AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ? (PV Sean)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ? (PV Sean)   Jeu 13 Avr - 19:09



Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ?
Sean Sawyers


Quatre heures du matin.

« NOOOOONNN !!!! ,NON. Pas ça…Je vous en supplie ». Ma propre voix m’extirpa d’un cauchemar sans fin. J’avais encore la sensation de leurs mains sur mon corps. Suffoquant, je bondissais hors de mon lit, m’avançant vers la fenêtre pour respirer une grande goulée d’air frais tandis qu’une nausée me submergeait peu à peu. « Respires Heather, Respires Heather. Ils ne sont pas là, ils ne sont pas là, me répétais-je ». Ma respiration se calmant peu à peu, je fixais la nuit noire à la recherche d’un espoir. De mes mains tremblantes, je saisissais mon paquet de cigarette, ces dernières tombant une à une sur le sol. « MERDE, J’EN AI MARRE, hurlais-je en jetant celui-ci à travers la pièce ». Je ne savais pas quand exactement je m’étais mise à fumer, mais cela ne me ressemblait absolument pas. Mon chien, Shadow, un magnifique golden retriever de couleur sable apparut dans ma chambre, surpris par mes cris. Son ancien propriétaire étant mort dans un accident de voiture, personne n’avait voulu de lui et je l’avais adopté dans un refuge pour animaux abandonnés. Brisés autant l’un que l’autre, il réussissait à m’apporter ce sentiment de sécurité dont j’avais tellement besoin. Lui et le flingue que je dissimulais sous mon oreiller…
Il posa sa tête sur ma cuisse, me dévisageant du regard, tandis que je poussais un profond soupir «  Ta maîtresse devient folle, mon pauvre vieux ». Je lui caressais doucement la tête dans des mouvements lents, ce geste m’apaisant certainement autant que lui…

Sept heures du matin

Je revenais de mon jogging matinal avec Shadow. Courir était devenu un rituel. C’était la seule activité qui me permettait de réellement me vider la tête. En atteignant l’immense portail bleu de ma nouvelle acquisition, je ne pouvais que me satisfaire de mon choix. J’avais dépensé sans compter.  Il s’agissait d’un manoir datant du 18ème siècle implanté sur un terrain de 6 hectares dont l'herbe était impeccablement coupée. Pour y parvenir, il fallait franchir un portail bleu et suivre une route sinueuse parsemée de graviers blancs. Des arbres titanesques formaient une minuscule forêt et je pouvais accéder librement à la mer ayant ma propre plage privée. Le manoir possédait une façade d'un blanc éclatant, ses volets étaient beiges clairs et une partie de la maison était rongée par le lierre. Si l’extérieur était magnifique, l’intérieur était délabré et défraichi. Les pièces étaient pourtant spacieuses disposant de haut plafond et chacune avait sa propre cheminée. Le manoir comptait en tout quatre chambres, 2 salle de bain, une salle de jeu, un vestibule, un hall, 1 grand salon et 2 petits salons, une cuisine, une véranda, 2 garage et une cave. Pour résumé, j’avais encore craqué pour un bien immobilier bien trop grand pour moi. Ce choix de maison non rénovée, montrait également que la nouvelle Heather avait dû mal à s’occuper. En effet, en temps ordinaires, j’aurais fait appel à une équipe de professionnel et une décoratrice d’intérieur mais manquant cruellement d’occupations pour m’occuper l’esprit, j’avais décidé de faire tout moi-même quand je n’étais pas à l’hôpital. Or, aujourd’hui c’était dimanche et j’étais de repos…

11 heures du matin

A l’instant, j’étais en train de démolir un mur avec une massue, énervée comme jamais. Quand mes pensées ne divaguaient pas sur mon épisode catastrophique en Libye, je pensais à Sean ! « Boum » Premier coup de massue. Pourquoi fallait-il toujours qu’il revienne me hanter celui là. « Boum » Deuxième coup de massue. Cela faisait des semaines que je faisais la morte, ne lui envoyant plus de nouvelles depuis notre soirée alcoolisée. « Boum » Troisième coup de massue. Et maintenant il était là dans mon esprit, son sourire, son visage, ses mains, oh purée ses fesses… « Boum » Quatrième coup de massue. J’essayais de reprendre mon souffle, éreintée, la tête me tournant légèrement. Vacillante, Je dus prendre appui contre le mur. En y repensant je n’avais pas avalé de vrai repas consistant depuis la veille et la voix de ma mère résonna dans mon esprit «  Tu es devenue maigre Heather ». Elle n’avait pas tort, je flottais dans ma salopette de chantier qui –soit dit en passant-me rendait super mignonne. « Sean Sawyer, vous êtes le diable, marmonnais-je ». Comme si c’était de sa faute si j’oubliais de manger…Je poussais un profond soupir. Quand est-ce que je parviendrais à l’oublier lui aussi ? J’avais pensé que partir à New York m’aurait guéri. Mais non, j’étais toujours autant Seanpnotisé. La soirée où Rhett nous avait découvert tous les deux n’avait fait que me rappeler à quel point il me manquait. Notre relation étant vouée à l’échec, j’avais préféré garder le silence pour ne plus le revoir.

