AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i meet your family (azegan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-et-un ans (née le six juin).
○ statut : célibataire. elle s'est faite larguer, elle doit faire avec. pourtant, c'est loin d'être ce qu'elle veut.
○ métier : elle a réussi ses examens et a désormais le diplôme de kinésithérapeute. elle est aussi blogueuse à ses heures perdues et écrit des articles pour le magazine MODE.
○ quartier : elle vit chez ses grand-parents, en attendant de trouver autre chose.
○ informations en vrac : elle a appris pour son adoption il y a un an et demi. après de longues disputes avec ceux qui l'ont élevée, la discussion revient petit à petit. ☆ elle a trompé son ex petit-ami puis a appris qu'il n'avait pas été tout blanc non plus. ☆ elle a été trahie par la personne à qui elle faisait le plus confiance.

○ posts : 2710 ○ points : 380
○ avatar : alycia debnam-carey.
○ DC : billie, troy, roxy, laszlo.
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: i meet your family (azegan)   Sam 20 Mai - 19:51


≈ ≈ ≈
{i meet your family}
crédit/ tumblrazel.

Chose dite, chose faite. J’avais proposé à ma petite amie de rencontrer ses parents, de manière officielle, à la Saint-Valentin et nous voilà, quelques semaines plus tard, à Seattle. J’étais confiante en quittant Wellington, mais je dois avouer qu’une fois arrivée en Amérique, ce fut différent. La panique s’est doucement emparée de moi, l’idée de rencontrer mes beaux parents, ainsi que les frères d’Azel me terrorisait. Mais finalement, plus de peur que de mal. Sa mère, Anastasia, a su me mettre à l’aise, m’accueillir comme il le fallait et comme elle a dû le faire pour Nick, avant moi. Ça me fait mal de me dire cela, mais je dois faire avec. Il a été là avant moi, il a eu sa place ici, peut-être même plus que moi. Je dois désormais effacer cette image de mon esprit. Je suis la petite amie d’Azel maintenant, il n’y a plus que moi et je dois convaincre sa famille que je suis celle qu’il faut à la blonde. La première journée fut calme, consacrée à l’arrivée de tous les enfants Fields et par conséquent, avec le décalage horaire, elle fut plutôt placée sous le signe du repos plutôt que de l’activité. Mais aujourd’hui, c’est autre chose. Les repas vont s’enchaîner et certainement les kilogrammes aussi. Mes beaux-parents sont ravis d’avoir tous leurs enfants sous leur propre toit et ça se voit. Le premier repas se déroule sans accroche. Il a été réalisé par la mère de famille et bien sûr, il était délicieux. Pour la remercier des efforts qu’elle a fait, je décide de l’aider à débarrasser la table. Une fois toute la vaisselle retirée, nous nous retrouvons toutes les deux dans la cuisine à ranger et préparer le lave-vaisselle. « Votre fille est géniale. » Dis-je, alors qu’un sourire se dessine sur mon visage à la simple vue de ma petite amie à travers la vitre. La jolie blonde a quitté la table, comme tout le monde, et est désormais dehors en compagnie de son neveu et de sa nièce. « Elle t’aime vraiment, ça se voit. » Ajoute sa mère. « Elle est heureuse avec vous, mais.. » Ce dernier mot attire mon attention. Je vois bien qu'Anastasia veut me dire quelque chose, mais impossible pour moi de savoir quoi. « Mais ? » Je fronce légèrement les sourcils et là, soudainement, j'ai l'impression qu'elle regrette d'avoir entamé cette phrase. « Est-ce que vous êtes en phase ? » Voyant que ceci ne m'éclaire pas plus, elle reprend. « Je reviens, ne bouge pas. » Sans un mot de plus, la mère de famille quitte la pièce. Je reporte alors mon attention sur ma petite amie. Un sourire illumine son visage. Elle est heureuse, ça se voit. Je devrais l'être aussi, mais la phrase de sa mère tourne en boucle dans ma tête, j'ai l'impression de rater quelque chose, de passer à côté de quelque chose d'essentiel. Perdue dans mes pensées, je ne remarque pas que ma belle-mère a fait son retour dans la pièce. « Reagan, tiens. » Je pose le torchon que je tenais encore et attrape le classeur qu'elle me donne. Il a été fait par un enfant, mais j'ignore encore qu'il s'agit d'un objet appartenant à Azel. Sa mère ne tarde pas à me donner quelques informations. « Elle a fait cela quand elle était enfant. Depuis toute petite, elle rêve de se marier et d'avoir des enfants. Tout se trouve ici pour son mariage, sa robe, les décorations, le buffet. Tout. C'est un rêve pour elle. Le mariage et les enfants. J'ai peur pour elle, peur que tu ne sois pas du même avis à ce niveau-là. » J'écoute attentivement ce qu'elle dit et en même temps, je feuillette le classeur. Certains propos d'Azel me reviennent à l'esprit, je suis passée à côté de cela, alors que c'est flagrant. Ma gorge se noue légèrement et je suis bien incapable de parler. Comment ai-je pu ignorer cela, me voiler autant la face ? À moins qu'elle ait changé d'avis entre temps. Elle m'en aurait parlé sinon, non ?

