AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oops ! (Chris)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 30 ans
○ statut : fiancée
○ métier : professeure des écoles
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle parce qu'elle n'a jamais tenté avec une femme
○ informations en vrac :
RP EN COURS
Chris - Siloë

RP TERMINES

○ posts : 55 ○ points : 255
○ pseudo : Blueberry Hills
○ avatar : Emily Browning
○ DC : Emrys Griffin
○ inscrit le : 05/11/2017
MessageSujet: Oops ! (Chris)   Dim 19 Nov - 22:27



Oops !

J'étais rentrée chez moi complètement dépitée. J'avais fait un malaise pendant un des cours et j'avais été envoyée de force chez l'infirmière. Je détestais me faire jauger du regard et ausculter. J'avais déjà du mal chez un médecin, ce n'était pas pour apprécier auprès de l'infirmière de l'université. Oh que non ! Elle m'avait fait un bilan santé. Tout allait bien, mon malaise n'avait donc rien de bien grave, qu'une légère hypoglycémie. Je devais mieux manger le matin. Comme si je ne me goinfrais pas assez au petit déjeuner, mon repas favori parmi tous. Enfin, fallait dire qu'avoir une silhouette correcte en mangeant comme je le faisais, c'était aussi surprenant. Et puis elle m'avait laissé planer le doute. Peut-être que j'avais du retard, ce qui expliquerait l'hypoglycémie. J'étais perplexe, mais je l'avais laissée me baratiner. Elles aiment ça les infirmières de l'université, qu'on les laisse un peu déblatérer leur jargon, même si j'aurais tendance à dire leurs âneries. Alors j'étais rentrée chez moi, l'âme en peine. Elle ne pouvait pas réellement penser que... non non non. J'envoyais tout de même un SMS à Chris, mon copain. Même si j'étais chez moi, mes parents ne pouvaient pas dire grand chose au fait qu'il vienne ou pas. La porte n'était pas le seul moyen d'entrer dans la maison, et je n'en avais que faire de ce qu'ils pensaient.

Il ne mit pas longtemps à arriver. Par la porte, oui monsieur ! En même temps, il avait passé l'âge de quelques gamineries. Même si nous n'avions pas tant d'écart que ça, quoi qu'en disent mes vieux et mes frères. Nous montions alors dans ma chambre tandis que, la mine renfrognée, je réfléchissais à quoi lui dire. Puis, assise sur le bord de mon lit une fois arrivée, je l'incitais à en faire de bien. « Avant que tu t'inquiètes trop, ne t'en fais pas, ça va... enfin, je crois... »


_________________

WE'RE PERFECTLY IMPERFECT


les beaumonts + le fiancé
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : Paraît que t'as trente six ans ... il paraît, mentalement comme physiquement t'es loin du compte ...
○ statut : Un peu -beaucoup- comme celle qu'on trouve à NY,paraît qu'elle est belle et libre, un peu comme toi...
○ métier : Toi la mer elle te fascine depuis que t'es gamin, t'as choisi d'avoir les mains dans le cambouis toute la journée et la mer en fond. Et t'es foutrement bien !
○ quartier : T'es plus souvent sur le port ou chez ton frère que chez toi, pourtant tu dors bien à center bay, au 14 pour être précis.
○ orientation sexuelle : T'as toujours eu horreur des bananes, toi t'es plus habile avec les ananas, quoique non tu croques dans les pêches à pleines dents.
○ posts : 429 ○ points : 195
○ pseudo : un monstre
○ avatar : Boyd atomic Holbrook.
○ DC : l'âme en peine (cade) ; le véto en fuite (max) ; le diable en couche (hades)
○ inscrit le : 02/11/2016
MessageSujet: Re: Oops ! (Chris)   Dim 26 Nov - 14:54

