AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

tawny la malice
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 ans
○ statut : tente de remonter la pente
○ métier : récemment engagée dans l'armée dans l'espoir d'arrêter ses conneries
○ quartier : en coloc avec sa soeur de coeur : phoebe
○ orientation sexuelle : 100% homo
○ informations en vrac :
tawan - imagine me and you


○ posts : 2188 ○ points : 440
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Kstew mon amour
○ DC : Parker, Cameron, Kenlee, Ezekiel & Sara
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mar 7 Fév 2017 - 20:39

« Ron ! Tu veux bien ramener ma guitare chez toi pour ce soir ? J’ai un milliard de trucs à faire et j’ai pas super envie de me la trimballer partout ! » Mon meilleur ami et frère de coeur acquiesce, récupérant la poignée de la housse de ma guitare avant que je n’enfile mon casque de moto. « T’es un amour ! » Je lui envoie un baiser dans les airs et enfourche ma moto. J’ai reçu un message d’Ailina qui me disait avoir besoin de mon aide, alors je fonce droit vers le centre LGBT. Une dizaine de minutes plus tard, je descends après avoir mis ma Triumph sur sa béquille et une petite rouquine arrive en courant pour me sauter dans les bras, entourant ses longues jambes autour de mon buste, comme un petit koala. Je ris et entoure mes bras autour de son corps frêle. « Salut Blondie ! » Je la taquine, et je suis sûre qu’elle adore ça. Elle plaque un baiser sur ma joue et descend de son perchoir qu’était mon corps pour retoucher pied à terre. « Tout va bien ? T’avais l’air chelou dans ton message ! » Je hausse les épaules et je viens poser chastement ma main à sa taille le temps que nous nous dirigions vers le centre. « Nan mais c’est ma mère, tu sais bien. Là elle avait rendez-vous avec une de mes profs, que j’adore en plus, et elle est arrivée en retard. J’en ai marre ! » Je ris un peu, amusée de voir qu’elle en fait des caisses pour par grand chose. « Ça va c’est rien, et puis je suis sûre que ça s’est bien passé ! » « Ouais, j’sais pas, je l’ai appelée trois fois et elle répond pas, je devais aller dormir chez ma meilleure amie mais maman m’a pas donné de réponse… » Je hausse les épaules. « Ta mère la connaît ta meilleure amie ? Tu dors vraiment chez elle ? » Elle hoche vivement la tête. « Oui pour les deux. Je compte pas faire le mur et aller en boîte si c’est ta question. » « Je demande, j’ai eu ton âge tu sais. Bon, et si je prends la responsabilité de te dire oui, et que je m’occupe de ta mère en attendant, t’en dis quoi ? » « Tu ferais ça ? » Ses yeux pétillent et je lui souris largement. « Ouais, mais si tu me promets de pas me la faire à l’envers ! Si tu fais une connerie je te le pardonnerai pas Lina et je ne te ferai plus confiance ! » Elle lève les yeux au ciel d’un air un peu condescendant mais c’est de son âge. « Je te promets Tawny ! » Je hoche la tête. « Hum, je préfère ça ! Allez mets ta veste, je t’emmène ! » « T'es la meilleure ! » Je lui file mon deuxième casque et nous allons chez sa meilleure amie. Par acquis de conscience, je reste devant la maison jusqu’à ce que la maman ouvre la porte et que la jeune fille m’adresse un dernier signe de main, puis entre dans la maison. Une fois fait, je retourne au centre pour y croiser Niamh et la prévenir de notre petit pacte avec Lina. Elle n’est pas encore là, heureusement. Je prends le temps de discuter avec quelques pensionnaires, quelques jeunes gens arrivés là parce qu’ils ont été foutus dehors par leur parents. Et puis Niamh arrive et je m’excuse auprès des jeunes avec qui je discutais, pour me lever et rejoindre Niamh qui semble regarder tout autour d’elle, pour j’imagine chercher des yeux sa fille. « Hey Niamh ! Si tu cherches Lina, je l’ai accompagnée chez sa meilleure amie. » Elle fronce les sourcils et je tente de me rattraper. « Elle a essayé de t’appeler plusieurs fois et l’heure tournait. Je me suis portée garante pour elle, je l’ai accompagnée et j’ai bien vérifié que les parents étaient là. Elle m’a fait promettre de pas faire de conneries. » J’enfouis mes mains dans les poches de mon jean et lui souris. « T’inquiètes pas pour elle, elle est grande maintenant. » Je penche un peu la tête sur le côté et fronce un peu les sourcils. « T’es sûre que ça va ? T’as l’air exténuée ! » Et surtout, je vois qu’elle a pleuré. Je ne la connais peut-être pas sur le bout des doigts mais assez pour voir ses yeux humides et rougis, et son maquillage qui a légèrement coulé au coin de ses yeux.

_________________
❝ what about us ❞ We are searchlights, we can see in the dark. We are rockets, pointed up at the stars. We are billions of beautiful hearts And you sold us down the river too far. What about love? What about trust? What about us?


Dernière édition par Tawny Graham-Lewis le Mar 7 Fév 2017 - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Old Pink
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 42 ans
○ statut : Coeur de plus en plus perturbé
○ métier : Travaille pour l'association LGBT de Wellington
○ quartier : #42 west bay
○ posts : 267 ○ points : 90
○ avatar : Charlize Theron
○ DC : Theo
○ inscrit le : 05/02/2017
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mar 7 Fév 2017 - 21:17

Le bruit d’une vibration dans le fond de mon sac à main me fit sursauter, me ramenant vivement à la réalité. Je décalai lentement ma tête du repose-tête, essuyai du revers de ma main les larmes qui coulaient encore sur mes joues. Je me sentais encore perdue, mes pensées virevoltaient dans tous les sens, et mon geste pour attraper mon sac n’était pas des plus assurés. « Et merde ! » Après de longues secondes de combats contre tous les objets inutiles qui me bloquaient le passage jusqu’à mon portable, celui-ci avait arrêté de sonner et m’affichait déjà trois appels de ma fille plus un de l’appartement des garçons. Je me dépêchai d’appeler ma messagerie qui ne tarda pas à me faire savoir que Ailina était de plus en plus énervée contre moi. L’idée de lui mentir en la retrouvant me noua l’estomac. Elle n’allait jamais me le pardonner, mais elle attendait ce moment depuis trop longtemps pour que je laisse la peur de Kenlee tout détruire. Je pris une grande inspiration avant de jeter mon portable dans mon sac et de me tourner vers mon rétroviseur pour essayer d’arranger un peu mon visage. Au moins, Elwyn était revenu de sa petite promenade mystérieuse, c’était déjà ça. Quand je me sentis fin prête à affronter le monde réel, je tournai la clé dans le contact et pris la direction de la sortie du parking. Si la circulation n’était pas très dense, le stress monta tout de même à toute vitesse, mon pouce tapotant le volant en était le témoin parfait. Et pourtant, je ne me laissai pas le temps de penser en me garant près de notre immeuble, je sortis immédiatement de la voiture pour me diriger droit vers notre appartement. Je savais que si je me posais ne serait-ce qu’une seule seconde, je risquais de craquer à nouveau et je ne serais pas capable de tenir ma promesse. Je devais faire ce qui était le mieux pour elle et c’était d’être silencieuse pour le moment, juste pour quelques jours ou semaines. « Lina ? Je suis de retour. » Je posai mes affaires dans l’entrée et m’avançai dans l’appartement, attendant vainement une réponse. Je fronçai les sourcils avant de monter rapidement l’escalier et aller vers sa chambre. « Lina, tu es là ? Je sais que j’étais encore en retard, mais ce n’était pas voulu, je suis même partie en avance. Lina ? » Je poussai la porte et ne vis personne dans la pièce. Un seul coup d’œil près de son lit me fit savoir qu’elle avait pris des affaires avec elle pour ne pas dormir ici. Elle m’avait bien parlé d’aller chez sa meilleure amie ce soir, mais elle ne pouvait pas être partie sans mon autorisation, elle savait à quel point ça me mettait en colère. Je redescendis, récupérai mon sac et ma veste et tentai de l’appeler aussitôt tout en claquant la porte derrière moi. Pas de réponse, bien sûr. « Lina, c’est maman. Est-ce que tu peux me rappeler s’il te plaît ? Je veux savoir où tu es. Si jamais tu me cherches, je vais voir si tu es au centre. J’espère pour toi que c’est le cas. » Je raccrochai dans un geste mi-énervé, mi-désespéré et descendis vivement la rue. Je fis un petit mouvement de tête vers les jeunes présents au centre en entrant, mais mon regard n’était concentré que pour une seule mission, retrouver le regard plein de reproches de ma fille. « Hey Niamh ! Si tu cherches Lina, je l’ai accompagnée chez sa meilleure amie. » Une voix familière me força à me détourner de mon objectif et je posai mon regard sur Tawny avec un froncement de sourcils. « Elle a essayé de t’appeler plusieurs fois et l’heure tournait. Je me suis portée garante pour elle, je l’ai accompagnée et j’ai bien vérifié que les parents étaient là. Elle m’a fait promettre de pas faire de conneries. » Je soufflai de soulagement à l’écoute de ces paroles. « T’inquiètes pas pour elle, elle est grande maintenant. » « Je sais, mais j’y peux rien, je m’inquiéterai toujours pour elle. Merci d’avoir veillé sur elle, encore… » Je passai une main dans ma nuque en fermant les yeux, n’apercevant pas l’inquiétude sur le visage de la blonde. « T’es sûre que ça va ? T’as l’air exténuée ! » « Ouais, non ça va, c’était juste une très longue journée. » Je tentai de lui faire un sourire, mais je sentis que ça ne lui suffisait pas. A force de traîner dans le coin, elle commençait à me connaître moi et mes réaction. Je lui fis un signe de me suivre et me dirigeai vers mon bureau pour un peu plus de tranquillité. « Le p’tit nouveau a encore fait des siennes aujourd’hui. S’il ne commence pas à m’écouter, je ne vais pas avoir le choix, il y en a d’autres qui attendent sa place. Mais je sais qu’il n’a pas mauvais fond, c’est juste une tête de bourrique. C’est épuisant ! » Je me laissai tomber dans mon fauteuil avec un soupir et vis Tawny lever un sourcil, comme pour me signaler qu’elle savait qu’il y avait autre chose. « Si tu as vu Ailina, alors tu sais que j’avais rendez-vous avec sa prof ? Je ne sais plus quoi faire pour qu’elle se calme un peu Tawny. Je pensais que la musique l’aidait à se concentrer, que ça la passionnait, mais même là elle n’est pas assez attentive. Et elle ne m’écoute plus… »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

tawny la malice
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 ans
○ statut : tente de remonter la pente
○ métier : récemment engagée dans l'armée dans l'espoir d'arrêter ses conneries
○ quartier : en coloc avec sa soeur de coeur : phoebe
○ orientation sexuelle : 100% homo
○ informations en vrac :
tawan - imagine me and you


