AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 avant la tempête (#coloduc200)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: avant la tempête (#coloduc200)    Mar 20 Fév - 0:03

Les Océans d’horreur raisonnent encore parfois, tu récites des incantation sécrètes pour absoudre l’outrance des douleurs qui naissent sans que tu puisses les contrôler. Les mécanismes de protection se sont multipliés jusqu’à t’astreindre au chaos dans un désamour du toi et du eux. C’est fini et, pourtant, il y a une allumette qui vient se frotter à toi. Vous avez été chercher Damian comme vous lui avez promis, mais ce n’est pas tout de reprendre un nouveau départ. C'est le genre de gars qui appuie ou ça fait mal et tu as mal pendant longtemps quand il appuie. Ton empathie vacille. La rationalité se fait la malle souvent. Il y a une explosion dans ton encéphale, rythmé par un myocarde palpitant, le stress vient pétrifier tes muscles, tu essaies de respirer, mais l’air passe amèrement dans tes poumons. En pensant a toutes les fioritures de votre passée. C'est ton meilleur ami. Il te connait mieux que toutes tes soeurs réunies qui t'ont pourtant vu grandir.

Tes pupilles s’échappent sur le plafond blanc et les lueurs du jour blanchâtres viennent éclater. Tu devais travailler, mais tu ne le feras pas. Tu as besoin de ralentir pour ne pas être que ton travail.  Tu te lèves. Solal est partie travailler, Vitaly est partie vraisemblablement avec lui. Heureusement qu’ils sont là pour vous séparer ses deux là. Ils vous ramènent à la réalité. Tes pas affirmés te conduisent dans la chambre du démon. Quand il dort, il a l’air serin et on dirait un caniche assoupi. T’aimerais que l'air serin enfoncé sur son visage le soit plus souvent mais c’est compliqué. Ces cauchemars deviennent parfois les tiens, son stress, il l’enferme dans ton ventre. Tu te soucies de lui. Humain défaillant, il a une peur bleue des gens qu’ils l'ont autrefois lacéré.

Tu aurais aimé l’aider mieux, lui trouver les bonnes médications pour absoudre son mal même s’il ne t’a jamais rien demandé à ce sujet.  Il faut se rendre à l’évidence c’est impossible. Vous avez été toxiques l’un l’autre dans cet amitié transcandente, mais tu ne peux pas te résoudre à l’abandonné malgré les cicatrices qu’il a fait éclater en toi. Tu l'as griffé aussi. Parfois, tu lui as fait du mal sans compter dans la colère et l'excès, il a fait naître le pire. Vous avez traversé des montagnes et tremblé dans les orages. Tu t’installes à côté de lui, dans son lit, ta tête s'incruste contre le coussin, pas loin il y a ses pulsations fragiles en l’observant avec douceur.  Tu le sens souvent à fleur de peau, souvent comme il est la dans les bras de Morphée. Tu ne préfères même pas penser à perdre sa trace, tes démons peuvent parler.  

Ouvrir un nouveau chapitre, quelque chose de plus bénéfique. Ses paupières s’ouvrent, il t’a senti. «  Faut qu’on parle » tu lui chuchotes doucement, tu lui as pas gueulé dessus, c'est déjà ça. L’air sérieux qui s’affiche sur ton visage veut lui faire contre que tu ne rigoles pas, que t’es sérieuse. Tu attends sagement  qu'il se réveille. T'es consciente que venir comme ça au réveille c'est pas l'idéal, mais pendant la route, tu lui as pas décrocher un mot. Ta gorge était trop sèche.  «  c'est bien que tu ailles mieux. » tu lui avoue quand même enfin que ça te fait plaisir qu'il se relève doucement. T'es fière de lui qu'il veuille se bouger. tu lui veux du bien même si t'as été difficile a gérer parfois. Le bout tes phalanges dessine sur le matelat des traits imaginaires, étrangement ça te détend un peu, t’oublie le stress peu à peu. «  j'étais énervée. » t'as été en colère, t'as été triste aussi même si tu lui as rien montrer mais il sait. Tu retires une épines de ta gorge, justifiant ta distance. 


