AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Putain de poneys [ Kath - Joy - Ava ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Putain de poneys [ Kath - Joy - Ava ]   Mar 11 Juil - 16:20




❝ PUTAIN DE PONEYS ❞



Affalé de tout son poids dans ce lit, le plus grand modèle qu'il ait trouvé dans ce trou perdu, ses pieds dépassent quand même mais il s'en fout. Il s'est bu plusieurs bouteilles d'alcool il y a de ça quelques heures, jour de congé, pour arriver à dormir. Encore des cauchemards, toujours les mêmes, à voir des femmes se faire abuser en Afrique, ou torturer, ou trouver des gamins esclaves au fin fond de la Colombie à produire de la cocaïne, ou bien des mission bien plus gores dont il n'a jamais parlé à personne. Et pour ne pas tuer un ou deux voisins trop casse couilles qui ne comprend jamais ce que la vraie douleur ou la vraie vie malheureuse signifie, il boit, fume et se vautre ici, sous cet amas de drap, parce que les couettes, c'est toujours trop chaud. C'est pas en taule, ou dans la légion qu'on avait le droit à du trois étoiles, alors dormir dans le froid ou de l'humidité jusqu'au cou, terré dans une rivière jusqu'à l'aval de leurs supérieurs pour attaquer, toutes ces choses là, ils les connaissaient. Il y avait longtemps qu'il n'était plus frileux ni craintif de quoi que ce soit. Mais s'il y avait bien une chose qu'il ne supportait pas, c'est qu'on le réveille en pleine nuit pour des conneries. Et bien des types avaient pris des claques dans la tronche pour l'avoir sorti du pieu sans motif valable.

Depuis quelques temps, il bossait pour les soeurs Duncan, au centre équestre Blackhood. Ça lui allait. Ça l'occupait et ça l'entretenait en plus des entrainements réguliers au combat pour se passer les nerfs du vie trop calme. Et d'un autre coté, personne ne lui cassait plus les couilles, quoi que si on y réfléchissait un peu, les trois soeurettes étaient un peu la croix et la banière quand il s'agissait de faire ce qu'elle voulait. Fallait être bien constituer. Cela ne faisait qu'un petit mois qu'il y bossait et pour le moment, elles ne s'étaient pas trop mal comporté. Kath semblait la plus responsable. Quand aux deux autres, il gardait un oeil dessus. Et quand on parle du loup, alors qu'il dort comme un ogre dans sa paillasse, torse poil comme d'habitude, le téléphone sonne. Cinq secondes. Dix. Vingt. Putain! Un grognement retentit dans la chambre bordélique. Sa masse roula sur le lit, le drap lui entourant le bassin. Qui ose le faire chier à cette heure-ci. Ça va chier pour son matricule. Il décroche son portable, la gueule dans le pâté, la voix rauque et de mauvais poil.

"Heinck."


Et ce qu'il entend le laisse pantois. Il aurait du fermer sa gueule à dire que les sœurs lui avaient encore fait de foireux. Son regard blasé fixe le plafond ou passe une araignée. Il ne prend même pas la peine de répondre à Kath, raccrochant. Elle ne sait pas s'il va venir du coup. Et il en a carrément pas l'intention, balançant le portable sur la table de chevet, entre ses clopes et une bouteille de scotch liquidée. Il referme les yeux et va pour se rendormir, mais une minute à peine passe avant qu'il ne regrogne, et choppe son paquet de clopes pour s'en allumer une. Puis il extirpe sa masse du lit qui craque avec un "fais chier..." extirpé en profondeur. Sales momes. Il comprend pas comment on peut laisser un ranch entier à des nana, voilà ce que ça donne. Surtout de leur âge. Il enfile un jean. Quoi ça pose un problème si y'a rien dessous? Comme si à la légion quand t'as plus ton slip tu peux pas sortir, et puis merde, c'est urgent non. Alors fuck. Il passe un tee shirt et sort en baillant à s'en déboiter la mâchoire, avec un mal de crâne à en déboiter les fesses d'une chèvre.

