AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Locked Away |Edyan#4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

womanizer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 années depuis le 20 février 1990
○ statut : Célibataire qui ne cherche pas à se caser
○ métier : Avocat en droit des affaires
○ quartier : #220 Center Bay (loft)
○ orientation sexuelle : Pleinement hétérosexuel, il aime les femmes et elles le lui rendent bien
○ posts : 328 ○ points : 0
○ pseudo : Sparka
○ avatar : Hunter Parrish
○ DC : Le sexy chanteur de R.E.D.: Isaac Waters
○ inscrit le : 01/06/2017
MessageSujet: Locked Away |Edyan#4   Sam 1 Juil - 12:11

Locked Away
Kyan ft. Eden



La nuit était en train de tomber et Kyan était toujours penché sur son bureau, travaillant d'arrache-pieds pour finir son travail avant de rentrer chez lui. A vingt et une heure passées, évidemment, le cabinet était presque vide. Il y avait bien sa secrétaire qui était toujours là mais il savait très bien que c'était plus par amour de sa personne que par zèle professionnel. Néanmoins, cela l'aidait bien de l'avoir auprès de lui. Certes, elle le déconcentrait parfois en tentant une petite blague destinée à le faire sourire mais elle travaillait très bien et l'aidait à avancer. Tous les associés n'étaient pas aussi serviables qu'elle et c'est pourquoi il avait accepté qu'elle traîne avec lui. « Je peux vous amener un café? » Kyan avait levé son nez de son ordinateur sans avoir entendu ce qu'elle disait. Quand il était concentré, tout ce qui l'entourait disparaissait. Elle répéta sa question et il s'apprêtait à refuser quand il vit Eden entrer dans les bureaux du cabinet. Elle était visiblement énervée et il sourit. «  Non, merci. Mais tu peux partir maintenant, j'insiste. » Elle savait discerner quand il était sérieux et qu'il était inutile d'argumenter. Elle prit ses affaires et au moment où elle sortait du bureau, elle croisa Eden. Les deux femmes se jaugèrent rapidement tandis que Kyan ferma la porte derrière sa secrétaire, prenant soin de laisser entrer Eden auparavant.

Plus tôt dans la journée, elle était partie et avait laissé ses clés au loft. Il les avait vues avant de quitter l'endroit et les avait prises puis avait griffonné un mot qu'il avait collé sur la porte. « T'as oublié tes clés. Je t'ai envoyé un SMS avec l'endroit où se trouve celles de secours. K.  » Il n'avait rien envoyé du tout, il n'avait toujours pas son numéro. Mais il savait que cela ferait mouche. C'était une leçon pour elle. Les mensonges finissent toujours par se retourner contre nous. Elle avait toutes ses affaires chez lui et ne pouvait donc décemment pas déserté, même si l'envie lui en prenait. Depuis la nuit assez chaude mais sans aucune fin décente qu'ils avaient passé ensemble, ils s'étaient à peine adressé la parole. Elle ralait et lui n'avait aucunement envie de lui taper la causette. Cela faisait presque une semaine que cela durait. Elle était maintenant dans son bureau, rageuse, et il retourna s'asseoir à sa chaise en cuir. « Dites-moi Mademoiselle Blackburn, que puis-je pour vous?  » Il employait son ton professionnel et surtout il la méprisait un peu de par cette manière de l'accueillir. « J'en déduis que tu n'as pas trouvé la clé de secours. Parce que tu n'es sûrement pas venue pour m'apporter à manger.  » Il aurait été plus probable qu'elle vienne lui couper un bras pour le dévorer avec hargne. La guerre avait été lancée et pourtant, entre eux, il n'y avait pas que de la haine. Il y avait toujours cette tension inégalable. Kyan regardait Eden tout en rangeant les contrats qui traînaient sur son bureau.

made by black arrow

_________________
Deep in my bones, I am Radioactive
« I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalyps. I'm waking up, I feel it in my bones, enough to make my system blow... Welcome to the new age, to the new age» by Wiise


Dernière édition par Kyan Braxton le Mer 9 Aoû - 17:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Dim 2 Juil - 17:06



Locked Away


À la fin des cours, je suis partie traîner un peu en ville. Je ne voulais pas rentrer de suite chez Kyan car nos relations étaient à nouveau tendues et je n'étais pas à l'aise dans son loft. J'envisageais même de retourner à l'hôtel. Mais les économies que je faisais grâce à mon hébergement n'étaient pas négligeables. Ma mère me versait de moins en moins d'argent. Pour remédier à cela et pour croiser moins souvent Kyan, j'avais redoublé les baby-sittings. Je ne gagnais pas grand-chose, mais c'était un début. Je ne voulais plus dépendre de personne, et c'était en bonne voie. Après être entré dans mes magasins fétiches sans grand enthousiasme et en être ressortie sans un seul achat, je me suis dit qu'il était enfin temps de rentrer et de m'enfermer dans la chambre. En arrivant au loft, j'avais eu porte de bois. J'avais oublié mes clés et visiblement, Kyan m'avait envoyé un texto pour m'indiquer où étaient celles de secours. Coincée, piégée. Il y a à peine quelques jours, j'aurais pensé qu'il n'y avait rien de prémédité dans ce geste. Mais l'autre soir, j'avais aperçu à quel point Kyan pouvait bien cacher son jeu. Et surtout, à quel point il aimait jouer. Il avait dû se rendre compte que mon numéro était un faux et comme l'autre soir, il avait eu envie de jouer.

Sur le chemin de son bureau, je ne pouvais pas m'empêcher de me souvenir la façon dont il m'avait traité. Sa voix glaciale me demandant de sortir de sa chambre, la distance qu'il avait directement remise entre nous, le sommeil qui n'avait pas voulu m'emporter,... Je m'étais sentie humiliée comme jamais et depuis, je ne lui adressais presque plus la parole. On était revenu à zéro. Je n'avais plus envie de faire des efforts avec lui. Je m'étais laissé aller ce soir-là, j'avais dépassé les limites de ce que je souhaitais et on ne m'y reprendrai plus. Il avait obtenu victoire, il avait mené la danse dès le départ et je m'étais laissé faire comme une débutante. Mais ça, c'était fini.

J'étais rentré dans son bureau en croisant une femme, sa secrétaire apparemment. Elle était plutôt jolie, peut-être même trop à mon goût. Je m'étais fait la réflexion que Kyan et elle avaient sans doute déjà testé l'éternel cliché du sexe au bureau mais j'avais immédiatement chassé cette idée de ma tête. J'étais déjà assez énervée contre lui. Kyan s'était assis en me demandant ce qu'il pouvait faire pour moi avec un air méprisant. Ok, je vais me le faire ce petit con arrogant. En effet, je n'étais pas venue lui apporter à manger (une erreur que je ne ferais plus). «Non je n'ai pas trouvé les clés de secours, mais ça, tu le savais. À quoi tu joues, bordel?» La colère qui m'habitait depuis quelques jours menaçait d'exploser. Mais j'essayais de prendre sur moi afin de la contenir encore un peu. «Ok, j'avoue. Je ne t'ai pas donné le bon numéro. Mais pour ma défense, à ce moment-là, tu n'étais encore qu'un inconnu. Et je ne m'excuserais pas d'être prudente avec les gens que je ne connais pas.» Je ne savais pas quoi ajouter d'autre car c'était la pure vérité. Une demi-pure vérité, mais vérité quand même. «Et maintenant, si tu as fini de te foutre de ma gueule, pourrais-je avoir les clés?» Calme-toi Eden, reste zen. «S'il te plaît?» Ce mot m'avait vraiment écorché la gorge, j'avais cru vomir en le prononçant mais je préférais ça plutôt que de rester encore une minute de plus avec Kyan. Je n'avais plus qu'une dernière chose à régler avant de partir. En posant un billet de 20 sur son bureau, je lui avais dit «Ma participation pour les courses de la semaine. Je voulais te les donner ce soir, mais je suis de sortie.» Il ne m'avait jamais rien demandé, mais j'étais hors de moi et je voulais ne rien lui devoir en plus de son hébergement. Hébergement qui prendrait peut-être fin très bientôt.

- Eden & Kyan -
© night sky.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

womanizer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 années depuis le 20 février 1990
○ statut : Célibataire qui ne cherche pas à se caser
○ métier : Avocat en droit des affaires
○ quartier : #220 Center Bay (loft)
○ orientation sexuelle : Pleinement hétérosexuel, il aime les femmes et elles le lui rendent bien
○ posts : 328 ○ points : 0
○ pseudo : Sparka
○ avatar : Hunter Parrish
○ DC : Le sexy chanteur de R.E.D.: Isaac Waters
○ inscrit le : 01/06/2017
MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Dim 2 Juil - 17:53

Locked Away
Kyan ft. Eden



Ils avaient passé une nuit très spéciale tous les deux. Rien d'hors du commun, mais totalement déplacée au vu du contexte. Kyan ne dormait pas avec des filles, jamais sans avoir couché avec au préalable et rarement quand il l'avait fait. Les relations stables, c'était pas trop son domaine. Il avait déjà eu une ou deux copines à certains moments de sa vie, mais c'était peu concluant. Probablement dû au fait qu'il cherchait quelque chose d'exceptionnel pour s'attacher. Or les filles avec qui il couchait d'habitude étaient tout sauf exceptionnelles. Juste des demoiselles sans trop d'histoire, sans trop de caractère. Mais au vu de celui d'Eden, il était clair qu'il se frottait à une femme avec une toute autre envergure. Elle était entrée dans son bureau sans même faire attention au luxe qui l'entourait, sans se soucier des apparences que sa présence en ces lieux et à cette heure tardive pouvait donner. Mais il n'y avait presque plus personne à cet étage, donc elle était au moins couverte à ce niveau-là. La secrétaire l'avait bien aperçue en sortant mais elle avait l'habitude de voir des gens rendre visite à Kyan et ne sautait pas aux conclusions. Surtout parce qu'elle n'avait pas envie d'imaginer qu'il avait des aventures ici, cela la déprimerait. Il lui fit signe de s'asseoir d'un geste magnanime de la main, conscient que cela l'énerverait encore plus. Mais c'était encore loin de l'état de frustration qu'il avait pu ressentir la semaine passée quand elle lui avait demandé de lui parler de lui en plein milieu des préliminaires. Elle se jouait tellement de lui qu'elle devait s'attendre à ce que la roue tourne, non? « Je ne savais pas que nous jouions à un jeu... bordel.» Le dernier mot avait été ajouté pour souligner à quel point c'était peu gracieux venant d'elle de prononcer des mots pareils. Il était habitué à plus de classe de sa part. Et il savait que cela la gênerait qu'il marque cela. « Je n'avais pas le bon numéro peut-être?  » L'ironie se sentait à plein nez et sans qu'il ait besoin d'en expliquer plus, elle capitula. L'explication donnée ne le convainquait qu'à moitié. Il la regardait avec son air sceptique d'avocat à qui l'on essaie de vendre une histoire rocambolesque. « Je comprends... Me donner ton numéro c'est beaucoup plus dangereux que de monter dans mon lit avec mon t-shirt comme seul vêtement sur le dos. Tout à fait logique. » Voilà, le fond du problème était abordé. Assez vaguement et clairement sur le ton de la colère. Mais pourtant, il gardait son sang froid. Il n'y avait que sa voix qui était récalcitrante à souhait. Il voulait lui démontrer qu'il pouvait être mauvais aussi. Après tout, il l'avait prévenue qu'il n'était pas un ange. Et si elle le cherchait, elle savait déjà qu'elle le trouverait.

