AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'envers du décor... (jackson & noa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 24 ans (née le 28 février 1994)
○ statut : célibataire, mais son coeur bat plus fort quand elle pense à Leeth.
○ métier : assistante attachée de presse chez Vogue / monitrice de surf à temps variable
○ quartier : #08 South Bay
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle
○ informations en vrac : A été enlevée en juin 2017 et brutalisée pour une rançon. Les kidnappeurs n'ont toujours pas été retrouvés. ◆ A récupéré un pistolet dans un squat de toxicos, est partie à la chasse de ses ravisseurs. ◆ Roule en Mustang Cobra des années 90 en piteux état... même si à son anniversaire, en février 2018, elle a eu en cadeau une superbe BMW neuve ! Il faut une bonne occasion pour la sortir prendre l'air.


○ posts : 973 ○ points : 145
○ avatar : kaya scodelario
○ DC : eve northam
○ inscrit le : 18/05/2017
MessageSujet: L'envers du décor... (jackson & noa)   Jeu 14 Déc 2017 - 1:49

Ce quartier, je n’y ai jamais mis les pieds. Aucune raison de le faire. Jusque là ! Il ne donne pas envie de trainer seule la nuit. Pourtant, il fait nuit et je suis seule. L’immeuble qui correspond à l’adresse du rendez-vous est un ancien hôtel-restaurant fermé depuis longtemps. Il siège parmi d’autres immeubles désertés par les entreprises. A voir les anciennes enseignes éteintes, il y a eu de la vie ici à une époque. Le lieu est en pleine restructuration, c’est ce qu’un panneau annonce avec une belle image du futur complexe qui remplacera les bâtiments vides. Celui qui m’intéresse, on a muré les fenêtres du rez-de-chaussée ainsi que la porte. Prendre la ruelle et y accéder par l’arrière, c’est l’indication qu’on m’a donné. J’ai stationné ma voiture plus loin et fini le chemin à pied. Je porte un jean déchiré de partout et j’ai piqué une vieille veste de toile grise à mon frère, bien trop grande par dessus mon tee-shirt noir. Elle est tout aussi usagée que mon pantalon. J’ai froid. Dans mes poches, j’ai une somme d’argent en billets, mon portable et mes clés de voiture, c’est tout. Je contourne comme indiqué pour découvrir qu’une ouverture a été pratiquée dans l’entrée arrière, murée comme sur la façade. A coups de masse, on a fracassé le béton. Le taff d’un enragé. Un trou à hauteur de genou et qui oblige à se contorsionner pour pénétrer dans la pénombre. J’aurais dû emmener une torche. J’enjambe les parpaings et me baisse en même temps pour franchir l’orifice. Pourquoi est-ce que je ne fais pas demi-tour ? Dans quel merdier je suis en train de me mettre ! J’attends, j’écoute. Des bruits viennent des étages et une faible lumière dessine le contour des marches de l’escalier au bout du couloir. J’ai une petite voix dans la tête qui me dit de foutre le camp d’ici. Au lieu d’écouter la raison, je monte. J’avance lentement, comme si tout allait s’effondrer sous mes pas, en réalité je retiens mes mouvements jusqu’à ma respiration pour faire le moins de bruits possibles. Il y a des gens qui squattent les ex-chambres de l’hotel. Troisième étage, chambre 307. C’est là que je dois me rendre. Je croise des regards. Je ne suis pas à ma place, intruse, je le sais. Des regards éteints. Des regards qui repartent aussi vite qu’ils se sont posés. 307. Je suppose que c’est là, c’est ouvert, c’est désert. Il y a un canapé jaune et une table basse posée devant. Etrange mobilier. Je ne sais pas ce que je dois faire, attendre ou partir. La voix dans ma tête insiste “dégage de là”. Okay, je le fais, je décampe. Mes pieds sont incapables de bouger, je reste figée par la vue d’un type complètement bizarre. Il est sorti de nulle part. Il s’est planté devant moi. Il renifle. Il me tourne autour et me renifle comme si j’étais son diner. Et puis une voix se met à gueuler contre le zombie pour lui dire de partir. Je suis entrée dans quel enfer ?

_________________

Il n'y a que les pierres qui ne souffrent pas

 
 On n’attend pas non plus qu'elles
 respirent la joie de vivre.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 33 ans (11/07/1985)
○ statut : Il tombe un peu plus amoureux d'elle chaque jour
○ métier : Flic (actuellement) / Infiltré (par le passé)
○ quartier : Appartement West Bay
○ orientation sexuelle : Hétéro
○ informations en vrac : Ainé d'une grande famille - Très protecteur, très proche, très chiant avec ses frères et soeurs - Parents divorcés - Carrière de flic car il n'a pu faire l'armée pour cause de genou "instable" - Aime la moto - Amateur de sport de combat ou de self-defense, du moment qu'il n'y a pas trop de coups à la tête - Du genre "bon gars" - A fait six mois de "prison" pour une mission



○ posts : 826 ○ points : 270
○ pseudo : Julien
○ avatar : Brett Dalton
○ DC : Jenny Holway
○ inscrit le : 28/11/2017
MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   Jeu 14 Déc 2017 - 19:19