Les grognements de Shadow suivis de quelques aboiements  me firent sursauter m’arrachant à mes pensées fugaces. Quand, des bruits de pas et des craquements sonores se firent entendre dans la maison, mon cœur fit un bond. Il y avait quelqu’un chez moi…Et mon portable était dans ma chambre. Génial ! La boule au ventre, je me saisis de ma massue, prête à me défendre alors que les bruits de pas se rapprochaient l’endroit où je me trouvais. Il avançait, il me cherchait ? Shadow s’était positionné devant moi comme s’il souhaitait me protéger et lorsque la porte s’ouvrit, il se mit à aboyer de manière forte. La massue en l’air, pâle comme la mort, la moitié du visage couverte de poussières blanches, je devais avoir l’air maligne alors que Sean faisait son entrée chez moi…Quand on parle du loup…




Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

avatar

burger killer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : trente-six ans
○ statut : en instance de divorce, mais elle hante toujours ses pensées
○ métier : commissaire de police
○ quartier : #150 center bay ; il vit dorénavant seul dans cet appartement qui le rend mélancolique
○ orientation sexuelle : il aime les courbes féminines et n'en a jamais douté
○ informations en vrac : il est né à new york, mais a toujours vécu ici › il a perdu sa mère à ses seize ans à la suite d'un accident de la route › il ne parle plus à son père › il fut une époque où il émergeait la plupart de ses matins dessous des couettes d'inconnues › il n'a aucune patience › il ne mesure pas les conséquences de certains de ses actes › il ne supporte pas qu'on se mêle de sa vie privée › il est indépendant, c'est dans son caractère › le sujet des enfants est source de conflits au sein de son couple › il a demandé le divorce à sa femme exaspéré qu'elle fasse passer son travail avant son couple, mais en réalité elle s'est éloignée de lui et s'est réfugiée dans son travail suite à son avortement non désiré › il ne supporte pas l'arrivée dans sa famille de sa cousine, fille de son oncle avec qui il est proche.

○ posts : 5768 ○ points : 735
○ pseudo : silverlight (adeline)
○ avatar : jensen god ackles
○ inscrit le : 28/06/2016
MessageSujet: Re: Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ? (PV Sean)   Mer 10 Mai - 13:03

Mamant ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue
S E A T H E R

Cette fille va me rendre chèvre. Décidément, elles sont toutes les mêmes. Quand nous, les mecs, ne nous intéressons en rien à elles, elles nous tournent le nez en n’oubliant pas de nous le faire savoir, mais si à l’inverse nous nous intéressons à elles, elles nous mènent par le bout du nez. Justement, à peine nous nous étions retrouvés, Heather n’en faisait déjà qu’à sa tête en ne répondant pas à mes messages et laissant perdurer un silence radio. Peut-être lui était-il arrivé un incident ? Que cherchait-elle au juste ? Là aussi, les filles sont compliquées pour les comprendre. Il faudrait un mode d’emploi pour réussir aux garçons à les cerner. Pour ainsi dire, elles sont un mystère ! D’antan, dés qu’une fille me faisait de la résistance ou commençait à me prendre la tête, je ne cherchais pas midi à quatorze heures en la laissant derrière moi. J’aurais très bien pu faire pareil avec Heather, mais étonnement quelque chose me retenait depuis cette soirée réconciliation. Suite à ce comportement, je tenais à avoir des explications, il n’y avait donc qu’un seul moyen : me rendre de pied ferme à son domicile. Par chance, mes contacts à la mairie m’ont permis d’avoir une adresse. Il ne me manquait plus qu’à agir et mon action ne s’était pas faite attendre. Des tas de questions résidaient dans mon esprit, des questions auxquelles elle pourrait certainement répondre et d’autres plus personnelles à son sujet dont je serais le seul à pouvoir y répondre avec le temps peut-être. Beaucoup d’incertitudes d’où mon envie de réagir plutôt que de rester les bras croisés et laisser passer le temps. Alors, je sortais mon téléphone de ma poche pour jeter un œil à l’adresse en espérant la voir. Après en avoir pris connaissance, je ne tardais pas à prendre la route vers son domicile à South Bay. Arrivé à destination, au vu de la grande bâtisse, je m’étonnais du goût d’Heather pour ce manoir. J’examinais plus en détail celui-ci, après être sorti de ma voiture, tout en me dirigeant vers sa porte d’entrée. Personne ne répondait après plusieurs de mes cognements sur la porte pourtant. Je m’incitais à tourner la poignée afin de savoir si la porte était ouverte et que quelqu'un était bien là. Par stupeur, la porte s’entrouvrait. J’en déduisais donc qu’il y avait une présence à l'intérieur et prenais la décision d’entrer. A mon entrée, des aboiements de chien résonnaient dans le manoir et plus je m’en approchais plus ces aboiements devenaient intenses. Déterminé à avoir des réponses à mes questions, ces bruits ne m’impressionnaient guère. Je finissais par la trouver et tomber sur elle avec une massue en l’air et son chien positionnait face à elle continuant toujours d’aboyer comme une mise en garde si je m’approchais trop près de sa maitresse. Pour éviter tout de même de me faire mordre, je m’arrêtais au seuil de la porte de la pièce dans laquelle ils se trouvaient pour mettre une distance entre eux et moi. A mon ordinaire, j’aurais ri en la voyant dans cette position et dans l’état qu’elle se trouvait, mais un tant soit peu remonté de n’avoir reçu aucune réponse à mes messages, je ne souriais même pas. « BONJOUR ! » m’exclamais-je dans le but de me faire entendre alors que son chien continuait à aboyer. Il finissait par se calmer après avoir reçu l’ordre de sa maitresse de se taire. Je reprenais ainsi mon ton de voix habituel. « Tu ne répondais pas, donc je me suis permis d’entrer. » Heureusement, sa porte d’entrée était ouverte aussi. Je ne serais pas face à elle si sa porte était fermée à clé. Sans plus attendre, je décidais d’aborder la raison de ma venue ici. « Je vois que t’es toujours en vie. » Par mes mots, je cherchais à la piquer au vif et lui faire savoir que son geste ne m’a pas du tout enchanté après notre soirée réconciliation. Je pensais honnêtement que sa rancœur, à cause de mon départ précipité par le passé, s’était dissipée. J'en doutais. « Tu te doutes pourquoi je suis là ? Mes contacts m’ont permis d’avoir l’adresse de ton domicile. » J’étais franc avec elle en lui expliquant comment j’avais réussi à trouver son adresse, mais la question n’était pas là … « Tu es trop occupée dans tes travaux pour répondre à mes messages, en fait ? » Je pourrais rire jaune si elle me répondait que oui. Dans ce sens, elle aurait pu au moins me prévenir, ça ne prend que quelques secondes à rédiger puis envoyer un message …