○ posts : 2188 ○ points : 440
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Kstew mon amour
○ DC : Parker, Cameron, Kenlee, Ezekiel & Sara
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mar 7 Fév 2017 - 21:23

A peine Niamh arrivée, je ressens le besoin de la rassurer rapport à sa fille. J’espère juste qu’elle ne va pas m’en vouloir d’avoir pris la décision pour elle. En même temps, elle n’est pas loin, si Niamh veut aller la chercher, elle peut y aller. Mais je doute qu’elle ne le fasse par peur de recevoir les foudres de sa fille. Je reste calme avec la blonde et finis par une petite touche d’humour en lui disant que sa fille est grande maintenant. « Je sais, mais j’y peux rien, je m’inquiéterai toujours pour elle. Merci d’avoir veillé sur elle, encore… » Je hoche la tête en lui souriant, pour lui faire comprendre que je comprends, et aussi pour lui dire que ce n’est rien. J’aime beaucoup sa fille, je suis attachée à elle et je ferai toujours ce qui est en mon pouvoir pour aider les gens que j’apprécie. Je suis comme ça. Mais très vite je comprends que Niamh ne va pas très bien, et j’ose lui poser la question. « Ouais, non ça va, c’était juste une très longue journée. » Je plisse un peu les yeux pour appuyer mon regard interrogateur sur elle. Cette réponse ne me suffit pas. Après un léger soupir de la brune, elle me fait signe de la suivre jusqu’à son bureau et je ne rechigne pas, fermant même la porte derrière moi.  « Le p’tit nouveau a encore fait des siennes aujourd’hui. S’il ne commence pas à m’écouter, je ne vais pas avoir le choix, il y en a d’autres qui attendent sa place. Mais je sais qu’il n’a pas mauvais fond, c’est juste une tête de bourrique. C’est épuisant ! » Je viens poser mes fesses sur le bord de son bureau, sans la lâcher des yeux, et croise même mes bras, arquant un sourcil. Si elle compte m’avoir comme ça, je suis jeune, mais pas idiote. « Si tu as vu Lumen, alors tu sais que j’avais rendez-vous avec sa prof ? Je ne sais plus quoi faire pour qu’elle se calme un peu Lenny. Je pensais que la musique l’aidait à se concentrer, que ça la passionnait, mais même là elle n’est pas assez attentive. Et elle ne m’écoute plus… » Je secoue la tête et décroise mes bras. « Mais c’est normal Nya ! Ta fille est en pleine adolescence, elle n’a toujours vécu qu’avec toi alors quand elle se rebelle, ça ne peut être que contre toi ! » Je me relève et fais le tour du bureau puis me rassieds dans la même position, mais cette fois plus près d’elle. « Tu devrais discuter avec mes père, je suis sûre qu’ils seraient ravis de te raconter comment j’étais y’a dix ans quand j’ai fait ma crise d’ado ! » Je lève les yeux au ciel et ris un peu. « C’est un passage quasiment obligatoire. Lina n’est pas une mauvaise personne, au contraire, elle ne fait ça que dans le but d’attirer l’attention sur elle. Et ça marche. » Je vois qu’elle semble désemparée et je me lève à nouveau pour faire le tour de sa chaise et je viens déposer délicatement mes mains sur ses épaules pour les masser doucement. « La musique aide pour bon nombre de choses, elle est rentrée au conservatoire que depuis septembre, c’est récent, laisse-lui le temps. Et puis j’ai cru comprendre qu’elle aimait bien sa prof, ça devrait aider un peu pour qu’elle se calme non ? » Je continue de la masser un peu, doucement, pour essayer de la détendre, tant qu’elle ne me dit pas qu’elle n’aime pas ça, je ne m’arrêterai pas. « Ça s’est bien passé au moins avec sa prof ? T’as l’air de sous-entendre que Lina est dissipée aussi pendant ses cours de musique… »

_________________
❝ what about us ❞ We are searchlights, we can see in the dark. We are rockets, pointed up at the stars. We are billions of beautiful hearts And you sold us down the river too far. What about love? What about trust? What about us?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Old Pink
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 42 ans
○ statut : Coeur de plus en plus perturbé
○ métier : Travaille pour l'association LGBT de Wellington
○ quartier : #42 west bay
○ posts : 267 ○ points : 90
○ avatar : Charlize Theron
○ DC : Theo
○ inscrit le : 05/02/2017
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mar 7 Fév 2017 - 21:27

Je vis Tawny secouer la tête comme si je venais de dire la chose la plus naturelle au monde alors que je venais tout juste de lui confier que j’étais incapable de gérer ma fille. Quelque chose n’allait pas bien chez elle non plus, elle ne pouvait pas réagir aussi légèrement, surtout qu’elle savait quel rôle j’avais ici. « Mais c’est normal Nya ! Ta fille est en pleine adolescence, elle n’a toujours vécu qu’avec toi alors quand elle se rebelle, ça ne peut être que contre toi ! » Je la suivis du regard alors qu’elle faisait le tour du bureau, mais je ne me sentis pas plus convaincue que cela. Je connaissais les rebellions par cœur, j’en avais fait une et j’en avais gérer des centaines au centre, j’étais censée être capable de contrôler celle de ma fille. Mais il n’y avait toujours rien à faire, elle m’échappait doucement et s’éloignait beaucoup plus rapidement, me laissant impuissante. « Tu devrais discuter avec mes père, je suis sûre qu’ils seraient ravis de te raconter comment j’étais y’a dix ans quand j’ai fait ma crise d’ado ! C’est un passage quasiment obligatoire. Lina n’est pas une mauvaise personne, au contraire, elle ne fait ça que dans le but d’attirer l’attention sur elle. Et ça marche. » Pour marcher, ça marchait, c’était sûr ! Et je n’étais toujours pas rassurée par les mots de la blonde. Elle avait beau être une pile électrique et je ne doutais pas une seule seconde qu’elle était devenue un véritable cauchemar pour ses pères le temps de quelques années, je restais persuadée que j’avais vu pire que ça. Je devrais pouvoir m’en sortir avec elle, je devrais pouvoir retrouver notre belle relation. « Alors explique-moi pourquoi quand je lui donne de l’attention, elle me rejette tout de suite ? Quand je suis pas là, ça va pas et quand je suis là, ça ne va pas non plus ! » Je soufflai encore plus fort qu’avant poussant Tawny à se relever et se rapprocher de moi. Je fronçai les sourcils lorsqu’elle passa dernière moi et, avant que je ne puisse me tourner, elle vint poser doucement ses mains sur mes épaules et commença un agréable massage. « La musique aide pour bon nombre de choses, elle est rentrée au conservatoire que depuis septembre, c’est récent, laisse-lui le temps. Et puis j’ai cru comprendre qu’elle aimait bien sa prof, ça devrait aider un peu pour qu’elle se calme non ? » Je me crispai légèrement malgré toute la douceur de la jeune femme. Une simple pensée vers Kenlee fit remonter à la surface toutes mes émotions et je dus fermer les yeux et me concentrer sur les doigts de Tawny contre ma peau pour ne pas craquer. « Ça s’est bien passé au moins avec sa prof ? T’as l’air de sous-entendre que Lina est dissipée aussi pendant ses cours de musique… » Inspiration, expiration, inspiration… « C’est compliqué… » Expiration. Ça ne voulait rien dire et tout dire en même temps, c’était parfait. Et c’était assez court pour ne pas me trahir avec ma voix pas très assurée. Je me laissai encore quelques instants pour profiter de ses massages avant de rouvrir les yeux et de venir attraper délicatement sa main. Tout en la poussant à revenir face à moi, je tournai mon fauteuil vers elle, arrêtant le mouvement en posant mon autre main sur sa taille. « Assez parlé de moi et de ma rebelle de fille. J’ai une soirée de tranquille alors autant que j’en profite. Et puis, je ne vais pas t’embêter avec ça ! Tu n’es pas censée avoir une demoiselle à retrouver ce soir ? Ou une répétition avec ton groupe ? » Malgré toute la douleur que la musique m’avait fait subir aujourd’hui ou dans le passé, je ne pouvais pas m’empêcher de l’oublier pour ne garder que les côtés positifs. « Ça fait longtemps que je ne suis pas venue vous écouter. Tu devrais me dire la prochaine fois que vous jouez que je libère ma soirée ! » Je décollai mon dos de mon siège et tendis le bras pour passer ma main dans les mèches qui lui cachaient le visage et vins les déplacer vers sa nuque avec un sourire. « Après, si tu n’as vraiment rien à faire et que tu t’ennuie tellement que tu veux bien passer ta soirée avec une vieille, je dirais pas non à goûter à l’un de tes cocktails. Je suis sûre qu’il y a tout ce qu’il te faut dans votre réserve. Et ne viens pas me dire que tu ne sais pas de quoi je parle ! » Je lui fis un petit clin d’œil complice, parfaitement consciente que nos jeunes aimaient faire la fête et pensaient avoir trouver l’endroit idéal pour cacher leurs bouteilles.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

tawny la malice
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 ans
○ statut : tente de remonter la pente
○ métier : récemment engagée dans l'armée dans l'espoir d'arrêter ses conneries
○ quartier : en coloc avec sa soeur de coeur : phoebe
○ orientation sexuelle : 100% homo
○ informations en vrac :
tawan - imagine me and you


