AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you had me at... no, you don't have me.; pv nilo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 29 ans.
○ statut : fiancée par arrangement.
○ métier : traductrice (en reconversion)
○ quartier : hôtel de luxe du centre-ville (avec théo a.)
○ posts : 1463 ○ points : 315
○ pseudo : Eilyam
○ avatar : Keira Knightley
○ DC : //
○ inscrit le : 27/02/2017
MessageSujet: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Mer 31 Mai 2017 - 4:15

you had me at... no, you don't have me.;
nilo & jordan
get up, don't get up, i beg you to sit tight. sweet girl, i'll be a ghost, girl. forget it, i am fine, if anything, a witnessing, is all i needed that night.

L'ennui commençait à être de taille. Jordan ne savait plus quoi faire à Island Bay, c'était presque un combat quotidien. Elle avait l'impression d'être allée essayer chaque restaurant, chaque café. D'être allée acheter quelques gourmandises dans chaque supérette. D'avoir fait toutes les boutiques possibles et inimaginables, même une friperie. D'avoir pris toutes les photos de l'océan qu'elle aurait pu prendre. D'avoir nourri bêtement chaque mouette qu'elle aurait pu croiser. Non, vraiment... Jordan avait la furieuse impression qu'il ne lui restait rien à faire ici. Elle mourait, à chaque minute, d'envie de retourner à New-York. Ses amis lui manquaient terriblement, et Théo, bien trop peu présent, ne comblait pas le besoin de présence qui s'était fait sien depuis quelques temps. Ses seules conversations se résumaient à celles, pas très passionnantes, avec son chauffeur personnel. Quelques mots échangés par-ci par-là avec les gens de l'hôtel qui commençaient à avoir l'habitude de la présence de Miss Coalman. Heureusement qu'il lui restait Skype, ainsi que son smartphone... Et aussi, le plus important, son argent. Celui qui lui permettait de s'adonner à toutes sortes d'activités, plus ou moins seule. Lorsqu'elle n'avait personne à voir et qu'elle mourait quand même d'envie de sortir de la suite que Théo leur avait louée, Jordan se dirigeait naturellement vers les luxueuses boutiques du centre d'Island Bay. Il y en avait beaucoup moins qu'à New-York, mais c'était déjà ça, pour une ville touristique. C'était donc dans l'une d'entre elles qu'elle se retrouva cet après-midi là. Errant sans but entre les rayons, attendant qu'on lui serve la traditionnelle coupe de champagne qui accompagnait habituellement ses séances d'achats compulsifs. Lorsqu'elle la reçut enfin, Jordan alla naturellement en direction des sacs à main, qui se trouvaient tous exposés, sans leur prix, non loin des quelques cabines d'essayage dont la boutique disposait. Elle se planta devant les étagères d'exposition en verre, dans une position de réflexion intense, lorsqu'un appel derrière elle la sortit de ses pensées. Cela venait des cabines. Certainement un badaud qui attendait qu'on lui ramène une autre taille de vêtements car il aurait été trop stupide pour prendre directement les bonnes tailles. Les yeux de Jordan roulèrent derrière ses paupières closes, et lorsqu'elle les rouvrit elle se décida quand même, curieuse, de se retourner pour voir ce qui se tramait au niveau des cabines d'essayage. Elle n'allait tout de même pas refuser un peu d'action dans son morne quotidien du moment.

 
Made by Neon Demon

_________________
you're heartless
you turn it into your own, so tie me back to my bones. collect your love and then my heart. you're fearless.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Welcome into the Darkness ○ âge : 38 ans (9 novembre)
○ statut : En couple avec la femme de sa vie même si parfois c'est compliqué...
○ métier : Professeur en photographie
○ quartier : West Bay, appartement #17
○ posts : 313 ○ points : 90
○ avatar : Hayden Christensen
○ DC : Un gamin paumé et sans défense et un inspecteur de police sorti du coma
○ inscrit le : 28/04/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Mer 31 Mai 2017 - 18:27

You had me at... no, you don't have me
Nilo & Jordan

La tête au-dessus de la cuvette des W.C, je reprenais mon souffle. Des larmes coulaient le long de mes joues alors que mon visage était rouge sous le coup des spasmes violents qui maltraitaient mon corps. Mon cœur battait la chamade, et j’enfonçai à nouveau mon index et mon majeur dans ma gorge, poussant ma glotte pour déclencher de nouveaux vomissements. Ce midi, j’avais mangé une salade et une tranche de tarte aux poireaux, ainsi qu’un yaourt à la pêche et au fromage blanc allégé, ainsi qu’une tranche de pain. C’était trop. Beaucoup trop. J’allais grossir, à coup sûr, et ça c’était hors de question. Depuis quelques temps, mon anorexie était revenue me posséder d’une main de maître. On croit à tort que cette maladie n’est réservée qu’aux femmes, les hommes préférant, eux, se muscler à l’extrême. Moi, j’étais dans ces deux cas de figure-là, à vrai dire. Il fallait que je maigrisse, à tout prix, et en même temps je m’efforçais de faire du sport pour avoir une musculature harmonieuse. Seulement voilà, depuis trois jours je n’arrivais plus à faire des abdominaux, des gainages et à courir. La cigarette n’était pas la seule fautive dans cette histoire : en recommençant à me faire vomir, je manquais de faire un malaise au moindre effort. Aujourd’hui, jour où je ne donnais pas de cours à l’université, j’avais décidé de moins me prendre la tête, de faire attention à ce que je mangeais et, surtout à bien me reposer. Après tout, cela ne faisait que deux semaines à peine que j’étais sorti de l’hôpital après ma énième tentative de suicide. J’étais encore fragile, j’en avais conscience, mais pour autant je ne faisais rien pour arranger mon cas et aller dans le sens de la guérison. Si mes pulsions d’automutilation s’étaient à peu près apaisées, l’anorexie, elle, était revenue me percuter de plein fouet. Pourquoi, je n’en savais rien. Tout ce que je voyais dans le miroir, c’était la silhouette d’un homme aux bras entièrement enturbannés pour maintenir les compresses posées sur les points de suture de mes indénombrables scarifications, un torse et un dos mutilés après avoir été frappés à maintes reprises par mon propre père. Et puis je me trouvais trop gros. Certainement une idée que je me faisais là, mais je ne supportais plus de porter une taille moyenne dans mes affaires. Il fallait que je perde… au moins un peu. Je m’essuyai la bouche avec du papier toilette, et me déshabillai pour monter sur mon pèse-personne. Je mesurai un mètre quatre-vingt-huit et pesais à présent… soixante-quatre kilos. Bon. J’avais encore perdu. Me rhabillant d’un jean classique bleu nuit délavé, d’un tee-shirt blanc et d’une chemise noire que j’enfilai par-dessus en la laissant ouverte dans un style jeune et décontracté, je me brossai les dents pour ôter de ma bouche l’infâme goût du vomi, puis me dirigeai vers mon lit sur lequel était posé mon ordinateur. Je me laissai tomber sur celui-ci, m’allongeai et attrapai le clavier pour taper le mot clé «IMC ». Lorsque la page s’ouvrit, je rentrai ma taille et mon poids, avant que s’affiche le message suivant :

