/compliqué ○
La relation qui unit Matthew et la jeune femme est simple. Il a eu un coup de cœur pour elle, il l’a rencontré lors d’un entretien et il a apprécié sa gentillesse, sa simplicité et son répondant aussi. Elle est nature et franche, il apprécie ce genre de personnalité car avec les enfants qui lui mène la vie dur il a besoin de quelqu’un pour l’épaulé. Cela peut paraître étrange mais lorsqu’il lui a demandé de travailler à temps plein en abandonnant son job de vendeuse, la jeune femme a hésité mais celui-ci lui a tout de suite promis un salaire adéquat. Elle n’a donc pas pu refuser bien longtemps, refusant tout de même l’hébergement. Pour les enfants ce fut difficile d’accepter une nounou mais elle a su se montrer très persévérante. Cela fait maintenant six mois qu’elle est parmi eux, elle s’occupe même de faire des petits plats, elle partage d’ailleurs souvent les repas avec la famille et Matthew se sent un peu perturbé vis-à-vis de cela. Il apprécie sa compagnie car elle redonne de la joie dans la maison mais, il a l’impression que parfois sa présence est un peu trop. Il s’attache un peu à elle dans le sens ou sa présence lui fait du bien et tout ça lui fait peur. Il n’ait pas prêt pour ça, pas prêt pour une autre femme dans sa vie et puis elle est plus jeune que lui, elle n’a pas d’enfant etc… Bref, du coup il est un peu froid et distant ce que la jeune femme ne comprend pas trop. Elle compte d’ailleurs lui demander la raison de son comportement afin de trouver une solution, elle ne veut pas rester si sa présence gêne mais, d’un autre côté elle ne se voit pas spécialement partir car elle aussi s’est attachée à la famille…





Dernière édition par Matthew Johnson le Ven 9 Nov - 19:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : quarante neuf ans.
○ statut : veuf depuis deux ans maintenant, père de famille de deux enfants.
○ métier : propriétaire du théâtre de wellington, directeur artistique et production de pièces.
○ quartier : south bay, la villa n°46.
○ orientation sexuelle : hétéro, il aime que les femmes.
○ informations en vrac :

il est né à NY mais est originaires de Wellington ◈ son père a fait sa renommé à broadway avant de revenir à ses origines. ◈ il est revenu en nouvelle zélande lorsqu'il avait treize ans, il a donc fait ses études ici et reprit le flambeau de son père également. ◈ il a reprit la société lorsqu'il avait vingt six ans, à la mort de son père décédé pour cause de maladie. ◈ un an après il rencontre celle qui deviendra rapidement sa femme. a vingt neuf ans seulement il devient papa d'une petite fille. ◈ il deviendra propriétaire du théâtre de la ville en plus d'être directeur artistique et producteur pour des pièces de théâtre. ◈ la mère de matthew décède seulement quelques mois après la naissance de sa fille, elle est morte d'une crise cardiaque. ◈ deux ans après la naissance de sa fille il devient père pour la seconde fois d'un petit garçon. ◈ le bonheur unit la famille mais encore une fois celle ci va être frappée par la maladie, la femme de matthew tombe malade. les médecins pensent pouvoir la soigner mais la maladie va trop vite et l'emportera quelques mois après. ◈ cela fait maintenant deux ans qu'il est veuf et qu'il doit gérer la sortie de l'adolescence de sa fille et l'adolescence de son garçon. ◈ il décide de faire appel à une nounou pour l'aider et depuis les enfants sont plus heureux sauf que pour lui c'est un peu bousculé. une femme à la maison lorsqu'il rentre ? il en avait plus l'habitude et tout cela lui fait peur...

MACJOHNSONNous sommes tous à la recherche de cette personne unique qui nous apportera ce qui nous manque dans notre vie. Et si on ne parvient pas à la trouver on n’a plus qu’a prier pour que ce soit elle qui nous trouve...