Elle lui demanda les clés, visiblement très énervée. Elle se plia même jusqu'à lui demander alors qu'elle avait plutôt l'air de vouloir lui cracher au visage. « Et si tu t'asseyais et me parlais de toi plutôt? » Bam, encore une référence à leur épisode. Il l'avait gardé en travers de la gorge. Alors que l'un voulait clairement plus, elle avait tout interrompu pour faire de la causette. Comment se sentirait-elle maintenant qu'il faisait la même chose? Elle voulait écourté leur entrevue et il lui proposait un petit moment de discussion. C'était évidemment pour lui déplaire, il se contrefichait de ce qu'elle pouvait lui dire à son sujet. D'ailleurs, elle l'agaçait tellement que si il n'avait pas eu pour plan de se venger d'elle, il l'aurait foutue à la porte. Ce qu'il ne comprenait pas c'était pourquoi elle s'obstinait elle à rester. Elle posa un billet de 20 sur le bureau. Il regarda l'argent et s'abstint de rire. Si elle pensait que les vivres qu'il avait chez lui ne valaient que ça, il était clair qu'elle n'avait pas lu le nom posé sur l'étiquette du vin qu'elle avait fini l'autre soir. Mais il ne commenta pas, il prit l'argent et le mit en poche. A quoi bon ajouter un nouveau sujet de dispute entre eux? « Je n'ai pas l'intention de te passer ma clé. Mais tu peux récupérer celle de secours auprès du concierge, je lui ai dit que tu avais oublié la tienne. Il doit avoir ton portrait quelque part dans la base de données.» C'était aussi simple que ça. Il aurait pu le lui dire dès le départ. Mais c'eut été se dispenser de cette petite scène de ménage. Lui s'en serait passé mais marcher sur les nerfs d'Eden était presque indispensable. « Ah et dernière petite chose Princesse »dit-il en se levant pour aller lui ouvrir la porte « J'ai fait réparer le pommeau de la salle de bains commune, je te serai gré de ne plus utiliser la mienne.  » C'était un coup traître. Et méchant. Mais il s'en fichait. L'humilier était plus jouissif que de la laisser le malmener. Il appuya sur la clinche en essayant de tirer sur la porte quand il réalisa que le verrouillage automatique s'était enclenché. Merde. Il avait fermé la porte derrière elle pour éviter que des curieux n'écoutent leur conversation. Mais après neuf heures, le bâtiment était sécurisé. Et cette porte fermée en témoignait. Il avait besoin de sa carte d'accès et celle-ci se trouvait dans le couloir, sur le porte manteau où il avait laissé sa veste avec son porte-feuille, ses clés et son portable. Il se retourna pour aller former un numéro depuis la ligne fixe mais évidemment plus personne ne travaillait à la maintenance à cette heure-ci. « Bah voilà,on est bloqué, t'es prête à camper ici? »dit-il sur un ton ronchon.

made by black arrow

_________________
Deep in my bones, I am Radioactive
« I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalyps. I'm waking up, I feel it in my bones, enough to make my system blow... Welcome to the new age, to the new age» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Dim 2 Juil - 21:31



Locked Away


Il ne savait pas. Bah voyons. C'est lui qui passait son temps à m'énerver exprès, et sois disant ''il ne savait pas''. Il avait aussi pris un malin plaisir de me faire remarquer mon impolitesse. En effet, j'étais gênée d'avoir utilisé un tel mot, mais il me poussait toujours à bout, il faisait ressortir ce qu'il y avait de pire en moi. «Oh arrête de faire l'innocent, ça ne m'amuse plus.» Comment un seul homme pouvait-il à la fois m'énerver autant et à la fois me faire fondre comme il le faisait ? Ce n'était pas le moment de se poser une telle question, mais même si nos relations n'étaient pas des plus calmes, on avait passé de bons moments ensemble. Avant qu'il ne foire tout, évidemment. Je m'étais expliqué sur le pourquoi je lui avais donné un mauvais numéro, mais il était sceptique. Et surtout, il avait (encore) fait une remarque. Tenait-il vraiment à revenir sur ce qui s'était passé ce soir-là? Parce que moi, non. Clairement, non. Ou alors pas sans avoir le droit de l'assassiner. «Je n'ai pas envie de parler de ça avec toi. Ni avec personne en fait. J'ai juste envie d'oublier ce désastre.» Mes paroles étaient fortes et vraiment pas délicates, mais je m'en foutais. La seule chose que je désirais, c'était de lui rendre les coups qu'il m'avait donnés et être aussi blessante que lui. Mais je savais pertinemment que mes paroles n'avaient aucun impact sur lui puisque de toute façon, il était clair que ce mec ne me supportait pas.  

Lui demander ses clés m'avait coûté cher. Pourtant, j'avais été obligé de le faire, je voulais rentrer afin de me préparer à ma petite virée nocturne. Mais j'aurais dû m'abstenir. Ni une, ni deux, il s'était contenté de répéter la phrase sortie de ma bouche l'autre soir et qu'il avait détesté. J'avais levé les yeux au ciel, en signe d'agacement avant d'insister «Je suis pressée, alors prête-moi tes clés à la place de ressasser» Ciel, ce qu'il pouvait se montrer arrogant et détestable parfois ! J'en arrivais presque à vouloir quitter son loft sur-le-champ. D'ailleurs, j'avais un peu d'économies sur le côté.. C'est peut-être ce que j'aurais dû faire. Il n'aurait plus eu à me supporter, et moi non plus. Mais quelque chose m'en empêchait encore, je ne savais pas quoi exactement. Soudain, mes oreilles avaient sifflé. Les clés étaient chez le concierge depuis le début ? Ok, il fallait vraiment que je sorte d'ici avant de le tuer, littéralement. Et puis merde, j'allais être en retard. «Mais t'es sérieux, pourquoi tu me l'as pas dit avant ? Je vais être en retard, c'est malin !» Kyan s'était levé en m'appelant ''Princesse''. Encore une provocation. «Je t'ai dit de ne pas m’appeler comme ça.» Il m'avait alors demandé de ne plus utiliser sa douche. Il ne voulait même plus partager une chose aussi futile qu'une salle de bains avec moi. Voilà où nous en étions. Je n'étais même plus certaine qu'il puisse s'exprimer avec moi autrement que par des méchancetés. À priori, sa demande était humiliante et blessante. Et mon cœur aurait pu en souffrir si seulement je n'avais pas décidé de l'enfermer dans du béton armé. Mais j'en étais arrivé là, à faire comme si mon organe était en pierre. Et une chose était sure, il le resterait aussi longtemps que j'habiterais chez Kyan. «Ne t'en fais pas pour ça, ça ne sera bientôt plus un problème.» Voilà, je n'avais pas pu résister longtemps avant de lui faire comprendre mes intentions. Et maintenant que c'était lâché, je ne pouvais pas faire machine arrière.

Ensuite, Kyan avait voulu m'ouvrir la porte (comme si je ne savais pas le faire moi-même ou qu'il avait peur que je casse sa belle porte de luxe) et là, néant. Impossible de l'ouvrir. En râlant, il m'avait demandé si j'étais prête à camper dans les bureaux. «C'est pas possible, c'est une blague !» Mais visiblement, ça ne l'était pas. On était bloqué. Ensemble. Il était fort probable qu'Island Bay se réveille demain matin avec des gros titres tels que ''une jeune femme commet un meurtre violent dans un cabinet d'avocats'' ou encore ''une jeune femme se suicide après avoir été enfermé avec un homme insupportable'' Mais dans tous les cas, je n'allais pas survivre. J'avais attrapé mon téléphone dans mon sac, afin de demander de l'aide et de dire à Nath que j'allais être en retard ce soir. Mais je n'avais jamais eu beaucoup de chance... «Et merde merde merde !! Mon téléphone est à plat. Nath va se demander où je suis passé ! Ma vie est un calvaire ! » Je devais me calmer. Il le fallait absolument, sinon je ne tiendrais pas une heure dans ce bureau. «Il faut qu'on sorte d'ici. Il n'y a pas..euh.. une sortie de secours ou un numéro d'urgence ? J'en sais rien moi, il doit bien y avoir une solution !» S'il y avait un accès au toit, j'étais même capable de grimper dessus afin de former le mot ''SOS'' en grand. Mais je faisais les cent pas en comprenant qu'aucune solution miraculeuse ne viendrait me sauver.

- Eden & Kyan -

© night sky.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

womanizer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 années depuis le 20 février 1990
○ statut : Célibataire qui ne cherche pas à se caser
○ métier : Avocat en droit des affaires
○ quartier : #220 Center Bay (loft)
○ orientation sexuelle : Pleinement hétérosexuel, il aime les femmes et elles le lui rendent bien
○ posts : 328 ○ points : 0
○ pseudo : Sparka
○ avatar : Hunter Parrish
○ DC : Le sexy chanteur de R.E.D.: Isaac Waters
○ inscrit le : 01/06/2017
MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Mar 4 Juil - 11:22

Locked Away
Kyan ft. Eden



« Tu peux bien parler. » Pour lui, elle était l'incarnation de la fausse innocence. Elle lui reprochait de prétendre innocent alors qu'il considérait qu'il n'avait jamais chercher à faire croire cela. Mais elle... avec ses airs gentils et ses sourires timides. On pourrait en oublier qu'elle avait mis quelqu'un en prison et ce sans raisons! « On est au moins d'accord là-dessus. » C'était un réel désastre. Parce qu'il s'était donné plus qu'il ne le devait. Jamais auparavant il n'aurait proposé à une femme de dormir avec lui, de lui donner du plaisir sans contrepartie. Elle avait abusé du droit qu'il lui octroyait et était prêt à lui faire sentir qu'il n'était pas un agneau qu'elle pouvait envoyer au sacrifice comme bon lui semblait. Il avait cherché à ré-ouvrir le sujet. Parce qu'il n'aimait pas les disputes sans fin et savait par expérience qu'une chose non terminée donnerait toujours d'autres disputes pour le futur. Mais elle était déterminée à partir, elle était pressée. Où allait-elle comme ça? Il était agacé qu'elle préfère aller ailleurs que de régler leurs différends. Mais si il avait eu une alternative, il serait probablement parti aussi.

« Hors de question. » Il lui expliqua en deux trois mots qu'elle n'avait qu'à prendre la clé laissée au concierge. Elle rageait encore plus en apprenant qu'elle était venue jusqu'ici pour rien. Et cela calmait un peu Kyan de la voir bouillonner pareillement. « Est-ce que j'ai l'air de me soucier de ce que tu me dis?  » Voilà, la guerre prenait forme et les civilités n'étaient plus de mises. Mais elle était tout aussi impolie que lui. Et l'appeler Princesse était le moindre des maux qui pouvaient s'abattre sur elle. Mais il entendit la menace qui filait tout droit sur lui. Elle comptait partir. « A ton aise, si c'est ce que tu veux, je ne t'ai jamais obligé à rien que je sache. » Si elle voulait quitter l'appartement, après tout, comment pouvait-il la retenir? En l'état des choses, il n'avait aucun argument pour lui montrer qu'elle ferait mieux de rester. Car après tout, partir était sa meilleure solution. «  Tu te comportes comme une gamine, tu fuis dès que tu rencontres un obstacle au lieu d'essayer de le résoudre. » dit-il juste avant de grogner parce que la porte était fermée. Il se donna du mal pour joindre la maintenance mais personne ne répondait. Eden fulminait tandis qu'il composait le numéro de Clara, sa secrétaire. C'était la messagerie.