Selon la classification de l'OMS, l'interprétation de votre IMC (18.11 kg/m²) est :
Maigreur
Notre recommandation pour votre corpulence :
Surveillez votre corpulence, cet IMC est peu élevé, essayez de rester au dessus de 18.5.


A ce résultat, un sourire de soulagement s’afficha sur mes lèvres. J’étais maigre… et j’en étais heureux. Surtout que mes muscles étaient toujours présents : on pouvait aisément voir mes abdominaux, mes plis de l’aine, ma clavicule, les muscles de mon dos, mes pectoraux et de mes bras, cachés pour ceux-là sous les bandages. C’était pas si mal, non ? En tout cas je me garderai bien de le dire à Tracey, car j’étais absolument certain que ces chiffres l’inquiéteraient. La seule chose qui m’embêtait, c’était qu’il fallait que je rachète de nouveaux jeans. Je pouvais encore porter des hauts un peu amples, ça n’était pas un problème, mais question jeans, même avec une ceinture c’était très limite, et faisaient des plis sous mes fesses. Il fallait donc que j’en change. Pianotant encore un peu sur mon PC portable pour me rendre sur le site de ma banque, je rentrai mon identifiant à plusieurs chiffres ainsi que mon mot de passe pour avoir accès à mes comptes. Bon, ça allait. Même si je n’étais pas du tout riche, j’avais quelques économies devant moi. Il faudrait juste que je freine sur la boisson et sur la drogue ce mois-ci, si je voulais parvenir à payer mon loyer. Je me levai alors de mon lit, attrapai mon portefeuilles et le glissai dans la poche de mon pantalon. Puis j’ouvris la porte pour sortir, vérifiai d’un dernier coup d’œil de n’avoir rien oublié, et, pris d’un doute, tâtai mon autre poche pour savoir si mon portable était dedans. Bon, impeccable, c’était le cas. Je pus donc fermer la porte à clé derrière moi, à la serrure éternellement résistante, et partis tranquillement à pieds sous ce beau soleil pour me rendre dans les boutiques du centre-ville. Les bras croisés, me sentant un peu plus léger après avoir lu les résultats de mon IMC, je laissai mon regard vagabonder librement. Je croisai le regard de deux jeunes adolescentes qui me reluquaient de hauts en bas, et leur rendis un sourire séducteur qui les fit manifestement glousser et rougir. Il était vrai que l’on m’accordait très difficilement l’âge de trente-huit ans. Il me semble, si mes souvenirs sont bons, que l’on me mettait davantage dans la fourchette de vingt-sept/trente-un ans maximum, mais en aucun cas sept de plus. Et cela flattait évidemment mon égo. Car me sentir vieillir était une phobie chez moi. Non pas que je veuille devenir immortel et craigne la mort puisque je l’ai défiée plus d’une fois à partir de l’âge de neuf ans, et ce jusqu’il y a deux semaines en arrière. Non, je préférai rester jeune pour pouvoir tout simplement ne pas faire trop tâche auprès des personnes que je côtoyais. Je pensais notamment à Riley, mon étudiante de vingt ans pour laquelle j’éprouvais des sentiments très contradictoires : en fait, je la détestais autant que j’éprouvais une attirance certaine pour elle. Mais cette histoire était tout bonnement impossible, alors je devais m’efforcer de rayer le visage de la jeune femme de mon esprit. Mais en vain… Pour chasser ces pensées éternellement fatigantes de ma tête, je poussai la porte d’un magasin de vêtements pour hommes et pour femmes, et fut joyeusement accueillies par les vendeuses, et un collègue visiblement très… porté sur l’homosexualité, au vu de ses attitudes très maniérées et, surtout, les regards qu’il me lançait. Un peu gêné mais ayant en même envie de rire face à cette constatation, je me dirigeai vers mon rayon, et flânai en regardant les jeans proposés. Je repérai rapidement un pantalon noir classique, un gris foncé un peu délavé sur les cuisses, et un autre plus banal. Je n’aimais pas vraiment attirer l’attention sur moi, même si malheureusement cela se faisait assez naturellement. J’inspectai surtout bien les bas, pour vérifier de ne pas tomber sur un slim qui révèlerait naturellement mon bracelet électronique que je portais à la cheville gauche. Puis je demandai au vendeur qui ne me lâchai pas d’une semelle, me suivant à la trace avec un sourire Colgate absolument immense et des yeux pétillants. Je sentais qu’il allait me glisser son numéro dans la poche arrière si ça continuait, pensais-je en me retenant d’éclater de rire.
Je pénétrai dans une cabine d’essayage, enfilai le premier pantalon et… bien sûr, pas de miroir dans la cabine, il fallait sortir pour pouvoir s’observer dans celui attaché aux murs qui séparent chacune d’elles. Je sortis, et remarquais que ça n’allait pas.

« Oh, mais quelle taille avez-vous prit ? » Me demanda-t-il.

« Ben… la moyenne, comme d’habitude. » Lui répondis-je, un peu embarrassé.

« Ah non non, mais c’est pas du tout votre taille, hein. Vous êtes en-dessous, vous. Je reviens, je vais vous chercher ce qu’il vous faut. » Me dit-il sur un ton très efféminé en prenant tous les jeans que j’avais choisi.

Je le regardai partir et lâchai un léger soupir, avant de sentir un regard posé sur moi. Je tournai la tête et croisai les prunelles d’une femme absolument… magnifique, oui, c’était le mot. Je lui offris un sourire poli et séducteur à la fois, ne faisant jamais exprès pour que cela soit le cas pour ce dernier point. C’était naturel chez moi.