Quelques minutes plus tard, il sort de son pick up au pare choc aussi enfariné que sa tête, et s'avance vers un des bâtiments ouverts, habituellement non allumés la nuit. Il tousse un peu et regarde sa clope. Merde, il fume le filtre. Le mégot finit dans le fossé et il se retrouve comme un con devant un poney de la taille d'une mouton qui passe à hauteur de ses genoux, pour se barrer dans l'obscurité. Il le suis du regard dépité.

" Putain je déteste les shetland..."

Il fait demi tour vers son pick up et prend une hache dans le coffre à ciel ouvert, puis fait demi tour, la hâche sur l'épaule. Il va en faire du steak de ces foutus équidés. Et elles sont où les frangines? Ils les ont kidnappé? Il déteste courir ou gueuler et on y voit rien dans ce centre équestre. Va vraiment falloir qu'il leur cause de spots d'éclairages et autres trucs utiles pour pas se casser la gueule dans les fourrés. Bon l'avantage c'est que du haut de ses deux mètres, il risque pas de se faire piétiner par ces bestioles. Il continue de marcher dans les allées dans le centre, quand il aperçoit une silhouette qui court vers lui. Il s'attend au pire.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Putain de poneys [ Kath - Joy - Ava ]   Mer 12 Juil - 19:36

putain de poneys.
Quathavoy

Pieds nus contre le bitume et talons laisser à l'abandon sur la chaussée, t'es accompagné comme toujours de ta sœur Ava, celle que tu préfères, la moins casse-couille des deux et celle avec qui tu passes ton temps à faire des conneries, d'ailleurs il y a encore deux minutes même pas vous avez fait encore des vôtres, bourré vous fonciez droit vers une voiture qui a su, pour le soulagement de tous, freiner à temps, toi et ava vous prenez une sacrée leçon par le conducteur, t'écoutes sans ne rien comprendre, tu te concentres sur les petites étoiles qui tournicote au-dessus de sa tête, vous savez comme dans les dessins-animés, après son discours tu fini par dégueuler sur sa paire de chaussure, tu t'excuses à ta façon. « C'était pour votre bien vous savez, plus personne ne porte de santiags de nos jours. » La police n'est pas dans les parages et heureusement sinon vive la cellule de dégrisement avec deux perchés comme vous. T'arraches ta sœur des bras du conducteur, parce qu'entre temps, madame jouais de son charme pour l'attirer dans ses filets. « Ain't no sunshine..... when she's gone, It's not warm when she's away » Tes déceptions amoureuses, même bourré t'y pense encore. T'as une sale gueule entre ta bouteille de tequila dans une main, ta robe noircie après avoir tenté quelques roulés-boulés avec ta sœur, tes yeux rouges et ton nez coulant à force de pleurer tes amours perdus. Ce soir, tu es loin d'être la plus belle des duncan comme tu aimes t'en vanter, même ta sœur aussi bourrée que toi a meilleure allure.

« Allons-sauver les shetlands ! » Arrivé comme une illumination, tu penses aux malheurs de ces petits poneys de foire, pas loin du ranch avec ta sœur, tu prends la direction des poneys. Ces pauvres petits poney, la vie est si dure avec eux, ils sont nés petit et n'intéresse que les gamins, ils ne sont pas très utiles et ne savent pas sauté d'obstacle, ils servent seulement de manège aux plus petits, ils marchent toute la journée, privée de liberté ils regardent de leur box, les beaux étalons comme Kaporal se défouler dans les champs, trop petit et lent pour ça, tu compatis, tu te sens comme eux, petite et inutile. « Pauvre petite bête.. Je... Je me sens si proche de vous, enfermez par cette méchante sorcière de Kahtleen, comme moi, petit et inutile, comme moi, on ne vous prend jamais au sérieux, comme moi, vous êtes toujours laissés de côté, comme moi.. » Tu ouvres la porte de leur box, il s'échappe en courant de cette prison.

