AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 hold on to me (rade ♡)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

plus mordu qu'le hérisson spontex
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : j'ai soufflé ma vingt-septième bougie et j'le vis bien.
○ statut : j'suis célibataire, mais j'crois bien que j'me considère plus sur le marché depuis quelques semaines.
○ métier : je travaille dans un foyer d'accueil en tant qu'éducateur spécialisé. je suis également bénévole au service pédiatrique de l'hôpital.
○ quartier : j'habite à north bay dans la maison de mon grand-père, en colocation avec des amis d'enfance.
○ orientation sexuelle : je n'vois pas vrament pourquoi j'devrais faire un choix ... pourquoi est-ce que ça peut pas juste être la personne qui compte et pas son sexe?
○ posts : 282 ○ points : 0
○ pseudo : monsieur tortue.
○ avatar : dylan o'brien.
○ inscrit le : 21/06/2017
MessageSujet: hold on to me (rade ♡)   Sam 1 Juil - 10:46

hold on to me
Rade #2

Adossé contre un mur dans la rue, tu étudies pensivement tes options quand ton téléphone sonne. Tu sursautes presque. Tu fourres ta main dans ta poche et en sors ton portable. Jensen. Tu fais glisser ton doigt sur l’écran avant de coller l’appareil contre ton oreille. « Sir yes sir ! » t’exclames-tu en affichant un sourire ironique que ton ami ne peut bien évidemment pas voir. « Oh bon sang, t’en es à ton combientième café d’la matinée ?! » Tu pouffes en jetant un coup d’œil au gobelet en carton que tu tiens dans ta main. « Matinée ? J’me suis pas couché.» Tu peux l’imaginer en train de lever les yeux au ciel et ça t’amuse. Tu l’exaspères, tu le sais, mais c’est plus fort que toi. « Dis-moi au moins qu’t’as pas campé devant chez lui … ? » Un léger silence s’ensuit. Si bien sûr que si. Tu l’as suivi chez lui hier soir et tu as tout simplement passé la nuit adossé contre un mur dans une ruelle pas très loin de là. « Parfois, j’me dis que t’es juste bon à enfermer. » Tu hausses les épaules. Il a peut-être raison. Sûrement même. Mais ce n’est pas de ta faute. Tu ne te rends pas compte que ton comportement est vraiment étrange … voire même totalement flippant par moment. « Neh, j’vois pas d’quoi tu parles. » Tu fais la sourde oreille comme à ton habitude et tu peux entendre Jensen rire à l’autre bout du fils. Il rit nerveusement. « Essaye de pas faire d’conneries, okay ? J’me sens pas d’venir te récupérer au poste parce que tu as décidé de te transformer en creepy stalker. » Tu soupires. T’es peut-être creepy, mais t’es pas un stalker … ou alors, peut-être que c’est l’inverse. Bof, tu n’en sais trop rien. « T’en fais pas. Si j’me fais arrêter, j’appellerai Evie. » Tu portes ton gobelet à ta bouche et bois plusieurs gorgées de ton café encore brûlant. Oui, tu as fait la navette entre ton mur et le café du coin toute la matinée … et le pire, c’est que tu trouves ça tout à fait normal. « Bon j’te laisse, j’ai une pauvre âme en perdition à divertir, » annonces-tu en chantonnant les quatre mots tirés d’une chanson de la petite sirène. Fier de toi, tu raccroches et ranges négligemment ton téléphone dans la poche de ton jean. Tu reportes ton attention sur le dit immeuble, puis, après quelques minutes, tu décides qu’il est temps de sortir de l’ombre. Tu termines ta boisson d’une traite et remets une dernière fois le cap sur le café du coin. Tu te reprends un café crème, mais cette fois-ci, tu en commandes également un noir. Tu récupères tes gobelets et remercies chaleureusement la serveuse qui semble amuser de te voir autant en cette belle matinée. Elle doit sûrement se dire que tu reviens pour elle. Faut dire qu’elle n’est vraiment pas déplaisante à regarder, mais non. Ton esprit est bien ailleurs. Alors que tu allais sortir de l’établissement, tu te retournes avec une expression outrée sur le visage. « La touillette ! » Tu as failli oublier la touillette. Tu en attrapes une que tu glisses dans le gobelet et tu en mets une autre dans ta poche au cas où. On n’est jamais trop prudent avec les touillettes.

Tu attends que quelqu’un pénètre dans l’immeuble pour entrer à sa suite prétextant d’avoir les mains prises. Tu jettes un coup d’œil sur les boites aux lettres afin de savoir à quel étage te rendre. Ah ! Braxton, le voilà. Tu montes les marches deux par deux et arrivé sur le bon palier, tu inspectes les noms sur les sonnettes. Tu appuies sur celle qui porte celui que tu cherches. Tu sais qu’il est là alors tu n’as pas peur d’insister un peu. La porte finit par s’ouvrir et tu affiches un immense sourire en soulevant les cafés de sorte à les foutre sous son nez. Il n’a pas une très bonne mine. Tu devines qu’il ne dort pas très bien. Sa barbe de trois jours s’est transformée en une barbe de deux semaines et tu trouves ça … intéressant. « Un café noir avec une touillette ! » annonces-tu comme si tout était normal. Si Jensen était là, il se frapperait sûrement le crâne contre un mur devant ton manque de bon sens. Seulement, il n’est pas là alors tu te contentes de sourire. Il te jauge surpris, tu le vois, mais tu sais qu’il te remet. Vous ne vous connaissez presque pas cela dit. Tu ne connais son identité que grâce à Cassie qui a été fouiner dans les dossiers de l’hôpital pour toi. Qu’on se rassure, tu ne sais rien d’autre que son nom et prénom. Les informations protégées par le secret médical ne t’intéressent pas. Tu attends une réaction de sa part, quelque chose, n’importe quoi, seulement rien ne vient. Il est peut-être plus perdu que ce que tu l’imaginais. Tu affiches un air pensif l’espace de quelques secondes avant de retrouver ton assurance. « Ma mission en cette belle journée - grise certes mais belle ni plus ni moins - est d’te sortir de chez toi. Prendre l’air, y’a rien de mieux ! » Ton enthousiasme ferait presque peur à voir. Tu le tutoies, tu ne te poses même pas de question, ça te parait tellement évident.


_________________
    ~ i'm running for your heart, i'm running for your heart, 'till i am a soul on fire. (...) bring me back in this darkness, lead me through until all i see is you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Bob, The Lost Sponge
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : Un compteur qui affiche 30, mais un mentale qui en dit 20.
○ statut : Ravagé par la destruction de sa conscience et de son âme, en attente d'une salvation.
○ métier : Une mise à pieds qui fait mal dans une passion qui l'animait.
○ quartier : Une errance dans un appartement bien vide à West Bay.
○ orientation sexuelle : Parce que dans la vie on est jamais sûr de rien, qu'on pense savoir alors que non ...
○ posts : 679 ○ points : 670
○ pseudo : You know me (TAZ)
○ avatar : Luke Mitchell
○ DC : le gigolo d'Icare (Newton), la moitié de Gus (Rhéa) & l'ovni de Brooke (Max)
○ inscrit le : 18/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Sam 1 Juil - 22:01

hold on to me
Rade #2

Pupilles fermées. Tes songes te capturent peu à peu. Tu te laisses bercer par ce silence. Laissant venir le sommeil à toi. Tu te sens couler dans cette mer noir. Incapable de remonter à la surface. Elle t'agrippe vers le fond. Sa voix.  La voiture. Vous. Lui. Trou noir. Tu as beau hurlé, crié, tout faire pour remonter, mais rien. Le néant. Tu restes cloîtrer dans ce bloc de noirceur. Ramenant tes mains contre toi. Tu ne sens rien, ne vois rien. Juste la peur qui grossit au fond de toi. Une voix sort des tréfonds. « T'as faute » qu'elle hurle. Son regard. Puis lui à nouveau. Le trait qui s'arrête. Le bip qui retentit. Et d'un coup tu te propulses. Hors de tes songes. Le corps en sueur. Le regard vide. Ce n'était qu'un cauchemar. Un de plus. Un de ceux qui t'accapare la moitié de la nuit. Qui te saigne tes pensées. Passant une main sur ton visage. Nuit peu tranquille. Nuit agitée, c'est devenu une habitude pour toi ces jours-ci. Adieu douce nuit, bercer par les ronrons. Non à présent t'es hanté. Tu te noix dans tes pensées. Ton subconscient te ramène à la douce réalité, à ce que tu as fais. Tu ne peux qu'en payer les prix. Tu n'as pas le choix. Tentant de retrouver un rythme régulier. Tu inspires, puis expires. Balançant les draps à l'autre bout du lit. Ton lit prouve bien que tu as bataillé, avec toi même durant la nuit. Les draps sont froissés, humides. Une douche ne te ferait pas de mal. Ne prenant pas la peine d'enfiler un tee-shirt tu rentres dans la salle de bain. Passant un coup d'eau sur le visage. Le reste tu t'en moques. Tu t'en fous de tout en ce moment … Tes mains sur le rebord de l'évier, l'eau qui coule. Tes pensées qui reviennent et toujours celle-ci : ça devrait être toi. Tous les matins elle revient en boucle, elle pourrait être rayée, mais ce n'est pas le cas. Au contraire, elle revient plus en forme que jamais, t'expliquant, te prouvant que tu devrais être à sa place. C'est toi qui devrait être dans ce lit. C'est toi qui devrait dormir, ou se battre pour retrouver les tiens. Pas lui. Lui il mérite pas ce qui lui arrive. Accident que tu as commis. Responsable que tu es. Envoyant valser la serviette. Tu te dégoûtes. Reflet de l'homme que tu es. Reflet du monstre que tu es. Oui, tu te dégoûtes. Soupirant tu finis par quitter ce lieu. Lieu de vie autrefois, à présent d'errance, comme le reste de ton appartement. Avant ça vivait, il y avait toujours de l'animation. Et là … rien. T'as pas envie d'allumer ta chaîne, encore moins ta télé. Tu restes là à rien faire. Sans envie. Tu te déplaces juste pour aller le voir, c'est ça ta principale activité … et encore tu n'oses pas rentrer dans sa chambre. Non, toi tu te contentes de rester à l'écart, sur le banc. L'admirer, mais de loin.

La sonnette te fait sortir de tes songes, toi qui comptait t'écraser sur ton canapé et attendre que le temps passe. Comme tu le fais si bien. Attendre le temps. Tu n'as rien de mieux à faire que ça. C'est du moins ce que tu penses. Traînant les pieds et n'ayant pas pris soin de te vêtir, tu t'approches de ta porte. Sans réfléchir à qui s'y trouve derrière. Colporteur, amis, famille, t'en sais rien. As-tu le choix ? Sûrement, mais la personne a l'air insistante, suffit de voir la conviction qu'elle met dans ses coups de sonnette. Autant te déplacer maintenant et en finir plutôt qu'être agacé toute la journée. Toute façon presque tout ton entourage sait que tu es chez toi. Tu ne fais rien. Tu ne dis rien. Tu n'es rien. À peine as-tu ouvert la porte, que deux cafés se posent sous tes yeux. Fronçant légèrement les sourcils, ne comprenant pas. Une voix, sa voix se rajoute au tableau. « Un café noir avec une touillette ! » Tu as peine le temps de saisir l'information, qu'il s'invite à toi. Lui que tu ne connaissais pas y a encore quelques semaines. Lui dont tu ne sais presque rien et pourtant … il est là. Tu hésites à attraper le café, mais tu as compris qu'il était du genre têtu. Puis c'est un café, ton café, celui que tu aimes et ça ne peut pas te tuer. À moins qu'il est mis de la mort au raz dedans, ce dont tu doutes et puis la mort en ce moment… elle ne t'effraie pas. Tu l’accueillerais presque les bras ouvert. Celle qui t'a toujours fasciné, que tu as étudié, te voilà la guettant. Attendant un signe de sa part.  « Ma mission en cette belle journée - grise certes mais belle ni plus ni moins - est d’te sortir de chez toi. Prendre l’air, y’a rien de mieux ! » Il te sort à nouveau de ta léthargie. S'invitant un peu plus dans ton intimité. Tu n'y prêtes pas attention. À quoi bon tu as autre chose en tête. « Je … merci ... » tu as envie de dire mais, ta bouche s'apprête à le faire. Sauf que tu t'arrêtes en voyant son regard. « Je n'ai pas le choix. » dis-tu simplement, ayant presque un sourire qui se dessine au coin des lèvres. Refermant la porte. Proximité entre lui et toi. Une proximité que tu ne vois pas, incapable de déchiffrer ce qui se passe. Incapable de voir ses regards sur ton corps. Incapable de rien. Passif que tu es. « Quel est ton programme ? » finis-tu par sortir en te dirigeant vers ton salon. Résistant à l'envie de t'écraser sur le canapé. Étrangement à son contact tu arrives un brin à te détendre. Il est bien le seul avec qui tu te sens bien. Il te comprend et ça t'effraie un brin. Enfin tu ne saurais pas expliquer ce qui se passe...

