AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 just speak with you. ○ leanne & nath

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

alias Berserker
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : vingt quatre ans. (27.7.93)
○ statut : célibal'air. sauf qu'une belle brune fait battre son coeur...
○ métier : infirmier au smur de la ville, vous le verrez souvent c'est lui qui sort tout le temps.
○ quartier : east bay./ #200 avec sa rouquine préféré qu'il aime.
○ orientation sexuelle : les belles formes féminines sont magique.
○ informations en vrac : titulaire d'un bac assp, de son diplôme d'état d'ambulancier mais aussi d'infirmier. il y travail au smur et se sent bien là-bas. › il a une mère schizophrène internet mais aussi qui commence a avoir un cancer assez grave surement insoignable. › il vit avec Nina sa meilleure amie. › bosse souvent avec Aaron son meilleur ami, les deux clowns ensembles. › il aimerait un animal, mais ne sait pas comment le dire a Nina, surtout il ne sait pas s'il doit lui en faire la surprise ou non.

○ posts : 962 ○ points : 430
○ pseudo : l.emy
○ avatar : alberto rosende.
○ DC : l’étoile renaissante.
○ inscrit le : 02/04/2017
MessageSujet: just speak with you. ○ leanne & nath   Sam 27 Jan - 20:05




just speak with you.
leanne matthews & nathanaël dawson
Les cours... Comment je peux en dire maintenant ? Je ne sais pas du tout, j'ai l'impression d'avoir fait la plus grosse erreur de toute ma vie en y allant, en m'inscrivant mais surtout, surtout en pensant que c'était pour moi. Non je n'arrive pas, je n'arrive même plus a suivre en cours alors que je devrais, c'est se que je veux faire mais non mon esprit est encore ailleurs aujourd'hui. Hier, hier vue se qu'il sait passer j'avais pas envie de suivre, je n'avais pas du tout envie d'être ici mais encore moins d'être chez moi. Je voulais juste aller voir ma mère comment elle va et j'ai surtout peut-être qu'il la shoote encore une fois sous médicament pour la calmer alors que non. Même si elle est malade il n'y a pas besoin systématiquement de médicament pour qu'elle se calme ! Alors que notre professeur nous annonce la fin des cours, je viens alors attraper mon sac entre mes mains puis ranger tranquillement mes affaires à l'intérieur. Je sens une main sur mon épaule. « Nath, tu viens avec nous on part boire un verre tous ensemble ? » Quand je relève la tête et vois le visage de mon ami, je laisse apparaître un petit sourire, de gentillesse. « Non, non merci, allez si sans moi j'ai autre chose a faire. » je dis calmement d'un voix tranquille. En vrai, les choses a faire c'était de parler avec mon père de se qui c'est passer hier soir. Une fois mon sac sur le dos, je n'avais pas envie de prendre les transports en commun alors je marche tranquillement jusqu'à chez moi. Ouais, ça m'arrive souvent de ne pas prendre ma voiture en ce moment, surtout qu'il fait a peut près bon alors bon pourquoi faire ? Je ne sais pas du tout. Mains dans les poches, le regard fixer sur le sol je marche doucement. Une fois arriver devant la porte de chez moi, je viens alors ouvrir celle-ci car j'ai vue la voiture de mon père devant. « J'suis... » j'ai pas le temps que mon père arrive en furie devant moi. « Te voilà enfin toi, faut qu'on parle, maintenant et t'as pas l'choix ! » Je lève doucement les yeux au ciel en lâchant un petit soupire. « Soupire pas et lève pas les yeux aux ciels, tu dis oui et c'est tout ! » énerver comme il est... j'ai juste un truc un faire pour qu'il pète plus les plombs. Je viens alors déposer mon sac au sol, retiré mes chaussures puis je le suis jusqu'à la cuisine, alors qu'il est derrière la table a faire les cents pas. Je passe tranquillement vers les placards pour les ouvrir et prends un paquet de biscuit. « Non mais tu te fous de moi ? T'as vue ton comportement d'hier d'vant ses mecs là ? » je viens appuyer mes fesses sur le comptoir en ouvrant doucement le paquet et hoche la tête. « Ses mecs, sont des professionnelles je te l'rappelle que j'en fais partie ? » « J'en fous complètement bordel, qu'est-ce qui ta prit d'avoir fait ça putain ? » il me dit plus énerver que jamais. Je lève un sourcils en venant rapidement le regard. « Pourquoi ? Pourquoi ? Tu me pose cette putain d'question ? Mais tu t'fous moi là ! Bordel ! M'man avait besoin d'être emmener parce qu'elle c'était casser la gueule par terre et toi quoi ? Tu t'en fous complètement tu voulais la laisser là ? Tu sais s'qu'elle a au moins ? T'es aller la voir au moins ? Non ! J'te connais par cœur maintenant ! T'attends juste qu'elle soit morte pour vivre ta putain d'petit vie tranquille ! » je dis peut-être plus fort que lui en le regardant droit dans les yeux. Sa présence arrive rapidement devant et il lève la main sur moi mais s'arrête dans son geste. Je reste droit devant lui, lui montrant que je n'ai plus peur de lui. Le regard fixer dans le sien. Je secoue doucement la tête de gauche a droite. « N'importe quoi ! » je dis en le contournant, allant directement dans le hall pour remettre mes chaussures et mon sac sur mon épaule. Gardant mon paquet de biscuit en main, j'attrape mes clefs de voiture. « Tu vas où encore toi ! » « Sa t'regarde pas ! » je sors en claquant la porte puis je monte dans ma voiture, je démarre rapidement puis je prends la route. Quel direction ? Je ne sais pas du tout, je voulais juste fuir un peut cette foutus maison et oublier se qui vient de se passer. Je roule, jusqu'à me rendre compte que j'arrive dans ton quartier. Je soupire doucement en espérant que tu es chez toi. Une fois garer devant, je lève doucement les yeux et vois de la lumière. Je descends mon sac en main, reprends mes biscuit pour qu'il ne reste pas dans la voiture, puis je viens doucement frapper a ta porte, la tête baisser en priant que tu ne m'envoie pas balader car je viens sans prévenir... Quand la porte s'ouvre, mon visage se lève rapidement sur tout et souffle de soulagement en murmurant. « T'es là merci... »
code by bat'phanie