_________________
you were my world
we were madly in love, smiles in lip as if nobody could separate us except for us.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ? (PV Sean)   Dim 14 Mai - 21:53



Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ?
Sean Sawyers


Quand le visage de Sean apparut dans l’embrasure de la porte, le cœur de Heather s'emballa alors qu’elle reposa peu à peu la massue qu’elle avait entre les mains, non sans dissimulée un certain soulagement.  "Tais toi, Shadow, déclara-t-elle d'une voix ferme, tandis qu'obéissant son golden retriever se tut automatiquement" En temps normal, elle aussi aurait pu rire de la situation mais depuis son  retour de Libye elle n’aimait plus tellement les visites à l'improviste. En réalité, la jeune femme avait dû mal à l’admettre mais elle vivait dans la peur et  Sean venait de lui foutre une trouille bleu. Trop fière, il était hors de question pour la jeune femme de lui montrer.   "Bonjour, lui répondit-elle  de la même voix froide". En analysant son attitude, elle le trouva fâché, même vexé...A croire que son silence forcé avait fait pire que mieux, Sean était venu jusqu'à elle. « Tu ne répondais pas, donc je me suis permis d’entrer. » "La sonnette est cassée et avec la massue...Je n'ai pas vraiment entendue... "  Elle lui afficha un sourire légèrement forcé trouvant qu'il avait du toupet de ne pas avoir prévenu par téléphone. En y réfléchissant, même s'il avait prévenu, j’aurais tout fait pour l'éviter, se dit-elle intérieurement. 1 point pour Sean.

"Je vois que t’es toujours en vie. " Elle poussa un soupir lasse,  levant les yeux au ciel en signe d'agacement et le laissa enchaîner.  « Tu te doutes pourquoi je suis là ? Mes contacts m’ont permis d’avoir l’adresse de ton domicile. » « C’est pas du tout flippant ça  comme comportement, Sean…maugréa-t-elle"   Quand Sean était dans cet état, elle savait qu’il était vain de tenter de discuter et s’assit sur un tabouret, prenant son visage fatigué entre ses mains . Têtu comme il était, il ne partirait pas tant qu’il n’aurait pas eu ce qu’il voulait. Malheureusement, Heather n’était pas le genre de femme à se laisser faire. De plus, elle n’avait pas pensé à une explication plausible qui pourrait expliquer son silence...Remettre sa rancœur sur le tapis pouvait paraître légèrement orgueilleuse non ? « Tu es trop occupée dans tes travaux pour répondre à mes messages, en fait ? »"Je ne savais pas que notre réconciliation signifiait que nous étions redevenus les meilleurs amis du monde, rétorqua-t-elle légèrement goguenarde". Ouhhh, la menteuse, elle est amoureuse. Pourquoi est-ce que je fais ça ? Pourquoi est-ce que je lui mens ?  se maudit-elle.  Elle avait une envie désespérée de lui hurler qu’elle pensait à lui constamment, qu’elle avait envie qu’il soit à ses côtés et encore plus ces derniers temps mais à la place elle conservait cette carapace de femme forte par fierté.   Désormais, elle se mettait à la recherche désespérée de son paquet de cigarettes dans les poches de sa salopette pour éviter de croiser son regard. Il fallait qu’elle tienne bon. Surtout qu'il sentirait certainement qu'elle lui mentait.

Malheureusement, la tension qui régnait dans la pièce l’intimidait également. En effet, depuis leur réconciliation, Heather ne pouvait le nier, Sean lui faisait toujours autant d’effet.  Il procurait sur elle une attraction irrésistible et quand elle releva les yeux pour contempler cet homme qu’elle avait jadis aimé, son cœur s’emballa à nouveau comme pour répondre au besoin du passé.  Elle poussa un soupir. « Bon, écoutes…Je suis désolée, disons, que je suis un peu sur les nerfs ces derniers temps…Entre les travaux, les gardes de nuit, je n’ai pas vraiment une minute à moi, lui confia-t-elle d’une voix légèrement adoucie.  Mais comme tu vois, je vais bien, il ne fallait pas te donner tout ce mal…Je veux dire. Tout va bien Sean. Tu peux rentrer chez toi, retourner à tes occupations et je te promets qu’on ira boire un café ou…une bière ? Prochainement…Quand je serais dans une tenue moins, moins..Hum..Moins… » Elle désigna sa tenue de chantier et afficha un grand sourire désireuse qu’il comprenne qu’elle voulait qu’il parte. Vous avais-je déjà dit qu’Heather était particulièrement paradoxale ? D’un côté son cœur voulait qu’il reste, de l’autre sa raison voulait qu’il parte…A Sean de faire son choix



Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

avatar

burger killer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : trente-six ans
○ statut : en instance de divorce, mais elle hante toujours ses pensées
○ métier : commissaire de police
○ quartier : #150 center bay ; il vit dorénavant seul dans cet appartement qui le rend mélancolique
○ orientation sexuelle : il aime les courbes féminines et n'en a jamais douté
○ informations en vrac : il est né à new york, mais a toujours vécu ici › il a perdu sa mère à ses seize ans à la suite d'un accident de la route › il ne parle plus à son père › il fut une époque où il émergeait la plupart de ses matins dessous des couettes d'inconnues › il n'a aucune patience › il ne mesure pas les conséquences de certains de ses actes › il ne supporte pas qu'on se mêle de sa vie privée › il est indépendant, c'est dans son caractère › le sujet des enfants est source de conflits au sein de son couple › il a demandé le divorce à sa femme exaspéré qu'elle fasse passer son travail avant son couple, mais en réalité elle s'est éloignée de lui et s'est réfugiée dans son travail suite à son avortement non désiré › il ne supporte pas l'arrivée dans sa famille de sa cousine, fille de son oncle avec qui il est proche.

○ posts : 5768 ○ points : 735
○ pseudo : silverlight (adeline)
○ avatar : jensen god ackles
○ inscrit le : 28/06/2016
MessageSujet: Re: Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ? (PV Sean)   Mar 23 Mai - 21:23

Mamant ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue
S E A T H E R

Sincèrement, j’ai connu mieux comme accueil. « Bonjour. » me répondait-elle d’un ton froid. Pourquoi utilisait-elle cette intonation de voix avec moi dés le départ ? Avait-elle quelque chose à me reprocher ? Je ne pouvais qu’y croire dans ces circonstances. Pourtant, je décidais de rester impassible face à ce comportement au risque que je reparte bredouille, sans réponse à mes questions. « La sonnette est cassée et avec la massue...Je n'ai pas vraiment entendue... » Tout s’expliquait quant à sa non-réponse lorsque je me trouvais sur son perron, d’où mon initiative à faire mon entrée dans son domicile en chantier. A mon entrée, pendant quelques secondes, je doutais même que quelqu’un puisse vivre dans cet endroit, mais les aboiements de son chien m’ont prouvé le contraire. Je n’y allais pas par quatre chemins en lui demandant si elle connaissait la raison de ma venue et en lui expliquant au passage comment j’ai réussi à m’approprier l’adresse de son habitation, sans quoi je ne serais pas là. « C’est pas du tout flippant ça comme comportement, Sean. » Après ses quelques mots, je la voyais s’installer sur un tabouret et laisser tomber sa tête entre ses mains. Cela pouvait signifier, selon moi, un manque de fatigue ou encore un agacement, mais dans les deux cas pour quelle raison ? J’en déduisais les travaux en espérant entrevoir sa réaction et me rendre compte que j’étais sur la bonne  voie. « Je ne savais pas que notre réconciliation signifiait que nous étions redevenus les meilleurs amis du monde. » Alors là, j’étais abasourdi par sa réponse, d’où voyait-elle que nous étions meilleurs amis ? Après tout, comment être meilleur ami avec une fille qui n’est autre que sa demi-sœur et surtout avec qui on a entretenu une relation plus forte que le lien fraternel ? Cette idylle est toujours encrée dans ma mémoire et elle ne cesse de resurgir depuis notre réconciliation, me rappelant alors le bon vieux temps à ses côtés. Cette fois-ci, je ne voulais pas faire abstraction de cette remarque. « Qui t’as dit que nous sommes meilleurs amis ? » Je faisais une légère grimace afin qu’elle se rende compte de sa bêtise. Aussi, je remarquais qu’Heather cherchait après quelque chose dans les différentes poches de sa salopette, dix fois trop grande d’ailleurs. « Normalement, si j’ai bien compris ... notre réconciliation signifie qu’on tire un trait sur le passé et qu’on repart sur de bonne base ? Du moins, on s’est mis d’accord. J’ai loupé un épisode peut-être ? » Je n’attendais même pas après sa réponse pour répliquer sous le ton de l’ironie : « Mince ! » Je ressentais, peut-être qu’une impression, qu’elle cherchait à fuir mon regard pour ne pas le croiser. Néanmoins, après un soupir, elle finissait par me regarder droit dans les yeux. « Bon, écoute…Je suis désolée, disons, que je suis un peu sur les nerfs ces derniers temps…Entre les travaux, les gardes de nuit, je n’ai pas vraiment une minute à moi. Mais comme tu vois, je vais bien, il ne fallait pas te donner tout ce mal…Je veux dire. Tout va bien Sean. Tu peux rentrer chez toi, retourner à tes occupations et je te promets qu’on ira boire un café ou…une bière ? Prochainement…Quand je serais dans une tenue moins, moins..Hum..Moins… » Tous ces mots à la suite des autres pour me dire quoi ? C’est rien, viens on va se boire une bière ! Alors que je m’étais tracassé l’esprit durant quelques jours, sans nouvelle de sa part. Avec en plus, un sourire béat sur son visage. J’étais donc loin de prendre ça au sérieux. « Tu plaisantes ? » A mon tour, je lâchais un soupir d’agacement. A croire qu’elle se foutait de ma gueule. « Ça n’explique pas que tu aurais pu prendre quelques secondes pour m’envoyer au moins un message pour m’en informer. » Qu’elle ne me ressorte pas l’excuse de n’avoir aucune minute à elle, même si je comprends tout à fait que son travail puisse ne pas lui laisser une seconde. Toutefois, à son retour du travail, même avec des travaux en cours, elle a au moins du temps à s’accorder pour elle pour pouvoir faire ça. Au final, à quoi bon tergiverser plus longtemps, je cherchais à savoir le fond de ses pensées. « Honnêtement, dis le que je t’ennuie ou te gêne et je m’en vais … »