Oop's, j'te jure c'était pas voulu ...  
Albane & Chris

Téléphone qui vibre. T'es pas encore habitué à tout cela, enfin à ce nouveau truc. Cadeau de ta mère, soit disant pour que tu restes plus facilement joignable… Tu y vois ici un moyen pour elle de te pister, mais tu n'y songes pas. T'as autre chose à penser que ça. Bougeant dans l'atelier, cherchant ce dont tu as besoin. Ce bateau te donne du fil à retordre, tu t'occuperas de ton téléphone plus tard. Sûrement Albane, elle te tient au jus. Elle sait que tu n'es pas sans cesse connecter à ton téléphone. Encore heureux, déjà que tu n'es pas doué pour tous ces trucs de relation, mais avec elle .. avec elle c'est différent et ça a plutôt l'air de fonctionné. Les débuts ont été dur, surtout par rapport à votre différence d'âge. Tu te souviens encore du regard de son jumeau sur toi et t'as l'impression qu'il n'a pas déserré les dents … et ça fait deux ans à présent, mais bon … tu t'en moques un peu. Albane c'est pas un jouet à tes yeux, tu ne t'amuses pas avec elle comme tu as fait avec les autres. Non, tu la respectes. Est-ce que tu l'aimes ? Oui, mais tu ne l'étales pas sur tous les toits, pas ton style. Parce que t'es pas du genre romantique ou comme tes frères. Il faut bien des différences dans la famille, en plus de ton blond. Baillant à nouveau. La nuit a été rude, une fois de plus tu es sorti et tu t'es amusé, doucement. T'es plus ce rebelle que tu étais autre fois, tu te l'es promis, mais surtout. Pour eux. Pour ce vieux Bobby qui te tend la clef et pour ton frère. Le même avec qui tu dois manger ce soir et tu n'as pas oublié. Faut que tu penses à prendre une bouteille de vin avant d'y aller. T'espères juste qu'il te demande pas venir pour un autre costume de pingouin … tu n'es toujours pas prêt à renfiler l'autre. C'était y a presque .. dix ans, mais les souvenirs sont toujours là. Un peu comme les autres. Ce cauchemar qui te hante, qui revient par foulé.. un peu plus chaque jours. Chaque jour que tu rapproches d'Albane par exemple … tu tentes de les taire, mais ça revient, encore, toujours … Chassant ses pensées, tu n'as pas envie d'y songer. Pas maintenant. Pourtant tu revois ce visage, cette vague et puis ça repart. Comme les vagues, elles emportent ce visage, ces mots. Gamin que tu étais, homme que tu deviens. Souvenir qui te ronge.. Souvenir que tu tantes tant bien que mal d'oublier. Pour l'instant tu te focus sur ce moteur, t'as pas envie de te prendre une nouvelle réflexion du propriétaire. Il est de ceux que tu détestes, riche, Mr je sais tout … ce  n'est pas de la jalousie. Oh que non. À tes yeux, il n'a rien à envier, hormis sa connerie bien profonde, mais bon ça … Non tu détestes juste les gens qui te regardent du dessus, juste parce que tu as tes mains dans le cambouis toute la journée. Sauf que toi tu t'en fous, t'es bien, très bien même. T'as pas b'soin de sentir le fric à plein nez pour être heureux. Oh que non. T'as un job qui te plaît, ta bécane, ton appart, tout récent, mais cool, adieu la piole familiale. Et puis tu as ta nana, mignonne à souhait. Tu demandes rien de plus. T'es bien. Très bien. Chopant le bout de tissu qui traîne, regardant l'heure, t'as rendez-vous avec boucle brune. Elle n'est pas d'or, mais tu t'en es accommodé. Attrapant tes affaires, tu lis vite flash tes sms, elle t'explique qu'elle a eu un petit soucis ce matin … fronçant les sourcils. Panique ? Un peu, mais t'es pas du genre angoissé comme gars. Tu salues Bobby et attrapes ton casque. Direction les Beaumont.