Patrouille de nuit dans l'un des endroits les moins sympas de Wellington. On sait tous à peu près ce qu'il s'y passe mais on ne peut pas non plus venir y mettre un grand coup de botte dans cette fourmilière. Jouer les justiciers masqués ? Encore moins. A moins d'être inconscient. Et suicidaire. Trafic de drogue essentiellement. Un bâtiment transformé en squat de junkie. Trafic d'armes aussi sans doute. Pas à grande échelle néanmoins. Ni des armes d'assaut. Des simples pistolets. Ou des petits mitrailleurs. Ce qui est déjà plus que dangereux on est d'accord. J'ai cru comprendre qu'une petite cargaison était arrivée. Qu'il risque d'y avoir quelques échanges. Alors on tourne un peu autour. Gentiment. Deux ou trois nanas pas très catholiques qui font le trottoir. Mais bon c'est pas pour autant qu'on se croirait dans le Chicago ou le New York d'antan. Un peu de grabuge dans une ruelle. Pas de quoi nous faire sortir hein ? Mouais. Attends je vais voir. Un des clochards qui trainent dans le coin m'a dit l'autre jour qu'ils avaient vu des gens louches discuter. Echanges d'informations plus qu'échange d'argent et de bien à vrai dire. Il avait pas bien vu, ni entendu, mais l'une des personnes en question avait pas l'air très suspecte. Après hein, faut pas se fier aux apparences. Ca reste assez désert comme endroit. Les gens se cachent. Et moi-même je me pavane pas comme un imbécile. J'ai cette ... impression. Ouais je sais pas. L'impression qu'un petit truc cloche. Plus que d'habitude je veux dire. Ce qui m'arrive au fond relativement souvent et ce qui s'avère être faux dans quatre-vingt pourcents des cas. Mais hé, je suis flic, c'est mon boulot. Et je crois en mon instinct. Un peu. Mouais. Des bâtiments fermés de chez fermés. Avec à priori une seule petite entrée assez cachée. Ils font ça bien. Ou pas. Car en cas de fuite bah ... Il y a qu'à rester parquer derrière l'unique sortie à attendre. Le collègue m'appelle au talkie. Que j'ai pris soin de baisser un peu niveau volume donc ça va. Et je réponds à voix basse. Deux minutes. Ouais. Juste deux minutes. Et on décampe.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 24 ans (née le 28 février 1994)
○ statut : célibataire, mais son coeur bat plus fort quand elle pense à Leeth.
○ métier : assistante attachée de presse chez Vogue / monitrice de surf à temps variable
○ quartier : #08 South Bay
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle
○ informations en vrac : A été enlevée en juin 2017 et brutalisée pour une rançon. Les kidnappeurs n'ont toujours pas été retrouvés. ◆ A récupéré un pistolet dans un squat de toxicos, est partie à la chasse de ses ravisseurs. ◆ Roule en Mustang Cobra des années 90 en piteux état... même si à son anniversaire, en février 2018, elle a eu en cadeau une superbe BMW neuve ! Il faut une bonne occasion pour la sortir prendre l'air.


○ posts : 973 ○ points : 145
○ avatar : kaya scodelario
○ DC : eve northam
○ inscrit le : 18/05/2017
MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   Dim 17 Déc 2017 - 0:37

En deux temps trois mouvements le zombie est mis à l’écart et je me retrouve avec deux types qui me dépassent d’une tête. Je recule dans la chambre 307 poussée par l’avancée du plus âgé. En d’autres lieux, je sortirais une plaisanterie du genre “Wouh ! C’est walking dead aujourd’hui ?”, vous avez compris les couches d’humour ? “walking” marcher, toi et moi, à reculons, enfin moi, “walking dead”, la série, pour le zombie aux yeux exorbités dans le couloir. Non toujours pas ? C’est trop lourd pour vos têtes engluées dans les polars noirs de noirs, vous devriez virer à l'orange, c'est mieux... En d’autres lieux, je leur aurais sorti une histoire de ce genre, mais là, non. Je ferme ma gueule, je dis rien, je recule, c’est tout. C’est cette armoire à glace plantée devant moi qui devrait occuper mon esprit, mais il s’échappe vers la droite, passe le long de son bras, franchit l’encadrement de la porte, pour atterrir sur le zonzon qui refuse d’en rester là. Il prétend que les gars lui doivent de l’argent, qu’il n’y a pas le compte pour sa livraison. Celui qui est resté en retrait le repousse. Retour dans l’espace circulaire qui cerne ma personne. Je suis stoppée par le boss qui a attrapé le col de ma veste. — Qu’est-ce tu veux ? — Je viens voir Ciji. — Qu’est-ce tu lui veux ? Sa deuxième main vient se poser sur moi pour ce qui pourrait être une fouille au corps si elle n’était pas si baladeuse. Je tente de la repousser. Un coup de feu me fait sursauter et plus encore, je tombe en arrière sur la table et chavire entre elle et le canapé, l’autre m’ayant repoussée de son champs d’action. A plat ventre sur le sol, je vois Zonzon une arme à la main et le plus jeune à terre. Deux coups de feu de plus. C’est pas vrai ! C’est pas vrai ! Je vais m’en prendre une, je suis sûre que je vais m’en prendre une ! La porte claque. Je me retrouve dans la pièce avec le blessé qui braille comme un porc en se tenant le ventre. Et ça tire encore dans le couloir. C’est un cauchemar ! C’était pourtant un plan facile, je tendais les billets, il me donnait flingue et salut tout le monde. Pourquoi ce n’est jamais aussi simple que sur le plan.

_________________

Il n'y a que les pierres qui ne souffrent pas

 
 On n’attend pas non plus qu'elles
 respirent la joie de vivre.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 33 ans (11/07/1985)
○ statut : Il tombe un peu plus amoureux d'elle chaque jour
○ métier : Flic (actuellement) / Infiltré (par le passé)
○ quartier : Appartement West Bay
○ orientation sexuelle : Hétéro
○ informations en vrac : Ainé d'une grande famille - Très protecteur, très proche, très chiant avec ses frères et soeurs - Parents divorcés - Carrière de flic car il n'a pu faire l'armée pour cause de genou "instable" - Aime la moto - Amateur de sport de combat ou de self-defense, du moment qu'il n'y a pas trop de coups à la tête - Du genre "bon gars" - A fait six mois de "prison" pour une mission