« Vive la liberté, vive les shetlands ! » T'as perdu de vu ta sœur, mais tu ne t'en soucis pas, voir tout ce bonheur autour de toi te donne des ailes, tu te sens dans la peau d'un shetland et de ta voix suave ou plutôt, de crécelle et cassante tu nous fais une libre interprétation du roi lion. « Shet'o Matata, quel chant fantastique, ces mots signifient, que tu vivras ta vie, sans aucun souci, philosophie, shet'o matata ! » Une illusion due à l'alcool ou bien alors ta sœur Kathleen à peine réveiller arrive vers toi tel une fureur. « Kathounette, n'est-ce pas magnifique ? Ces petits poneys, libre de vivre leur vie ! » Tu t'appuies contre elle et contemple ton œuvres, pas sûr qu'elle apprécie autant que toi, mais apeuré pour les shetlands, elle préfère ne pas faire attention à toi et se lamenter comme elle sait si bien le faire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Putain de poneys [ Kath - Joy - Ava ]   Jeu 13 Juil - 1:32



Putain de poneys


Le conducteur de la voiture nous passe un sacré savon et je  comprends immédiatement qu'on a frôlé la catastrophe. Ok. Une fois de plus, je suis complètement bourrée. Un jour, faudrait vraiment que j'arrête la bouteille. Ou pas. Mais en tout cas, arrêté d’entraîner ma sœur dans mes plans foireux. Je l'adore cette petite peste -même si jamais je ne l'admettrais-, mais j'oublie souvent qu'elle est plus jeune que moi. Je suis censée montrer l'exemple, comme dirait Kath. Sauf que je suis incapable de faire ça, puisque je suis l'exact opposé d'un exemple à suivre. En tout cas, pour ma petite sœurette favorite. La peur que Joy se fasse ratatiner sur la route m'a presque aussi vite désaoulé. Il faut aussi avouer que je tiens mieux l'alcool qu'elle et que donc, je sais reprendre mes esprits assez rapidement si la situation le demande. Et là, je sens que c'est le moment. Joy finit par gerber sur les santiags du conducteur et je fais tout mon possible pour qu'il n'appelle pas les flics. ''Tout mon possible'', dans mon langage, ça veut surtout dire jouer de mon charme. À tous les coups, ça fonctionne. Sauf que cette fois, je n'ai pas tellement envie de tester mon sex-appeal puisque le conducteur est tout sauf séduisant. Ma sœur n'a pas tort, qui porte encore des santiags de nos jours, merde? Faute de goût inacceptable selon moi. Du coup, avant d'en arriver là, j'essaye la technique que j'ai nommée ''ZINZIN''. «Excusez ma jeune sœur, ma jumelle l'a envoyé dans un mur quand elle était gamine et depuis... elle perd un peu la boule»   Je prends un air triste et essuie une larme imaginaire au coin de mon œil droit. Il n'a pas l'air de douter de ma fausse révélation, par contre, il semble comprendre que je m'en sers pour l’apitoyer. Ok, super... je vais devoir passer au plan B. «À part ça, on pourrait aller boire un verre... et...»   Joy m'attrape soudain par le bras et je me dis que finalement, vu la tronche du mec, je préfère aller en cellule de dégrisement. La tête de Joy n'est pas mal non plus. Discrètement, je prends une photo de Joy avec mon téléphone. Demain, quand je lui montrerais cette magnifique photo d'elle, elle ne pourra pas se vanter d'être la plus jolie des Duncan. Ça, c'est moi.

Si j'ai l'alcool pervers, Joy elle, a l'alcool triste. Elle se met tout à coup en route vers les poneys et débite un flot de connerie sur son malheur à être petite et inutile. Je sais qu'elle est bourrée et que je n'arriverai pas à la raisonner, mais l'entendre dire de telles choses me rend folle (plus que d'habitude). En marchant, je passe mon bras sur ses épaules et lui dis «Petite sœur, pour moi t'es utile. Alors arrête tes pleurnicheries.»   Mais elle n'écoute rien et elle s'éloigne de moi. Je n'ai pas le temps de comprendre ce qui se passe, que déjà, elle a ouvert le box des poneys. Je cours pour refermer la porte, mais c'est trop tard, ces sales bêtes se font déjà la malle ! «Joy, putain, t'es sérieuse?»   Elle est vraiment dans son trip. «Kathleen va nous tuer ! Demain, à cette heure-ci, nous aurons été pendues en place publique !»   Oh oui, c'est sur. Kath va littéralement péter un boulon. C'est pile à ce moment-là que je décide de mettre les voiles, de filer à l'anglaise, avant que ma jumelle parfaite ne déboule comme une furie pour me jeter la pierre.  