T'es pas sûr d'où tu dois aller, devant sa fenêtre ou à la porte, elle te dit la porte. Tu obéis, Mme a dit, alors tu suis. Qu'on se rassure, t'es pas un toutou, t'as juste pas envie que son père sorte le flingue ou un de ses frères. Cette famille et toi ça fait deux, t'as juste envie de repartir en vie. Elle t'attrape par la main et tu la suis, pressée qu'elle est de montée dans sa chambre. Pas les mêmes idées en tête, ça tu le sais. Tu l'as déjà découvert à tes dépends. Te la collant à ce moment là derrière l'oreille, mais bon tu t'en fous. Tu n'es pas là pour ça et tu n'es pas avec elle pour ça. « Avant que tu t'inquiètes trop, ne t'en fais pas, ça va... enfin, je crois... » Fronçant les sourcils, t'es largué. Elle sait que tu n'es pas doué pour les devinettes. T'aimerais juste savoir où elle veut en venir. Et puis tu tiltes, son malaise. Faisant un petit ah de la tête, oui tu n'es pas trop expressif comme mec et encore moins bavard. « C'était dû à quoi alors ? » Parce que dans le fond t'es un peu inquiété, pas à fond, parce que c'est pas toi, mais un peu. Ce qui est doit être, la normalité en soit … elle reste figée devant toi. « alb t'es sûr que ça va ? » elle t'inquiète un peu .. t'es déjà largué de part ta nuit et journée, alors si en plus elle joue les énigmes … vous êtes pas dans la merde …

CODES c LITTLE WOLF.

_________________
You wanna be cool ? Let me show you how. You don't break the rules. I can show you how   +
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 30 ans
○ statut : fiancée
○ métier : professeure des écoles
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle parce qu'elle n'a jamais tenté avec une femme
○ informations en vrac :
RP EN COURS
Chris - Siloë

RP TERMINES

○ posts : 55 ○ points : 255
○ pseudo : Blueberry Hills
○ avatar : Emily Browning
○ DC : Emrys Griffin
○ inscrit le : 05/11/2017
MessageSujet: Re: Oops ! (Chris)   Lun 27 Nov - 11:47



Oops !

Je ne savais pas bien si je devais me réjouir de ce que je supposais ou si je devais m'inquiéter. Après tout je n'étais vraiment sûre de rien, puis tout était possible, même une erreur d'un objet supposément scientifique. La technologie et la science, surtout en médecine, c'était quelque chose en quoi je n'avais pas forcément confiance. En fait, si on réfléchissait bien, je ne me fiais au jugement que de peu de personnes et de choses, en général. Je n'étais pas le genre de personne méfiante à attendre un certain nombre de vérifications, mais dans ce genre "d'événements", il fallait toujours se méfier des joies et des fausses-joies. Sauf qu'en l'occurrence je n'étais pas véritablement certaine qu'il y ait de la joie. Alors certes, je m'imaginais bien, mère au foyer, ça me plaisait énormément. Ou même à l'aventure dans une caravane avec ma famille. Euh... non, pas mon père mes frères et mes soeurs, très peu pour moi ! Le plus loin je pouvais rester d'Agathe et Patsy, le mieux je me portais, croyez-moi, vraiment.

Une fois Chris dans ma chambre, le malaise s'intensifie. J'ai beau être ravie qu'il soit présent, je ne sais pas comment lui dire ce que j'ai à lui dire. Être contente ? Non, après tout, c'est pas dit qu'il le soit lui de son côté, alors peut-être pas. Être dépitée ? Pire encore, parce que, dans le fond, je ne le suis pas du tout. Et puis, rien ne dit que c'est certain. Les infirmières à l'université ça papote bien plus que ce que ça ne travaille vraiment. Des hypothèses. Tu parles, elles sont tout de même censées être un minimum tournées vers la science, non ? Bah pas celle-ci, en tout cas. Dépitant, terriblement triste. Mais en même temps, je ne sais même pas moi, comment je devrais me sentir, alors savoir comment le dire pour ne pas lui faire un choc, c'est pas mieux. Allez Albane, t'es une femme forte, secoue-toi un peu ! même mes auto-motivations n'étaient pas convaincantes. Moi, une femme forte ? Je n'avais jamais rien traversé de terrible dans ma vie non plus... Sauf un petit déménagement toute petite, qui ne m'avait pas vraiment bouleversée non plus. Ouais, j'étais plutôt chanceuse de pouvoir dire ça. Enfin, bien sûr, avant le déménagement, il y avait eu la mort de mon oncle et ma tante, mais j'étais bien trop petite pour me souvenir d'eux correctement. Alors, non, non, je ne pouvais pas prétendre être forte non plus.