○ posts : 2188 ○ points : 440
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Kstew mon amour
○ DC : Parker, Cameron, Kenlee, Ezekiel & Sara
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mar 7 Fév 2017 - 21:28

Je sens bien qu’elle n’est pas au top de sa forme, que son lien avec sa fille tend à s’effriter de jour en jour. Mais je sais qu’Ailina aime sa mère, et que tout ça, ce n’est que provisoire. Ça finira par s’arranger, il suffit juste de trouver un moyen de calmer un peu la jeune fille. « Alors explique-moi pourquoi quand je lui donne de l’attention, elle me rejette tout de suite ? Quand je suis pas là, ça va pas et quand je suis là, ça ne va pas non plus ! » Elle est presque en colère et c’est ce moment que je choisis pour venir poser mes mains sur ses épaules tendues. « Si tu veux j’essaierai de lui parler un peu, de savoir ce qu’elle veut exactement. Mais j’ai bien peur qu’elle ne le sache même pas elle-même… » Je grimace et continue mon massage pour tenter de la détendre. Mais lorsque j’aborde le sujet du rendez-vous avec la prof de musique, son corps se tend à nouveau, presque plus que lorsque j’ai posé pour la première fois mes mains sur ses épaules. « C’est compliqué… » Je m’arrête une seconde, hésitante, et reprends mes gestes lents et habiles. J’entends bien que sa voix est presque tremblante. Je suis musicienne, mes oreilles sont aiguisée et je sais faire les différences entre les voix. Niamh attrape une de mes mains et me force à faire le tour de sa chaise qu’elle fait pivoter et je me retrouve à nouveau en face d’elle, plongeant mon regard dans le sien. Sa main libre vient trouver refuge à ma taille et je me surprends à frissonner à ce contact. « Assez parlé de moi et de ma rebelle de fille. J’ai une soirée de tranquille alors autant que j’en profite. Et puis, je ne vais pas t’embêter avec ça ! Tu n’es pas censée avoir une demoiselle à retrouver ce soir ? Ou une répétition avec ton groupe ? » Je penche la tête légèrement sur le côté en souriant. Je ne sais pas comment prendre son allusion. « Ni répétition, ni rendez-vous galant. » Autant être claire. « Ça fait longtemps que je ne suis pas venue vous écouter. Tu devrais me dire la prochaine fois que vous jouez que je libère ma soirée ! » Je souris d’avantage, ravie qu’elle soit toujours intéressée de venir m’écouter jouer. Je hoche la tête, le regard pétillant. « Promis, la prochaine fois qu’on a une date de concert tu seras dans les premiers à être prévenus. Enfin tu n’avais pas besoin de le demander, ça aurait été le cas de toute manière ! ». Niamh se redresse un peu et tend son bras pour venir replacer une mèche de mes cheveux, laissant glisser sensuellement sa main à ma nuque. « Après, si tu n’as vraiment rien à faire et que tu t’ennuie tellement que tu veux bien passer ta soirée avec une vieille, je dirais pas non à goûter à l’un de tes cocktails. Je suis sûre qu’il y a tout ce qu’il te faut dans votre réserve. Et ne viens pas me dire que tu ne sais pas de quoi je parle ! » Je laisse échapper un rire amusé et pose ma main sur son poignet puis laisse glisser ma main le long de son bras. Notre lien est ambigu depuis quelques temps, et maintenant que mon lien avec Freya n’est plus ce qu’il était, je n’ai plus vraiment envie de me retenir. C’est une femme sublime, il faudrait être fou pour ne pas avoir des idées folles rien qu’en la regardant. « Arrête. T’es loin d’être vieille. Et j’ai déjà une idée bien précise de ce que je pourrai te préparer avec ce qu’il y a ici. Tu m’accordes cinq minutes ? » Je récupère sa main dans ma nuque, y dépose un baiser et m’éloigne pour quitter son bureau. Je file droit vers la réserve et récupère tout ce dont j’ai besoin pour nous concocter de bons cocktails. Une fois les mains chargées, je rejoins le bureau de la jolie blonde et referme la porte derrière moi à l’aide de mon pied. Je pose mes victuailles sur le bureau et offre un sourire radieux à Niamh. « J’espère que tu aimes le rhum ? » Je récupère la bouteille et ouvre le bouchon pour sentir un peu l’odeur de l’alcool, et puis je nous prépare deux cocktails avec les moyens du bord. « Bon, c’est pas super glorieux dans ses gobelets en plastique, mais ça devrait te plaire ! ». Une fois prêt, je fais le tour du bureau et m’assieds sur ce dernier, tout près de Niamh qui est toujours assise dans son fauteuil, et je lui tends son verre. « Allez, à la crise d’adolescence ! » Je ris un peu et cogne mon gobelet en plastique avec le sien avant de boire une première gorgée de mon cocktail.

_________________
❝ what about us ❞ We are searchlights, we can see in the dark. We are rockets, pointed up at the stars. We are billions of beautiful hearts And you sold us down the river too far. What about love? What about trust? What about us?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Old Pink
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 42 ans
○ statut : Coeur de plus en plus perturbé
○ métier : Travaille pour l'association LGBT de Wellington
○ quartier : #42 west bay
○ posts : 267 ○ points : 90
○ avatar : Charlize Theron
○ DC : Theo
○ inscrit le : 05/02/2017
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mar 7 Fév 2017 - 21:36

« Si tu veux j’essaierai de lui parler un peu, de savoir ce qu’elle veut exactement. Mais j’ai bien peur qu’elle ne le sache même pas elle-même… » Je hochai doucement la tête pour l’inciter à lui parler avant de profiter pleinement de son massage, les yeux fermés. Mais c’était sans compter sur la curiosité de la blonde, son intuition était tellement aiguisée qu’elle vint directement appuyer là où ça faisait mal. Tout mon corps se tendit, mes paupières se serrèrent un peu plus pour piéger les nouvelles larmes et je dus prendre sur moi pour respirer calmement. Je sentis son hésitation sur mon épaule après ma réponse très brève, mais elle n’insista pas et mes épaules s’abaissèrent de soulagement. Quand je me sentis enfin prête à lui faire face, à mettre mes émotions de côté, j’attrapai sa main pour pouvoir lui refaire face, tournant mon fauteuil vers elle. « Ni répétition, ni rendez-vous galant. » Mon sourire s’agrandit en entendant ces mots, mais surtout en la voyant pencher la tête sur le côté avec son sourire mystérieux. J’aimais voir ces étincelles dans son regard et plus encore quand il pétillait de joie comme lorsqu’on parlait de musique. Et il ne me fallut qu’une demande pour le revoir, permettant à mes traits de se détendre un peu plus. « Promis, la prochaine fois qu’on a une date de concert tu seras dans les premiers à être prévenus. Enfin tu n’avais pas besoin de le demander, ça aurait été le cas de toute manière ! » « J’espère bien ! Il faut prendre soin de vos fans si vous ne voulez pas qu’ils vous boudent. » Je lui fis un petit clin d’œil avant de me relever doucement et de venir passer ma main dans ses cheveux avant de la poser délicatement sur sa nuque. M’amusant un peu plus de notre lien particulier, je sentis un frisson me parcourir lentement alors que ses doigts vinrent à la rencontre de mon poignet, glissant lentement le long de mon bras. « Arrête. T’es loin d’être vieille. Et j’ai déjà une idée bien précise de ce que je pourrai te préparer avec ce qu’il y a ici. Tu m’accordes cinq minutes ? » Je la laissai récupérer ma main sans un mot, essayant de ne pas laisser mon corps réagir à son baiser, et la regardai s’éloigner rapidement de moi. En voyant la porte se refermer doucement, je soufflai de nouveau, sans savoir pourquoi. Toutes les émotions que j’avais ressenties ces dernières heures continuaient d’exploser en moi et la présence de Tawny n’aidait pas vraiment à les calmer. Je savais que je devais faire attention avec elle, je sentais que notre relation n’était pas aussi neutre que celle que j’avais avec les autres bénévoles ou même les autres jeunes. Je devais me reprendre, ne pas me laisser me dépasser. Je passai une main sur mon visage et allumai mon ordinateur pour trouver une distraction, un moyen de me concentrer sur autre chose. Je lançai immédiatement mon lecteur de musique, lançant la première playlist qui passa sous le pointeur de ma souris. « J’espère que tu aimes le rhum ? » Je relevai la tête pour voir une Tawny radieuse, son pied venant taper contre la porte pour la refermer en la claquant. « Je te fais confiance ! » Je lui rendis son sourire et me posai de nouveau contre le dossier de ma chaise pour l’observer faire ses mélanges. Je ne pus détourner le regard, surtout pas lorsque je vis le bout de sa langue sortir discrètement de sa bouche sous la concentration. Je me raclai vivement la gorge quand je la vis se redresser et attraper les gobelets pour se replacer près de moi. Concentration Niamh, concentration… « Allez, à la crise d’adolescence ! » « A la crise d’adolescence ! » Je cognai mon verre contre le sien et vins le placer près de mon visage pour essayer de différencier les odeurs qui en émanaient. Curieuse, je posai mes lèvres contre le rebord et laissai le liquide glisser sur mes lèvres. « Hum… Pas mal, mais je crois quoi que… Attends ! » Je posai mon verre sur le bureau, attrapai sa main au passage et la tirai vers moi. Faisant attention à mes gestes, je fis en sorte qu’elle se tourne et se retrouve sur mes genoux, son verre en sécurité dans ma main libre. Je goûtai de nouveau et lui fis un grand sourire. « C’est bien ce que je pensais, tu as gardé le meilleur pour toi, vilaine ! » Je posai mon regard sur elle, croisant ses yeux verts. Une chaleur intense vint chatouiller mon ventre, remontant doucement dans ma poitrine. Ma main posée sur sa taille pour la tenir se réchauffa tout aussi vite. Essayant de ne pas y faire attention, de ne pas sentir son souffle caressant mon visage, je tentai de garder une expression neutre. « Alors, raconte-moi un peu, comment ça se passe pour toi ? Tu as des nouvelles compositions à me faire écouter ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

tawny la malice
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 ans
○ statut : tente de remonter la pente
○ métier : récemment engagée dans l'armée dans l'espoir d'arrêter ses conneries
○ quartier : en coloc avec sa soeur de coeur : phoebe
○ orientation sexuelle : 100% homo
○ informations en vrac :
tawan - imagine me and you


