AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 it sounded really loud they said it really loud on the radio → bailey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 30 ans (07.09)
○ statut : divorcée.
○ métier : animatrice radio.
○ quartier : west bay, #340
○ informations en vrac :
mère d'une petite fille de cinq ans : sarah, le seul et unique amour de sa vie ♢ a pour interdiction de s'approcher à moins de 100 mètres de leonardo dicaprio ♢ pianiste ♢ chanteuse ♢ aime le camping et l'urbex ♢ son film préféré c'est grease ♢ invitée régulière dans une émission de chasseurs de fantômes diffusée sur youtube ♢ petite nièce de l'acteur telly savalas ♢ parle français et un peu de grec aussi ♢ a un labrador chocolat (hades) et un ara (persephone) ♢ elle a aussi des petits problèmes de mémoire à court terme depuis son accident de voiture en février dernier ♢ a longtemps cru qu'un de ses voisins était strip-teaser ♢ conduit une mustang de 69 retapée par son père et elle ♢ aime un peu trop mario kart et gershwin ❧


show me rain and flood to cool the f i r e in my blood.




○ posts : 78 ○ points : 120
○ pseudo : dory
○ avatar : evan rachel wood
○ DC : une rousse
○ inscrit le : 22/05/2018
MessageSujet: it sounded really loud they said it really loud on the radio → bailey   Jeu 24 Mai - 3:11

Une pièce, deux pièces, trois pièces dans la machine à café trônant dans le hall d’entrée de la radio, Noomi met quelques minutes à faire son choix. Quelque chose d’assez corsé pour lui permettre de tenir jusqu’à quatre heures du mat’, ce serait pas mal. Comme d’habitude à cette heure, il n’y a plus qu’elle et Sam, la standardiste qui se charge de gérer les appels des auditeurs. Cette pauvre fille a un boulot assez ingrat mais la blonde l’apprécie et ne saurait sans doute pas quoi faire sans elle. Parce que des barjots qui appelle pour toutes les raisons que l’on pourrait imaginer, il y en a plein. Il faut qu’entre minuit et quatre heures du matin le week-end, tout le monde est de sortie ou presque. Partant de là, pas étonnant qu’elles reçoivent des appels louches de la part de gens complètement murgés voulant à tout prix faire passer un message extrêmement important. Non vraiment, Noomi ne sait pas du tout ce qu’elle ferait sans Sam. Bref, j’ai dit qu’elles étaient seules à la radio ? C’est faux, il y a Hades aussi, le chien de la blondinette. Hades dans lequel sa maîtresse se prend les pieds, s’étalant de tout son long et renversant son café bouillant sur le linoléum. Super, toujours agréable.

    « Mais merde, tu vois bien que t’es dans le passage ! »


Le labrador la regarde, penche la tête sur le côté et lui lèche la joue avant qu’elle ne se relève. Comment lui en vouloir après ça ? De toute manière, elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même ; un chien n’a pas sa place à la radio mais Noomi n’a pas le cœur de le laisser seul à l’appartement et puisque ça ne semble déranger personne dans les locaux de la radio. Au contraire, il est même devenu la mascotte de toute l’équipe. Quoi qu’il en soit, la jeune femme est bonne pour un nouveau café. Une fois qu’elle a terminé d’éponger l’ancien, évidemment. Elle revient ensuite dans le studio et discute quelques instants avec sa collègue. Il n’est pas encore vingt-trois heures trente et si elle est aussi en avance pour une fois, c’est pour une raison bien précise. La direction a décidé qu’elle aurait un stagiaire. Pourquoi elle ? Aucune idée ; ça ne fait pas si longtemps que ça qu’elle s’est reconvertie, délaissant le piano pour se tourner vers la radio et elle est d’avis qu’il doit y avoir d’autres animateurs bien plus qualifiés qu’elle pour prendre un stagiaire mais il faut croire que sa façon d’animer plaît au directeur.