Dernière édition par Helden Madsen le Mar 20 Fév - 23:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: avant la tempête (#coloduc200)    Mar 20 Fév - 1:10

before the storm
ft. #coloc200


Le blond s’est endormi serein,
Ça fait des mois qu’il lutte et ce n’est pas un secret, d'arrache pied, il se bat contre ses démons qu’il l’appelle au pandémonium. Non, il ne cédera plus du moins il l'espère. Quelque part il est décidé à aller mieux, à arrêter de se taillader dans tous les sens et se laisser une chance de respirer normalement. Qui sait ce que ça va donner. Il a dit au revoir à la poudre et à tout ses substances présentent pour éponger sa vie. Il y a des jours, il y pense de façon obsessionnelle, il essaie de lâcher prise parfois c'est avec des trucs à la con mais il assume. Il met en pratique ce qu’il a appris en isolation bien qu'il a peur de ce décevoir encore. Il est son propre bourreau alors il ne peut pas se la jouer victime. Il sait pas après tout de quoi demain est fait alors il devait certainement arrêter de le peindre en noir avant même qu’il ait commencé.

Le blond a de la chance, il s’est pas fait bazardé par ses amies les plus proche. Au contraire, ils l’ont aidé. Ils auraient pu le laisser crevé sur un trottoir ou se perdre dans un amour illusoire, mais non. Ils l’ont aidé et souvent sa l'emmerde parce qu'il avait rien demander. Présent comme des compas qui vont vibrer ses aiguilles, il espère avoir pris la bonne direction.
Changement de température, douce accalmie qui vient chatouiller ses narines, une présence. Des mouvements délicats, sans violence. Doucereux presque aérien.


Les paupières de celui-ci s’ouvrent comme un rideau, une silhouette se dessine. Helden, le pays de l’enfer et du paradis qui vient s’étendre à côté de sa carcasse tatouée. Elle, c’est tout ce qu'il peut détester dans des torrents de haine et de colère mais elle est aussi ce calme tendre qui s’échoue sur lui quand il ne s’y attend pas. Souvent, il la trouve idiote d’être restée alors que tout le monde est parti. Il ne dit rien aujourd'hui mais il lui a souvent vomi des pluies d'acide. Tous les deux ils sont oscillé, bien qu'ils ne soient pas adepte des drama et toutes les conneries qu'on voit.  il a déjà perdu bon nombre d’amies, bon nombre de personnes. il a déjà eu le coeur éclatés par des relations amoureuses qui on bâtit des cimetières. Mais elle, elle ne sait pas. La réalité est revenue dans sa tête comme une évidence. Il survit sans personne. Noir et blanc, incompréhension binaire qui lèche ses yeux. Elle le fixe sérieusement, il a envie de se foutre d’elle. Dès le matin, un regard, comme ça… il n’avait encore pourtant rien fait. «  Dès le matin… parler.. T’as des idées étranges, toi. On parle pas le matin..  c'est pas compatible » Il grogne, elle sait pourtant qu’il n’est pas du matin mais soit visiblement pas il a pas le choix. «  Visiblement tu peux pas attendre mon café. » Et puis il la sent jouer avec le matelas, elle veut dire un truc. Depuis son arrivé elle s’est montrée fermée, durant la route aussi puis là, elle vient à lui en baissant sa garde. Elle passe à l’aveu sur ses craintes.  «  Je suis content aussi. Je sais pas ce que ça va donner. » Il va pas mentir il est devint, il devine rien même pas ce qu'il va se mettre dans le ventre. Conscient d’avoir bousculé ses proches avec ses erreur. Il se dit souvent que ça serait plus simple si ses proches n’étaient pas des proches qu’ils soient uniquement des inconnus. Des fantômes. Ils voudraient exclure tout le monde et pourrir dans la solitude mais c’est pas c’est c’qu’il lui faut apparemment il le laisse pas. C'est de sa faute à elle si elle souffre à cause de lui. Il lui a toujours dit de laisser tombé et elle le sait. «  C’est du passé. Te torture pas l’esprit je te vois venir. » En effet, il l’a voit venir. Fallait pas qu'elle soit énervée non plus.  «  Ça va » il aime pas qu'elle s'inquiète pour lui, il trouve ça stupide. Damn veut la rassurer sans trop s'avancer et il veut lui faire comprendre qu'il est pas a sa charge. Il avait de la bonne volonté, il l'a connait sensible sous la glace. Il aime pas sa sensibilité parce qu'il sait qu'elle peut se couper avec. Le monde est trop cruelle et va la compresser en mille avec ça.  «   on va pas se la jouer blame game.  ». elle est plus énervée là, il le voit et tant mieux parce qu'elle pouvait être chiante.  «  je suis clean, entouré de vegan en nouvelle-zelland, dans un coin riche, dans deux mois tu me retrouves a bouffer de l'herbe et a jouer au golf. en chantant INXS.. Bon ils sont australiens mais je les kiffes et de tête je sais pas pour la nouvelle zélande ». il essaie de lui changer les idées pour pas qu'elle s'inquiète et il la prend dans ses bras pour lui faire une étreinte de paix, il sait qu'elle est pas habituer à ce qu'on la prenne dans ses bras. Lui, on l'a tellement pris dans ses bras que ça voulait plus rien dire mais être isolé, ça lui a permit prendre un peu plus conscience de ça aussi alors le blond se sent bien de la serrer dans ses bras, il la décoiffe même si de toute façon, elle était pas coiffé.  
made by black arrow