«  Je suis désolé de faire appel à toi Clara mais je suis dans une situation impossible. Si tu reçois ce message, rappelle-moi au plus vite. Au bureau. Merci. » Il ne voulait pas lui expliquer sur messagerie qu'il était bloqué. Si il le faisait, elle ne le rappellerait pas mais viendrait directement pour lui ouvrir. Or il savait que sa secrétaire habitait assez loin, qu'elle avait une fille à nourrir et qu'après 22h, les portes du bâtiment seraient fermées de toute façon. Lui il avait la clé d'accès mais cette clé était dans sa veste, en dehors du bureau. Il aurait pu appeler Skye mais bizarrement il ne voulait pas que la blonde rencontre sa colocataire temporaire. Il voulait garder ces deux femmes aussi loin que possible.

Eden s'emportait devant un téléphone visiblement à plat. Kyan la trouvait puérile. Mais ce qui l'énervait vraiment c'était la mention d'un autre homme. Il n'était pas jaloux, il ne l'avait jamais été. Si... il avait détesté que Newt soit le premier à découvrir Skye et avait détesté apprendre que Cade était sorti avec elle. Mais c'était pas vraiment de la jalousie. Comme s'il avait toujours su que la blonde ne lui appartiendrait jamais. Mais là, devant Eden qui s'emportait, il éprouvait un sentiment nouveau. Il n'avait pas eu le temps de demander qui était le Nath' en question, ni pourquoi elle devait le voir. Elle voulait savoir comment sortir d'ici. «  Si tu es vraiment déterminée à partir, tu casses la vitre, tu t'agrippes au mur avec les ongles et tu descends. Mais je te demanderai une facture de réparation par après, parce que j'y tiens à mon bureau. » Il s'assit sur sa chaise en cuir noir et soupira. «  Non, y a pas d'issue. » Heureusement que Clara leur avait fait livrer à manger sinon il aurait vraiment peiné à passer la nuit ici. Il regarda le petit frigo qui lui servait à refroidir les bouteilles d'eau ainsi que les alcools destinés à trinquer avec certains clients. Le bureau était spacieux. Il se leva, prit une bouteille d'eau dans le frigo et partit s'asseoir dans les canapés en cuir blanc cassé qui étaient disposés près des vitres. La vue ravissait les clients, c'était un emplacement stratégique. «  Arrête de te morfondre. Je crois qu'on a déjà établi que tu ne risquais rien avec moi. C'est une mauvaise nuit à passer et après tu seras... libre. » Elle voulait partir non? Donc, il supposait qu'elle voudrait quitter l'appartement directement après, surtout après cet incident. Il prit un petit paquet de cacahuètes et le lui jeta sans lui demander si elle les voulait. «  Tiens, mange, ça te rendra peut-être moins grognon. »

made by black arrow

_________________
Deep in my bones, I am Radioactive
« I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalyps. I'm waking up, I feel it in my bones, enough to make my system blow... Welcome to the new age, to the new age» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Mar 4 Juil - 15:59



Locked Away


Effectivement, ce que je disais n'avait pas vraiment l'air de l'affecter. Que je lui dise ou non d'arrêter de m’appeler comme ça, il continuerait. Ça me mettait en rage de me sentir aussi impuissante sur une chose aussi ridicule qu'un surnom qui était tout aussi ridicule.  «J'avais oublié que tu ne te soucies que de toi» Cette remarque m'avait échappé sans que je le veuille vraiment. Mais après tout, c'est ce que je pensais. Il m'avait jeté de sa chambre, pour la simple et bonne raison qu'il n'avait pas obtenu ce qu'il voulait. À aucun moment il ne s'était dit que j'avais peur ou que j'avais besoin de temps. Certes, j'avais été légèrement trop loin ce soir-là. J'avais joué les allumeuses en pensant pouvoir aller jusqu'au bout et je m'étais finalement dégonflé. Mais selon moi, ça ne justifiait pas une telle humiliation de sa part. J'aurais pu m'en excuser sincèrement, si seulement il ne m'avait pas demandé de rejoindre ma chambre. «Il n'aurait plus manqué que ça ! Si ça ne te dérange pas que je parte, pourquoi tu ne m'as pas encore viré de chez toi? C'est ton truc pourtant de mettre les gens à la porte.» La situation était en train de s'envenimer et ça me ressemblait pas. D'habitude, je faisais toujours tout pour calmer les disputes, pour rester maître de mes émotions et rester sympathique, quel que soit le problème. Mais cette fois, j'étais en train de déraper. Je n'étais maître de rien. Et avoir l'air sympa ne faisaient pas partie de mes priorités. Surtout avec lui. «Je ne fuis pas. Je sais admettre quand il n'y a rien à espérer. Et surtout, je n'ai pas envie de perdre mon temps.» Mais personne ne répondait à la maintenance, j'allais donc le perdre. Et cette Clara ne nous serait d'aucune utilité apparemment. Et de toute façon, je n'avais vraiment pas envie de la revoir.

Nous étions coincés ici et je n'avais aucun moyen de prévenir Nath. Ça me rendait folle. Il allait sans doute me détester si je n'y allais pas ce soir comme prévu. Il était déjà un peu à cran ces deux derniers jours, et je craignais qu'à cause de son caractère de cochon, il ne veuille plus jamais me revoir. Ce n'était pas un drame absolu en soi, mais j'avais déjà commencé à prendre goût à nos petits rendez-vous. Nath était très loin d'être parfait, mais lui au moins, il ne me faisait pas les yeux doux pour ensuite me planter un couteau dans le dos. Je voulais inspecter les moindres recoins de ce foutu bureau pour sortir le plus vite possible et oublier que Kyan était ce mec insupportable qui me détestait. Il venait d'ailleurs de me dire que si je cassais la fenêtre pour quitter cet endroit, il me demanderait une facture de réparation. La bonne blague ! Est-ce que j'ai demandé une facture de réparation pour mon cœur moi ? «Je ne te ferais pas le plaisir de sauter d'ici et de me tuer. Même si c'est tentant aux vues des heures qui m'attendent» Mais il confirma qu'il n'y avait aucune issue possible. «Ok, finalement, donnez-moi une corde et un tabouret !» J’exagérais à peine. Mais voir Kyan en face de moi me rappelait trop cette soirée merdique que nous avions passée. Mais pire encore, ça me rappelait à quel point il me plaisait. Et je voulais absolument faire taire ces prés sentiments que j'éprouvais pour lui. Je m'étais assez fait humiliée comme ça, plus jamais ça ne se reproduirait. J'étais décidé. Pourtant, à mesure que mes yeux se posaient sur lui, je n'avais de nouveau qu'une seule idée en tête : me blottir contre sa peau et respirer son parfum rassurant. Je ne me souvenais déjà plus de qui était Nath.

Heureusement, le bureau était assez grand. La distance entre Kyan et moi m'arrangeait. Je m'étais assise à même le sol, dos contre la  porte.le visage entre les mains. Il s'était levé pour prendre une bouteille d'eau et s'installer sur le canapé. «Et voilà, tu remets ça. Tu n'as pas envie de passer à autre chose? Et mauvaise nuit est un doux euphémisme je crois.» Il m'avait ensuite lancé des cacahuètes, comme si je pouvais avaler quoi que ce soit. «Excuse-moi, mais quelque chose dans cette pièce me coupe l'appétit.» Je ne laissais aucune chance de réconciliation entre nous. Mes paroles étaient froides et distances, mais si je voulais ne pas craquer une fois de plus, je devais agir comme ça. Même si je commençais à être lassée. J'avais ensuite repensé à sa secrétaire. Dans ma tête, il était clair que cette femme avait hérité de tous les noms d'oiseaux possibles. Je suis certaine qu'elle aurait apprécié se retrouver enfermée ici avec Kyan. Peut-être même que ça avait déjà été le cas. Peut-être même que ce bureau ou que ce canapé leur avait déjà bien servi. Cette idée avait fait remonter de la bile dans ma gorge et la colère reprit le dessus. Mais j'avais réussi à me calmer et à prendre une voix sereine. Et sarcastique. «C'est étrange que ta secrétaire n'accoure pas. Elle à plutôt l'air... docile.» Oui enfin bon, j'avais voulu dire facile. Mais je m'étais abstenue de dire ce vilain mot. D'une, parce que c'était sûrement l'impression que j'aurais donnés si quelqu'un avait su pour mon arrangement avec Nath, et de deux parce que je ne pouvais pas lui en vouloir de craquer sur Kyan. Au contraire, je pouvais amplement la comprendre. Après tout, j'étais moi aussi tombée dans ses filets. Et je savais mieux que qui compte à quel point en sortir indemne était difficile.

Je me souvenais soudain d'un truc que Kyan m'avait dit quelques instants plus tôt : après cette nuit, je serais libre. Et j'avais beau y penser, ça ne ressemblait pas à une libération. Je doutais sincèrement que qui que ce soit puisse encore se sentir libre après avoir rencontré Kyan Braxton. Surtout pas moi.

- Eden & Kyan -
© night sky.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

womanizer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 années depuis le 20 février 1990
○ statut : Célibataire qui ne cherche pas à se caser
○ métier : Avocat en droit des affaires
○ quartier : #220 Center Bay (loft)
○ orientation sexuelle : Pleinement hétérosexuel, il aime les femmes et elles le lui rendent bien
○ posts : 328 ○ points : 0
○ pseudo : Sparka
○ avatar : Hunter Parrish
○ DC : Le sexy chanteur de R.E.D.: Isaac Waters
○ inscrit le : 01/06/2017
MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Mar 4 Juil - 18:20

Locked Away
Kyan ft. Eden



Il grinça des dents quand elle lui dit qu'il ne pensait qu'à lui. Ce n'était pas vrai. Et il n'aimait pas qu'elle le pense. Etait-ce juste une pique ou était-elle sérieuse? « Je te demande pardon? » Son ton s'était haussé et il était prêt à s'emporter. «  C'est vrai que tu vis chez moi pour mon simple et bon plaisir! » C'était petit de lui rappeler qu'elle lui était redevable. Mais insinuer qu'il ne pensait qu'à son plaisir alors qu'elle l'avait allumé et ensuite l'avait repoussé, c'était trop à encaisser pour le jeune homme. Il avait son courroux et sa fierté. Il secoua la tête. Visiblement cela l'avait énervée qu'il la mette dehors. C'était normal, il s'y attendait. «  Je te mettrais bien à la porte maintenant mais vois-tu, je n'en ai pas la possibilité malheureusement. » Il fallait s'y résigner, ils étaient bloqués. Mais ce qu'elle venait de dire retint son attention. Espérer... Il leva un sourcil et avec une réelle curiosité lui demanda «  Parce que avant tu espérais? Qu'espérais-tu donc au juste?  » Elle avait fait une erreur monumentale en parlant de la sorte. Elle venait d'admettre inconsciemment qu'elle avait peut-être un but caché avec lui. Du moins c'était ce qu'il entendait et il voulait mettre les choses au clair, il pensait l'avoir déjà été suffisamment mais apparemment non. C'était donc de ça qu'il s'agissait. Elle s'était fait des illusions à son sujet. Certes il les avait encouragées mais il était étonné d'apprendre qu'elle avait marché. C'était surtout ça qui le frustrait. Elle l'avait repoussé pourtant. Etait-ce une stratégie pour le faire s'éprendre d'elle? C'était raté, pensait-il.