_________________
~ I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

plus mordu qu'le hérisson spontex
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : j'ai soufflé ma vingt-septième bougie et j'le vis bien.
○ statut : j'suis célibataire, mais j'crois bien que j'me considère plus sur le marché depuis quelques semaines.
○ métier : je travaille dans un foyer d'accueil en tant qu'éducateur spécialisé. je suis également bénévole au service pédiatrique de l'hôpital.
○ quartier : j'habite à north bay dans la maison de mon grand-père, en colocation avec des amis d'enfance.
○ orientation sexuelle : je n'vois pas vrament pourquoi j'devrais faire un choix ... pourquoi est-ce que ça peut pas juste être la personne qui compte et pas son sexe?
○ posts : 282 ○ points : 0
○ pseudo : monsieur tortue.
○ avatar : dylan o'brien.
○ inscrit le : 21/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Mar 4 Juil - 0:07

hold on to me
Rade #2

Quand tu termines enfin d’agiter vos cafés sous son nez, tu croises son regard et comme à chaque fois, ça te frappe. Cette tristesse. Ce désespoir. Tu peux lire dans ses yeux comme Sibylle Trelawney peut lire dans les feuilles de thé, et ça te pince le cœur. Tu n’aimes ce que tu vois, mais tu luttes pour conserver ton sourire. On te dit souvent que ta bonne humeur est contagieuse. C’est le moment de tester cette théorie boiteuse. Cependant, tu te rends compte que s’il te regarde fixement, il ne te voit pas. Il semble profondément perdu dans ses pensées. Pourtant, tu peux voir qu’il percute sur ta voix. Peu à peu, tu le vois réintégrer son corps, revenir à lui. Alors que tu patientes silencieusement, tes yeux glissent sur son cou, son torse, son ventre… Tu déglutis. Merde. Tu restes bloqué l’espace de quelques instants avant de secouer légèrement la tête et de remonter difficilement ton regard. Oh bon sang. Tu inspires profondément. Ce n’est pas un spectacle auquel tu t’attendais. Oh ça non. Mais il est loin d’être déplaisant. Un léger sourire apparait au coin de tes lèvres. « Je … merci ... » te répond-t-il poliment. Tu peux voir sa bouche former un ‘m’, tu vois le ‘mais’ arriver. Cependant, pour une raison que tu ignores, il n’arrive pas. Il reste suspendu entre vous. Mot invisible. Mot inaudible. Mot errant. « Je n'ai pas le choix, » ajoute-t-il finalement. Le coin gauche de tes lèvres se lève davantage. Tu es satisfait. Il ne te connait pas, pas bien en tout cas, pourtant il a compris que ça ne servait à rien de discuter avec toi. Il faut dire que quand tu as une idée en tête, tu ne l’as pas ailleurs. Tu hoches la tête en signe d’approbation avant de pénétrer après lui dans son appartement. Quand il referme la porte derrière toi, tu n’es qu’à quelques centimètres de lui. Est-ce qu’il réalise que tu n’as quasiment qu’à tirer la langue pour le toucher ? En temps normal, tu aurais saisi cette opportunité sans hésiter. Seulement là … là, tu n’en fais rien. Tu restes stoïque … ou plus exactement, tu essayes de rester stoïque … ce qui ne semble pas être un franc succès. Ta mâchoire se contracte sans que tu y prêtes attention pendant que ton regard vagabonde sur son torse nu. Tu réprimes une envie de tendre la main vers lui. Il faut que tu retrouves un semblant d’espace vital. Par chance, Cade se met en mouvement. Tu soupires de soulagement avant de lui emboiter le pas.

« Quel est ton programme ? » te demande-t-il alors. À vrai dire, tu n’as pas pensé jusque-là. Tu t’attendais à beaucoup plus de résistance de sa part. Cet homme te fascine. Tu ne sais pas s’il est ainsi à cause des récents événements de sa vie ou si ça fait partie de qui il est, mais son manque de méfiance à ton égard t’intrigue. Toi, l’inconnu de l’hôpital, qui débarques chez lui sans prévenir, sans y être invité, sans même être supposé avoir l’adresse. Mais il te laisse entrer. Juste comme ça. Oh ça oui, il te fascine. Tu le jauges, pensif. Ce que tu as prévu. Ce que tu as prévu… Du sport, tout simplement. En voyant son corps, tu devines facilement que ça ne sera pas une dure épreuve pour lui. Ça le sera probablement davantage pour toi … ou pas. Tout dépend ce qu’il préfère. Tu jettes rapidement un coup d’œil à te propre tenue. Tu manques sacrément de bon gout. Baskets, bermudas, sweat à capuche. Au moins, si vous allez faire un jogging, ça fonctionne. « J’te propose d’aller courir sur la plage avant d’aller voir c’qu’on peut dénicher au marché. » Tu es plutôt fier de ton programme finalement. Mieux que ça, il t’emballe carrément et ça devrait bien vous occuper toute la matinée. Tu sors son café de l’espèce de réceptacle en carton avant de le lui tendre. Tu recommences cette opération avec le tien. Tu en bois plusieurs gorgées avant de poser ton gobelet sur sa table basse et de t’affaler sur le canapé. « J’me permets le temps qu’tu t’changes, » te justifies-tu rapidement sans préciser que tu es debout depuis la vieille et que tu rêvais juste de pouvoir te poser ne serait-ce que cinq petites minutes. Tu l’observes quelques instants. Tu peux voir qu’il se tâte à s’écrouler à côté de toi ou aller se changer comme tu l’as suggéré. Ton sourire a disparu. Pas que tu fasses la gueule ou quoi que ce soit, seulement tes joues commencent à fatiguer à force de sourire tout le temps. Tu ne sais pas pourquoi tu t’infliges ça. Peut-être que tu te veux rassurant ? Tu n’en sais rien toi-même. Le fait est que tu restes là à l’observer. Bientôt son regard croise le tien. Tu es incapable de t’en défaire… C’est vraiment dingue l’effet qu’il te fait. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas son corps. C’est lui. C’est son âme. C’est ce qu’il a dans les yeux.  

_________________
    ~ i'm running for your heart, i'm running for your heart, 'till i am a soul on fire. (...) bring me back in this darkness, lead me through until all i see is you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Bob, The Lost Sponge
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : Un compteur qui affiche 30, mais un mentale qui en dit 20.
○ statut : Ravagé par la destruction de sa conscience et de son âme, en attente d'une salvation.
○ métier : Une mise à pieds qui fait mal dans une passion qui l'animait.
○ quartier : Une errance dans un appartement bien vide à West Bay.
○ orientation sexuelle : Parce que dans la vie on est jamais sûr de rien, qu'on pense savoir alors que non ...
○ posts : 679 ○ points : 670
○ pseudo : You know me (TAZ)
○ avatar : Luke Mitchell
○ DC : le gigolo d'Icare (Newton), la moitié de Gus (Rhéa) & l'ovni de Brooke (Max)
○ inscrit le : 18/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Mar 4 Juil - 20:18

hold on to me
Rade #2

Petite voix. Petite voix qui s'infiltre dans ta tête. Petite voix qui sans t'en rendre compte se marque dans ta tête, dans ta vie … Le voile n'est pas encore tombé, mais le jour où il va toucher le sol … ça risque de faire mal. Très mal. Pour l'instant cette petite voix s'infiltre dans ta tête. Assez pour que tu la reconnaissance. Voix que tu ne connaissais pas y a encore quelques jours, semaines. Tu ne sais plus trop. Toujours est-il qu'il s'est rapidement intégré à ta vie et ça tu ne le vois pas non plus. Pour tout dire, tu ne vois rien. Tu es fermé à toute entrée ou sortie. Bien trop enclin à ta situation. Cette voix tu l'acceptes malgré tout, tel une bouée qu'on te balance. Tu l'as attrapé et t'as pas l'intention de la relâcher, du moins, pour l'instant. L'invitant à rentrer dans ton entre. Dans le foutoir qu'est ta vie. T'en as oublié tes bonnes manières tout façon il ne comptait pas lâcher prise. Tu l'as compris dans son regard et ça te surprend … étrangement tu n'as pas cherché à discuter. Comme si… vous vous connaissiez .. comme s'il y avait une connexion entre vous … alors qu'il reste toujours cet inconnu. Cet inconnu a qui tu as ouvert. Inconnu a qui tu as confessé tes erreurs. Inconnu qui partage ta peine. Inconnu qui t'aide, mais ça tu ne le sais pas encore. Proximité que tu ne captes pas, encore moins les regards. Tu es bien trop fatigué. Tu es lent à la détente. Proximité qui ne dure que quelques secondes, mais qui suffit amplement … Une connexion qui s’établit entre vous. Invisible, mais présente. Ton corps qui a frissonné en sentant son souffle … Corps à sa vue, à sa porter, mais il ne fait rien. Tu ne fais rien. Tu ne sais rien. Avançant vers ton canapé. Résistant à l'envie de t'écraser dessus. De prendre ton coussin et d'oublier le monde qui t'entoure. Cela voudrait dire : l'oublier lui … Et d'après ce que tu as pu voir : il se laisse pas facilement oublier. Tu te contentes juste de t'asseoir, baillant à nouveau. Tu ne rêves que d'une nuit. Une nuit en paix. Une nuit loin de ces tourments. Loin de ces cauchemars. Pour ça, il faudrait que ta tête soit éteinte. Sauf que toutes les nuits elle te ramène à cette nuit. Elle te renvoie à la peur qui te ronge de l'intérieur. Elle te ramène à lui. Connexion entre vous. Si tu pouvais être dans sa situation. Si tu pouvais ressentir ce qu'il ressent. Partager ce qu'il vit… L'aider un peu plus .. Ton torse se bombe, t'essaies de penser à autre chose. Autre chose que ça. Autre chose que ce qui se trame dans ta tête. Reid te ramène à la réalité. Une fois de plus. « J’te propose d’aller courir sur la plage avant d’aller voir c’qu’on peut dénicher au marché. » Reprenant doucement ton souffle. Tournant la tête vers lui … Courir ? Cette idée ne t'est pas venue à l'esprit … depuis bien longtemps. Pourtant tu aimes ça courir. Partir vers une direction inconnue, la musique dans les oreilles. Attrapant le gobelet, frôlant ses doigts à nouveau. Ne plongeant pas ton regard dans le sien. Tu tentes de reprendre une respiration normal. Oublier ce à quoi tu viens de penser. Te concentrer sur autre chose. Sur lui par exemple. C'est une bonne idée. Fixant ton morceau de carton. Jouant avec ta touillette. Tu fixes cette chaleur. Tu peux même voir la fumée qui en sort. Oubliant un instant que ton « invité » s'installe pas loin de toi. Il prend ses aises et tu ne remarques rien. « J’me permets le temps qu’tu t’changes, » Relevant la tête. Rencontrant son regard. Ce bleu si .. intriguant ? Captivant ? Tu ne saurais dire. Fronçant légèrement les sourcils, tu ne comprends pas où il veut en venir. Passant une main dans tes cheveux, te les grattant par la même occasion. Tu finis par t'installer près de lui, tu es chez toi après tout. N'ayant saisi où il voulait en venir … « On est vraiment obligé de sortir ? » Tournant ta tête vers lui, ton souffle proche du sien. « Genre un film ça te dit pas ? » Tu essaies de faire des compromis. « Pour tout avouer, je suis pas enclin à sortir … voir les gens tout ça ... » L'idée de confronter ton regard à celui du soleil t'effraies déjà … « Puis je doute que tu sois un grand sportif ... » et en plus tu arrives à faire de l'humour … décidément ce « Reid » a quelque chose. Il te fait du bien. T'enfonçant un peu plus dans ton canapé, frôlant son épaule au passage. Fixant de nouveau le plafond. Jouant avec ta touillette. Tu laisses ton café se refroidir un peu. Non, tu n'as pas envie d'être confronté à la réalité. Tu aimes être dans ta grotte. Si on peut appeler ça une grotte. Tu es bien ici, alors qu'à l'extérieur .. t'as peur du monstre ... de le relâcher. Il est bien mieux dans sa cage.