○ posts : 826 ○ points : 270
○ pseudo : Julien
○ avatar : Brett Dalton
○ DC : Jenny Holway
○ inscrit le : 28/11/2017
MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   Dim 17 Déc 2017 - 21:55

Deux minutes. Le temps de faire un peu plus le tour de cet immeuble et on repart. Très très peu de gens dans les ruelles. Ils préfèrent squatter les bâtiments la nuit. Et même pour leurs deals à priori. Ce que j'ai un peu du mal à comprendre. Généralement ça se fait plus dans des endroits assez ouvert où il est possible de s'enfuir rapidement. Même lorsqu'on parle d'échange qui engage énormément d'argent. Ou alors dans des grands hangars. Enfin, ils savent aussi que peu de personnes vont venir se mêler de leurs affaires ici-même. Je suis déjà monté dans un immeuble à étage en étant infiltré, ça ouais. En tant que flic, beaucoup moins. Il y a toujours « un piège ». Mais ce soir, c'est différent. Bang. J'entends un coup de feu. Je me mets presque automatiquement à couvert, porte la main à mon arme. J'appelle rapidement le collègue pour lui signaler les coups de feu, qu'il demande des renforts. Que je m'engage dans le bâtiment. Pas la meilleure chose à faire je vous l'accorde. Tant pis. Je fonce. J'avais repéré une demie-ouverture. Faute de mieux, c'est par là que je passe. Je longe les murs. Un ou deux camés me regardent mais ils sont trop high pour comprendre. Ils ont même pas percuté quant aux coups de feu je suis sur. Ca continue de tirer. Plus haut. J'avance à pas rapide mais en faisant bien gaffe. Ca peut vite partir en « guerre » cette histoire. Escalier. Je pointe le pistolet vers le haut. Personne. Le coeur s'accélère. Je monte. Toujours le canon vers le pallier supérieur. Au cas où. Merde merde merde. Tirs de nouveau. L'étage du dessus. Là je me magne. J'arrive devant la porte. Je me pose deux secondes pour écouter. Il y a pas l'air d'avoir de gens proches de ce côté. Bonne nouvelle ? J'irai pas jusque là. J'entrouvre la porte. Y passe juste mon œil. Un type dans l'encadrement d'une porte. Il est de dos. Et tire vers plus loin. J'arrive pas à apercevoir l'autre gars. Ils se planquent à moitié. Qu'est-ce que je fous ? Demi-tour ? Après tout j'ai aucune raison d'aller me mêler à ces gars là. Et y'a pas d'innocent dans cet immeuble. Merde. Fais chier. Sans faire de bruit je sors de ma cachette, en longeant le mur, et en entrant dans le premier appartement. Rapide contrôle. Personne. Ouf. Les mini-balcons sont communicants. Je lai vu de l'extérieur. Alors je fonce. Putain quoi. Qu'est-ce que tu fous Jax ?? Risquer ta vie pour … Pour rien ? Je passe au deuxième appart. Coup de feu. Pas aussi intensif qu'avant. Troisième appart. J'entends des gémissements de douleur. Je me terre. L'appart à l'air assez vide hormis se type qui se tortille. Je sais pas où il l'a prise cette balle mais ça craint. Je vais pas l'en plaindre. Il l'a mérité non ? Et là je te vois. T'as pas l'air dans ton élément. Toi et tes longs cheveux couleur … « spéciale ». Merde putain. Tu pourrais être ma sœur ! Qu'est-ce que tu fous dans un endroit comme ça. Je fais coulisser la porte silencieusement. Je te braque. T'es de dos, y'a de la pression, des coeurs qui battent, je me dis que c'est impossible que tu me vois arriver. Je te laisse le bénéfice du doute. Wellington P.D. Mains en l'air. Ca me ferait pas plaisir de le faire mais je serais prêt oui. A te coller une balle dans l'épaule ou le ventre. Ca craint, mais on peut en survivre. Doucement. Fais pas le con. Ou la conne plutôt. L'autre gars continue à geindre. Il a pas vu mon visage. Il m'a peut-être même pas entendu. Mais je l'ai aussi à l'oeil. S'il tente le moindre truc … c'est pas glorieux à dire mais … je mets fin à ses souffrances …
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 24 ans (née le 28 février 1994)
○ statut : célibataire, mais son coeur bat plus fort quand elle pense à Leeth.
○ métier : assistante attachée de presse chez Vogue / monitrice de surf à temps variable
○ quartier : #08 South Bay
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle
○ informations en vrac : A été enlevée en juin 2017 et brutalisée pour une rançon. Les kidnappeurs n'ont toujours pas été retrouvés. ◆ A récupéré un pistolet dans un squat de toxicos, est partie à la chasse de ses ravisseurs. ◆ Roule en Mustang Cobra des années 90 en piteux état... même si à son anniversaire, en février 2018, elle a eu en cadeau une superbe BMW neuve ! Il faut une bonne occasion pour la sortir prendre l'air.


○ posts : 973 ○ points : 145
○ avatar : kaya scodelario
○ DC : eve northam
○ inscrit le : 18/05/2017
MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   Jeu 11 Jan 2018 - 2:10