○ posts : 91 ○ points : 620
○ pseudo : .DELENA
○ avatar : patrick (hot) dempsey
○ inscrit le : 06/11/2018
MessageSujet: Re: (f/pris) ○ bethany joy lenz   Jeu 8 Nov - 22:25



les informations du scénario

Coucou les petits loups D'abord merci de vous intéressez à mon scénario, comme vous pouvez le voir c'est une relation un peu différente et qui est professionnelle mais aussi un peu compliqué car elle penche un peu dans le compliqué donc bon cela annonce de très bons rp Niveau exigeance et attente (a)

L'avatar ○ il est négociable, je peux concevoir qu'on n'aime pas Bethany (bien qu'elle est tout de même sexy et magnifique non ?) donc du coup je vous propose d'autres idées que j'ai eu, Candice Accola, Shantel Vansanten, Scarlett Johansson, Mila Kunis, Megan Fox... Enfin ce ne sont que des idées, brune ou blonde peu importe je veux juste qu'elle me plaise quand même Rolling Eyes Oui je sais c'est pas cool mais bon niveau avatar normalement je suis pas chiante Donc bon, voilà

pseudo ○ Il est totalement libre, si besoin je peux vous aider, cependant n'hésitez pas à regarder le bottin des noms et prénoms

histoire ○ Les grosses lignes ont été mises vous avez beaucoup de choses de libre donc je pense que vous pouvez vous appropriez la demoiselle, si besoin d'aide ou d'avis sur vos idées ça vous pouvez venir me voir sans problème

présence/activité ○ Je ne demande rien de plus que ce que le forum demande, tout simplement parce qu'on a tous une vie et moi même parfois avec la fatigue j'ai pas envie donc bon Cependant je ne veux pas d'un membre fantôme au bout de deux jours et un minimum d'investissement serait top

le petit plus ○ Que dire de plus ? Je vous aimes déjà !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : TRENTE-CINQ ANS | Cela se décompose comme suit : douze premières années à vivre une existence d’enfant normal, dans une famille aux revenus modestes, où rien ne manquait - si ce n’est l’attention de ses aînées ; puis vingt-trois années suivantes à être la proie d’un trouble qu’on ne simule pas pour faire son intéressante, contrairement à ce que le commun des mortels s’imagine - sa famille inclus. Avec un peu de chance, les années à venir seront plus clémentes et lui offriront enfin la paix qu’ont les gens normaux.
○ statut : CÉLIBATAIRE | C’est un choix de vie, un ultime recours. Elle ne voulait plus souffrir ni faire subir son trouble mental à des hommes qui - de toute manière - n'auraient pas été en mesure de le comprendre autant que l'accepter. De son côté, c'était aussi complexe d'être aimé - même si c'était plaisant. C'était en permanence des angoisses d'être abandonnée du jour au lendemain, quand ce n'était pas les étreintes qui lui faisaient redouter les MST - entre autre. Bref. L'amour ce n'est plus pour elle, et c'est tout aussi bien de le vivre par procuration par le biais des livres qu'elle dévore. Du moins, c’est ce qu’elle croit.
○ métier : NOUNOU | Le métier le plus improbable qu’elle aurait imaginée un jour exercer. Elle cherchait un second emploi pour mettre du beurre dans les épinards - comme dit le dicton, et il s’avère être devenu aujourd’hui une vocation dans laquelle elle met tout son coeur. La famille Johnson, c’est un peu la sienne, et cela le restera éternellement, y compris dès l’instant où les enfants seront trop adultes pour encore avoir besoin d’une nounou.
○ quartier : #10 EAST BAY | Un appartement donnant accès à un balcon avec une vue imprenable sur la verdure environnante du quartier. Son petit coin de paradis, sa bulle de confort. Ici, rien ne traîne si ce n’est ces piles de livres qu’elle ne parvient plus à ranger dans les étagères remplies à rebord. Elle ne le quitterait pour rien au monde si ce n’est - peut-être - une soudaine invasion de nuisibles ou encore - miraculeusement - une histoire d’amour idyllique.
○ orientation sexuelle : HÉTÉROSEXUELLE/ASEXUELLE | Entre les deux, son coeur balance ; mais une chose est certaine, elle n’a jamais été physiquement attirée par les femmes. De plus, il faudrait un miracle pour qu’un homme lui donne envie de sexe, puisqu’il doit au préalable parvenir à annihiler sa peur exacerbée des MST. Autant lui souhaiter bon courage.
○ informations en vrac :