Il n'avait rien à commenter concernant ses envies suicidaires. Ce n'étaient pas les premières idioties qui lui sortaient de la bouche après tout. Et il n'avait plus envie de se battre. Il était certes toujours très agacé mais pas au point de continuer toute la nuit. Et celle-ci s'avérerait probablement longue étant donné qu'il n'avait qu'un divan et aucune possibilité de chasser l'hôte indésirable cette fois. Elle lui disait qu'il lui coupait l'appétit et il secoua la tête. Kyan la trouvait vraiment gamine. Pourtant il ne se voyait pas dans un miroir. Il n'agissait pas mieux qu'elle. Il la provoquait et ensuite se comportait comme un enfant trop gâté à qui l'on avait refusé un tour sur la foire. Puis Eden mentionna Clara. La manière désinvolte qu'elle avait de parler ne trompait personne. Elle était hostile à la secrétaire. Etait-ce de la jalousie? «  Probablement est-elle aussi docile que l'est Nath'» Sa voix était langoureuse, ironique même. Et cela cachait parfaitement les nerfs qu'il avait de pouvoir comparer Clara à quelqu'un. Mais jamais il ne s'était adonné aux plaisirs de la chair avec sa secrétaire. Elle avait beau flirter gentiment avec lui, il aimait garder ses relations professionnelles strictement professionnelles. Du moins celle-là. Il s'était rapproché d'Eden qui semblait chercher un moyen d'ouvrir la porte. Assise plus tôt, elle était désormais debout. Elle le provoquait sans cesse et il commençait à sentir qu'il perdait la tête. Il plaqua son point près de son visage une fois qu'elle se fut retourné vers lui. Elle avait cet air suffisant sur le visage et il ne voyait qu'une manière de la désarmer. «  Putain mais qu'est-ce que ça peut te faire que je m'envoie ma secrétaire sur le canapé ou même sur le bureau?!  » Son propre visage avait pris des couleurs violettes tant il était énervé. Et alors qu'ils se toisaient tous deux avec ce mépris obscène dans les yeux, il ne put contrôler la pulsion qui lui vint. Il l'attrapa par la taille violemment et l'attira contre lui, plongeant sa bouche sur la sienne. Il n'y avait rien de doux dans ce baiser. C'était pure rage et passion. Elle l'exaspérait. Et ce sentiment d'agacement lui plaisait malgré lui, elle l'attirait alors qu'il faisait tout pour la détester elle et son air supérieur. Collée contre son corps, il l'embrassait toujours avec cette fougue qui ne le caractérisait pourtant pas. Si quelqu'un traversait les bureaux maintenant, il aurait eu l'air d'un gars fort peu sérieux. Mais il avait oublié tout en ce moment. Il ne se souvenait que d'une chose: à quel point Eden lui cassait les pieds et à quel point cela le rendait fou d'elle. Au bout d'un moment trop long et trop court à la fois, il se retira, interrompit le baiser tout aussi violemment qu'il venait de le commencer et s'exclama «  J'ai jamais baisé personne ici, alors sois tranquille tu es dans un lieu qui te correspond... chaste et totalement dénué de sens. » Il était froid à nouveau, lui tournant le dos comme s'il ne venait pas de l'embrasser avec plus de force que jamais. Il se détestait pour ce qu'il ressentait vis-à-vis d'elle. Elle n'était qu'une lubie, une passion récente... il finirait par se lasser. Mais en attendant... Dieu qu'elle manquait déjà à ses lèvres et Dieu que son corps lui inspirait des envies assassines.

made by black arrow

_________________
Deep in my bones, I am Radioactive
« I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalyps. I'm waking up, I feel it in my bones, enough to make my system blow... Welcome to the new age, to the new age» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Mar 4 Juil - 20:23



Locked Away


C'est vrai, j'avais abusé. Je n'aurais pas dû dire qu'il ne pensait qu'à lui. Après tout, si ça avait été le cas, jamais il ne m'aurait proposé d'aller chez lui et surtout, il m'aurait viré depuis déjà bien longtemps. Ma fierté en aurait d'ailleurs pris un sacré coup. Viré de chez May, puis viré de chez Kyan.. Je préférais ne même pas y penser. Et puis, j'étais assez injuste envers Kyan. Presque méchante. Mais lui n'était pas tendre non plus avec moi, alors pourquoi devrais-je l'être? Pour encore me caser la figure? Pour encore me triturer les méninges à son sujet? Non non non. Terminé tout ça. J'avais raison de me montrer dure envers lui. Et je ne devais pas inverser la tendance. «Mais c'est qu'il essaye de faire de l'humour.» Mais il m'avait demandé de préciser à quoi je pensais en disant avoir espéré. Et merde, je me suis vendue. J'avais croisé les bras et arboré un air nonchalant «Je n'espérais rien du tout... J'ai dit ça comme ça.» Ce mensonge était plus ou moins flagrant. Ma voix tremblait, je détournais le regard. Bref, connaissant Kyan, il devait se douter que c'était faux. Mais je ne voulais vraiment pas admettre que pendant un instant, un court instant, j'avais espéré que nous pourrions.. former quelque chose. Un couple, peut-être? Mais j'aurais du savoir que je me berçais d'illusions. Or, je m'étais persuadée que ça pouvait être possible. C'est pile à ce moment-là qu'il a gagné la bataille. Et je me sentais vraiment conne d'avoir cru une chose pareille aussi vite. «Ne t'inquiète pas va, je sais que tu es beaucoup trop bien pour moi.» Depuis le début je l'avais pensé. Et depuis le début j'avais raison.

J'avais eu tort de montrer à quel point la petite secrétaire m'énervait. Elle qui n'avait rien fait de particulier, à part exister bien sur, je la détestais. Il avait ensuite mentionné Nath et là, mon cœur avait cessé de battre. Jamais personne -surtout pas lui- ne devait apprendre la nature de mes relations avec Nath. Personne ne comprendrait et je serais vite cataloguée. Et je ne comprenais pas pourquoi Kyan avait relevé ce détail. Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire après tout? «Je rêve où tu essaies de changer de sujet? Qu'est-ce qui te prend? Tu n'as pas envie de parler de la traînée que tu t'envoies sur ton bureau?» Mon sang n'avait fait qu'un tour et j'étais dans un tel état de rage en repensant à cette scène dégoûtante que les mots m'avaient échappés. Évidemment, je ne le pensais pas. Ou peut-être un peu. Mais ça me rendait folle de savoir que cette femme avait eu un privilège que je n'aurais jamais. Je m'étais relevé pour essayer encore une fois de trouver une issue car je commençais à perdre toute contenance. Mais Kyan m'avait rejoint devant la porte et son poing était à côté de mon visage. Il était énervé, mais s'il pensait me faire peur, il rêvait ! J'avais adoré garder mon petit sourire sarcastique pendant qu'il perdait le sien. «Rien ! Tu fais ce que tu veux, avec qui tu veux. Ça ne me fait absolument RIEN. Et quand je dis rien, c'est RIEN ! Alors continue tes petites sauteries je m'en f....» Je ne devais pas pleurer. Je devais me montrer forte, sinon, ça lui ferait trop plaisir. Et malgré mon regard assassin, Kyan avait fait quelque chose de totalement surprenant. Il m'avait attrapé par la taille et m'avait embrassé. Pas un baiser doux et tendre, mais un baiser dur et froid. Comme s'il cherchait à me punir. C'était un baiser désespéré. Je n'avais pas envie de lui rendre ce contact, et contre mon avis, mes mains avaient glissé naturellement derrière sa tête. En moins d'une seconde, j'avais cédé. Je lui avais rendu ce qu'il me donnait. Je devais être tout aussi désespérée que lui. De simples lèvres ne m'avaient jamais autant donné que celles-là. Ni jamais autant reprit.

Kyan s'était détaché rapidement de moi. Il m'avait dit ne jamais avoir fait quoi que ce soit ici mais je n'arrivais pas pour autant à en être soulagée. Mais en l'entendant me dire que j'étais chaste, j'avais repris mes esprits et j'étais partie dans un rire incontrôlable. «Chaste...» S'il savait !  J'avais finalement envie de lui dire que ce n'était plus tout à fait le cas, mais nous étions enfermés ici et je tenais un minimum à ma vie. Donc, je n'avais rien dit et l'avais laissé croire ce qu'il voulait. Mais je ne voulais pas non plus le laissé croire qu'il pouvait faire de moi ce qu'il voulait. Alors, je m'étais planté devant lui en le regardant droit dans les yeux et en lui disant «Ne refait jamais une chose pareille. Jamais» Pourtant, mes yeux étaient fixés à sa bouche et je ne semblais même pas me croire moi-même. J'étais partie me rasseoir contre la porte et une petite larme avait finit par s'échapper, sans que je puisse la retenir. La haine, l'amour, la passion, le désir, la colère,.. J'avais ressenti tout ça dans la même journée. Peut-être même bien dans la même heure. Et la tristesse venait à présent s'ajouter à mes émotions. J'avais sorti mon MP3 de mon sac afin de ne pas subir une nouvelle attaque verbale de Kyan et en l'allumant, la musique que j'écoutais en boucle depuis des semaines entières avait à nouveau résonné dans mes oreilles. Follow Me..

- Eden & Kyan -
© night sky.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

womanizer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 années depuis le 20 février 1990
○ statut : Célibataire qui ne cherche pas à se caser
○ métier : Avocat en droit des affaires
○ quartier : #220 Center Bay (loft)
○ orientation sexuelle : Pleinement hétérosexuel, il aime les femmes et elles le lui rendent bien
○ posts : 328 ○ points : 0
○ pseudo : Sparka
○ avatar : Hunter Parrish
○ DC : Le sexy chanteur de R.E.D.: Isaac Waters
○ inscrit le : 01/06/2017
MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Sam 8 Juil - 13:10

Locked Away
Kyan ft. Eden



Elle appréciait de moins en moins ses ironies. Et il s'en fichait. Après tout, si elle ne voulait pas avoir à les endurer elle n'avait qu'à partir de chez lui et éviter de recroiser son chemin. Mais une raison obscure les poussait tous deux à continuer ce petit jeu de torture mutuelle. Si lui savait ce qui l'animait comme intentions, il ne parvenait pas à comprendre pourquoi elle elle s'infligeait ça. Et tout doucement il commençait à se demander si elle ne s'était pas proposé de l'humilier ou de se jouer de lui. A la voir agir avec tant de désinvolture parfois, il doutait que ses moments de malaise soient réels et qu'elle soit vraiment troublée quand elle semblait l'être. La demoiselle se voulait artiste, probablement aurait-elle dû se lancer dans une carrière d'actrice car il lui semblait qu'elle excellait. Il était loin de se douter que c'était lui le plus acteur des deux. « Génial, tu parles pour parler maintenant. » Elle avait dit ça comme ça. Il avait espéré trouver une faille. L'espoir c'était la faille de l'humanité entière. Mais elle s'en défendait et il n'avait rien pour la contredire. Pire, elle lui tapait sur le système en cherchant à retourner tout ce qu'il pouvait dire contre lui. D'où sortait-elle qu'il était trop bien pour elle? Probablement une de ses manières de le provoquer. Ou alors d'encore jouer à la pauvre petite chose soumise aux foudres du vilain Kyan. « T'essaies de te positionner en victime? » Il ne la regardait même plus tant elle l'exaspérait. Mais agacé, il ajouta « Tu sais quoi? T'as raison, je suis trop bien pour toi. T'es qu'une enfant en fait, tu connais rien à la vie, tu sais même pas ce que tu veux.» Et ça ça le chiffonnait. Parce qu'il n'avait pas rêvé. Elle lui avait clairement fait du rentre dedans en posant ses lèvres sur lui l'autre nuit. Il lui avait promis d'être sage, il lui avait déjà dit que dormir avec une fille c'était pas vraiment dans ses cordes et malgré tout, elle était venue l'allumer. Pour ensuite le repousser en jouant à nouveau les petites novices qui ne savaient pas ce qu'elles faisaient. Alors tant pis s'il la blessait, il n'avait plus envie de jouer, plus pour le moment.

