AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 En compagnie des morts... (Nathan & Noa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 23 ans
○ statut : célibataire
○ métier : Etudiante en communication et marketing + monitrice de surf à temps variable
○ quartier : #08 South Bay
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle
○ posts : 348 ○ points : 545
○ avatar : kaya scodelario
○ DC : non
○ inscrit le : 18/05/2017
MessageSujet: En compagnie des morts... (Nathan & Noa)   Mer 4 Oct 2017 - 3:05

Sous le poids de ce drap blanc, je suis morte. C’est un mensonge. Je dois faire croire que dans ce corps alongé, il n’y a plus de vie. Respirer si légèrement pour ne pas montrer qu’il se soulève à un rythme régulier. Pour ajouter à l’illusion, une étiquette indiquant les caractéristiques de ce mimétisme mortuaire. “Femme de race blanche. Identité inconnue. Décès suite à une collision avec un véhicule.” Une ligne ajoutée en rouge : “En attente de transfert” pour m’éviter une scarification en forme de V sur ma poitrine. J’attends. Immobile. J’attends le silence qui m’indiquera que je suis seule. Chaque bruit résonne comme un danger. Je crois que quand le silence viendra, je ne saurai plus bouger le bras ou la jambe tellement la léthargie a envahi mon corps. Le souffle lent, pénible à mettre en place dans l’excitation du départ, m’a fait entrer dans un état où même ma pensée est engourdie. Attendre le silence pour bouger. Je dois bouger. Je dois réveiller tout mon être. Je tente une grande respiration, mais le drap vient obstruer mon nez et ma bouche. J’étouffe. Je rejette de toutes mes forces cette entrave à la vie. Je me redresse tout aussi violemment. Je suffoque comme si j’étais restés plusieurs minutes sous l’océan qui m’aurait balayé moi et ma planche de surf, me rangeant sous le tapis comme une poussière indésirable. Je respire. Je suis en vie. Jess devait me laisser un sac avec des vêtements sous la table. Je commence à retrouver mes esprits. Je le soupçonne d’avoir profité de cette nudité... «Il faut que ça fasse réaliste pour faire croire que t’es une cliente. Je mets accident de voiture. Avec tes bleus partout et ton oeil défoncé, tu vas faire illusion trente secondes.» Voyeurisme malsain, j’crois, plutôt que du réalisme utile. Parce qu’avec ce qui s’est passé avant pour payer mon billet d’entrée... Jess transporte des corps à la morgue, il n’y avait qu’à lui que je pouvais demander... mais si j’avais su... un putain de nécrophile ce mec ! Je reconnais tout de même qu’il a rempli sa part du contrat. Le sac est là. Je m’habille au plus vite. Je regarde le plan griffonné à la main sur une feuille de papier qu’il m’a laissé. Le silence. J’avance dans le couloir jusqu’à la porte. «Tu le trouveras là.» Sauf qu’elle est verrouillée cette porte, Jess ! Soupir. Je fouille mon sac. Je n’ai jamais fracturé une porte. Une lime à ongle pour farfouiller dans la serrure. Un couteau de poche, pas plus efficace. De retour dans la salle initiale. Me voilà en train de démonter cette espèce de table roulante qui m’a servi de lit tout à l’heure. Au moins le couteau de poche aura fait office de tourne vis. Armée d’une tige métallique je tente de l’utiliser pour faire levier et ouvrir cette maudite porte. Ouais ça aussi ça marche pas. Coup de pied dans la porte. Y’a que dans les films que ça fonctionne cette tactique. Ça fait chier ! Être arrivée jusque-là et pas réussir à entrer. J’arrête de m’énerver, je respire un grand coup et m’immobilise. Je crois que j’ai réveillé un cadavre. Je crois qu’il y a un mort derrière moi... Euh... Ou c’est pas un mort et j’suis tout aussi mal que si c’était un zombie qui voulait me bouffer.