***
(un) Je souffre d’hypocondrie depuis l'âge de douze ans, et ce, suite au décès prématuré de ma meilleure amie Rose, d’une tumeur au cerveau. A partir de cet instant, j’ai commencée à cultiver une angoisse énorme face à la maladie et aux symptômes qui s’y rapportent. Ayant eu la chance d’avoir des parents attentionnés, j’ai très vite bénéficié d’un suivi psychologique qui a atténué les désagréments que rencontrent les autres personnes touchées par ce trouble psychologique. Aujourd’hui, je peux presque mener une vie « normale » ; il ne subsiste que l’angoisse de contracter une maladie - donc un certain malaise dans les lieux publics les plus exposés à mes yeux aux microbes, et une hygiène de vie très stricte - que je n’impose à personne, fort heureusement. (deux) Qui dit hygiène de vie stricte, dit également hygiène alimentaire stricte. Je consomme énormément de produits d’origines non seulement biologiques, mais également d’origines végétales (hé oui, je suis très touchée par la cause animale, n’en déplaise à ma famille). (trois) Je ne consomme pas d’alcool - par peur de la gueule de bois du lendemain, ni de cigarette ou autres drogues - par peur des cancers ou encore des effets néfastes de ces produits controversés. L’avantage ? Je suis devenue une experte en cocktails non-alcoolisés. (quatre) Pour rester toujours dans le domaine de l’alimentation, qui - vous le constaterez très vite - prend relativement une grande part de mon quotidien - en dehors de mon travail, mon hygiène de vie a très vite nécessité que j’apprenne à cuisiner. Ce que j’ai fais, dès l’adolescence, sous les conseils avisés de ma très chère maman (une cuisinière hors-pair). Aujourd’hui, je lui dois toutes mes connaissances, et je sais parfaitement préparer autant mes plats végétariens que des plats ordinaires pour le reste de ma famille. (cinq) En tant que végétarienne, je ne cultive pas une haine farouche envers les consommateurs de viandes (qui - sachez-le - contribuent malgré tout à l’exploitation animale sous toutes ces formes), mais ne refuse jamais de tenter de les sensibiliser pour leur faire adopter une consommation réduite des produits animaliers. (six) Contrairement à la majorité des hypocondriaques, qui vont une fois par semaine consulter leur médecin pour dépister une quelconque maladie qu’ils n’ont - dans la plupart des cas - pas du tout, moi, je fuis tout ce qui se rapporte au domaine médical, n’y ayant tout simplement pas confiance. Autant dire que c’est relativement problématique pour des examens de routine chez le gynécologue - entre autre, ou encore mes séances mensuels chez mon psychiatre. (sept) Relativement casanière - puisque mon quotidien m’oblige à sortir de chez moi, je profite de mes rares jours de repos pour rester confortablement chez moi à lire d’excellents roman ou encore à jouer durant des heures aux Sims 4. (huit) J’aime énormément tout ce qui stimule mon imagination et empêche mon cerveau d’analyser mes moindres petits maux physiques. C’était d’ailleurs l’un de mes plus grands rêves de travailler dans une maison d’édition pour dénicher d’excellents romans, ou encore dans une société de production de jeux (vidéos ou non) pour collaborer à leur création. Hélas, faute de moyen, j’ai dû me rabattre sur des études classiques et donc des métiers plus lambdas. (neuf) Je possède dans mon salon un modeste vélo d’appartement semi-allongé. J’en pratique trois fois par semaine, durant quarante-cinq minutes minimum, devant un bon film ou un bon livre. Ce n’est pas là un souhait de conserver la ligne, c’est simplement une question de santé - allant de pair avec mon trouble. (dix) Je ne crois plus en l’amour depuis plusieurs années, maintenant. J’ai tellement été déçue sur le plan sentimental, en ne rencontrant jamais l’homme idéal comme nous vendent les films ou les livres à l’eau de rose, que j’ai décidée