 


Spoiler:
 


Dernière édition par Damn Arendt le Lun 26 Fév - 10:50, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: avant la tempête (#coloduc200)    Mar 20 Fév - 23:22

Cette idée de colocation était un peu étrange, mais elle était apparue de façon évidente. Tu n’avais pas envie d’aller chez ta mère. Le père de Solal avait ses deux grands appartements. Vous étiez en travaux et vous avez cassé les deux appartements pour en faire un seul. Solal voulait mettre un studio d’enregistrement aussi pour son travail enfin tout ressemblait a un nouveau départ. Il avait besoin d’être déraciné de Los Angeles.  Ici, c’était loin de tout et puis c’était le berceau de Solal, toi aussi. Pour Vitaly aussi c'était nouveau.  Les amis de Damn pourraient venir, ça leur laisserait le temps de travailler sur des projets avant d’engager un nouveau rush de travail, de tournée et d’autres trucs qui font que c’est leurs vies. Il perd le sens des réalités et peut-être qu’il pouvait en regagner un peu même si c’était pour quelques mois. Déjà ce n’était pas le centre. Tu sentais aussi que vous alliez bien rire. Vitaly était aussi quelqu’un d’attachant. Damn le connaissait pas encore, t’avais hâte qu’ils apprennent à ce connaître.

 « Dès le matin… parler.. T’as des idées étranges, toi. On parle pas le matin..  c'est pas compatible  » un rictus est venu s’arracher à tes lèvres immédiatement. « C'est pas compatible tes conneries  et pourtant je fais avec...  » Tu lui signales, au cas où il oublie. « Visiblement tu peux pas attendre mon café. » Tu lèves les yeux aux ciels, pauvre enfant. Il cherche à se faire plaindre, mais le voir grogner gentiment, c’est plutôt bon signe. « Je suis content aussi. Je ne sais pas ce que ça va donner. » Toi non plus, tu ne sais pas, tu sais qu’il n’a pas confiance en lui alors on verra bien. On ne peut pas tout prévoir et te faire un sang d’encre ça ne servira à rien.  Tu le préfères le sentier comme ça. C’est rassurant. « C’est du passé. Te torture pas l’esprit je te vois venir.» Tu le fixes  « Ça va » il ré-enchérie. Il a vraiment compris tes troubles et t’as envie de rire intérieurement parce qu’il se met à parler plus que tu ne l’as fait. « on va pas se la jouer blame game. ».  Tu l’admires, en te moquant un peu. Il arrive à faire fuire tes anxiétés avec sa capacité à s’extorisé naturellement comme ça. Il est excentrique, certain le font pour ce sentir exister lui il est juste comme ça. Expressif, franc. « je suis clean, entouré de vegan en nouvelle-zelland, dans un coin riche, dans deux mois tu me retrouves a bouffer de l'herbe et a jouer au golf. en chantant INXS.. Bon ils sont australiens, mais je les kiffes et de tête je sais pas pour la nouvelle zélande ».  Tu fronces les sourcils en le fixant de façon ahurie au moindre de ses mots, ton rire s’échappe de tes lippes naturellement. «  Mais qu’est-ce que je vais faire de toi… » tu laches directement, tu sais qu’il y en a pas deux comme lui et puis tu le sens te prendre dans ses bras pour te câliner, t’étouffer sans doute aussi d’ailleurs il te décoiffe. Tu es surprise parce qu’il sait que t’n’apprécies pas spécialement qu’on te touche, mais t’as un fou rire. Fallait que tu lui dises. Tu prends son bras et tu le mords pour qu’il arrête de te trifouiller les cheveux. Tu t’éloignes en sortant de son lit  « C’est bon que tu te mettes a manger de l’herbe, ça te changera de la fumer, hein. » Tu le regardes en lui faisant des grands yeux  et tu quittes la pièce. «  Aller bouge toi, on va faire un atelier Do it yourself pour trouver comment décorer l’appartement tout ça.. Tout ça… » enfin vous aviez prévu de vous organiser pour la décoration de l’appartement et comment vous allez partager l’appartement.