_________________
† жизнь не легка для всех, но часто мы держим улыбку на наших губах, чтобы доказать обратное. è un gioco di vita.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : trente-six printemps (20 novembre 1982)
○ statut : Célibataire, perdue dans des sentiments qu'elle pensait réciproque. Maman de la jolie Lily (19 ans) qu'elle ne compte plus abandonner <3
○ métier : Ambulancière depuis 10 ans, songe à soit reprendre ses études de médecine, soit ouvrir son propre café, soit aider sa meilleure amie à la boutique.
○ quartier : West Bay #87, avec son bouledogue français, Charly mais plus pour longtemps.
○ orientation sexuelle : Elle n'aime que les hommes.
○ informations en vrac : native de Wellington ○ j'ai grandi à Island Bay entourée de ma mère et de nounous jusqu'à mes 15 ans ○ je n'ai plus de contacts avec mon père depuis le divorce de mes parents, je le déteste ○ je suis fille unique et enfant de parents divorcés ○ j'ai un caractère de garçon manqué ○ enfant, j'aimais grimper aux arbres et faire la casse cou ○ d'ailleurs, j'ai déjà fait quelques bêtises mais j'étais plus une enfant sage et douée à l'école ○ j'ai du quitter Island Bay à l'âge de 15 ans pour Londres ○ j'ai pris le nom de jeune fille de ma mère quand elle s'est remariée ○ j'ai eu mon premier petit ami Allan, à l'âge de 15 ans dont je suis tombée enceinte, avec qui je suis restée pas loin d'un an et qui était mon premier amour ○ la rupture fut dure avec lui car ce n'était pas vraiment ma décision mais je l'ai fait plus pour faire plaisir à ma mère ○ j'ai accouché de mon premier enfant à 17 ans que j'ai du faire adopté ○ j'ai appris par une infirmière que c'était une petite fille mais j'ignore ce qu'elle est devenue ○ je suis revenue à Wellington à mes 18 ans ○ j'ai décidé de me lancer dans des études de médecine pour me tourner ensuite vers le métier d'ambulancière ○ à 21 ans, j'ai rencontré en soirée étudiante un garçon avec qui j'ai refait ma vie durant 4-5 ans ○ Malheureusement, nous n'avions pas les mêmes envies qu'on a décidé de se séparer, j'avais 26 ans ○ je suis très sportive depuis l'université ○ je vis donc dans une maison sur West Bay avec mon bouledogue de trois ans prénommé Charly ○ j'ai perdu ma mère il y a deux ans mais je n'en parle peu ○ j'aime cuisiner de bons petits plats, surtout les recettes de ma maman ○ j'aime boire mon café le matin avant de partir au boulot et faire un footing aussi ○ j'ai pratiqué l'équitation plus jeune ○ je fais toutes sortes de sports : footing, sports à sensations, boxe, équitation ... ○ elle aime sortir avec ses amis et collègues après le boulot pour aller boire une bonne bière ○ elle n'a eu que des relations sans lendemain depuis sa dernière relation sérieuse qui remonte à dix ans.