_________________

« regard ».
je sais que tu espères ne plus te rappeler du son de ma voix.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-sept ans.
○ statut : célibataire et décidée à le rester.
○ métier : rédactrice en chef d'un grand magazine de mode.
○ quartier : south bay.
○ informations en vrac : vient de se séparer de reagan, la différence d'âge aura eu raison d'elles • rédactrice en chef du magazine MODE.

○ posts : 129 ○ points : 0
○ pseudo : spf.
○ avatar : eliza perfect taylor.
○ inscrit le : 25/06/2016
MessageSujet: Re: i meet your family (azegan)   Dim 21 Mai - 17:17


≈ ≈ ≈
{i meet your family}
crédit/ tumblrreagan.

Revenir à la maison c’est ce que préférait Azel. Ouais elle était née en Nouvelle-Zélande, mais pour elle sa maison, c’est là où se trouvait ses parents, c’était Seattle et son temps qui change constamment, c’était le froid l’hiver au moment de Noël, le quartier résidentiel comme on trouve dans les séries et une grande maison où les enfants de Connor pouvait évoluer dans les meilleures conditions. Mais maintenant sa maison c’était là où Reagan était, c’était elle son pilier, sa seule véritable raison de croire au bonheur, alors quand elle se retrouvait dans la maison familiale avec Reagan, Azel était plus qu’heureuse. Évidemment les retrouvailles avaient été pleines de rires et de sourires, la cuisine de sa mère qui contenait plus de gras que ce qu’Azel mangeait dans un mois, les anecdotes gênantes et après tout ça, aller jouer avec son neveu et sa nièce, lui faisait presque croire à une véritable famille. Depuis la St Valentin, Azel s’était décidée à taire tout ce qu’elle pouvait ressentir, ce besoin de devenir mère, de devenir une femme, de rentrer au bras de son père dans une belle robe blanche, elle avait tenté d’oublier tout ça car son véritable bonheur c’était Reagan, c’était tout ce dont elle avait besoin pour être heureuse. Enfin ça c’était ce qu’elle aimait croire, imaginé. Mais elle savait que tôt ou tard la vérité allait exploser et laisser Reagan seule avec sa mère n’était pas une brillante idée ; quittant les enfants, elle se mit à la recherche de sa petite amie avant de la trouver dans la cuisine, sa mère l’abandonnant pour aller rejoindre son père. « Hey. » Passant ses bras autour du corps de sa petite amie, elle l’emmena à elle avant de l’embrasser tendrement, cependant le regard de Reagan ne passa pas inaperçue enfin surtout ce qu’il démontrait. « Ça va ? T’as l’air bizarre ? » Son sourire disparu au moment où ses yeux trouvèrent le qui se trouvait entre les mains de la brune : son classeur. Celui qui possédait toutes ses envies de mariage, un mariage qu’elle avait déjà organisé depuis l’âge de dix ans. « Reagan, c’est rien tout ça. J’étais jeune et peu importe ce que ma mère a pu te dire, ne la crois pas. Je suis bien avec toi. » Mais c’est pas suffisant. C’était difficile de lui mentir, de se mentir à elle-même, parce que oui elle était bien avec toi, mais pas assez pour rester encore très longtemps, pourtant elle ne voulait pas perdre Reagan, elle en aurait le cœur déchiré, mais elle ne pouvait pas lui imposer une famille qu’elle ne désirait pas. Pourtant aujourd’hui, elle n’avait pas envie de se battre, pas envie de pleurer, elle avait juste envie d’être bien entourée de ceux qu’elle aimait plus que tout. « Je t’aime. » Une déclaration comme pour rassurée et elle la scella par un baiser avant de la laisser pour rejoindre sans réellement s’en rendre compte la bibliothèque. Les livres qu’elle avait dévoré quand elle était enfant étaient tous parfaitement alignés, mais ce qui attira son regard était le grand piano noir qui se trouvait au centre de la pièce, s’asseyant sur le petit banc, elle déposa ses longs doigts sur les touches blanches. « Tu avais six ans la première fois que tu as commencé. » Levant son regard vers la voix qui venait perturber le silence, elle eut un léger sourire pour son père qui avançait pour venir s’asseoir à ses côtés. « J’ai tenté d’apprendre à tes frères, mais il n’y a eu que toi pour apprécier le piano à sa juste valeur. » C’est vrai, c’était son père qui lui avait apprit à jouer, qui l’avait poussé à jouer. « Je l’aime. Papa je l’aime tellement que parfois ça fait mal. Mais parfois aimer même jusqu’à la mort n’est pas suffisant, elle est jeune et … » La grande main de son père se déposa sur la sienne alors qu’elle trouva le regard du vieil homme avec ses grands yeux bleus larmoyants. « L’amour n’est pas facile chérie, souvent ça fait mal. Mais l’amour c’est des sacrifices. Au début je ne voulais pas d’enfants et aujourd’hui j’en ai trois, dont la plus merveilleuse des filles. Laisse lui du temps. Reagan t’aime, ça se voit dans son regard, est-ce que c’est vraiment une chose que tu souhaites briser ? » Se nichant dans le cou de son père elle se rendit compte qu’elle n’avait vu les choses que de son point de vue. Elle n’avait même pas laissé le temps à Reagan de s’expliquer car elle ne lui avait même pas fait savoir ce qu’elle ressentait et finalement, peut-être que ce week-end pouvait être décisif pour leur couple.

