AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i need your help

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

woman higher
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-sept ans et déjà un lourd passé derrière elle. Elle a su remonter la pente, en espérant que d'autres évènements ne viennent pas la perturber.
○ statut : mon rail et moi sommes très heureux. enceinte de presque sept mois, d'un enfant qui ne verra pourtant jamais voir le soleil. Un évènement qui pourrait tout chambouler dans sa vie.
○ métier : chef de ma propre maison d'édition, si si. Il y a deux ans ses parents rachètent la plus grande maison d'édition de Wellington. Très heureuse de voir que l'argent de ses parents sert à quelque chose, elle n'en profite plus aujourd'hui, remplissant aisément son compte en banque grâce à son travail. Vous la trouverez donc dans le plus grand bureau de la Random House.
○ quartier : center bay, au coeur de la vie citadine. Elle occupe un très grand loft qu'elle partage seule. Il se pourrait pourtant qu'elle ai besoin de compagnie.
○ informations en vrac : amatrice de drogue, pas une journée ne passe sans que je sois défoncée. j'ai quitté les états-unis il y a sept ans suite à la découverte de notre trafic de drogue, à moi et à mon petit ami de l'époque. chef d'une maison d'édition que mes parents m'ont acheté. je déteste le monde dans lequel je suis née, les petits riches sont insupportables. je suis enceinte de cinq mois d'un enfant qui vient de prendre la même dose de drogue que moi pendant tout ces mois. je ne suis pas prête à avoir un enfant.

○ posts : 1324 ○ points : 230
○ pseudo : closer
○ avatar : vanessa hudgens mygod.
○ DC : cha & venus
○ inscrit le : 27/01/2017
MessageSujet: i need your help   Lun 1 Mai - 12:05

i need your help
Laszlo and Sulli

Cet enfant que je portais en moi et que je ne voyais que comme une fœtus sans un quelconque attachement commençait à prendre une place dans ma vie beaucoup plus grande que ce que j’aurai pu imaginer. Déjà parce qu’il me devenait difficile de cacher ma grossesse étant donné la taille de mon ventre et parce que je commençais à le sentir. Il ne bouge pas encore mais je peux sentir son corps quand je touche mon ventre. Je réfléchissais souvent à propos de lui. Je ne pouvais rester insensible à ce petit être qui grandit en moi et qui porte la moitié de mes gênes. Plus le temps avançait, plus mon avenir avec lui devenait plus clair. Être mère célibataire, ça ne pas être si compliqué et puis si on aime, je ne vois pas le souci.

Assise dans mon canapé, je prenais un dernier rail sur la table basse du salon. J’avais promis d’arrêter mais j’avais de nouveau craqué ce matin. En prenant mon café matinal, une envie me prenait et j’étais incapable de passer à coté. Il faut dire qu’hier, j’avais réussis à tenir sans une pointe de poudre dans mon nez ou bien même un petit joint. Mais rare était les fois ou je pouvais tenir deux jours d’affilés. D’ailleurs, je voyais la différence de mon comportement ou de mon travail lors que je ne prends rien. J’ai eu l’impression d’être moins performante et d’être fatiguée plus vite que d’habitude. Alors, est-ce le manque de drogue ou la grossesse qui m’épuise ? Je ne peux pas le dire mais je suis persuadée qu’il y a un lien. Je regardais de nouveau l’heure, il était midi. Je n’avais rien prévu en ce samedi, et je n’avais pas envie de sortir. Comme je le dis, je pourrais dormir toute la journée. Mon téléphone sonna, un rappel que je m’étais mis. J’ai rendez-vous chez mon gynécologue à quatorze heures. J’avais totalement oublié cette partie de ma journée et soudain, une pointe de stress montait en moi. Je ne prend jamais de drogue avait d’aller a un rendez vous médical, surtout pas deux heures avant. Je ne pouvais rien y faire, je devais aller ce rendez-vous. J’ai toujours peur de ce qui pourrait arriver au bébé. J’attrapais mon téléphone, hors de question que j’y aille seule. Je parcourais mes contacts et un nom sauta à mes yeux, comme une évidence. Ma dernière conversation avec Laszlo est loin d’avoir été positive mais en tout cas lui, il est courant de ma grossesse. J’aurai pu demandé à Phoebe mais si elle me voit droguée, je finirai derrière les barreaux après qu’on m’est arraché mon enfant des bras. De suite, je contactai mon ami et ancien fournisseur. « Laszlo, je sais que la dernière fois tu m’as dis de te laisser mais j’aurai vraiment besoin de toi. On peut se retrouver à l’hôpital, c’est pour un rendez-vous.. » Lui demandais-je, consciente qu’il n’avait aucunes bonnes raisons de m’aider. Je détestais y aller seule et d’habitude, j’emmène mon assistante mais aujourd’hui, elle n’est pas là.

Je cours enfiler quelque chose de sobre et confortable, me remaquiller et essayer de cacher les traces d’une quelconque drogue. Je sais que dans mes yeux, on voit tout de suite que quelque cloche mais j’espérais que ça s’estompe avant le rendez-vous. Une paire de mocassin au pied, je courrais à ma voiture rejoindre l’endroit de mes cauchemars. J’avais donné les détails du bâtiment ou je devais rejoindre mon ami, si seulement il venait. Au loin j’apercevais une chevelure brune, je le reconnaissais immédiatement. Un sourire illumina mon visage en le voyant. « Laszlo, merci d’être là.. » Dis-je en m’approchant de lui et l’enlaçant bien que nos tailles différentes nous donnait du fil à retorde. Je gardais mon sourire aux lèvres bien que lui paraissait impassible. « Je n’aime pas être seule ici et puisque tu ne vois pas d’un bon œil ma grossesse, je veux te prouver que tout va bien. » Lui dis-je, essayant de me prouver à moi même que cet enfant ira bien, malgré mon comportement irresponsable. Mes yeux étaient encore rouges de mon dernier rail et j’étais survoltée. J’essayais de me calmer mais j’avoue, je pourrais faire une marathon dans l’étais dans lequel je me trouve. J’espérais que mon ami ne le remarque pas mais je le connais. Quand on sait le métier qu’il pratiquait avant, je sais qu’il peut reconnaître quelqu’un de défoncer à des kilomètres. « Tu vas bien sinon ? » Demandais-je, aussi vite que je parlais depuis tout à l’heure. Je n’avais même pas pensé à prendre des nouvelles de lui en premier, je voulais déjà m’expliquer pour cette demande farfelue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ziegler n°1
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-six ans.
○ statut : célibataire et c'est peut-être mieux comme ça pour le moment.
○ métier : instituteur à l'école primaire, dealer accessoirement. il essaye de mettre cette deuxième carrière de côté.
○ quartier : east bay (#225). de retour à la maison familiale pour s'occuper de ses frères et soeurs.
○ informations en vrac : ancien dealer. // grand fumeur de cigarettes. // aîné d'une famille de huit enfants. // a perdu sa mère d'un cancer et a maintenant la garde de ses frères et soeurs. // garçon solitaire. // n'a jamais été amoureux.