Les travaux de structures étaient finis, tout était blanc neutre. T’aimait bien ça sentait la pureté du nouveau enfin plutôt  la peinture fraiche. Du coup, t'as ouvert les fenêtres  La cuisine était déjà tout équiper et faite. T’as fait ton café et tu t’es donc installé sur un tabouret. Sur l’îlot t’avais déjà posé tes petits carnets. Les garçons n’allaient pas tarder.  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: avant la tempête (#coloduc200)    Jeu 1 Mar - 15:34

avant la tempête  
 

L’enthousiame était présent, aujourd’hui, je devais aller chercher Vitaly l’aéroport ainsi qu’un invité surprise et on allait commencer à emmenager à la maison. J’attendais à l’aéroport Vitaly. On l’avait déjà rencontrer avec Helden durant un voyage à New-York et ça allait être la découverte pour Damn.  Vitaly est un homme qu’on avait rencontrer grace à Helden, elle lui avait fait des photographie pour son book et ils aviaent garder le contact puis étant donné qu’il était intéressant, moi aussi je m’étais mis à lui parler. Ça faisait plaisir de le voir, ici, chez moi en nouvelle-zelland. Il était la pour sa carrière et étant donné qu’il avait du potentiel on se faisait pas de soucis pour ses projet. On lui en avait parlé et il était plutôt excité. Un russe et un ricain, ça allait donné non ? Quoiqu’il en soit j’ai fini par trouvé Vitaly, une étreinte amical. Mon téléphone vibrait, j’ai éclaté de rire en voyant les messages qui parlaient de DIY, j’ai bien sûr montrer le message à Vitaly. Ça promettait cet colocation. On devait patienter cependant après l’arrivé d’un autre vol qui arrivait de Los Angeles. Et puis Micheal, le bassiste du groupe de Damn est arrivé avec sa copine. Je le connaissais bien et ça faisait plaisir de le voir, il était venu pour des vacances et ensuite pour travailler sur l’album. Il vous a filé une boite, à l’intérieur le chien de Damn qui avait fait bon voyage.  Nous sommes partie ensuite vers le parking et puis j’ai laissé le volant à Vitaly étant donné que le chien de Damn commençait a s’agitait dans sa boite, je l’ai sorti de la pour le mettre dans mes bras. On a chargé les bagages, je lui ai mis mon télèphone pour le GPS ainsi on aurait pas de soucis.

Laisser le volant à Vitaly n’était peut-être pas une bonne idée… sa conduite laissait a désiré.. «  Tu l’as eu où ton permis???? » Entre rire nerveux et réel peur. Le chien de Damn et moi on s’est accroché. Le chien s’est foutu en dessous de mon fauteuil et pour finir, je l’ai mis dans la boite a gant en la laissant ouverte. Là ça allait. Heureusement que j’avais mis ma ceinture.