_________________
you were my world
we were madly in love, smiles in lip as if nobody could separate us except for us.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ? (PV Sean)   Jeu 1 Juin - 11:04



Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ?
Sean Sawyers


Heather ne parvenait pas à mettre la main sur ses maudites cigarettes. Cette altercation avec Sean la rendait particulièrement nerveuse et indécise. D’un côté, elle mourait d’envie qu’il reste et de l’autre, elle mourait d’envie qu’il parte. « Qui t’as dit que nous sommes meilleurs amis ?  Lui lança-t-il ». La grimace qui suivit lui fit mal au cœur mais après tout elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même. Son absence de nouvelles l’avait conduite à cette situation délicate. « Normalement, si j’ai bien compris…notre réconciliation signifie qu’on tire un trait sur le passé et qu’on repart sur de bonne base ? Du moins, on s’est mis d’accord. J’ai loupé un épisode peut-être ? » Bravo, il avait appris par cœur la définition du terme réconciliation et elle s’était lancée à corps perdu dans une tirade à la recherche d’une bonne excuse pour le faire partir. Ce qui ne fonctionna absolument pas.

Elle leva un sourcil agacé puis se leva pour arpenter la pièce tel un lion en cage tandis qu’elle l’entendait rouspéter dans son dos« Tu plaisantes ? Ca n’explique pas que tu aurais pu prendre quelques secondes pour m’envoyer au moins un message pour m’en informer ». Il n’avait pas tort. Qui, à notre époque, n’était pas constamment sur son téléphone à faire défiler les photos instagram ? Lui répondre qu’elle ne consultait pas son téléphone et le rangeait aurait été un mensonge ridicule. Elle était véritablement à court  d’excuse et se sentait piégée. « Honnêtement, dis le que je t’ennuie ou te gêne et je m’en vais … ». Son cœur fit un bond et elle se retourna pour croiser son regard rempli d’interrogations et de…Tristesse ? Elle savait que Sean n’était pas le genre d’homme à courir indéfiniment et que si elle lui disait de partir, il ne reviendrait plus. Au plus profond d’elle-même, elle ignorait si elle supporterait de le perdre une deuxième fois. Elle poussa un profond soupir, gênée par la tournure des événements « Ecoutes…Pour être tout à fait  honnête avec toi  Sean, j’ai fait exprès de ne pas t’envoyer de nouvelles. Tout ça…Cette réconciliation. Ton retour dans ma vie, je croyais sincèrement que je pourrais le gérer mais…mais je n’y arrive pas. ». Elle n’avait jamais eu l’habitude de lui mentir et c’était à présent son cœur sincère qui parlait. « Ma vie actuellement est une succession d’emmerdes.  Je dors plus la nuit, je me reconnais plus, je me suis même mise à fumer. Moi ! » Elle rit jaune. Cela faisait des semaines qu’Heather luttait. Elle avait pensé que revenir dans sa ville natale aurait pu lui permettre de retrouver l’ancienne Heather, enjouée, insouciante et heureuse mais cela n’avait fait qu’accentuer le contraste avec son passé. « Et toi, dit-elle en le regardant avec insistance. Toi…Tu as débarqué et je…Je me sens encore plus perdue. Alors non, tu ne m’ennuies pas, tu ne me gênes pas, je n’ai pas envie que tu t’en ailles mais j’ai peur de souffrir, tu comprends ? Déballa-t-elle d’une traite »

Un long silence engloba ses paroles et elle prit conscience qu’elle en avait peut être un peu trop dit. Elle ne voulait pas que Sean sache qu’elle l’aimait toujours, pourtant n’étais-ce pas qu’elle venait de sous-entendre ? C’est pourquoi, elle ajouta «En plus…Je suis avec quelqu’un et je ne pense pas que le fait que tu rôdes autour de moi me permette d’avancer. Je l’aime, tu sais, vraiment »  Oulalala, Heather dans quel merdier tu viens de te fourrer encore? Un amoureux imaginaire ? N’étais-ce pas les enfants qui s’amusaient à faire ça ? Si Heather voulait demeurer crédible, elle avait intérêt à peaufiner les détails car au vu du sourcil levé de Sean, pas certaine qu’il croit ce mensonge inventé à la va-vite pour l’éloigner d’elle...A croire que ce dernier va peut-être recevoir un coup de massue finalement...


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

avatar

burger killer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : trente-six ans
○ statut : en instance de divorce, mais elle hante toujours ses pensées
○ métier : commissaire de police
○ quartier : #150 center bay ; il vit dorénavant seul dans cet appartement qui le rend mélancolique
○ orientation sexuelle : il aime les courbes féminines et n'en a jamais douté
○ informations en vrac : il est né à new york, mais a toujours vécu ici › il a perdu sa mère à ses seize ans à la suite d'un accident de la route › il ne parle plus à son père › il fut une époque où il émergeait la plupart de ses matins dessous des couettes d'inconnues › il n'a aucune patience › il ne mesure pas les conséquences de certains de ses actes › il ne supporte pas qu'on se mêle de sa vie privée › il est indépendant, c'est dans son caractère › le sujet des enfants est source de conflits au sein de son couple › il a demandé le divorce à sa femme exaspéré qu'elle fasse passer son travail avant son couple, mais en réalité elle s'est éloignée de lui et s'est réfugiée dans son travail suite à son avortement non désiré › il ne supporte pas l'arrivée dans sa famille de sa cousine, fille de son oncle avec qui il est proche.