○ posts : 2188 ○ points : 440
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Kstew mon amour
○ DC : Parker, Cameron, Kenlee, Ezekiel & Sara
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mar 7 Fév 2017 - 21:37

Je ne sais pas pourquoi mais je ressens le besoin de lui changer les idées. Je la sens tendue et je n’aime pas ça. En règles général, je n’aime pas voir les gens que j’apprécie tristes ou perdus. Je sais que je ne pourrai pas faire grand chose pour sa relation avec Ailina, j’essaierai de parler avec la jeune femme mais je ne suis pas sûre d’arriver à grand chose. Je n’ai pas spécialement le contact facile avec les plus jeunes. Ou peut-être que si, parce que je ne suis pas la plus mature qui soit. Mais j’essaierai. En attendant, je pense qu’il est important que j’arrive à changer un peu les idées de Niamh. Elle pense trop à Ailina. Ce soir, sa fille est chez sa meilleure amie, elle ne craint rien, il faut qu’elle arrive à se détendre. J’utilise l’alcool pour l’y aider un peu mais loin de moi l’idée de l’alcooliser totalement. Juste de quoi se détendre et penser un peu à autre chose. Alors je file chercher de quoi lui faire un bon cocktail. Je lui demande si elle aime le rhum, ce à quoi elle me répond : « Je te fais confiance ! ». Un sourire mutin prend place au coin de mes lèvres et je ne tarde pas à lui faire son cocktail. Je me prépare le même et lui tends son verre pour trinquer, jouant d’un peu d’humour sur la situation. « A la crise d’adolescence ! » Je lui souris et viens boire une première gorgée de mon cocktail alors que je vois Niamh respirer les notes alcoolisées et essayer de deviner ce que j’ai pu mettre dedans. Je ne la lâche pas des yeux le temps qu’elle goûte, attendant le verdict. « Hum… Pas mal, mais je crois quoi que… Attends ! » Curieuse, je la regarde faire, poser son verre sur le bureau et, surprise, je sens sa main dans la mienne de manière à me faire pivoter et asseoir sur ses genoux. Je la laisse faire en riant, et déjà elle vient tremper ses lèvres dans mon verre. Mon regard la dévore et je souris de la voir sourire de cette manière. « C’est bien ce que je pensais, tu as gardé le meilleur pour toi, vilaine ! » Mon sourire s’élargit et l’intensité de notre échange de regard me donne presque chaud. Non, en fait, il me donne carrément chaud. Sans vraiment le vouloir, je me mords la lèvre inférieure. « C’est parce que je le tenais entre mes mains, et il paraît que j’ai des doigts de fée… » Putain super le sous-entendu. Pour ma défense, il n’était pas voulu. Heureusement, Niamh change de sujet et ça m’arrange. « Alors, raconte-moi un peu, comment ça se passe pour toi ? Tu as des nouvelles compositions à me faire écouter ? » Je lui souris, tendrement, avant de lui répondre. « Ça se passe bien, mon père m’a trouvé une agent, elle bossait à Londres avant, elle a une super côte. J’espère que ça va le faire, mais elle est cool. Elle est pas toute jeune mais elle a l’air de bien se défendre. On verra bien. Et les compos restent confidentielles pour le moment. » J’arque un sourcil dans sa direction avec un petit sourire de canaille. « Il faudrait que tu le mérites pour écouter de l’inédit ! » Mon regard bifurque sans trop le vouloir sur ses lèvres mais je me ravise rapidement. « Et puis de toute manière j’ai pas de gratte sous la main. Faudrait aller chez toi ou chez moi… » Je grimace un peu, mais pas une grimace déçue, un truc plutôt mignon ou qui tendrait à l’inciter à accepter mon invitation sous-jacente. Après tout, elle a la soirée et la nuit pour elle toute seule, je veux bien me proposer pour lui tenir compagnie !

_________________
❝ what about us ❞ We are searchlights, we can see in the dark. We are rockets, pointed up at the stars. We are billions of beautiful hearts And you sold us down the river too far. What about love? What about trust? What about us?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Old Pink
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 42 ans
○ statut : Coeur de plus en plus perturbé
○ métier : Travaille pour l'association LGBT de Wellington
○ quartier : #42 west bay
○ posts : 267 ○ points : 90
○ avatar : Charlize Theron
○ DC : Theo
○ inscrit le : 05/02/2017
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mar 7 Fév 2017 - 21:39

A mon reproche, la blonde sourit de plus belle, m’incitant à dévier mon regard sur ses lèvres. Des lèvres qui s’entrouvrir légèrement afin qu’elle puisse mordre sa lèvre inférieure. Mon corps, pas encore complètement soumis à l’envie, s’embrasa à une vitesse fulgurante. « C’est parce que je le tenais entre mes mains, et il paraît que j’ai des doigts de fée… » Mon regard confus remonta aussitôt pour croiser le sien, mais je m’arrêtai avant de lui demander ce qu’elle voulait dire. Elle parlait de musique, bien évidemment, elle insinuait qu’elle avait une excellente dextérité pour nous charmer par ses mélodies particulières, rien de plus. Je devais vraiment me reprendre avant que mes émotions me fassent faire une bêtise que je regretterai pour le restant de ma vie. Je raclai ma gorge et tentai de ne penser qu’à son insinuation sur notre amour commun de la musique, changeant ainsi mes pensées. « Ça se passe bien, mon père m’a trouvé une agent, elle bossait à Londres avant, elle a une super côte. J’espère que ça va le faire, mais elle est cool. Elle est pas toute jeune mais elle a l’air de bien se défendre. On verra bien. Et les compos restent confidentielles pour le moment. » Sans le vouloir vraiment, je pris aussitôt un air choqué. J’étais tellement habituée à ce qu’elle me propose d’écouter ses essais dès les premiers jours que je ne m’attendais pas à avoir une réponse négative de sa part. Mais je vis ensuite son sourcil me provoquer avec malice et c’en suivit bientôt son sourire de joueuse. « Il faudrait que tu le mérites pour écouter de l’inédit ! » Je me décalai contre le dossier, mettant un peu plus de distance entre nous, et croisai les bras contre ma poitrine, mes yeux boudeurs regardant délibérément derrière elle. « Après tout ce que j’ai fait pour toi, c’est comme ça que tu remercies ! Je te retiens… » « Et puis de toute manière j’ai pas de gratte sous la main. Faudrait aller chez toi ou chez moi… » Sa petite voix un peu timide me fit tourner de nouveau la tête vers elle et je ne pus m’empêcher de rire légèrement à la vue de sa grimace. « S’il n’y a que ça pour te faire plaisir, tu sais que tu es toujours la bienvenue chez moi. » Je soulevai lentement les jambes en plaçant une main dans son dos pour l’inciter à se lever et je fis de même. D’un mouvement rapide de souris, j’éteignis mon ordinateur, puis je vins attraper les bouteilles que Tawny avait ramené pour les ranger dans mon sac. « Tu vas devoir me refaire ton cocktail pour te rattraper et je ne suis pas sûre d’avoir ce qu’il faut chez moi. Et puis, qui osera me défier ici ? » Je lui fis un clin d’œil avant de poser la bretelle sur mon épaule. Je pris ensuite les deux verres en plastique pour les glisser dans les mains de la blonde. Je me rapprochai doucement d’elle pour venir murmurer à son oreille. « Reste près de moi pour cacher ça. » En me reculant, je vins déposer naturellement un baiser sur sa joue. Je n’attendis pas de voir sa réaction avant d’ouvrir la porte et de l’obliger à me suivre tout aussi vite. Je ne voulais pas penser à l’ambiguïté dans mes gestes, pas tout de suite. Saluant rapidement les personnes encore présente, on se dépêcha de sortir et de remonter la rue pour retrouver la chaleur de mon appartement. « Suis-moi, on va aller dans une pièce à l’étage pour éviter de déranger les voisins. » Je la libérai de ses verres pour les poser sur la table basse et lui attrapai la main afin de la guider dans l’escalier, puis vers la fameuse pièce. Je laissai alors mon sac à l’entrée, l’amenai au milieu de la chambre et la lâchai pour m’installer sur le banc du piano. « Et maintenant ? Je ne le mérite toujours pas ? » Ma voix était plus sensuelle que je ne l’aurais voulu, mes yeux connectés aux siens. De nouveau, une chaleur intense se logea le long de mes membres.