_________________
~ I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

plus mordu qu'le hérisson spontex
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : j'ai soufflé ma vingt-septième bougie et j'le vis bien.
○ statut : j'suis célibataire, mais j'crois bien que j'me considère plus sur le marché depuis quelques semaines.
○ métier : je travaille dans un foyer d'accueil en tant qu'éducateur spécialisé. je suis également bénévole au service pédiatrique de l'hôpital.
○ quartier : j'habite à north bay dans la maison de mon grand-père, en colocation avec des amis d'enfance.
○ orientation sexuelle : je n'vois pas vrament pourquoi j'devrais faire un choix ... pourquoi est-ce que ça peut pas juste être la personne qui compte et pas son sexe?
○ posts : 282 ○ points : 0
○ pseudo : monsieur tortue.
○ avatar : dylan o'brien.
○ inscrit le : 21/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Dim 9 Juil - 22:00

hold on to me
Rade #2

Le regard posé sur ses mains, tu l’observes jouer avec sa touillette dans son café. Il t’arrache un sourire. Tu repenses à celle que tu as dans ta poche, celle que tu as pris au cas où. Tu comprends sa fascination pour ces petits trucs en plastique. Ce que tu ne comprends pas, c’est la fascination qu’il t’inspire. Tu prends plaisir à le regarder, à détailler ses traits, à analyser chacun de ses mouvements comme si tu pouvais leur trouver une certaine signification. C’est vrai qu’il n’est pas déplaisant à regarder - et ce n’est rien de le dire - mais c’est plus que ça. C’est ce que tu peux lire sur son visage, dans ses yeux. Il t’intrigue. Il te donne envie d’en savoir plus, de le connaitre. Tu veux le connaitre. Tu veux faire partie de sa vie. Et même à toi, tout ça te parait absurde. Tu as pourtant l’habitude de te lancer dans des projets sans queue ni tête, de faire des choses que Jensen et Evie qualifieraient de totalement perchées. Tu ne comprends jamais vraiment leur logique. Mais là … mais là, tu as l’impression d’être totalement à côté de la plaque. Et pour que ce soit toi qui le penses, c’est que tu dois carrément être à des années de lumières de tes baskets. Tu veux comprendre pourquoi. Pourquoi lui et pas un autre. C’est sans doute pour cette raison que tu t’accroches. Tu te dis que si tu persévères, que si tu te montres présent, que si tu l’aides à surmonter cette épreuve, peut-être qu’à un moment donné, tu auras finalement tes réponses.

Son regard se plonge dans le tien le temps de quelques secondes, puis il s’écroule à côté de toi sur le canapé. Tu arques un sourcil. Tu doutes beaucoup que ses affaires de sport se trouvent sous l’un des coussins. Tu en déduis que ton programme ne lui plait pas tant que ça. Tu t’apprêtes à soupirer quand son épaule entre en contact avec la tienne. Malgré l’épaisseur de ton sweat à capuche, tu peux sentir la chaleur de sa peau contre la tienne. Une belle décharge déferle tout le long de ton dos et sans même t’en rendre compte, tu restes le souffre coupé jusqu’à ce que ton corps te rappelle à l’ordre pour un peu d’oxygène. « On est vraiment obligé de sortir ? » te demande-t-il en tournant sa tête vers toi. Tu peux sentir son souffle contre ta peau. Tu forces ton regard sur la tasse en carton que tu as posé sur la table basse avant de t’assoir. Ta mâchoire se contracte. Tu te demandes s’il réalise l’effet qu’il te fait. Mais soyons réalistes, tu en doutes beaucoup. « Genre un film ça te dit pas ? » propose-t-il alors. S’il n’y avait pas autant de proximité entre vous, tu aurais sûrement considéré sa suggestion, mais là … mais là … Tu te lèves brusquement et avances dans l’appartement. Tu as besoin d’air. Tu as chaud, beaucoup trop chaud. Alors que Cade est toujours sur le canapé, tu tentes de reprendre une respiration normale, de te calmer. « Pour tout avouer, je suis pas enclin à sortir … voir les gens tout ça ... » Tu peux voir qu’il est sincère, que l’idée de sortir ne l’enchante vraiment pas. Seulement, tu n’es pas sûr de pouvoir rester plusieurs heures enfermé avec lui dans un appartement. Qu’on ne s’y méprenne pas, tu n’es pas une bête sauvage. Tu es tout à fait capable de contrôler tes pulsions. Seulement, tu es vraiment fatigué et tu aurais vraiment peur de faire quelque chose que tu regretterais ensuite. Et n’oublions pas que le mot ‘regret’ ne fait pas partie de ton vocabulaire. « Puis je doute que tu sois un grand sportif ... » ajoute-t-il alors. Tu entrouvres la bouche, presque choqué. Tu peux voir un léger sourire apparaitre au coin de ses lèvres. Une vision qui te plait tout particulièrement. Tu prends un air faussement vexé. « Ah ouais ? » laisses-tu échapper avec un ton de défis. « J’te parie que j’ai plus d’endurance que toi ! » lui dis-tu avec un sourire amusé sur le visage. Tu te rapproches du canapé mais t’arrêtes au niveau de la table basse pour attraper ton café et en boire quelques gorgées. D’un air déterminé, tu pointes Cade du doigt. « J’suis venu pour t’sortir de ta grotte et j’vais t’sortir de ta grotte ! » t’exclames-tu, satisfait. Tu as retrouvé de ta contenance et si son torse nu t’appelle avec un mégaphone, tu résistes. Tu comprends parfaitement son désir de rester à l’intérieur, seulement tu as décidé de l’aider - sans vraiment lui laisser le choix d’ailleurs - et si tu cédais déjà à ses requêtes, tu ne serais clairement pas très efficace. Il faut qu’il sorte, qu’il affronte la lumière du jour. Se morfondre ne lui apportera rien de bon. « Donc tu vas aller t’habiller et j’vais t’montrer c’que le maigrichon que j’suis peu faire, » ajoutes-tu finalement en laissant une nouvelle fois ton regard glissé de ses yeux, à ses lèvres et finalement à ses abdos … splash … claque mentale !

_________________
    ~ i'm running for your heart, i'm running for your heart, 'till i am a soul on fire. (...) bring me back in this darkness, lead me through until all i see is you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Bob, The Lost Sponge
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : Un compteur qui affiche 30, mais un mentale qui en dit 20.
○ statut : Ravagé par la destruction de sa conscience et de son âme, en attente d'une salvation.
○ métier : Une mise à pieds qui fait mal dans une passion qui l'animait.
○ quartier : Une errance dans un appartement bien vide à West Bay.
○ orientation sexuelle : Parce que dans la vie on est jamais sûr de rien, qu'on pense savoir alors que non ...
○ posts : 679 ○ points : 670
○ pseudo : You know me (TAZ)
○ avatar : Luke Mitchell
○ DC : le gigolo d'Icare (Newton), la moitié de Gus (Rhéa) & l'ovni de Brooke (Max)
○ inscrit le : 18/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Lun 10 Juil - 21:56

hold on to me
Rade #2

Son regard dans le tien. Tu ne sais combien de temps cet échange dure. L'impression que le temps s'arrête. Sauf que ça tu ne vois pas, encore moins l'effet que tu lui fais. Toi tu es focalisé sur ce que tu ressens à l'intérieur de toi. N'ayant même pas la force de te battre, de sortir un mais. De dire « non » tout simplement. Au fond de toi tu sens qu'il n'accepterait pas ce simple non. Tu prends sur toi, tu fais un compromis. Tu acceptes son aide, mais sortir ne tentes vraiment pas. La foule, le soleil. Tu te sens comme l'une de ces créatures qui vivent la nuit. Le noir est ton habit de lumière. Le noir te va très bien en ce moment. Soupirant intérieurement rien qu'à l'idée de mettre un pieds dehors. Non tu n'es pas encore résigner à sortir. Tu finiras par le faire, aller à l'hôpital comme tous les jours. C'est ta seule sortie de la journée. On ne peut pas dire que ça soit une réussite en soit. Tu n'y fais rien, tu attends. Encore et toujours. Un signe qui ne vient pas, tu n'irais pas jusqu'à prier. Tu n'es pas sûr d'être croyant. Ton dieu à toi, ça a toujours été la bouffe, rien que ça. Tu es déjà allé à l'église, spécialement lorsque tu étais gamin, mais ce n'est pas une raison suffisante à tes yeux pour croire. Tu as toujours eu pour habitude de croire ce que tu vois. Actuellement tu vois ton frère sur un lit, bien trop propre à ton goût. Bien trop silencieux. Un silence qui te fait peur. Une proximité que tu n'oses pas attraper. Tu secoues tes pensées, essayant de penser à autre chose. Ton regard qui vagabonde sur ton plafond. Il a lâché le bleu de ses yeux pour le blanc de ton plafond, blanc que tu ne connais que trop bien. Cela t'es égal, tu y trouves parfois des solutions. Ou parfois c'est pire. La seconde option est souvent celle qui vient. Tu ne remarques même pas qu'il n'est plus à côté de toi. Accaparé par ton point. Un point invisible, mais assez visible pour tes yeux. Tu te redresses légèrement lorsqu'il reprend la parole, suite à ta petite blague. Il peut au moins se venter de t'avoir donné envie de faire des blagues. Il te fait du bien, ça c'est sûr. L'impression de retrouver l'ancien toi, une version abîmé de ce que tu étais. Une version rouillée, mais une version qui te convient pour le moment. « J’te parie que j’ai plus d’endurance que toi !» Arquant un sourcil et te relevant un peu plus. Il te défit ? Carrément. Il n'oserait pas. Tu lèves les yeux au ciel et le regarde. « T'as pas peur.» Que tu dis. Sans avoir réfléchi, parce que c'est ce que l'ancien Cade aurait dit. Lui qui aimait les défis, surtout sportif. On peut dire qu'il sait piquer là où il faut le Reid. «J’suis venu pour t’sortir de ta grotte et j’vais t’sortir de ta grotte ! » Tu fixes son doigt et souris. Attrapant ton café. Tu as envie de répliquer que tu es très bien dans ta grotte, mais ce 'mais' ne vient pas. Il n'a pas envie de lâcher le morceau. Tu souffles en levant les mains. Es-tu prêt à te rendre ? Pas totalement. « Donc tu vas aller t’habiller et j’vais t’montrer c’que le maigrichon que j’suis peu faire, » Qu'il ajoute. Histoire de bien de faire comprendre que tu n'avais plus ton mot à dire. Tu souffles et te relèves. Te rapprochant de lui. Pointant ton doigt sur ton torse « J'te préviens si je gagne on rentre se poser devant un film ! Deal ! » Tu tends ta main. Plongeant ton regard dans le sien. Main qui vient se trouver dans la tienne. Petit frisson que tu ne vois pas. Tu finis par te dégager de cette nouvelle étreinte. Te rendant dans ta chambre, attrapant les premières fringues de sport qui te vient. Tu enfiles un débardeur et un jogging. Tes baskets ne sont jamais très loin. Une fois de retour dans le salon tu finis de les lasser sous le regard de ton coach du jour. « au passage, j'aime pas perdre » que tu lui sors… Te redressant et attrapant tes clefs.