_________________

Il n'y a que les pierres qui ne souffrent pas

 
 On n’attend pas non plus qu'elles
 respirent la joie de vivre.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

The red viper
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 42 ans. (2 avril)
○ statut : Marié à une lionne.
○ métier : Médecin légiste dans la police NZ. (PDNZ)
○ quartier : #04 maison South Bay.
○ orientation sexuelle : ♫♪ Viens Joséphine dans ma machine qui vole, s'envole comme une folle. ♪♫
○ informations en vrac : ☽ Nathan est marié depuis vingt ans. ☼ Il aime sa femme mais il aime aussi séduire la gente féminine autours de lui. ☼ Il est d'origine chilienne et néo-zélandaise. ☼ Il porte une paire de lunettes. Très rarement et lorsqu'il est très fatigué. Sa femme est la seule à savoir qu'il en porte. ☼ Il adore la crème glacé à la framboise. ☼ Il se rend régulièrement à des galas de charités. ☾

○ posts : 252 ○ points : 325
○ pseudo : Aloa
○ avatar : Pedro Pascal
○ DC : Gus, le taré du zoo et Axl, le papa reporter.
○ inscrit le : 16/09/2017
MessageSujet: Re: En compagnie des morts... (Nathan & Noa)   Ven 6 Oct 2017 - 11:09

Don't lie to me.
Noa & Nathan.

Nathan travaillait tard ce soir là, la cause ? On lui apportait un corps et il ne pouvait pas laisser ce corps en suspens toute la nuit dans une salle ouverte à tous. Non, manquerait plus que ça que demain matin, le corps en question est disparu. Il préféra donc attendre dans son bureau et finir quelques dossiers histoire d'être en ordre pour prendre un charge un nouveau corps, car à part le mettre au frais, il ne ferait pas grand-chose de plus ce soir. Quelques minutes plus tard, Jess montra le bout de son nez avec le nouveau corps. Il s'était empressé de venir jusqu'à son bureau pour lui apporter le dossier. Il paraissait légèrement nerveux, c'était le genre de détails que repéraient directement Nathan.

- Aller, rentre chez toi Jess, on se voit plus tard.

A la prochaine mort suspecte. Jess quitta la morgue et Nathan se pencha quelques minutes sur son nouveau dossier, ses lunettes sur le nez tellement le temps commençait à lui sembler long. En soit, cette mort n'avait rien de suspect mais peut-être que le chauffard en face était ivre, bref, il demanderait plus de détails demain. Sa tête se releva lorsqu'il entendit un bruit plutôt bizarre venir de la pièce où les corps étaient entreposés dans des frigidaires jusqu'à leur transfert. Il était seul ce soir, du moins au sous sol, jusqu'à preuve du contraire. Nathan referma son dossier puis il posa ses lunettes avant de se lever pour voir d'où provenait ce bruit. Que fut sa surprise lorsqu'il vit une table vide avec l'étiquette généralement accrochait au pied du patient et une jeune femme en parfaite santé un peu plus loin semblant vouloir enfoncer cette porte que Nathan s'efforçait de maintenir fermer la plus part du temps. Elle ne bougeait plus et il se mit à parler.

- C'est donc toi, la jeune femme de race blanche, d'identité inconnue ? J'ai comme dans l'idée que tu vas pouvoir me donner ton identité finalement.

Il se sentait en droit de la tutoyer se sentant beaucoup plus âgé qu'elle, assez pour être son père. Si Jess était dans le coup, ça allait barder pour lui car ici ce n'était pas une simple morgue. Nous étions au coeur même de la police d'Island Bay et autant dire que les corps se trouvant là était sous protection juridique jusqu'au verdict d'un juge. Dans le fond, Nathan n'était pas quelqu'un de méchant mais il n'aimait pas qu'on empiette sur son travail encore moins qu'on fasse du tort et par cet acte, c'est exactement ce que faisait Jess mais quoi qu'il en soit, il allait donné la possibilité à cette jeune inconnue de s'expliquer.