Je reste coincée entre la table basse renversée qui me sert de bouclier et le canapé. Plutôt planquée, c’est un meilleur mot. Je ne compte plus les balles échangées. Je me dis qu’à un moment ça va s’arrêter, que les armes seront vides mais peut-être pas. Ces types-là ont surement plusieurs chargeurs de rechange, de quoi tenir un siège. Et l’autre ! Je me serais passée de sa compagnie. Qu’il arrête de gueuler ce porc ! Quand tu veux jouer les gros bras, t’assumes jusqu’au bout ! Je pointe mon nez en bout de table pour voir où il en est de son agonie. Est-ce que Jack a souffert comme ça quand ils l’ont poignardé ? Est-ce que sa mort a été lente ? S’il avait crié, je l’aurais entendu. Je me serais réveillée. Ce type au sol, j’entends ses hurlements, alors Jack... Est-ce que j’étais bourrée au point d’être sourde ? J’ai envie de vomir. Je peux pas me retenir. Je suis en train de dégueuler mes tripes en compagnie d’un mec qui est en train de crever. Pourquoi ? Pourquoi je me mets dans des merdes pareilles ? Je me laisse tomber sur le canapé en reniflant, en pleurant. Pas le temps d’un répi quelqu’un vient d’entrer par la fenêtre. — Wellington P.D. Mains en l'air. L’ordre stoppe mes battements de coeur, ma respiration s’interrompt. Enfer et damnation ! S’il y a bien un moment où la police est de trop, c’est maintenant. Peut-être pas si la fusillade continue. Mais en trop pour mon deal. Quoique est-ce que tout deal est encore possible ? C’est mort ça aussi. La situation dans laquelle je suis, je n’ai plus de mot pour la qualifier. J’obéis. Je lève les mains. Pour faire la conne, mon grand, c’est trop tard ! Je suis en plein dedans. Je sais absolument pas comment je vais me sortir de là. Je me vois déjà au poste de police, menottes aux poignets, en face de Lukas. Je n’aurais absolument rien à lui dire pour justifier ma présence ici. Je pense à mère. Elle mérite pas ça. Et l’autre, il va bien finir par crever. Cette idée me donne un frisson dans le dos. — Je bouge pas. Je fais rien. Je suis pas armée. Et l’autre au sol, peut-être qu’il l’est. Peut-être que s’il meurt... Peut-être que si ce flic poursuit son chemin vers ceux qui s’agitent encore dans le couloir... Peut-être que si je file par là où il est entré... Ce n’est pas à ça que je devrais penser. Je devrais me focaliser sur ma famille qui va souffrir si je me retrouve derrière les barreaux. Pourtant je suis incapable de détourner mon regard de l’homme que j’espère voir mourir sur le parquet de cet ancien hôtel pour lui voler son flingue. Je suis en train de devenir un monstre. Le monstre qu’un homme a façonné en assassinant mon ami à l’arme blanche, en me martelant de coups au point de me défigurer à moitié. Je veux lui poser le canon d’un révolver sur la tempe, sur celui qui m’a fait ça, le doigt sur la gachette, alors qu’il rampe au sol après que je lui ai brisé les rotules... Bang !... C’est pas moi ! Je ne sais pas qui vient de tirer ni sur qui. Un courant d’air fait voler mes cheveux.

_________________

Il n'y a que les pierres qui ne souffrent pas

 
 On n’attend pas non plus qu'elles
 respirent la joie de vivre.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 33 ans (11/07/1985)
○ statut : Il tombe un peu plus amoureux d'elle chaque jour
○ métier : Flic (actuellement) / Infiltré (par le passé)
○ quartier : Appartement West Bay
○ orientation sexuelle : Hétéro
○ informations en vrac : Ainé d'une grande famille - Très protecteur, très proche, très chiant avec ses frères et soeurs - Parents divorcés - Carrière de flic car il n'a pu faire l'armée pour cause de genou "instable" - Aime la moto - Amateur de sport de combat ou de self-defense, du moment qu'il n'y a pas trop de coups à la tête - Du genre "bon gars" - A fait six mois de "prison" pour une mission



○ posts : 826 ○ points : 270
○ pseudo : Julien
○ avatar : Brett Dalton
○ DC : Jenny Holway
○ inscrit le : 28/11/2017
MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   Ven 12 Jan 2018 - 22:43

C'est … C'est le bordel. C'est le bordel et je m'embarque dans un truc qui … Pourquoi ? Probablement pour trois zinzins qui étaient pas d'accord sur un pari ou qui sont trop high pour savoir ce qu'ils foutent. Et pourtant … Et pourtant je passe par le balcon. A la John Mclane, à la Ethan Hunt. Il y a des coups de feu, des cris. Ils dovient même pas savoir pourquoi ils se tirent dessus … C'est encore plus la merde quand je débarque dans l'appartement. Un gangster au sol qui … Qui est en train de crever. Et toi. Toi sur le canapé. Dont je ne vois pas le visage. Putain. Je t'ordonne de pas bouger. Mais surtout, de mettre tes mains bien évidence. Ca se trouve t'as une arme. Ca se trouve t'es dangereuse. Ou alors t'es … totalement en train de planer a cause du crack. Ou désemparée car t'es juste … une femme de petite vertu qui venait ici pour se faire un peu de pognon. En tout cas t'es consciente. Et tu t'exécutes directement. Bien. Tu me dis ne pas être armée. Mais … Je ne te crois qu'à moitié. Logique. Mains sur la tête et aucun geste brusque. J'essaye de faire vite. Faut pas traîner. C'est la merde. Encore. L'autre me capte. Je fais deux trois pas rapides et écarte du pied l'arme qu'il essayait de prendre. L'écarte du côté opposé où tu es assise. Je ne suis pas con. Monsieur n'a pas l'air content de me voir, m'insulte. Bien. Je suis pas fier de moi mais … Mais je lui mets un coup de talon au visage. De quoi le calmer. Bonne nuit. Sans pour autant détourner mon regard de toi. Je t'ai à l’œil ouais. Surtout que … Que je le croise ton regard. T'as pas l'air dans ton élément. Pas comme ces gars là. Qu'est-ce que tu fous ici putain … Je fixe le moindre de tes mouvements. Qui Un dernier tir. Et la porte s'ouvre ! Je dirige l'arme vers l'endroit et je cherche pas à comprendre, je tire. Le mec a juste le temps de tout capter pour se foutre à couvert dans le couloir. Evitant la balle au passage. Putain putain. Ouais … Putain … Debout ! Ouais toi, faut qu'on foute le camp. Surtout que … Que le monsieur dans le couloir annonce la nouvelle. Poulet dans l'appartement. Je tire une nouvelle fois. Dans le vide. Aide-moi ! Et je pousse le canapé jusqu'à la porte. Que tu m'aides ou pas, je remarque même pas. Tu dois juste être … terrorisée … Vite ! Faut qu'on se tire. Par où je suis venu. Je t'attrape le poignet. Et je prends une seconde, une simple seconde pour te regarder droit dans les yeux. Ca va aller. Je sais pas si je dis ça plus pour me rassurer moi ou te rassurer toi. Qui que tu sois, quoi que t'ai fait, je m'en fous sur l'instant. Et je tire une nouvelle balle dans la porte. Pour les dissuader d'entrer. C'est la merde …
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 24 ans (née le 28 février 1994)
○ statut : célibataire, mais son coeur bat plus fort quand elle pense à Leeth.
○ métier : assistante attachée de presse chez Vogue / monitrice de surf à temps variable
○ quartier : #08 South Bay
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle
○ informations en vrac : A été enlevée en juin 2017 et brutalisée pour une rançon. Les kidnappeurs n'ont toujours pas été retrouvés. ◆ A récupéré un pistolet dans un squat de toxicos, est partie à la chasse de ses ravisseurs. ◆ Roule en Mustang Cobra des années 90 en piteux état... même si à son anniversaire, en février 2018, elle a eu en cadeau une superbe BMW neuve ! Il faut une bonne occasion pour la sortir prendre l'air.