Les deux jeunes femmes sont assises sur la table, en train de fumer, de siroter leur café et de rire aux éclats tandis que le chien est couché dans un coin lorsqu’on frappe à la vitre du studio. Un stagiaire c’est jeune, oui, de fait mais celui-ci a l’air très jeune. Plus que ce qu’elle s’était imaginé en tout cas et c’est bien ça qui lui faire peur. Pas qu’elle ait jamais eu de problèmes avec les gens tout juste sortis de l’adolescence mais ça fait bien longtemps qu’elle n’en côtoie plus sur une base régulière et elle espère bien ne pas avoir trop vieilli. Noomi s’empresse d’aller lui ouvrir et lui fait signe d’entrer et de prendre une chaise.

    « Salut, tu dois être Bailey, c’est ça ? Je suis Noomi, voici Sam et lui dans le coin là-bas, c’est Hades. »


Les présentations faites, Hades vient lui aussi accueillir le petit nouveau.

    « Je sais qu’il est un peu tard pour une première rencontre mais je me suis dit que ça serait mieux que tu puisses assister directement à l’émission. Comme ça, tu vois un peu comment ça fonctionne. »

_________________
Darkness falls across the land
It's close to midnight Something evil's lurking from the dark Under the moonlight You see a sight that almost stops your heart You try to scream But terror takes the sound before you make it You start to freeze As horror looks you right between your eyes You're paralyzed.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 21 ans et encore tout un monde à découvrir.
○ statut : célibataire, ce n’est pas sa vie sentimentale qui l’intéresse le plus.
○ métier : il a arrêté ses études de médecine, en attendant de les reprendre, il est stagiaire dans une radio locale.
○ quartier : #26 north bay, dans une maison avec livia, sa colocataire.
○ orientation sexuelle : il ne se colle pas d’étiquettes.
○ posts : 454 ○ points : 545
○ avatar : thomas doherty
○ DC : craig, leo
○ inscrit le : 24/04/2018
MessageSujet: Re: it sounded really loud they said it really loud on the radio → bailey   Dim 27 Mai - 19:46


on the radio

Il avait déjà fait ce rêve de nombreuses fois. Sa remise de diplômes, ses parents adoptifs assis au premier rang, des sourires jusqu’aux oreilles sur leurs visages. Il imaginait qu’ils seraient là, fiers de lui, de ses longues études et de son futur métier. Un médecin dans la famille, les Bradshaw auraient été ravis. C’était bête, comme rêve, parce qu’il avait tout abandonné. Il avait anéanti ses propres rêves et ceux de sa famille, qui disaient déjà à qui veut l’entendre que Bailey allait sauver des vies, contrairement à tous ces autres gamins qui n’ont aucun but dans la vie. Finalement, il était comme tous les autres, il n’avait plus rien à accomplir. C’est dans ces moments qu’il se trouvait stupide, à avoir déménagé sur un coup de tête. Stupide de ne pas avoir cherché à rejoindre les écoles de Wellington ou d’Island Bay. Stupide d’avoir tout arrêté pour des parents biologiques qui n’avaient finalement pas besoin de lui. Sauf qu’il l’avait fait, que c’était trop tard et que contrairement à beaucoup de films, il n’y a pas de retour en arrière possible. Il ne pouvait qu’avancer, se trouver de nouveaux objectifs, une nouvelle idée pour débuter une vie en solitaire.

C’est dans une des ses nuits à se chercher un nouveau projet qu’il était tombé sur cette radio et sur cette voix. Une femme qui s’occupait de l’audience durant une partie de la nuit. Quand il était encore étudiant, il aimait bien écouter les radios de Perth, le matin, les animateurs qui discutent entre eux, qui font des blagues, qui mettent les gens de bonne humeur pour se réveiller de la meilleure des manières. Elle, elle accompagnait les insomniaques, les travailleurs de nuit et ceux qui n’arrivaient pas à rejoindre Morphée en comptant les moutons. Il n’était pas ici depuis très longtemps mais cette fréquence, ça avait été sa première habitude en Nouvelle-Zélande, se brancher là-dessus lorsqu’il n’arrivait pas à s’endormir. Parfois il tombait sur la même animatrice qu’il avait entendu le premier soir et à d’autres moments, c’était autre chose, qui l’intéressait beaucoup moins. Après une énième journée à ne rien faire, à ne pas travailler sur le corps humain, à détester tous les étudiants qu’il croisait dans la ville, il s’était décidé à faire quelque chose. Se trouver un travail, peu importe lequel, il en avait besoin. Non pas pour gagner de l’argent, pour ça, il avait quelques boulots à faire pour des particuliers, du bricolage, de la peinture, du jardinage. Des conneries pour quelques sous. Là, il voulait quelque chose de plus sérieux, qui lui prendrait du temps, qui le ferait réfléchir et avoir l’impression d’être réellement utile, au moins un petit peu.

