AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre la lumière et les ténèbres, marchent les vivants... (Lukas & Parker & Kenzo & Noa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 30 ans
○ statut : En couple bancal avec Parker Lane, qui ne sera peut-être bientôt plus. son fils est l'homme de sa vie
○ métier : Flic
○ posts : 441 ○ points : 200
○ pseudo : Felicity
○ avatar : Olivia Wilde
○ inscrit le : 24/06/2016
MessageSujet: Re: Entre la lumière et les ténèbres, marchent les vivants... (Lukas & Parker & Kenzo & Noa)   Mar 17 Oct - 15:44


« J’y arriverai pas, Lukas s’il te plait te dois m’aider... Je... » C’est typique de Parker qui croit que sans moi le monde ne tournerait pas, mais il tournerait, peut-être même mieux parfois. Parker est une femme qui a besoin d’aimer, malgré l’image qu’elle renvoi. Elle est mon pilier comme je suis le sien et c’est parfois pour le meilleur comme pour le pire. Et si un jour nous venions à disparaître ? Elle comme moi ? Si un jour, par je ne sais quel malheur, il m’arrivait quelque-chose en service, ou elle ? Un accident quelconque ? Je suis bien placée pour savoir que tout peut arriver, n’importe comment. Les conséquences d’un détail, d’un comportement qui change au dernier moment, un détraqué, un chauffard, peu importe, tout est possible. Mais je veux qu’elle soit là pour Lenny, parce qu’il aura besoin d’elle, les enfants aussi. Noa, Kenzo, ils sont aussi en demande que le sera Lenny, parce qu’ils ont besoin de leur cocon, et ça, c’est encore ce qui me frappe quand je nous vois tous ensemble. J’aurais rêvé de ce genre de cohésion familiale. Jeune comme moins jeune. Etant adulte, j’aurais adoré pouvoir parler à ma mère de mes coups de cœurs, de mes soirées, de mes passions. Mais je n’ai eu qu’un père froid et sans autre intérêt pour moi que celui de la réussite, alors je me suis tut, je me suis surtout prise en main, je n’avais pas le choix, et Shay est arrivée, et a tout fait valser. Tout du moins ce qu’il restait de ce que Parker n’avait pas foutu en l’air. Et puis aujourd’hui je me rends compte que je ne peux vivre qu’avec cette part de Parker en moi, ces fêlures qui font pourtant de moi la femme que je suis aujourd’hui, une femme plus forte que je ne m’en pensais capable.
Les enfants nous rejoignent et Noa et Parker ont besoin de ce moment toutes les deux. Inconsciemment, je me rapproche de Kenzo pour glisser une main sur son bras, rassurante, lui accordant un regard qui veut bien dire que je crois en le pouvoir de Noa pour se remettre. Elle n’est pas seule, elle nous a tous autant qu’on est. On est plus qu’une famille, on est un tout.
Je me mets malgré moi un peu en retrait. Parker a besoin de retrouver ses enfants, et c’est un moment que j’ai peur de leur voler, mais contre toute attente, c’est Kenzo qui nous rapproche. Je prends part à cette étreinte avec un réel bonheur dont je me cache d’habitude pudiquement, mais pas cette fois. Je ressers à mon tour mes bras autour de ce tout qui fait ce que nous sommes. - Noa et moi, on vous aime aussi toutes les deux. Vous nous manquez. Lenny nous manque. Cette maison est froide et glaciale quand vous n'y êtes plus. Je veux qu'il nous arrive encore plein de choses. Je veux que vous soyez là toutes les deux. Je veux mon petit frère, ma mamou d'amour, ma maman en or et ma soeur chérie. Je veux qu'on soit de nouveau une famille et qu'on arrête les disputes. « Ca va prendre du temps mais on va redevenir une famille, je vous le promets. » A tous, autant aux enfants qu’à Parker. Lenny aussi si je le pouvais, je lui prouverais. Pour l’heure je sens bien que quelque-chose lui manque quand il s’énerve le soir. Les voix de son frère, de sa sœur, ou encore celle de Parker, ses baisers quand elle rentre tard le soir et qu’elle vient l’embrasser tandis qu’il dort toujours à côté de nous. Mais je vais devoir faire un effort et accepter d’agrandir ce cordon au moins jusqu’à sa propre chambre. Une épreuve que ce sera là, mais chacun doit faire un effort, tout du moins chacune. On se fait du mal autant qu’on en fait aux enfants et ils n’ont rien demandé de tout ça. Je les embrasse tous les deux sur la tête, posant ensuite la mienne contre celle de Parker, et un regard nous lie, un long et profond regard plein de sens, reliant nos iris blues à jamais. Plus qu’une promesse, un besoin. - Je propose qu'on mange tous ensemble. Je m'occupe de la cuisine ! « Ca fait partie des choses qui ne changerons pas ça champion, mon niveau en cuisine. » Je lui adresse un sourire en coin et passe un bras autour de Noa que je garde contre moi. « Je suis fière de toi. » D’avoir osé tout avouer à son frère, sa mère, elle a fait le premier pas toute seule, le reste elle ne peut que s’en féliciter, elle ne doit son avancement qu’à elle, et je sais que tôt ou tard ça comptera plus que tout le reste, plus qu’elle n’est capable de l’imaginer à présent.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 23 ans
○ statut : célibataire
○ métier : Etudiante en communication et marketing + monitrice de surf à temps variable
○ quartier : #08 South Bay
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle
○ posts : 342 ○ points : 520
○ avatar : kaya scodelario
○ DC : non
○ inscrit le : 18/05/2017
MessageSujet: Re: Entre la lumière et les ténèbres, marchent les vivants... (Lukas & Parker & Kenzo & Noa)   Mer 1 Nov - 1:48