○ posts : 5768 ○ points : 735
○ pseudo : silverlight (adeline)
○ avatar : jensen god ackles
○ inscrit le : 28/06/2016
MessageSujet: Re: Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ? (PV Sean)   Jeu 8 Juin - 16:41

Mamant ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue
S E A T H E R

Autant être franc et direct avec elle plutôt que tourner autour du pot. Je ne suis pas du genre patient pour tout dire. Je ne cherchais qu’à savoir si je n’étais pas un réel poids ou autre pour elle, car son comportement me faisait comprendre cela, à moins que je me trompais. J’en doutais, surtout après avoir entendu un énième soupir d’agacement de sa part. Dans tous les cas, mon interrogation m'aura permis enfin de croiser son regard que je n’entrevoyais pas jusqu’à là. « Ecoute…Pour être tout à fait honnête avec toi Sean, j’ai fait exprès de ne pas t’envoyer de nouvelles. Tout ça…Cette réconciliation. Ton retour dans ma vie, je croyais sincèrement que je pourrais le gérer mais…mais je n’y arrive pas. » Enfin ! Enfin, elle finissait par cracher le morceau en me disant clairement avoir fait exprès de ne pas m’avoir envoyé un message pour me donner des nouvelles. Je n’en attendais pas plus, mais étonnement elle me révélait plus que je l’imaginais. Toujours irrité, je prenais ses derniers mots sous une autre tournure. Voulait-elle vraiment à ce que nous nous réconcilions et se donnait-elle vraiment les moyens ? Bon, quand j’y repensais, mon départ précipité pouvait lui avoir laisser encore un goût amer dans la bouche, peut-être que le temps arrivera à lui faire passer ça. Je décidais de ne pas répliquer, malgré mes pensées, et de continuer à l’écouter. Je sentais qu’elle pouvait m’en apprendre d’avantage. « Ma vie actuellement est une succession d’emmerdes. Je dors plus la nuit, je me reconnais plus, je me suis même mise à fumer. Moi ! » Si elle savait dans quel état je me trouvais avec mon divorce et son retour dans ma vie, mais j’étais bien trop fier, un homme en soi, pour lui en parler et surtout pour lui confier mes sentiments, je les garde pour moi-même à mon ordinaire. « Tout le monde vit de mauvaises passes. » lui répondais-je presque inconsciemment. Je me reprenais aussitôt pour ne pas lui faire allusion sur mon état. « A ce que je sache, le monde des bisounours n’existe pas. » ricanais-je légèrement avec nervosité. Sérieusement, le monde des bisounours ? J’aurais pu trouver mieux comme réponse. « Et toi, toi…Tu as débarqué et je…Je me sens encore plus perdue. Alors non, tu ne m’ennuies pas, tu ne me gênes pas, je n’ai pas envie que tu t’en ailles mais j’ai peur de souffrir, tu comprends ? » me déballait-elle tout en me fixant avec insistance. Je ne pouvais que me sentir attaquer par ses propos et ce regard, mais aussi touché par cette révélation. Je repensais alors au passé, notre relation, à nous deux en fait. Pour ne pas affronter la situation dans laquelle elle m’avait mise là, je détournais mon regard et me dirigeais vers la seule fenêtre de la pièce pour jeter un œil sur l’extérieur et faire abstraction de la scène, mais je ne pouvais m’empêcher de cogiter sur ces paroles. Je restais silencieux, car je ne savais absolument pas quoi répondre. Par chance, Heather mettait un terme à ce silence. «En plus…Je suis avec quelqu’un et je ne pense pas que le fait que tu rôdes autour de moi me permette d’avancer. Je l’aime, tu sais, vraiment » Sur ce, je me retournais pour me retrouver face à elle, l’air interrogé. Forcément, à ne pas me donner de nouvelles, je venais de louper un épisode. « Ah oui ? Il est d’Island Bay ? De Wellington peut-être ? » Peut-être que je connaissais cet homme et si tel était le cas, je n’hésiterais peut-être pas à lui faire comprendre d’aller voir ailleurs. « C’est du sérieux ? » Par contre, un terme ne m’avait pas plu dans ses mots. « Sérieusement, rôder ? J’ai l’impression d’être une bête qui rôde autour de sa proie avant de la dévorer. » Ceci était loin de me faire rire, mais je revenais sur le sujet du soi-disant petit ami. « Si tu tiens à ce que je prenne de la distance, il n’y a aucun soucis, mais si tu pouvais me donner au moins des nouvelles de temps à autre … Je ne suis pas un inconnu quand même. » Que je le veux ou non, je suis son demi-frère avant tout.

_________________
you were my world
we were madly in love, smiles in lip as if nobody could separate us except for us.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ? (PV Sean)   Ven 9 Juin - 16:08



Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ?
Sean Sawyers

[font=Arial Black]
Malheureusement Sean avait raison, le monde des bisounours n'existait pas. Après avoir perdu une partie de son humanité en Libye, Heather ne croyait plus en la bonté humaine. Le fait de mentir à celui qu'elle aimait ne faisait que lui rappeler à quel point elle avait changé. A présent, elle passait son temps à mentir. Entre sa famille et ses proches qui ignoraient qu'elle était partie en Libye vivre l'enfer, Aaron qu'elle avait abandonné sans explication à New York et son mensonge à Sean. Elle ne se reconnaissait plus. " Ah oui, il est d'Island Bay ? De Wellington peut être". Une boule noua son estomac et une sueur froide parcourut son front. Qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir inventer pour être crédible ? Elle se mit à réfléchir. Il fallait qu'elle trouve quelqu'un que Sean ne connaisse absolument pas...Mais qui ? Depuis que Sean et elle avaient coupé les ponts, elle ignorait qui faisait parti de son cercle d'amis. Elle eut soudainement très très chaud face à ce petit interrogatoire, à tel point qu'elle ne fit pas attention à sa remarque ironique. S'ils avaient été dans un cartoon, une ampoule se serait installée au dessus de la tête de Heather tandis que l'identité parfaite de son faux petit ami lui était, enfin, apparue .