C’était vers cette radio qu’il s’était tourné. Il avait fait les démarches pour rire, se disant qu’on ne le rappellerait jamais. Il avait tort car ce soir, il avait rendez-vous avec l’équipe qui s’occupait de l’émission qu’il écoutait de temps en temps. Il allait certainement s’asseoir dans un coin et regarder comment ils font, écouter, comme il le faisait dans sa chambre mais cette fois-ci dans les studios. Rien d’impressionnant, mais c’était suffisamment intéressant pour qu’il accepte l’idée, qu’il se lève au milieu de la nuit et qu’il rejoigne lesdits studios. Une fois dans l’établissement, on l’avait dirigé vers l’endroit où il allait passer cette moitié de nuit. Il toquait à la vitre et une fois invité à entrer, il prenait rapidement place, assez impressionné. C’était bizarre de mettre un visage sur une voix que l’on avait entendu à plusieurs reprises, il ne l’aurait pas imaginé comme ça. D’ailleurs, c’est une réflexion étrange puisque s’il se posait la question, il ne se l’était jamais imaginé. ▬ C’est bien moi, enchanté. Dit-il assez rapidement pour ne pas paraître impoli, regardant les deux femmes avant de se concentrer sur le chien qui venait lui aussi le saluer. Il avait toujours peur de ces animaux aux premiers abords, avant de finalement les adorer. Comme pour tous, c’était le cas avec lui, Hadès, donc. ▬ Salut mon vieux. Il avait une attitude qui ne correspondait pas à ce que l’on peut attendre d’un professionnel. Ce n’était qu’un stagiaire, enfin, il le serait probablement si cette soirée se passait bien. C’était sa première expérience dans le monde des adultes, dans la vie active, le premier métier qu’il approchait. ▬ J’y assistais bien dans ma chambre, autant le faire ici aussi. Il haussait ses épaules en regardant Noomi. Il attendait qu’elle lui donne des instructions, une idée de ce qu’il allait devoir faire pour elle ou sa collègue ou même pour la société en elle-même. Qu’elle lui explique le boulot d’un stagiaire, quoi.

_________________
enchanté, bailey
Un connard et un mec bien dans le même corps, un panneau "free hugs" et un flingue dans le même coffre je ferai tout pour qu'on m'aime comme un ami, un amant, une idole, ou un épicier ouvert à cinq heures du mat' ▬ lomepal

:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 30 ans (07.09)
○ statut : divorcée.
○ métier : animatrice radio.
○ quartier : west bay, #340
○ informations en vrac :
mère d'une petite fille de cinq ans : sarah, le seul et unique amour de sa vie ♢ a pour interdiction de s'approcher à moins de 100 mètres de leonardo dicaprio ♢ pianiste ♢ chanteuse ♢ aime le camping et l'urbex ♢ son film préféré c'est grease ♢ invitée régulière dans une émission de chasseurs de fantômes diffusée sur youtube ♢ petite nièce de l'acteur telly savalas ♢ parle français et un peu de grec aussi ♢ a un labrador chocolat (hades) et un ara (persephone) ♢ elle a aussi des petits problèmes de mémoire à court terme depuis son accident de voiture en février dernier ♢ a longtemps cru qu'un de ses voisins était strip-teaser ♢ conduit une mustang de 69 retapée par son père et elle ♢ aime un peu trop mario kart et gershwin ❧


show me rain and flood to cool the f i r e in my blood.