Dernière édition par Niamh O'Neill le Mar 7 Fév 2017 - 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

tawny la malice
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 ans
○ statut : tente de remonter la pente
○ métier : récemment engagée dans l'armée dans l'espoir d'arrêter ses conneries
○ quartier : en coloc avec sa soeur de coeur : phoebe
○ orientation sexuelle : 100% homo
○ informations en vrac :
tawan - imagine me and you


○ posts : 2188 ○ points : 440
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Kstew mon amour
○ DC : Parker, Cameron, Kenlee, Ezekiel & Sara
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mar 7 Fév 2017 - 21:39

Je savais que ça ferait son effet. Lui dire qu’elle ne méritait pas d’écouter de nouveaux morceaux allait forcément la faire réagit, et c’est exactement ce à quoi je m’attendais. Alors forcément, un large sourire naît sur mes lèvres, amusé, taquin. Elle joue la femme outrée, bras croisés sur sa poitrine et sourcils froncés. Elle est encore plus sexy comme ça. « Après tout ce que j’ai fait pour toi, c’est comme ça que tu remercies ! Je te retiens… » Je ris à sa réflexion et je mords l’intérieur de la joue avant de lui donner une fausse excuse. Juste pour tenter le diable et de manière plus ou moins indirecte, lui proposer de continuer notre petite soirée improvisée chez elle ou chez moi. « S’il n’y a que ça pour te faire plaisir, tu sais que tu es toujours la bienvenue chez moi. » Je souris à son invitation et me lève lorsqu’elle me fait comprendre que je dois le faire. Sans plus attendre, la grande blonde commence à s’agiter pour tout éteindre et ranger, sous mon regard amusé. « Tu vas devoir me refaire ton cocktail pour te rattraper et je ne suis pas sûre d’avoir ce qu’il faut chez moi. Et puis, qui osera me défier ici ? ». Je ris de la voir se justifier, bouteilles dans son sac, je hausse les épaules. « Si c’est un test pour savoir si je suis capable de le refaire, c’est raté, je suis la meilleure barmaid de la ville. Que dis-je : du pays ! » J’en rajoute des tonnes bien sûr, je ne suis pas quelqu’un qui est du genre à se vanter, au contraire même, je manque parfois de confiance en moi surtout lorsqu’il s’agit de la musique. Mais j’aime plaisanter sur le sujet, et voir le sourire de Niamh alors qu’il y a quelques dizaines de minutes elle semblait tellement inquiète, c’est comme une récompense. Je reste là sans bouger pendant que la blonde s’active, puis elle met les gobelets dans mes mains et après un sourire absolument adorable, glisse un baiser sur ma joue après avoir murmuré à mon oreille. « Reste près de moi pour cacher ça. ». Il faut qu’elle fasse gaffe avec ses petits gestes ambigus, il va lui arriver des bricoles. Je ne réponds rien, me contente de sourire et nous sortons de son bureau, disons au revoir aux gens se trouvant au centre, et partons en direction de son appartement. « Suis-moi, on va aller dans une pièce à l’étage pour éviter de déranger les voisins. » J’arque un sourcil, amusée par ses propos. Je suis à deux doigts de faire une réflexion salace mais je m’abstiens de tout sous entendu, et la suis sans broncher. Ma main dans la sienne nous montons à l’étage et je découvre cette pièce visiblement gardée secrète pour la musique. Je n’y avais jamais mis les pieds, même si j’étais déjà venu quelques fois chez elle avant aujourd’hui. Peut-être est-ce une pièce assez intime pour elle, qui sait. Sa main se sépare de la mienne une fois au milieu de la pièce et elle s’installe sur le banc du piano à queue. Il est magnifique. « Et maintenant ? Je ne le mérite toujours pas ? » Son ton sensuel ravit mes oreilles et fait frissonner tout mon corps alors qu’un sourire mutin prend place au coin de mes lèvres. Je plonge mon regard avec intensité dans le sien et lui réponds d’une voix chaude et plus rauque qu’à mon habitude. « Hum si, ça se pourrait bien. » Je m’approche d’elle, plus féline que tout à l’heure, et viens prendre place près d’elle sur le banc du piano. Il y a tout juste la place pour deux. « Tu es prête ? » Je lui offre un sourire et pose sur les touches monochrome mes doigts fins. J’ai composé cette chanson à la guitare, mais au piano elle rend tout aussi bien, pour l’avoir déjà essayée. Doucement, je commence à faire sonner les notes harmonieuses et d’une infinie douceur. J’ai écrit cette chanson pour Freya, pour notre histoire qui bien qu’elle soit quasiment terminée aura été source de beaucoup de sentiments, des bons comme des moins bons. Elle parle aussi de la perte d’un être cher, et ma voix n’est pas totalement assurée, sans doute un peu trop bloquée dans ma gorge par l’émotion. Je finis la chanson sur la dernière note du piano que je fais durer, avant de poser mes deux mains sur mes cuisses et les frotter légèrement tant elles sont moites. Je ne sais pas trop quoi dire par peur de briser ce moment aussi étrange qu’agréable. Lorsque je tourne la tête vers elle, je remarque l’émotion dans son regard et je crois que c’est une victoire en soi. « Hum, tu aurais préféré ne rien entendre. Ouais, j’comprends. C’est pas génial. » Je sais que cette chanson est bien, même plus que bien puisqu’elle vient de mes entrailles. Et je plaisante en disant tout ça, histoire de détendre un peu l’atmosphère électrique que nous avons créée.

_________________
❝ what about us ❞ We are searchlights, we can see in the dark. We are rockets, pointed up at the stars. We are billions of beautiful hearts And you sold us down the river too far. What about love? What about trust? What about us?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Old Pink
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 42 ans
○ statut : Coeur de plus en plus perturbé
○ métier : Travaille pour l'association LGBT de Wellington
○ quartier : #42 west bay
○ posts : 267 ○ points : 90
○ avatar : Charlize Theron
○ DC : Theo
○ inscrit le : 05/02/2017
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mer 22 Fév 2017 - 20:33

Mon regard électrisé était bloqué dans celui de Tawny, l’intensité qui y ressortait me rendait fébrile. Toutes mes convictions afin de rester raisonnable étaient restées hors de la pièce, à un instant qui ne pouvait plus m’atteindre. « Hum si, ça se pourrait bien. » Pas quand sa voix éraillée trahissait sa propre confusion et que chacun de ses gestes m’envoûtaient. Je ne me décalai pas en la voyant s’installer près de moi sur le tabouret du piano. Sans doute aurais-je pu lui laisser plus de place, glisser sur le bord pour éviter que nos corps se collent l’un à l’autre, mais j’étais figée sur place par son odeur irrésistible. « Tu es prête ? » Je ne répondis pas. Même si j’avais pu prononcé un mot, j’aurais eu trop peur que ma voix me trahisse pour prendre le risque. Tawny ne mit pas longtemps à interpréter mon silence et elle me sourit avant de poser ses doigts sur les touches avec un légèrement tremblement, signe de son appréhension habituel. Dès les premières notes, je fermai les yeux sous la puissance des émotions qu’elle partageait avec moi. Mon cœur se serra en l’écoutant se confier sur la fin de sa relation, sur la souffrance qu’elle ressentait après cette perte, sur la nostalgie ressentie des bons moments passés avec sa copine. Et son histoire se mêla doucement à la mienne, me rappelant les beaux souvenirs vécus avec Kenlee. La revoir m’avait complètement crispée, j’étais sur mes gardes depuis que j’étais arrivée face à elle en fin d’après-midi. La perdre à l’époque m’avait chamboulée et j’avais dû de nouveau faire face à cette douleur en la revoyant après toutes ces années. Mais Tawny avait raison, il était temps de laisser cette relation dans le passé, de ne garder que les instants heureux et de faire le deuil. Je rouvris doucement les yeux lorsque le silence retomba dans la pièce et me tournai vers la brune. Je ne sus quoi lui dire, je n’étais même pas certaine que les mots pouvaient traduire ce que je pensais de sa chanson. « Hum, tu aurais préféré ne rien entendre. Ouais, j’comprends. C’est pas génial. »  Je la vis essayer de retrouver son sourire mutin, sauf que je la connaissais assez bien pour savoir que ce n’était qu’une façade qu’elle se créait pour ne pas laisser la peur prendre le dessus. Je secouais vivement la tête en levant les yeux au plafond l’air de dire que c’était n’importe quoi. « Tais-toi ! » Je m’avançai alors vers elle pour la prendre dans mes bras et la serrer contre moi. Je m’essuyai discrètement les yeux du revers de ma main avant de poser ma tête contre son cou dégagé. Son parfum m’hypnotisa en quelques secondes et je me reculai lentement lorsque je sentis un frisson provoquer un début de tremblement dans le creux de mon dos. Mon regard s’ancra alors dans le sien et je me figeai dans mon déplacement. Sans que je ne puisse le contrôler, je me sentis attirer par elle, mon visage s’approchant dangereusement du sien. Mes yeux ne trouvaient plus de point fixe, déviant sans cesse entre les siens, ses lèvres, son visage, ses lèvres. Je n’étais plus qu’à quelques micromètres lorsqu’une puissante note de piano me fit sursauter et je me levai avec une vitesse fulgurante en me raclant la gorge. « Faut que tu arrêtes de te descendre à chaque fois ! Et plutôt que de te laisser dire des conneries, je te propose de fêter le futur succès de ton prochain single ! » Et, en ne regardant que brièvement Tawny, je sortis de la pièce pour redescendre rapidement au salon. Je fis un arrêt près des verres en plastique et avalai d’une traite l’un d’eux. Le frisson retenu pendant si longtemps ne mit pas longtemps à refaire surface avant de laisser place à une chaleur électrisante. Je savais que je ne pouvais pas m’absenter trop longtemps si je ne voulais pas qu’elle vienne me rejoindre pour s’assurer que tout allait bien, alors je me dépêchai de passer dans la cuisine avant de remonter vers le petit studio musical. « Je ne pouvais pas laisser la meilleure barmaid du pays me concocter ses merveilleux cocktails dans des verres en plastique. Si elle veut bien me faire plaisir et me préparer une nouvelle surprise ? » Posée contre la porte, je lui montrai deux verres dignes des meilleurs bars avec un sourire charmeur. « Si tu as besoin de motivation, je peux te jouer un morceau de musique en même temps. Dis-moi juste ce qui te ferait plaisir ? » Je savais qu’elle ne pouvait pas me dire non, pas quand je lui proposai de jouer pour elle. Parce que c’était trop rare pour laisser passer l’occasion. Mais cette journée avait été trop inattendue pour que ça me touche beaucoup plus, alors si ça pouvait me permettre de voir son sourire plus longtemps, je voulais bien faire cet effort.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

tawny la malice
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 ans
○ statut : tente de remonter la pente
○ métier : récemment engagée dans l'armée dans l'espoir d'arrêter ses conneries
○ quartier : en coloc avec sa soeur de coeur : phoebe
○ orientation sexuelle : 100% homo
○ informations en vrac :
tawan - imagine me and you