« Bonjour. » La saluai-je, un peu embarrassé d’attendre planté là comme un idiot.

_________________
I'm always dreaming about my suicide
Such a lonely day, and it's mine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 29 ans.
○ statut : fiancée par arrangement.
○ métier : traductrice (en reconversion)
○ quartier : hôtel de luxe du centre-ville (avec théo a.)
○ posts : 1463 ○ points : 315
○ pseudo : Eilyam
○ avatar : Keira Knightley
○ DC : //
○ inscrit le : 27/02/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Lun 5 Juin 2017 - 5:05

you had me at... no, you don't have me.;
nilo & jordan
get up, don't get up, i beg you to sit tight. sweet girl, i'll be a ghost, girl. forget it, i am fine, if anything, a witnessing, is all i needed that night.

Lorsqu'elle se retourna en direction des cabines d'essayage qui se trouvaient juste à côté de l'étagère en direction de laquelle elle mirait précédemment, Jordan se retrouva face à une scène plutôt singulière. L'un des vendeurs de la boutique était presque en train de dévaliser la cabine d'un bel homme dont le jean à l'étiquette dépassant semblait beaucoup trop grand pour lui. Ce dernier leva la tête après le départ du vendeur, et sourit instantanément en croisant le regard de Jordan. Elle fronça légèrement les sourcils et lui rendit son sourire alors qu'il la saluait. Prise sur le fait dans sa curiosité maladive.

- Hum... Bonjour, répondit-elle d'une voix interrogative et désolée à la fois.

Sans trop réussir à comprendre pourquoi il l'avait poliment saluée alors qu'elle était clairement en train de l'épier, Jordan préféra recommencer à s'occuper de ses affaires et se retourna de nouveau vers les sacs à main, guettant d'une oreille attentive le moindre mouvement qui lui indiquerait que l'homme était retourné dans sa cabine et qu'elle pourrait s'en aller subrepticement noyer sa honte dans une autre boutique, mais sans se dire une seule seconde qu'il n'y retournerait certainement pas avant le retour du vendeur qui avait pris une bonne partie si ce n'était pas tout de ce qu'il avait sélectionné pour un potentiel essayage. Se rendant compte de cela, l'anglaise leva les yeux au ciel devant sa bêtise et au même moment, le vendeur apparut dans sa vision périphérique. Jordan le suivit du regard, puis du haut du corps. Le client aux jeans trop grands pour lui ne pourrait la voir lorgner cette scène de sa vie privée, trop accaparé par le vendeur qui semblait bien plus intéressé que par une simple vente de vêtements à un client lambda. Jordan pouvait comprendre cette effusion, il était vrai que l'homme au jean trop grand n'était pas mal du tout. Malgré ses fiançailles forcées qui commençaient à ressembler de plus en plus à des vraies vu le lien qui était en train de naître entre elle et Théo, Jordan s'accordait le droit de regarder les autres hommes, voire de se laisser faire la cour et plus si affinités. C'était ainsi que Théo et elle avaient défini leur relation de toute façon, lorsqu'ils avaient été forcés de se prendre pour fiancé(e) l'un(e) et l'autre. Lui ne s'en privait pas, et même si elle était moins volage que lui, elle n'avait aucune raison de se priver non plus.

 
Made by Neon Demon

_________________
you're heartless
you turn it into your own, so tie me back to my bones. collect your love and then my heart. you're fearless.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Welcome into the Darkness ○ âge : 38 ans (9 novembre)
○ statut : En couple avec la femme de sa vie même si parfois c'est compliqué...
○ métier : Professeur en photographie
○ quartier : West Bay, appartement #17
○ posts : 313 ○ points : 90
○ avatar : Hayden Christensen
○ DC : Un gamin paumé et sans défense et un inspecteur de police sorti du coma
○ inscrit le : 28/04/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Lun 5 Juin 2017 - 20:45

You had me at... no, you don't have me
Nilo & Jordan

J’étais là, planté devant ma cabine, sans bouger. Qu’est-ce que je pouvais bien faire d’autre, de toute façon ? Les bras croisés sur mon torse, je lâchai un soupir, attendant que le mister Cordula ait fini ses recherches pour voir quel pantalon m’irait le mieux avec ma nouvelle taille. Je risquai un regard vers le miroir, et avais la très nette sensation que, plus je me regardai, plus je grossissais. La maladie. Rien d’autre. Mais c’était honnêtement très chiant, car comment pourrai-je donc réguler mon alimentation si je ne parviens jamais à me voir tel que je suis ? J’avais à présent dépassé la barre de la maigreur, et je me voyais pourtant tel un obèse. Honnêtement. Nouveau soupir, et mon regard croisa celui d’une femme qui semblait m’observer. Pourquoi ? D’un sourire aimable, je la saluai, ce qui semblait avoir eu tôt fait de la déstabiliser. Elle me rendit mon salut, embarrassée. Je ne voyais pas vraiment pourquoi elle l’était, qu’avait-elle fait de mal ? Je ne voyais pas, en tout cas. Je glissai, par habitude à chaque fois que je patientais pour quelque chose, mes mains dans les poches de mon jean qui manqua de se barrer vu la taille. Je retirai aussitôt mes mains pour le remonter et ne pus m’empêcher de rire.

« Gros débile… » Murmurais-je en remontant mon pantalon.

Heureusement que je portais un boxer, tiens… D’ailleurs je croisais le regard du vendeur qui était devenu écarlate, et me retins franchement d’éclater de rire.

« Au moins il y en a qui se rincent l’œil. » Lâchais-je à la charmante jeune femme qui était arrivée à mon niveau.

« Juste une petite question : cela fait longtemps que vous attendez quelqu’un ? A moins que vous ne soyez juste venu pour jeter un œil sur leur marchandise. Parce que je n’ai pas trop l’impression que ça soient des flèches, ici… » Lui dis-je en cherchant l’homme du regard qui avait encore disparu.

« A moins qu’ils ne soient en train de fabriquer le tissu, auquel cas je comprendrai… » Déplorais-je.