"Clayton ! Déclara-t-elle d'un ton rapide.Clayton O'lachlan " En effet, Clayton, son meilleur ami lui apparaissait comme le candidat idéal. Il était de retour depuis seulement 1 an à Island Bay réduisant les chances que Sean l'ait croisé. " Il est de Island Bay, je ne suis pas certaine que tu le connaisses...Si ?'' Heather n'était plus vraiment croyante mais elle était en train de prier tous les Saint pour que cela ne soit pas le cas. "En tout cas, lui et moi c'est sérieux, poursuivit-elle...On a vécu des choses...Qui nous ont beaucoup rapproché et c'est vraiment un pilier dans ma vie". Ca pour le coup, ce n'était pas un mensonge. Clayton était le seul actuellement qui était apte à la comprendre. De plus, la Libye avait rapproché les deux protagonistes et elle n'oublierait jamais la façon dont il s'était parfois sacrifié pour la protéger. Un voile de tristesse traversa ses yeux "Et toi, demanda-t-elle d'une petite voix. Tu as quelqu'un en vue dans ta vie ? " La réponse risquait véritablement de l'ébranler. Néamoins, peut-être que si elle savait que Sean allait s'engager avec quelqu'un, cela lui permettrait de vivre plus sereinement. Elle ne souhaitait, en effet, que son bonheur avec ou sans elle...

"Si tu tiens à ce que je prenne de la distance, il n’y a aucun soucis, mais si tu pouvais me donner au moins des nouvelles de temps à autre … Je ne suis pas un inconnu quand même. » Pas un inconnu. C'était peu dire. "C'est vrai. Mais j'espère au moins que tu ne vas pas me rappeler qu'on est de la même "famille". Tout ça, c'est vraiment un tas de conneries. Les sentiments que je te porte...Portais, se rattrapa-t-elle, les sentiments que je te portais n'avaient rien de fraternelle et tu le sais très bien. Ainsi, si tu veux vraiment qu'on conserve un contact...Ca sera en tant qu'amis ?". Elle n'avait vraiment pas envie qu'on lui rabâche qu'elle était la demi-soeur de Sean Sawyers. Vu la façon dont elle le dévorait des yeux, il était évident qu'il ne la laissait pas indifférente. "En tout cas, ajouta-t-elle...Le fait que tu t'inquiète pour moi, me touche, tu sais. Mais, tout va bien, je t'assure. Je suis très heureuse et je ne suis plus seule.... Regardes j'ai Shadow maintenant qui veille sur moi, dit-elle en désignant son chien. Et Clayton, aussi, oui Clayton. " Elle sourit timidement même si au fond d'elle même, elle avait envie de pleurer. Tout cela ressemblait atrocement à des adieux. Elle sentait que des larmes commençaient à lui brûler les yeux. Etrange chez une femme qui ne pleurait jamais. . Même si Clayton lui apportait tout le soutien du monde en tant qu'ami, elle n'avait besoin que d'une seule personne aujourd'hui. Cette dernière se tenait devant elle, comme un étranger. La Libye l'avait marquée mais elle savait au plus profond de son coeur qu'il n'y avait que Sean qui réussirait à la faire avancer, à lui rendre son sourire. Mais c'était impossible... Un désespoir sans fin l'envahit soudain. Elle se sentait tellement seule sans lui. Sa présence réconfortait tous les maux de son âme mais trop orgueilleuse pour le reconnaître, elle préférait fuir...





Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

avatar

burger killer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : trente-six ans
○ statut : en instance de divorce, mais elle hante toujours ses pensées
○ métier : commissaire de police
○ quartier : #150 center bay ; il vit dorénavant seul dans cet appartement qui le rend mélancolique
○ orientation sexuelle : il aime les courbes féminines et n'en a jamais douté
○ informations en vrac : il est né à new york, mais a toujours vécu ici › il a perdu sa mère à ses seize ans à la suite d'un accident de la route › il ne parle plus à son père › il fut une époque où il émergeait la plupart de ses matins dessous des couettes d'inconnues › il n'a aucune patience › il ne mesure pas les conséquences de certains de ses actes › il ne supporte pas qu'on se mêle de sa vie privée › il est indépendant, c'est dans son caractère › le sujet des enfants est source de conflits au sein de son couple › il a demandé le divorce à sa femme exaspéré qu'elle fasse passer son travail avant son couple, mais en réalité elle s'est éloignée de lui et s'est réfugiée dans son travail suite à son avortement non désiré › il ne supporte pas l'arrivée dans sa famille de sa cousine, fille de son oncle avec qui il est proche.