On est arrivé entier au parking, on la laissé la voiture pour se dirigé vers l’appartement qui appartenait à mon père. C’était plutôt une aubaine, une chance que mon père ait investie dans l’immobilier en dehors de ses activités de chirurgien. Un point un moins dans la vie, c’était pas négligable du tout. Les prix dans les environs étaient bien trop haut pour qu’on puisse s’installer de cet façon ou séparément. La colocation avait été donc une idée naturel. On a ouvert la porte sans doute avant qu’ils s’entre-tuent tous les deux. Ils s’adoraient mais c’était un peu chien et chat. Les cartons commençaient a s’entasser à l’entrée. «  On est la, j’espère que vous vous êtes pas entre-tués avec du ruban adhésif. » DIY oblige.  

code by black arrow


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: avant la tempête (#coloduc200)    Ven 2 Mar - 22:02

Ton esprit s’égare, il traîne et ramasse les poussières. Une voix qui aurait pu être anodine pousse dans ton crâne, tu l’entends la douceur de ses cordes vocales.  Tu restes alors face à ton café un peu absente et tu te mets à dessiner : non pas les plans de l’appartement, mais des traits qui s’envolent sur le papier.  Ceux d’un visage que tu as vu, ils s’égarent de façon maladroite et puis tu te tournes la page sans avoir fini. Au final, il s’agissait toujours des mêmes histoires qui se répétèrent sans cesse, t’arrives au mauvais moment et au mauvais endroit.  T’es lassé et la fatigue vient se greffer à toi. C’est sans doute de la façon dont tu regardes les choses qui te donnent cette impression. Tu sais plus trop et ce sourire qui sent l’ironie s’affiche sur ton visage. Tu gribouilles et avales ton café. Avoir les garçons ici, c’était une chance. Ils étaient différents tous et pourtant il t’avait tout accepté. Ta famille ne restait pas loin et ça ressemblait à quelque chose de plutôt équilibré.

La porte claque, tu te retournes et puis tu entends la voix de tes amis «  On est la, j’espère que vous vous êtes pas entre-tués avec du ruban adhésif. » Tu ris à l’idée que ça produit en toi, tu aurais bien aimé le faire. Damn et toi, vous  allez partager la même salle de bain parce qu’au final parfois il est plus girly que toi. Solal et Vitaly seraient de l’autre côté. «  Non, mais c’est une bonne idée pour une prochaine fois  » et puis tu as vu Vitaly et tu es aller vers lui en l’observant, il n’avait pas changé depuis la dernière fois, t’étais contente de le voir. Tu la prises contre toi pour l’étreindre avec pudeur, mais une amitié certaine. Fallait que tu lui parles de Tara car peut-être ils s'entendraient «  Je suis contente que tu sois là. Tu vas bien ? Ton vol s’est bien passé ?? » Tu lui poses sans doute mille et une questions, mais t’es curieuse de savoir si son voyage, c’est bien passé et s’il est content d’être là puis t’es allé dans la cuisine pour faire du café à tout le monde, t’aimes bien te servir de la machine même si elle fait un bruit pas possible.

 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: avant la tempête (#coloduc200)    Lun 12 Mar - 13:34

avant la tempête

Never thought it'd come this far, we were young and times were easy. But I could see it's not the same.
Si la question lui avait été posée quelques années auparavant, jamais le Russe n’aurait pu imaginer se retrouver un jour dans ce pays si différent de tout ce qu’il avait connu auparavant. La Nouvelle-Zélande, étrange contrée, et pourtant pas si différente d’après ce qu’on lui avait raconté. Pour Vitaly et pendant longtemps, cela avait été la Grosse Pomme ou rien. Et voilà qu’il se retrouvait dans un avion, en train de traverser l’océan pacifique avec toutes ses affaires. Abandon de son rêve américain, de tout ce qu’il connaissait, derrière lui, à jamais. Son rêve de gloire à Broadway, il n’en parlait plus. Il quittait tout pour cette nouvelle île, pour l’inconnu. Alors bien entendu, il se demandait s’il avait fait le bon choix. S’il avait eu raison de tout plaquer, de répondre par la positive à l’invitation de ses amis Helden et Solal. Il n’attendait plus rien de la vie pour le moment, et il avait arrêté de se questionner, de ressasser le passé. Parce que cela aurait signifié remettre en question la prédiction de la voyante russe, qui lui avait promis monts et merveilles. Et au fond, il y croyait encore un peu, Vitaly.