Ils en étaient arrivés à parler de leurs potentiels amants. Kyan la trouvait culottée d'oser lui demander des comptes. Certes elle ne l'avait pas fait ainsi mais tout de même. Elle insinuait des choses et au ton qu'elle prenait, il était clair qu'elle n'aimait pas de l'imaginer se taper une autre ici. Il avait presque eu envie de lui dire que oui il avait culbuté Clara mais il avait opté pour une autre voie. Et alors qu'elle lui disait que cela ne lui faisait rien, il l'avait empêchée de parler plus en avant, contenant sa rage en l'embrassant à pleine bouche pendant un temps trop court et trop long à la fois. C'était tellement acharné qu'elle n'avait pas pu le repousser. Avait-elle essayé? Il ne l'avait pas sentie se débattre d'une quelconque manière, bien au contraire. Leur colère semblait s'être étouffée dans un baiser rageux. Mais cela n'avait pas duré et Kyan avait repris son air distant et désengagé. Elle avait repris le mot "chaste" comme si il l'avait insultée. Il l'avait alors regardée mais elle avait les yeux posés ailleurs. Pourquoi cela l'agaçait-elle tant? Si elle avait voulu perdre sa virginité elle avait eu plein d'occasions avec lui. Il ne la suivait pas. « Je ne vois pas de quoi tu parles. » C'était comme si de rien n'était. Il nierait que ce baiser avait eu lieu tout comme elle niait que l'autre soir elle l'avait chauffé pour ensuite agir comme s'il avait le connard de l'histoire. C'était ainsi qu'il voyait les choses. Assise par terre, comme si elle pouvait encore plus bloquer la sortie, elle avait enfilé ses écouteurs et semblait absorbée par la chanson qui y passait. Le téléphone sonna. C'était Clara. Il était dix heures passées, le bâtiment avait fermé ses portes. « Non, non, c'est inutile, on m'ouvrira demain, vraiment. » Elle insistait, elle voulait sonner aux associés pour que quelqu'un le libère mais il était impossible qu'il laisse Eden rencontrer des gens de sa vie. Dieu seul savait ce qu'elle pourrait lui faire devant les gens qui le respectaient. Puis Clara lui posa une question qu'elle n'était pas en droit de poser mais il y répondit malgré tout, afin qu'elle ne sonne pas à ses supérieurs malgré sa demande de ne pas le faire. « Oui je suis seul. » Elle compatit alors et insista encore un peu mais froidement il lui rétorqua. « Je m'en suis toujours sorti tout seul et ça ne me pose aucun problème. L'enfer c'est les autres. Bonne nuit. » Il raccrocha juste après avoir cité Sartre avec mauvaise humeur. Eden était toujours assise contre la porte et il la suspectait d'avoir baissé le son de ses écouteurs car elle ne semblait plus aussi absorbée par la musique. Ses talents de comédienne n'étaient pas une science exacte apparemment. Il se coucha sur le divan tout en cherchant son téléphone dans sa poche avant de réaliser qu'il ne l'avait pas ici. Dormir serait la meilleure des solutions mais il n'était pas du tout fatigué. Il se releva et ouvrit son ordinateur. Tant qu'à faire, autant travailler. Il parcourut des dossiers pendant une dizaine de minutes. Puis il regarda Eden et sa mine renfrognée. Elle était mignonne, là assise au sol. Mais il ne pouvait pas céder, elle ne le méritait pas. Pourtant, il voulait briser la glace « Je suis désolé pour l'autre soir. C'était pas très classe de te chasser comme ça. » Sa voix est toujours aussi froide et désengagée. Elle ne le regarde pas mais il sait qu'elle l'a entendu. « Mais j'étais prêt à te sauter dessus et tu m'as littéralement mis une douche froide. Pour ta gouverne, le sexe c'est un jeu quand on sait y jouer. Jusque là, vaut mieux l'éviter si t'as pas un prof adroit et qui tient à toi. » Il était encore plus froid et crispé. Parce qu'il imaginait qu'elle choisirait quelqu'un d'autre que lui pour se lancer dans cette aventure. Pourquoi choisirait-elle le pédophile qui avait été en prison pour avoir touché une de ses amies ? Et il se persuada que si ça l'énervait c'était juste parce qu'il aurait voulu coucher avec elle... pour la punir. C'était tout. Y avait pas de jalousie dans cet agacement prononcé. Non.

made by black arrow

_________________
Deep in my bones, I am Radioactive
« I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalyps. I'm waking up, I feel it in my bones, enough to make my system blow... Welcome to the new age, to the new age» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Dim 9 Juil - 13:24



Locked Away


Quand Kyan avait dit que je me positionnais en victime, j'avais eu un doute. En effet, dit comme ça, c'était bizarre.  Mais je ne pouvais pas contrôler mes pensées, et celle-là me suivait depuis tellement longtemps que je n'avais pas su la garder pour moi. Oui, Kyan Braxton était trop bien pour moi. Il avait ses défauts (OH OUI!), mais aussi tellement de qualités. Malheureusement, je ne les avais aperçue que trop rarement et le négatif passait souvent devant le reste. Enfin, ça, c'est ce que j'essayais de me persuader. En réalité, défauts ou qualités, Kyan était parfait. Avec un grand P. Mais jamais je n'admettrais une chose pareille devant lui, au risque de gonfler son ego déjà bien fourni ou de passer pour une groupie de service. Une fois de plus, il s'était montré cinglant. Il avait dit que j'étais une enfant et que je ne connaissais rien de la vie. Et là, ce qu'il restait encore de mon cœur s'était entièrement effondré comme un château de cartes. J'avais l'impression de le sentir brûler, brisé. Ma première réaction aurait été de lui rétorquer que pourtant, je savais qu'il aimait les enfants. Mais cette référence à Nina ne m'avait pas semblé très judicieuse et il était déjà bien trop en colère contre moi. J'avais donc décidé de ne rien répondre, bien trop blessée pour en être capable.  Kyan avait sans doute raison, je ne connaissais rien à la vie. Mais ça faisait mal qu'il me le dise ouvertement. Car je me rendais compte qu'il l'avait sans doute pensé depuis notre toute première rencontre. Et c'était insupportable. Si Klaus Mikaelson était sorti tout droit d'un épisode de The Vampire Diaries pour m'arracher le cœur, j'en aurais été soulagée.

Kyan était plutôt effronté de dire qu'il ne voyait pas de quoi je parlais. Cet homme avait un culot au moins aussi gros que sa fierté. Et nier ce qu'il venait de se passer était vraiment injuste. IL avait décidé de m'embrasser comme un fou et c'est lui qui décidait de l'oublier. Pratique. J'aurais aimé pouvoir oublier un tas de choses aussi facilement que lui. Par exemple, l'oublier lui. L'effacer de ma mémoire me paraissait être une bonne solution de guérison. Mais il n'y avait aucune recette miracle pour ça. Et me retrouver coincée ici avec lui pour toute la nuit n'arrangeait rien. J'étais encore en train d'écouter Follow Me lorsque j'avais aperçu Kyan décrocher le téléphone. J'avais tenté de faire comme si de rien n'était, mais la curiosité était trop forte et j'avais baissé le volume de mon MP3. J'avais rapidement compris qu'il parlait avec la secrétaire et mes cheveux s'étaient hérissés aussi vite qu'ils le pouvaient. Cette femme n'allait certainement pas rater une occasion de venir voir Kyan. En plus qu'il venait de lui dire qu'il était seul. Sympa. Je n'étais certes pas de très bonne compagnie, mais de là à dire qu'il était seul.. Pourtant, il avait insisté pour qu'elle ne vienne pas. J'étais étonné qu'il ne veuille pas la voir. Il lui avait dit s'en être toujours sorti tout seul, et mon cœur s'était serré. Je ne connaissais rien de son passé, de son vécu, mais je sentais bien qu'il n'avait pas toujours été heureux. Il se méfiait des gens et n'accordait que très rarement sa confiance. En fait, nous étions pareils lui et moi. Du moins, vis-à-vis de ça.


Au bout d'une dizaine de minutes, j'en avais assez d'écouter cette chanson pitoyable. Les paroles n'avaient aucun sens de toute façon, si ce n'est que la vie est merdique. J'avais donc retiré mes écouteurs et les avais rangés soigneusement. Kyan avait alors pris la parole et il s'était.. excusé. C'était une première. Je décidais de ne pas le regarder car je ne voulais pas que mes défenses tombent. Il était resté froid et distant mais ça ne l'avait pas empêché de continuer son petit discours. En effet, il avait été à deux doigts de me sauter dessus. Et moi aussi. Et je reconnaissais que mon comportement à moi n'avait pas été très classe non plus.  Il avait aussi dit qu'il valait mieux éviter le sexe si on n'avait pas un prof adroit et mon corps s'était retendu. Il ne croyait pas si bien dire. Justement, Nath était un excellent prof. Un prof adroit comme le disait Kyan. Mais autre chose me turlupinait dans ce qu'il avait dit. Le ''et qui tient à toi''  de son discours ne me plaisait pas. Car Nath ne tenait pas à moi. Ou alors pas de la manière dont Kyan parlait. Cette malheureuse phrase avait suffi pour me faire douter de ces cours particuliers entre Nath et moi. Mais j'avais très vite chassé mes doutes car je ne pouvais pas me permettre de regretter. Et de toute façon, je ne pouvais pas changer le passé. Décidément, beaucoup de choses auraient mérité d'être changées. Mais ça ne pouvait pas m'empêcher de vouloir la paix avec Kyan. Je m'étais relevé et «En fait... C'est moi qui... m'excuse. J'aurais dû le faire bien plus tôt. Je n'ai pas été correcte l'autre soir. Ça ne me ressemble pas du tout et... bref. Désolée aussi.» Je ne savais pas comment j'avais réussi à calmer ma colère et ma tristesse, mais je l'avais fait. Et maintenant que je m'étais excusée, je me sentais infiniment soulagée. «Quant au reste... je crois qu'il n'est pas nécessaire de tenir à l'autre pour le faire. C'est plutôt une question de confiance. Les sentiments n'ont pas toujours leur mot à dire.» Si ça avait été le cas, Kyan aurait été le premier. Mon premier. Mais c'était trop tard. Ne rien regretter Eden, ne rien regretter... «Tu disais tout à l'heure que je ne savais pas ce que je voulais. C'est peut-être vrai. Mais je sais ce que je ne veux pas. Et je ne veux pas qu'on se dispute sans arrêt ou qu'on se déteste. C'est même l'exact opposé de ce que je voudrais..» En vérité, je savais pertinemment ce que je voulais. Lui. Personne d'autre. Mais c'était tout simplement impensable. Et irréaliste. Comment pourrait-il avoir envie de partager ma vie alors qu'à ses yeux, je n'étais qu'une enfant naïve et stupide? Ouais, j'étais dans un beau merdier. Et j'adorais ça.