○ posts : 973 ○ points : 145
○ avatar : kaya scodelario
○ DC : eve northam
○ inscrit le : 18/05/2017
MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   Jeu 18 Jan 2018 - 0:28

Un homme en uniforme qui donne ses ordres. Un truant au sol qui trouve un dernier sursaut pour sortir quelque chose de dessous ses vêtements. Ce quelqque chose que le flic expédie d’un coup de pied à l’autre bout de la pièce. Ce quelque chose que je suis venue chercher. Je ne sais pas si c’est un révolvert, un pistolet, un colt, un... Je ne connais même pas la différence. Je connais vaguement des formes pour les avoir vus sur grand écran, mais aucune idée des noms. Mon esprit est fixé sur l’objet jusqu’au moment des tirs. Je plonge derrière le canapé. Mon bouclier ! Ça devrait s’arrêter là. Il devrait y avoir un réalisateur qui lance à tout ce monde “Coupez !”. Mais ce que j’entends c’est la voix du policier... Putain ? C’est moi qu’il traite de putain ? Ouais, c’est ça “Putain... Debout”. Parce que monsieur veut se servir de MON canapé, MON bouclier, pour le faire sien. Et en plus il veut que je l’aide. Du grand n'importe quoi ! Tu sais ce qu'elle te dit la pute ? Il est occupé. Quelques secondes... Est-ce que ce sera suffisant... prendre l’arme... la glisser dans ma ceinture sous ma veste trop grande... sortir par la fenêtre... Je ne réfléchis même pas. Des doigts sur mon bras qui le serre. Cinq secondes de plus et j’aurais réussi à franchir la fenêtre. Pourvu qu’il ne m’ait pas vu prendre l’arme, trop occupé à défendre sa peau. Euh... notre peau. Dans le mouvement nos regards se croisent. J’ai accumulé tant d’angoisse depuis que zombie est entré en scène que je tremble comme une feuille. Si je me fais choper avec l'arme sur moi... Si elle a servi à tuer quelqu'un... Des si qui me filent une peur proche de la panique. Pourtant une certitude coure le long de ma colonne vertébrale, remontant jusqu'à mon cerveau, l'électrifiant complètement. Comme lors de mon enlèvement une évidence émerge parmi ces étincelles. Là-bas c’était “Contacter Lukas”, cette fois j’entends la petite voix me dire : “Il ne doit pas trouver l’arme”. — Ça va. J’essaie de sourire, même si la panne sèche est là côté émotion positive. Je hoche de la tête, il reste ça. Bizarrement je n’ai pas envie de l’arnaquer ce flic, il a l’air gentil. J’ai cependant une priorité et elle va à l’encontre de la démarche du collègue de ma belle-mère. Je n’ai pas envie mais je dois... Alors qu’il tire pour nous protéger, j’enjambe le balcon. Il avait peut-être pensé le faire à l’horizontal d’un balcon à l’autre pour contourner les malfrats. Je le fais à la verticale, me laissant tomber dans le vide pour me rattraper à la rambarde de l’étage inférieur. Un coup de folie ! Un coup à se fracasser par terre ! Je ne suis pas acrobate, je suis surfeuse. C’est suffisant pour avoir assez de réflexe et de force pour m’agripper par un bras à la volée au balcon du dessous. Encore un étage et ce sera le sol. Après... Après il faudra courir... Pour l'instant, je me balance comme un pendu sans corde. Je l’entends, il me suit dans cette descente désespérée.

_________________

Il n'y a que les pierres qui ne souffrent pas

 
 On n’attend pas non plus qu'elles
 respirent la joie de vivre.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 33 ans (11/07/1985)
○ statut : Il tombe un peu plus amoureux d'elle chaque jour
○ métier : Flic (actuellement) / Infiltré (par le passé)
○ quartier : Appartement West Bay
○ orientation sexuelle : Hétéro
○ informations en vrac : Ainé d'une grande famille - Très protecteur, très proche, très chiant avec ses frères et soeurs - Parents divorcés - Carrière de flic car il n'a pu faire l'armée pour cause de genou "instable" - Aime la moto - Amateur de sport de combat ou de self-defense, du moment qu'il n'y a pas trop de coups à la tête - Du genre "bon gars" - A fait six mois de "prison" pour une mission



