AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sea, sun and love (ft. Noa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 23 ans
○ statut : Célibataire
○ métier : Étudiant en informatique
○ quartier : #08 South Bay
○ posts : 70 ○ points : 1710
○ pseudo : Alex
○ avatar : Logan Lerman
○ inscrit le : 01/07/2017
MessageSujet: Sea, sun and love (ft. Noa)   Lun 8 Jan - 23:57

C'est une nouvelle journée qui commence. Je sors de mon lit et je me sens... gonflé à bloc. Cela fait plusieurs jours que je réfléchis à Aoline, à ma famille. Je me suis longtemps trituré l'esprit sur ce que je devais faire. En parler ou non ? Et petit à petit, j'ai compris que je ne pourrais pas le cacher longtemps. Noa commençait à trouver mon attitude quelque peu suspecte. Elle voyait bien que quelque chose me tracassait. Je ne peux rien lui cacher, ou alors pas longtemps. Ne serait-ce qu'à Noël, elle devine toujours le cadeau que je vais lui offrir. Je crois que depuis que nous sommes nés, je n'ai jamais réussi à la surprendre. Sauf peut-être la fois où je me suis bagarré avec un garçon qui l'avait insulté. J'avais fini convoqué dans le bureau du Principal, avec le visage tuméfié... Au moins avais-je eu la satisfaction de voir que le caïd avait été expulsé de l'établissement. Pas pour son insulte... mais pour m'avoir frappé aussi violemment. C'est pathétique, oui, je sais. En même temps, je ne sais pas ce qui m'a pris sur le moment ! Mais d'entendre de vilains mots sur ma jumelle et indirectement sur ma mère, je ne peux pas le supporter. Noa ne s'est pas moquée de moi, elle m'a même remerciée mais m'a déconseillé de recommencer. C'est rare qu'elle soit la voix de la sagesse. D'habitude, les mauvais plans, c'est elle qui m'y embarque. J'ai un côté un peu soumis et suiveur. J'ai cru comprendre que c'était toujours comme ça chez les jumeaux. Celui qui nait le premier est placé plus bas dans l'utérus de la mère et dispose de moins de place, de moins de nutriments. Il est donc plus effacé. C'est tout moi ça.

Sauf aujourd'hui. Comme rarement, j'ai envie de faire plein de choses. Je ne suis pas fatigué, j'ai bien dormi, je décide de prendre mon courage à deux mains et de proposer à ma soeur une sortie à la plage. Il fait beau, et comme il est tôt, il n'y aura pas beaucoup de monde. C'est une proposition qui sort de l'ordinaire, elle le sait. Je ne suis pas du tout du genre à m'afficher torse nu, car je n'aime pas mon corps. Je suis heureux qu'elle accepte et, après que nous ayons fini de prendre nos petits-déjeuners nous partons. Sur le chemin, je lui parle et banalité, de mes exploits de la veille dans Call of Duty, de mon amour absolu pour Lara Croft, dans son dernier opus. J'évoque les films qui vont sortir l'année prochaine, ma légère déception concernant la fin du dernier Star Wars, que nous sommes allés voir séparément d'ailleurs, car elle ne voulait pas que la spoile par mégarde, ce que je fais toujours malgré moi, par une absolue maladresse. Nous arrivons sur la plage. Le matin, elle est quasiment déserte. Il fait bon, il y a un petit vent marin qui nous permet de ne pas étouffer sous le soleil éclatant. Nous posons nos serviettes. Une fois n'est pas coutume, elle est en maillot avant moi et s'enduit déjà de crème solaire pour se dorer la pillule. Je préfère m'abstenir, je m'assieds, tout habillé, feignant de prendre mon temps. Je ne sais pas ce qu'il se passe, je sens que je peux parler. Mon énergie mystérieuse me guide. Je la regarde et je commence à parler :

- Je voudrais te parler de quelque chose... C'est important pour moi...

Ma façon de lui dire que j'aimerais qu'elle ne soit pas trop vache avec moi. Je commence toujours comme ça quand je veux me confier, même si je sais que je n'en ai pas besoin. Je ne peux me défaire à l'idée qu'elle puisse me juger et cela ne met jamais à l'aise.

- Eh bien... j'ai rencontre quelqu'un... une amie... Et elle me plait. Le courant passe bien entre nous. Elle est toujours de bonne humeur, elle est toujours douce... Elle a un beau sourire, ça me fait... des fourmis dans le ventre. Tu vois ce que je veux dire ?

Je ne sais pas ce qu'il m'arrive. En quelques heures, emporté par mon énergie, j'ai franchi plusieurs caps : aller à la plage, sortir de chez moi et lui avouer qu'une fille me plaisait. En temps normal j'aurais fui vers ma chambre pour me cacher de honte sous ma couette. Mais là, j'arrivais à soutenir son regard. En réalité, je crois que je guettais la moindre réaction, terrorisé, au plus profond de mon être par ce qu'elle pourrait en penser...