L'espace d'un instant, tu as oublié le mal qui te rongeait. Il a su parfaitement appuyé où il fallait. Puis tu n'as pas le choix. Tu te retournes un instant te retrouvant nez à nez avec lui. Tu as oublié un truc, mais tu ne saurais pas dire. Vos corps qui se touchent. Passant ta main sur ton front, petit choc que tu as eu. C'est là que ça te revient, la touillette. Oui tu aimes bien avoir un truc dans ta bouche au début puis après pour calmer tes nerfs. Tu as remarqué que ces derniers temps, tu passés tes nerfs sur ce truc en plastique. Petit truc qui te fait du bien. Contournant Reid, tu retournes dans le salon à la recherche de ta touillette. Cette dernière qui s'était dérobée de tes doigts et qui avait sa course sur le canapé. Touillette en main, tu reviens vers lui. « On peut y aller. » Tu ne sais pas si tu es prêt, mais tu n'as pas le choix. Il te fera sortir à coup de coup de pieds au cul s'il le faut. Le message a bien été passé. La tête baissée tu ne fais pas attention au fait qu'il se soit arrêter. Tu ferais bien une remarque, mais elle ne te vient pas. Bredouillant un simple « désolé » mot qui sort souvent de ta bouche ces derniers jours. Il fut un temps où tu aurais dit « décidément on ne fait que de se rentrer dedans .. » tu aurais pu ajouter un pas que ça me déplaise … Sauf que ça c'était avant et que tu ne te rends pas compte de tout ce qui se passe autour de toi. Des ondes qui sont envoyés. Des décharges qui ont lieu entre vous. Non, toi tu ne vois rien. Du moins pas pour le moment. Innocent que tu es. Perdu que tu seras. Confusion que tu auras. Pour l'heure, tu es prêt à relever son défi.

_________________
~ I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

plus mordu qu'le hérisson spontex
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : j'ai soufflé ma vingt-septième bougie et j'le vis bien.
○ statut : j'suis célibataire, mais j'crois bien que j'me considère plus sur le marché depuis quelques semaines.
○ métier : je travaille dans un foyer d'accueil en tant qu'éducateur spécialisé. je suis également bénévole au service pédiatrique de l'hôpital.
○ quartier : j'habite à north bay dans la maison de mon grand-père, en colocation avec des amis d'enfance.
○ orientation sexuelle : je n'vois pas vrament pourquoi j'devrais faire un choix ... pourquoi est-ce que ça peut pas juste être la personne qui compte et pas son sexe?
○ posts : 282 ○ points : 0
○ pseudo : monsieur tortue.
○ avatar : dylan o'brien.
○ inscrit le : 21/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Mer 12 Juil - 11:27

hold on to me
Rade #2

« T'as pas peur, » te répond-t-il visiblement amusé. Tu pouffes de rire avant de lui adresser un sourire mutin. Tu le défies du regard. Tu es secrètement fier de toi. Tu vas peut-être te prendre la raclée de ta vie, mais tu auras au moins réussi ce pour quoi tu es venu. Tu lui as arraché une réaction, un demi-sourire. C’est tout ce que tu attendais de lui. Tu ne pensais pas que ce serait aussi facile cela dit. Il est beaucoup plus réceptif à ta personne que tu l’aurais cru. C’est bien … ou tout du moins, ça te donne le sourire. Devant son état larvaire et ta soudaine poussée d’autorité, tu as l’impression de t’être transformé en coach sportif. Cette idée t’enchante pas mal. Reid, maître du sifflet, ça sonne plutôt bien. Cade capitule finalement et se lève du canapé en soufflant lourdement. Il s’approche de toi et pointe son doigt sur ton torse, c’est qu’il te toucherait presque … et c’est que t’aimerais presque qu’il te touche. Tu déglutis bruyamment devant cette proximité inattendue. « J'te préviens si je gagne on rentre se poser devant un film ! Deal ! » Sa proposition te surprend et ça doit se lire sur ton visage. Tu ne t’attendais pas à ça. Tu pensais que s’il devait te faire une proposition de la sorte, ce serait avant tout pour se débarrasser de toi. Hors, pas du tout. Tu reprends rapidement tes esprits et esquisses un léger sourire en coin. « Deal. Et si je gagne, j’t’invite à bouffer dans l’restau de mon choix, » lui réponds-tu en lui tendant allègrement ta main. Tu as totalement laissé tomber l’idée d’aller au marché. Il faut dire que ça ne te botte pas tant que ça finalement et que tu commences à avoir faim. Certes, il est encore tôt, mais tu te dis que le temps que Cade se prépare, que vous y alliez et que vous terminiez votre jogging, il sera forcément l’heure de déjeuner. Et ça, c’est fantastique ! Alors si en plus tu peux combiner la nourriture avec ta mission du jour, c’est juste le top. Sa main finit dans la tienne et tu te prends une nouvelle décharge. Son expression reste inchangée, tu commences sérieusement à te demander si tu es le seul à ressentir tout ça. Tu comprends que son esprit soit ailleurs, mais tout de même. Tu relâches sa main et il entre dans une autre pièce. Tu le suis du regard … plus ou moins. Tes yeux s’attardent quelques instants sur son fessier, juste le temps que tu réalises ce que tu fiches, puis tu secoues la tête et commences à vagabonder dans le salon. Tu n’as pas l’habitude de réfréner tes envies comme ça, c’est nouveau pour toi. En général, tu n’hésites pas à foncer. Mais là … tu ne sais pas si c’est dû au fait que son frère soit dans le coma ou simplement au fait que ce soit lui, mais tu te retiens dans ta provocation habituelle. Cade sort de ce qui semble être sa chambre et lasse ses baskets devant toi. Tu affiches un sourire satisfait. « Au passage, j'aime pas perdre, » te dit-il en attrapant ses clés. « Ça tombe bien, moi non plus, » lui réponds-tu alors. Tu le suis pour sortir de l’appartement, seulement il fait subitement volte-face sans que tu n’aies le temps de comprendre quoi que ce soit. Son corps rencontre le tien. Aoutch ! Tu recules d’un pas surpris. Il porte sa main à son front et tu l’imites machinalement, le frottant brièvement. C’est qu’il a la tête dure. Tu l’observes, tu n’es pas sûr de savoir ce qu’il fabrique. Tu le vois retourner vers le canapé, seulement il s’arrête avant. Il attrape sa touillette et tu ne peux contenir un sourire amusé. Cade et sa touillette, une grande histoire d’amour. Tu ne le connais pas depuis longtemps, mais si tu as remarqué quelque chose à propos de lui, c’est qu’avoir une touillette dans la bouche le détend. C’est bien pour ça que tu en as pris une autre au café tout à l’heure. Au cas où. « On peut y aller, » annonce-t-il en revenant vers toi. Tu acquiesces d’un signe de tête. Il n’a pas l’air motivé, cependant il ne fait aucune remarque. Tu l’attends où tu es, prévoyant de le laisser passer devant toi. Il ne manquerait plus que tu sortes et qu’il referme la porte derrière toi. Ce serait vraiment sournois. Tu ne fais pas attention et il te rentre à nouveau dedans. Décidément ! Instinctivement, tu poses tes mains au niveau de sa taille pour limiter le choc. « Désolé, » bredouille-t-il en relevant légèrement la tête. « T’sais, si tu voulais un câlin, suffisait d’demander, » rétorques-tu un sourire en coin et en jouant de tes sourcils. Tu laisses glisser tes mains et elles reprennent leur place initiale : de chaque côté de ton corps. Tu le contournes, les lèves à nouveau et les poses sur ses épaules pour le pousser légèrement en avant. « Bon aller, cette fois-ci, on y va ! » t’exclames-tu en le pressant un peu. Il vaut mieux y aller avant qu’il ne change d’avis ! Il verrouille la porte derrière vous et vous descendez rapidement les escaliers. Il te suit sans broncher. En bas de l’immeuble, tu t’étires rapidement. Tu sens que cette nuit blanche va se faire sentir salement. Mais d’un autre côté, tu as bu tellement de café que tu pourrais courir un marathon. À vrai dire, tu crains davantage l’après que l’action en elle-même. Tu te tournes vers Cade en sautillant sur toi même : « prêt ? » La plage n’est pas très loin, si vous y allez en courant, vous y serez en cinq bonnes minutes. Et ce sera beaucoup plus agréable de courir sur le bord de mer qu’en pleine ville.  

_________________
    ~ i'm running for your heart, i'm running for your heart, 'till i am a soul on fire. (...) bring me back in this darkness, lead me through until all i see is you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Bob, The Lost Sponge
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : Un compteur qui affiche 30, mais un mentale qui en dit 20.
○ statut : Ravagé par la destruction de sa conscience et de son âme, en attente d'une salvation.
○ métier : Une mise à pieds qui fait mal dans une passion qui l'animait.
○ quartier : Une errance dans un appartement bien vide à West Bay.
○ orientation sexuelle : Parce que dans la vie on est jamais sûr de rien, qu'on pense savoir alors que non ...
○ posts : 679 ○ points : 670
○ pseudo : You know me (TAZ)
○ avatar : Luke Mitchell
○ DC : le gigolo d'Icare (Newton), la moitié de Gus (Rhéa) & l'ovni de Brooke (Max)
○ inscrit le : 18/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Mer 12 Juil - 20:34

hold on to me
Rade #2

On ne peut pas dire que l'idée t'emballe direct, tu traînes des pieds rien qu'à l'idée d'aller courir. Ce qui est une première car de base, tu entraînes les gens courir avec toi. Tu adores ça, te dépenser, courir au gré du vent, sur la plage, en forêt. Qu'importe, tu aimes te vider la tête, courir est un plaisir à tes yeux. D'ailleurs tu avais l'habitude d'y aller tous les matins, mais ça c'était avant  … Avant l'accident. Avant que tu ne rentres dans ta spirale. Avant que tu succombes à ta noirceur. Avant que tu n'oses plus montrer qui tu es. Malgré tout, tu baisses les bras et t'avoues vaincu, seulement pour son projet. Tu n'as pas dit ton dernier mot. Alors que tu lances le deal, tu te rends même pas compte que tu ne le vires pas. Tu ne l'envoies pas balader. Tu pourrais lui dire d'aller voir ailleurs comme tu le fais avec Sawyer. Refuser son aide, comme tu l'as fait avec la plupart de ton entourage. Non, tu ne fais rien de cela. Tu ne remarques même pas ce que ressent ton corps au contact du sien. Cette décharge qui a eu lieu, ces frissons qui ont parcouru ton corps. Non, tu ne vois rien. Tu es loin de te douter qu'il est ce dont tu as besoin. Que tu n'es qu'un aimant attirer par lui. La dernière fois que ton corps a ressenti cela, c'était avec Abby. Abby, celle qui a réussi à capturer ton cœur. Est-ce qu'il pourrait faire la même chose ? Tu n'en es pas encore là. Tu n'es pas arrivé au point de te poser toutes ces questions. Tu ne vois juste pas qu'il est bénéfique pour toi. Pour ta guérison, mais surtout pour ton âme. Alors non, tu le ne renvois pas, tu l'acceptes. Tu l'invites à rentrer dans ta bulle. Tu lui montres qui tu es, le monstre qui sommeil en toi. Monstre dont il n'a pas peur et ça te soulage. Et ça tu apprécies. Il te juge pas. Il ne te force à rien, enfin si techniquement aujourd'hui il te force à sortir -mais tu te comprends. Reid l'inconnu qu'hier encore tu ne connaissais pas et qu'aujourd'hui tu ne sais toujours rien. Hormis qu'il a été à la place de Ryan … Rien de penser à son prénom, une décharge s'opère dans ton ventre. Tu souffles un bon coup et reprends le contrôle. Jusqu'ici tu as réussi. Tu ne l'oublies pas, c'est impossible, même si tu le voudrais. Tu le mets juste de côté. Cachant cette douleur pour te concentrer sur autre chose. Sur Reid par exemple. Reid qui n'aime pas perdre, un bon point commun. Reid qui aime manger, un autre point commun. Voilà ce que tu te dis au lieu de songer négativement …