_________________

Every little thing she does is magic, everything she does just turns me on, even though my life before was tragic. now I know my love for her goes on.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-et-un ans (née le six juin).
○ statut : célibataire. elle s'est faite larguer, elle doit faire avec. pourtant, c'est loin d'être ce qu'elle veut.
○ métier : elle a réussi ses examens et a désormais le diplôme de kinésithérapeute. elle est aussi blogueuse à ses heures perdues et écrit des articles pour le magazine MODE.
○ quartier : elle vit chez ses grand-parents, en attendant de trouver autre chose.
○ informations en vrac : elle a appris pour son adoption il y a un an et demi. après de longues disputes avec ceux qui l'ont élevée, la discussion revient petit à petit. ☆ elle a trompé son ex petit-ami puis a appris qu'il n'avait pas été tout blanc non plus. ☆ elle a été trahie par la personne à qui elle faisait le plus confiance.

○ posts : 2710 ○ points : 380
○ avatar : alycia debnam-carey.
○ DC : billie, troy, roxy, laszlo.
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: Re: i meet your family (azegan)   Lun 22 Mai - 12:29


≈ ≈ ≈
{i meet your family}
crédit/ tumblrazel.

« Toi Reagan, qu'est-ce que tu veux ? » Ma gorge se noue lorsque ces mots franchissent les lèvres de ma belle-mère. Je ne sais pas quoi lui répondre. Il faut dire que j'ai été prise de court. Dans le fond, je connais mon point de vue là-dessus, mais le dire serait mettre en péril mon couple ou du moins, lui apporter bien des problèmes. Je n'ai pas le temps de répondre, je suis interrompue par Azel qui vient nous rejoindre et ce n'est pas plus mal. Sa mère s'éclipse, en même temps que la blonde se rapproche de moi. « Hey. » Dit-elle en passant ses bras autour de moi. Elle dépose un tendre baiser sur mes lèvres et je tente de lui offrir un petit sourire. « Ça va ? T'as l'air bizarre ? » Je hoche la tête, pour la rassurer. « Ne t'en fais pas. » Mais ça ne prend pas. Azel n'est pas idiote et elle comprend rapidement qu'il y a bien quelque chose. Ce classeur joue vraiment sur mon moral et je suis bien incapable de le cacher à ma petite amie. Elle voit l'objet entre mes mains et réagit rapidement à celui-ci. « Reagan, c'est rien tout ça. J'étais jeune et peu importe ce que ma mère a pu te dire, ne la crois pas. Je suis bien avec toi. » Est-ce réellement suffisant ? Je souris pour bien paraître, mais à l'intérieur, je suis perdue. Pourquoi la jeune femme ne m'a-t-elle jamais parlé de cela ? Elle connaissait déjà mon point de vue, ou alors, comme elle le dit, n'est-ce plus d'actualité ? Je n'ai malheureusement pas la réponse, je n'ai pas l'impression de l'avoir plutôt et cela n'aide pas. Je n'ai pas envie de priver la jeune femme d'une vie qu'elle rêve depuis des années, mais ça, je ne pourrais le savoir que lorsqu'elle me parlera vraiment. « Je t'aime. » D'une main, je viens tendrement caresser sa joue. « Moi aussi. » Je souris, avant que la jeune femme vienne m'offrir un baiser. Elle s'éloigne ensuite et ce n'est qu'une fois sa silhouette en dehors de la pièce que je me mets à bouger. Je dépose le classeur sur l’îlot centrale de la cuisine, puis laisse mon dos s’appuyer contre un meuble. « Reagan ? Qu’est-ce que tu fais là ? Seule ? » Je sursaute légèrement, surprise d’être rejointe dans la cuisine. « Je vais me baigner, viens avec moi. » Cette invitation vient de l’un des frères de ma petite amie. « Je ne sais pas Alex, Azel devrait.. » Revenir. Je n’ai même pas le temps de terminer ma phrase que j’entends le son d’un piano. « Elle a l’air bien occupée. Viens. » Je rigole légèrement. On dirait qu’il a lu dans mes pensées. Désormais, je n’ai plus aucune excuse et comme je ne peux pas me mettre à dos la famille d’Azel pour une stupide histoire de piscine, je suis bien obligée d’accepter la proposition. « Je reviens, je vais mettre mon maillot. »