-  Quathavoy  -
© night sky.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Putain de poneys [ Kath - Joy - Ava ]   Jeu 13 Juil - 18:38

❝ Putain de poneys ❞
Qathavoy

Encore endormie, l'esprit dans les vapes, j'émerge lentement d'un sommeil qui n'a pas eu le temps d'être réparateur. Je jette un coup d’œil furtif à mon réveil et l'heure qui s'affiche me fait grincer des dents. Je remonte mon drap jusqu'au cou, repose ma tête sur l'oreiller moelleux et ferme les yeux. Seulement, quelques secondes après, un hérissement et plusieurs coups de sabots me font sursauter. Des chevaux ? Ici ? Impossible ! Toutes traces de sommeil envolées, je saute de mon lit et part ouvrir la fenêtre de ma chambre et je fronce les sourcils en découvrant le spectacle qui se tient devant moi. Des shetlands devant la maison. Nos shetlands. Je reconnais sans mal Petit prince et Yooper malgré la faible lumière. Je n'ai pas le temps de réfléchir plus longtemps que j'enfile des vêtements convenable et une paire de botte. Je cours dans la chambre de mes sœurs, mais que ce soit pour Joy ou Ava, aucune des deux ne se trouvent dans son lit. « Ne me dites pas… » Je lâche un juron d'agacement. Jamais là quand on a besoin d'elles. Je quitte la maison en claquant la porte et récupère deux licols et deux longes qui par chance, traînaient dehors. J'espère sincèrement que ce sont les seuls qui ont réussi à s'échapper parc que je n'ai pas l'intention de passer la nuit à jouer à cache-cache avec des poneys. Je m'approche du premier à pas de loup et fort heureusement, comme il est trop occupé à saccager les fleurs de grand-mère, je n'ai aucun mal à lui enfiler le licol. Je le mène avec moi jusqu'au deuxième. En revanche, lui, il me donne un peu plus de fil à retordre et je dois m'y reprendre à plusieurs fois avant de parvenir à mes fins. « Bons poneys. C'est bien. » Je les caresse au niveau des naseaux et me dirige, à pied, jusqu'au centre équestre. C'est quand même bizarre cette histoire. Comment des poneys de cette taille ont-ils pu s'enfuir ? Je suis persuadée d'avoir fermer les portes des box avant de partir et de plus, personne n'est resté au paddock cette nuit, ils n'ont pas pu détruire les barrières. « Comment avez-vous fait pour sortir hein ? » En guise de réponses j'ai droit à deux hennissements et je soupir. Cette histoire est vraiment en train de m’inquiéter.