○ posts : 826 ○ points : 270
○ pseudo : Julien
○ avatar : Brett Dalton
○ DC : Jenny Holway
○ inscrit le : 28/11/2017
MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   Sam 20 Jan 2018 - 15:31

Tout va toujours très vite dans ce genre de situation. Trop vite. Moi-même je perds pas une seconde. Je réagis. Disons que ce n'est pas la première fois que je me retrouve engagé dans une situation pareille. Heureusement. Enfin non, je préférerais avoir une vie de flic calme. Mouais. Ca m'irait pas. Et puis j'ai choisi d'être infiltré en plus d'être flic alors bon … pour le calme, on repassera. Pour l'heure, je mets un peu plus ko le type par terre. Puis la porte s'ouvre. On échange des coups de feu. Je te dis de dégager de là, de me filer un coup de main. Ce que t'as pas trop l'air de faire mais … Je peux pas non plus t'en vouloir. Tout ce bordel doit suffisamment être terrifiant pour toi. La porte bloquée, je tire encore un coup. Juste pour dire de. Et je te saisis le bras au passage. Pas violemment. Juste pour te dire que … qu'on va s'en tirer. Un tir de plus dans la porte. Tu profites de ce temps pour filer. Bon réflexe. Même si … Même si je veux pas que tu m'échappes non plus. Parce que bon, tu vas pas me la faire, t'as pas envie de traîner avec moi je crois. Ca gueule de partout. Je te vois rapidement descendre. Descendre ouais. J'aurais fait pareil. C'est plus dangereux mais … Mais ça se trouve ils sont dans les escaliers ou … pire. Alors moi aussi j'enjambe le balcon. Je regarde en bas. T'es bien là. Je regarde les appart' sur le côté. C'est bien ce que je pensais … D'une main je vise, je tire. Mouche ou pas, je tiens bien mon pistolet et je me laisse tomber sur le balcon du dessous. Je garde un œil au dessus de nous au cas où. Le bordel ouais. Encore. Toujours. T'as toujours de l'avance sur moi dans la descente. Un étage. Tu t'apprêtes à retrouver le sol. Cours par là ! A droite. Vers l'endroit où se trouve mon collègue. Où on pourra se barrer d'ici. Mais … Mais ça va pas se passer comme ça hein ? Ce serait trop facile … Coup d'oeil en haut. Merde. J'ai l'impression d'entendre du bruit. Trop de bruit. Et puis j'aperçois une tête. Je peux pas tirer. Fuck. Et je lâche. Je me laisse tomber. Fuck fuck fuck.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 24 ans (née le 28 février 1994)
○ statut : célibataire, mais son coeur bat plus fort quand elle pense à Leeth.
○ métier : assistante attachée de presse chez Vogue / monitrice de surf à temps variable
○ quartier : #08 South Bay
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle
○ informations en vrac : A été enlevée en juin 2017 et brutalisée pour une rançon. Les kidnappeurs n'ont toujours pas été retrouvés. ◆ A récupéré un pistolet dans un squat de toxicos, est partie à la chasse de ses ravisseurs. ◆ Roule en Mustang Cobra des années 90 en piteux état... même si à son anniversaire, en février 2018, elle a eu en cadeau une superbe BMW neuve ! Il faut une bonne occasion pour la sortir prendre l'air.


○ posts : 973 ○ points : 145
○ avatar : kaya scodelario
○ DC : eve northam
○ inscrit le : 18/05/2017
MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   Jeu 25 Jan 2018 - 3:09

Regarder vers le bas, calculer la trajectoire, pas vraiment le temps. Par contre se prévoir pour l’impact parce que le sol c’est dur. Je me laisse glisser le long du dernière balcon pour qu’il y est le moins de hauteur possible. Je touche enfin le béton de la cours arrière de l’hôtel. Le flic me dit de courir vers la droite. Pourquoi la droite ? J’en sais rien. De toute façon, pour ce qui est de courir, c’est exactement ce que je vais faire. Je repère le trou béant par lequel je suis entrée tout à l’heure. Quand je passe devant, j’ai l’impression qu’il y a une ombre qui bouge à l’intérieur. Pas le temps de vérifier quoique ce soit. Je sors dans la ruelle pour me retrouver sur le trottoir de la rue principale en quelques enjambées. Quelle cruche ! J’aurais pas dû écouter le flic, il m’envoie directement vers son collègue qui avance en m’interpellant. — Hé toi, là-bas ! Je ne lui laisse pas le temps d’approcher plus, de lever le canon de son arme vers moi. Je fais demi tour dans la ruelle. Objectif, sortir par l’autre côté. En repassant devant l’entrée arrière du nid de gangsters, je vois zombie sortir par l’ouverture, le policier à terre se protégeant sous le balcon, le troisième homme des étages qui tente de l’avoir dans sa ligne de mire. Tant que tout le monde est occupé, c’est le moment de filer. Mais je m’arrête à quelques pas de là. Comment je pourrais regarder Lukas en face si je lis demain dans les journaux que le flic est mort dans la ruelle. Comment je pourrais me regarder, moi, dans le miroir. Je soupire. Demi tour encore. Je ramasse une poubelle métallique qui traine là. Elle est pour zombie, il va la prendre sur l’arrière du crâne. Blank ! Il s’étale d’un coup. Mon regard croise celui du policier. Une fraction de seconde. Pour un merci de m’avoir sorti de là. Je n’ai que le temps de me rejeter en arrière, le type au-dessus se met à tirer dans ma direction. Peut-être qu’il aura un créneau, lui, l’homme en uniforme, pour se débarrasser de celui d’au-dessus et filer. Et puis je n’ai pas plus de temps non plus, parce que son collègue super courageux pointe son nez en bout de ruelle et m’ordonne de ne pas bouger. N’y compte pas ! Je me mets à courir de toute mon énergie. J’espère qu’il ne me tirera pas dans le dos. Un flic, ça fait pas ça, hein Lukas ? Tu f’rais pas ça toi qui m’a sortie de là. J’entends des coups de feu. Je prie pour qu’aucune balle ne viennent me faucher dans mon élan. Je cours pour me perdre dans la nuit. Je cours pour fuir ce capharnaüm sordide.