Je n’ai pas mis longtemps pour me préparer. Je suis montée dans la chambre que je partage avec la blonde, j’ai retiré mes vêtements, enfilé un maillot de bain acheté pour ce voyage et attrapé une longue serviette avant de redescendre. Je dépose celle-ci sur l’un des transats et m’approche doucement de la piscine. « Je comprends mieux pourquoi ma sœur t’aime bien. » Je souris, légèrement gênée, alors que je croise mes bras contre ma poitrine. Je rougis, car dans le fond, ce que m’a dit le jeune homme correspond fortement à un compliment. Je viens m’asseoir sur le bord de la piscine et je me bascule un peu en arrière, m’appuyant sur mes mains. Le soleil est là, autant en profiter un maximum. « Je ne t’ai pas invité à venir ici pour que tu t’assois sur le bord de la piscine. » Dit-il alors qu’il s’approche en nageant de moi. Je l’avais bien compris ça, mais je suis loin d’être une nageuse professionnelle, je n’ai pas envie de me ridiculiser. Néanmoins Alex insiste et je finis par céder. Je pousse sur mes mains et glisse dans l’eau. Je fais quelques mouvements pour traverser la piscine en largeur. Mon beau-frère n’est jamais loin et je suis même surprise de voir qu’il m’a suivi. « Qu’est-ce que tu trouves à Azel ? » Il me regarde et se rapproche un peu plus, alors que je m’accroche au bord pour ne pas couler. « Est-ce vraiment important ? » Je n’ai jamais réussi à mettre de mot sur ce qui m’attirait chez Azel, ça c’est juste fait naturellement, c’est tout. « Disons que ça m’intrigue. Une belle jeune femme comme toi qui craque pour une femme comme Azel. » « Une femme comme Azel ? » Cette discussion devient de plus en plus intéressante, c’est certainement le meilleur moyen pour moi d’apprendre à connaître Alex. « Je ne suis pas sûr qu’elle puisse te satisfaire pleinement, c’est tout. » J’arque un sourcil, surprise. Mais il ne s’arrête pas là, sa confiance en lui semble au maximum. « Alors que moi.. » Ajoute-il à mon oreille. Un rire s’échappe alors de mes lèvres et je prends un peu de distance avec lui. Il a du culot, mais visiblement, il ne sait pas de quoi sa sœur est capable. D’ailleurs, en parlant du loup, je remarque que la jeune femme est de retour dehors. « Azel ! Tu viens nous rejoindre ? » Il faut qu’elle vienne me sauver ou sinon, je vais devoir aller me réfugier dans notre chambre.

_________________

« regard ».
je sais que tu espères ne plus te rappeler du son de ma voix.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-sept ans.
○ statut : célibataire et décidée à le rester.
○ métier : rédactrice en chef d'un grand magazine de mode.
○ quartier : south bay.
○ informations en vrac : vient de se séparer de reagan, la différence d'âge aura eu raison d'elles • rédactrice en chef du magazine MODE.

○ posts : 129 ○ points : 0
○ pseudo : spf.
○ avatar : eliza perfect taylor.
○ inscrit le : 25/06/2016
MessageSujet: Re: i meet your family (azegan)   Mer 31 Mai - 23:50


≈ ≈ ≈
{i meet your family}
crédit/ tumblrreagan.

Alex et elle ça n’avait jamais vraiment collé. Azel avait toujours été proche de Connor, il était son grand frère, son grand frère nerd qui avait absolument peur de tout et que Azel devait défendre à l’école alors qu’elle avait cinq ans de moins que lui, ils avaient leur équilibre, se complétaient à leur façon, là où Azel était la fille populaire que tout le monde admirait, Connor était l’intello de la classe qui se faisait voler son déjeuner et le soir ils discutaient, riaient et se rassuraient sur leur futur. Alex était le petit dernier avec cinq ans de moins qu’Azel et une personnalité qui ressemblait beaucoup à la sienne, il était vantard, macho, brute, narcissique et têtu, ils n’étaient pas fait pour s’entendre, c’était comme ça et le voir parler, draguer lourdement, Reagan sous ses yeux n’aidait pas réellement à la situation. Elle savait qu’en voyant une fille aussi belle que Reagan à son bras, Alex allait en profiter pour en tirer parti, tenter quelque chose car il était comme un vautour qui attendait que sa proie soit au plus bas pour attaquer et c’était exactement ce qu’il faisait et Azel l’observait au loin, les bras croisés sur sa poitrine se demandant comment elle pouvait le tuer sans que cela ait l’air trop flagrant. Mais Reagan n’était pas comme ça. Reagan l’aimait, preuve en est, elles vivaient ensemble et elle était ici avec elle pour rencontrer ses parents, preuve qu’elle était réellement prête à tout par amour. Reagan ne se laissait pas avoir par la lourdeur de son frère et Reagan l’invitait à se joindre à eux et comme Azel connaissait par cœur sa petite amie c’est avec un regard espiègle qu’elle retira son haut ainsi que short pour laisser apparaître son maillot de bain qui ne cachait pas grand-chose de son corps, après tout teaser sa petite amie était un réel plaisir et elle voulait aussi et surtout montrer à Alex qui était à qui ici. Passant la grande baie vitrée, elle ne mit pas longtemps avant de rejoindre sa petite amie et l’attraper par la taille pour l’embrasser de manière un peu plus appuyé que ce qu’elle avait l’habitude de faire en public, mais elle n’y pouvait rien, elle était jalouse et possessive et surtout, voir Alex avait une tête de six pieds de long était un véritable régal pour les yeux. « Alex, si tu pouvais nous laisser, tu sais intimité et tout ça … tu dois sûrement avoir autre chose à faire. » Non elle n’allait pas faire l’amour à sa copine dans la piscine familiale, pas quand ses parents se trouvaient à quelques mètres et les enfants jouaient un peu plus loin dans le jardin et pouvaient se décider à les rejoindre à tout moment, mais le principal était de le faire croire à son petit frère et heureusement pour elle ça fonctionnait. Alex les quittait en rageant dans son coin, pendant qu’elle s’approcha du bord pour y plaquer sa petite amie, tout en collant son corps à celui de sa belle. « Alex t’as certainement fait des sous entendus ventant ses capacités et réduisant les miennes … tu sais ce que ça veut dire ? » Souriant largement, elle se rapprocha un peu plus, si cela était possible, de Reagan pour venir lui murmurer à l’oreille. « Qu’on va devoir lui prouver le contraire ce soir. » Peut-être que finalement ce n’était pas une mauvaise idée ce week-end, peut-être que son père avait raison l’amour résolvait de sacrifice, mais peut-être seulement.