Ses mains sur toi. Tu les baisses un instant. Ne comprenant pas ce qui se passe à l'intérieur de toi. Tu ne captes pas le sens réel de ce qui s'opère. Tu te dis juste que ça fait longtemps que tu as ressenti une chaleur sur toi. Que ce n'est rien. Alors qu'au fond … c'est tellement autre chose. « T’sais, si tu voulais un câlin, suffisait d’demander, » tu souris à sa réplique, ne quittant pas cette proximité. Ton regard dans le sien. « C'est toi qui en demanderait un dans quelques heures ! » Ajoutant à tes paroles un petit clin d’œil. Oui Reid est définitivement bon pour toi. Il arrive à faire ce que les autres échouent. Petit à petit tu retrouves tes habitudes. Bon il faut bien sûr qu'il te traîne vers la sortie. Vers le jour car on ne peut pas dire que tu y vas avec plaisir. Un brin réticent par cette idée, mais tu t'y es engagé. Lumière qui te crame la rétine. Main sur ta barbe, tu as sûrement l'air d'un « hipster » voir pire d'un clochard, mais tu t'en moques. La flemme t'accapare de jour en jour. Puis cette barbe reflète ton état actuel. Soit l'envie de rien. Elle est très bien ainsi et celui qui n'est pas content qu'il regarde ailleurs. Tu regardes ce … lapin. Voilà à quoi il te fait penser en sautant comme cela. « prêt ? - Affirmatif ! » que tu lui réponds. Techniquement non, mais tu ne te laisses pas abattre. Pas après pas, la vitesse s'opère. Reid à tes côtés. Il t'indique la plage. Pas de soucis. Position de course en place. Soufflant en rythme avec tes pas. Petit à petit tu sens que ta foulée revient. Ce qui te fait plaisir. Tu pris juste pour éviter la pointe de côté. Un bruit te ramène à ton partenaire, tu rigolerais presque en voyant sa tête. Il tient le coup -ou presque- ça t'amuse. Oui ce gars t'amuse, comme quoi c'est un grand pas. Ta cadence s'accélère, comme si tu avais couru hier et non il y a trois semaines. Le sportif en toi reprend du poil de la bête. Bonne foulée. Bonne respiration. Sur le sable tes pas frôlent l'eau et toi tu es .. bien. Tout simplement. Tu oublies tout, ou presque. Dans ta tête, il se passe rien, juste des mélodies. Une chanson qui se passe, une agréable chanson. Au bout de quelques minutes – et un cris, tu reviens à toi, regardant à ta gauche .. puis à ta droite. Rien. Stoppant ta foulée. Les mains sur les hanches, tu cherches ton partenaire de la journée. Qui a l'air d'avoir disparu. Revenant sur tes pas, pouffant en voyant la situation. Oui tu pouffes. Comme quoi cette journée est riche en surprise. « Tu rends déjà les armes ? J'comprends j'suis dur à battre. » t'avançant vers lui. Tu lui tends la main histoire de l'aider à se remettre sur ses deux jambes …

_________________
~ I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

plus mordu qu'le hérisson spontex
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : j'ai soufflé ma vingt-septième bougie et j'le vis bien.
○ statut : j'suis célibataire, mais j'crois bien que j'me considère plus sur le marché depuis quelques semaines.
○ métier : je travaille dans un foyer d'accueil en tant qu'éducateur spécialisé. je suis également bénévole au service pédiatrique de l'hôpital.
○ quartier : j'habite à north bay dans la maison de mon grand-père, en colocation avec des amis d'enfance.
○ orientation sexuelle : je n'vois pas vrament pourquoi j'devrais faire un choix ... pourquoi est-ce que ça peut pas juste être la personne qui compte et pas son sexe?
○ posts : 282 ○ points : 0
○ pseudo : monsieur tortue.
○ avatar : dylan o'brien.
○ inscrit le : 21/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Jeu 13 Juil - 11:46

hold on to me
Rade #2

Une fois dehors, tu inspires profondément. Il ne fait pas bien chaud et le ciel blanc ne laisse passer aucun rayon de soleil. Tu frissonnes lorsque l’air frais traverse ton sweat et vient caresser ta peau. Tu as vraiment hâte de te mettre en action. Tu sautilles sur toi-même sous le regard amusé de Cade. Tous les deux prêts, vous commencez à trottiner l’un à côté de l’autre. Progressivement vos foulées s’accélèrent. On ne le dirait probablement pas comme ça, mais tu es dans ton élément. Tu adores courir, tout comme tu adores marcher. Tu n’es peut-être pas aussi rapide qu’Usain Bolt, mais tu te débrouilles plutôt bien. Cade semble à l’aise, sûrement plus que toi, cependant tu tiens la cadence. Il accélère, tu le suis. Vous arrivez bientôt sur la plage. Vous courrez près de la mer. Tu sens la brise marine effleurer ton visage, l’odeur du goémon te chatouiller les narines. Ça te fait du bien. Tu souris. Juste comme ça, à personne en particulier. Tu te sens revigorer. Mais bientôt, alors que tu cours toujours aux côtés de Cade, une branche qui trainait par-là vient enlacer ta chaussure. Pris dans ton élan, tu décolles mais ton pied reste maladroitement collé au sol. Tu t’écrases, dans un cri de surprise, la tête dans le sable mouillé. Et qui dit sable mouillé, dit vague qui termine sa course sur la plage. Maintenant trempé, tu laisses échapper un grognement avant de te tourner sur le dos. Tu passes une main sur ton visage pour retirer le sable collé à ta peau, seulement ta tentative est vaine, tu ne fais qu’en rajouter. Tu soupires alors que tu entends des pas s’approcher de toi. Face au ciel lumineux, tu plisses les yeux dans une grimace. Cade, arrivé à ta hauteur, pouffe de rire. Tu soupires. Dans le fond, tu es heureux de l’amuser. Ça peut paraitre anodin comme ça, mais c’est loin de l’être en réalité car pendant l’espace de quelques instants, sa peine a quitté son visage et sûrement ses pensées. Ces petits moments, c’est ce qui lui permettra de garder la tête de l’eau. Et tu veux qu’il garde la tête hors de l’eau, même s’il doit se marrer à tes dépends. « Tu rends déjà les armes ? J'comprends j'suis dur à battre, » te lance-t-il dans un sourire. Tu lui tires la langue mais regrettes aussitôt ton geste. Des grains de sable s’immiscent dans ta bouche et tu commences à souffler, la langue à l’air pour t’en débarrasser, te postillonnant dessus par la même occasion. Tu dois vraiment avoir l’air ridicule, mais tu t’en fous. Toi qui te sentais revigorer quelques minutes plus tôt, tu as maintenant l’impression d’être complètement au bout de ta vie. Cade te tend une main pour t’aider. Tu t’en saisis sans hésiter. Tu ne fais pas attention à l’électricité qui traverse tes doigts à son contact. Tu entreprends de te relever et tu y parviens presque. Seulement, pour une raison qui t’échappe totalement, tu glisses. Tu glisses et tu entraines Cade dans ta chute. Tu fermes les yeux en appréhendant la rencontre avec le sol. Une fois de plus, ton corps entre en contact avec le sable, l’eau de mer venant timidement embrasser ton crâne. Tu soupire. Tu ne remarques pas tout de suite le poids qui ‘écrase’ ton corps. Ce n’est qu’en ouvrant les yeux que tu réalises que Cade est tombé sur toi. Une main et un coude enfoncés dans le sable de chaque côté de toi, sa tête à quelques centimètres de la tienne, tu peux sentir sa respiration contre tes lèvres. Cette situation est … gênante. Tu ne remarques pas que cette proximité soudaine t’a coupé le souffle. Tu le regardes, tes yeux plongés dans les siens, machinalement tu plies l’un de tes bras et viens poser ta main sur son flanc. Dans d’autres circonstances, tu aurais sans aucun doute tiré son débardeur pour plaquer tes lèvres sur les siennes. Mais là … mais là, tu n’en fais rien. Tu te contentes de te perdre dans ses yeux jusqu’à ce qu’un sourire malicieux finisse par apparaitre sur ton visage. « J’sais qu’suis irrésistible, mais j’pensais pas qu’j’te faisais autant d’effet, » ricanes-tu de bon cœur. Tu cherches désespérément à te sortir de cette situation. Pas qu’elle te déplaise, au contraire, mais justement. La tentation est trop forte et tu te sens faible. Extrêmement faible, surtout en sa présence. Une nouvelle vague vient terminer sa course contre ta tête et tout ton corps se tend devant sa fraicheur. Tu frissonnes de tout ton long et tu sais qu’il l’a senti puisqu’il commence à se relever. Tes doigts quittent à contre cœur son flanc. Il te tend à nouveau sa main, cette fois-ci bien en appui sur ses pieds. Tu l’acceptes et te relèves à ton tour avec précaution. Finalement debout, tu frottes tes mains l’une contre l’autre pour tenter de te débarrasser du sable qui s’y est collé. « Et pour ta gouverne, j’ai pas dit mon dernier m … atchooum ! » Tu n’as pas le temps de terminer ta phrase que tu éternues. S’il y a bien quelque chose qui t’agace chez toi, c’est ta sensibilité au froid. Tu tombes beaucoup trop facilement malade. Seulement, tu es trop bête pour l’accepter. Alors, pris de frissons en veux-tu en voilà, tu poses tes mains sur tes hanches. « On s’y r’met ? » lui demandes-tu tout en faisant de ton mieux pour lui cacher que tu grelottes.

_________________
    ~ i'm running for your heart, i'm running for your heart, 'till i am a soul on fire. (...) bring me back in this darkness, lead me through until all i see is you.


Dernière édition par Reid Bane-Levy le Ven 14 Juil - 11:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Bob, The Lost Sponge
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : Un compteur qui affiche 30, mais un mentale qui en dit 20.
○ statut : Ravagé par la destruction de sa conscience et de son âme, en attente d'une salvation.
○ métier : Une mise à pieds qui fait mal dans une passion qui l'animait.
○ quartier : Une errance dans un appartement bien vide à West Bay.
○ orientation sexuelle : Parce que dans la vie on est jamais sûr de rien, qu'on pense savoir alors que non ...
○ posts : 679 ○ points : 670
○ pseudo : You know me (TAZ)
○ avatar : Luke Mitchell
○ DC : le gigolo d'Icare (Newton), la moitié de Gus (Rhéa) & l'ovni de Brooke (Max)
○ inscrit le : 18/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Jeu 13 Juil - 21:42

hold on to me
Rade #2

Bien trop absorbé par cette sensation qui a envahi ton être lorsque tes pas ont commencé à fouler le sol. Réticent au début, tu prends à présent plaisir. Tellement de plaisir que tu ne captes pas que ton binôme n'est plus à tes côtés. Pris dans ton élan, dans ton envie du moment que tu ne vois rien. Absorbé comme tu l'es. Tu finis tout de même par stopper ton avancement, mains sur les hanches tu cherches Reid de chaque côté. Pensant qu'il a déjà abandonné et c'est avec une joie plaisante que tu le retrouves à terre. Envahi par le sable, tu ne peux t'empêcher de rire en voyant ce tableau. Magnifique tableau que tu as sous les yeux. Instant inoubliable. Instant où tu revis car tu ne songes à rien. Juste à ce que tu as sous les yeux. Lui et le sable. Lui recrachant le sable. Lui. Lui qui te fait rire. Qui te fait du bien et cela n'est que bénéfique pour ton avancement. Ta cage s'est ouverte, il y a pénétré à l'intérieur. Tu regrettes rien. Absolument rien. Tout cela s'est passé sans que tu ne comprennes quelque chose. Les choses se sont passés sous tes yeux et toi, tu n'as rien vu. Absent de ta propre vie. Inconscient de la réalité. Tu agis tel un robot. Sauf que ce robot n'est pas là aujourd'hui. L'impression de renaître. De retrouver l'ancien toi. Celui qui était bien, celui qui était heureux. Bon sang que tu es bien. Le vent qui souffle dans ton dos, balayant tes cheveux. Ton corps qui a chaud, mais une bonne chaleur. Une chaleur qui te manquait, mais dont tu n'avais pas conscience. Tendant ta main pour l'aider, tu n'es pas encore le style de mec qui se marre et qui laisse l'autre se débrouiller. Tu pourrais, mais pas aujourd'hui. Et c'est là que tout s'enchaîne. Tu ne comprends rien -ce qui n'est pas nouveau. Ton corps bascule, en l'espace de quelques fractions de secondes, tu es … au sol. Pire encore. Tu réalises que son souffle te réchauffe le cou. Au sol, mais pas complètement. Ton instinct de survie a permis que tes mains se mettent en position. Entourant son visage de tes bras. Son corps juste en dessous de toi. Situation gênante, mais pour le coup tu ne captes pas. Tu ne vois pas la tentation que tu représentes pour lui. L'envie qui naît au sein de son corps. Non toi tu es attiré par ce bleu, ce regard qui est différent. Sentant à peine qu'il s'accroche à toi. De la décharge qui a lieu en toi. Non tu ne vois rien. Ne ressens rien. Du moins pas assez pour cela arrive à ton cerveau. Le mur est trop profond. Tu ne le quittes juste pas des yeux, ne pouvant expliquer 'pourquoi'. Sa main sur ton flanc ne te dérange même pas. Tu es bien, s'en savoir pourquoi. « J’sais qu’suis irrésistible, mais j’pensais pas qu’j’te faisais autant d’effet, » La réalité revient te frapper de plein fouet comme la vague. Bien froide. Esquissant un sourire. « Totalement à tel point que je me retiens de te retirer ton tee-shirt ! » Petit clin d’œil. Ces mots sont sortis tout seul. Tu aurais peut-être pas dû les dire, mais tu ne sais pas. Ils ont franchis la barrière de tes lèvres. Brisant le mur du son. Ressentant le froid de ton partenaire, ainsi que le tien. Tu décides de te remettre sur pieds. La terre est bien mieux. C'est au moment où tes pieds rentrent en contact le sable, que tu vois l'ampleur de la situation … tu décides malgré tout de mettre cela de côté. Ce n'est rien que tu répètes. « Et pour ta gouverne, j’ai pas dit mon dernier m … atchooum ! » Arquant un sourcil, un sourire qui se dessine sur ton visage. « On s’y r’met ? » L'examinant légèrement. Gardant ton sourire. Sentant le froid en toi. « On s'remet en route vers chez moi. Allez on va prendre une douche bien chaude ! » Le chaud t'appelle ! «T'auras qu'à commander c'que tu veux et je choisis le film ! » Les mots sortent tout seul ! À tes yeux le 'on' faisait référence à vous, mais séparément … Tellement de te douter de ses réels envies et tu ne vois même pas son regard. C'est presque bras dessus, bras dessous que vous repartez en direction de ton appartement. Secouant le sable et l'eau qui se trouve dans tes cheveux. La route se passe aussi rapidement qu'à aller. Une fois chez toi, tu l'emmènes en direction de la salle de bain. Tu balances tes clefs sur un meuble. « Pas besoin que je t'indique le fonctionnement. Prends n'importe laquelle. » Désignant les serviettes. Tu refermes la porte et pas en direction de ta chambre. Balançant ton tee-shirt et ton jogging trempés dans un coin. C'est en voyant tes fringues que tu captes … tu attrapes deux trois trucs au hasard. Sans réfléchir tu entres de nouveau dans la salle de bain . « Tiens j'pense qu'il t'iront .. » C'est à ce moment là que tu lèves les yeux en direction de Reid .. « Euh .. pardon .. je vais … » C'est que tu aurais presque le rouge aux joues, les habits t'en tombent des mains. Tu sors aussitôt de la salle de bain … Ne comprenant pas ta 'gêne', t'es le premier à 't'exhiber' enfin en boxer … Qui est d'ailleurs ta tenue actuelle … Tu décides de repartir vers les films ! Zappant ce qui vient de se passer …