○ posts : 78 ○ points : 120
○ pseudo : dory
○ avatar : evan rachel wood
○ DC : une rousse
○ inscrit le : 22/05/2018
MessageSujet: Re: it sounded really loud they said it really loud on the radio → bailey   Mer 30 Mai - 19:51

La première impression que lui fait Bailey est celle d’un jeune homme courtois, voire même un peu trop poli alors qu’il a juste dit qu’il est enchanté de faire leur connaissance. Cela étant dit, ce n’est en rien un reproche ; les jeunes ont tendance à ne pas savoir ce qu’est la politesse de nos jours et ça chiffonne toujours Noomi. Conclusion : il vaut mieux être trop poli que pas assez. Soit, la jeune femme observe son potentiel futur stagiaire pour se faire une idée et comprend qu’il doit être un peu impressionné. C’est bien normal, après tout, une radio même locale, ça paraît un peu inaccessible et pourtant, on peut dire que celle-ci est une radio cool, sinon elle n’aurait même pas pris la peine de postuler.

    « Ah oui, tu fais partie de nos auditeurs ? C’est chouette, ça. J’espère que t’es pas trop déçu de voir l’envers du décor. »


Même si aujourd’hui, ce n’est plus pareil que dans le temps où on devait absolument tout s’imaginer puisqu’une caméra filme le studio pratiquement vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Noomi s’est toujours demandé à quoi ça pouvait bien servir d’être en live sur le net à la radio, ce qui peut bien pousser les gens à les regarder mais elle reconnaît que ça peut être super intéressant lorsqu’ils reçoivent des invités prestigieux. Mais trêve de bavardage.

    « Tu t’y connais déjà un peu en animation ou pas du tout ? Ce qui est chouette avec notre heure de diffusion c’est qu’on peut faire un peu ce qu’on veut, il n’y a qu’une seule règle d’or : toujours avoir l’air de péter la forme, d’être survitaminé. »


Le but de l’émission n’étant clairement pas d’endormir leurs auditeurs mais au contraire de les tenir éveillés. Depuis son arrivée, le studio est constamment encombré de post-its colorés que Noomi dissémine absolument partout sur son passage. Ces petits bouts de papiers aident grandement la blondinette à la mémoire défaillante et pour une fois, ils seront certainement très utiles à quelqu’un d’autre également. Elle se penche sur l’un ou l’autre d’entre eux avant de reprendre la parole :

    « On a des playlists toutes prêtes sur clés USB pour les plages de musique mais si tu as des connaissances qui voudraient passer à la radio ou bien si tu es toi-même musicien, on peut s’arranger pour intercaler deux-trois morceaux dans les playlists. »


C’est vraiment l’avantage de bosser de nuit, on peut se permettre plein de choses qu’on peut pas en pleine journée sans que les patrons y trouvent quelque chose à redire et il fallait bien admettre que c’était ce que Noomi aimait le plus dans son job, cette sensation de presque liberté.

    « Au fait, j’allais oublier Sam. C’est la standardiste, c’est elle qui s’occupe de gérer et filtrer les appels qu’on reçoit, ce qui fait d’elle un élément précieux parce qu’à cette heure, on reçoit des coups de fil bizarres. Bref, je crois que c’est tout. Tu as des questions avant qu’on ne se lance ? »

_________________
Darkness falls across the land
It's close to midnight Something evil's lurking from the dark Under the moonlight You see a sight that almost stops your heart You try to scream But terror takes the sound before you make it You start to freeze As horror looks you right between your eyes You're paralyzed.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 21 ans et encore tout un monde à découvrir.
○ statut : célibataire, ce n’est pas sa vie sentimentale qui l’intéresse le plus.
○ métier : il a arrêté ses études de médecine, en attendant de les reprendre, il est stagiaire dans une radio locale.
○ quartier : #26 north bay, dans une maison avec livia, sa colocataire.
○ orientation sexuelle : il ne se colle pas d’étiquettes.
○ posts : 454 ○ points : 545
○ avatar : thomas doherty
○ DC : craig, leo
○ inscrit le : 24/04/2018
MessageSujet: Re: it sounded really loud they said it really loud on the radio → bailey   Ven 8 Juin - 16:30