Je décidai de m’assoir sur l’un des fauteuils qui était posé entre chaque cabine pour les accompagnateurs, prenant garde de tenir mon jean afin de ne pas me retrouver une nouvelle fois quasiment cul nu. Enfin, « boxer nu ». Je laissai mon dos s’appuyer contre le dossier, et croisai les jambes d’un air nonchalant. Si j’avais su, je ne serai pas venu ici, moi… En plus le bougre était parti avec mon propre pantalon pour modèle dans ses recherches, ne me laissant donc même pas de quoi m’enfuir vu le temps improbable qu’il m’était. En plus le voilà qui venait de s’engager dans une longue conversation avec d’autres vendeurs et de nouveaux clients.

« Non mais c’est une blague, … là ? » Lâchais-je dans un nouveau soupir.

_________________
I'm always dreaming about my suicide
Such a lonely day, and it's mine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 29 ans.
○ statut : fiancée par arrangement.
○ métier : traductrice (en reconversion)
○ quartier : hôtel de luxe du centre-ville (avec théo a.)
○ posts : 1463 ○ points : 315
○ pseudo : Eilyam
○ avatar : Keira Knightley
○ DC : //
○ inscrit le : 27/02/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Lun 19 Juin 2017 - 4:45

you had me at... no, you don't have me.;
nilo & jordan
get up, don't get up, i beg you to sit tight. sweet girl, i'll be a ghost, girl. forget it, i am fine, if anything, a witnessing, is all i needed that night.

Intriguée par cet homme qui l'avait poliment saluée et qui semblait s'amuser tout seul au milieu des cabines d'essayage tout en attendant le vendeur qui avait l'air d'avoir pris ses affaires en otage, Jordan prit garde de rester plus près de lui que des sacs à main. L'animation dans la boutique était de loin plus intéressante que la maroquinerie hors de prix. Elle ne comprit pas pourquoi, tout à coup, l'homme aux cabines d'essayage lui lança qu'au moins certains pouvaient se rincer l'oeil. Elle se retourna, prête à demander "Pardon ?" de son air le plus dédaigneux, pensant d'abord qu'il s'adressait à elle, mais finalement elle vit que le vendeur qui s'occupait de l'homme maigrichon n'était pas loin, et rouge. Joe ne put s'empêcher de sourire à son tour devant l'étrangeté de la situation. Elle s'approcha un peu plus de l'homme des cabines d'essayage lorsque ce dernier lui demanda si elle attendait quelqu'un depuis longtemps. Jordan haussa un sourcil avant de répondre.

- Hum, non non... Je regarde, fit-elle en montrant d'un geste l'étagère des sacs à mains qui se trouvait à côté de l'espace essayage.

Elle ne lâcha pas l'homme du regard lorsqu'il s'assit dans le fauteuil qui se trouvait entre sa cabine et celle voisine. Jordan le trouvait vraiment maigre. Avait-il une maladie chronique ? L'entendant soupirer, elle ressentit une pointe de compassion pour lui et s'assit dans le fauteuil voisin. Ils étaient séparés par une cabine, mais elle n'aurait pas à hurler pour se faire entendre, étant donné le silence luxueux qui régnait dans la boutique.

- Vous avez besoin d'aide pour faire votre choix ? Je peux peut-être vous aider.

 
Made by Neon Demon

_________________
you're heartless
you turn it into your own, so tie me back to my bones. collect your love and then my heart. you're fearless.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Welcome into the Darkness ○ âge : 38 ans (9 novembre)
○ statut : En couple avec la femme de sa vie même si parfois c'est compliqué...
○ métier : Professeur en photographie
○ quartier : West Bay, appartement #17
○ posts : 313 ○ points : 90
○ avatar : Hayden Christensen
○ DC : Un gamin paumé et sans défense et un inspecteur de police sorti du coma
○ inscrit le : 28/04/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Dim 25 Juin 2017 - 16:36

You had me at... no, you don't have me
Nilo & Jordan

S’asseyant dans le fauteuil à à peine un mètre de moi, la jeune femme me demanda si j’avais besoin d’aide pour faire mon choix. C’était sympa, seulement en ce moment ma préoccupation était toute autre.

« Non, à vrai dire j’aimerai peut-être que vous m’aidiez à récupérer mon pantalon pour que je sorte d’ici avant de me transformer en momie. Je ne sais pas si c’est une stratégie pour que les clients ne disparaissent pas le temps infiniment long que ce type met à « m’aider », mais si c’est cela ça marche car je me sens un peu pris en otage à vrai dire ! » Lui dis-je en riant légèrement.

Je poussai un soupir, résigné.

« Je tuerai pour boire une pina colada en plus, mais je suis prisonnier, faut-il croire. »

Mais à peine eussè-je dit ces mots que le vendeur revint enfin et me tendis… cinq pantalon ?

« Tenez, tenez, tenez ! » Me dit-il, tout guilleret.

Je le remerciai et me tournai vers la jeune femme pour lui dire dans un beau sourire soulagé :

« Veuillez m’excuser. »

J’essayai alors en vitesse expresse tous mes pantalons, ceux-ci m’allant bien mieux, devais-je le reconnaître, que celui que j’avais choisi, trop grand pour moi. Je regardai mon reflet dans le miroir, mais ne vit pas d’homme maigre dans le reflet. Heureusement, ma musculature certaine faisait que je n’étais absolument pas rachitique. Juste fin, mais musclé. Je retirai le dernier pantalon pour remettre le mien, et grimaçai en voyant le prix des autres. Bon, je pouvais maximum prendre les deux moins chers si je voulais entrer dans mes prix et avoir en même temps de quoi tourner un minimum. Rien ne m’empêcherait de porter une ceinture avec les anciens pour finir la semaine.
Je sortis enfin des cabines et rendis ceux que je ne prenais pas au vendeur qui s’éclipsa pour encaisser les deux autres sur lesquels j’avais reporté mon choix. Aujourd’hui, il faisait une chaleur extraordinairement terrassante, alors voyant que la jeune femme n’avait pas bougée de sa place, je me tournai vers elle et lui dis :

« J’ai bien envie de chanter « Libéré, délivré », mais j’ai trop peur que l’on ne me scalpe. Ce… ça vous dirait d’aller boire un verre pour fêter la fin de notre séquestration ? A moins que vous n’ayez d’autres choses à faire ou bien pas particulièrement l’envie de me supporter encore un peu, ce que je comprends absolument ! » Riais-je.