_________________

Every little thing she does is magic, everything she does just turns me on, even though my life before was tragic. now I know my love for her goes on.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-et-un ans (née le six juin).
○ statut : célibataire. elle s'est faite larguer, elle doit faire avec. pourtant, c'est loin d'être ce qu'elle veut.
○ métier : elle a réussi ses examens et a désormais le diplôme de kinésithérapeute. elle est aussi blogueuse à ses heures perdues et écrit des articles pour le magazine MODE.
○ quartier : elle vit chez ses grand-parents, en attendant de trouver autre chose.
○ informations en vrac : elle a appris pour son adoption il y a un an et demi. après de longues disputes avec ceux qui l'ont élevée, la discussion revient petit à petit. ☆ elle a trompé son ex petit-ami puis a appris qu'il n'avait pas été tout blanc non plus. ☆ elle a été trahie par la personne à qui elle faisait le plus confiance.

○ posts : 2710 ○ points : 380
○ avatar : alycia debnam-carey.
○ DC : billie, troy, roxy, laszlo.
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: Re: i meet your family (azegan)   Mer 7 Juin - 23:03


≈ ≈ ≈
{i meet your family}
crédit/ tumblrazel.

Le frère d'Azel ne manque pas d'air pour me draguer ouvertement. Il semble sûr de lui et n'a peur de rien. Mais ce n'est pas pour cette raison que je me laisse avoir. Si je suis ici, aujourd'hui, à Seattle, c'est parce que je suis avec sa sœur et ça, je suis bien loin de l'oublier. D'ailleurs, lorsque je la vois un peu plus loin, je lui propose de nous rejoindre et la jeune femme ne prend pas le temps de réfléchir pour prendre sa décision. Elle retire ses vêtements et en moins de temps qu'il en faut pour le dire, elle se retrouve dans la piscine, avec nous. Elle vient alors m'attraper par la taille et je dépose un tendre baiser sur ses lèvres. « Alex, si tu pouvais nous laisser, tu sais intimité et tout ça … tu dois sûrement avoir autre chose à faire. » Je regarde la jeune femme en souriant, mais aussi en secouant la tête de gauche à droite. Elle fait les choses en grand et pousse le vise un peu plus loin. Cela suffit à dégoutter Alex qui quitte la piscine et nous laisse ainsi toutes les deux. « Alex t'as certainement fait des sous-entendus ventant ses capacités et réduisant les miennes … tu sais ce que ça veut dire ? » Je hoche doucement la tête, alors que la blonde se rapproche un peu plus de moi. Je glisse ensuite mes jambes autour de sa taille et colle ma peau contre la sienne. Mes lèvres ne tardent pas à venir épouser les siennes, alors que je sens son frère s'éloigner de nous pour rejoindre l'intérieur de la maison familiale. « Qu'on va devoir lui prouver le contraire ce soir. » Je pince légèrement ma lèvre entre mes dents à l'entente de cette proposition. Elle est bien sûr alléchante et je serais idiote de passer à côté, mais je sais bien aussi, qu'elle ne fait pas uniquement cela pour faire rager son frère. Enfin je l'espère, sinon mon moral va prendre un sévère coup. « Tu connais bien ton frère. » C'est le moins que l'on puisse dire, elle a su exactement ce qu'il faisait, alors qu'elle n'était pas avec nous. « Mais ne t'en fais pas mon amour, je ne l'ai pas laissé avoir raison. J'ai rigolé lorsqu'il m'a affirmé être meilleur que toi. » Il ne faudrait pas qu'Azel pense que je me suis laissée avoir par le manège du plus jeune des Fields. « Mais je ne dirais pas non à lui prouver qu'il a tord. » Autant lier l'utile à l'agréable. Je la regarde, puis me rapproche un peu plus d'elle. « Il ne faut pas oublier que tu es la première à m'avoir donné du plaisir. » Lui dis-je doucement à l'oreille, un large sourire dessiné sur mes lèvres. « On sort d'ici ? Je commence à avoir froid. Je propose qu'on aille s'installer sur nos serviettes ? Ou plutôt MA serviette, mais comme je suis gentille, je veux bien la partager avec toi. » J'ai bien remarqué qu'elle n'a rien pris avec elle, mais c'est normal, elle a sauté dans la piscine, ou presque, pour me venir en aide. Cependant, ce n'est pas très grave, car je suis persuadée que nous arriverons à tenir à deux sur ma serviette. Après tout, ce n'est pas comme si on a l'habitude de se tenir à distance lorsque nous sommes ensemble. Je me sépare d'Azel et à l'aide de mes bras, je m'extirpe de la piscine. Ma petite amie me suit et après avoir étendu la serviette sur le sol, nous nous installons dessus. La blonde en dessous, allongée sur le ventre et moi par-dessus, à califourchon, pour lui étaler de la crème solaire. Je veille au bien-être de sa peau, mais j'en profite aussi pour faire glisser mes doigts le long de son dos. Azel n'est pas du genre à dire non à un petit massage et je le remarque une nouvelle fois aujourd'hui.