New York lui manquait déjà. Néanmoins, la douloureuse réalité le rattrapait rapidement. Il n’y avait pas que sa vie professionnelle qui l’avait forcée à fuir loin des États-Unis. Il y avait aussi cette fille, la fille. Celle à laquelle il évitait de penser, parce qu’elle lui avait brisée le cœur, quelques semaines plus tôt, sans aucun égard pour lui ou ses sentiments. Cette fille, qui était au fond, la raison principale pour laquelle le trentenaire se retrouvait à fuir le pays, littéralement. Le Russe espérait ne pas retrouver ce crève-cœur là où il se rendait, celui aux côtés duquel il avait imaginé passer de nombreuses années.

Il sortit de l’avion avec une certaine excitation. Excité de découvrir sa nouvelle vie, en compagnie de ses amis, anciens et nouveaux. Vivre dans une colocation n’était certainement pas une première pour lui, puisqu’il avait partagé son espace de vie avec d’autres personnes durant son épopée new-yorkaise. Il avait hâte de faire connaissance de ceux qu’il ne connaissait pas encore. Pour cela au moins, il gardait encore son éternel enthousiasme. Finalement, peut-être que la fille ne lui avait pas tout pris en le quittant aussi soudainement et violemment.

Ce fut Solal qui l'accueillit à la sortie, avec une étreinte amicale en guise de salutation. « Heyyy dude! Je suis tellement content de te revoir Solal ! J'ai hâte qu'on trouve le reste de la coloc' ! » Le jeune homme aux cheveux sombres lui montra les messages qu’il venait de recevoir. Le Russe ne put s’empêcher de lâcher un petit rire nerveux. « DIY huh ? Je ferais un effort… peut-être. » De nature relativement patiente, les collages et autres choses du même type le mettaient cependant à rude épreuve, et il était très difficile pour lui de se concentrer plus d’une vingtaine de minute pour la réalisation d’un tel projet.

Solal et Vitaly patientèrent encore un peu à l’aéroport, afin de récupérer le chien de Damn, l’un des colocataires. « Oh ! Mais il est absolument ADORABLE. Je savais bien qu’il nous manquait quelque chose pour que la colocation soit au complet. » Le Russe et le chien récupérés, ils finirent par rejoindre le parking, où se trouvait la voiture de Solal. Ce dernier décida de s’occuper de la bête, en allant même jusqu’à le prendre dans les bras pour le trajet. Il eut le malheur de confier le volant à Vitaly, sans savoir dans quoi il s’embarquait. « OKAY. Let’s go ! » Il se cala confortablement dans le fauteuil et ajusta le rétroviseur. Il faillit oublier de mettre sa ceinture de sécurité, ce que le véhicule ne manqua pas de lui rappeler avec un bruit particulièrement énervant. À partir du moment où il appuya sur la pédale de l’accélérateur, le blond ne répondit plus de rien. Virages serrés, vitesse un peu trop élevée, freinages trop brisques, les deux passages eurent le droit à la totale. « Mon permis ? Hein, de quoi tu parles ? En Russie, bien sûr. » Le Russe ne comprenait pas vraiment où son ami voulait en venir, et il haussa simplement les épaules devant cette question étrange. Le duo eut vite fait d’arriver au parking, grâce à la conduite exemplaire du Russe. Satisfait, Vitaly sortit en sautillant de la voiture, particulièrement heureux d’avoir repris le volant après tant d’années sans y avoir touché. C’était comme le vélo, ça ne s’oubliait pas si aisément

L’appartement plaisait énormément au Russe. En fait, Vitaly était très emballé par cet endroit, élégamment décoré, lumineux et avec de grands espaces. « J’adore cet endroit » finit par s’exclamer le blond, incapable de se retenir plus longtemps. Il lâcha un petit rire amusé à la remarque de son ami, qui fit mention de l’atelier bricolage d’Helden. « Il y a sûrement un tuto Youtube sur le sujet. Hashtag ruban et meurtre. » Et puis le regard du blond croisa celui de la brune. Son amie, Helden. Un sourire aux lèvres, il franchit les pas qui les séparaient, afin de l’enlacer avec ses bras musclés. Elle lui avait manqué, et Vitaly devinait que c’était réciproque. « Je suis heureux de te revoir aussi ma belle. Le vol s’est bien passé, heureusement que j’avais mes écouteurs avec moi. Figure toi que le gars d’à côté n’a pas arrêté de tousser pendant tout le vol, j’ai bien cru qu’il allait décédé dans l’avion, ou que j’allais m’en occuper moi-même. Donc je retiens l’idée du ruban adhésif aussi pour la prochaine fois. » Si prochaine fois il y avait, car pour le moment, le trentenaire devait s’occuper de s’installer ici, en Nouvelle Zélande, et son compte en banque ne serait sûrement pas s’accord avec ses envies de voyage.