J’étais un fervent partisan de l’autodérision. Je ne m’étais jamais pris au sérieux, et ça n’était pas demain la veille que cela allait commencer. En fait, j’avais transformé mon manque de confiance en moi par des piques d’humour bien dosées qui ne laissaient pas paraître mon manque d’assurance, mais qui faisaient tout simplement comprendre que, sans me dénigrer, j’aimais rire de moi. Après tout, se prendre au sérieux était quelque chose que je n’appréciai pas, et trouvai vite les gens qui le faisaient un peu bouffons. Alors ma proposition était à prendre ou à jeter, mais je trouvais qu’il était triste de boire un verre seul à la terrasse d’un café. Surtout après avoir croisé une femme aussi charmante qu’elle l’était.

_________________
I'm always dreaming about my suicide
Such a lonely day, and it's mine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 29 ans.
○ statut : fiancée par arrangement.
○ métier : traductrice (en reconversion)
○ quartier : hôtel de luxe du centre-ville (avec théo a.)
○ posts : 1463 ○ points : 315
○ pseudo : Eilyam
○ avatar : Keira Knightley
○ DC : //
○ inscrit le : 27/02/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Ven 7 Juil 2017 - 17:19

you had me at... no, you don't have me.;
nilo & jordan
get up, don't get up, i beg you to sit tight. sweet girl, i'll be a ghost, girl. forget it, i am fine, if anything, a witnessing, is all i needed that night.

Jordan écouta le petit monologue de l'homme torse nu après s'être assise dans le fauteuil voisin du sien et de lui avoir demandé s'il avait besoin d'aide. Il déclina son offre et plaisanta sur les raisons pour lesquelles le vendeur qui était parti lui chercher des affaires mettait autant de temps. Elle l'accompagna dans son rire, puis vit le vendeur revenir, étant donné qu'elle était légèrement tournée vers la boutique. Jordan se redressa, et hocha la tête quand l'homme lui parla de piña colada. Il fallait avouer qu'elle n'aurait pas craché dessus non plus, même si c'était en pleine après-midi, et que d'après elle ce n'était pas encore l'heure des cocktails. Le vendeur tendit ses pantalons à l'homme, qui se retourna ensuite vers Jordan pour lui faire un grand sourire, auquel elle répondit par la pareille, avant de le regarder se re-diriger dans sa cabine.

Jordan se demanda quelques secondes si elle ne devait pas laisser l'homme à son shopping. Le vendeur la regardait d'un air intrigué. Il devait certainement croire qu'elle l'accompagnait en tant que femme, ou petite amie. Elle remarqua d'ailleurs son air pincé, ce qui la fit rire. Elle eut encore plus envie d'attendre que l'homme sorte de la cabine, pour mettre le vendeur en rogne. Justement, il ne mit pas longtemps à essayer tous ses pantalons, car il en sortit bien vite, et après avoir rendu tout ce qui ne lui allait pas au vendeur, il se tourna vers elle. Joe se leva quand il lui proposa d'aller boire un verre, après s'être dit qu'elle le scalperait bien s'il se mettait à chanter pareille infamie.

- Je suis tout à fait disponible pour un verre ! lança-t-elle, enchantée d'avoir trouvé une compagnie pour son après-midi ennuyeux. Elle se mordit la lèvre inférieure avant d'ajouter : "Mais il faut d'abord que vous alliez payer vos pantalons, votre ami le vendeur semble attendre à la caisse..."

 
Made by Neon Demon

_________________
you're heartless
you turn it into your own, so tie me back to my bones. collect your love and then my heart. you're fearless.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Welcome into the Darkness ○ âge : 38 ans (9 novembre)
○ statut : En couple avec la femme de sa vie même si parfois c'est compliqué...
○ métier : Professeur en photographie
○ quartier : West Bay, appartement #17
○ posts : 313 ○ points : 90
○ avatar : Hayden Christensen
○ DC : Un gamin paumé et sans défense et un inspecteur de police sorti du coma
○ inscrit le : 28/04/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Sam 8 Juil 2017 - 10:55

You had me at... no, you don't have me
Nilo & Jordan

J’avais ENFIN mes pantalons, et il était temps, sinon j’allais bien finir par prendre racine. Je me permis alors d’inviter la jeune femme pour boire un verre, après que ce soleil cuisait ait fini par me taper sur le crâne. Mais j’oubliai une chose, effectivement, et pas des moindre : payer. Je levai les yeux au ciel en hochant la tête. Plus tête en l’air il n’y a pas.

« Excusez-moi, je fais vite. » Lui dis-je en me retournant pour aller à la caisse et sortir ma carte de crédit.

« C’est votre femme ? » Me demanda le vendeur, bien trop curieux.

« Exact. Sept ans qu’on est mariés, c’est dingue comme ça passe vite ! » Mentis-je en adressant un sourire taquin à ma « promise » qui me le rendit, complice de ce petit mensonge.

Je me retins une nouvelle fois de rire devant son air pincé, et il me tendit ma poche ainsi que le ticket de caisse que je glissai à l’intérieur. Je n’oubliais pas de reprendre ma carte et de la ranger dans mon portefeuille, et vint retrouver mon « épouse ».

« Vite, éclipsons-nous d’ici. » Lui murmurais-je en lui ouvrant galantement la porte pour qu’elle passe devant.

Nous sortîmes au-dehors et je poussai un soupir soulagé, hochant la tête :

« Non mais c’est quoi cette boutique… Je me rappellerai à l’avenir de ne pas y retourner. Je n’ai strictement pas le moindre préjugé sur l’homosexualité, mais il était lourd celui-là c’était impressionnant ! Sans compter le temps passer à patienter pour qu’il revienne avec trois pauvres pantalons. » Lui dis-je.

Je passais une main dans mes cheveux châtains clairs, et lui indiquai un petit bar sympathique et ombragé par des palmiers et une tonnelle en paille type hawaïenne lorsque nous arrivâmes sur une petite place où des musiciens faisaient une animation très agréable.

« Là-bas, ça vous tente ? Ils sont des cocktails avec ou sans alcool aussi bons les uns que les autres. » Lui proposai-je.

Alors qu’elle acquiesça à mon plus grand plaisir, nous nous installâmes sur la terrasse ombragée, et j’observai les joueurs et les deux chanteurs, un homme et une femme, typés Maoris chanter des morceaux qui m’étaient inconnus dans leur dialecte.

« Vous être originaire de la Nouvelle-Zélande ? » Lui demandais-je, vraiment intéressé pour ne moi-même être qu’un pauvre étranger immigré à ma naissance.