Quelques minutes plus tard, j'arrive au centre et je découvre la suite du carnage. Ce ne sont pas seulement les deux que je ramène qui se sont enfuis, mais bien tous les shetlands. J'en croise plusieurs sur le chemin et je commence vraiment à paniquer et surtout à perdre mon sang-froid. Si ça se trouve on est en train de nous voler nos chevaux. Et quand j’aperçois une petite tête blonde au loin, je n'ai pas besoin de plus d'explications. J'ai compris. C'est un de ses sales tours à cette petite diablesse. J'accroche les deux poneys, parce qu'il est hors de questions que je sois obligée de leur courir après une fois de plus et je m'approche de ma sœur. Quand j'arrive à sa hauteur, je peux assurer que si mes yeux étaient des mitraillettes, elle serait déjà morte. « Pourquoi tu as fait ça ?! » Elle ignore totalement ma question et s'appuie contre moi, m'exposant avec plaisir toute cette nouvelle liberté. Je vais la tuer. Je la repousse et je tente de maîtriser ma colère. Je sais, qu'encore une fois, elle a abusé sur l'alcool et je sais qui est la responsable de tout ce cinéma. Ava. Elle était avec elle, j'en suis sûre. Même pas fichue de surveiller sa petite sœur ! « Toi, tu ne bouges pas d'ici ! Tu attends là, bien calmement et je m'occuperais de ton cas plus tard ! » Je m'éloigne d'elle et par en courant vers mon bureau. J'ouvre tous les tiroirs, fout en l'air plusieurs classeurs avant de trouver ce dont j'avais besoin. Je compose son numéro et je prie silencieusement pour qu'il décroche. Mais plus les sonneries passent, moins j'ai d'espoir. « Allez… Décroche. » Et le miracle se produit ! « Qaïn ! C'est Kathleen, je suis désolée de te déranger, mais j'ai vraiment besoin de toi. Les shet's se sont enfuis, il y en a de partout. C'est une longue histoire, mais pitié, faut que tu viennes. S'il te… » Je n'ai pas le temps de finir ma phrase qu'il me raccroche au nez. Sans dire un mot. « Putain ! » Je repose le téléphone et me laisse tomber sur ma chaise de bureau. C'est un véritable cauchemar. Je prends quelques secondes pour réfléchir, puis je me dirige vers la sellerie. Je récupère harnachement de Cooper et l'équipe. J'irais bien plus vite à cheval. Au moment où je quitte les écuries, j'entends le bruit d'une voiture. Intérieurement, je prie pour que ce soit Qaïn. J'attache la bride de Cooper et me dirige avec hâte dans sa direction. Je pourrais lui sauter au cou tant je suis heureuse de le voir. « Merci d'être venu. Je te promets que je te revaudrait ça ! » Je lui explique ce qui se passe, le mauvais coup de Joy et sans doute celui d'Ava qui, se cache je ne sais trop où. « Il faut les empêcher de se diriger vers la plage… » Je ne préfère même pas imaginer ce qui se passerait s'il se retrouvait coincé dans l'eau. En plein jour, je ne dis pas, mais en pleine nuit, ce serait sans doute catastrophique. « Faut qu'on se sépare. J'ai préparé mon cheval. Je vais aller ouvrir la grille d'un des paddock et il faudra qu'on les ramène à l'intérieur. » Je le dévisage de haut en bas et pousse un léger soupir en remarquant enfin la hache sur son épaule. Je secoue la tête de droite à gauche et hausse les épaules. Je n'ai même pas la force de lui demander ce qu'il compte faire avec ça, bien que j'en ai ma petite idée. Je suis tellement stressée, énervée et épuisée qu'il pourrait bien les couper en petits morceaux que je n'arriverais pas à ressentir la moindre émotion. « Mes sœurs vont me rendre dingue. » Je lui donne un des Talky Walky récupéré dans mon bureau et lui dit de ne surtout pas hésiter en cas de besoin. Puis sans attendre de réponse, je repars en direction des écuries pour monter Cooper et ouvrir la grille du paddock.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Putain de poneys [ Kath - Joy - Ava ]   Ven 14 Juil - 18:47




❝ PUTAIN DE PONEYS ❞


Lui revaloir ça? Il était pas sûr de vouloir savoir comment à moins d'une bonne bouteille de vingt ans d'âge, mais le réveiller en pleine nuit pour des poneys était de loin la chose la plus insolite et la plus mauvaise qu'on lui avait fait depuis la taule. Il retient un bâillement qui lui aurait certainement déboiter la mâchoire, observant la joie, mais aussi la colère et la nervosité qui agitait sa jeune patronne. C'est bien ce qu'il disait. Ils sont où leurs parents. Ça va partir en totale cacahuète ces conneries. La hache sur le dos, il la voit bien rouler des yeux mais elle ne dit rien pour autant. Devait-il conclure qu'il avait le droit de tronçonner du shet? Bah merde alors, même les filles se foutaient de la vie de ces braves bêtes aux petites pattes qui devaient être bien apétissantes sur un barbec? Loin de penser plus d'une second au sort des poneys, il s'arrêta sur le fait qu'elle prenait son cheval pour aller chercher les fugitifs, mais qu'elle employait le "on". Les empêcher de se diriger vers la plage? Pourquoi, ça nage pas un poney? Un autre petit poney passe au loin, au nez et à la barbe de la petite Kath, mais Qaïn l'a bien vu lui. Il voit le bide de ce dernier presque trainer par terre et son doute s'envole. Ouais, ça nage pas. C'est un vrai caillou celui-là, à tout parier. Mais ce qui l'emmerde le plus c'est en effet ce "ON". Comment ça "on"? Et lui il a pas de cheval? Il doit tout se taper à pied? Ah ouais d'accord.