- J'espère que tu as une raison en béton pour t'être introduite ici. Sinon je serais forcé d'aller chercher un de ces bouffeurs de donuts, au dessus.


C'était vraiment une menace en l'air parce que clairement, il ne voulait pas passer le reste de sa nuit à expliquer le pourquoi du comment cette jeune femme s'était retrouvé en bas à un flic qui n'en avait rien à faire. Oui, on ne peut pas dire qu'il adorait travailler en relation direct avec la police mais il résolvait des homicides et c'était plus important que s'entendre avec ses collègues de la police.
made by black arrow

_________________
Brother
Brother let me be your shelter. I'll never leave you all alone. I can be the one you call when you're low. Brother let me be your fortress when the night winds are driving on be the one to light the way, bring you home. ▬ NEEDTOBREATH ~ Brother ft. Gavin DeGraw
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 23 ans
○ statut : célibataire
○ métier : Etudiante en communication et marketing + monitrice de surf à temps variable
○ quartier : #08 South Bay
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle
○ posts : 348 ○ points : 545
○ avatar : kaya scodelario
○ DC : non
○ inscrit le : 18/05/2017
MessageSujet: Re: En compagnie des morts... (Nathan & Noa)   Jeu 12 Oct 2017 - 18:01

Je me retourne lentement. J’espère que ce n’est qu’une mauvaise blague de Jess. Mais... non... Le type devant moi à l’air sérieux. Avec mes contusions partout, mon visage amoché, mon oeil enflé, bref l’allure de quelqu’un qui s’est fait tabasser par un enragé, et pour cause ! je peux lui dire n’importe quel nom, il ne me reconnaitra pas. J’y vais donc à la provoc.
— C’est une réunion de zombies, les vivants ne sont pas conviés.
Mais s’il est sérieux de chez sérieux et qu’on se retrouve devant les flics... Je n’ai pas envie de faire subir cela à ma mère, ni à Lukas. Cela leur ferait du mal. Elles ont déjà eu leur dose ! Et puis... et puis, je ne suis pas d’humeur à maintenir longtemps ni humour ni provocation gratuite. Je suis bien trop mal. Je vais bien trop mal. Et encore bien plus simple, j’ai trop mal partout. J’ai même pas besoin de prendre un air de chien battu, cela se voit, je suis vaincue, la tête basse. Je murmure une excuse.
— Désolée.
Un mot que j’ai du mal à articuler. Je suis en train de prendre conscience du merdier dans lequel je suis venue me mettre... où je pourrais mettre mise... Je ne sais plus très bien ce que je suis en train de faire. J’ai mal, je suis fatiguée. Je suis en enfer.
— J’avais besoin de savoir. De le voir. Je... J’ai...
Je passe une main sur mon oeil à peu près “valide” et poursuit jusque dans mes cheveux.
— Faut que je le vois pour être sûre.
Parce que je ne suis plus certaine de rien. Le flou. Je relève la tête, mais je ne sais pas qui je regarde. Je ne sais plus exactement ce que je fais. J’ai l’impression que je vais m’évanouir.
— Est-ce que vous êtes réel ? Je suis réveillée ? Dites moi que c’est faux, que je dors, que quand j’ouvrirai les yeux tout ça aura cessé d’exister...
Je passe une nouvelle fois ma main sur mon visage. Toutes mes blessures sont toujours là. Je voudrais les effacer comme un chiffon ôte le marqueur d’un tableau blanc.
— Je serais à la maison et tout ira bien.
Je me tourne vers la porte fermée avec la sensation d'avoir perdu tous mes points de repère. J’ai tellement mal que c’est forcément un cauchemar. Mal partout, dans le corps, dans le coeur, dans la tête. Je regarde la porte. Ce couloir, ce n’est pas ma maison. Mais, je veux tellement que cela cesse.
— Dites-moi que c’est la porte de ma chambre, que dans cinq minutes, il fera jour.
Je me tourne vers l’homme. J’en peux plus. Je pleure toutes les larmes de mon corps.
— S’il vous plait, m’sieur, dites-moi qu’il n’est pas mort. Tout ça c’est juste un cauchemar et je vais me réveiller.
Je tends la main pour m’accrocher à lui.