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 23 ans (née le 28 février 1994)
○ statut : célibataire
○ métier : Travaille à Prime TV (diplômée en communication et marketing) + monitrice de surf à temps variable
○ quartier : #08 South Bay
○ orientation sexuelle : hétérosexuelle
○ informations en vrac : A été enlevée en juin 2017 et brutalisée pour une rançon. Les kidnappeurs n'ont toujours pas été retrouvés. ◆ Roule en Mustang Cobra des années 90 en piteux état...



○ posts : 490 ○ points : 605
○ avatar : kaya scodelario
○ DC : non
○ inscrit le : 18/05/2017
MessageSujet: Re: Sea, sun and love (ft. Noa)   Jeu 18 Jan - 23:57

Une invitation de la part de Kenzo pour une sortie plage. J’ai fait une croix au calendrier. L’événement mérite toute mon attention. C’est rarissime comme proposition. Ces derniers jours, je passe plus de temps à courir qu’à profiter de ma famille. Je trouve moyen d’arriver en retard au diner. Les petits déjeuner se font debout entre deux portes, celle par où j’entre dans la cuisine et celle par où je quitte la maison. Une pose ne sera pas du luxe. Malgré ce mouvement qui me laisse peu de répi, des petits détails ne m’ont pas échappé par rapport à mon frère. Sa façon de s’habiller à changer, sa façon de tripoter ses mains, sa façon de me regarder et d’éviter aussi que nos regards se croisent, ajouter quelques silences avec arrêt sur image du type “je le fais, je le fais pas” et pour boucler le tout cette invitation. Je l’attendais. J’espérais qu’il se décide à sortir des mots. J’espérais ce moment qu’il installe avec uniquement nous deux, même si le lieu me parait un peu incongru pour une discussion, mais c’est peut-être la concrétisation du nouveau Kenzo qu’il semble vouloir mettre en place.

Je l’écoute raconter tout ce qui fait son quotidien habituel. Les jeux, les films. J’ai à peine pu me trouver un créneau libre pour aller voir le dernier Star Wars. D’une manière j’ai échappé à ses commentaires. De l’autre, cette séance a été étrange. Seule dans la salle obscure, ni frère, ni amis, en soit c’est une expérience. Le film a eu une étrange résonance en moi. Le côté obscur de la force... Je suis totalement tiraillée entre les deux depuis mon enlèvement. Je sais qu’il prend une place de plus en plus importante. Je sais qu’ils ont laissé un germe en moi qui grandit. J’aurais préféré que la colère balaye tout pour mieux repartir aussitôt. Elle préfère se terrait dans un coin et laisser agir une force sournoise et calculatrice. C’est ça exactement, le côté obscur a pris l'espace laissé vide. J’entends le nom de Lara Croft. Je tends l’oreille, trop tard, il a déjà changé de sujet. J’ai loupé une partie de son monologue, perdue dans mes pensées.

Je me reconcentre sur le présent. La plage c’est le meilleur endroit pour se libérer du stress. Inutile de perdre une miette de ce cadeau. Je garde un oeil sur mon frère. Je souris en le voyant encore habillé alors que je suis en place pour profiter du soleil. Mon Kenzo adoré. Enfin un regard non fuyant, rempli d’énergie pour...? Voilà on y est, il a quelque chose à me dire. Je m’assois pour être au même niveau que lui. Ce serait épaule contre épaule si je ne craignais pas un transfert de crème solaire sur ses vêtements. Attentive totalement à ses paroles qui me remplissent de bonheur. Mon sourire doit lui dire. Et tant pis pour les fringues, je l’enlace tendrement, je le serre fort.

— Je vois exactement ce que tu veux dire. Les petites fourmis... Je sais...

Voilà quelques jours que je bataille avec elles et je m’en veux terriblement de les avoir laissé entrer, de ne pas parvenir à les virer de là.

— C’est une nouvelle extraordinaire.

Je laisse déborder mon enthousiasme en lui déposant plusieurs baisers sur la joue.

— Elle doit être exceptionnelle pour avoir réussi à faire fondre mon grand frère. Est-ce que tu lui as dit ? Ce que tu ressens, lui as-tu dit ?

Sans me départir de mon sourire pour atténuer l’impact de mes questions, parce que l’idée que ce ne soit pas réciproque m’angoisse. Ce serait terrible.