○ posts : 854 ○ points : 320
○ avatar : nicolas simoes.
○ inscrit le : 28/01/2017
MessageSujet: Re: i need your help   Sam 20 Mai - 21:24

i need your help
sulli & laszlo


Sulli : « Laszlo, je sais que la dernière fois tu m’as dis de te laisser mais j’aurai vraiment besoin de toi. On peut se retrouver à l’hôpital, c’est pour un rendez-vous.. »

Le bruit du vibreur de mon téléphone me réveille. Un soupire s'échappe de mes lèvres et je prends mon oreiller pour me le mettre sur le visage. J'aurais bien fait en sorte que ma nuit dorme un peu plus longtemps, mais visiblement, une personne de mon répertoire n'est pas d'accord avec moi. Après plusieurs minutes, je décide enfin à sortir de mes draps. Je regarde l'heure et je suis surpris de voir ce qu'il y a sous mes yeux. Midi. Je n'aurais pas dû me coucher aussi tard hier, ou plutôt aussi tôt ce matin. Je prends alors le téléphone entre mes mains et je vois que plusieurs personnes ont essayé de me joindre. Certains Ziegler d'ailleurs, ce que je trouve étrange, mais il faut croire qu'il préfère me contacter par SMS que de se prendre un oreiller dans le visage en tentant de venir me réveiller. Parmi les autres messages, je remarque celui de Sulli. Je suis surpris, c'est vrai. Depuis notre altercation, je ne l'ai pas vu. Je ne pensais plus la revoir, je pensais avoir été clair avec elle pourtant. J'acceptais de la revoir à deux conditions, soit elle tirait un trait sur le bébé, pour son bien à lui, ou alors elle arrêtait de se droguer. Je ne suis pas né de la dernière pluie, je sais bien que la deuxième option n'est pas envisageable, il ne reste alors que la première. En espérant bien sûr qu'elle a tout compris de ce que je lui ai dit. Quoiqu'il en soit, si je veux savoir cela, je dois me rendre à ce fameux rendez-vous. Et pour ça, je dois me bouger un peu. Je me lève, enfile un T-Shirt et descends à l'étage inférieur. Je me dirige vers le réfrigérateur et en sors une bouteille de lait. Oui, il est midi et je prends du lait, est-ce dérangeant ? Je n'ai pas faim pour le moment et c'est l'unique boisson qui me donne envie. Dans la même pièce que moi, il y a les deux plus jeunes enfants, accompagnés d'Eleonor qui prépare à manger. Elle me regarde et avant même qu'elle n'ouvre la bouche, je prends les devants. « Aucun commentaire. » Elle a du comprendre que ma soirée avait été bonne, en même temps, ça doit se lire sur mon visage. « J’ai un rendez-vous, ne comptez pas sur moi pour le repas. » Je préfère lui dire maintenant, cela lui évitera de préparer trop de choses. Quoique, quand on est huit dans une maison, faire à manger pour sept ou pour huit, ça revient au même. Je m’avance vers la table et ébouriffe les cheveux de mon plus petit frère avant de remonter à l’étage. Je prends alors rapidement une douche et enfile des vêtements décontractés. Ce rendez-vous risque de mal se terminer, je le sens, je continue même de me demander si c’est une bonne chose d’y aller. Je soupire une dernière fois et prends la direction du garage pour y prendre mon vélo. Quand je suis seul, c’est mon moyen de transport, le meilleur que j’ai connu. Le chemin est long et alors ? Quand on aime pédaler, on ne compte pas les kilomètres. Je me gare devant l'entrée de l'hôpital et accroche mon vélo. J'ai bien envie de fumer une cigarette, mais Sulli arrive trop vite pour que cela se fasse. « Laszlo, merci d'être là.. » La jeune femme s'avance vers moi et m'offre une accolade. « Je n'aime pas être seule ici et puisque tu ne vois pas d'un bon œil ma grossesse, je veux te prouver que tout va bien. » Je fronce légèrement les sourcils, puis soupire. Inutile d'aller plus loin, je viens d'avoir la réponse à l'interrogation que j'ai eue dans ma chambre : la jeune femme ne compte pas laisser l'enfant. « Tu vas bien sinon ? » Ajoute-elle rapidement, comme pour m'éviter de partir. « Ça va. » Je ne suis pas très agréable et cela ne me dérange pas tant que ça, surtout depuis notre dernière conversation. « Je dois comprendre que tu n'as pas changé d'avis pour ta grossesse ? » Je plante mon regard dans le sien et je ne tarde pas à remarquer autre chose. « Visiblement comme pour la drogue. » Je suis alors confus et je ne tarde pas à lui demander des explications. « Pourquoi tu m'as demandé de venir ? Pourquoi moi ? Je ne comprends pas. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