on the radio


La radio, on se demande toujours comment ça se passe, dans les studios. Si les animateurs s’entendent aussi bien à l’antenne qu’une fois les micros coupés. Beaucoup pensent qu’il y a un réel confort, de la bouffe partout et une bonne humeur constante qui te ferait sourire le plus grand des pessimistes. C’est les préjugés que l’on a sur ce métier, sur ces endroits, ces studios que l’on croit inaccessibles. Comme un studio d’enregistrement ou une scène où l’on tourne un film, c’est des lieux presque interdits à la foule, mythique, que l’on se contente d’imaginer. Ce soir, Bailey avait le droit de laisser son imagination de côté, d’ouvrir en grand ses yeux et de comprendre comment ce monde fonctionne. C’est vrai qu’il y a les vidéos que l’on trouve partout sur internet avec des radios filmées mais le voir en vrai, c’est toujours plus impressionnant. Comme pour les monuments, voir une tour de 300m de haut sur une photo et dans la réalité, c’est différent. Après avoir scruté les alentours pendant quelques secondes, il tourne son regard vers Noomi, qui lui a finalement adressé la parole. Se concentrer, écouter ce qu’elle lui dit et ne pas dire trop de conneries : voilà sa mission du soir. Pour lui, qui a l’habitude de parler constamment pour ne rien dire d’intéressant, ça risque d’être difficile. ▬ Franchement non, c’est cool, à peu près comme je l’imaginais. Il manque juste la nourriture un peu partout mais ça, il s’en fiche un peu, n’étant absolument pas le genre d’homme à se goinfrer dès qu’il en a l’occasion.

Il regarde une nouvelle fois le chien, et puis la femme qui s’occupe des appels. Ça doit être chiant, comme travail, ça. C’est la première chose qu’il se dit. Discuter avec les auditeurs, raconter des choses, parler, parler, toujours parler. Ça, c’est cool. Mais décrocher à un téléphone, comprendre le but d’un appel, rappeler pour des jeux et toutes ces conneries, c’est bien moins intéressant. Il espère ne pas avoir à la remplacer un de ces jours pour tester ses capacités, pour voir de quoi il est capable. Lui, c’est plutôt le genre de gars à raccrocher au nez des personnes au bout de cinq minutes, surtout les inconnus. Alors autant ne pas tenter. Il préfère parler et même s’il ne risque pas de prendre un micro tout de suite, c’est le plus intéressant pour lui. L’animation, il ne s’y connaît pas à proprement parler mais il a toujours été le plus amusant dans son groupe d’amis, peut-être que ça joue. ▬ Je sais que sur certaines radios, c’est le sérieux qui prime, genre.. celles des infos là, où ils te disent toutes les deux minutes qu’il y a un accident sur l’autoroute. La radio des routes, c’est certainement celle qu’il écoute le plus quand il est en voiture. Il se rend compte que c’était inutile à dire mais bon, trop tard. ▬ Ce que j’ai compris, c’est qu’il ne faut pas qu’on puisse s’ennuyer. Enfin, les auditeurs. C’est la dynamique de l’animateur qui intéresse alors on se base sur l’humour et un débit de paroles qui n’endort pas. C’est tout ce que je sais. Admettait-il finalement. Il n’était pas un pro du milieu, clairement, mais à force d’écouter plusieurs radios, il avait bien compris comment le tout fonctionne. Il n’avait pas trop de contacts ici, encore moins des musiciens, alors il n’allait certainement pas pouvoir conseiller de jeunes groupes à promouvoir. ▬ J’ai mon petit frère qui joue de la guitare, mais il est nul. Il souriait bêtement en la regardant, c’est vrai qu’il était pas très doué, du haut de ses neuf ans. Il soupirait doucement avant de hocher son visage de haut en bas à sa dernière question. ▬ Je vais servir à quoi ? Enfin.. mon boulot consiste en quoi, ici ? C’était sûrement la question la plus importante à poser, finalement, après avoir dit des bêtises, il réussissait à se reprendre en mains.

_________________
enchanté, bailey
Un connard et un mec bien dans le même corps, un panneau "free hugs" et un flingue dans le même coffre je ferai tout pour qu'on m'aime comme un ami, un amant, une idole, ou un épicier ouvert à cinq heures du mat' ▬ lomepal

:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 30 ans (07.09)
○ statut : divorcée.
○ métier : animatrice radio.
○ quartier : west bay, #340
○ informations en vrac :
mère d'une petite fille de cinq ans : sarah, le seul et unique amour de sa vie ♢ a pour interdiction de s'approcher à moins de 100 mètres de leonardo dicaprio ♢ pianiste ♢ chanteuse ♢ aime le camping et l'urbex ♢ son film préféré c'est grease ♢ invitée régulière dans une émission de chasseurs de fantômes diffusée sur youtube ♢ petite nièce de l'acteur telly savalas ♢ parle français et un peu de grec aussi ♢ a un labrador chocolat (hades) et un ara (persephone) ♢ elle a aussi des petits problèmes de mémoire à court terme depuis son accident de voiture en février dernier ♢ a longtemps cru qu'un de ses voisins était strip-teaser ♢ conduit une mustang de 69 retapée par son père et elle ♢ aime un peu trop mario kart et gershwin ❧


show me rain and flood to cool the f i r e in my blood.