_________________
~ I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

plus mordu qu'le hérisson spontex
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : j'ai soufflé ma vingt-septième bougie et j'le vis bien.
○ statut : j'suis célibataire, mais j'crois bien que j'me considère plus sur le marché depuis quelques semaines.
○ métier : je travaille dans un foyer d'accueil en tant qu'éducateur spécialisé. je suis également bénévole au service pédiatrique de l'hôpital.
○ quartier : j'habite à north bay dans la maison de mon grand-père, en colocation avec des amis d'enfance.
○ orientation sexuelle : je n'vois pas vrament pourquoi j'devrais faire un choix ... pourquoi est-ce que ça peut pas juste être la personne qui compte et pas son sexe?
○ posts : 282 ○ points : 0
○ pseudo : monsieur tortue.
○ avatar : dylan o'brien.
○ inscrit le : 21/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Ven 14 Juil - 12:13

hold on to me
Rade #2

« Totalement à tel point que je me retiens de te retirer ton tee-shirt ! » plaisante-t-il, un petit clin d’œil à l’appui. Ton cœur rate un battement et tu déglutis avec difficulté. Tu es littéralement sur le cul et tes yeux trahissent sans aucun doute ta surprise. Tu as beau observer ses traits, tu es incapable de savoir s’il pense ce qu’il dit ou s’il te taquine juste suite à ta réplique. Et bon sang, ce que tu aimerais le savoir. Tu te sens un brin perdu. Depuis ce matin, tu as l’impression qu’il ne rate pas une seule occasion de te provoquer - gentiment certes, mais ça reste de la provocation. Pourtant, tu vois bien à la façon dont il se comporte, à la façon dont il te regarde, que rien de tout cela n’est intentionnel. Ou pas consciemment en tout cas. Ça t’arrache un léger sourire. S’il savait l’effet qu’il te fait. S’il savait ce que t’aimerais lui faire là maintenant tout de suite … Cade se relève et tu reprends rapidement tes esprits pour l’imiter en acceptant la main qu’il te tend. Tu as beau être congelé et grelotter comme si tu étais au pôle nord, tu es prêt à repartir. Cependant, Cade n’a pas l’air de cet avis. Il te regarde amusé à la fois par ta dégaine et ton entrain malgré tes quelques éternuements. « On s'remet en route vers chez moi. Allez, on va prendre une douche bien chaude ! » te répond-t-il finalement. Tu ouvres de grands yeux outrés, près à répliquer, seulement il ne t’en laisse pas le temps : « t'auras qu'à commander c'que tu veux et je choisis le film ! » Un ‘mais’ te chatouille le bout de la langue, cependant tu le gardes pour toi. Tu comprends bien qu’il n’y a pas matière à discuter. Comme quoi, vous savez tous les deux vous montrer convainquant. Tu hausses les épaules en soupirant, un air déçu arborant ton visage. Tu étais motivé à le sortir pourtant, et même si techniquement tu as réussi, tu ne te sens pas vraiment satisfait. Ce n’était pas ce que tu avais prévu.

Cade passe un bras autour de tes épaules et t’embarque avec lui en direction de son immeuble. Tu te laisses faire sans broncher. Tu te sens lourd. Tes vêtements trempés te collent à la peau et au moindre coup de vent, tu peux sentir ton corps se tendre et frissonner. C’est que tu n’as vraiment pas l’air malin comme ça ! Tu soupires en trainant les pieds. Ce n’est décidemment pas ce que tu avais en tête en t’invitant chez lui ce matin. Rapidement, vous regagnez son appartement. Tu le regardes jeter ses clés sur le meuble d’entrée tout en te trainant jusqu’à la salle de bain. « Pas besoin que je t'indique le fonctionnement. Prends n'importe laquelle. » Tu acquiesces d’un hochement de tête. « Okay, merci. » Tu te sens mou tout d’un coup. Il faut croire qu’il n’y a rien de plus efficace que de finir la tête dans le sable pour te refroidir. Il ferme la porte derrière toi et tu commences à ôter tes vêtements. Tu galères un peu, mais tu t’en sors. Tu grimaces en voyant le tas de sable qui s’échappe de tes fringues et de tes cheveux. Tu es fou partout, ça t’énerve. Tu retires finalement ton caleçon et t’apprêtes à entrer dans la douche quand la porte s’ouvre à nouveau. Tu arques un sourcil, surpris par cette soudaine irruption, mais tu ne cherches absolument pas à te cacher. Tu n’y penses même pas à vrai dire. « Tiens j'pense qu'ils t'iront … » Ton regard se pose sur les fringues qu’il tient en main, puis sur Cade, de nouveau en caleçon et apparemment troublé devant ta nudité. Un sourire apparait au coin de tes lèvres alors que tu vois ses yeux remonter de tes pieds à ta tête. « Euh ... pardon ... je vais … » bredouille-t-il. Il est tellement gêné qu’il en laisse tomber les vêtements propres sur le carrelage de la salle de bain. Pour le coup, ça t’amuse. Il repart rapidement comme il est venu et tu te mets à rire en entrant dans la douche.

Tu en ressors une dizaine de minutes plus tard, propre et surtout débarrassé de tous tes grains de sable. Tu attrapes une serviette au hasard et t’enroules dedans pour t’essuyer. Tu jettes par la même occasion un coup d’œil aux vêtements que Cade t’a apporté un peu plus tôt. Un caleçon, un jean et un tee-shirt. Tout ce qu’il y a de plus simple. Tu enfiles rapidement le tout avant de secouer tes cheveux et de ramasser tes affaires. Sur une étagère près de la poubelle, tu trouves des sacs poubelle. Tu en prends un et y fourres tes vêtements trempés, puis tu sors de la salle de bain, ton sac dans une main et tes baskets dans l’autre. « J’ai foutu du sable partout, » soupires-tu avec un ton désolé. Tu décides de ne pas relever l’incident précédent. Pas pour le moment en tout cas. Tu déposes le tout dans l’entrée afin de ne rien oublier en rentrant chez toi plus tard, puis tu retournes dans le salon pour t’affaler sur le canapé. Tes joues sont rosées et tes yeux légèrement vitreux, mais tu te sens déjà beaucoup mieux. Malheureusement, ça ne sera surement pas suffisant pour t’éviter un gros rhume dans les jours à venir. « Au fait, j’ai pas eu l’temps d’te remercier pour les fringues propres … » lui lances-tu finalement. Tu ne pensais pas faire référence à son irruption dans la salle de bain tout de suite, mais c’est plus fort que toi. Tu lui adresses un sourire amusé. « Et dire qu’tu parlais d’me retirer mon tee-shirt tout à l’heure … T’as que d’la gueule en fait. » Tu lui tires la langue en affichant un air satisfait. La douche t’a fait un bien fou. Tu en as retrouvé ta bonne humeur et ta répartie habituelle.

_________________
    ~ i'm running for your heart, i'm running for your heart, 'till i am a soul on fire. (...) bring me back in this darkness, lead me through until all i see is you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Bob, The Lost Sponge
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : Un compteur qui affiche 30, mais un mentale qui en dit 20.
○ statut : Ravagé par la destruction de sa conscience et de son âme, en attente d'une salvation.
○ métier : Une mise à pieds qui fait mal dans une passion qui l'animait.
○ quartier : Une errance dans un appartement bien vide à West Bay.
○ orientation sexuelle : Parce que dans la vie on est jamais sûr de rien, qu'on pense savoir alors que non ...
○ posts : 679 ○ points : 670
○ pseudo : You know me (TAZ)
○ avatar : Luke Mitchell
○ DC : le gigolo d'Icare (Newton), la moitié de Gus (Rhéa) & l'ovni de Brooke (Max)
○ inscrit le : 18/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Ven 14 Juil - 16:43