woman higher
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-sept ans et déjà un lourd passé derrière elle. Elle a su remonter la pente, en espérant que d'autres évènements ne viennent pas la perturber.
○ statut : mon rail et moi sommes très heureux. enceinte de presque sept mois, d'un enfant qui ne verra pourtant jamais voir le soleil. Un évènement qui pourrait tout chambouler dans sa vie.
○ métier : chef de ma propre maison d'édition, si si. Il y a deux ans ses parents rachètent la plus grande maison d'édition de Wellington. Très heureuse de voir que l'argent de ses parents sert à quelque chose, elle n'en profite plus aujourd'hui, remplissant aisément son compte en banque grâce à son travail. Vous la trouverez donc dans le plus grand bureau de la Random House.
○ quartier : center bay, au coeur de la vie citadine. Elle occupe un très grand loft qu'elle partage seule. Il se pourrait pourtant qu'elle ai besoin de compagnie.
○ informations en vrac : amatrice de drogue, pas une journée ne passe sans que je sois défoncée. j'ai quitté les états-unis il y a sept ans suite à la découverte de notre trafic de drogue, à moi et à mon petit ami de l'époque. chef d'une maison d'édition que mes parents m'ont acheté. je déteste le monde dans lequel je suis née, les petits riches sont insupportables. je suis enceinte de cinq mois d'un enfant qui vient de prendre la même dose de drogue que moi pendant tout ces mois. je ne suis pas prête à avoir un enfant.

○ posts : 1324 ○ points : 230
○ pseudo : closer
○ avatar : vanessa hudgens mygod.
○ DC : cha & venus
○ inscrit le : 27/01/2017
MessageSujet: Re: i need your help   Mar 6 Juin - 19:46

i need your help
Laszlo and Sulli

Mon cœur s’affolait chaque seconde qui passait jusqu’à l’arrivée de mon ancien dealer. Pendant quelques minutes je regrettais de lui avoir demandé de venir, après tout il ne voulait rien à voir avec mon enfant, et ça me semblait normal. Mais après tout, il avait accepté de venir, à mon plus grand bonheur. Devant la grande entrée de l’hôpital, je faisais les cent pas avant qu’il ne me rejoigne. Ce n’était qu’une visite de routine mais même si je faisais mine de ne pas m’inquiéter, je sais que mes activités mettent en péril la santé de l’enfant que je porte. Et si je devais apprendre une mauvaise nouvelle, je préférais être au coté de quelqu’un de confiance, et de quelqu’un au courant de ma grossesse. Je met tellement d’effort à le cacher, justement parce que je sais ce qu’en penserais les gens. Comme Laszlo en pense. Je n’ai pas honte de moi, mais je risque de le regretter si la grossesse se termine mal. Et je suis tout de même fière de ma baisse de consommation en matière de stupéfiants. Bien qu’encore aujourd’hui, j’ai beaucoup de mal à résister. Et j’ai lu beaucoup de chose sur internet, ou beaucoup de maman avait continué de fumer ou de se droguer, et leur enfant n’a rien. Au contraire, certaines ont fait très attention, et le bébé est né avec des problèmes. Il ne me reste qu’à espérer que pour ma part, la chance sera de mon coté.

Sourire aux lèvres, j’accueillais mon ami venu pour me soutenir. L’accostant immédiatement, je me sentais obligé de le remercier. Je ne suis pas sûre qu’il soit venu avec guetter de cœur, mais le fait est qu’aujourd’hui, c’est peut-être lui qui me tiendra la main. D’autant plus que le père de mon enfant ne sera jamais à mes cotés pour la simple et bonne raison qu’il n’en sait rien. Son visage est fermé, et je ne vois aucune trace de sympathie dessus. Je comprends qu’il n’est toujours pas ouvert a cette grossesse. « Ça va. » Répond-t-il lorsque je prend de ses nouvelles. Il est froid et distant, je n’aime pas ça et ça ne me met pas à l’aise. Hors de question qu’il le voit. « Je dois comprendre que tu n'as pas changé d'avis pour ta grossesse ? » Changer d’avis sur quoi ? Il n’est plus possible de faire demi tour maintenant. Il continue aussitôt. « Visiblement comme pour la drogue. » Peut-être que son ancien boulot lui permet de reconnaître quelqu’un qui continue de se droguer, mais ça ne lui permet pas de ma juger. Oui, je continue, mais je fais attention. J’aurai aimé le voir dans cette situation, mais nos vies sont bien différentes. « Changer d’avis sur ma grossesse ? Tu sais bien qu’il est trop tard pour autre chose. Et pour la drogue, tu n’en sais rien. » Dis-je, sachant pertinemment qu’il a vite comprit que je continuais, mais je préférais nier pour l’instant. « Pourquoi tu m'as demandé de venir ? Pourquoi moi ? Je ne comprends pas. » Ajoute-t-il. Je me doutais qu’il aurait besoin d’explications, bien qu’il aurait pu le faire par message si vraiment ça importait pour lui. Mon cœur se serre, même moi je ne sais pas ce qu’il fait là. « Je ne sais pas, tu es l’un des seuls a savoir.. et je me sens en confiance quand tu es là. » Avouais-je difficilement, mais il fallait bien que je justifie cette demande. « Et je me suis dis que tu voudrais voir que tout va bien. Pour le bébé. » Continuais-je. Il devait surement être persuadé que mon enfant serait mal, aurait des problèmes mais là il pourrait voir par lui même que tout va bien. « Mais si tu ne veux pas, pars, je t’en prie. » Finis-je, je ne le force pas à être a mes cotés. Après tout, nous ne sommes mêmes pas des amis.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

ziegler n°1
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-six ans.
○ statut : célibataire et c'est peut-être mieux comme ça pour le moment.
○ métier : instituteur à l'école primaire, dealer accessoirement. il essaye de mettre cette deuxième carrière de côté.
○ quartier : east bay (#225). de retour à la maison familiale pour s'occuper de ses frères et soeurs.
○ informations en vrac : ancien dealer. // grand fumeur de cigarettes. // aîné d'une famille de huit enfants. // a perdu sa mère d'un cancer et a maintenant la garde de ses frères et soeurs. // garçon solitaire. // n'a jamais été amoureux.