La fin d’après-midi arrive vite, peut-être trop vite même. Il faut dire que nous n’avons pas vraiment vu le temps passer. Nous sommes restées sur la serviette longtemps, bien aidées par le sommeil qui nous a rattrapées. Maintenant, il est grand temps de se bouger un peu, surtout que ce soir, un nouveau repas nous attend. À ce rythme-là, je vais revenir en Nouvelle-Zélande avec dix kilos en plus. « Je vais me doucher avant que l’on mange. Je reviens. » Dis-je à Azel lorsque nous franchissons la porte vitrée de la cuisine. Je ne me fais pas trop attendre, il manquerait plus que ça, et en quinze minutes je suis de retour à l’étage inférieur, vêtue d’un short, d’un top et d’un sweet appartenant à ma petite amie.

_________________

« regard ».
je sais que tu espères ne plus te rappeler du son de ma voix.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-sept ans.
○ statut : célibataire et décidée à le rester.
○ métier : rédactrice en chef d'un grand magazine de mode.
○ quartier : south bay.
○ informations en vrac : vient de se séparer de reagan, la différence d'âge aura eu raison d'elles • rédactrice en chef du magazine MODE.

○ posts : 129 ○ points : 0
○ pseudo : spf.
○ avatar : eliza perfect taylor.
○ inscrit le : 25/06/2016
MessageSujet: Re: i meet your family (azegan)   Lun 26 Juin - 23:18


≈ ≈ ≈
{i meet your family}
crédit/ tumblrreagan.

Azel avait vraiment pensé que ça serait une bonne idée d’emmener Reagan chez elle, rencontrer sa famille, ceux qui la connaissaient mieux que personne, elle avait imaginé que cela renforcerait leurs liens, qu’elles en ressortiraient plus forte que jamais, mais au final cela s’avérait être une catastrophe. Car après le départ de Reagan pour leur chambre, Azel s’était retrouvé avec Alex et l’envie de le frapper n’avait été plus que grande, mais ce dernier lui avait fait prendre conscience d’une chose : Reagan était jeune, Reagan n’allait pas rester avec elle pour toujours et surtout elle ne pouvait pas mettre de côté ses envies. Elle avait écouté son père, tenté de se faire à l’idée et pourtant c’était impossible, elle ne pouvait pas sacrifier tout ce dont elle rêvait par amour, cela ne suffisait pas d’aimer Reagan comme jamais elle n’avait aimé. Après une telle révélation c’est dans un climat plus que tendu qu’Azel se retrouva à table avec sa famille pour le repas et évidemment sa mère avait tout organisé et elle se retrouvait donc en bout de table avec son grand frère à ses côtés, face à Alex qui pouvait profiter de la proximité de Reagan pour continuer à la draguer. Et si Azel accepta son petit manège pendant tout le temps de l’entrée, arrivé au repas ce fut trop, ainsi alors que tout le monde était entrain de discuter et de rire ensemble, Azel laissa son poing rencontrer la table avec une telle violence que tout bruit s’effaça instantanément. Son regard bleu, tournant presque au gris avec la colère, rencontra celui de son frère qui semblait presque paniqué. « Ok Alex, tu arrête maintenant et si tu le fais pas, je peux te jurer que tu vas regretter d’être venu au monde. Reagan c’est ma copine, tu entends ? C’est la mienne alors si jamais tu continue à jouer au garçon parfait tout en me dénigrant, je vais te détruire. Et toi. » Cette fois son regard se déporta sur sa petite amie, toujours glacial, toujours aussi en colère, car c’est ce qu’elle était, en colère, en rage. Elle en voulait à Reagan d’être aussi égoïste dans cette histoire, de refuser d’écouter son bonheur pour ne se consacrer qu’au sien. « Si tu voulais te faire mon frère tu aurais au moins pu avoir la décence de ne pas le vouloir sous le toit de mes parents. » Sans un mot de plus elle quitta la table pour sa chambre.
Comme elle avait pu l’imaginer, la porte de leur chambre ne tarda pas à s’ouvrir pour laisser apparaître Reagan et pourtant cela faisait peut-être dix minutes qu’Azel s’était retrouvée seule, ce n’est pas pour autant que sa colère avait diminué bien au contraire, preuve de cela sa valise était prête à partir. Se tournant vers la jolie brune, elle planta une nouvelle fois son regard dans les beaux yeux verts qui semblaient si perdu à ce moment. « Ca ne marche pas Reagan, toi et moi. C’est marrant j’ai pensé que plein de choses pouvaient nous séparer, notre différence d’âge jamais. » Souriant presque ironiquement, elle croisa les bras sur sa poitrine en secouant la tête. « Je veux des enfants d’ici deux à trois ans, je veux non seulement ça, mais aussi un mariage. Le problème c'est que j’ai vu ta réaction quand tu as pensé être enceinte, quand tu as cru que j’allais te demander en mariage pour la St Valentin et toi ce n’est pas ce que tu veux. » Cette fois ci un rire s’échappa de sa gorge, rire qui venait faire miroir aux larmes qui s’échappaient maintenant de ses yeux. « J’ai essayé de penser que ce n’était pas ce dont je voulais pour être heureuse, que je n’en avais pas besoin tant que je t’avais toi et puis ça m’a frappé. Pas une seule seconde tu t’es posé la question inverse, t’as préféré être égoïste et ne pas t’interroger sur ce que je voulais. C’est terminé Reagan. T’as toute une vie qui t’attends, pleine de garçons à séduire ou de filles même. Pleine de rencontres et de voyages, t’as une vie qui t’attends, une vie où je ne serais pas. » Elle était en colère non seulement contre Reagan, mais aussi contre elle-même, en colère t’avoir pensé que cela fonctionnerait, de s’être ainsi menti, de se retrouver si faible face à la brune. Elle était soulagée aussi, c’était terminé, il n’y aurait pas de marche arrière, elle pouvait enfin être qui elle voulait, vouloir ce dont elle avait envie sans demander l’autorisation à qui que ce soit.