○ posts : 78 ○ points : 120
○ pseudo : dory
○ avatar : evan rachel wood
○ DC : une rousse
○ inscrit le : 22/05/2018
MessageSujet: Re: it sounded really loud they said it really loud on the radio → bailey   Mer 13 Juin - 18:26

Bonne nouvelle, le rookie n’est pas déçu de ce qu’il voit. On peut maintenant dire que ça commence bien. Puis Bailey fait ensuite part de ce qu’il connait de la radio et Noomi se rend compte qu’il n’a pas d’expérience en la matière. Qu’à cela ne tienne, elle n’en avait pas plus lorsqu’elle en avait franchi les portes il y a de ça quelques mois. C’est le genre de métier que l’on apprend sur le tas, de toute façon. Il fait allusion aux infos-trafic et ça la fait sourire. C’est loin d’être leur à eux. Ou alors ça l’est mais en journée seulement parce que la nuit, c’est autre chose ; la nuit, il faut raconter des blagues, se lancer des défis quand il y a des invités, lancer des appels à témoins, débattre en prenant position mais pas trop. Bref, tout pour faire en sorte que les auditeurs noctambules restent éveillés. Et en ce qui concerne les infos :

    « Ah oui, oui, je vois très bien de quoi tu veux parler mais par chance, ce n’est pas le ton de notre émission. En revanche, il se peut qu’on ait des bulletins d’informations s’il se passe quelque chose durant la nuit. Dans ce cas, on a des contacts avec des journalistes qui nous appellent alors c’est un peu plus sérieux, idem pour la météo. Sinon c’est ça, tu as bien saisi le principe. »


Après quoi il enchaîne sur son petit frère – qui doit donc être vraiment très jeune – qui fait de la guitare mais qui est nul et ça la fait rire.

    « Dans ce cas, on attendra qu’il devienne le prochain Santana pour le glisser dans la playlist. »


Il a de l’humour et elle apprécie ça. De plus, il s’avère qu’il a effectivement des questions avant de débuter. Plus précisément une seule question mais sans doute la plus pertinente de toutes : en quoi consiste son travail de stagiaire au juste. Et là, on peut dire que la blonde est légèrement prise au dépourvu pour une question de cette importance. Elle est pratiquement sûre d’avoir elle-même posé la question à son patron et même qu’il a certainement dû y répondre mais ça ne lui revient pas, foutus problèmes de mémoire. Moment de flottement, donc, avant que Noomi creuse sa ride du lion, un rien énervée de ne pas se souvenir, et fasse appel à ses post-it. « Accueillir le stagiaire », voilà tout ce qu’elle y lit, tu parles d’une aide… Bref, tant pis, on y va au feeling.

    « Alors, je t’avoue que c’est la toute première fois que j’ai un stagiaire et que je ne suis pas trop au courant de ce qui se fait ou non mais on a qu’à voir ensemble, qu’est-ce que t’en dis ? Bien sûr, c’est pas impossible que je te demande de faire le café mais ça ne se résumera pas qu’à ça, je te rassure. Dans un premier temps, je te propose qu’on travaille à la programmation et à la rédaction et ensuite, quand tu te sentiras près, on pourra coanimer. »