de terminer ma vie en célibataire. L’amour, je le vis par procuration dans les oeuvres littéraires et cinématographiques que je découvre. (onze) Passionnée de musique depuis ma plus tendre enfance, j’ai eu le bonheur d’apprendre à jouer du piano l’année de mes dix ans. Depuis, je n’ai pas eu réellement l’occasion d’en jouer, n’ayant pas la place d’en acheter un dans mon appartement, mais je ne boude jamais mon plaisir de pianoter un morceau quand j’en croise un chez mes proches. (douze) Comme tout bon hypocondriaques qui se respectent (hé oui, vous constatez à quel point ce trouble fait partie intégrante de mon existence), je ne sors jamais sans une trousse de premiers soins et médicaments. Le dicton : « mieux vaut prévenir que guérir » n’a sans doute jamais autant pris de sens à vos yeux, j’imagine. (treize) De nature simple, je ne suis pas une grande consommatrice de produits vestimentaires et cosmétiques. A vrai dire, je ne me fais plaisir dans ces catégories que lorsque cela est véritablement nécessaire - lors d’occasions spéciales, par exemple - et je m’assure qu’ils sont en accord avec mes convictions donc… avec des matières premières et/ou ingrédients d’origines naturelles ainsi que cruelty free (quatorze) Issue d’une famille modeste, je suis une personne économe, préférant dépenser mon argent dans la nourriture, la santé - les médicaments c’est un coût, malgré tout -, que les futilités autours. Je ne m’autorise les dépenses exceptionnellement dans les romans - que je peux dévorer en moins d’une semaine chrono, ainsi que les extensions souvent inutiles des sims 4. Oh, et n’oublions pas les cadeaux de noël, très important. (quinze) Ne possédant pas le permis de conduire, par choix écologique (ce qui est matière à débat par tous), je me déplace exclusivement en vélo, et ce quelque soit la saison. Impossible pour moi d’emprunter les transports en commun, pour une raison qui - normalement- vous semble évidente désormais. (seize) J’ai toujours adorée les enfants. Je n’ai jamais souhaitée en avoir par peur de la grossesse, qui englobe des symptômes et des visites médicales qui me terrorisent au plus haut point, mais cela ne m’a jamais empêché d’apprécier leur compagnie. Si dans un premier temps c’était exclusivement celles de mes neveux, désormais c’est également celle des enfants de mon patron (qui n’en sont plus véritablement) qui me comble de joie. (dix-sept) Dans un disque dur, bien rangé, je possède quelques nouvelles et romans que je n’ai jamais eu l’audace d’envoyer à des maisons d’éditions. J’ignore donc totalement si je pourrais être un grand écrivain - à défaut d’une grande éditrice, et si mes histoires feraient rêver d’éventuels lecteurs. (dix-huit) Autre handicape de mon hypocondrie - que je n’ai pas encore évoquée - mon incapacité à quitter le territoire pour voyager. Pourtant, ce n’est pas faute d’être intéressée par d’autres cultures, d’autres paysages, mais je suis presque un lexique vivant sur les maladies étrangères. Par conséquent, mes parents n’ont plus eu l’honneur de ma présence en vacance à l’étranger, dès lors que je suis devenue hypocondriaque. Cependant, si d'aventure je devais voyager pour raisons professionnelles - ce dont je doute - je le ferais. (dix-neuf) En décembre de cet année, cela fera dix ans que j’ai recueilli Chatoune, une chatte angora de robe blanche qui miaulait sur mon balcon. Je fais excessivement attention à son hygiène de vie, à elle également, pour lui assurer une vie la plus longue possible. (vingt) Noël est ma période préférée de l’année, depuis toute petite. C’est toujours une fête pour moi lorsque le moment de décorer mon appartement, de chercher les cadeaux que j’offrirais à mes proches, arrive. J’aime tellement cette saison qu’elle débute d’ailleurs chez moi dès le premier novembre, pour ensuite ne prendre un terme que le trente-et-un janvier.