_________________

Every little thing she does is magic, everything she does just turns me on, even though my life before was tragic. now I know my love for her goes on.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt-et-un ans (née le six juin).
○ statut : célibataire. elle s'est faite larguer, elle doit faire avec. pourtant, c'est loin d'être ce qu'elle veut.
○ métier : elle a réussi ses examens et a désormais le diplôme de kinésithérapeute. elle est aussi blogueuse à ses heures perdues et écrit des articles pour le magazine MODE.
○ quartier : elle vit chez ses grand-parents, en attendant de trouver autre chose.
○ informations en vrac : elle a appris pour son adoption il y a un an et demi. après de longues disputes avec ceux qui l'ont élevée, la discussion revient petit à petit. ☆ elle a trompé son ex petit-ami puis a appris qu'il n'avait pas été tout blanc non plus. ☆ elle a été trahie par la personne à qui elle faisait le plus confiance.

○ posts : 2710 ○ points : 380
○ avatar : alycia debnam-carey.
○ DC : billie, troy, roxy, laszlo.
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: Re: i meet your family (azegan)   Mer 28 Juin - 23:02


≈ ≈ ≈
{i meet your family}
crédit/ tumblrazel.

En descendant l'escalier avant le repas, j'étais bien loin de m'imaginer ce qui allait se passer. J'étais heureuse, souriante et insouciante. J'avais passé une après-midi calme, en grande partie avec Azel et je ne pouvais rien concevoir de plus parfait et de plus reposant pour mes vacances à Seattle. Seulement voilà, en un claquement de doigts, en un fragment de seconde, tout a changé. Le visage d'Azel s'est métamorphosé et le silence s'est installé dans la pièce. « Ok Alex, tu arrête maintenant et si tu le fais pas, je peux te jurer que tu vas regretter d'être venu au monde. Reagan c'est ma copine, tu entends ? C'est la mienne alors si jamais tu continue à jouer au garçon parfait tout en me dénigrant, je vais te détruire. Et toi. » Son frère vient d'en prendre pour son grade et toute la famille reste pendue aux lèvres d'Azel, surprise par un tel changement. Elle était heureuse il y a quelques secondes, elle aussi, et voilà désormais que son visage est noir de colère. Malheureusement pour moi, le calvaire n'est pas fini. Ses deux derniers mots sont pour moi. « Si tu voulais te faire mon frère tu aurais au moins pu avoir la décence de ne pas le vouloir sous le toit de mes parents. » Je fronce légèrement les sourcils, ne comprenant pas où elle veut en venir, mais surtout pourquoi elle dit cela. Je pensais pourtant avoir été clair cet après-midi : quand son frère m'a fait des avances, j'ai refusé et sans hésiter. Je me fiche royalement d'Alex, ou des autres personnes, je ne veux qu'elle. Mais visiblement, je vais devoir lui faire rentrer cela dans le crane. La jeune femme s'échappe hors de table, où désormais un silence de mort règne. Si elle voulait plomber l'ambiance, elle a réussi. Je racle difficilement ma gorge avant de prendre la parole. « Je reviens. » Je dépose ma serviette sur la table et rejoins notre chambre à mon tour. « Azel ? » Dis-je en voyant la jeune femme faire ses valises. Je n’arrive pas à comprendre et j’espère bien qu’elle a des explications à me donner. « Ca ne marche pas Reagan, toi et moi. C’est marrant j’ai pensé que plein de choses pouvaient nous séparer, notre différence d’âge jamais. » Les premiers mots d’Azel résonne dans mon esprit et je reste bloqué dessus. C’est à la fois clair et flou. Clair pour elle, flou pour moi. Cette conversation n’annonce rien de bon, mais je n’ai pas envie d’y penser, d’y croire. « Je veux des enfants d’ici deux à trois ans, je veux non seulement ça, mais aussi un mariage. Le problème c'est que j’ai vu ta réaction quand tu as pensé être enceinte, quand tu as cru que j’allais te demander en mariage pour la St Valentin et toi ce n’est pas ce que tu veux. » J’aurais dû m’attendre à une telle discussion. D’ailleurs, on aurait peut-être dû mettre les choses au clair dès le début. Il y a plusieurs années entre nous, sept, alors forcément, nos objectifs et nos envies ne sont pas les mêmes. « J’ai essayé de penser que ce n’était pas ce dont je voulais pour être heureuse, que je n’en avais pas besoin tant que je t’avais toi et puis ça m’a frappé. Pas une seule seconde tu t’es posé la question inverse, t’as préféré être égoïste et ne pas t’interroger sur ce que je voulais. C’est terminé Reagan. T’as toute une vie qui t’attends, pleine de garçons à séduire ou de filles