○ posts : 854 ○ points : 320
○ avatar : nicolas simoes.
○ inscrit le : 28/01/2017
MessageSujet: Re: i need your help   Lun 12 Juin - 22:00

i need your help
sulli & laszlo

Le SMS que j'ai reçu ce matin, ou plutôt ce midi m'a fait bizarre. J'ai été surpris, car je ne m'attendais pas du tout à avoir des nouvelles de Sulli, ou du moins, pas comme ça. La dernière fois que nous nous sommes vus, elle a bien compris mon point de vue vis-à-vis de sa grossesse et pourtant aujourd'hui, elle prend le risque de me donner rendez-vous à l'hôpital. Il n'y a pas douze mille solutions possibles, je sais bien qu'elle est ici pour le bébé. Pourtant, malgré notre désaccord flagrant, je me décide à aller à ce rendez-vous. Après tout, qu'est-ce que j'ai à perdre ? Mais je suis bien incapable d'être agréable et cela se sent rapidement dans mes paroles. « Changer d'avis sur ma grossesse ? Tu sais bien qu'il est trop tard pour autre chose. Et pour la drogue, tu n'en sais rien. » Un rire moqueur s'échappe de mes lèvres. Elle compte vraiment me la faire, à moi ? Elle doit quand même se douter que j'ai croisé beaucoup de personnes droguées et je sais désormais comment les reconnaître. Elle, ça se voit dans son regard, elle a les yeux qui brillent. « Tu fais bien ce que tu veux. » Dis-je rapidement, à la suite de tout cela. C'est vrai après tout, ça ne me regarde pas, si elle veut mettre sa santé en l'air, tout comme celle de son futur enfant, elle peut bien faire comme elle veut. Mais elle ne viendra pas se plaindre après, car je l'aurais prévenue. « Je ne sais pas, tu es l'un des seuls a savoir.. et je me sens en confiance quand tu es là. » Visiblement, sa grossesse n'est pas connu de tous et je ne comprends pas vraiment ce détail. Sauf si elle n'a pas beaucoup de personnes à qui le dire, dans ce cas-là, je suis désolé pour elle. « Et je me suis dit que tu voudrais voir que tout va bien. Pour le bébé. » Je plonge mon regard dans le sien, bien incapable de faire autre chose. Alors quoi, je suis ici pour voir que j'ai tort ? Mais tord sur quel point ? Savoir que le bébé va bien là ne veut pas dire qu'il ira toujours bien et je pense clairement que grandir dans un environnement avec de la drogue n'est pas bon. C'est bien là ce qui m'inquiète le plus, non pas le fait qu'elle vive mal la grossesse. « Mais si tu ne veux pas, pars, je t'en prie. » Pour me rendre coupable, il n'y a pas mieux. Et puis quoi, je devrais la laisser seule, ici, alors qu'elle a indirectement demandé mon aide ? « Je suis ici maintenant, ça serait dommage de repartir. Aussi vite surtout. Je n'ai pas envie de me dire que je me suis levé pour rien. » Je fais l'homme détaché, mais dans le fond, j'ai envie d'être là pour elle. J'ai été dealer pendant un certain temps, mais je n'ai jamais eu de mauvais fond comme pourrait le laisser croire mon ancien métier. « Et puis c'est quoi, juste quelques minutes, non ? » Je connais déjà la réponse à cette question, grâce à ma mère et à ses nombreuses grossesses. J'étais majeur quand le petit dernier est arrivé et il est arrivé à plusieurs reprises que je l'accompagne à une échographie. « Alors vas-y, je te suis. Dépêche-toi avant que je change d'avis. » Un mince sourire se dessine sur mon visage. Nous allons partager un moment ensemble et elle a certainement besoin d'être rassurée, alors inutile de jouer au mauvais garçon plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

woman higher
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-sept ans et déjà un lourd passé derrière elle. Elle a su remonter la pente, en espérant que d'autres évènements ne viennent pas la perturber.
○ statut : mon rail et moi sommes très heureux. enceinte de presque sept mois, d'un enfant qui ne verra pourtant jamais voir le soleil. Un évènement qui pourrait tout chambouler dans sa vie.
○ métier : chef de ma propre maison d'édition, si si. Il y a deux ans ses parents rachètent la plus grande maison d'édition de Wellington. Très heureuse de voir que l'argent de ses parents sert à quelque chose, elle n'en profite plus aujourd'hui, remplissant aisément son compte en banque grâce à son travail. Vous la trouverez donc dans le plus grand bureau de la Random House.
○ quartier : center bay, au coeur de la vie citadine. Elle occupe un très grand loft qu'elle partage seule. Il se pourrait pourtant qu'elle ai besoin de compagnie.
○ informations en vrac : amatrice de drogue, pas une journée ne passe sans que je sois défoncée. j'ai quitté les états-unis il y a sept ans suite à la découverte de notre trafic de drogue, à moi et à mon petit ami de l'époque. chef d'une maison d'édition que mes parents m'ont acheté. je déteste le monde dans lequel je suis née, les petits riches sont insupportables. je suis enceinte de cinq mois d'un enfant qui vient de prendre la même dose de drogue que moi pendant tout ces mois. je ne suis pas prête à avoir un enfant.