L’etreinte de ma mère, je l’attendais tellement. C’est maintenant, vraiment maintenant que je suis sauvée. Je suis petite enfant de nouveau sans les tracas de l’âge adulte. Je suis le poussin tombée du nid, retrouvée et choyée. Je suis chez moi au milieu de ma famille. S’il fallait une preuve, des preuves, elles sont simples, elles sont tellement évidentes. C’est le baiser de ma mère que je soutiens autant qu’elle le fait pour moi. C’est la main de maman qui va chercher Kenzo. C’est Kenzo qui à son tour ramène Lukas dans le cercle. Je ne sais pas quelle main se pose sur mon épaule, je ne sais pas sur quelle épaule je pose mon front, sur quelle joue je dépose un baiser, ce que je sais c’est que je les aime tous et que c’est réciproque. Enfin si je sais quand même ! Une main plus grande... des doigts plus fins... un après-rasage... un parfum... mais c’est moins fort de dissocier chacun et chacune que de nous considérer tous, ensemble, entité octopussienne gravitant autour du même noyau d’amour.
Mon frère m’a surprise par ce qu’il a dit. Je ne pensais pas qu’il oserait, mais il a eu raison de le faire. Il est parvenu a décroché une promesse de Lukas. Avec du temps. Il en faudra pour chacun d’entre nous. Aucun doute là-dessus. Et les choses qui ne changent pas ? Les contes de fées s’achèvent par une formule bien huilée “ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants”, nous notre formule magique c’est “et ils se retrouvèrent tous autour de la table pour partager le déjeuner”. J’esquisse un sourire parce que ça fait tellement de bien ces choses immuables, tellement que Lukas le confirme elle-même.
Et puis, j’ai le regard complice de ma belle-mère, son bras qui m’enserre et ses paroles qui réchauffent. Fière de moi... Je hoche la tête. Oui j’l’ai fait, mais je n’étais pas seule. Cela fait une grande différence. — Merci. Sans toi, je sais pas si j'aurais réussi. Je cherche encore maman du regard, je ne veux plus la perdre. Je remarque ses joues creusées et sa silhouette fragile. Les marques de sa propre souffrance. J’essaie de prendre le ton le plus enjouée. — Vas-y cuistot ! J’ai une faim de loup. Et puis... Vrai ou pas, peu importe, ce qui compte c’est qu’on se soit retrouver. Je souris largement. — Hé Kenzo ! Rien de dur à manger. J’ai la mâchoire pas en super forme. Mais j’ai pas perdu une dent ! Ça je ne le dirais jamais assez, parce que ça tient du miracle ! Et ça me donne trop envie de rire. Je profite de cet élan de bonne humeur. Je prends délicatement la main de ma mère dans les miennes. Je n’ose pas trop serrer. — Il faut redonner des forces à maman, aussi. Je pose sa main sur mon coeur. Toute la colère que j’avais contre elle avant mon départ s’est envolée, celle déclenchée par son silence au téléphone durant l’enlèvement s’est effacée aussi. Nous sommes deux accidentées de la vie à qui il faut redonner de l’énergie pour remonter la pente.