○ posts : 1007 ○ points : 1040
○ pseudo : spf/f.
○ avatar : Bethany Joy Lenz <3
○ DC : Declan, le papa célibataire et veuf <3
○ inscrit le : 17/10/2017
MessageSujet: Re: just speak with you. ○ leanne & nath   Mer 14 Fév - 12:33


just speak with you
Leanne & Nathanael


Ma mère venait de mourir, j’avais du retourner à Londres après pas loin de vingt années passées loin de cette ville. J’aimais vivre à Londres à l’époque mais depuis que ma chère génitrice m’avait ordonné d’abandonner ce que j’avais de plus précieux dans l’unique but de lui permettre de garder son poste d’ambassadrice, je détestais penser à la capitale anglaise. Personne ne pouvait m’en vouloir puisque même si à l’époque je n’avais que dix sept ans, que j’étais trop jeune pour m’occuper d’un enfant, je n’avais toujours pas pardonné à ma mère pour ce qu’elle avait pu me faire. A mes yeux et même si elle avait fait cela pour me protéger, je voyais juste ça comme un moyen de pression qu’elle avait utilisé pour vouloir me garder auprès d’elle. Parce qu’elle avait du se douter que si j’avais gardé ma fille, je serais parti avec l’homme que j’aimais et pour ma mère, que sa fille unique chérie lui échappe était inconcevable. Voilà pourquoi lors de son enterrement il y a maintenant une semaine je n’ai pu verser la moindre larme. Cela pouvait paraître cruel que je ne pleure pas la mort de ma mère qui avait toujours été mon unique famille mais je ne pouvais pas sur le moment. Puis chez le notaire, lorsqu’il avait lu qu’elle m’avait laissé une maison sur Londres, je lui avais demandé un temps de réflexion. Allais je garder cette maison pour moi et éventuellement la louer quand j’étais en Nouvelle Zélande ? Je l’ignorais encore et j’avais besoin de réfléchir sur le sujet. Et de toute manière, cette maison m’appartenait à présent, ma mère avait fait tous les papiers pour me la vendre avant sa mort. Ainsi elle savait qu’elle allait mourir et que je ne serais pas venue la voir sur son lit de mort alors elle avait tenu à me faire ce dernier cadeau car elle savait à quel point j’avais aimé vivre sur Londres. L’Angleterre n’était pas la terre où j’étais née mais c’était un pays qui avait su m’adopter pour le peu de temps que j’y avais vécu. En revanche, la Nouvelle Zélande était ma terre natale et il était hors de question que je quitte la vie que je m’étais construite pour retourner en Europe. Après tout, j’avais mon métier, mes amis, mes collègues. Toutes ces personnes comptaient sur moi et comptaient pour moi, ils étaient ma famille à présent. Parce qu’avec la mort de ma mère, on ne pouvait pas dire que j’avais encore une famille, je ne parlais plus du tout à mon père depuis des années, c’était comme si j’étais orpheline depuis vingt ans déjà. Bien sur j’avais toujours ma tante, la sœur de ma mère qui m’avait convaincue d’aller à l’enterrement pour lui dire au revoir une dernière fois. Si elle ne m’avait pas convaincue, je ne pensais pas que j’y aurais été en toute franchise. Ma mère ne faisait plus partie de ma vie depuis des années mais il était vrai qu’elle restait ma mère quoiqu’il arrive, celle qui m’avait mise au monde et élevée.

Alors après le service à la caserne, je venais de rentrer à la maison. J’avais donc pris une douche rapide, histoire de me sentir propre après cette journée riche en émotions et je m’étais posée devant la télévision avec du pop corn, sauf que ce moment de répit venait d’être interrompu par un invité surprise. C’était Nathanaël, un jeune collègue ambulancier que j’avais un peu pris sous mon aile depuis son arrivée à la caserne. Alors forcément s’il voulait me parler, il savait où me trouver et il semblait d’ailleurs ravi que je sois chez moi alors je vins lui répondre.   «  Nath, que se passe il ? Vas y, entre », lui disais je, tout en le laissant entrer à l’intérieur et l’invitant à venir s’asseoir sur le canapé alors je repris.   « T’en fais pas, j’ai fini mon service, tu peux rester là autant que tu veux. Tu veux boire un truc ? », le rassurais je, me doutant que cela avait un quelconque rapport avec ce qui se passait chez lui et dont il m’avait parlé assez brièvement. Je décidais d’attendre sa réponse, après lui avoir proposé à boire.
CODE BY ÐVÆLING //

_________________
Quand tu pensais avoir retrouvé l'amour et que tout s'effondre sans que tu ne saches pourquoi.
by wiise

Revenir en haut Aller en bas
 

just speak with you. ○ leanne & nath

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: trash :: rps-