○ posts : 59 ○ points : 530
○ pseudo : Leï
○ avatar : Bethany Joy Lenz
○ inscrit le : 11/11/2018
MessageSujet: Re: (f/pris) ○ bethany joy lenz   Dim 11 Nov - 3:07

@Matthew Johnson J'espère que tu m'attendais (im)patiemment.

_________________
- - Il y a des frontières qu'on passe malgré des milliers de soldats ; mais les nôtres on ne les franchit pas
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : quarante neuf ans.
○ statut : veuf depuis deux ans maintenant, père de famille de deux enfants.
○ métier : propriétaire du théâtre de wellington, directeur artistique et production de pièces.
○ quartier : south bay, la villa n°46.
○ orientation sexuelle : hétéro, il aime que les femmes.
○ informations en vrac :

il est né à NY mais est originaires de Wellington ◈ son père a fait sa renommé à broadway avant de revenir à ses origines. ◈ il est revenu en nouvelle zélande lorsqu'il avait treize ans, il a donc fait ses études ici et reprit le flambeau de son père également. ◈ il a reprit la société lorsqu'il avait vingt six ans, à la mort de son père décédé pour cause de maladie. ◈ un an après il rencontre celle qui deviendra rapidement sa femme. a vingt neuf ans seulement il devient papa d'une petite fille. ◈ il deviendra propriétaire du théâtre de la ville en plus d'être directeur artistique et producteur pour des pièces de théâtre. ◈ la mère de matthew décède seulement quelques mois après la naissance de sa fille, elle est morte d'une crise cardiaque. ◈ deux ans après la naissance de sa fille il devient père pour la seconde fois d'un petit garçon. ◈ le bonheur unit la famille mais encore une fois celle ci va être frappée par la maladie, la femme de matthew tombe malade. les médecins pensent pouvoir la soigner mais la maladie va trop vite et l'emportera quelques mois après. ◈ cela fait maintenant deux ans qu'il est veuf et qu'il doit gérer la sortie de l'adolescence de sa fille et l'adolescence de son garçon. ◈ il décide de faire appel à une nounou pour l'aider et depuis les enfants sont plus heureux sauf que pour lui c'est un peu bousculé. une femme à la maison lorsqu'il rentre ? il en avait plus l'habitude et tout cela lui fait peur...

MACJOHNSONNous sommes tous à la recherche de cette personne unique qui nous apportera ce qui nous manque dans notre vie. Et si on ne parvient pas à la trouver on n’a plus qu’a prier pour que ce soit elle qui nous trouve...

○ posts : 91 ○ points : 620
○ pseudo : .DELENA
○ avatar : patrick (hot) dempsey
○ inscrit le : 06/11/2018
MessageSujet: Re: (f/pris) ○ bethany joy lenz   Dim 11 Nov - 10:26

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!
Merci merci merci milles fois de prendre ma nounouuuuuuuuuuu !! Je suis trop trop trop contente !
Si tu as la moindre question, la moindre hésitation sur quelque chose n'hésites surtout pas, j'ai vraiment super hâte de pouvoir rp avec toi et faire évoluer ce petit lien

_________________
- - Nous sommes tous à la recherche de cette personne unique qui nous apportera ce qui nous manque dans notre vie. Et si on ne parvient pas à la trouver on n’a plus qu’a prier pour que ce soit elle qui nous trouve...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : TRENTE-CINQ ANS | Cela se décompose comme suit : douze premières années à vivre une existence d’enfant normal, dans une famille aux revenus modestes, où rien ne manquait - si ce n’est l’attention de ses aînées ; puis vingt-trois années suivantes à être la proie d’un trouble qu’on ne simule pas pour faire son intéressante, contrairement à ce que le commun des mortels s’imagine - sa famille inclus. Avec un peu de chance, les années à venir seront plus clémentes et lui offriront enfin la paix qu’ont les gens normaux.
○ statut : CÉLIBATAIRE | C’est un choix de vie, un ultime recours. Elle ne voulait plus souffrir ni faire subir son trouble mental à des hommes qui - de toute manière - n'auraient pas été en mesure de le comprendre autant que l'accepter. De son côté, c'était aussi complexe d'être aimé - même si c'était plaisant. C'était en permanence des angoisses d'être abandonnée du jour au lendemain, quand ce n'était pas les étreintes qui lui faisaient redouter les MST - entre autre. Bref. L'amour ce n'est plus pour elle, et c'est tout aussi bien de le vivre par procuration par le biais des livres qu'elle dévore. Du moins, c’est ce qu’elle croit.
○ métier : NOUNOU | Le métier le plus improbable qu’elle aurait imaginée un jour exercer. Elle cherchait un second emploi pour mettre du beurre dans les épinards - comme dit le dicton, et il s’avère être devenu aujourd’hui une vocation dans laquelle elle met tout son coeur. La famille Johnson, c’est un peu la sienne, et cela le restera éternellement, y compris dès l’instant où les enfants seront trop adultes pour encore avoir besoin d’une nounou.
○ quartier : #10 EAST BAY | Un appartement donnant accès à un balcon avec une vue imprenable sur la verdure environnante du quartier. Son petit coin de paradis, sa bulle de confort. Ici, rien ne traîne si ce n’est ces piles de livres qu’elle ne parvient plus à ranger dans les étagères remplies à rebord. Elle ne le quitterait pour rien au monde si ce n’est - peut-être - une soudaine invasion de nuisibles ou encore - miraculeusement - une histoire d’amour idyllique.
○ orientation sexuelle : HÉTÉROSEXUELLE/ASEXUELLE | Entre les deux, son coeur balance ; mais une chose est certaine, elle n’a jamais été physiquement attirée par les femmes. De plus, il faudrait un miracle pour qu’un homme lui donne envie de sexe, puisqu’il doit au préalable parvenir à annihiler sa peur exacerbée des MST. Autant lui souhaiter bon courage.
○ informations en vrac :