○ posts : 1324 ○ points : 230
○ pseudo : closer
○ avatar : vanessa hudgens mygod.
○ DC : cha & venus
○ inscrit le : 27/01/2017
MessageSujet: Re: i need your help   Jeu 15 Juin - 22:23

i need your help
Laszlo and Sulli

Je suis une grande fille après tout, je peux aller a un rendez-vous toute seule. Je le prendrais mal, parce que Laszlo est d’abord l’un des seuls à savoir pour ma grossesse et aussi le seul a me voir dans un état d’angoisse comme celui d’aujourd’hui. Je ne montre jamais mes faiblesses mais aujourd’hui, je suis totalement ouverte. Je me dis qu’il m’a déjà vu dans un état différent de celui de d’habitude, lorsque ma grossesse me jouait des tours et me rendait plus mal qu’autre chose. Est-ce aussi a cause de la drogue ? Je ne sais pas. Je me demandais si le médecin allait comprendre pour mon addiction, je ne l’espérais pas. J’espérais au fond de moi qu’il resterait, même si sa présence négative pourrait m’énerver plus qu’autre chose. « Je suis ici maintenant, ça serait dommage de repartir. Aussi vite surtout. Je n'ai pas envie de me dire que je me suis levé pour rien. » Répond-t-il comme s’il était venu ici pour passer le temps. Je lève discrètement les yeux au ciel, mais je suis heureuse qu’il reste.  « Et puis c'est quoi, juste quelques minutes, non ? » Si tout va bien oui, avais-je envie de répondre. Mais ça, lui et moi le savons, les nouvelles pourraient ne pas être bonnes. « Alors vas-y, je te suis. Dépêche-toi avant que je change d'avis. » Ajoute-t-il, laissant entre voir un léger sourire. « Oui, allons-y. » Il se détend et ça me fait plaisir, en espérant que la suite le fasse sourire d’avantage. Surtout que son sourire est enchanteur.

Allongée sur cette table de consultation, nous attendions tous les deux la gynécologue qui s’occupe de moi depuis quelques temps. Je l’ai déjà rencontrée plusieurs fois pour mes premiers rendez-vous où je me rendais seule. Nous ne parlons pas vraiment et je réalise doucement combien la situation va être gênante. A-t-il vraiment envie d’être le seul et le premier a entendre le cœur de mon enfant battre ? Mon médecin rentre dans la pièce nous saluant. « Je vois que notre cher papa est enfin là. » Dit-elle sans penser une seconde que ça ne peut pas être lui. Je ne lui ai pas dis que le père se trouvait dans la ville, ignorant sa paternité. « C’est un ami, c’est tout. » Corrigeais-je, pour ne pas lui donner de fausse idée. Ça ne me gênait pas, au contraire, sa réflexion me faisait plus rire qu’autre chose. Elle relève mon t-shirt et j’observe mon ami du coin de l’œil. Je ne sais pas s’il s’attendait à ça. Elle applique son gel sur mon ventre bien arrondi désormais et quelques minutes plus tord, une image se forme sur son appareil et on peu apercevoir l’intérieur de mon ventre. Pour l’instant je distingue plusieurs formes mais je ne pourrais dire laquelle est celle de mon enfant. « Votre petit bébé est là. » Dit-elle en nous montrant la forme de son corps. Je ne vois pas très bien mais je le distingue. C’est mon bébé, ma fille ou mon garçon. « Est ce qu’il va bien ? » Demandais-je, émoustillée et impressionnée par ce que j’observe. Je ne pensais pas être émue pour une petite forme blanche. Mais je ne peux me contrôler, mes yeux formes des petites larmes. Je m’en veux tellement pour ce que je lui fais subir. « Tout va bien, c’est un enfant en pleine forme. » Dit-elle, et un souffle de soulagement quitte mon corps automatique. Je regarde mon ami, émue, soulagée, heureuse et fière de mener cette grossesse comme il faut. « Vous voulez savoir le sexe de l’enfant ? » Demande mon médecin tout de suite. Je ne sais pas, je suis perdue. Est-ce que je garde la surprise ? Aucune idée. « Laszlo, a ma place tu voudrais le savoir maintenant ? » Demandais-je même si je doute qu’il ai envie d’un enfant maintenant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ziegler n°1
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-six ans.
○ statut : célibataire et c'est peut-être mieux comme ça pour le moment.
○ métier : instituteur à l'école primaire, dealer accessoirement. il essaye de mettre cette deuxième carrière de côté.
○ quartier : east bay (#225). de retour à la maison familiale pour s'occuper de ses frères et soeurs.
○ informations en vrac : ancien dealer. // grand fumeur de cigarettes. // aîné d'une famille de huit enfants. // a perdu sa mère d'un cancer et a maintenant la garde de ses frères et soeurs. // garçon solitaire. // n'a jamais été amoureux.

○ posts : 854 ○ points : 320
○ avatar : nicolas simoes.
○ inscrit le : 28/01/2017
MessageSujet: Re: i need your help   Lun 26 Juin - 20:23