hold on to me
Rade #2

Une chaleur s'est installée dans ton corps. Ne comprenant pas d'où elle vient et surtout le rouge qui est monté d'un coup. Et cette gêne. Gêne qui n'a jamais vraiment fait partie de ton vocabulaire. Tu n'es pas pudique pour deux sous et encore quelqu'un qui se gêne rapidement, mais là … Là tu ne comprends pas. Des hommes nus tu en as vu, à commencer par tes frères, mais ça n'a jamais été ainsi. C'est différent. Là tu as quelqu'un chez toi, quelqu'un qu'hier encore tu ne connaissais pas … tu préfères mettre de côté cette pensée qui te perturbe un brin. Te concentrer sur autre chose. Te versant une tasse de café, que tu déposes ensuite dans le micro onde. Oui, tu tentes de penser à autre chose. Un capharnaüm règne à présent dans ta tête, ne sachant plus exactement où donner de la tête. D'un côté tu as lui et cette situation et d'un autre … Secouant la tête. Tu t'es presque interdit d'y songer. Pas aujourd'hui, pas en présence de Reid surtout. Soufflant, la sonnerie te ramène à la réalité. Attrapant ta tasse, la chaleur provoque une grimace sur ton visage. Tu te diriges vers ta bibliothèque, à la recherche d'un film. Malgré tout son image est imprégnée dans ta tête. Tu ne comprends pas ta réaction. Ce n'est rien… ou presque rien. Tu ne vois pas tout ce qui se passe. Tu ne vois pas qu'il a réussi à te faire sortir de chez toi. L'espace de quelques minutes tu as vécu comme si tout allait bien. Le vent dans tes cheveux, la brise matinale. L'air frais, un sentiment de déjà vu, qui fait du bien. Tu avais presque oublié tout cela, jusqu'à lui. Lui qui t'a forcé à sortir de ta grotte. Lui qui t'a défié pour aller courir. Lui qui hier encore n'existait pas. Lui qui était qu'un songe. Une personne rencontrée à l'hôpital. Une personne que tu ne pensais pas recontacter. Pourtant tu l'as fait ou presque. Tu te revois avec son prénom et son numéro sur le bras, le soir de votre rencontre. Tournant encore et encore dans ton lit. À la recherche du sommeil. Tu le cherchais mais l'évitait à la fois. Puis ta main qui a atterri sur ton visage. Main qui t'a mené à ton bras. Bras qui t'a renvoyé à lui. Tu as longuement hésité puis finalement tu as craqué. Lui donnant l'opportunité d'entrée un peu plus dans ta vie. Ce soir là, tu ne savais pas ce que tout cela impliquait. Tu ne savais rien comme aujourd'hui. Tu ne réalisais pas le chemin que tu étais en train de parcourir vers ta 'rédemption'. Non, tu ne songeais à rien. Juste que tu lui as écrit sur un coup de tête. Comme tout à l'heure, le Cade qui revit. Le Cade qui agit par impulsion et bon sang que cela te fait du bien. Un sourire est apparu sur ton visage en repensant à tout ça… Une fois de plus le son de sa voix te ramène à la réalité. « J’ai foutu du sable partout, » Tasse en main, regard bloquer vers les dvds. Ces derniers que tu as à peine regarder. Tu as laissé ton esprit vagabonder vers la boîte de Pandore. Cette fois, il ne t'a pas déçu, tu n'as pas ressenti de douleur en y songeant. Un bon début. Tournant la tête pour le suivre du regard. Inconnu qui se sent presque comme chez lui ou qui se sent chez lui. Ce qui t'amuses. Tu bois une gorgée et regardes à nouveau les films qui s'offrent à toi. Choisir un bon film, un truc qui ne vous fera pas dormir. Il est vrai que tu aurais pu le renvoyer chez lui, mais tu n'en avais pas envie. Et ça non plus tu ne sauras pas dire pourquoi. « Au fait, j’ai pas eu l’temps d’te remercier pour les fringues propres … » Main en l'air, tu regardes dans sa direction. Tu ne t'attendais pas à ce qu'il parle de 'ce moment' … Tu ne sais pas quoi dire. C'est bien la première fois que tu te retrouves dans cette situation. Pris par la gêne et ne sachant quoi dire. « Et dire qu’tu parlais d’me retirer mon tee-shirt tout à l’heure … T’as que d’la gueule en fait. » Il t'en faut pas plus pour lever les yeux au ciel. Gardant ta tasse en main. Ton regard passe du film au téléphone. Tu attrapes ce dernier et t'approches de Reid. Te baissant légèrement, assez pour être prêt de son visage. « Qui t'a dit que j'en avais fini avec toi. » Plantant ton regard dans le sien. Tu approches ta main vers ton tee-shirt, qui lui va plutôt bien. Vous restez un instant comme ça.. si proche, dans tous les sens du terme. C'est bien la première fois que tu te sens aussi proche d'une personne que tu viens à peine de rencontrer … C'est là que ça te frappe. Ta bouche s'étire, laissant place à un sourire. « En attendant j'te laisse commander à manger. » te relevant légèrement et balançant le téléphone sur son torse. Tu souris. « Puis me remercie pas, j'avais pas envie que tu attrapes un rhume par ma faute. » prenant une nouvelle gorgée. Tu déposes la tasse sur la table. Tu te diriges vers la salle de bain. Te stoppant dans l’embrasure. « Ceci dit il te reste des progrès à faire ... » petit sourire taquin, tu pénètres dans la salle de bain. Oui tu lui indiques tu as regardé son corps. Oui tu te moques de lui et de ton torse … Il n'est pas dégueulasse, mais il n'est pas aussi sportif que toi. Secouant ta tête. C'est bien la première fois que tu regardes un homme de cette manière… Une fois de plus, tu te dis que ce n'est rien, comme à l'époque du vestiaire. Juste des comparaisons masculines … rien que ça … Et si seulement tu pouvais voir comme tu te trompes. Soufflant tu laisses l'eau couler sur toi. Les minutes se passent et tu t'oublies. L'eau te fait du bien. Tes muscles toujours contractés par l'effort qu'ils ont fourni se détendent doucement … Tu finis par couper l'eau. Attrapant une serviette … réalisant que tu as oublié de te prendre des fringues secs. Enroulant cette dernière autour de toi. Sortant ainsi de la salle de bain, tu pars récupérer ta tasse fumante. « Alors t'as décidé c'que tu voulais manger ? » que tu lui dis en plantant à nouveau ton regard dans le sien.

_________________
~ I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

plus mordu qu'le hérisson spontex
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : j'ai soufflé ma vingt-septième bougie et j'le vis bien.
○ statut : j'suis célibataire, mais j'crois bien que j'me considère plus sur le marché depuis quelques semaines.
○ métier : je travaille dans un foyer d'accueil en tant qu'éducateur spécialisé. je suis également bénévole au service pédiatrique de l'hôpital.
○ quartier : j'habite à north bay dans la maison de mon grand-père, en colocation avec des amis d'enfance.
○ orientation sexuelle : je n'vois pas vrament pourquoi j'devrais faire un choix ... pourquoi est-ce que ça peut pas juste être la personne qui compte et pas son sexe?
○ posts : 282 ○ points : 0
○ pseudo : monsieur tortue.
○ avatar : dylan o'brien.
○ inscrit le : 21/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Sam 15 Juil - 12:06

hold on to me
Rade #2

Avachi sur le canapé, tu le regardes s’affairer près de l’étagère à DVDs. Il n’a pas l’air d’avoir arrêté son choix sur l’un d’entre eux. Tu te surprends à te demander ce qu’il aime comme films. Tu n’es pas vraiment un mordu du septième art. Tu regardes d’ailleurs très peu la télé et tu ne vas quasiment jamais au cinéma. Ce n’est pas que tu n’aimes pas ça, mais tu n’as pas le temps. Ou plutôt, tu ne prends pas le temps. Tu préfères de loin t’occuper de tes ados au foyer et des gamins de l’hôpital. Piqué par tes paroles, Cade tourne la tête et pose son regard sur toi. Tu lui adresses un sourire mutin alors qu’il réagit à ta provocation en levant les yeux au ciel. Cette situation t’amuse tout particulièrement. Il attrape son téléphone et s’approche du canapé. Il se penche au-dessus de toi. Il est près. Trop près. Sans même t’en rendre compte, tu retiens ta respiration. « Qui t'a dit que j'en avais fini avec toi, » te dit-il en plongeant son regard dans le tien. Tu es incapable de le quitter des yeux. Tu as l’impression d’être totalement hypnotisé. Sa main se rapproche du bas de ton tee-shirt, tu peux la sentir le frôler de ses longs doigts. Tu te mords discrètement la lèvre inférieure. Oh bon sang. « En attendant j'te laisse commander à manger. » Il brise ce silence qui aurait pu t’être fatal et t’adresse un sourire. Pendant l’espace d’une seconde, tu aurais juré qu’il savait exactement ce qu’il faisait, qu’il avait totalement conscience de l’impact que ses actes avaient sur toi. Seulement, il retrouve rapidement son air innocent de celui qui a tout sous le nez mais qui ne voit strictement rien. À cet instant précis, tu aurais bien envie de lui acheter des lunettes. Son téléphone atterrit sur ta poitrine et tombe sur tes jambes. Ce contact te surprend et tu tressautes légèrement. Il se redresse et tu relâches l’air que tu avais retenu prisonnier dans tes poumons. « Puis me remercie pas, j'avais pas envie que tu attrapes un rhume par ma faute, » te dit-il dans un sourire. Il s’inquiète pour toi, ça te fait sourire.

Il te laisse avec le téléphone et se dirige vers la salle de bain. Tu bascules la tête en arrière pour reprendre une respiration plus normale et calmer ton corps par la même occasion. C’est dans des situations comme celles-ci que ta fatigue se fait le plus ressentir. Ou alors, peut-être que c’est juste lui qui te fait perdre aussi facilement tes moyens. « Ceci dit il te reste des progrès à faire ... » Sa voix te sort de tes pensées et tu redresses légèrement la tête pour l’apercevoir dans l’embrasure de la porte de la salle de bain. Tu fronces le nez à sa remarque, mais ne relèves pas. Tu as bien conscience que ton torse n’a rien à voir avec le sien. D’un autre côté, tu n’es pas un grand sportif. Tu as des jambes en béton mais c’est vrai que tes pectoraux et tes abdos n’ont rien de bien exceptionnels. Cela dit tu en as et c’est déjà ça de gagné. Il disparait derrière la porte et tu peux entendre l’eau de la douche qui commence à couler. Tu inspires profondément et attrapes le téléphone. Tu composes de mémoire le numéro de Cho, l’asiatique près de chez toi, et passes commande. Tu ne sais pas ce que Cade aime manger alors tu prends un peu de tout. Vous aurez sûrement de quoi nourrir tun régiment, mais ce n’est pas bien grave, ça vous fera des restes. Tu fais bien attention de préciser à Cho que tu n’es pas à l’adresse habituelle et lui demandes de mettre la note sur ton ardoise, tu passeras la payer en fin de semaine. Une fois que c’est fait, tu déposes le portable sur la table basse et te réinstalle confortablement sur le canapé.

Tu n’étais pas loin de t’endormir quand Cade réapparait dans la pièce, seulement vêtu d’une serviette de bain. Tes yeux s’attardent sur cette dernière. Il doit le faire exprès, c’est pas possible… penses-tu en soupirant légèrement. S’il reste comme ça, tu vas finir soit par craquer, soit par lui faire une attaque. Il s’approche de la table basse et récupère sa tasse de café toujours un peu fumante. Son regard plonge une nouvelle fois dans le tien. « Alors t'as décidé c'que tu voulais manger ? » te demande-t-il. Tu bugs totalement sur lui, laissant ton regard glisser de ses yeux au reste de son corps. Tu sais que ce ne sont pas des manières, mais d’un autre côté, c’est lui qui s’exhibe de la sorte. « Toi … » finis-tu par laisser échapper entre tes lèvres. Réalisant ce que tu viens de dire, tu secoues brièvement la tête. « Hm … j’ai commandé chez Cho, j’sais pas si tu connais ? J’ai pris d’tout, » te rattrapes-tu en espérant qu’il ne relèvera pas ta petite bévue. « Ça d’vrait plus trop tarder maintenant, » ajoutes-tu ensuite. Tu essayes de détourner le regard, de te concentrer sur autre chose. Tes yeux se posent finalement sur l’étagère près de laquelle tu l’as trouvé en sortant de la douche. « Tu nous as trouvé un film ? » demandes-tu davantage pour combler le silence que par intérêt pour la réponse. Toi qui avais finalement réussi à calmer tes ardeurs, le voilà qu’il débarque en serviette. Il ne t’aide pas. Oh ça, non. C’est même tout le contraire.