***
(un) Je souffre d’hypocondrie depuis l'âge de douze ans, et ce, suite au décès prématuré de ma meilleure amie Rose, d’une tumeur au cerveau. A partir de cet instant, j’ai commencée à cultiver une angoisse énorme face à la maladie et aux symptômes qui s’y rapportent. Ayant eu la chance d’avoir des parents attentionnés, j’ai très vite bénéficié d’un suivi psychologique qui a atténué les désagréments que rencontrent les autres personnes touchées par ce trouble psychologique. Aujourd’hui, je peux presque mener une vie « normale » ; il ne subsiste que l’angoisse de contracter une maladie - donc un certain malaise dans les lieux publics les plus exposés à mes yeux aux microbes, et une hygiène de vie très stricte - que je n’impose à personne, fort heureusement. (deux) Qui dit hygiène de vie stricte, dit également hygiène alimentaire stricte. Je consomme énormément de produits d’origines non seulement biologiques, mais également d’origines végétales (hé oui, je suis très touchée par la cause animale, n’en déplaise à ma famille). (trois) Je ne consomme pas d’alcool - par peur de la gueule de bois du lendemain, ni de cigarette ou autres drogues - par peur des cancers ou encore des effets néfastes de ces produits controversés. L’avantage ? Je suis devenue une experte en cocktails non-alcoolisés. (quatre) Pour rester toujours dans le domaine de l’alimentation, qui - vous le constaterez très vite - prend relativement une grande part de mon quotidien - en dehors de mon travail, mon hygiène de vie a très vite nécessité que j’apprenne à cuisiner. Ce que j’ai fais, dès l’adolescence, sous les conseils avisés de ma très chère maman (une cuisinière hors-pair). Aujourd’hui, je lui dois toutes mes connaissances, et je sais parfaitement préparer autant mes plats végétariens que des plats ordinaires pour le reste de ma famille. (cinq) En tant que végétarienne, je ne cultive pas une haine farouche envers les consommateurs de viandes (qui - sachez-le - contribuent malgré tout à l’exploitation animale sous toutes ces formes), mais ne refuse jamais de tenter de les sensibiliser pour leur faire adopter une consommation réduite des produits animaliers. (six) Contrairement à la majorité des hypocondriaques, qui vont une fois par semaine consulter leur médecin pour dépister une quelconque maladie qu’ils n’ont - dans la plupart des cas - pas du tout, moi, je fuis tout ce qui se rapporte au domaine médical, n’y ayant tout simplement pas confiance. Autant dire que c’est relativement problématique pour des examens de routine chez le gynécologue - entre autre, ou encore mes séances mensuels chez mon psychiatre. (sept) Relativement casanière - puisque mon quotidien m’oblige à sortir de chez moi, je profite de mes rares jours de repos pour rester confortablement chez moi à lire d’excellents roman ou encore à jouer durant des heures aux Sims 4. (huit) J’aime énormément tout ce qui stimule mon imagination et empêche mon cerveau d’analyser mes moindres petits maux physiques. C’était d’ailleurs l’un de mes plus grands rêves de travailler dans une maison d’édition pour dénicher d’excellents romans, ou encore dans une société de production de jeux (vidéos ou non) pour collaborer à leur création. Hélas, faute de moyen, j’ai dû me rabattre sur des études classiques et donc des métiers plus lambdas. (neuf) Je possède dans mon salon un modeste vélo d’appartement semi-allongé. J’en pratique trois fois par semaine, durant quarante-cinq minutes minimum, devant un bon film ou un bon livre. Ce n’est pas là un souhait de conserver la ligne, c’est simplement une question de santé - allant de pair avec mon trouble. (dix) Je ne crois plus en l’amour depuis plusieurs années, maintenant. J’ai tellement été déçue sur le plan sentimental, en ne rencontrant jamais l’homme idéal comme nous vendent les films ou les livres à l’eau de rose, que j’ai décidée