"Super..." qu'il maugrée sur place en voyant le même poney passe dans l'autre sens. Ils ont un sens de l'orientation merdique on dirait, celui-là sait même pas où il va. Ça le dépite encore plus. Il demandait une mission dans son subconscient mais ça... c'était... dépitant. Qui avait fait ça...? A force de bosser ici, il avait sa petite idée, et le fait que Kath soit seule pour gérer le problème, indiquait que Joy et Ava n'étaient pas de la partie, du moins pas du bon coté de la partie. Ces belettes rebelles avaient donc eu raison de sa nuit et ça c'était blasphématoire pour Qaïn. Il regarde autour de lui, cherchant une quelconque solution pour ne pas se taper la baie à pied, avec en plus l'absence de certitude qu'il trouverait un quelconque poney vers la plage, mais bon. Il attrape des cordes et des licols qui trainent. On va faire ça autrement. Il charge plusieurs couvertures de protections à poneys à l'arrière du pick up, les étalant , et balance les cordes à l'intérieur, s'assurant de la quantité de bestioles qu'il peut charger là dedans. On lui a dit de ramener les poneys? Il va les ramener mais à sa manière. Il balance la hache coté passager, et met le contact direction la route qui va à la plage. Roulant à faible allure, il se charge d'une lourde lampe de poche et éclaire la plage sans résultat, mais un bruit bordélique atteint ses oreilles dans les fourrés de l'autre coté. Il stoppe tout, descend , choppe les cordes et grille deux poneys pris dans des buissons épineux sans trouver la sortie. Je te jure dans la catégorie champions ceux là. Et on met des petits là dessus? Les parents veulent s'en débarasser en vrai , il voit qu ça, en plus, monter la dessus au trot c'est un coup à soit te secouer le cerveau , soit à te faire gerber, même effet qu'orangina, le coccix en moins.

Sans un bruit , il enjamba les buissons, s'erraflant l'intérieur des cuisses à travers même son pantalon et échappa des insultes murmurées à l'attention des Shet. Il avait franchement envie d'en foutre un au barbecue. Il avait combattu contre des guérilla et des groupuscules et autres horreurs de l'humanité et il venait de se peler les testicules avec du genévrier. C'était n'importe quoi. Il en attrape un par le toupet, et le second par la crinière et les deux veulent se barrer. Non. Putain, c'est mort, ils n'iront nulle part. Qaïn enjambe le premier et s’assoit dessus, le poney sentant direct qu'il ira pas bien loin mais essaie quand même de marcher, alors que le second se fait passer le licol. Heureusement que personne ne le voit, il serait obligé de le tuer. Juste après avoir sangler un poney au dessus des oreilles, il fait de même avec celui sur lequel il s'est assis, après avoir ancré ses crampons dans le sol. Il ramène les deux bêtes au pick up.

"Si vous bougez, je vous attache les pattes, et je vous charge comme des sacs dans le coffre." qu'il râle gravement en éclairant de l'autre coté, dépité de voir qu'il fait ce qu'on lui demande. Et voilà qu'en plus, il cause à des canassons. Un soupir s'échappe de sa gorge, et il s'allume une cigarette en avançant sur la place, avec sa lampe torche énorme, qui éclairait à une distance impressionnante. Ils sont où ces bourriquets? Il entend un gros floc-floc et un hénissement. La lampe se pose sur un petit machin couleur caramel et blanc qui fait la fête dans la flotte, tout fou. Au moins, y'en a un qui s'éclate. La corde autour de la main, Qaïn s'approche sans se presser, il donnerait n'importe quoi pour un café là.

Les mollets dejà à moitié dans l'eau, les vagues assez calmes pour la nuit pour une marée douce, le poney n'est pas loin. Mais à la place du café , il n'obtient que le cri d'une demoiselle dont il ignore la provenance. Et forcément le poney se barre en courant. Qaïn ne court pas, c'est mort. Il reste immobile, et hausse un sourcil, dépité, la corde le long de sa jambe. Et en face de lui, il voit une tête blonde. Joy. Il ignore où est Ava, ou Kath, mais Joy est bien là, et ce n'est pas un cri de détresse, c'est un cri de... en fait, il n'en sait rien du tout... Le poney se tire encore plus loin forcément et Qaïn lui, fixe la petite blonde au loin, l'éclairant de sa lampe torche éblouissante. Magnifique. Perplexe, il jette un regard autour de lui et sans chercher plus loin , sa voix grave retentit dans la pénombre.