J'inspirais. Il devait en avoir un peu marre de moi. Je voyais bien à sa tête qu'il était fatigué. Il avait des grosses journées, aussi, mon amoureux. Fallait le comprendre. Et moi, je venais l'emmerder en mettant du suspens. Le pauvre, franchement, j'étais ingrate. Il venait alors qu'il avait sûrement mieux à faire, comme aller dormir par exemple, et en plus je l'avais probablement inquiété pour rien. Mais quelle débile je pouvais faire. Enfin, ce n'était pas ce qui m'empêchait non plus de l'observer. On aurait bien cru qu'il avait pas dormi depuis deux jours complets tellement il avait mauvaise mine. Mais bon, ça j'allais pas lui dire non plus, si c'était pour le rendre grognon après ça. J'expirais. Il fallait que je me lance. « Je... j'ai fait un malaise tout à l'heure à l'université et... et selon l'infirmière, c'était une crise d'hypoglycémie... » Ok, là il devait vraiment se demander si je l'avais vraiment fait venir pour une simple crise d'hypoglycémie. oui, c'était sûr, il allait finir par me tuer. « Sauf que j'ai bien mangé ce matin et... il se trouve que... qu'un retard peut expliquer une crise d'hypoglycémie selon elle et... » Il savait que les infirmières de l'université m'insupportaient. Pourquoi est-ce que j'avais l'air de lui faire confiance à cent pour-cents alors ? Après tout, je n'avais jamais eu de retard... « Et je n'en ai pas énormément, mais ça fait déjà trois jours que j'attends... » je laissais ma phrase en suspens. S'il n'avait pas compris je ferai peut-être l'effort de mentionner, mais je n'étais pas certaine que ce soit nécessaire. Les yeux baissés, j'attendais voir sa réaction. Chris n'était pas quelqu'un qui s'énervait en soi. En tout cas, pas avec moi. Mais je craignais tout de même de voir comment il allait réagir.


_________________

WE'RE PERFECTLY IMPERFECT


les beaumonts + le fiancé
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : Paraît que t'as trente six ans ... il paraît, mentalement comme physiquement t'es loin du compte ...
○ statut : Un peu -beaucoup- comme celle qu'on trouve à NY,paraît qu'elle est belle et libre, un peu comme toi...
○ métier : Toi la mer elle te fascine depuis que t'es gamin, t'as choisi d'avoir les mains dans le cambouis toute la journée et la mer en fond. Et t'es foutrement bien !
○ quartier : T'es plus souvent sur le port ou chez ton frère que chez toi, pourtant tu dors bien à center bay, au 14 pour être précis.
○ orientation sexuelle : T'as toujours eu horreur des bananes, toi t'es plus habile avec les ananas, quoique non tu croques dans les pêches à pleines dents.
○ posts : 429 ○ points : 195
○ pseudo : un monstre
○ avatar : Boyd atomic Holbrook.
○ DC : l'âme en peine (cade) ; le véto en fuite (max) ; le diable en couche (hades)
○ inscrit le : 02/11/2016
MessageSujet: Re: Oops ! (Chris)   Dim 3 Déc - 18:45