_________________

Il n'y a que les pierres qui ne souffrent pas

 
 On n’attend pas non plus qu'elles
 respirent la joie de vivre.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 33 ans (11/07/1985)
○ statut : Il tombe un peu plus amoureux d'elle chaque jour
○ métier : Flic (actuellement) / Infiltré (par le passé)
○ quartier : Appartement West Bay
○ orientation sexuelle : Hétéro
○ informations en vrac : Ainé d'une grande famille - Très protecteur, très proche, très chiant avec ses frères et soeurs - Parents divorcés - Carrière de flic car il n'a pu faire l'armée pour cause de genou "instable" - Aime la moto - Amateur de sport de combat ou de self-defense, du moment qu'il n'y a pas trop de coups à la tête - Du genre "bon gars" - A fait six mois de "prison" pour une mission



○ posts : 826 ○ points : 270
○ pseudo : Julien
○ avatar : Brett Dalton
○ DC : Jenny Holway
○ inscrit le : 28/11/2017
MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   Sam 27 Jan 2018 - 11:03

Putain. C'est peut-être pas la première fois que je fais ça, bien que j'en sois pas habitué, mais c'est toujours autant la merde. Heureusement tu t'en sors pas trop mal toi. Enfin « heureusement » j'en sais trop rien. Ca se trouve j'aide une génie du mal à s'enfuir. Même si ça m'étonnerait. Parce que tu suis mes directives quand même. Un soucis de moins déjà. Car je viens d'en gagner un autre. Un gros. Un très gros. T'es trop loin pour qu'il te tire dessus. Puis pas sûr qu'il le ferait sachant qu'il a un « poulet » à portée. « Poulet » qui se réfugie bien vite contre le mur, en dessous du balcon. Mais pour autant, impossibilité pour moi de bouger. Ou presque. Je suis coincé. Je passe à moitié la tête pour la reculer des plus rapidement et entendre le coup de feu qui va avec. Je pourrais … Je pourrais courir et prier pour ma vie. Je pourrais … Jeter un truc d'un côté, sortir de ma planque, et tirer vers le haut. Mais … Y'a que dans les films qu'on voit ça. Regard à droite, à gauche. Merde merde merde. Et puis j'aperçois un type. Je vise dans sa direction avant de le voir s'écrouler au sol. Et je te revois toi. Mais ? Dans la pénombre, nos regards arrivent à se croiser et je te fais un léger hochement de tête. Merci. Sauf que notre ami de l'étage, lui, a pas apprécié. Coups de feu. Dans ta direction. Immédiatement je me décale, je pointe mon revolver, je vise, je tire. Raté. Le mec se met à moitié à couvert avec son arme qui dépasse pour continuer à arroser. Le stress, la panique, impossible pour moi de le toucher. Alors je cours. Je cours après toi. Gueulant à mon partenaire de faire le tour. Bordel. Arrête toi ! C'est à peine si je te vois. A peine si je te rattrape. Peut-être que mon coéquipier te barreras la route à un moment donné. Ou peut-être qu'on arrivera tous les deux, tous les trois, à se perdre. Héé ! Pourquoi … Pourquoi je te laisse pas filer au fond ? Et qu'est-ce qu'il se passe une fois que je t'attrape ? Mais quel bordel. T'es peut-être … T'es peut-être du côté des méchants ouais. Je comprends que tu ne veuilles pas te faire coffrer mais entre ça ou potentiellement mourir …
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 24 ans (née le 28 février 1994)
○ statut : célibataire, mais son coeur bat plus fort quand elle pense à Leeth.
○ métier : assistante attachée de presse chez Vogue / monitrice de surf à temps variable
○ quartier : #08 South Bay
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle
○ informations en vrac : A été enlevée en juin 2017 et brutalisée pour une rançon. Les kidnappeurs n'ont toujours pas été retrouvés. ◆ A récupéré un pistolet dans un squat de toxicos, est partie à la chasse de ses ravisseurs. ◆ Roule en Mustang Cobra des années 90 en piteux état... même si à son anniversaire, en février 2018, elle a eu en cadeau une superbe BMW neuve ! Il faut une bonne occasion pour la sortir prendre l'air.


○ posts : 973 ○ points : 145
○ avatar : kaya scodelario
○ DC : eve northam
○ inscrit le : 18/05/2017
MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   Lun 29 Jan 2018 - 23:09