de terminer ma vie en célibataire. L’amour, je le vis par procuration dans les oeuvres littéraires et cinématographiques que je découvre. (onze) Passionnée de musique depuis ma plus tendre enfance, j’ai eu le bonheur d’apprendre à jouer du piano l’année de mes dix ans. Depuis, je n’ai pas eu réellement l’occasion d’en jouer, n’ayant pas la place d’en acheter un dans mon appartement, mais je ne boude jamais mon plaisir de pianoter un morceau quand j’en croise un chez mes proches. (douze) Comme tout bon hypocondriaques qui se respectent (hé oui, vous constatez à quel point ce trouble fait partie intégrante de mon existence), je ne sors jamais sans une trousse de premiers soins et médicaments. Le dicton : « mieux vaut prévenir que guérir » n’a sans doute jamais autant pris de sens à vos yeux, j’imagine. (treize) De nature simple, je ne suis pas une grande consommatrice de produits vestimentaires et cosmétiques. A vrai dire, je ne me fais plaisir dans ces catégories que lorsque cela est véritablement nécessaire - lors d’occasions spéciales, par exemple - et je m’assure qu’ils sont en accord avec mes convictions donc… avec des matières premières et/ou ingrédients d’origines naturelles ainsi que cruelty free (quatorze) Issue d’une famille modeste, je suis une personne économe, préférant dépenser mon argent dans la nourriture, la santé - les médicaments c’est un coût, malgré tout -, que les futilités autours. Je ne m’autorise les dépenses exceptionnellement dans les romans - que je peux dévorer en moins d’une semaine chrono, ainsi que les extensions souvent inutiles des sims 4. Oh, et n’oublions pas les cadeaux de noël, très important. (quinze) Ne possédant pas le permis de conduire, par choix écologique (ce qui est matière à débat par tous), je me déplace exclusivement en vélo, et ce quelque soit la saison. Impossible pour moi d’emprunter les transports en commun, pour une raison qui - normalement- vous semble évidente désormais. (seize) J’ai toujours adorée les enfants. Je n’ai jamais souhaitée en avoir par peur de la grossesse, qui englobe des symptômes et des visites médicales qui me terrorisent au plus haut point, mais cela ne m’a jamais empêché d’apprécier leur compagnie. Si dans un premier temps c’était exclusivement celles de mes neveux, désormais c’est également celle des enfants de mon patron (qui n’en sont plus véritablement) qui me comble de joie. (dix-sept) Dans un disque dur, bien rangé, je possède quelques nouvelles et romans que je n’ai jamais eu l’audace d’envoyer à des maisons d’éditions. J’ignore donc totalement si je pourrais être un grand écrivain - à défaut d’une grande éditrice, et si mes histoires feraient rêver d’éventuels lecteurs. (dix-huit) Autre handicape de mon hypocondrie - que je n’ai pas encore évoquée - mon incapacité à quitter le territoire pour voyager. Pourtant, ce n’est pas faute d’être intéressée par d’autres cultures, d’autres paysages, mais je suis presque un lexique vivant sur les maladies étrangères. Par conséquent, mes parents n’ont plus eu l’honneur de ma présence en vacance à l’étranger, dès lors que je suis devenue hypocondriaque. Cependant, si d'aventure je devais voyager pour raisons professionnelles - ce dont je doute - je le ferais. (dix-neuf) En décembre de cet année, cela fera dix ans que j’ai recueilli Chatoune, une chatte angora de robe blanche qui miaulait sur mon balcon. Je fais excessivement attention à son hygiène de vie, à elle également, pour lui assurer une vie la plus longue possible. (vingt) Noël est ma période préférée de l’année, depuis toute petite. C’est toujours une fête pour moi lorsque le moment de décorer mon appartement, de chercher les cadeaux que j’offrirais à mes proches, arrive. J’aime tellement cette saison qu’elle débute d’ailleurs chez moi dès le premier novembre, pour ensuite ne prendre un terme que le trente-et-un janvier.