D’ailleurs, j’avais encore le léger accent de mon pays d’origine, mes défunts parents ne me parlant que russe lorsque j’étais à la maison. J’avais grandi avec cette langue, et avais appris la locale lorsque je fus intégré à l’école primaire. Ainsi, je parlais l’anglais sans le moindre mal, parfaitement bilingue par excellence, mais le maori, lui, m’était totalement inconnu.


_________________
I'm always dreaming about my suicide
Such a lonely day, and it's mine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 29 ans.
○ statut : fiancée par arrangement.
○ métier : traductrice (en reconversion)
○ quartier : hôtel de luxe du centre-ville (avec théo a.)
○ posts : 1463 ○ points : 315
○ pseudo : Eilyam
○ avatar : Keira Knightley
○ DC : //
○ inscrit le : 27/02/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Sam 29 Juil 2017 - 14:03

you had me at... no, you don't have me.;
nilo & jordan
get up, don't get up, i beg you to sit tight. sweet girl, i'll be a ghost, girl. forget it, i am fine, if anything, a witnessing, is all i needed that night.

En lui disant qu'il fallait qu'il aille payer, Jordan avait fait un petit signe de la main en direction de la caisse. L'homme aux pantalons s'excusa et promit de faire vite, alors que Joe ramenait sa main à son visage dans un air attendri. Elle se mit à le suivre et arriva près de la caisse pile au moment où le vendeur qui avait l'air intéressé par son acolyte du jour lui demandait si elle était sa femme. Pris dans la blague de l'inconnu, Jordan leva sa main gauche, dos tendu, afin de montrer son alliance au vendeur en souriant. Ce dernier prit un air pincé, ce qui fit rire Jordan silencieusement. Décidément, cet après-midi prenait une tournure bien plus amusante qu'au départ !

L'inconnu aux pantalons finit par revenir vers Jordan qui fit une légère révérence pour saluer l'équipe du magasin avant de suivre son faux mari en direction de la porte de sortie, qu'il lui ouvrit quand elle s'en approcha. Elle fit une seconde révérence pour lui et passa la porte pour se retrouver sous le soleil de Wellington. Directement, l'homme aux pantalons se mit à se plaindre de la boutique. Elle hocha silencieusement la tête, ne sachant que trop répondre car elle n'avait jamais été importunée par de telles personnes. Elle ne plaisait pas vraiment à la gente féminine et se demanda pendant quelques secondes comment réagirait-elle si cela venait à lui arriver un jour.

L'acolyte de Jordan fit un signe de la main qu'elle suivit du regard, en direction d'un bar après qu'ils eurent marché un peu. Ce n'était pas le genre d'endroit auquel elle était habituée, mais Jordan hocha néanmoins la tête avant de déclarer :

- Allons-y !

Ils s'y dirigèrent alors tous deux et s'installèrent sur la terrasse. Il ne faisait pas vraiment froid, l'hiver était très doux en Nouvelle-Zélande par rapport à New-York que Jordan connaissait bien mieux. Alors qu'elle retirait son trench-coat pour le mettre sur le dossier de sa chaise, elle entendit son acolyte lui demander si elle était originaire de Nouvelle-Zélande. En se retournant vers lui, elle secoua la tête avant de répondre :

- Aucunement. Je suis originaire d'Angleterre. Et vous ?

Elle ne trouva pas utile de préciser qu'elle était venue ici depuis New-York. Peut-être aurait-elle à le faire au fur et à mesure de la conversation, mais ce détail n'avait pas encore sa place ici.
 
Made by Neon Demon

_________________
you're heartless
you turn it into your own, so tie me back to my bones. collect your love and then my heart. you're fearless.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Welcome into the Darkness ○ âge : 38 ans (9 novembre)
○ statut : En couple avec la femme de sa vie même si parfois c'est compliqué...
○ métier : Professeur en photographie
○ quartier : West Bay, appartement #17
○ posts : 313 ○ points : 90
○ avatar : Hayden Christensen
○ DC : Un gamin paumé et sans défense et un inspecteur de police sorti du coma
○ inscrit le : 28/04/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Mar 1 Aoû 2017 - 14:43

You had me at... no, you don't have me
Nilo & Jordan

J’avais envie de m’amuser aujourd’hui, comme un gamin. Cet homme dont les attraits paraissaient évidents et qui était pour le moins… lourdingue, me fit intérieurement rire. Et lorsqu’il me demanda si j’étais marié, il venait tout simplement d’envoyer le bâton pour se faire battre. J’espérais que la jeune femme ne prendrait pas mal ma réponse, ou plutôt mon mensonge à laquelle je la faisais participer, mais il était vraiment temps que nous partions d’ici. Je la désignai donc comme étant effectivement ma femme, et celle-ci mis un point final à la conversation en montrant… une bague de fiançailles ? Tant pis pour moi, la voie était déjà prise, pensais-je instinctivement, avant de me sommer d’arrêter de penser à ce genre de choses dans ma tête. Mais qu’y avait-il à la trouver jolie et ravissante, quand bien même je ne la connaissais pas encore ?
Je pus enfin payer et prendre mes poches dans lesquelles étaient rangés mes précieux jeans durement gagnés, me retenant d’éclater de rire devant ses révérences, dont la dernières s’effectua lorsque je lui ouvris galantement la porte de la sortie (douce délivrance !) pour la laisser passer devant et sortir de la cage aux fauves. Nous discutâmes alors tranquillement sur le chemin qui nous menait à un bar jeune et agréable avec des tables et des chaises réparties à l’extérieur. Je lui proposai alors de choisir notre emplacement, l’hiver n’ayant pas encore tout-à-fait commencé pour être indisposant. Nous prîmes place tous les deux autour d’une petite table carrée et je me posai tranquillement, appréciant d’embrasser du regard la beauté de la petite place dont le trafic routier était interrompu pour les automobilistes, laissant seule place aux cyclistes et aux piétons. L’activité se faisait comme toujours vivante et agréable, et un brouhaha agréable parvenait à nos oreilles quoique l’on puisse très bien se faire entendre. Je frottai mes mains les unes contre les autres pour me réchauffer, malgré que je n’avais pas tant froid que cela. Et, par souci de politesse tout comme par réel intérêt, je lui demandai :

« Tout va bien, vous n’avez pas trop froid ? »

Décelant toutefois un petit accent dans sa voix lorsqu’elle me parlait, je me permis d’être indiscret et de lui demander si elle était originaire de la Nouvelle-Zélande, ce à quoi elle me répondit par la négative. Elle était en réalité anglaise, me dit-elle. Et, la question me revenant, je lui répondis dans un sourire :

« Oui et non. J’ai toujours grandi ici mais en réalité je suis russe. Et j’ai été élevé à la russe donc je dois certainement avoir un petit accent. » Lui répondis-je, amusé.