- Eden & Kyan -
© night sky.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

womanizer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 années depuis le 20 février 1990
○ statut : Célibataire qui ne cherche pas à se caser
○ métier : Avocat en droit des affaires
○ quartier : #220 Center Bay (loft)
○ orientation sexuelle : Pleinement hétérosexuel, il aime les femmes et elles le lui rendent bien
○ posts : 328 ○ points : 0
○ pseudo : Sparka
○ avatar : Hunter Parrish
○ DC : Le sexy chanteur de R.E.D.: Isaac Waters
○ inscrit le : 01/06/2017
MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Lun 10 Juil - 14:41

Locked Away
Kyan ft. Eden



Leur relation était tel un ouragan qui grandissait ou diminuait selon les bourrasques de vent. Totalement imprévisible, il était impossible de savoir s'il allait partir vers la droite ou vers la gauche, s'il allait se calmer ou prendre en force. Depuis quelques jours, le paroxysme semblait approcher et Kyan savait que si cela explosait cela risquait de faire mal. Il avait été tenté de tout révéler à Eden, lui dire qu'il se moquait d'elle et que tout ce qu'il cherchait c'était à se venger. Cela lui aurait retiré une épine du pied. Mais il n'était pas encore prêt à passer ce cap et à se séparer de celle qui était devenue son ennemie adorée. Il se persuadait que c'était parce qu'elle n'avait pas encore souffert comme il se devait mais en vérité, il était conscient du fait qu'il prenait son temps pour arriver à ses fins. Eden n'était pas totalement insensible à ses charmes et s'il l'avait voulu, il aurait pu abréger tout ça en couchant avec elle depuis quelques temps. C'était ce qu'il se plaisait à penser. Mais il voyait bien aussi ce petit caractère qui avait sa propre volonté et qui était moins prévisible qu'il ne voulait l'admettre. Et en parlant d'imprévisible, Eden l'avait encore une fois choqué. Elle venait de lui demander pardon. Elle reconnaissait être en tort. Il était livide en l'entendant admettre qu'elle n'avait pas eu un comportement correct. Soulagé partiellement, il pensait qu'ils en resteraient là. Que pouvait-elle bien ajouter? Ils s'étaient tous deux excuser à leur manière, le sujet pouvait prendre fin. Mais Eden avait encore des choses à dire. Que pouvait-elle bien savoir sur le sexe? Il arqua un sourcil. Il était bien placé pour savoir de quoi il parlait mais elle... c'était une novice totale. Un sourire désapprobateur se glissa sur son visage tandis qu'il attrapait la main de la jeune fille pour l'attirer près de lui sur le canapé. Elle était surprise par son geste mais il ne se découragea pas et la tint collée contre lui, le bras par dessus son épaule pour lui répondre en murmurant avec ce ton paternaliste qu'il aimait employé avec ses subalternes. « Le sexe n'a pas besoin de sentiments, je ne te contredirai jamais là-dessus, j'en suis l'exemple le plus flagrant. Mais...  » Il laissa ses doigts parcourir le bras nu de la jeune femme avant de poursuivre « Un geste, peu importe lequel, une caresse, prend dix fois plus d'ampleur lorsqu'il est procuré par quelqu'un à qui l'on tient vraiment.  » Elle frissonnait sous ses doigts et il aimait la sentir aussi fébrile. « Quant à ce qui est d'une première fois, elle te marque à tout jamais, que tu le veuilles ou non. Et coucher avec quelqu'un à qui tu tiens compte plus que de coucher avec quelqu'un qui sait ce qu'il fait. La première règle du sexe c'est que si tu couches avec quelqu'un que tu désires, ce sera toujours plus sympa que si tu couches avec quelqu'un d'autre, même si l'autre est un expert. Le plaisir...  » ses doigts étaient maintenant à hauteur de son épaule, en direction du léger décolleté d'Eden. « ... c'est très relatif et très personnel.  » Il ne la caressa pas plus loin. Il avait fini son explication et rien ne justifiait qu'il continue à parcourir sa peau avec ses doigts. Toutes ces petites choses semblaient avoir suffi à lui faire enterrer la hâche de guerre car elle lui répondit en lui disant qu'elle ne voulait plus qu'ils se disputent. Son regard se refroidit légèrement en se souvenant de leur colère à peine passée. Il tourna son visage vers elle et la fixant droit dans les yeux lui dit le plus sérieusement du monde «  On finira par se disputer à nouveau, c'est certain. T'as un caractère de cochon et moi je suis un porc donc forcément, cela donnera lieu à de nouvelles étincelles. Mais je te suis et je relance, j'aimerais même qu'on trouve un moyen pour être amis. Enfin ça si... » Il arbora un sourire taquin à souhaits avant d'ajouter « ... si t'es capable de me résister bien sûr!  » Et avant qu'elle puisse s'offusquer car il savait qu'elle le ferait, il serra ses bras autour d'elle et se mit à la chatouiller. La toucher aussi ouvertement c'était dangereux mais il jouait et c'était tout. Pourtant quand elle se tordait sous ses mains, il effleurait son corps et l'envie ne lui manquait pas d'en profiter pour toucher certaines parties qui n'étaient pas des zones sensibles... pas aux chatouilles en tout cas. « Jeune fille, vous méritez une punition, on ne se joue pas de moi sans conséquence  » disait-il en riant et en la poursuivant dans le bureau quand elle parvint enfin à se libérer de son étreinte. Mais il finit par la plaquer à nouveau sur ce même divan et planter ses yeux dans les siens.
made by black arrow

_________________
Deep in my bones, I am Radioactive
« I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalyps. I'm waking up, I feel it in my bones, enough to make my system blow... Welcome to the new age, to the new age» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Mar 11 Juil - 18:53



Locked Away


Cette conversation à propos du sexe était vraiment gênante. Il m'avait dit être un exemple flagrant de sexe sans sentiment. Je ne savais pas quoi penser de cette phrase.. Car il venait d'avouer à demi-mot qu'il couchait régulièrement avec des femmes, et que ce n'était pas gage de sentiments. Je pensais à toutes ces femmes et le sentiment de jalousie qui m'animait grandissait encore. De plus, jusqu'ici, je m'étais persuadée que s'il avait eu envie que l'on fasse des choses, ça voulait dire qu'il avait peut-être éprouvé un petit quelque chose pour moi. Mais sa phrase venait de détruire toutes mes illusions. J'avais été bête de croire que Kyan pouvait m'aimer un peu. J'allais vraiment devoir me le sortir de la tête ! Mais les caresses qu'il m'avait faites sur le bras en continuant son exposé sur le sexe ne m'y aideraient pas. Son contact enflammait à nouveau mon corps et un frisson m'avait échappé. J'avais alors tenté de maîtriser ma respiration afin qu'il ne comprenne pas l'effet qu'il me faisait, mais c'était visiblement peine perdue. Mon corps ne voulait pas m'obéir et il refusait de masquer l'évidence. Ce qui était sur, c'est que sans cette caresse, je n'aurais probablement jamais cru à ce qu'il venait de dire. Mais il avait raison. Ce genre de geste prenait beaucoup d'ampleur avec quelqu'un à qui on tenait. La simple main de Kyan sur ma peau me paraissait beaucoup plus électrisante que de faire l'amour avec Nath. Certes, avec lui c'était très agréable -même fabuleux-, je ne pouvais pas dire le contraire. Mais il n'y avait pas cette étincelle puissante que je ressentais lorsque Kyan me touchait. Et plus je m'en rendais compte, plus je regrettais mes choix envers Nath. D'autant plus que les paroles de Kyan concernant la première fois m'avaient un peu retourné la tête. Sans le savoir, il venait de pointer du doigt ce que j'avais fait. En effet, j'avais décidé de coucher avec Nath parce que je savais qu'il était expert et que je voulais un des meilleurs profs. Et Kyan venait de confirmer qu'il n'était pas d'accord avec ce choix, même s'il ne savait évidemment pas que je l'avais fait. Décidément, je n'étais pas douée pour choisir et prendre des décisions. Mais de toute façon, c'était fait et je ne comptais pas y renoncer. Je ne voyais pas pourquoi j'aurais dû refuser tout ce plaisir, alors que j'étais célibataire et que je comptais le rester. Et même si à la base, ce plan foireux avait été pour savoir comment satisfaire Kyan, ce serait finalement pour satisfaire quelqu'un d'autre quand je l'aurais rencontré. L'identité du monsieur importait peu au final. Maintenant, je savais comment faire. Enfin, plus ou moins. Je n'étais pas encore une pro et je voulais encore me perfectionner. Et j'allais le faire.

Il avait dit qu'on finirait encore par se disputer. Oh ça, je n'en doutais pas un instant. Mais ce n'est pas parce qu'on se disputerait que j'en aurais envie. Je détestais vraiment quand on agissait comme cela l'un envers l'autre. Je m'apprêtais à lui répondre que mon caractère de cochon lui plaisait et que je pouvais lui résister à cent pour cent (même si je n'en étais pas certaine) mais ses bras m'avaient encerclé et il avait commencé à me chatouiller. J’avais toujours été extrêmement chatouilleuse et cette fois ne dérogeait pas à la règle. J'étais totalement incapable de retenir mes éclats de rire et je ne me privais pas pour essayer de le repousser. Même je n'y mettais pas vraiment de cœur, car il fallait avouer que ses doigts sur moi me plaisaient. Je voulais surtout prolonger ce contact délicieux, sans qu'il ne s'en rende compte. Mais au bout de quelques secondes, j'avais compris que si on poursuivait cette partie de chatouilles, je ne pourrais jamais résister à ses lèvres. J'avais alors commencé à me débattre comme une lionne, et j'avais réussi à attraper un petit cousin que je lui avais fichu sur la tête. Par surprise, il m'avait enfin lâcher et je ne m'étais pas faite prier pour détaler à travers son bureau. Il m'avait suivie en disant que je méritais une punition pour ce que je venais de faire. En continuant de courir, je lui avais lancé «Ah oui? Il faudrait déjà que tu arrives à m'attraper !» Je continuais de courir comme une gamine qui cherchait à fuir un truc inoffensif. Sauf qu'en ce moment précis, avec nos rires qui résonnaient et notre course, Kyan semblait bien plus jeune qu'habituellement. J'adorais cette nouvelle facette de lui. Avec un léger sarcasme, j'avais dit «OH MON DIEU ! Au secours, j'ai peeeeeeeeur» J'avais à peine terminé mon exclamation que ses bras s'étaient alors refermés sur moi. Il m'avait eue ! Avant que je puisse comprendre, nous étions de nouveau dans ce canapé, et ses yeux étaient plantés dans les miens. J'avais l'impression qu'il pouvait lire au plus profond de moi et je n'en étais même pas effrayée. «Alors Monsieur, que comptez-vous faire de moi?» Je savais ce que je voulais faire, mais ça m'avait paru inapproprié de ma part étant donné ce qui s'était passé l'autre soir. C'était pour cette raison que je restais clouée dans ce divan, sans rien faire, mes yeux dans les siens, attendant qu'il me dise le chemin qu'il voulait prendre.