Oop's, j'te jure c'était pas voulu ...  
Albane & Chris

Les yeux dans le vague, tu tentes de rester concentrer. La journée a été dure ou plutôt la nuit et tu n'as pas bu assez de café pour tenir éveillé. Non définitivement pas assez, mais bon tu es là. Tu attends qu'elle t'explique sauf que … l'oiseau part dans ses explications, tu fronces les sourcils. Ne comprenant pas où elle veut en venir. Pour toi elle se perd dans ses explications ou tu te perds dans ce qu'elle tente de te dire. Tu n'en sais rien, mais ce n'est pas clair. Oh que non. Bien sûr que tu es un peu inquiet, elle t'a tout de même dit qu'elle avait fait un malaise à la fac. Et tu n'es pas encore de ceux qui n'en ont rien à faire. Tu tiens à elle, tu as des sentiments pour elle, même si ça a été dur pour toi au début de lui dire. De lui faire comprendre qu'elle avait une place dans ta vie. Qu'on se le dise, tu n'es pas un sentimental, t'es pas doué pour dire ce que tu ressens. Tu préfères éviter tout cela, mettre de la distance entre le sentimental et toi. Pourtant t'es là, deux ans après, à ses côtés. Tu la soutiens, l'encourages du mieux que tu peux. Albane, elle est différente. Différente des filles que tu as fréquenté avant. Elle a ce truc, ce petit truc qui te plaît et puis elle veut une vie. Une vie différente de ce que tu peux lui offrir, ça t'en es conscient et parfois ça te fait peur. Parce que tu sais qu'un jour elle voudra plus et que tu ne pourras pas. Tu ne pourras pas lui donner ce qu'elle veut. L'avenir vous en avez jamais vraiment parlé, c'est pas trop ta tasse de thé. Toi tu vogues jour après jour, sans te soucier de l'avenir. Ce n'est pas ta priorité, même si tu es conscient, qu'elle doit y songer. Albane s'est une petite romantique dans le fond, ça tu l'as compris. Parfois tu essaies, mais qu'on se le dise : tu échoues à chaque fois. Et ça l'amuse, ça lui plaît que tu tentes, que tu essaies. Elle cherche pas à te changer, tu aimes ça chez elle. Elle ne tente pas de faire de toi le parfait petit ami, non, elle t'accepte tel que tu es. Encore heureux. Tu te vois pas changer, malgré tous les sentiments que tu as pour elle, tu n'es pas prêt de changé qui tu es pour quelqu'un … elle te ramène à la réalité et tu ne comprends toujours pas où elle veut en venir. « oui tu m'as dit que tu avais du retard ... » mais toi tu ne vois pas la même chose qu'elle. « mais ça va aller, suffit que tu te focus sur ton travail non ? J'suis sûr que t'en es capable, mais en quoi ça joue sur ton malaise. » oui tu ne sais pas. Tu ne comprends pas ce qu'elle tente de te dire. Tu as peut être l'air d'un idiot, mais tu es tellement loin de la vérité. Très loin. Elle vient se poser à côté de toi. « j'suis sûr que ça ira, puis trois jours c'est rien, non ? » si c'est quelque chose… surtout dans ce genre de retard, mais ça.. ça tu n'as pas capté encore. T'essaies de la rassurer du mieux que tu peux. Sans te rendre compte de la stupidité de tes mots. Lorsque la pièce va tomber ça va faire mal .. mais tu as encore un peu de temps avant d'assimiler exactement ce qu'elle tente de te dire. Pour l'instant tu lui souris, tu tentes d'être présent, d'être réconfortant, mais soyons clair : tu t'y prends comme un manche à balai. Parce que tu n'as pas compris le réel sens de ce qu'elle veut te dire …

CODES c LITTLE WOLF.

_________________
You wanna be cool ? Let me show you how. You don't break the rules. I can show you how   +
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 30 ans
○ statut : fiancée
○ métier : professeure des écoles
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle parce qu'elle n'a jamais tenté avec une femme
○ informations en vrac :
RP EN COURS
Chris - Siloë

RP TERMINES

○ posts : 55 ○ points : 255
○ pseudo : Blueberry Hills
○ avatar : Emily Browning
○ DC : Emrys Griffin
○ inscrit le : 05/11/2017
MessageSujet: Re: Oops ! (Chris)   Mar 12 Déc - 11:42



Oops !