_________________

Il n'y a que les pierres qui ne souffrent pas

 
 On n’attend pas non plus qu'elles
 respirent la joie de vivre.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

The red viper
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 42 ans. (2 avril)
○ statut : Marié à une lionne.
○ métier : Médecin légiste dans la police NZ. (PDNZ)
○ quartier : #04 maison South Bay.
○ orientation sexuelle : ♫♪ Viens Joséphine dans ma machine qui vole, s'envole comme une folle. ♪♫
○ informations en vrac : ☽ Nathan est marié depuis vingt ans. ☼ Il aime sa femme mais il aime aussi séduire la gente féminine autours de lui. ☼ Il est d'origine chilienne et néo-zélandaise. ☼ Il porte une paire de lunettes. Très rarement et lorsqu'il est très fatigué. Sa femme est la seule à savoir qu'il en porte. ☼ Il adore la crème glacé à la framboise. ☼ Il se rend régulièrement à des galas de charités. ☾

○ posts : 252 ○ points : 325
○ pseudo : Aloa
○ avatar : Pedro Pascal
○ DC : Gus, le taré du zoo et Axl, le papa reporter.
○ inscrit le : 16/09/2017
MessageSujet: Re: En compagnie des morts... (Nathan & Noa)   Dim 22 Oct 2017 - 18:55

Don't lie to me.
Noa & Nathan.

A la réponse de la jeune femme, Nathan aurait très bien pu s'énerver parce que son entrée ici était plus que dangereuse et surtout non autoriser mais voir son visage autant amochée lui faisait prendre conscience qu'elle avait probablement des ennuis et que c'était plus compliquer qu'une simple effraction. Il était loin d'être un sans coeur, il avait d'ailleurs même de quoi lui soigner son visage dans son bureau. Même s'il s'occupait des morts à temps complet, il n'en restait pas moins un médecin et donc il avait toujours tout le nécessaire en cas de pépin. Il était sûrement un peu trop prévenant mais après tout, on ne sait jamais. Une réelle invasion de zombies pourraient voir le jour prochainement.

- Qu'est ce qui t'es arrivée au visage ?

Elle s'excusa et Nathan essaya de comprendre ce qu'elle voulait dire puis il commença à faire le rapprochant avec le corps qu'il avait mit dans un des frigidaires quelques heures plus tôt. Un homme dans la moyenne d'âge de la jeune femme et personne n'avait le droit d'approcher le corps tant que l'enquête ne serais-ce pas clôturer. C'était toujours gênant pour que la famille puisse faire son deuil mais Nathan avait fait son boulot aussi rapidement et correctement qu'il le pouvait, pour le reste il fallait voir avec les agents d'en haut.

- Je suis désolé mais oui tout est réel. Tu as fait soigner ton visage ?

Elle se mit à pleurer et Nathan fut prit d'une soudaine panique. Pourquoi ? Parce qu'il n'avait jamais développé la moindre fibre paternel envers un être humain plus jeune que lui. Il y avait bien son neveu mais il ne le voyait pas assez pour avoir les réflexe d'un père. D'ailleurs, lorsqu'il pleurait, il le remettait illico dans les bras de son petit frère. Nathan avait toujours rêvé d'une famille mais malheureusement il n'avait pas pu l'avoir et il était forcé de constater aujourd'hui que cela pouvait lui porter défaut. Elle s'accrocha à lui et un peu maladroitement il passa ses bras autours d'elle même s'il savait qu'il n'aurait pas de paroles réconfortantes pour elle.

- Malheureusement, il est bien décédé. C'est sur mais avec le temps tu arriveras à faire face.

Une idée lui vint en tête. Une idée plutôt mal placée puisque normalement c'était interdit. Mais qu'est ce qu'elle pourrait bien faire ? Abîmer le corps de son ami ? Ça ne ferait que repousser l'enquête et son propre deuil. C'était donc pour ça qu'il eu cette idée, après tout qui viendrait lui dire quelque chose ?