i need your help
sulli & laszlo

Avant que je ne change d'avis, nous nous dirigeons à l'intérieur de l'hôpital. Sulli la première et moi derrière, à quelques mètres. C'est elle qui connaît un peu plus, enfin je crois et c'est pour cette raison que je me laisse guider. Nous ne tardons pas à être reçus par le médecin. « Je vois que notre cher papa est enfin là. » Cette phrase, prononcée si naturellement par la gynécologue, me tétanise. Non pas de peur, mais bel-et-bien de surprise. En venant ici, je ne pensais pas une seconde être perçu comme le potentiel père de l'enfant que porte Sulli, mais maintenant que cette femme le dit, ça coule de source. La personne qui devrait être ici, ce n'est pas moi. C'est le père de cet enfant et je réalise rapidement que nous n'avons jamais discuté de ce détail avec la jeune femme. « C'est un ami, c'est tout. » Étant actuellement sans voix, c'est une bonne chose qu'elle ait répondu pour moi. Le médecin relève le T-Shirt de Sulli et applique le gel pour l'échographie dessus. Il en faut plus pour m'impressionner. Néanmoins, je garde mes distances, par le mètre qui m'éloigne de la table d'examen, mais aussi par mes bras croisés contre mon torse. « Votre petit bébé est là. » Sulli est automatiquement attirée par l'écran qui se trouve face à elle et c'est tout à fait normal. Elle peut y voir son enfant, ou du moins ce à quoi il ressemble pour le moment. Je ne peux pas dire que cela ne me fait rien, mais je réagis moins qu'elle et c'est logique. Hormis le bébé d'une amie, cet enfant n'est rien pour moi. « Est-ce qu'il va bien ? » Voilà la première question qui sort de la bouche de Sulli et c'est ce qui me fait penser qu'elle prend finalement son rôle de mère à cœur. « Tout va bien, c'est un enfant en pleine forme. » Un mince sourire se dessine sur mes lèvres, ravi d'entendre cela. « Vous voulez savoir le sexe de l'enfant ? » La jeune femme sûre d'elle disparaît rapidement. Cette question semble effrayer Sulli qui ne sait malheureusement pas quoi répondre, ça se lit sur son visage. « Laszlo, a ma place tu voudrais le savoir maintenant ? » On me prend de court, encore. Ne m’imaginant pas avec un enfant dans les années à venir, les sept que j’ai à la maison me suffisent, je ne suis pas sûre d’être bien placée pour pouvoir lui répondre. Et si jamais j’ai une réponse à lui donner, j’ai bien peur que celle-ci soit infondée, inutile. « Je ne sais pas. Je ne pense pas pouvoir choisir à ta place. » Je me mets en sécurité, c’est vrai, je ne prends pas le risque de l’induire en erreur. « Savoir te permettra peut-être de te préparer un peu plus. » Pour la décoration d’une chambre ou pour l’achat de vêtements par exemple. « Mais en même temps, un peu de surprise ne fait jamais de mal. » C’est bien Laszlo. Tu ne sers à rien, sauf peut-être la perdre un peu plus.  Quoiqu’il en soit, ce choix reste le sien et je fais un petit pas en arrière lorsqu’elle donne sa réponse à la gynécologue.

Sulli a eu ce qu’elle voulait, sexe ou pas, et nous ressortons de la salle d’examen. Elle salue son médecin une dernière fois et rapidement, nous nous retrouvons à l’extérieur de l’hôpital. Je sors une cigarette et regarde la brune. « Ça ne te dérange pas si je fume ? » C’est la moindre des choses de lui demander, mais je finis par me rétracter, pour elle, pour le bébé. « Oublies, je ferais ça plus tard. » Je ne suis pas du genre à être en manque, alors cinq ou dix minutes plus tard, ce n’est pas grand-chose. Et puis, le faire devant une droguée, ça serait lui donner des idées et ce n’est clairement pas ce que je veux. « C’est qui le père ? » Cette question me trotte dans la tête et cela me pousse à lui poser sans prendre de pincette avant, sans amortir la chose.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

woman higher
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-sept ans et déjà un lourd passé derrière elle. Elle a su remonter la pente, en espérant que d'autres évènements ne viennent pas la perturber.
○ statut : mon rail et moi sommes très heureux. enceinte de presque sept mois, d'un enfant qui ne verra pourtant jamais voir le soleil. Un évènement qui pourrait tout chambouler dans sa vie.
○ métier : chef de ma propre maison d'édition, si si. Il y a deux ans ses parents rachètent la plus grande maison d'édition de Wellington. Très heureuse de voir que l'argent de ses parents sert à quelque chose, elle n'en profite plus aujourd'hui, remplissant aisément son compte en banque grâce à son travail. Vous la trouverez donc dans le plus grand bureau de la Random House.
○ quartier : center bay, au coeur de la vie citadine. Elle occupe un très grand loft qu'elle partage seule. Il se pourrait pourtant qu'elle ai besoin de compagnie.
○ informations en vrac : amatrice de drogue, pas une journée ne passe sans que je sois défoncée. j'ai quitté les états-unis il y a sept ans suite à la découverte de notre trafic de drogue, à moi et à mon petit ami de l'époque. chef d'une maison d'édition que mes parents m'ont acheté. je déteste le monde dans lequel je suis née, les petits riches sont insupportables. je suis enceinte de cinq mois d'un enfant qui vient de prendre la même dose de drogue que moi pendant tout ces mois. je ne suis pas prête à avoir un enfant.

○ posts : 1324 ○ points : 230
○ pseudo : closer
○ avatar : vanessa hudgens mygod.
○ DC : cha & venus
○ inscrit le : 27/01/2017
MessageSujet: Re: i need your help   Mer 28 Juin - 22:51

i need your help
Laszlo and Sulli

Est ce que j’ai une préférence ? Fille ou garçon ? Je n’en sais rien, ça ne change rien. Je pense que comme toute mère, la principale question et de savoir si l’enfant est une bonne santé. En revanche je me sens quand même perdue, je ne pensais pas pouvoir savoir aujourd’hui le sexe de mon futur enfant. Je m’imagine aussi bien emmener mon petit garçon au sport, comme jouer à la poupée avec ma petite fille, lui peignant les cheveux. Je suis indécise et je n’arrive pas a réfléchir correctement. Je me tourne alors vers celui qui est là pour moi. Ce n’est pas son rôle de réfléchir a ce genre de question, mais c’est le seul qui puisse m’aider. Je le prend de court je sais, surtout qu’il n’est pas le père. Mais c’est venu comme ça, j’ai eu besoin de lui demander. « Je ne sais pas. Je ne pense pas pouvoir choisir à ta place. » Il a raison, il n’est rien pour cet enfant. Et puis, je ne pense pas qu’il est une quelconque envie de s’impliquer dans la vie de mon bébé. En revanche, j’ai remarqué son petit sourire lorsque le médecin a dit voir un enfant en bonne santé. Il n’est peut-être pas si indifférent. « Savoir te permettra peut-être de te préparer un peu plus. » C’est vrai, surtout que je ne veux toujours pas meilleure mère de l’année. Autant être prête que ça soit un homme ou une femme. « Mais en même temps, un peu de surprise ne fait jamais de mal. » Je souris légèrement, mais ça ne m’aide pas. Je ne crois pas avoir besoin de plus de surprise dans la situation ou je suis. « Dite moi docteur. » Dis-je spontanément avant de changer d’avis. Le médecin sourit et essaye de me montrer quelque chose à l’écran. « C’est une fille. » Je souris de plus belle, c’est ce que j’espérais au fond de moi, une petite fille qui pourrait me ressembler. Je ne peux pas être plus heureuse a ce moment là. Je me tourne vers Laszlo, sourire aux lèvres. « Une autre Sulli, géniale ! » Dis-je avec un grand engouement.