○ posts : 2188 ○ points : 440
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Kstew mon amour
○ DC : Parker, Cameron, Kenlee, Ezekiel & Sara
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mar 28 Fév 2017 - 22:43

C’est bizarre de me livrer comme ça face à quelqu’un que je ne connais pas si bien au final. Enfin, si, ça fait plusieurs années que je la vois évoluer, elle toute seule, puis avec sa fille. Je ne sais pas grand chose d’elle, seulement que depuis que je la connais, elle n’a jamais eu d’histoire d’amour. J’ai bien essayé d’en parler avec Lina, elle m’a expliqué vaguement que sa mère avait été amoureuse une fois, jusqu’à la naissance de la petite. J’ai du mal à croire qu’elle n’ait plus jamais rien ressenti pour personne depuis dix-sept ans, ça me parait infiniment long. Je ne sais pas trop ce que je fais là, ni même si notre alchimie et cette électricité latente aboutira à quelque chose, je n’ai pas envie d’y réfléchir. Je veux vivre l’instant présent, comme je l’ai toujours fait jusqu’à présent. A travers cette chanson, je lui livre une partie de moi, de mon âme, de mes sentiments les plus profonds, et je la sens touchée. Quant à moi, je me sens un peu troublée de me livrer de cette manière, si bien qu’à la fin de la chanson, je tente un trait d’humour, comme pour cacher ce que je ressens réellement. « Tais-toi ! » me dit-elle en venant entourer mon corps de ses bras fins. Je me laisse griser par la sensation de son étreinte et pose même ma tête sur son épaule, une main sur son bras et l’autre dans son dos. Je sens son souffle dans mon cou et me sens frissonner un instant. Elle se recule légèrement et l’électricité revient, je peux la sentir dans tout mon corps, et j’ai bien l’impression qu’elle est réciproque. Le regard de Niamh navigue entre mes yeux et mes lèvres. J’en fais de même, sans m’en rendre compte, alors que mon coeur s’accélère considérablement. Je ferme les yeux en sentant ses lèvres s’approcher, je sens son souffle sur mes lèvres sur lesquelles je passe à peine ma langue pour les humidifier et l’accueillir au mieux. Mais sans faire attention, mon coude rencontre le piano tout près de nous et Niamh se lève d’un bond, me faisant presque sursauter. Je la regarde, interloquée mais sans aucun jugement.« Faut que tu arrêtes de te descendre à chaque fois ! Et plutôt que de te laisser dire des conneries, je te propose de fêter le futur succès de ton prochain single ! » Je la sens mal à l’aise, comme si elle s’interdisait quelque chose. Avec moi ou avec n’importe qui d’autre ? Je soupire un peu une fois qu’elle a disparu et que j’entends ses pas dans les escaliers. Frottant mes paumes de main le long de mon jean, j’essaie de reprendre mes esprits. Ça fait un moment qu’on se tourne autour toutes les deux, que l’ambiguïté est de mise, mais peut-être que maintenant que ça semble un peu plus proche, plus concret, elle prend peur. Je me lève du banc de piano et commence à marcher dans la pièce, les mains dans les poches, à regarder tout autour de moi ce qui s’y trouve. Je trouve Niamh un peu longue mais sans doute est-ce l’impatience de la retrouver. Soudain elle refait son apparition dans l’embrasure de la porte et je me tourne pour la regarder. Son sourire me rassure, elle semble avoir repris son assurance légendaire. « Je ne pouvais pas laisser la meilleure barmaid du pays me concocter ses merveilleux cocktails dans des verres en plastique. Si elle veut bien me faire plaisir et me préparer une nouvelle surprise ? » Je ris un peu et m’avance vers elle pour récupérer les bouteilles et les verres. Notre proximité me réchauffe à nouveau. « Bien sûr ! »
« Si tu as besoin de motivation, je peux te jouer un morceau de musique en même temps. Dis-moi juste ce qui te ferait plaisir ? » J’arque un sourcil, étonnée de sa proposition. Je sais qu’elle ne veut plus vraiment jouer depuis des années, depuis sa séparation avec la deuxième mère de Lina. Du coup, je me sens privilégiée, là tout de suite. « Humm.. je veux bien que tu me joues…. le morceau préféré de Lina ! » J’ai failli demander un morceau qui lui tenait à coeur, mais j’ai eu peur qu’elle le raccroche immédiatement à son amour perdu. J’ai bien vu tout à l’heure pendant ma chanson qu’elle était touchée parce que ça la ramenait à quelque chose de vécu. Autant éviter les émulsion de sentiments trop difficiles à vivre. Je pose tout ce dont j’ai besoin sur une petite table basse, posant mes fesses sur le canapé tout près, et me laisse transporter par les notes du piano que Niamh m’offre à son tour. Je souris, parce que la mélodie est aussi gracieuse que joyeuse, elle ressemble à la relation qu’elle a avec sa fille. Enfin, avant que ça se ne dégrade à cause de la crise d’adolescence de Lina. Une fois mes verres terminés, je me lève et m’approche d’elle, posant les verres sur le dessus du piano, dessous de verre de mise pour éviter d’abîmer le vernis du piano. Je reste derrière elle et viens poser délicatement mes mains sur ses épaules, la massant très légèrement de mes pouces, jusqu’à ce qu’elle termine. Une fois fait, elle se retourne, enjambant le banc, et alors que je suis encore debout, j’attrape délicatement son menton entre mes doigts pour lui faire redresser le visage. « Merci pour ce petit interlude, Melle O’Neil. Votre boisson est prête, si vous voulez bien vous donner la peine ! » Je lui souris, charmeuse, frôle ses lèvres de mon pouce et récupère mon verre avant d’aller me lover dans le canapé. « Tu viens ? » elle me rejoint sur le canapé et je me positionne vers elle, une jambe repliée sur le canapé et mon autre pied touchant encore le sol. Mon bras en appui sur le dossier du canapé, ma tête reposant sur mon poing fermé, je ne cesse de la regarder. Niamh est une femme sublime, surtout pour son âge. Et je crois que je l’ai désirée le premier jour où j’ai posé mes yeux sur elle. Je la regarde boire une première gorgée de son verre. « Alors ? Ça te plait ? »

_________________
❝ what about us ❞ We are searchlights, we can see in the dark. We are rockets, pointed up at the stars. We are billions of beautiful hearts And you sold us down the river too far. What about love? What about trust? What about us?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Old Pink
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 42 ans
○ statut : Coeur de plus en plus perturbé
○ métier : Travaille pour l'association LGBT de Wellington
○ quartier : #42 west bay
○ posts : 267 ○ points : 90
○ avatar : Charlize Theron
○ DC : Theo
○ inscrit le : 05/02/2017
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mer 2 Aoû 2017 - 21:12