- Eden & Kyan -
© night sky.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

womanizer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 années depuis le 20 février 1990
○ statut : Célibataire qui ne cherche pas à se caser
○ métier : Avocat en droit des affaires
○ quartier : #220 Center Bay (loft)
○ orientation sexuelle : Pleinement hétérosexuel, il aime les femmes et elles le lui rendent bien
○ posts : 328 ○ points : 0
○ pseudo : Sparka
○ avatar : Hunter Parrish
○ DC : Le sexy chanteur de R.E.D.: Isaac Waters
○ inscrit le : 01/06/2017
MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Mer 12 Juil - 8:23

Locked Away
Kyan ft. Eden


Elle avait cette façon de le rendre différent. Il courait après elle en plein milieu de son bureau sans se soucier des apparences. Avec Eden, Kyan se libérait. Mais il n’y avait pas que du bon dans tout ça, il y avait plein de petites choses qui se révélaient et qu’il ne gérait plus. Son côté grand enfant en était un. Eden elle aussi était une grande enfant, peut-être pas si grande en fait. Il aurait voulu qu’elle soit plus âgée, plus expérimentée, pour ne pas culpabiliser autant de ce qu’il voulait lui faire. Mais elle était elle et c’était ce qui faisait son charme. Il se souvenait encore de sa façon de se comporter lorsqu’ils avaient été au café la première fois. Il se souvenait de ses manières maladroites de le sonder, de chercher son regard parfois. Et maintenant, il entendait son rire vagabonder à l’intérieur des murs, résonner dans ses oreilles et le rendre presque fou. Elle était telle une sirène qui l’attirait à lui seulement pour le détruire ensuite. Eden était-elle sa sirène ? La question le tourmentait pendant qu’il lui courait après. Et la plaquant sur ce canapé, à quelques centimètres d’elle seulement, il regardait au fond de ses yeux, cherchant une réponse à cette question qui le torturait. Elle avait l’air tellement réelle, son innocence paraissait tellement… naturelle. Se pouvait-il qu’elle soit la maîtresse de la manipulation au point de parvenir à le duper lui ? Il n’arrivait pas à y croire. Et pourtant elle l’avait vendu et aujourd’hui elle ne lui avait toujours rien dit à ce sujet. Deux jours avant l’incident de la chambre à coucher, il était retourné auprès de l’ami qui lui avait indiqué Eden comme la moucharde pour s’assurer qu’il était sûr que c’était elle. Il ne savait pas trop ce que cela aurait changé. De toute façon, il ne s’attacherait pas à elle, il ne le pouvait pas. C’était une gamine de 20 ans. Il ne sortirait pas avec une enfant. Coucher avec des jeunettes c’était sans problème mais se lier avec, créer une relation avec elles… c’était impossible. Eden était toujours vierge, c’était dire à quel point la vie était encore un terrain inexploré pour elle. Et là, alors qu’il cogitait en sondant au fond de ses yeux, il entendit la voix de la demoiselle venir le sortir de ses pensées. Et ainsi il entendit qu’elle lui demandait ce qu’il voulait faire. Son regard caressa son visage, il s’attarda une fraction de secondes sur ses lèvres avant de secouer la tête et de se relever un peu. « Ce que je veux faire, je ne le dois pas. C’est mieux ainsi. » Il laissa tomber sa tête sur le ventre d’Eden, enfouissant son nez dans son t-shirt qui remonta pour l’occasion et avant de se redresser, posa un baiser rapide sur son nombril. Le tout avait pris en tout et pour tout deux secondes. C’était un geste qui pouvait sembler anodin mais venant de lui, cela démontrait qu’il ressentait le besoin de la toucher même s’il se l’interdisait. « J’ai de nouveau faim. Tu n’as pas pris du popcorn avec toi par hasard ? » Il la regarda avec un sourire amusé avant de secouer la tête comme s’il la grondait gentiment et d’ajouter « Qui vient à une soirée cinéma sans popcorn ? » Il se dirigea vers son ordinateur et chercha sur internet un film à télécharger. « Je te préviens, il est hors de question que je regarde le truc plein de niaiserie que tu as regardé l’autre fois. » Il déroulait les films et s’offusquait du nombre de trucs à l’eau de rose qui lui passaient sous le nez. 50 nuances de Grey fut de passage aussi et il sourit, se demandant comment elle le prendrait si il lui proposait celui-là. Il ne l’avait pas vu mais il savait que c’était rempli de scènes… incitantes. Mais il valait mieux éviter. L’amitié ne comprenait pas de petits plus de ce genre même s’il aurait vraiment aimé. D’autres trucs passaient devant lui et un titre attira son attention. ‘Orgueil et Préjugés’. Ca avait l’air d’être un film d’amour mais le titre lui plaisait beaucoup. Cela leur ressemblait à tous les deux. Il le mit en charge et connecta son ordinateur au projecteur pour son écran de réunion. Ainsi le tout serait projeté sur le mur devant le canapé, comme s’ils avaient leur propre home-cinema. Cela faisait longtemps qu’il souhaitait se servir du dispositif de projection des diapositives et autres slides pour regarder un film dans son bureau. Mais il n’avait jamais eu envie de rester dans le bureau après les heures de travail. Et pendant… cela aurait été mal vu qu’il se regarde un film pendant que les autres travaillaient. Il lança le film, régla le son, prit le petit paquet de cacahuètes qu’Eden avait refusées plus tôt et s’assit dans le canapé. Eden déposa sa tête sur son épaule au bout de quelques instants et sans trop y réfléchir, il la déplaça légèrement pour passer son bras derrière elle et la garder contre lui. C’était pas vraiment un comportement amical mais ni lui ni elle ne semblaient pouvoir se retenir. Et il aimait la sentir contre lui même si c’était une vraie torture en même temps. Ses doigts caressaient son épaule machinalement et il essayait de se concentrer sur le film. Keira Knightley était sublime mais il n’arrivait pas à chasser Eden de son esprit. Et là où le Monsieur Darcy se comportait comme un âne avec Elizabeth, Kyan se disait qu’il faisait pareil avec sa petite dame. Il détestait soudain cette situation. S’ils avaient été ensemble, ou si elle n’avait pas été si chaste, il aurait profité du moment pour l’embrasser, passer sa main par dessus son t-shirt, caresser sa poitrine… Un tas de chose qu’il n’avait par ailleurs quasiment jamais faites. Il n’avait été romantique qu’à l’époque de sa jeunesse. Depuis, tout cela semblait être devenu démodé. Le film avait quelque chose de bon, hormis toute la passion qui s’y déroulait, le tout était contenu dans les conventions sociales de l’époque et à aucun moment les acteurs ne s’embrassaient ou autre. Cela l’aidait à résister à ses tentations. Mais Eden avait mis sa main sur celle qu’il tenait sur son épaule et il se sentait électrisé à ce contact. « Tout à l’heure tu m’as demandé ce que je voulais faire… » Il hésitait, il parlait pendant le film mais ce n’était pas ce qui le tracassait. Il hésitait à ouvrir ce sujet. Mais cela lui brûlait les lèvres. « Mais et toi… que veux-tu faire ? Ou que voulais-tu ? J’ai beaucoup de mal à te suivre Eden… » Elle avait sa main sur la sienne. C’était un signe suffisant de son intérêt. Elle avait posé sa tête sur son épaule après tout. Il ajouta « Je ne suis pas un romantique. » Cette phrase trahissait tant de choses sur ce qu’il ressentait et sur ce qu’il désirait. Mais cette phrase était un mensonge aussi.
made by black arrow

_________________
Deep in my bones, I am Radioactive
« I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalyps. I'm waking up, I feel it in my bones, enough to make my system blow... Welcome to the new age, to the new age» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Jeu 13 Juil - 17:31



Locked Away


Il avait dit qu'il ne devait pas faire ce qu'il voulait, que c'était mieux. Et je le comprenais parfaitement. Moi aussi j'étais dans cette optique. Je ne rêvais que de poser mes lèvres sur les siennes et de sentir encore ses mains sur ma peau. J'étais même prête à subir une autre séance de chatouillis. Mais ses mots avaient quand même éveillé ma curiosité. À quoi pensait-il en disant ça? «De quoi tu parles au juste? Tu peux me dire les choses clairement si tu veux, à la place de faire des sous-entendus... Parce que quand tu fais ça, je m'imagine tout et n'importe quoi.» Ouais. Et ça me faisait mal justement d'imaginer des choses que de son côté, il n'avait peut-être même pas envisagé. Je préférais cent fois entendre un truc blessant plutôt que de ne pas avoir de réponses du tout. J'avais vécu sans connaître l'identité de mon père pendant 20 ans et je ne voulais plus jamais ressentir ce sentiment d'ignorance. Kyan avait rapidement posé sa tête sur mon ventre et avait déposé tout aussi vite un baiser sur mon nombril. Aussi étonnant que cela pouvait être, quand mon tee-shirt était remonté légèrement, je n'en avais pas été gênée. Que du contraire, j'aurais aimé pouvoir l'enlever complètement.. Je voulais montrer à Kyan que j'étais prête à lui faire confiance, prête à rattraper l'horrible soirée de la semaine dernière. Je me demandais si les yeux de Kyan s'illumineraient autant que ceux de Nath en me voyant nue. Sans doute pas. Pour lui, je n'étais qu'une gosse et mon corps n'avait rien d'exceptionnel pour un homme qui avait connu tant de femmes. Il m'avait alors sorti de mes pensées en se plaignant d'avoir faim. Cette réflexion m'avait fait plutôt rire car son esprit pervers devait déteindre sur moi. «C'est bizarre, moi aussi j'ai très faim...» J'avais aussitôt regretté mes paroles et pour essayer de changer de sujet, j'avais répondu «Non, malheureusement je n'ai pas pris de popcorn. Mais j'étais loin de me douter que tu me prendrais en otage ici.» Et je riais. Il s'était relevé pour chercher un film à regarder sur internet, et je priais pour qu'il ne choisisse pas un truc dégoulinant d'amour, même si de toute évidence, ce n'était pas son truc. J'avais toujours détesté ce genre de film. «La comédie musicale que je regardais était tout sauf niaise. Bon d'accord, à la base on y parle d'amour. Mais moi je trouve ça ridicule. Et même plutôt violent. Bref.» Kyan avait visiblement sélectionné un film et était revenu s'asseoir auprès de moi. Je ne savais pas ce qu'il avait choisi, mais je craignais le pire. J’espérais sincèrement que ça ne sois ni un film d'horreur, ni un film d'amour. Et là, j'avais été carrément surprise de son choix. Orgueil et préjugés. Je n'aurais jamais parié sur ce film. Je l'avais vu une fois, en cours de littérature. Et ce film était vraiment un excellent choix. C'était sans doute le seul film romantique que j'étais capable d'apprécier, sûrement dû à la complexité de la relation amoureuse. Le film était commencé et je n'avais pas résisté à l'envie de poser ma tête sur l'épaule de Kyan. Lui, n'avait pas résisté à l'envie de passer son bras derrière moi. On avait presque l'air... d'un couple. On ne l'était pas, bien sur. Mais on en avait l'air. Et c'était mieux que rien.