"Oh Joy, viens par ici! Où est Ava, tu l'as vu?"
L'espace d'une seconde, il espère quand même qu'elles n'ont pas eu l'idée débile de prendre un bain de minuit dans cet état. "Joy! Viens là!" qu'il répète de manière autoritaire. Il va se foutre en pétard, c'est quoi ce merdier. Il a déjà les poneys à gérer, il peut pas lui courir après en plus. Il avance vers elle, près à tout venant de ces demoiselles.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Putain de poneys [ Kath - Joy - Ava ]   Dim 30 Juil - 17:20

putain de poneys.
Travoy

« Toi, tu ne bouges pas d'ici ! Tu attends là, bien calmement et je m'occuperais de ton cas plus tard ! » T'es sous le contrôle de l'alcool, rien à foutre des ordres de la grande, toi tu as pas son temps à courir derrière Ava qui, tu le sais très bien t'as lâchement abandonné, abandonné comme ces pauvres shetlands, toi qui pensais que ta sœur préférée te soutiendrai jusqu'au bout, ta eu tord, une fois de plus, toi personne ne t'aime ni te soutient dans tes idées plus loufoque soit-elle. Ta seule obsession est de libérer les petits shetlands du monde qui leur est destiné, cette prison n'est pas faite pour eux, tu en es persuadé, dans ta tête tu es un shetland, tu ressens les mêmes émotions, tu te sens aussi sali qu'eux, t'as rien dans le crâne et pourtant au fond de toute cette graisse se cache un petit cœur tout mou qui ne cherche qu'à être aimé. Tu tapes sur le cul d'une de ces bêtes qui commencent à courir vers la plage emportant avec elle le reste du troupeau sous ton regard émerveillé, toi qui suit cette belle bande de shetland sur la plage, tu te fous à quatre pattes, tu verses le reste de sa bouteille de tequila dans la mer, tu te penches et fini par boire cette foutue eau salée, t'es passée à deux doigts du drame, du sable restant coincé au fond de ta gorge, tu craches, mais rien à faire, ça reste bloqué, bloqué comme ton regard assassin destiné au vieux, qui avec une hache s'apprête à faire la plus grosse connerie de sa vie. « NOOOOOONNNNN ! » Tu cours comme une imbécile dans l'eau arrivant tant bien que mal à diriger l'animal hors des pattes du vieux.

Toi, tu es partagée entre lui refaire le portrait tout en prenant soin de lui enlever la hache des mains avant qu'il ne te prenne comme le substitut du shetland qui s'est enfui quelques minutes avant ça ou bien alors dégueuler une nouvelle fois, sur Qaïn, petite vengeance qui n'en paraît pas une, plus efficace et moins dangereux pour toi. Finalement tu n'optes pour aucune de ses deux solutions, non toi tu préfères laisser de côté le vieux pour tes shetlands. « Laisse-moi, le vieux, retourne à tes crottes. » c'est sûr, tes shetlands sont vingt fois plus important que Quaïn, c'est quoi pour toi ? Pour toi le vieux c'est celui qui s'occupe d'entretenir un peu le ranch et se charger des tâches les plus ingrates, un domestique un peu vieux, ronchons puis pas mal agressif. Il s'avance vers toi, tu passes entre ses jambes avant qu'il ne t'attrape et fuit à l'autre bout de la plage. L'alcool parlant pour toi, t'es pas prête à lâcher le combat. Tu manques de trébucher à plusieurs reprises, mais t'arrive à tenir, à ne pas tomber et finalement rattraper un shetland. Tu montes sur lui et sûrement apeurer par cette soudaine présence sur son dos le poney miniature t'éjectes assez violemment contre le sable, en plus de l'avoir fait fuir, tu as l'impression d'y avoir laissé quelques membres.
Revenir en haut Aller en bas
 

Putain de poneys [ Kath - Joy - Ava ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Millicent • Dans mon monde à moi ya que des poneys, ils mangent des arcs-en ciel et ils font des cacas papillon !
» [En cours~] "Les poneys, c'est genre les meilleurs animaux au monde !"
» Qui aime les poneys? Genre, tellement moi!!
» Le Poney Fringant
» Le dessin-animé de Ralph Bakshi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: trash :: rps-