- Est-ce que tu veux le voir une dernière fois ?
 
made by black arrow

_________________
Brother
Brother let me be your shelter. I'll never leave you all alone. I can be the one you call when you're low. Brother let me be your fortress when the night winds are driving on be the one to light the way, bring you home. ▬ NEEDTOBREATH ~ Brother ft. Gavin DeGraw
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 23 ans
○ statut : célibataire
○ métier : Etudiante en communication et marketing + monitrice de surf à temps variable
○ quartier : #08 South Bay
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle
○ posts : 348 ○ points : 545
○ avatar : kaya scodelario
○ DC : non
○ inscrit le : 18/05/2017
MessageSujet: Re: En compagnie des morts... (Nathan & Noa)   Mer 1 Nov 2017 - 1:54

Des questions sans réponse parce que les réponses ramenent à une réalité insupportable. Il en est pourtant une qui déclenche une hochement de tête. Les mots suivent.
— Oui. Je veux le voir.
Oui parce que c’est pour cette raison que je me suis introduite dans la morgue. J’ai ce besoin absolu de le voir une dernière fois. La situation est étrange, je me retrouve entre les bras du légiste qui me propose cette rencontre avec le corps inanimé de mon ami. Je suis persuadée qu’il enfreint quelques règles en m’offrant cette opportunité. Peut-être même qu’il prend le risque de se faire taper sur les doigts pour l’écart qu’il va commettre. Etrange aussi, parce que je passe mes bras autour de son cou pour m’y accrocher, pour y trouver du réconfort. Je ne connais absolument pas ce type et inversement. Je débarque comme ça, je force l’entrée dans une inconscience incalculable et nous nous retrouvons au milieu du couloir dans un lien que je parviens pas à cerner. J’essaie de me calmer pour lui fournir les quelques explications qu’il m’a demandé.
— Ils m’ont tabassée et ils l’ont tué. Ils m’ont enlevée même. J’ai eu une chance d’enfer que la police me retrouve.
Je n’ajoute pas en un seul morceau parce que le morceau en question n’est pas en bel état. Je n’ai pas envie en de le lâcher, mais s’il lui prenait envie de revenir sur son offre, ce serait dommage. Je le regarde, je ne sais pas si je suis étonnée ou égarée. Il a l’air trop gentil. Les hommes d’âge mûr ne sont pas légion dans mon entourage proche. Je ne sais pas si tous auraient ce côté attentionné.
— On s’est occupé de moi à l’hôpital. Ça va.
Il a gommé la confusion folle dans laquelle j’étais. Je ne sais pas si je préfère cette remise en place de la réalité. Terrible réalité. J’ai parlé de zombies et ce qui n’était que jeu fait naitre maintenant une peur incroyable. La mort ! Le sang versé, le regard fixe, cette éclat de lucidité quand tu la vois dans le corps étendu près de toi, tu la reconnais. Je passe mon bras sous le sien, je trouve sa main et la serre. Sa chaleur à lui vivant me rassure. Le calme qui émane de lui me rassure aussi. Il me protègera, j’en suis sûre, si une horde de cadavres sortait des frigos. Les morts-vivants ce n’est que dans les films, mais ma peur a pris le dessus d’un coup, par l’image que ma mémoire a gardé de Jack. Alors le médecin légiste, je ne suis pas prête à le lâcher. Avec lui à mes côtés, protecteur, je suis prête à revoir mon ami assassiné.

_________________

Il n'y a que les pierres qui ne souffrent pas

 
 On n’attend pas non plus qu'elles
 respirent la joie de vivre.

Revenir en haut Aller en bas
 

En compagnie des morts... (Nathan & Noa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La compagnie Gildan ira-t-elle en Haiti ?
» Compagnie Grise
» Liste compagnie grise
» Les Annales de la compagnie noire
» Les gros bras(Sybille et Nathan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: flashback-