C’est souvent la remarque que je recevais, en vérité. J’avais beau avoir quitté le sol russe lorsque je n’avais que quelques mois à peine, si ce n’est quelques jours, mes parents se contrefichant de savoir si un bambin si jeune ait déjà le droit de prendre un avion à un âge aussi précaire. Nous étions arrivés non loin de Wellington, mais jusqu’à leur mort à l’âge de vingt-deux ans, nous ne parlions que russe à la maison. Mon père regardait les chaînes russes, et toute langue anglaise était bannie. C’était à se demander pourquoi il avait choisi un tel pays aussi différent, franchement…
Et tout à coup, je songeais à une chose en nous écoutant converser :

« Au fait, vous pouvez me tutoyer, je n’y verrai pas la moindre objection. » Lui proposai-je bien évidemment.

Et lorsqu’elle me fit la même proposition en retour, un serveur vint à notre rencontre et je commandais, soyons crédibles, un jus d’abricot. SI je commençais à picoler à une heure aussi peu avancée, j’avais bien peur de la faire fuir.

« Alors, ton mari ne va pas se poser de questions s’il vient à nous apercevoir, là, buvant un verre ? » Lui demandais-je, amusé.

_________________
I'm always dreaming about my suicide
Such a lonely day, and it's mine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 29 ans.
○ statut : fiancée par arrangement.
○ métier : traductrice (en reconversion)
○ quartier : hôtel de luxe du centre-ville (avec théo a.)
○ posts : 1463 ○ points : 315
○ pseudo : Eilyam
○ avatar : Keira Knightley
○ DC : //
○ inscrit le : 27/02/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Ven 25 Aoû 2017 - 16:09

you had me at... no, you don't have me.;
nilo & jordan
get up, don't get up, i beg you to sit tight. sweet girl, i'll be a ghost, girl. forget it, i am fine, if anything, a witnessing, is all i needed that night.

Lorsque les deux acolytes s’installèrent à la table de la terrasse que l’homme fin avait choisi, Jordan entendit ce dernier lui demander si elle n’avait pas trop froid. Etant donné qu’elle était en train de retirer son trench-coat de ses épaules, elle tourna uniquement son visage vers lui et secoua sa tête entière.

- Tout va bien, merci, souffla-t-elle avant de se retourner à nouveau vers la table.

La discussion s’orienta sur les origines des deux individus, et Jordan put ainsi apprendre que son acolyte du jour était originaire de Russie. Il s’agissait là d’un pays qu’elle n’avait jamais visité, et du peu qu’elle en avait entendu, c’était clairement l’envie qui manquait. Elle avait beau aimer la culture nordique, ses préférences allaient beaucoup plus vers les contrées européennes, où elle rêvait parfois à partir pour de longs séjours.
Avant de répondre à son compagnon du jour, Jordan émit un léger rire.

- Non, je n’y ai pas plus fait attention que cela !

Juste après, l’homme fin fit une proposition qui emballa Jordan : utiliser le tutoiement plutôt que le vouvoiement. Il était vrai qu’ils traînaient ensemble depuis bien plus d’une heure, et n’avaient eu de cesse de discuter depuis. Elle hocha la tête et lui fit un signe de la main pour l’inviter à faire la même chose en retour, dans un sourire. Au même moment, un serveur vint à leur rencontre. Jordan commanda un simple mojito, désireuse de changer du champagne habituel. Changement de compagnie, changement de boisson. Logique. A son contraire, l’homme qui l’accompagnait commanda un jus d’abricot, et Joe eut une forte envie de se moquer gentiment, mais elle ne le connaissait pas et ne pouvait donc se le permettre comme elle l’aurait fait si elle avait été en compagnie de Théo.
Le serveur tourna les talons en direction de l’intérieur du bar, et Jordan put répondre à la nouvelle question de son acolyte qui concernait sa situation maritale. Elle eut une légère hésitation, trop peu habituée au terme “mari”, qui n’évoqua pas tout de suite Théo à son cerveau. Elle mit quelques micro-secondes avant d’ouvrir grand la bouche et de s’exclamer :

- Ah, mon mari ! Non, non. Il s’agit seulement de mon fiancé, fit-elle en se radoucissant. Il est ici pour affaires et me laisse souvent vaquer à mes occupations, cela ne le dérangera pas quand je lui raconterai, ajouta-t-elle ensuite d’un air un peu plus taquin.

Jordan parlait très rarement de sa réelle histoire avec Théo, et encore moins à des inconnus. Avant de laisser le temps à son acolyte de répondre, elle se redressa légèrement sur sa chaise et s’exclama avec entrain :

- Mais ! Je viens de me rendre compte que je ne connais même pas v...ton prénom ! se corrigea-t-elle vite.

Elle ne trouva pas utile de préciser qu'elle était venue ici depuis New-York. Peut-être aurait-elle à le faire au fur et à mesure de la conversation, mais ce détail n'avait pas encore sa place ici.
 
Made by Neon Demon

_________________
you're heartless
you turn it into your own, so tie me back to my bones. collect your love and then my heart. you're fearless.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Welcome into the Darkness ○ âge : 38 ans (9 novembre)
○ statut : En couple avec la femme de sa vie même si parfois c'est compliqué...
○ métier : Professeur en photographie
○ quartier : West Bay, appartement #17
○ posts : 313 ○ points : 90
○ avatar : Hayden Christensen
○ DC : Un gamin paumé et sans défense et un inspecteur de police sorti du coma
○ inscrit le : 28/04/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Mar 29 Aoû 2017 - 21:05

You had me at... no, you don't have me
Nilo & Jordan

Cette femme était une guerrière : elle réussissait à retirer sa longue veste de ses épaules alors qu’il faisait un froid polaire. Et dire que c’est un russe qui dit ça… Oui, mais un russe qui n’a jamais vécu en Russie, ça compte donc, non ? En parlant d’origines, je lui révélai les miennes, et lui demandai à mon tour :

« Et vous ? Vous êtes Néo-Zélandaise ? Parce que si je peux me permettre, je crois que vous en avez un l’accent d’accent, vous. Je me trompe ? » Lui demandais-je dans un beau sourire, le regard inquisiteur.