J'avais cette sensation de chute qui me tenait les entrailles. Outre sa réaction, je n'avais aucune idée de ce que ça pourrait réellement engendrer pour moi. Non pas que j'aurais refusé, mais j'avais travaillé dur pour être sur le chemin de la carrière que j'espérais. Ce n'était toutefois pas mon rêve, mon rêve, c'était plus le grand amour, c'était ça qui me faisait vibrer au quotidien. Puis j'étais persuadée de le vivre, ça aussi. Ca aidait pour réaliser tous ses souhaits. L'angoisse semblait passer et revenir aussi sec dans tout cet illogisme que je ne comprenais pas, le paradoxe de cette annonce qui me rendait aussi joyeuse que pensive et angoissée. Bref, je n'étais pas totalement une Beaumont pour rien. Suffisait de voir ma terrible mater pour comprendre que le paradoxe pouvait faire partie de mon quotidien. Surtout que je n'étais pas vraiment majeure, même si j'avais passé les dix-huit ans, et je n'avais pas d'autre choix que de subir ses lubies jusqu'à ce que je puisse m'assumer financièrement et mettre les voiles. Enfin, si tant était que j'arrivais à mes fins dans mes études, oui bien sûr. Mais ça ne me faisait pas peur non plus. Avec un peu de volonté, on peut tout faire.

Et puis, la chute semblait plus violente encore. Alors, oui, j'avais dit ce que j'avais à dire et Chris était fatiguée, ça se voyait, mais l'envie de répéter et de voir venir l'ouragan n'était carrément pas présente. J'inspirai si profondément que mon souffle ressemblait à un soupir retenu. Mais comment allais-je bien pouvoir me sortir de ce faux pas ? Et puis, est-ce qu'il allait partager le bonheur que vivait la moitié de moi ?
Bref, gros quiproquo à l'horizon. Je baissais les yeux. C'était vrai, j'avais aussi du retard dans mes révisions, mais ce que j'appelais du retard de mon côté, mes camarades de classe aurait appelé tout autrement. J'étais exigeante quand il s'agissait de mes révisions. « Non, trois jours c'est rien... » je soupirais. « Mais c'est pas de mon travail dont je te parle. C'est en rapport avec mon "hypoglycémie"... » Bon, concrètement, le travail pouvait engendrer ce genre de réaction quand, trop occupé à travailler on venait à en oublier de manger suffisamment. « Chris... je... l'infirmière pense que... que je suis enceinte... » un frisson me parcourut l'échine. Terreur ? Contentement ? Aucune idée. Mais c'était dit, il n'y avait plus de retour en arrière possible.



Spoiler:
 

_________________

WE'RE PERFECTLY IMPERFECT


les beaumonts + le fiancé
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : Paraît que t'as trente six ans ... il paraît, mentalement comme physiquement t'es loin du compte ...
○ statut : Un peu -beaucoup- comme celle qu'on trouve à NY,paraît qu'elle est belle et libre, un peu comme toi...
○ métier : Toi la mer elle te fascine depuis que t'es gamin, t'as choisi d'avoir les mains dans le cambouis toute la journée et la mer en fond. Et t'es foutrement bien !
○ quartier : T'es plus souvent sur le port ou chez ton frère que chez toi, pourtant tu dors bien à center bay, au 14 pour être précis.
○ orientation sexuelle : T'as toujours eu horreur des bananes, toi t'es plus habile avec les ananas, quoique non tu croques dans les pêches à pleines dents.
○ posts : 429 ○ points : 195
○ pseudo : un monstre
○ avatar : Boyd atomic Holbrook.
○ DC : l'âme en peine (cade) ; le véto en fuite (max) ; le diable en couche (hades)
○ inscrit le : 02/11/2016
MessageSujet: Re: Oops ! (Chris)   Jeu 18 Jan - 19:11