« Humm.. je veux bien que tu me joues…. le morceau préféré de Lina ! » Tawny n’avait pas mis longtemps à surmonter sa surprise et me dire ce qu’elle souhaitait entendre. Elle ne ratait jamais une occasion lorsqu’elle pouvait obtenir ce qu’elle voulait. C’était sans doute ce qui m’avait autant plu chez elle, elle était fonceuse et ne le regrettait jamais. Je lui souris lorsqu’elle vint récupérer les verres dans mes mains et finis par m’approcher du piano. Je m’installai sur le tabouret, les mains soudain moites à l’idée de jouer devant quelqu’un. Je n’avais jamais pu m’arrêter totalement, j’étais trop accro pour cela, mais je faisais toujours en sorte d’être seule dans la maison lorsque ça arrivait. La seule personne qui avait le droit de m’écouter devait être en train de râler contre moi avec sa meilleure amie à l’heure qu’il était. Je soufflai profondément dans l’espoir de supprimer le stress qui me bloquait et posai doucement mes doigts sur les touches. Après deux notes timides, le plaisir de jouer m’envahit et mes épaules se détendirent pour laisser mes mains danser sur le piano. J’eus la sensation d’avoir à peine commencé quand Tawny posa ses mains sur mes épaules. Je crus d’abord à un signe pour m’arrêter, comme si mon trop plein d’enthousiasme et mon manque d’entraînement m’avait rendu trop maladroite pour ses oreilles, mais ses petits massages me contredirent presque aussitôt. Je tournai légèrement la tête vers elle avec un grand sourire, amusée, mais je ne lâchai pas le rythme de la mélodie pour autant. Ce morceau était magique ! Si quelque chose n’allait pas pour moi ou ma fille, on venait prendre un instrument, on l’adaptait et tout allait mieux en l’espace de quelques secondes. Et c’était apparemment le cas même en présence de la brune. Sauf si c’était elle qui me faisait sourire plus joyeusement encore ? Une fois fini, je me retournai sur le tabouret pour lui faire face. Mes joues chauffèrent légèrement à la sensation de ses doigts sur mon menton. « Merci pour ce petit interlude, Melle O’Neill. Votre boisson est prête, si vous voulez bien vous donner la peine ! » Avant même d’esquisser un mouvement pour récupérer mon verre, je fus hypnotisée par la caresse de son pouce près de mes lèvres. Celles-ci s’entrouvrirent inconsciemment, comme si je voulais profiter plus longtemps de ce contact interdit. Et lorsque la jeune femme se détourna de moi pour aller s’installer sur le canapé, je vins mordre ma lèvre inférieure sans aucun contrôle. « Tu viens ? »  « Hum… quoi ? Euh, oui j’arrive. » Avant qu’elle ne puisse voir mes gestes malvenus, je me relevai brusquement et vins m’installer près d’elle, cocktail en main. Je sentais son regard sur moi sans que je ne parvienne à m’y ancrer. Dès que nos yeux se rencontraient un peu trop longtemps, je ne pouvais pas m’empêcher de détourner les miens vers un détail insignifiant du studio. Et son corps totalement tourné vers moi ne faisait rien pour m’aider. Finalement, je ne vis aucune autre issue de secours que de goûter à la boisson qu’elle venait de me préparer. « Alors ? Ça te plait ? » « Parce que ça pourrait ne pas me plaire ? » Cette fois-ci, je me tournai vers elle avec un air espiègle. Je fronçai le nez en regardant le contenu de mon verre. « Non, c’est vrai, maintenant que tu le dis, il a un goût bizarre ton cocktail. C’est comme si tu avais voulu recréer le goût d’un plat cramé, mais que tu avais fini par faire un mélange choux de Bruxelles, tripes. Je crois que je préfère encore le cramé… » En me tournant vers Tawny, je vis qu’elle avait pris son air de boudeuse et j’éclatai de rire. Presque aussitôt, elle me frappa l’épaule d’un coup de poing, ce qui me fit renverser de l’alcool sur mon pantalon. Je tendis mon bras avec un air choqué. « Comment t’as osé faire ça ? » Je la regardai à peine qu’elle me tira la langue, toujours avec cet air boudeur. Elle était plutôt craquante quand elle faisait ça, avec ses pommettes rouges. Je repris une grande gorgée d’alcool avant de poser mon verre et de me tourner vers elle avec un air de défi. Elle n’attendit pas de signe provocateur de ma part pour recommencer, mais j’attrapai son bras avant qu’elle puisse m’atteindre. Sans que je ne comprenne comment, elle m’attira vers elle pour essayer de se libérer tout en m’attaquant de sa main libre, mais je tins bon. Jusqu’à ce que mon visage se retrouve à quelques centimètres au-dessus du sien… Ma respiration était rapide. Elle me regarda sans ciller. J’avais chaud. Trop chaud. Ses lèvres attirèrent mon regard et je ne détournai plus le regard. Si je le faisais, j’avais trop peur de réaliser ce que je m’apprêtais à faire et je ne le voulais pas. Alors, sans réfléchir plus longtemps, je supprimai toute distance entre nous et capturai ses lèvres agréablement pulpeuses. Je rallongeai mon baiser d’une seconde, deux secondes, trois secondes, quatre… Quoi ?! Je ne pouvais pas faire ça. Elle était ma bénévole ! Elle avait quinze ans de moins que moi ! Je me relevai brusquement, nous démêlant aussi rapidement que possible, et tirai sur mon haut pour paraître la plus sérieuse possible. « Excuse-moi, je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça. Je n’aurais pas dû. C’était une longue journée et l’alcool n’aide pas vraiment. » Ce qui ne m’empêcha pas de reprendre mon verre pour boire à nouveau. Je n’osai même plus la regarder, alors autant noyer ma honte dans son excellent cocktail.

_________________



There's only one thing to do, three words for you,  i love you
there's only one way to say, those three words, and thats what I'll do, i love you — Plain white t's.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

tawny la malice
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 ans
○ statut : tente de remonter la pente
○ métier : récemment engagée dans l'armée dans l'espoir d'arrêter ses conneries
○ quartier : en coloc avec sa soeur de coeur : phoebe
○ orientation sexuelle : 100% homo
○ informations en vrac :
tawan - imagine me and you


○ posts : 2188 ○ points : 440
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Kstew mon amour
○ DC : Parker, Cameron, Kenlee, Ezekiel & Sara
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Lun 14 Aoû 2017 - 22:52

C’est la première fois que je l’entends jouer du piano, que je l’entends jouer tout court d’ailleurs. Ailina m’a souvent dit qu’il était difficile de faire jouer Niamh, sans doute à cause de cet amour perdu qui l’a beaucoup chamboulée. Je ne peux pas vraiment comprendre, je pense que je ne suis pas prête à tomber amoureuse, je n’en ai pas envie de toute manière. Je profite de la vie, et de toute manière le jour où ça tombera, je ne pourrai pas le contrôler. Phoebe dit que l’amour ça fait mal, alors si je peux éviter le plus longtemps possible, je ne vais pas m’en priver. En attendant, je profite d’écouter la blonde m’offrir ce morceau qu’elle gère à la perfection. Mes oreilles s’en ravissent jusqu’à ce qu’elle termine, mes mains sur ses épaules. Je lui propose de venir boire son cocktail, et je l’incite finalement à me rejoindre sur le canapé où je l’attends. Cette salle de musique est vraiment super agréable, super cosy, elle ressemble à celle chez mes pères. « Hum… quoi ? Euh, oui j’arrive. » Dans ses pensées, la blonde semblait ne pas vouloir sortir de ses rêveries, mais elle arrive vers moi et je lui offre un large sourire, attendant qu’elle goûte mon breuvage pour lui demander ce qu’elle en pense. « Parce que ça pourrait ne pas me plaire ? » Elle est joueuse, il ne m’en faut pas plus pour répondre. « C’est juste pour être sûre que la drogue que j’ai mis dedans n’a pas de goût. » Je ris avec elle, elle imagine bien que je ne suis pas de ce genre, elle me connaît depuis assez longtemps pour savoir que je ne suis pas malveillante, et encore moins face à elle. « Non, c’est vrai, maintenant que tu le dis, il a un goût bizarre ton cocktail. C’est comme si tu avais voulu recréer le goût d’un plat cramé, mais que tu avais fini par faire un mélange choux de Bruxelles, tripes. Je crois que je préfère encore le cramé… » Elle grimace et j’ouvre la bouche arborant une mine outrée, boudeuse aussi, fronçant finalement les sourcils. « C’est pas gentil ça ! » Je la pousse et elle renverse un peu de son cocktail sur son pantalon. Oops. « Comment t’as osé faire ça ? » « Ça t’apprendra à dire des choses méchantes ! » Je ris et elle pose son verre à côté d’elle avant de me regarder de son air de défi. Il ne m’en faut pas plus, joueuse invétérée, pour la provoquer à nouveau, sourire au coin des lèvres. Mais Niamh est plus rapide et se saisit de mon bras avant que je n’ai eu le temps de la toucher. Pour me libérer, je tente de tirer mon poignet qu’elle tient entre ses doigts mais sa prise est plus forte et je l’entraine avec moi, ma nuque épousant l’accoudoir et Niamh penchée sur moi. Avant même que je n’ai eu le temps de formuler dans mon esprit l’envie de fondre sur ses lèvres, c’est la blonde qui s’en charge pour mon plus grand plaisir. Ma main libre vient instantanément se nicher à sa taille pour se faufiler dans le bas de son dos alors que notre baiser s’intensifie, au même titre que mon coeur se met à battre plus vite. Depuis le temps que j’avais envie de ça… Mais la blonde semble prise d’une illumination et se redresse brusquement, me laissant clairement sur ma faim. « Excuse-moi, je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça. Je n’aurais pas dû. C’était une longue journée et l’alcool n’aide pas vraiment. » Je la regarde se rhabiller pour faire genre que tout va bien, et surtout fuir mon regard. Je ricane légèrement, plus amusée qu’autre chose. « On dirait que t’as 15 ans et que tu viens d’embrasser le mec de ta soeur ! » Je me redresse sans la quitter des yeux et je viens glisser mes doigts sous son menton pour faire tourner son visage vers moi et plonger mon regard dans le sien. « Niamh, je suis majeure, tu ne trompes personne que je sache, on fait rien de mal ok ? » Je lui souris pour la rassurer avant de caresser tendrement sa joue. « C’est quoi le problème exactement ? Mes lèvres ont pas le goût auquel tu t’attendais ? » Je la taquine bien sûr mais je voudrais simplement qu’elle arrête de se mettre des barrières. « Tu es sûre que tu as bien goûté ? » Je m’approche d’elle, cette fois c’est moi qui romps la distance entre nos bouches pour venir l’embrasser, tendrement, lui laissant le loisir de prolonger ce nouvel échange, ou tout arrêter.

_________________
❝ what about us ❞ We are searchlights, we can see in the dark. We are rockets, pointed up at the stars. We are billions of beautiful hearts And you sold us down the river too far. What about love? What about trust? What about us?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Old Pink
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 42 ans
○ statut : Coeur de plus en plus perturbé
○ métier : Travaille pour l'association LGBT de Wellington
○ quartier : #42 west bay
○ posts : 267 ○ points : 90
○ avatar : Charlize Theron
○ DC : Theo
○ inscrit le : 05/02/2017
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Mer 27 Sep 2017 - 21:58