même. Pleine de rencontres et de voyages, t’as une vie qui t’attends, une vie où je ne serais pas. » « Tu fais quoi là ? » Je fronce les sourcils. Azel parle beaucoup et pourtant, elle n’a pas utilisé de mots clairs, pas ceux que j’attends ou plutôt dont j’ai besoin pour comprendre ce qui se passe vraiment. Pourtant, son regard en dit long : elle ne veut plus de moi, voilà tout. « Dis-moi que c’est une blague. » J’ai besoin de ça, de savoir que cette discussion n’est pas réelle, que nous allons pouvoir repartir ensemble et qu’il y aura toujours un nous après ce voyage. Malheureusement, rien ne sort de la bouche d’Azel. « Tu penses que je suis égoïste ? Tu ne crois pas que ça l'est aussi venant de ta part. Tu aurais pu me dire tout ça, tes envies de mariage et d'enfants tout à l'heure, mais tu n'as rien fait. Alors ne mets pas tout sur mon dos. » Quand elle m'a vu avec son classeur dans les mains, elle aurait très bien pu me parler de ses envies, mais à la place de ça, elle a préféré tout nier en bloc et me dire que ce n'était que des envies de gosse. « Nous n'avons jamais eu cette conversation, alors ne t'étonnes pas que cela ne coule pas de source pour moi. » Le mariage et les enfants ne sont pas des sujets à prendre à la légère. Alors au lieu de me balancer que notre couple est lié à l'échec, elle aurait pu au moins prendre connaissance de mes différents points de vue. J'ai vingt-et-un ans merde. Elle le sait et elle doit certainement savoir qu'à cet âge là, on ne pense pas enfants et mariage. Alors quoi, elle préfère me quitter et se dire que tout ira mieux comme ça ? « Les dix derniers mois représentaient quoi pour toi ? Tu me jettes comme ça, comme une vulgaire chaussette ? » Je la regarde, des larmes coulant déjà le long de mes joues. Ses mots me touchent en plein cœur, je me sens brisée, trahie et faible. C'est à ce moment précis que je me rends compte que la jeune femme a plus compté pour moi en dix mois que Declan en deux ans. « Ne fais pas ça Azel, s'il te plaît. Je t'en supplie. » Les larmes continuent de couler le long de mes joues, mais cela ne change pas grand-chose. La jeune femme ne me regarde plus, ne m'écoute plus même. De mes mains, j'essuie le liquide de mes joues. « Tu fais chier. » Dis-je, énervée à mon tour de la voir faire ça. Je n'arrive pas à comprendre et je ne suis pas sûre d'y arriver un jour. Avec tout ce que l'on a surmonté, je pensais qu'on était plus fortes que ça, qu'on arriverait à traverser toutes les tempêtes, mais je me suis finalement trompée. J'attrape mon sac et jette dedans les affaires m'appartenant que je trouve. Je vais certainement en oublier ou alors je vais en prendre certaines qui sont à Azel. Mais tant pis. Avec tout ceci, je n'ai qu'une envie, c'est de partir et de me terrer quelque part. Sans un au revoir, ou même un adieu, je quitte la chambre en claquant la porte, puis la maison. Je refuse que tout ceci soit vrai, seulement, avec l'annonce qui me tombe dessus comme ça, je n'ai pas la force de me battre aujourd'hui. Je m'avance dans l'allée qui mène à la porte d'entrée, mais à peine quelques pas fait, je m'écroule, en larmes, dans les marches extérieures. Peu de temps après, je suis surprise de sentir une présence à mes côtés. En relevant la tête, je remarque que la mère d'Azel est là, qu'elle prend place à mes côtés et qu'elle m'entoure de ses bras. Ce contact provoque un relâchement instantané chez moi : je craque et pleure un peu plus fort. « Ça va aller. Ça va passer. » J'aimerais lui répondre et pourtant, je n'y arrive pas. Mais non, ça n'ira pas. Pas après ce que vient de faire Azel. Tout semblait aller et puis tout d'un coup elle décide que ce n'est plus possible entre nous ? Je ne comprends pas, je n'arrive pas à comprendre et les kilomètres qui me séparent de chez moi n'aide pas. Je me sens seule ici, seule et perdue. Pourtant, j'ai envie de croire que la deuxième partie de sa réponse est vraie, que ça va passer. Que cette douleur au cœur va s'effacer et que je me sentirais bien de nouveau.

FIN DU RP

_________________

« regard ».
je sais que tu espères ne plus te rappeler du son de ma voix.

Revenir en haut Aller en bas
 

i meet your family (azegan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» family enduro à Villebret
» Pas facile depuis la suisse HELP!!! Enduro family la Saulce
» Enduro Family pont de salars 5 septembre 2010
» IDR56's family in Gironde
» FAMILY ENDURO 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: around you :: le passé-