Nous sortons dehors après le rendez-vous. Je suis soulagée et heureuse. Maintenant, je veux juste continuer mes efforts pour être sûre de ne pas faire souffrir mon futur enfant. « Ça ne te dérange pas si je fume ? » Demande-t-il, comme si j’étais quelqu’un pour lui exiger de ne pas fumer. Même si je ne dois plus le faire, lui ne doit pas se priver. « Oublies, je ferais ça plus tard. » Répond-t-il avant même que je puisse prononcer un mot. « Comme tu veux, mais ça ne me dérange pas. » Bien que je rêverai de m’en allumer une. Mais je ne le ferai pas au risque de me faire réprimander ou de faire du mal à mon bébé. « C’est qui le père ? » Demande-t-il comme ça, sans même annoncer un sujet aussi délicat que celui-ci. Je le regarde un peu de travers, parce que je ne sais pas vraiment quoi lui répondre. Est-ce que je dois lui dire la vérité ? J’ai peur qu’il me prenne pour un trainée. Même si j’ai officiellement le droit de coucher avec qui je veux. « C’est.. c’est un homme. » Mais ça il doit s’en douter. Honnêtement, je ne sais même plus le nom de l’homme qui m’a mise enceinte. Je me souviens a peine de notre nuit. Je sais juste qu’il a eu le temps de me mettre enceinte. Nous n’étions qu’un coup d’un soir, rien de plus. Nous n’étions pas promis à un avenir ensemble. Et c’est pour cela qu’il n’est toujours pas au courant. « Pour dire vrai, c’est une homme que j’ai vu qu’une fois. Je le connais a peine. » Avouais-je, mon sourire ayant quitter mon visage depuis quelques minutes. Devrais-je le dire ou garder mon enfant rien que pour moi ? Je ne sais rien de cet homme, il pourrait être nocif pour.. elle. « Je ne lui ai pas dis, et je ne veux pas le faire. Je ne le connais pas, j’ai peur qu’il soit mauvais avec ma fille. » Dis-je sincèrement. Je trouve drôle de me confier ainsi à lui. Mais après lui avoir demander de venir, la moindre des choses est de répondre à ses questions, sans ronchonner. « Mais elle va bien, et je suis tellement heureuse. Je t’avais dis que je prendrais soin de mon bébé. » Dis-je, le narguant presque d’avoir eu des préjugés sur moi et mon addiction.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ziegler n°1
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-six ans.
○ statut : célibataire et c'est peut-être mieux comme ça pour le moment.
○ métier : instituteur à l'école primaire, dealer accessoirement. il essaye de mettre cette deuxième carrière de côté.
○ quartier : east bay (#225). de retour à la maison familiale pour s'occuper de ses frères et soeurs.
○ informations en vrac : ancien dealer. // grand fumeur de cigarettes. // aîné d'une famille de huit enfants. // a perdu sa mère d'un cancer et a maintenant la garde de ses frères et soeurs. // garçon solitaire. // n'a jamais été amoureux.

○ posts : 854 ○ points : 320
○ avatar : nicolas simoes.
○ inscrit le : 28/01/2017
MessageSujet: Re: i need your help   Jeu 6 Juil - 0:02

i need your help
sulli & laszlo

Dans le cabinet, la jeune femme apprend qu'elle attend une petite fille et cela semble la réjouir. Ça fait plaisir à voir, surtout quand on sait que ce bébé n'était pas prévu. Pas prévu, mais pas moins attendu et c'est bien là le plus important. « Une autre Sulli, géniale ! » Dit-elle alors qu'elle nettoie son ventre et se relève. Je rigole légèrement, sans rien ajouté, mais je n'en pense pas moins. Je pourrais très bien lui lancer un petit pic, quant au courage que devra avoir la petite fille pour affronter une telle épreuve, mais je ne voudrais pas être mal vu par la gynécologue, alors je garde cette remarque pour moi. Je me contente de rester silencieux et d'attendre que nous sortions de là. Une fois dehors, je demande à la jeune femme si ça la dérange que je fume une cigarette, avant de me raviser, encore une fois. « Comme tu veux, mais ça ne me dérange pas. » Ca ne la dérange pas, c'est sûr, mais ce n'est pas une bonne chose. Pas pour le bébé, pas pour elle et d'ailleurs, pas pour moi non plus. Me priver de cette cigarette n'est donc pas si mal. Rapidement, je me permets de lui poser une question indiscrète. Je ne suis peut-être pas très bien placé pour lui poser, mais tant pis. « C'est.. c'est un homme. » Je rigole légèrement. Cette réponse me surprend tellement elle est logique. Elle m'aurait dit autre chose, je pense que j'aurais commencé à m'inquiéter. Mais la jeune femme ne me laisse pas le temps d'enchaîner, de lui faire de remarque, elle ajoute rapidement l'information j'attendais à la base. « Pour dire vrai, c'est un homme que j'ai vu qu'une fois. Je le connais à peine. » Durant quelques secondes, une grimace s'installe sur mon visage. J'espère que c'est assez rapide pour qu'elle le voit. Je ne voudrais pas qu'elle pense que je la juge. Elle peut bien faire ce qu'elle veut, mais c'est sûr que pour une vie de famille, ce n'est loin d'être l'idéal, je suis bien placé pour le dire. Je n'ai jamais connu mon père. Ce n'est pas pour cela que j'ai mal grandi, mais c'est vrai que parfois, ça me manquait. « Je ne lui ai pas dit, et je ne veux pas le faire. Je ne le connais pas, j'ai peur qu'il soit mauvais avec ma fille. » Est-ce vraiment la chose à faire ? Sulli le pense, mais est-ce que sa fille le pensera encore quand elle ira à l'école et que toutes ses amies auront un papa ? Nous ne pouvons pas le savoir et nous ne pourrons pas le faire, pas avant que cela se produise vraiment. « Mais elle va bien, et je suis tellement heureuse. Je t'avais dit que je prendrais soin de mon bébé. » Elle sourit, visiblement fière d'elle. Pour le fait que son bébé soit en forme, mais aussi parce qu'ainsi, elle m'a donné tord. « C'est vrai. » Dis-je simplement. Je n'ai pas envie de lui miner le moral, mais ce n'était qu'un rendez-vous, elle en aura d'autres après, puis son bébé va voir le jour et là encore, il devra bien aller. Pour cela, il n'y a qu'une chose possible et nous le savons tous les deux. « Tu vas devoir arrêter, tu le sais, n'est-ce pas ? » En réalité, ce n'est pas tellement une obligation, mais le dire ainsi lui fera peut-être réaliser que c'est ce qu'il y a à faire. « Pour elle, tu dois arrêter. » Maintenant qu'elle a eu ce rendez-vous, les choses vont être différentes : elle a vu son bébé, elle sait qu'il s'agit d'une petite fille, alors elle doit s'inquiéter pour elle et choisir ce qui sera bon pour elle. La drogue n'en fait pas partie et elle va devoir ouvrir les yeux là-dessus.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