Et puis… mince, je venais de me rendre compte que depuis le début nous nous vouvoyions, et nous n’étions pas des personnes âgées, non ? Je lui proposai alors, espérant qu’elle ne le prendrait pas mal, de nous tutoyer enfin puisque depuis plus d’une heure il était vrai que nous avions fait connaissance. Du moins, je crois. J’avais toujours peur d’être trop direct, trop entreprenant, et surtout qu’elle prenne cela pour une tentative de séduction, ce que ça n’était pas, quand bien même il fallait reconnaître qu’elle était une femme tout-à-fait séduisante. Elle accepta volontiers à mon plus grand soulagement, et m’invita à en faire de même avec elle. Mais nous n’eûmes pas le temps de poursuivre notre discussion qu’un serveur vint à notre rencontre. La jeune femme commanda un mojito, et je me mordais la lèvre inférieure pour ne pas en faire de même et commander un cocktail bien dosé. Mais non, je me devais d’être raisonnable et cesser l’alcool au moins de temps en temps. J’éviterai ainsi de passer pour un alcoolique notoire – même si un seul verre n’a jamais tué personne – mais j’avais surtout peur de ne plus pouvoir m’arrêter par la suite. Et là, à tous les coups, elle partirait en courant. Alors tant pis, je pris la première idée qui me passa par la tête, et tant pis si j’avais à présent l’air d’un enfant de chœur avec mon… jus d’abricot. OK, c’était un peu minable, mais tant pis. Le serveur prit note et s’éloigna, alors que je poussai un léger soupir et regardai autour de moi. Nous étions les deux seuls givrés à boire un verre à l’extérieur par un temps pareil.
Changeant de conversation, je lui demandai toutefois si cela n’importunerait pas son mari qu’un autre homme invite sa femme à boire un verre. Bien que j’étais très souvent du genre à m’attirer des ennuis pour ne pas dire constamment, et à être très doué pour la bagarre, bien malgré moi, ça n’était absolument pas ce que je recherchai. Pour la première fois, je voulais avoir une relation normale, avec une personne normale, et celle-ci me répondit qu’il ne s’agissait que de son fiancé qui s’amuserait certainement d’apprendre mon invitation à son égard. Ouais, tu ne connais pas les hommes, toi… pensais-je ironiquement.
Et tout à coup, elle se redressa sur sa chaise, comme si une mouche l’avait piquée, s’exclamant que nous ne nous étions toujours pas présentés. Je ne pus m’empêcher de rire, et de confirmer :

« Oui, ça doit bien faire une heure et demi que nous sommes ensemble et je n’ai même pas réalisé que je ne connaissais pas le tien. Je m’appelle Nilo, et toi ? » Lui demandais-je dans un rire, lui tendant la main ironiquement pour la serrer comme si c’était enfin le moment pour nous de nous rencontrer véritablement.


_________________
I'm always dreaming about my suicide
Such a lonely day, and it's mine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 29 ans.
○ statut : fiancée par arrangement.
○ métier : traductrice (en reconversion)
○ quartier : hôtel de luxe du centre-ville (avec théo a.)
○ posts : 1463 ○ points : 315
○ pseudo : Eilyam
○ avatar : Keira Knightley
○ DC : //
○ inscrit le : 27/02/2017
MessageSujet: Re: you had me at... no, you don't have me.; pv nilo   Ven 8 Sep 2017 - 4:38

you had me at... no, you don't have me.;
nilo & jordan
get up, don't get up, i beg you to sit tight. sweet girl, i'll be a ghost, girl. forget it, i am fine, if anything, a witnessing, is all i needed that night.

L’inconnu qui l’avait invitée à boire un verre laissa leur conversation voguer sur le fil des origines. Jordan dût se répéter une nouvelle fois lorsqu’il supposa qu’elle était Néo-Zélandaise, alors qu’elle venait de lui déclarer qu’elle était originaire d’Angleterre. Peut-être s’était-elle mise à parler chinois sans s’en rendre compte ? Joe émit un petit rire avant d’agiter le doigt devant elle :

- Vous n’êtes pas très attentif, je viens d’Angleterre. C’est juste une impression, mon accent !

Le tutoiement pris ensuite place, naturellement, tout comme le serveur qui passa prendre leur commande avant de rapidement repartir. La conversation tourna ensuite autour du supposé mari de Jordan, qui pourrait prendre mal un tel rendez-vous entre sa femme et un inconnu. Sans jeter un seul regard à son alliance en or blanc, Jordan eut un petit rire taquin avant de corriger son acolyte du jour et lui informer qu’il ne s’agissait que de fiançailles, entre elle et le propriétaire initial de son alliance. Elle cacha sa main entre ses deux cuisses et proposa à l’inconnu de passer au stade de connaissance en lui communiquant son prénom. Il le fit sans faire d’histoires, et la main de Jordan ressortit bien vite de sous la table pour venir serrer celle du désormais dénommé Nilo.

- Enchantée, je m’appelle Jordan, lança-t-elle joyeusement.

Au même moment, le serveur revint avec un plateau sur lequel trônait le jus d’abricot que l’homme aux jeans trop grand avait commandé, et son propre mojito, cocktail bien moins classe que ce dont Joe avait l’habitude. Le serveur proposa à ses deux clients de payer tout de suite, et Jordan sortit immédiatement son portefeuilles de son sac à main qu’elle avait posé à côté de sa cuisse sur sa chaise. Elle tendit la main par-dessus la table pour signifier à Nilo qu’il devait ranger sa monnaie.

- Laisse, c’est pour moi ! Tu m’offres de la distraction en cette ennuyante après-midi, je te dois bien ça ! fit-elle avec un clin d’oeil avant de tendre sa carte de crédit au serveur qui annonça qu’il devait repartir pour prendre sa machine.
 
Made by Neon Demon

_________________
you're heartless
you turn it into your own, so tie me back to my bones. collect your love and then my heart. you're fearless.
Revenir en haut Aller en bas
 

you had me at... no, you don't have me.; pv nilo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: center bay :: centre-ville-