○ posts : 5768 ○ points : 735
○ pseudo : silverlight (adeline)
○ avatar : jensen god ackles
○ inscrit le : 28/06/2016
MessageSujet: Re: Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ? (PV Sean)   Lun 12 Juin - 17:40

Mamant ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue
S E A T H E R

Étonnement, lorsque je cherchais à en apprendre d’avantage sur l’homme qui aurait conquis son coeur, soi-disant, celle-ci se mettait à réfléchir. Connaissait-elle un tant soi peu cet homme quand même ?! Je commençais à en douter en la voyant toujours cogiter. « Clayton ! Clayton O'lachlan. » finissait-elle par me déclarer sans que je m’y attende. Pour être précise, elle l’était en me donnant son nom complet. « Clayton ? » murmurais-je avec les sourcils légèrement froncés en essayant de me remémorer un homme du nom de Clayton que je connaitrais. « Il est de Island Bay, je ne suis pas certaine que tu le connaisses...Si ? » J’en apprenais un peu plus sur son petit ami et cette information me permettait de mettre un visage sur ce prénom, mais fallait-il encore qu’il s’agisse de la même personne, peut-être celle que j’ai déjà rencontré dans un restaurant rapide très connu du coin avec un pull d'une laideur et avec qui je me suis retrouvé à manger par manque de place dans la salle ce jour-là. « Je connais un Clayton que j’ai rencontré vite fait à Island Bay, mais peut-être que ce n’est pas le même … » De toute façon, avec mon travail, si ma curiosité me poussait, je pourrais en apprendre plus sur lui, d’autant qu’Heather m’avait donné les bonnes informations, à savoir son nom complet et son lieu de vie qui me permettraient de le trouver facilement. « En tout cas, lui et moi c'est sérieux. On a vécu des choses...Qui nous ont beaucoup rapproché et c'est vraiment un pilier dans ma vie » Carrément, un pilier ? Depuis combien de temps le connaissait-elle au juste pour dire un tel propos ? A propos de pilier, je peux dire qu’Avery a été un pilier dans ma vie, elle me connait par cœur et sait quand j'ai besoin de soutien sans même lui réclamer et inversement pour avoir vécu dix années de vie commune, enfin ça, c’était avant. Je devais faire sans dorénavant. Je reprenais mes esprits, je commençais doucement à me perdre dans mes pensées, pour reprendre le fil de la discussion. « Donc tu le connaissais d’avant pour avoir vécu autant de choses avec lui ? » lui demandais-je en espérant avoir une réponse détaillée. Puis, j’étais loin de m’attendre à un retournement de situation, lorsqu’elle se décidait à aborder ma situation amoureuse. « Et toi ? Tu as quelqu'un en vue dans ta vie ? » Pourquoi me demandait-elle ça alors que j’avais déjà pu lui faire part du sujet avec Avery ? A croire qu’elle voulait me claquer son bonheur en plein visage avec son petit ami alors que je vivais une mauvaise passe. Je lui rappelais donc. « Je suis en pleine procédure de divorce, comme tu le sais. Rayer dix ans de vie de couple avec mes cinq années de mariage, ça risque de prendre du temps, mais dés a présent j’ai un peu plus de temps pour moi, donc je profite en passant plus de moments avec mes amis et à sortir dans les bars, chose que je ne faisais pas quand j’étais avec Avery sauf pour aller boire un verre entre potes devant un bon match de rugby, par exemple. » Ainsi, comprenant qu’elle avait quelqu’un dans sa vie, je lui proposais de prendre mes distances à condition qu’elle me donne des nouvelles en retour de temps à autre. « C'est vrai. Mais j'espère au moins que tu ne vas pas me rappeler qu'on est de la même "famille". Tout ça, c'est vraiment un tas de conneries. Les sentiments que je te porte... portais. Les sentiments que je te portais n'avaient rien de fraternelle et tu le sais très bien. Ainsi, si tu veux vraiment qu'on conserve un contact...Ca sera en tant qu'amis ? » Voilà qu’elle faisait ressurgir notre passé. Je le sais pertinemment que notre lien d’antan était plus qu’un lien fraternel, d’ailleurs nous l’avions caché aux yeux de tous tellement nous savions que notre relation était interdite. « Comme tu le sens. Tu veux me donner des nouvelles, tant mieux, si tu ne veux pas, je m’y ferais. Après tout, ça faisait quatorze ans qu’on n’avait pas cherché à reprendre contact. » lui répondais-je en lui faisant croire par mon allure que ceci m’était égal. « En tout cas, le fait que tu t'inquiètes pour moi, me touche, tu sais. Mais, tout va bien, je t'assure. Je suis très heureuse et je ne suis plus seule.... Regarde, j'ai Shadow maintenant qui veille sur moi et Clayton, aussi, oui Clayton. » Son sourire me montrait qu’elle allait bien. Il ne manquait plus qu’elle me dise qu’elle ne souhaitait plus qu’avoir des enfants pour la combler amplement, le parfait cliché du couple. « Je vois ça. » Je ne pouvais m’empêcher de sourire en regardant son chien m’ayant montré les crocs à mon arrivée dans la pièce. « Dans ce cas, je ne vais pas te déranger plus longtemps vu que tu es dans les travaux. N’hésite pas à me demander si tu as besoin d’aide, je connais des artisans qui pourraient s’en occuper en deux temps trois mouvements. A plus Heather. » Je lui lançais un dernier regard avant de filer sans plus attendre jusqu’à la sortie. Ma venue m'aura permis de savoir qu'Heather n'est pas seule et souhaite prendre de la distance avec moi, soit.

_________________
you were my world
we were madly in love, smiles in lip as if nobody could separate us except for us.

Revenir en haut Aller en bas
 

Maman ne t'a jamais dit qu'il ne faut pas surprendre une femme avec une massue ? (PV Sean)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il ne faut jamais perdre espoir, rien n'est impossible. [PV MAYA]
» Question sous couchage sur 15mm
» Ce que personne ne sait, ce que personne ne saura jamais.
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: around you :: le passé-