○ posts : 59 ○ points : 530
○ pseudo : Leï
○ avatar : Bethany Joy Lenz
○ inscrit le : 11/11/2018
MessageSujet: Re: (f/pris) ○ bethany joy lenz   Dim 11 Nov - 17:34

@Matthew Johnson Quel accueil ! J'ai bien fait de craquer pour cette jolie nounou.
Justement, j'en ai, je vais donc de ce pas sur ta boîte mp.

_________________
- - Il y a des frontières qu'on passe malgré des milliers de soldats ; mais les nôtres on ne les franchit pas
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : quarante neuf ans.
○ statut : veuf depuis deux ans maintenant, père de famille de deux enfants.
○ métier : propriétaire du théâtre de wellington, directeur artistique et production de pièces.
○ quartier : south bay, la villa n°46.
○ orientation sexuelle : hétéro, il aime que les femmes.
○ informations en vrac :

il est né à NY mais est originaires de Wellington ◈ son père a fait sa renommé à broadway avant de revenir à ses origines. ◈ il est revenu en nouvelle zélande lorsqu'il avait treize ans, il a donc fait ses études ici et reprit le flambeau de son père également. ◈ il a reprit la société lorsqu'il avait vingt six ans, à la mort de son père décédé pour cause de maladie. ◈ un an après il rencontre celle qui deviendra rapidement sa femme. a vingt neuf ans seulement il devient papa d'une petite fille. ◈ il deviendra propriétaire du théâtre de la ville en plus d'être directeur artistique et producteur pour des pièces de théâtre. ◈ la mère de matthew décède seulement quelques mois après la naissance de sa fille, elle est morte d'une crise cardiaque. ◈ deux ans après la naissance de sa fille il devient père pour la seconde fois d'un petit garçon. ◈ le bonheur unit la famille mais encore une fois celle ci va être frappée par la maladie, la femme de matthew tombe malade. les médecins pensent pouvoir la soigner mais la maladie va trop vite et l'emportera quelques mois après. ◈ cela fait maintenant deux ans qu'il est veuf et qu'il doit gérer la sortie de l'adolescence de sa fille et l'adolescence de son garçon. ◈ il décide de faire appel à une nounou pour l'aider et depuis les enfants sont plus heureux sauf que pour lui c'est un peu bousculé. une femme à la maison lorsqu'il rentre ? il en avait plus l'habitude et tout cela lui fait peur...

MACJOHNSONNous sommes tous à la recherche de cette personne unique qui nous apportera ce qui nous manque dans notre vie. Et si on ne parvient pas à la trouver on n’a plus qu’a prier pour que ce soit elle qui nous trouve...

○ posts : 91 ○ points : 620
○ pseudo : .DELENA
○ avatar : patrick (hot) dempsey
○ inscrit le : 06/11/2018
MessageSujet: Re: (f/pris) ○ bethany joy lenz   Dim 11 Nov - 18:50

Aucun soucis ma belle je te réponds rapidement

_________________
- - Nous sommes tous à la recherche de cette personne unique qui nous apportera ce qui nous manque dans notre vie. Et si on ne parvient pas à la trouver on n’a plus qu’a prier pour que ce soit elle qui nous trouve...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

burger killer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : trente-sept ans
○ statut : divorcé, il laisse son ex-femme, seule, avec un polichinelle dans le tiroir
○ métier : commissaire de police, enfermé entre quatre murs sous la paperasse
○ quartier : #12 center bay ; il vit seul dans cet appartement
○ orientation sexuelle : seules les courbes féminines lui font de l'effet
○ informations en vrac : il est né à new york, mais a toujours vécu ici › il a perdu sa mère à ses seize ans à la suite d'un accident de la route › il ne parle plus à son père › il fut une époque où il émergeait la plupart de ses matins dessous des couettes d'inconnues › il n'a aucune patience › il ne mesure pas les conséquences de certains de ses actes › il ne supporte pas qu'on se mêle de sa vie privée › il est indépendant, c'est dans son caractère › il a demandé le divorce à sa femme exaspéré qu'elle fasse passer son travail avant son couple, mais en réalité elle s'est éloignée de lui et s'est réfugiée dans son travail suite à son avortement non désiré › il vit un étage au dessus de l'appartement de son ex-femme › il refuse d'assumer l'enfant fait par accident avec avery

○ posts : 11987 ○ points : 380
○ pseudo : silverlight (adeline)
○ avatar : jensen god ackles
○ inscrit le : 28/06/2016
MessageSujet: Re: (f/pris) ○ bethany joy lenz   Mer 14 Nov - 10:58

scénario pris

_________________

starting today, i need to forget what's gone. appreciate what still remains and look forward to what's coming next.

clique là:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (f/pris) ○ bethany joy lenz   

Revenir en haut Aller en bas
 

(f/pris) ○ bethany joy lenz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F) Bethany Joy Lenz - humaine
» Demoiselle en détresse
» (F) BETHANY JOY LENZ
» Votre pseudo est déjà pris?
» Pris sur le fait [PV Ish , Sai]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: in research :: scénarios pris-