   
Super… Comme si ma propre culpabilité et honte ne suffisaient pas, il fallait en plus que Tawny se moque de moi. Certes, son rire n’était pas méchant, je me rendais bien compte, mais ce n’était pas agréable pour autant. « On dirait que t’as 15 ans et que tu viens d’embrasser le mec de ta sœur ! » ‘J’suis lesbienne j’te signale.’ Telle l’incroyable susceptible que j’étais, je faillis lui balancer cette réplique au visage pour lui faire comprendre que je n’appréciais pas son comportement, mais ça ne ferait que l’amuser un peu plus. Parce que c’était une attitude d’adolescente et j’étais censée être la vieille dans la pièce. Alors je me contentai de fixer mon verre et de boire un peu plus d’alcool pour tout oublier. Sauf que la brune ne semblait pas l’entendre de cette façon et elle se leva pour me forcer à la regarder en face. « Niamh, je suis majeure, tu ne trompes personne que je sache, on fait rien de mal ok ? » C’était nouveau ça, les idiots impulsifs devenaient apparemment intelligents à leur majorité. Pas qu’elle était idiote, mais on ne pouvait pas dire qu’elle était très réfléchie avant d’agir. Pour ce qui était de tromper… Une vision de Kenlee vint immédiatement envahir mes pensées, comme si elle avait toujours été là dans un coin à attendre qu’on la libère. Je déglutis difficilement sans pouvoir cacher mon malaise à Tawny. Et elle avait dû le voir vu sa façon de me caresser doucement le visage. « C’est quoi le problème exactement ? Mes lèvres ont pas le goût auquel tu t’attendais ? » Pour le coup, je ne pouvais pas vraiment répondre, la réalité m’avait frappée beaucoup trop vite pour que je puisse apprécier le contact. Putain, ne pas penser comme ça, ce n’était pas si compliqué ! Trop jeune, une bénévole, une amie proche d’Ailina, devais-je continuer cette liste de contre-indication pour raisonner mon envie inavouable ? « Tu es sûre que tu as bien goûté ? » Avant que je ne puisse dire ouf, la brune supprima toute distance entre nous et me donna un tendre baiser. Ne pas répondre et la repousser, c’était franchement aussi simple que dire bonjour. D’ailleurs, je parvins à poser mes mains sur ses épaules et le faire. Je la repoussai, d’un pas, deux pas… Et la piégeai contre le piano, pour prolonger son baiser avec plus d’ardeur qu’elle n’osait en mettre. Très vite, son haut partit voler à l’autre bout du studio, cet obstacle en tissu n’était pas invité à cette soirée. Abandonnant ses lèvres pour venir embrasser son cou, je finis par l’attraper par la taille pour la soulever et la faire s’asseoir sur l’instrument. Elle était parfaitement installée pour moi, je n’eus plus qu’à tourner légèrement la tête pour venir stimuler ses zones érogènes au niveau de sa poitrine de mes lèvres, ma langue et mon souffle. Je passai une main dans son dos et vins décrocher son soutien-gorge d’un geste expert, la libérant d’une pression inutile. Mon propre haut finissant par fuir également la bataille, je revins capturer ses lèvres. La raison ne me contrôlait plus, mais je ne laissais pas la jeune femme prendre le dessus sur moi pour autant. Coupant notre baiser juste assez tôt pour la frustrer, j’approchai mes lèvres de son oreille et lui murmurai quelques mots avec provocation. « As-tu déjà eu un orgasme sur un piano ? Si ce n’est pas le cas, accroche-toi bien ! » Et, sans attendre sa réaction, je déboutonnai son pantalon et la fis se pencher en arrière pour pouvoir le glisser le long de ses jambes, la laissant dans la tenue d’Eve. Délicatement, je fis en sorte qu’elle s’allonge en partie sur le piano et je vins rapidement réchauffer son point sensible du bout de ma langue. La crispation de ses jambes contre moi intensifia mon envie de l’entendre et je la titillai un peu plus, la provocant en m’éloignant et me rapprochant sans prévenir. Je glissai une main sous une de ses jambes pour avoir plus de liberté de mouvement, attentive à la moindre de ses réactions.

_________________



There's only one thing to do, three words for you,  i love you
there's only one way to say, those three words, and thats what I'll do, i love you — Plain white t's.


Dernière édition par Niamh O'Neill le Jeu 16 Nov 2017 - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

tawny la malice
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 ans
○ statut : tente de remonter la pente
○ métier : récemment engagée dans l'armée dans l'espoir d'arrêter ses conneries
○ quartier : en coloc avec sa soeur de coeur : phoebe
○ orientation sexuelle : 100% homo
○ informations en vrac :
tawan - imagine me and you


○ posts : 2188 ○ points : 440
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Kstew mon amour
○ DC : Parker, Cameron, Kenlee, Ezekiel & Sara
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: Re: i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]   Jeu 28 Sep 2017 - 14:02


Je me fous un peu de sa gueule, c’est plus fort que moi, mais vu sa tête, fallait quand même que je réagisse. Merde, on fait rien de mal, faut arrêter de stresser, je suis plus une gamine, on a personne à tromper, on est libres comme l’air, majeures et vaccinées, alors pourquoi elle me repousse comme ça ? J’ai bien senti qu’elle en avait envie autant que moi alors à quoi bon résister ? Je joue la plaisanterie mais j’ai l’impression que ça ne marche pas vraiment. Quand elle replonge son regard dans le mien, je crois comprendre que cette petite escapade prend fin ici. Il y a quelqu’un dans sa vie et elle ne m’en a pas parlé. Je la connais depuis assez longtemps pour comprendre ce regard, il est différent. Je retente quand même l’affaire en déposant plus tendrement mes lèvres sur les siennes, sans en faire plus, simplement lèvres contre lèvres, lui laissant le temps de savoir ce qu’elle veut. Si elle me repousse encore, je ne lui en voudrai pas, mais mon ego en prendra un sacré coup. Ça m’arrive pas souvent ce genre de truc. Et voilà qu’elle me repousse. Elle le fait putain. Mon coeur s’accélère mais pas pour les bonnes raisons, en une fraction de seconde je comprends que c’est mort, et qu’elle… merde, qu’est-ce qu’elle fait ? Elle me fait reculer, ses mains sur mes épaules, jusqu’à ce que mon dos heurte le piano et qu’un souffle de surprise s’extirpe de mes lèvres. Je cherche à comprendre à travers son regard mais je n’y lis rien, rien qui ne me mette sur la voie de ses intentions, jusqu’à ce qu’elle presse à son tour ses lèvres contre mes lèvres dans un baiser plus appuyé, plus torride. Je soupire de plaisir et mes mains trouvent les courbes de son corps, faisant grimper en moi une chaleur indescriptible. La blonde a pris les commandes et ce n’est pas pour me déplaire. Mon t-shirt valse à travers la pièce pendant que je m’entiche de notre baiser qui se veut de plus en plus langoureux. Quel plaisir. Ses lèvres dévient dans mon cou alors que mes mains prennent possession de son corps divin, glissant sous le tissus de son haut. Pas le temps de plus que déjà ses bras étonnement musclés me font me hisser sur le piano, mon coeur s’accélérant d’avantage. Elle ne tarde pas à me couvrir de nouveaux baisers ardents, mes doigts dans sa chevelure blonde et mon souffle qui s’accélère d’avantage. Lorsqu’elle fait voler mon soutien-gorge, j’en profite pour faire de même avec son haut, comme un besoin de sentir sa peau au plus près de moi. Son visage juste à hauteur de ma poitrine, je la laisse jouer avec moi comme personne n’avait fait avant elle, j’en perds déjà la tête. En règle générale, je suis plutôt celle qui prend les initiative, celle qui mène la danse, mais pour une fois, je me retrouve grisée de lâcher les rennes.  Enfin je retrouve ses lèvres desquelles je me délecte et frissonne déjà de sentir ces dernières laisser leur souffle dans mon oreille. « As-tu déjà eu un orgasme sur un piano ? Si ce n’est pas le cas, accroche-toi bien ! » « Putain… » Un mot extirpé dans un souffle à mon tour, plus pour moi-même qu’autre chose. Et sans attendre, la blonde déboutonne mon pantalon et se saisit de ce dernier pour qu’il rejoigne à son tour le reste de mes fringues à même le sol. Sa main glissée le long de mon buste m’incite à m’allonger contre le bois vernis glacé du piano, je frissonne et me laisse faire. Elle plonge sans attendre entre mes jambes et le premier contact de ses lèvres avec mon intimité m’électrise, me fait presque sursauter, contraste saisissant entre ce piano glacé et la chaleur de sa langue. Je tressaille. Mon corps se cambre, je n’ai nulle part où m’agripper pour ne pas sombrer dans les abîmes d’un plaisir sans retenue, et c’est dans mes cheveux que mes doigts s’immiscent, les agrippant par poignées tout en accueillant le plaisir qu’elle m’offre. Mon corps se cambre, je frissonne, tremble presque et les cris qui se dégagent de ma bouche sont la preuve de l’expérience de la quadra. Bordel je crois que dorénavant j’irai chercher des femmes plus expérimentées. Il ne me faut pas longtemps pour atteindre le nirvana, faut dire qu’entre l’alcool et l’envie bien trop pressante de m’unir à elle, j’ai pas cherché à comprendre ni même à me retenir. A bout de souffle, je prends une seconde pour reprendre mes esprits et me redresse sur mes coudes pour plonger mon regard dans celui de la blonde, avec une avidité certaine. « Tu vas pas t’en tirer comme ça… » C’est avec un sourire taquin que je glisse le long du piano pour toucher terre, retrouvant la proximité du corps de la blonde que je viens embrasser tout en retirant à mon tour son sous-vêtement. Je la fais se retourner et d’un pas sur le côté la fais s’asseoir à moitié sur les touches du piano, laissant un bruit discordant se faire entendre, me faisant lâcher un rire amusé. « Tu es désaccordée. » Mes mains s’emparent de son corps que je caresse à n’en plus finir, me délectant de son souffle qui s’accélère à mesure que mes baisers la réchauffent, descendant sur sa poitrine pour m’en emparer avec délectation. Imaginant bien que sa position n’est pas des plus agréable et ne voulant surtout pas abîmer l’instrument, je fais glisser le banc de piano en dessous d’elle pour qu’elle puisse s’y asseoir, après bien sûr avoir pris soin de lui retirer les vêtements en surplus. Plus rien n’a d’importance, plus aucune pensée ne glisse en mon cerveau, je suis juste avec elle, sur le point de lui rendre la pareille du moment magique qu’elle vient de me faire vivre.

_________________
❝ what about us ❞ We are searchlights, we can see in the dark. We are rockets, pointed up at the stars. We are billions of beautiful hearts And you sold us down the river too far. What about love? What about trust? What about us?
Revenir en haut Aller en bas
 

i'll be there for you, cause you're there for me too [Tawniamh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: flashback-