Je n'arrivais pas à me concentrer sur le film. Quelque part dans ma part, Kyan était omniprésent. J'essayais pourtant de penser à autre chose. Ce Monsieur Darcy qui m'énervait vraiment, ma mère qui m'énervait encore plus, mes cours, le fait que j'allais être tante,... Mais je pouvais faire tous les efforts du monde, Kyan envahissait toujours mon esprit. Il devait avoir autant de mal que moi à se concentrer, puisqu'il venait de rouvrir un sujet délicat. Ce que moi je voulais. Apparemment, il avait du mal à me  suivre... L'inverse était vrai aussi.  Pourquoi se posait-il cette question? Nath m'avait dit que j'étais lâche et j'avais douté de moi. Mais cette fois, j'allais me prouver qu'il avait eu tort. J'enlevais alors ma tête de son épaule afin de le regarder en face. Dans les yeux. «Je veux juste... être avec toi.» Cette phrase voulait dire tellement de choses. Elle aurait pu être insignifiante pour la plupart des gens, mais pas pour nous. Car avouer une chose comme ça, c'était un peu comme abandonner ma fierté. Je m'étais promis de ne jamais lui dire ça. Mais je venais de le faire. En quelque sorte, il avait gagné la bataille finale. Mais il venait de dire qu'il n'était pas un romantique. Comme si je ne le savais pas. Pourtant, à le voir courir après moi tout à l'heure, dans ce même bureau, j'avais presque eu l'impression qu'il était un homme différent de ce que je pensais. Il avait accepté de montrer une nouvelle facette de lui, et j'avais adoré. «Je ne t'ai jamais demandé de l'être. Je veux juste que tu sois toi-même. Et honnêtement, que tu sois romantique ou non, ça ne change rien : je n'arrive jamais à te résister bien longtemps.» J'avais posé mes mains derrière sa tête et je riais encore de ce que je venais de dire. Et s'il continuait à me regarder comme ça, jamais je ne pourrais résister ce soir.  «Oh, ne te réjouis pas trop vite, je ne sais pas si c'est une bonne chose.» En effet, je n'avais pas oublié où il avait fini par ma faute. Et c'est à présent la seule chose qui m'empêchait de plaquer mes lèvres sur les siennes. Pour ce qui était d'aller plus loin avec Kyan, je ne m'en sentais pas encore tout à fait capable, même si l'envie était là. Et en plus, je ne voulais pas le faire tant que je voyais encore Nath pour ces fameux cours. Plus j'y pensais, plus je sentais que c'était le moment d'y mettre un terme. Mais je ne voulais pas non plus que Nath pense que je.. l'abandonnais. Je me sentais soudain submergée par des émotions totalement contradictoires. Le désire et la peur, entre autres. Je m'étais rapidement éloigné de lui, avant de céder totalement soit à mes envies, soit à mes larmes et je m'étais dirigé vers les fenêtres, plongée dans mes pensées. Il y avait une vue imprenable sur la ville et étrangement, ça m'avait aidé à me calmer. «C'est magnifique, mais tu ne trouves pas que c'est un peu effrayant aussi? Je veux dire... je me sens comme un grain de sable à côté de tout ça.. Un peu insignifiante comparé au reste du monde.» Je ne savais pas pourquoi je m'étais confié à lui comme ça, mais j'en avais eu besoin. Réellement.

- Eden & Kyan -
© night sky.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

womanizer
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 27 années depuis le 20 février 1990
○ statut : Célibataire qui ne cherche pas à se caser
○ métier : Avocat en droit des affaires
○ quartier : #220 Center Bay (loft)
○ orientation sexuelle : Pleinement hétérosexuel, il aime les femmes et elles le lui rendent bien
○ posts : 328 ○ points : 0
○ pseudo : Sparka
○ avatar : Hunter Parrish
○ DC : Le sexy chanteur de R.E.D.: Isaac Waters
○ inscrit le : 01/06/2017
MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   Ven 14 Juil - 10:30

Locked Away
Kyan ft. Eden


Il n’aimait pas ce qui venait de se passer. Alors qu’il avait avoué une certaine faiblesse à son égard, elle cherchait à en savoir plus sur lui, sur ses intentions, sur ses désirs. Il pensait que sa phrase était explicite mais apparemment elle doutait. Doutait-elle d’elle ? Elle était encore tellement inexpérimentée, il était normal qu’elle n’ait pas confiance en son pouvoir d’attraction. Mais il ne se voyait pas expliciter le tout car cela aurait été lui donner l’avantage. Il se retira en laissant un baiser sur son ventre et alors qu’elle lui expliquait son malaise et ses raisons, il soupira. « A quoi bon te dire ce que je veux si de toute façon je ne le ferai pas ? » Déjà il lui avait parlé de ce qu’il voulait faire sur le moment et non de ce qu’il voulait en général. Il aurait dû préciser maintenant mais à quoi bon ? Elle était adorable dans sa manière d'essayer de se rassurer, de comprendre aussi. Mais moins elle comprenait, mieux c'était. Il valait mieux qu'Eden reste dans son innocence et que leurs chemins se séparent. Mais il ne voulait pas cela, il voulait encore la garder à ses côtés. Et pour cela, la seule solution qu'il trouvait, c'était de continuer à exécuter ce plan qu'il avait mis en place. Il commençait à réaliser qu'il en souffrirait aussi s'il s'autorisait encore à s'attacher à la demoiselle. C'est pourquoi il devait marquer une distance entre eux. Et pourtant, bien qu'il était conscient de tout ça, il continuait à jouer avec le feu.
« Je ne t'ai pas vraiment pris en otage, je t'ai déjà dit que je n'obligeais jamais personne à rien. » Il avait essayé de ne pas être trop sec mais ce genre de remarque l'hérissait toujours, surtout venant d'elle. Il se doutait bien qu'elle blaguait mais elle aurait dû aussi se douter que Nina était parfaitement consentante quand il avait franchi certaines limites avec elle. Et les voilà donc tous deux à marcher sur des oeufs, sans savoir lequel des deux était le plus en tort.

Elle prétendait ne pas aimer les films d'amour et Kyan trouvait cela drôle car tout en elle respirait la romance. Elle avait cet air pur ce le visage, ce regard parfois angélique qui faisait penser aux comédies romantiques où une gourgandine craque pour le mauvais garçon du lycée. Eden était l'archétype de la romantique selon lui.
« A mon avis, tu aimes les romances, mais tu ne veux juste pas l'admettre parce que tu penses que ça te rendrait faible. » Il ne déconsidérait pas ceux qui croyaient en l'amour. Lui-même voulait y croire. Mais la société était assez superficielle que pour lui ôter ce fantasme de la tête 75% du temps. Ils s'étaient assis l'un à côté de l'autre et un peu trop naturellement s'étaient positionnés comme un couple l'aurait fait. Cela mettait Kyan mal à l'aise mais pas assez que pour bouger et rompre ce lien qui se créait. Mais l'homme avait besoin d'éclaircissements. Si la situation faisait qu'ils avaient l'air de deux colombes roucoulant au soleil, il voulait savoir si c'était ce qu'elle espérait de lui. Car il ne s'en sentait pas du tout capable. Il y avait tant de mensonges entre eux, tant de comédie, qu'il ne pouvait imaginer de fonder une relation là-dessus. Puis, ils vivaient ensemble, c'était pas le top pour construire quelque chose. Enfin, elle était jeune, étudiante et il était un peu son bienfaiteur avec l'appartement donc la relation n'était pas des plus équilibrées. C'est là que le couperet est tombé. Etre avec moi. Ca sonnait comme une grossiereté tant cela n'avait de sens. Comment pouvait-elle vouloir cela? Alors qu'il lui avait précisément dit qu'il n'était pas en vente, qu'il n'était pas disponible ni désireux d'une pareille chose. Puis il se souvint que s'il avait dit tout ça c'était justement pour lui donner l'envie de le désirer encore plus. Son plan marchait... trop bien. Il avait tenté de sauver quelques meubles en lui disant qu'il n'était pas un romantique mais elle semblait dubitative. Elle lui répondit que peu importe comment il était, elle n'arrivait pas à lui résister.
« Donc en gros, même quand je suis un connard, t'as envie de moi? » Il essayait de ramener cela autrement, de rendre ce qu'elle disait moins gentil, moins... difficile à briser. Ramener cela sur l'aspect sexuel était une façon de lui faire savoir subtilement qu'il ne pourrait répondre positivement à une demande de couple. Il n'était pas prêt. Et pour cause, elle lui faisait peur. Ce qu'il pourrait ressentir pour elle s'il s'autorisait à le faire, cela le terrifiait. Parce qu'il n'oubliait pas qu'elle n'était pas si gentille qu'elle y paraissait.
« En effet, je doute que ça soit une bonne chose. » Son ton était catégorique. Elle lâcha la tête de Kyan pour aller se perdre dans la contemplation de la vue. Kyan était torturé entre son envie d'aller plus loin avec elle et son instinct qui lui disait qu'il allait se brûler les ailes s'il ne faisait pas plus attention. Il se leva, oubliant complètement le film qui passait sur l'écran improvisé, et se dirigea vers elle. Debout derrière Eden, il chassa les cheveux qui lui obstruaient le passage vers sa nuque. Il déposa un baiser chaste d'abord et puis de moins en moins chaste dans son cou. Ses mains la tenaient immobile en exercant une pression sur ses hanches.
« Je me fiche de la vue Eden...» Ses lèvres attrapaient la chair de sa gorge avec une soif réprimée autant que cela se peut. Puis il se servit de ses mains déjà agrippées à ses hanches pour la faire tourner vers lui, en face à face.
« Tu te fais des idées à mon sujet, tu m'idéalises et tu as tort. Vraiment. » Ses yeux jetaient des flammes. Il devait prendre une décision et il hésitait encore sur ce qui allait jaillir de ses lèvres quelques secondes plus tard.
« Si par "je veux être avec toi" tu entends être en couple avec moi.. je suis navré mais ce n'est pas dans mes cordes, ce n'est pas le moment, ce n'est pas possible. » Il marqua une pause avant de faire glisser ses doigts le long de son bras comme il aimait à le faire.
« Si par contre, être avec moi veut juste dire... » il l'attira contre lui, pressant sa main droite entre les reins de la jeune femme avant de souffler dans son oreille
« ... être avec moi. Alors, là, maintenant, tu es déjà avec moi. Et ça, je pense être totalement capable de le faire. » Il y avait mille sous-entendus dans ces simples mots. Il avait appuyé largement sur le mot 'totalement'. Il la regardait droit dans les yeux, conscient qu'elle devait être aussi perdue que lui. C'était cruel de lui imposer un choix aussi différent, une sorte de tout ou rien en quelques sortes.
« Prends ton temps Eden. Avant de passer un accord avec le diable, il vaut mieux réfléchir. Tiens,... » Il jeta un oeil au film qui continuait de défiler sur l'écran de projection.
« Le film n'est pas fini. Tu as encore tout le temps de voir si Darcy et Elisabeth ont droit à une fin heureuse avant de décider si tu veux vraiment "être avec moi" mais selon mes propres termes. »
made by black arrow

_________________
Deep in my bones, I am Radioactive
« I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus. This is it, the apocalyps. I'm waking up, I feel it in my bones, enough to make my system blow... Welcome to the new age, to the new age» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Locked Away |Edyan#4   

Revenir en haut Aller en bas
 

Locked Away |Edyan#4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Echoes knocking on locked doors ♈ 14 mai, 9h37
» Pandora's box of RPs [the box's LOCKED]
» Bed, stay in bed, the feeling of your skin locked in my head
» Wes ►If I got locked away, and we lost it all today, tell me honestly, would you still love me the same ?
» locked away - Cheslet (âme sensibles s'abstenir)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: around you :: le passé-