_________________

Il n'y a que les pierres qui ne souffrent pas

 
 On n’attend pas non plus qu'elles
 respirent la joie de vivre.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

sexy cougar bipolaire
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 43 ans
○ statut : vient de tout foutre en l'air en trompant la femme de sa vie
○ métier : PDG du groupe BMW NZ
○ quartier : #08 south bay avec ses enfants Kenzo et Noa
○ posts : 1346 ○ points : 305
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Angelina Jolie
○ DC : Tawny, Cameron, Kenlee, Ezekiel & Sara
○ inscrit le : 23/06/2016
MessageSujet: Re: Entre la lumière et les ténèbres, marchent les vivants... (Lukas & Parker & Kenzo & Noa)   Lun 6 Nov - 13:29

Je me sens envahie par les émotions, le retour de ma fille qui j’apprend a eu de gros ennuis et sera à jamais tributaire des démons que quelqu’un a insufflé en elle, la présence de Lukas, les larmes qui déferlent sur mes joues et que je n’arrive pas à stopper. Je pense aussi à Kenzo, ses faiblesses et ce que cette histoire pourra avoir brisé en lui, il est si proche de sa soeur. Tout va trop vite, tout s’étiole à mesure que le temps passe, comme si ma vie m’échappait, entraînant dans sa chute ma famille comme dégâts collatéraux. Lorsque les enfants arrivent, je tente de sécher mes larmes et refuse que Noa s’excuse de quoi que ce soit, ce n’est pas de sa faute, jamais. Finalement, je choisis de leur faire un câlin, à tous les deux, et leur dire à quel point je les aime. Kenzo rallie Lukas à notre onde de tendresse et je ne peux retenir de nouvelles larmes, celles-ci pourtant bien différentes des précédentes. Il n’y a personne au monde que j’aime plus que ces trois personnes, excepté Lenny. Ils sont ma famille, ma fierté, ma force, mon équilibre. « Noa et moi, on vous aime aussi toutes les deux. Vous nous manquez. Lenny nous manque. Cette maison est froide et glaciale quand vous n'y êtes plus. Je veux qu'il nous arrive encore plein de choses. Je veux que vous soyez là toutes les deux. Je veux mon petit frère, ma mamou d'amour, ma maman en or et ma soeur chérie. Je veux qu'on soit de nouveau une famille et qu'on arrête les disputes. » Je suis étonné de la prise de parole de mon fils, et je pense qu’il peut lire en mon regard une fierté sans failles. Une main glissée sur sa joue et je souris. « Ca va prendre du temps mais on va redevenir une famille, je vous le promets. » Une promesse, une promesse que je n’oublierai pas, un espoir certain que nous formions à nouveau un jour une famille, une vraie famille. Kenzo propose de faire à manger et je souris sous la complicité qu’il peut avoir avec Lukas. Et moi qui avait peur qu’ils ne s’entendent pas tous les trois… « Vas-y cuistot ! J’ai une faim de loup. Et puis…Hé Kenzo ! Rien de dur à manger. J’ai la mâchoire pas en super forme. Mais j’ai pas perdu une dent ! » J’esquisse un fin sourire à la volonté de ma fille de voir le positif dans chaque chose, je l’admire tellement. Sa main vient chercher la mienne et mon coeur s’emballe un peu lorsque je viens poser mon regard dans le sien. « Il faut redonner des forces à maman, aussi. » Elle n’a pas besoin d’en dire plus, par son simple geste, je sens le pardon, l’amour, et je lui en serai à jamais reconnaissante. Je viens caresser tendrement sa joue de ma main libre et esquisse un sourire avant de venir embrasser son front. Plus jamais. Plus jamais ça. Je me promets de faire en sorte que ce genre de chose n’arrive plus. Plus jamais.
Nous nous mettons à table et l’ambiance est un peu plus légère, les retrouvailles, le bonheur d’imaginer que tout le monde va bien finalement, et que les blessures n’iront qu’en s’estompant, avec le temps.

_________________


beautiful trauma
All night laughing and fucking, Some days like I'm barely breathing, And after we were high in the love, doped out It was you : The pill I keep taking, The nightmare I'm waking. There's nothing, no nothing, nothing but you, My perfect rock bottom, My beautiful trauma. My love, my drug.

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre la lumière et les ténèbres, marchent les vivants... (Lukas & Parker & Kenzo & Noa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» La Lumière face aux Ténèbres ... le combat éternel [ Luke ]
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» 01.03/11.C.[Tokyo] Au croisement de la lumière et des ténèbres.
» .De la lumière naissent les ténèbres, Bedrovy [Phibula]
» Quand la lumière et les ténèbres s'attirent [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: around you :: le passé-