AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Soon we'll be found (River)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 ans
○ statut : totalement in love
○ métier : serveuse et strip-teaseuse dans une boîte de nuit de luxe / étudiante en théâtre à ses heures perdues
○ quartier : un minuscule appartement à West Bay (#54)
○ informations en vrac : née aux Etats-Unis ○ enfant, elle n’a eu ni l’amour de sa mère (qui l’a abandonnée) ni l’amour de son père (alcoolique et peu investi dans l’éducation de sa fille) ○ rêve de devenir mannequin ou comédienne et fait en parallèle des études de théâtre, mais elle est en réalité serveuse et strip-teaseuse dans un club pour gagner sa vie ○ a été violée à l’âge de 16 ans ○ boit trop, fume trop, se drogue trop, est anorexique et a un problème avec son corps ○ est folle amoureuse de Nilo, tellement que c’est une obsession qui la dévore ○ danse particulièrement bien

○ posts : 128 ○ points : 145
○ pseudo : H.
○ avatar : Abbey Lee Kershaw
○ DC : /
○ inscrit le : 23/05/2017
MessageSujet: Soon we'll be found (River)   Ven 30 Juin - 17:20

Je ne sais même plus comment le papier s’était retrouvé dans ma main – l’avais-je récupéré par hasard dans un magazine ou dans ma boîte aux lettres ? L’avais-je ramené du club, parmi le bazar insondable de mon sac à main ? Quelqu’un l’y avait-il glissé volontairement ? À vrai dire, tout était possible ; c’était trop une coïncidence pour ne pas s’en interroger… Bien évidemment le papier traînait chez moi depuis des jours, relégué aux oubliettes de mon esprit (ou du moins, j’essayais de le croire). Et puis un jour, comme ça, un matin, enfin un midi plutôt, mon regard était tombé dessus et je m’étais dit, et pourquoi pas ?

À vrai dire je n’y connaissais rien à tout cela, à tous les mécanismes des « femmes violées » comme on en parlait, comme une entité. C’était complètement stupide. D’ailleurs, je ne me considérais même pas dans ce lot ; je n’y pensais pas, c’est tout. C’était ailleurs, quelque part dans le noir, ça ressurgissait parfois, c’était sous ma peau et latent à chaque instant mais je ne pouvais pas me laisser submerger, jour après jour et soir après soir, quand en plus ce moment était mis en écho par tout ce que je subissais au club. C’était comme ça : il y avait deux personnes en moi, celle qui savait et celle qui ne voulait pas savoir, et quand je me regardais dans la glace il y avait toujours quelques secondes étranges pendant lesquelles je me demandais qui me dévisageait, à qui étaient ces longs cheveux et ces grands yeux bleus, ce visage trop tiré et ce corps trop maigre, écrasé par tout ce qu’il avait supporté.

Alors je m’étais dit pourquoi pas, pourquoi pas tenter, pourquoi pas essayer de comprendre, de voir, ça n’engageait à rien… Je ne sais pas, je voulais tuer le temps aussi peut-être, ou provoquer l’inconnu, prendre risque, comme si je ne marchais pas déjà assez au-dessus du vide tous les jours. La veille, j’avais passé deux heures avec l’un des clients que je connaissais bien, un homme d’affaires étrangement classe et courtois qui avait fait de moi sa favorite – parfois il payait des sommes astronomiques juste pour me voir danser, parfois il exigeait que je m’asseye avec lui toute la soirée, parfois je finissais dans sa chambre d’hôtel où il m’entourait d’attentions plus touchantes les unes que les autres. Au petit matin, je rentrais toujours chez moi suivie d’une impression étrange qui me collait à la peau ; cet homme pouvait se montrer si doux et si humain avec moi que cela effaçait presque le reste, le fait que couche avec lui contre de l’argent, alors que les avais pourtant tous en horreur. J’avais pris un bain d’une heure pour me laver de tout cela, je m’étais couchée, et au réveil le contenu du prospectus m’avait interpellée une fois de plus. Sans me l’expliquer, je m’étais soigneusement habillée : un jean foncé, une chemise, une veste en jean, des chaussures toutes simples, j’avais fourré un parapluie dans mon sac et je m’étais coiffée en m’appliquant, bouclant un peu mes cheveux, puis je m’étais légèrement maquillée. J’avais l’air d’une toute autre personne, une cadre jeune et dynamique, que l’on imaginait entourée d’amis et active dans sa vie, si l’on ne s’attardait pas trop sur la pâleur de mon visage et mes yeux fatigués. Puis j’étais sortie.

Le plan était simple : me rendre au groupe de parole, écouter, simplement observer, et si jamais on me posait trop de questions mon discours était rôdé : ma petite sœur a été violée, je veux savoir quoi faire, quoi dire, merci beaucoup. J’avais l’étrange sensation, un peu excitante, de me glisser dans la peau d’une autre, de jouer à un jeu qui n’était pas pour moi et effleurait du bout des doigts les limites du dangereux. J’avalai sur le trajet un capuccino et un croissant tout frais de la boulangerie, mon seul repas depuis la veille. C’était suffisant.

Quand j’arrivais dans la salle, je m’étais mentalement préparée à avoir une démarche assurée, suffisante à dissiper le doute, à ne pas trop me faire remarquer non plus – mais au fond de moi je tremblais de tout mon être, assumant de moins en moins la supercherie. Je m’assis néanmoins, ni trop devant ni trop derrière, saluant les quelques personnes déjà présentes, évitant les regards, restant absorbée en moi-même. Non loin de moi une jeune femme aux cheveux très blonds et aux bleu très clair, en amande, semblait être la personne en charge pour aujourd’hui, et je mis à l’observer à la dérobée.

_________________

We're making this bust together you're taking my mind off of the pressure I'm gone with the wind high like a feather Your love is like codeine - Boy, I get stoned on you rubbing my bones on you nothing else burns like you
Revenir en haut Aller en bas
 

Soon we'll be found (River)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 06. you found me lying on the floor
» Voila un grand dresseur , voila Nate River !
» « Now I've finally found someone to stand by me. » Albus&Nara - terminé.
» This is River Song, back in her cell. Oh, and I'll take breakfast at the usual time. Thank you!
» RGSS-RTP Standard not found

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: center bay :: centre-ville-