C’est lui qui est con ou c’est moi qui suis pire que conne. J’aide ce flic à s’en sortir et il me prend en chasse. Il n’avait pas mieux à faire ? S’en prendre aux vrais truands qui tirent sur tout ce qui bouge ? Non, c’est tellement plus facile de courir derrière la fille qui n’a fait de mal à personne. J’ai assommé zombie, mais lui, c’était pas le cadeau du siècle. Alors pourquoi moi. Non seulement il cours derrière moi, non seulement il invite son partenaire à me prendre à revers. C’est l’enfer ! Je suis sûre qu’il m’a vu prendre l’arme ! Ça ne peut être que ça. Je ne sais pas dans quelle direction aller. Au hasard ? Je ne connais pas  suffisamment ce quartier pour utiliser les ruelles au mieux. Ce dont je dispose ? Mon énergie ! Toute mon énergie pour allonger mes enjambées. Ne pas faiblir. J’ai un océan de goudron à vaincre. Courir jusqu’à en perdre haleine. Tu as choisi la solution de facilité, poulet. Je te hais. Tu as de la chance que je ne veux pas prendre de risque, sinon je me serais arrêtée et je t’aurais asséné un coup de genou bien placé. Là où ça fait mal. Là où ça cloue les mecs sur place. Pour te remettre la cervelle en place. Oui la plupart des connards, c’est là que se trouve leurs neurones. Mais je ne peux pas prendre ce risque, s’il me braque avec son arme... s’il tire... Je n’ai que cette course folle dans les rues sombres pour sauver ma peau. Je ne sais même plus où se trouve ma voiture. J’y renonce complètement. Je reviendrais quand il fera jour la chercher. Pour l’heure il y a ce camion qui file vers moi. Il ne me voit pas parce qu’il ne ralentit pas. Je n’arrive plus à réfléchir correctement. Je manque d’oxygène. A droite au dernier moment ! Un parc ! Je me prends les pieds dans un sac en papier sur le trottoir et je tombe, je roule, j’ai quitté le béton pour l’herbe. Mon bras me fait mal, tant pis ! Quand je me relève, je prends la direction de formes indéterminées que je suppose être des arbres. Là-bas, il n’y a pas de lampadaires, c’est l’obscurité totale. Ce parc je crois que je le reconnais, ces balançoires, ce bateau en bois à escalader, ces chevaux à bascule... Si je ne me trompe pas derrière les arbres il y a un étang, il y a un pont avec un chemin qui passe au-dessus avec beaucoup de roseaux et l’obscurité.

Je pourrais tenter un truc fou. En arrivant à l’étang, je me laisserais glisser dans l’eau. Je nagerais sous la surface jusqu’au pont profitant de la végétation aquatique pour me masquer. Elle est froide cette flotte, j’en suis sûre. Calmer ma respiration. Calmer mon coeur qui explose. Calmer mon sang qui bât les tambours dans mes tempes. Au moindre faisceau lumineux, je me laisserais couler. J’attendrais là le temps qu’il faut. Le temps qu’il renonce. Sous l’eau je peux tenir longtemps. Le surf me l’a appris. Je tiendrais. L’eau, je connais. Je serais dans mon élément. Merde le flingue ! Lui je sais pas s’il aimerait. Là maintenant, c’est ma peau qu’il faut que je sauve. Pour l’heure, l’obscurité me masque. Si le flic entre dans le parc, s’il se dirige dans ma direction, je prendrais l’option aquatique. Dans le cas contraire, je pourrais souffler. Horrible nuit.

_________________

Il n'y a que les pierres qui ne souffrent pas

 
 On n’attend pas non plus qu'elles
 respirent la joie de vivre.



Dernière édition par Noa Lane le Dim 4 Fév 2018 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 33 ans (11/07/1985)
○ statut : Il tombe un peu plus amoureux d'elle chaque jour
○ métier : Flic (actuellement) / Infiltré (par le passé)
○ quartier : Appartement West Bay
○ orientation sexuelle : Hétéro
○ informations en vrac : Ainé d'une grande famille - Très protecteur, très proche, très chiant avec ses frères et soeurs - Parents divorcés - Carrière de flic car il n'a pu faire l'armée pour cause de genou "instable" - Aime la moto - Amateur de sport de combat ou de self-defense, du moment qu'il n'y a pas trop de coups à la tête - Du genre "bon gars" - A fait six mois de "prison" pour une mission



○ posts : 826 ○ points : 270
○ pseudo : Julien
○ avatar : Brett Dalton
○ DC : Jenny Holway
○ inscrit le : 28/11/2017
MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   Mer 31 Jan 2018 - 20:30

T'avais un peu d'avance sur moi ouais. Mais la vache, t'as l'air de courir vite. Peut-être que t'as l'habitude de fuir la police. Même si … t'avais vraiment pas l'air d'être dans ton élément toute à l'heure et que t'étais vraiment en proie à la panique. Bon à vrai dire on ne peut pas être habitué à ça non plus. Et oui je te course. Bien que je sois en train de me demander pourquoi véritablement. Après tout, t'as assommé ce type alors que t'aurais pu passer ton chemin et le laisser me faire la peau. Mais … Mais tu fuis. Alors … On te courre après. C'est comme ça que ça marche. En même temps, celles et ceux qui squattent  un tel endroit à une telle heure … il y a de quoi se poser plus que des questions. Je sors du quartier mal famé. Droite ? Gauche ? Une ombre, une silhouette qui fonce vers le parc. Je suis à deux doigts de traverser la rue quand une voiture klaxonne comme une folle et que je m'arrête à temps. Oh put. Gros coup de sang, gros coup de chaud. Et le collègue qui s'amène en mode « laisse tomber vieux ». Ouais. T'as raison. Je me résigne. A quoi bon ? Avec cette obscurité, ça revient presque à chercher une aiguille dans une botte de foin. Puis maintenant t'as tellement d'avance … Tu pourrais te planquer derrière un arbre qu'on verrait rien. Et il y aurait pas assez de témoins pour qu'ils nous indiquent par où tu as pu passer … Tout ça pour dire que … t'es en paix. Pour le moment. Mais je pense pas que je vais oublier ton visage de si tôt. Ou alors … Non, c'est aussi peine perdue que de regarder à une reconnaissance faciale ou les caméras du coin ou un portrait robot. Jusqu'à preuve du contraire, tu n'as rien fait de mal. Alors je ne vais pas te « chasser ». J'ai d'autres choses à faire. En attendant, je t'ai sauvé la vie, peut-être. Et toi t'as sauvé la mienne. Alors je saurais … me montrer compréhensif si on se recroise.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'envers du décor... (jackson & noa)   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'envers du décor... (jackson & noa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Michael Jackson est mort...
» Amis, envers et contre tout [ PV ]
» Jesse Jackson Says U.S. Should Help Haiti
» Percy Jackson RPG (Réponse au partenariat)
» M. Eddy-Jackson Alexis proteste contre le partenariat entre l’AJH et la MINUSTAH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: around you :: le passé-