_________________
    ~ i'm running for your heart, i'm running for your heart, 'till i am a soul on fire. (...) bring me back in this darkness, lead me through until all i see is you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Bob, The Lost Sponge
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : Un compteur qui affiche 30, mais un mentale qui en dit 20.
○ statut : Ravagé par la destruction de sa conscience et de son âme, en attente d'une salvation.
○ métier : Une mise à pieds qui fait mal dans une passion qui l'animait.
○ quartier : Une errance dans un appartement bien vide à West Bay.
○ orientation sexuelle : Parce que dans la vie on est jamais sûr de rien, qu'on pense savoir alors que non ...
○ posts : 679 ○ points : 670
○ pseudo : You know me (TAZ)
○ avatar : Luke Mitchell
○ DC : le gigolo d'Icare (Newton), la moitié de Gus (Rhéa) & l'ovni de Brooke (Max)
○ inscrit le : 18/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Sam 15 Juil - 23:44

hold on to me
Rade #2

Noir complet. Ces gouttes qui ruissellent sur ta peau. La chaleur qui s'en émane. Tes mains sur tes tempes, le front contre le mur. Tu t'oublies. Tu te laisses aller, complètement. Ta tête juste en dessous de la pompe. L'eau qui dégouline partout sur ta peau. Le bruit des jets d'eau te fait oublier le moindre petit bruit. Le moindre écho qui pourrait subvenir de l'extérieur. Tu te laisses partir. Un ailleurs, bien trop loin en temps normal. Juste le noir. Tu ne penses à rien. Tu ne vois rien. Tu savoures ce moment. L'eau qui perle de partout ta peau. Mains qui se détendent. Peau qui sent revivre. Douce chaleur que cette douche te procure. L'espace d'un instant tu as l'impression que le poids que tu portes sur tes épaules au quotidien s'évapore. Il s'oublie au contact de l'eau. Oui tu es bien. Tu ne t'es pas senti ainsi depuis longtemps. Restant un moment ainsi. Tête contre le froid. Chaleur de l'eau contre ta peau. Tu savoures cette douche. Elle te fait du bien, dans tous les sens du terme. L'impression de revivre. Ce n'est qu'une douche. Ce n'est pas la première que tu prends et encore moins la dernière. Pourtant là, tu ne saurais pas dire pourquoi, mais tu te sens bien. Un sourire qui se plaque sur ton visage. Sourire qui vient de lui. Sourire qu'il t'a donné. Sourire que tu ne sens pas. Idée que tu ne vois pas. Aveugle face aux événements qui se passent actuellement dans ta vie. Finissant par couper l'eau, attrapant une serviette. Tu sors d'ici. La buée va s'évaporer et le miroir va retrouver sa peau d'antan. Ton ventre qui crie famine, mais tu lui donnes juste de la chaleur. Du café, noir de préférence, celui que tu aimes tant. Ta boisson et repas du moment. Reposant ton regard sur lui. Vêtu d'une simple serviette, mais ça non plus tu ne vois pas. Tu ne vois pas l'effet que tu peux faire naître chez lui. Pour toi, c'est 'normal', il n'y a pas de la provocation dans ton geste. Ou alors tu ne t'en rends pas compte. Bien sûr que tu es à l'aise avec ton corps. Pas de complexe, pas de tabous, peut-être pas au point de t’exhiber de la sorte, mais tu n'y songes pas. Tu es chez toi après tout. Plantant ton regard dans le sien, buvant ton nectar. « Toi … » Tes yeux qui s'agrandissent. « Hm … j’ai commandé chez Cho, j’sais pas si tu connais ? J’ai pris d’tout, » tu ne bouges toujours pas. « Ça d’vrait plus trop tarder maintenant, » Restant impassible face à lui, ses mots. Ne captant pas que son regard se détourne de toi. « Tu nous as trouvé un film ? » Le temps s'est arrêté, tu es resté sur le petit 'toi'. Impassible que tu es. Tu finis néanmoins à revenir à toi. « AAAAAAH ! Bordel ! » grâce à la tasse qui t'a échappé des mains. Rencontrant ton pieds, la chaleur et la tasse t'ont bien ramené sur la terre ferme. Tu sautes sur place d'un coup. Spectacle qui pourrait être drôle à voir si … tu portais des vêtements. La serviette qui glisse doucement, laissant presque apparaître junior .. Presque car tu la rattrapes d'un coup. « Bordel ! » T'avais pas prévu ça. Tu t'écroules sur le canapé. Massant ton pieds. Le regardant un instant, il n'a rien. Tu n'es pas sensible, mais presque. Surtout que là, tu t'y attendais pas. On s'y attend jamais, généralement. Reposant ton pieds, tu poses ta tête sur ton canapé. « C'est pas passé loin » qu'tu sors machinalement ! Reposant ton regard sur Reid. « On disait quoi ? Ah oui, ouais ça m'dérange pas et j'pensais à vieux James Bond ! Ou alors Austin Power mais j'suis pas d'humeur année 80. » La douleur s'apaise doucement. Tes cheveux qui gouttent encore. Tu souffles un instant. Oui tu as eu peur tout de même. Pourtant ce n'est pas la première fois que tu as presque failli te brûler. Tu t'aides de tes coudes pour te relever. À la base, tu venais faire quoi ? Tu ne sais plus, mais en sentant tes fesses sur le canapé … tu réalises soudain que tu as juste la serviette sur toi. Te relevant machinalement, tu te diriges vers ta chambre. N'ayant pas pris soin de regarder vers Reid, ne pouvant pas voir la tête qu'il a fait. Ou de l'ampleur que tu as fait en lui. Passant un boxer et un jean. Tu reviens vers le salon, tee-shirt sur la tête. « Alors ? » que tu dis en plongeant à nouveau ton regard vers lui. Reid a quitté le canapé et ça tu t'y attendais pas.

_________________
~ I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

plus mordu qu'le hérisson spontex
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : j'ai soufflé ma vingt-septième bougie et j'le vis bien.
○ statut : j'suis célibataire, mais j'crois bien que j'me considère plus sur le marché depuis quelques semaines.
○ métier : je travaille dans un foyer d'accueil en tant qu'éducateur spécialisé. je suis également bénévole au service pédiatrique de l'hôpital.
○ quartier : j'habite à north bay dans la maison de mon grand-père, en colocation avec des amis d'enfance.
○ orientation sexuelle : je n'vois pas vrament pourquoi j'devrais faire un choix ... pourquoi est-ce que ça peut pas juste être la personne qui compte et pas son sexe?
○ posts : 282 ○ points : 0
○ pseudo : monsieur tortue.
○ avatar : dylan o'brien.
○ inscrit le : 21/06/2017
MessageSujet: Re: hold on to me (rade ♡)   Lun 17 Juil - 11:20

hold on to me
Rade #2

Tu peux voir à ses yeux immenses que ta bévue n’est pas passée inaperçue. Tu aurais préféré que ça soit le cas. Ce n’est pas comme ça que tu avais prévu de lui faire comprendre ce que tu veux ou tout simplement l’effet qu’il te fait. Seulement, entre ta fatigue et son corps trop peu vêtu, tu déconnes complètement. Les rouages se coincent, les aiguillent ne tournent plus correctement et les ressors se tirent. En d’autres termes, tu ne sais plus trop bien ce que tu fabriques. Note pour toi-même : peut-être que faire une nuit blanche en campant devant chez quelqu’un pour être sûr qu’il ne se sauve pas d’ici le matin n’est pas forcément un bon plan. Tu soupires. Si Evie l’apprend, tu vas passer un sale quart d’heure. Tu la vois déjà te rabâcher les oreilles que suivre les gens et les surveiller est quelque chose qui ne se fait pas. Ouais, ‘fin c’est une question de point de vue … ou pas. Mais si tu déconnes, Cade n’a pas l’air dans un meilleur état. Lui, il bug. Il reste planté là, sans bouger d’un pouce, sans prononcer le moindre mot. Il te regarde toujours avec de grands yeux et la bouche légèrement entrouverte. On dirait presque qu’il a vu la vierge. Tu le regardes perplexe pendant une bonne minute. Ce silence te gêne, cependant tu attends de voir la tournure que vont prendre les événements. Est-ce qu’il va tilter et te virer ? Tu n’espères pas. Oh ça non, vraiment pas. Soudainement, sa tasse s’échappe de ses mains et vient s’écraser sur son pied. « AAAAAAH ! Bordel ! » s’écrie-t-il en sursautant lorsque le café chaud entre en contact avec sa peau. Tout s’enchaine sous tes yeux. Sa serviette manque de glisser et, sans même t’en rendre compte, tu détournes le regard. Ça peut paraitre con après tout ce que tu as fait jusqu’à présent, mais tu ne veux pas envahir totalement son intimité. Il jure à nouveau avant de finalement s’écrouler à côté de toi sur le canapé. Tes yeux sont rivés sur la flaque noire qui jonche le sol. Tu te forces à ne pas le regarder. Tu as bien trop peur de voir ce que ton corps serait capable de faire sans ton aval. Déjà que ta bouche s’ouvre sans ton consentement, il manquerait plus que tes mains décident de partir en expédition sans l’accord du roi. Oui, dans ce scénario, le roi, c’est toi. Tu le sens s’agiter à côté de toi, mais tu n’as aucune idée de ce qu’il fabrique. Tu n’y prêtes pas attention, tentant de te détendre. « C'est pas passé loin, » laisse-t-il échapper. Tu lèves les yeux au ciel, un sourire au coin des lèvres. « C’est ça d’vouloir exhiber ses muscles. On en perd sa serviette, » réponds-tu en tournant la tête pour poser tes yeux sur lui. Tu respires calmement, restant au contrôle de tes dires, de tes gestes. Tout va bien. Tu restes concentré sur son visage, t’interdisant de vagabonder sur le reste de sa peau nue. « Quoiqu’on aurait été quitte comme ça, » ajoutes-tu en rigolant doucement. Ses yeux se reposent sur toi et ton regard plonge dans le sien. Tu as l’impression que tu pourrais t’y noyer. « On disait quoi ? » Ton cœur fait un bond dans ta poitrine. Tu plisses le nez. Tu crains le pire. « Ah oui, ouais ça m'dérange pas et j'pensais à un vieux James Bond ! Ou alors Austin Power mais j'suis pas d'humeur années 80. » Soulagé, tu expires bruyamment. Tu l’as échappé belle. Non, sérieusement, tu as vraiment eu peur pour le coup. Tu ne sais pas comment tu l’aurais vécu s’il t’avait demandé de partir. Tu l’aurais compris. Totalement. Après tout ce que tu t’es déjà permis, c’est un miracle qu’il ne l’ait pas encore fait. Il faut croire que celui-là, tu l’as bien choisi. Tu considères tes options. Tu es totalement largué. Tu connais James Bond - qui ne connait pas James Bond ? - mais tu n’en es pas fan. Pour tout dire, tu n’en as probablement jamais regardé un dans son intégralité. Quant à Austin Power … Tu ne saurais même pas dire s’il s’agit du réalisateur ou du nom du film. Ton cerveau tourne à mille à l’heure. Tu aimerais lui répondre quelque chose d’intelligent, mais rien ne te vient. La tête penchée en arrière, les yeux fermés, tu n’as pas remarqué que Cade s’est levé pour se changer. Quand tu rouvres les yeux, il est à peu près vêtu, prêt à passer son tee-shirt. « Alors ? » insiste-t-il. Tu hausses les épaules. « Peu importe. Choisis celui qu’tu veux. » Adieu réponse intelligente. La sonnette retentit dans l’appartement. Devinant qu’il s’agit très probablement de la nourriture que tu as commandé, tu te lèves et te diriges vers la porte pour ouvrir. Tu jettes un regard à Cade qui ne semble pas objecter à ce que tu prennes les choses en main. Tu avais vu juste. Le petit fils de Cho, son casque de mobylette sous le bras, te tend plusieurs sacs en carton. Tu t’en saisis et le remercies en lui adressant un sourire. Tu refermes ensuite la porte et retournes vers la table basse du salon pour y déposer votre butin. « J’espère que t’as faim ! » lui lances-tu, heureux de te retrouver en présence de tant de nourriture. Tu recules d’un pas et manques de mettre le pied dans la flaque de café reversée plus tôt. Tu fais la navette entre Cade, la nourriture et la flaque, puis tu hausses les épaules et te diriges vers l’évier de la cuisine. « Tu nous installes ? J’vais nettoyer ça, » lui dis-tu finalement. Tu attrapes l’éponge et te mets en mouvement. Tu as bien conscience que tu n’es pas là pour faire le ménage et qu’en plus, tu n’es pas responsable de cette catastrophe - pour une fois ! - seulement, c’est plus fort que toi. Mais attention, qu’on se le dise, tes raisons sont purement égoïstes. Tu te connais. Si tu ne fais rien, tu vas l’oublier et d’ici une heure, tu marcheras dedans, glisseras et finiras le cul par terre… Et tu as eu ton compte de chutes pour aujourd’hui. Une fois nettoyé, tu rinces l’éponge, laves tes mains et retournes t’affaler dans le canapé. Cade a mis un DVD et a commencé à sortir la bouffe sur la table. « Ce s’ra quoi alors ? » lui demandes-tu en montrant la télé d’un signe de tête. Tu es curieux de voir ce qu’il a choisi même si tu sais très bien que peu importe sa réponse, ça te fera le même effet. Tu n’y connais vraiment rien. Tu te munies de baguettes et attrapes une petite boîte sur la table. « Bon appétit ! » lui lances-tu gaiement en lui montrant toutes tes dents.

_________________
    ~ i'm running for your heart, i'm running for your heart, 'till i am a soul on fire. (...) bring me back in this darkness, lead me through until all i see is you.
Revenir en haut Aller en bas
 

hold on to me (rade ♡)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» Amore Vita - Conad ----- Objectivement Hold'up tente de manager cette équipe
» L'écureuil par Hold'up - Pas d'allemand pour Milram, Pas de Russe pour Katusha
» Cap-Haitien : Des gardes cotes américains fouillent les bateaux mouillés dans le
» Y a des hauts, y a des bas... moi je suis souvent en bas [Aedis]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: around you :: le passé-