Oop's, j'te jure c'était pas voulu ...  
Albane & Chris

« Chris... je... l'infirmière pense que... que je suis enceinte... » ton visage se ferme aussitôt, les mots se répètent dans ta tête. Le premier qui te vient est « non » tu n'y crois pas. Elle n'a pas pu dire cela. Vous faites attention, préservatif encore d'usage et puis elle prend la pilule. Là pour le coup tu ne comprends pas. Ton visage se ferme de plus en plus, tel une huître que tu es. Tu n'es déjà pas facile à cerner, mais là c'est pire. Le temps s'échappe, elle n'a pas bougé, toi non plus. Tu ne fais plus attention à rien. Tout se mélange dans ta tête. Être père ? À ton âge. Non ce n'est pas possible, et puis .. non ce mot reste dans ta tête. Tu ne peux pas. Tu ne veux pas, mais d'un côté .. tu sais que si elle l'est vraiment et qu'elle veut garder l'enfant… tu le sais. Tu le sais au fond de toi que tu ne la laisseras pas. Parce que ce n'est pas toi. Que tu ne peux pas. Que ces cauchemars sont toujours en toi. Que tu ne te vois pas refaire ce schéma, alors oui tu sais. Tu sais, mais ce n'est pas pour autant que tu n'angoisses pas. Au contraire, tu peux sentir la chaleur s'émaner de ton corps. Que faire ? Quoi dire. Si seulement tu savais, tu ne te vois pas appeler Nate, pas maintenant .. pas ainsi. Il faudrait déjà que tu reprennes tes esprits. Ta bouche s'ouvre, mais rien. Juste un blanc. Une mouche pourrait s'y aventurer, qu'elle verrait la couleur de tes amygdales. Tu la refermes aussitôt. Non, tu ne sais pas quoi dire, quoi faire. Ton corps se lève d'un coup et tu commences à faire les cents pas. Tu n'as jamais été doué pour réconforter les gens. Tu essaies, la preuve avec Albane, ta première relation sérieuse. Tu nages encore par moment dans des eaux troubles, elle attend beaucoup de cette relation. Tu le sais parce qu'elle t'en a déjà parlé.. Toi tu sais pas trop. Tu prends la vie comme elle vient, comme tu as toujours fait, alors là.. Cette nouvelle .. tu devrais dire un truc mais rien. Rien ne te vient, absolument rien. Puis tes pas se finissent et tu bloques ton regard sur elle. « t'es sûre ? » que tu finis par lui répondre, passant tes mains dans tes cheveux. N'ayant pas prêté attention au son de ta voix. Un brin dur, un brin paumé surtout. Toi être père ? Non ces mots ne vont pas ensemble, surtout pas dans ton esprit. Tu ne t'imagines pas père. Nate, oui, Isaac aussi, mais toi… Toi t'es encore le bébé de la famille. Ce n'est pas ton surnom pour rien. Tu commences à peine à prendre ton indépendance. Alors non, tu n'imagines pas une femme et un marmot dans le tableau. Tu l'imagines pas dans l'avenir pour dire. Tu t'es jamais imaginé père … ton palpitant s'accélère, tu sais que tu n'agis pas dans le bon sens. N'ayant pas les bons mots pour la réconforter, mais là. Là rien te vient, tu es paumé. Les mots se bloquent entre tes lèvres. Soufflant de plus belle, tu finis par lui tourner le dos. Cherchant ce que tu pourrais bien dire, une part de toi veut la réconforter, mais l'autre veut fuir. Ce qui n'est absolument pas la solution, sauf si tu veux que son frère te tue. Il a toujours une dent contre toi, tu le sens bien. Il a beau dire que tout va bien, tu vois bien comment il agit avec toi par moment. Tes bras tombent et tu finis par la regarder de nouveau… « J'veux dire t'es vraiment sûre de l'être ou c'est peut-être une fausse alarme ... » ce que tu préfères, mais ça tu te tais bien de lui dire. Quoiqu'à ton avis, elle a du le lire sur ton visage que cette nouvelle ne t'enchante pas des masses. Voir pas du tout. « j'sais pas.. je .. j'suis pas prêt pour être père Albane … j'viens d'prendre mon appart' c'est… fin j'en sais rien. » tu préfères lui dire la vérité. T'es pas le genre de mec qui ment à sa nana. Tu vas pas lui dire oui, juste pour lui faire plaisir. Autant qu'elle sache ce que tu en penses. « et toi t'en penses quoi ? » parce que son avis t'intéresse et t'importe plus qu'autre chose. C'est elle qui est concerné, quoique vous êtes deux …  

CODES c LITTLE WOLF.

_________________
You wanna be cool ? Let me show you how. You don't break the rules. I can show you how   +
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Oops ! (Chris)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oops ! (Chris)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oops! this is hentaï, partenariat ?
» Chris Jericho© Vs Edge
» Chris Master & Eve Torres ! What ?!
» Chris Sabin Vs Big Show
» Oops... didn't know you were here

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: flashback-