Peut-être un peu tardivement, Vitaly finit par remarquer la présence du quatrième mousquetaire, or whatever you call them. « Yoooo Damn ! Content de te voir, j’ai tellement entendu parler de toi que j’ai l’impression de te connaître ! Et btw, j’crois qu’on a un petit quelque chose pour toi. 1 000 fois mieux que les DIY - no offense Helden. » Le Russe laissait le soin à Solal de réunir le maître et son chien. Alors seulement, tous les membres de la colocation seraient enfin réunis. Pour le meilleur, et pour le pire.

made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: avant la tempête (#coloduc200)    Lun 12 Mar - 14:52

before the storm
ft. #coloc200

Il va quand même finir par bouger ses fesses de son lit et puis il se pointe dans le salon, Helden est avec ses carnets. «  Eh Hermione » il lui lance pour la taquiner parce qu’elle aime les livres à fond et les carnets de dessins. Il aime bien l’embêter peut-être plus que ce qu’elle aime l’embêter. Il va se faire son café et puis va à la douche, il laisse couler l’eau brûlante sur sa peau, boit son café entre temps, se sèche s’habille et puis il finit par arrivé dans le salon ou il y a plus de personnes. Solal est enfin rentré et on va avoir enfin le droit à rencontrer la Russie. Renommée pour l’occasion YAKOKO. Il a un surnom alors qu’ils ne se sont même pas encore croisés.  Damn il aime pas trop qu’Helden soit dans les bras d’un autre mec qui est ami avec elle. Oui il est possessif même si pour la plus part du temps il fait comme si ça lui est égal. Il la pousse un peu sur le passage.  SURPRISE ??? SURPISE ???? UN TRUC POUR LUI ? Il est intéressé et puis il voit dans une cage. «  LION » l’amour de sa vie est là. C’est un petit chien bâtard au pelage gris, inoffensif est un peu moche mais c’est son lion. Il le sort de sa cage et le caresse l’embrasse, se fait lécher. «  Mon amour, papa est là » les retrouvailles entre un maître et son chine est chargé d’émotion pas pour déconné, mais pour de vrai. Ce chien, il est adorable. Pendant sa cure Damn était seul et il a adopté ce petit chien qui venait vers lui dans le parc à chaque fois. Pas de maison, pas de maître. Le blond caresse son pelage comme s’il s’agissait de l’anneau du seigneur des anneaux sans la voix de Gollum. «  sorry, salut, content de te connaitre yakoko. »  Il lui fait une petite tape sur l’épaule. Russie, Ricain. C’est drôle, il l’emmerdera sans doute avec ça. En attendant il devait se venger d’un truc, donc il pousse encore Helden, elle le repousse, mais il s’en fiche il continu jusqu’a temps qu’elle atteigne le placard a balais et il le referme sur elle. Il tient la poignée. «  Je me venge d’un truc, si vous ne voulez pas encore une guerre froide laisser moi faire un peu » il sourit de toutes ses dents. «  On est enfin au compleeeet » il dit sa fièrement. «  j’ai une proposition de décoration sur mon téléphone, vous pouvez le prendre de ma poche s’il vous plaît les gars ? » dans ta poche de devant. «  7653 pour unlock va dans photo » et puis il y a une photo de @Dwight Ashmore avec un corps de bouddha. «  Je voudrais ça dans le salon, c’possible ? On fait quoi un vote ?  »  il les fixe. «  Entre mec on peut s’arranger hein ? » bah oui vas y solidarité masculine avant tout c’est mieux qu’Helden voit rien. En plus c’est artisanal, il aura fait du DIY.  
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: avant la tempête (#coloduc200)    

Revenir en haut Aller en bas
 

avant la tempête (#coloduc200)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]
» Esther Lily Summer ♣ Une seconde avant la tempête...
» Le calme plat avant la tempête [PV Melodia Shūhebi]
» Le calme avant la tempête
» Le calme avant la tempête ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: trash :: rps-