_________________

Il n'y a que les pierres qui ne souffrent pas

 
 On n’attend pas non plus qu'elles
 respirent la joie de vivre.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 23 ans
○ statut : Célibataire
○ métier : Étudiant en informatique
○ quartier : #08 South Bay
○ posts : 70 ○ points : 1710
○ pseudo : Alex
○ avatar : Logan Lerman
○ inscrit le : 01/07/2017
MessageSujet: Re: Sea, sun and love (ft. Noa)   Hier à 19:08

Je ne sais pas ce que je m'étais imaginé mais avouer ainsi l'état de mes sentiments envers Aoline à ma soeur... ça m'enlève un énorme poids ! Je me sens plus léger, moins stressé et c'est libérateur. C'est un peu comme si je gardais au fond de moi un très gros secret, sans possibilité de n'en parler à quiconque. Elle ne m'aurait jamais ri au nez, elle ne se serait jamais moqué de cette confidence, parce que c'est ma soeur, qu'elle m'aime, qu'elle est tellement plus à l'aise que moi avec le monde extérieur. Cette force qu'elle dégage m'a toujours inspiré, sans que je ne parvienne jamais à l’égaler. C'est vrai qu'elle ne perd jamais l'occasion de me taquiner mais c'est un rapport sain, elle arrive à m'amener dehors, juste en me secouant les puces. Nous sommes différents sur bien des points et pourtant cela nous construit. Nous sommes unis, nous faisons face ensemble quand il y en a besoin. Le fait que nous soyons jumeaux joue considérablement dans notre relation. Souvent, il n'y a pas besoin de grands mots pour savoir ce que pense l'autre. Et là, notre tête à tête dans ce lieu paisible a une conséquence directe. Nous pouvons échanger librement, parler de ce qui nous tracasse, car nous sommes fusionnels. Je n'ai même pas le réflexe de la repousser pour fuir sa crème solaire. J'ai le sentiment d'être sur un petit nuage. Hélas, comme je devais m'y attendre, après les compliments et la satisfaction, Noa me pose des questions et là, je baisse les yeux vers le sable comme si je lui trouvais tout à coup un intérêt suprême. Tant de petits grains, comment était-ce possible ! L'univers générait-il de la matière à l'infinie ? C'est bien beau de lui dire que je suis amoureux, mais maintenant, on en vient aux choses sérieuses. Lui ai-je dit ? Je me replie sur moi-même, sur la défensive, sans m'en rendre compte.

- Euh... c'est à dire que... non, pas encore... Je... j'ai peur d'y perdre notre amitié. Tu vois, Aoline est... exceptionnelle... Elle déteste la technologie et c'est franchement drôle ! Tu la verrais s'énerver sur l'appareil photo de son téléphone portable ! Elle préfère que je m'en occupe. Je lui ai expliqué deux trois choses, elle a un peu progressé mais je la sens pas à l'aise. Et à l'inverse, elle parle mieux que moi. Elle n'y va pas par quatre chemins, elle sait ce qu'elle veut. Elle dégage... je ne sais pas comment t'expliquer. Tu vois comme dans Dragon Ball Z quand ils lancent leurs super-attaques ? L'aura qu'ils ont autour d'eux. Et bien c'est pareil pour elle ! On est allés à la fête foraine, c'était sympa, vraiment... Je me suis cassé la figuré, elle m'a rafistolé... je sais ce que tu vas dire, ça ne t'étonne pas ! Ma maladresse la fait sourire... et puis, elle est de bon réconfort aussi. Je lui ai parlé de maman. Quand tu n'étais pas à la maison et qu'il t'est arrivé toutes ces... choses horribles... j'avais besoin d'en parler à quelqu'un d'autre que Gaby. Je me suis confié à elle et elle m'a souvent remonté le moral en me disant que les choses allaient s'arranger. C'est une vraie amie.

Je soupire, un peu désabusé. J'ai l'estomac noué, ça doit se voir à cette expression contrite sur mon visage.

- J'ai peur de lui dire ce que je ressens. Peut-être qu'elle ne souhaite que de l'amitié entre nous ? Je n'ose pas lui avouer ce que je ressens. Déjà, c'est très difficile pour moi de t'en parler alors que tu es ma soeur, alors avec elle... Si jamais ce que je lui dis lui déplait ? Si elle pense que j'ai été ami avec elle dans le seul but de pouvoir aller plus loin, comme un mauvais garçon ? Si elle ne partage pas mes sentiments ? Je ne sais pas comment réagir à tout ça. Ne le prends pas mal, mais les filles, vous n'êtes pas fournies avec un mode d'emploi, vous êtes... mystérieuses pour quelqu'un comme moi. Et puis, je ne suis pas Gaby. Lui, tu vois, il a la drague dans le sang, il est déjà papa et tout. Moi... ben voilà quoi...

Elle sait où je veux en venir. J'ai 23 ans, je suis toujours puceau. Je n'ai pas connu d'amourette, je n'ai jamais embrassé une femme, je suis un néophyte complet. Et forcément, je ne le vis pas très bien. Je me sens handicapé, évoluant au milieu d'une jungle, les jambes liées et un bandeau sur les yeux.

- Tu as dis que tu savais de quoi je parlais pour les fourmis... toi aussi, tu es amoureuse ?

Je change subitement de sujet parce que dans ma tête ça vient de faire tilt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sea, sun and love (ft. Noa)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sea, sun and love (ft. Noa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: south bay :: plage-