woman higher
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-sept ans et déjà un lourd passé derrière elle. Elle a su remonter la pente, en espérant que d'autres évènements ne viennent pas la perturber.
○ statut : mon rail et moi sommes très heureux. enceinte de presque sept mois, d'un enfant qui ne verra pourtant jamais voir le soleil. Un évènement qui pourrait tout chambouler dans sa vie.
○ métier : chef de ma propre maison d'édition, si si. Il y a deux ans ses parents rachètent la plus grande maison d'édition de Wellington. Très heureuse de voir que l'argent de ses parents sert à quelque chose, elle n'en profite plus aujourd'hui, remplissant aisément son compte en banque grâce à son travail. Vous la trouverez donc dans le plus grand bureau de la Random House.
○ quartier : center bay, au coeur de la vie citadine. Elle occupe un très grand loft qu'elle partage seule. Il se pourrait pourtant qu'elle ai besoin de compagnie.
○ informations en vrac : amatrice de drogue, pas une journée ne passe sans que je sois défoncée. j'ai quitté les états-unis il y a sept ans suite à la découverte de notre trafic de drogue, à moi et à mon petit ami de l'époque. chef d'une maison d'édition que mes parents m'ont acheté. je déteste le monde dans lequel je suis née, les petits riches sont insupportables. je suis enceinte de cinq mois d'un enfant qui vient de prendre la même dose de drogue que moi pendant tout ces mois. je ne suis pas prête à avoir un enfant.

○ posts : 1324 ○ points : 230
○ pseudo : closer
○ avatar : vanessa hudgens mygod.
○ DC : cha & venus
○ inscrit le : 27/01/2017
MessageSujet: Re: i need your help   Dim 9 Juil - 21:10

i need your help
Laszlo and Sulli

Tout va bien, je n’ai aucunes raisons de m’inquiéter. De la bouche de mon médecin, je suis maintenant certaine que mon futur bébé est en bonne santé. Après ce moment, je réalise vraiment que je vais devenir mère, mère célibataire. Je vais avoir ce bébé et vais devoir l’élever le mieux que je peux. Ma vie va changer, ma vie ne sera plus jamais comme avant. Je dois continuer dans ma lancée, arrêter de me droguer et garder une vie saine. Bien que je n’aie pas totalement arrêté, j’ai largement réduit ma consommation. Malheureusement, certains moments plus difficiles m’empêche d’arrêter officiellement mon addiction. Mais, savoir que mon futur enfant n’a pas empathie de mes conneries me motive bien plus que la pression de mes amis. Je suis fière, si fière de ne pas avoir mit en danger une vie. Et je le vois, dans les yeux de mon ami, que le doute qui planait a ce sujet venait de se dissiper. « C'est vrai. » Répond-t-il lorsque je cris presque que mon bébé est en forme. Je souris, mais pas lui, comme toujours. Je sais qu’il garde en lui la joie qu’il ressent tout comme moi. Je sais ce qu’il pense : le combat n’est pas terminé. Et il a raison. La grossesse n’est pas terminée, et même après la naissance je dois être une mère admirable. « Tu vas devoir arrêter, tu le sais, n'est-ce pas ? » Je baisse les yeux quelques secondes. Je le sais, et même si c’est difficile pour moi, je dois le faire. Je comptais aussi sur son soutient, parce qu’il me comprend. Je souris timidement et hoche la tête. « Pour elle, tu dois arrêter. » Ajoute-t-il. Pour ma petite fille, celle qui va peut-être rendre mes jours plus heureux. Cette grossesse n’était pas voulue mais plus les jours passent, plus je me sens bien dans cette nouvelle vie. Comment ais-je pu penser que cet enfant me gâcherai la vie ? Au contraire, grâce à elle je vais sortir de mes vieux démons et reprendre une vie plus simple et saine. Celle qu’il femme de trente ans devrait avoir. Oublier les sorties d’adolescente et devenir officiellement une adulte. « Je ne baisserai pas les bras, j’ai fais tellement d’efforts pour elle, je ne peux pas imaginer lui faire du mal. » Dis-je sincèrement, consciente que les problèmes peuvent venir plus tard. « Laszlo, je te remercie d’être là, vraiment. » Je devais lui dire, parce qu’il a fait beaucoup pour moi ce soir, même sans le savoir. « Je te paye un coup pour te remercier ? » Demandais-je, même si je doutais de sa réponse. Ce que je voulais c’est passer un peu de temps avec lui, en échange de celui qu’il me donner. Parce qu’après tout lui aussi a surement ses petits soucis à gérer.  Pour toujours il gardera une place importante dans mon cœur.

end.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 

i need your help

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: around you :: le passé-