_________________
Darkness falls across the land
It's close to midnight Something evil's lurking from the dark Under the moonlight You see a sight that almost stops your heart You try to scream But terror takes the sound before you make it You start to freeze As horror looks you right between your eyes You're paralyzed.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 21 ans et encore tout un monde à découvrir.
○ statut : célibataire, ce n’est pas sa vie sentimentale qui l’intéresse le plus.
○ métier : il a arrêté ses études de médecine, en attendant de les reprendre, il est stagiaire dans une radio locale.
○ quartier : #26 north bay, dans une maison avec livia, sa colocataire.
○ orientation sexuelle : il ne se colle pas d’étiquettes.
○ posts : 454 ○ points : 545
○ avatar : thomas doherty
○ DC : craig, leo
○ inscrit le : 24/04/2018
MessageSujet: Re: it sounded really loud they said it really loud on the radio → bailey   Ven 29 Juin - 1:56


on the radio

Il est content d’apprendre que dans cette radio, à cette heure-ci, ce n’est pas forcément le sérieux qui prime. Il le savait déjà, étant lui-même un auditeur. Assez irrégulier, certes, mais il a déjà écouté des émissions, suffisamment pour savoir qu’il se plaira à travailler dans un endroit comme celui-ci. L’ambiance est bonne, les blagues fusent, les appels sont entraînants. Aux premiers abords, les horaires peuvent sembler long, parce que c’est la nuit, parce que la fatigue prime, parce qu’ils préféreraient tous être dans le leur lit, dans les bras de Morphée, à rêver d’un autre monde. Avec cette bonne humeur qui est de mise et ce personnel qui lui semble sympathique, les heures doivent défiler comme des minutes. Le temps sera certainement son allié, ce soir, pour cette première émission. ▬ On va bien s’amuser, alors. S’amuser, ce n’est pas le mot que l’on doit prononcer à son travail. Il le sait. Mais la radio, c’est un monde différent, c’est un travail différent. Comme le cinéma, la musique, la photographie et tous ces métiers qui exigent un talent particulier. Ici, il faut être un parfait orateur, savoir tenir sur du long terme, ne pas flancher face à la fatigue et aux quelques contraintes des studios. S’amuser, c’est presque une obligation, ici. Le brun sourit à ses mots, elle ne rejette pas l’idée de son petit frère, au contraire, quand il sera un grand musicien, il sera un invité de prestige. Ça n’arrivera sûrement jamais et, même si c’est le cas un jour, il est peu probable qu’ils soient toujours en contact. Mais le fait qu’elle ne le remballe pas, alors qu’il parle de sa vie privée et d’une chose qui ne vas pas réellement les aider à avancer, ça le touche. Il la trouve déjà cool, comme patronne, c’est la première chose qui lui traverse l’esprit.

Vient le sujet qui fâche. Enfin, le sujet qui l’intéresse. Qu’est-ce qu’il va faire, ici ? Il sait qu’il ferait mieux de retourner à l’université, que ses études n’attendent que lui. Il y a des tonnes de bouquins qu’il n’a pas lu, beaucoup d’élèves qui ont le mérite d’être rencontrés et des professeurs qui veulent transmettre le savoir. Il ne devrait pas s’engager dans une telle aventure, sur du long terme, il risquerait de le regretter. Pourtant il s’y intéresse, pose la bonne question, au bon moment. Il la voit regarder un peu ailleurs, réfléchir, se poser elle-même la question. Il arrête de la regarder quelques secondes, se concentre plutôt sur le chien, pour ne pas la presser. Fixer quelqu’un qui semble déjà avoir du mal, c’est l’inciter à se dépêcher et à s’emmêler encore plus les pinceaux, alors qu’il a, au contraire, besoin de se poser et souffler quelques temps. Finalement, il relève ses yeux bleutés vers elle quand elle se remet à lui parler, lui expliquer son rôle. Finalement, ça dépasse toutes ses attentes. Il ne pensait pas pouvoir lui venir en aide, pour la programmation, la rédaction, et tous ces rôles qui lui semblent être importants. Bon, d’accord, il devra faire le café. Mais peu importe, lui aussi risque d’en avoir besoin durant ces quelques nuits, et ce n’est pas pour quelques tasses à remplir qu’il va faire le difficile. Il laisse un large sourire se dessiner sur ses lèvres, montrant bien qu’il est satisfait de sa réponse. Et il se surprend même à imaginer au jour, enfin, au soir où il aura le droit de prendre le micro et de parler à ses côtés. Il ne sait pas si sa voix est faite pour la radio, si ça sonne bien ou s’il va en énerver plus d’un, avec un ton trop grave, trop aigu, trop faux, trop enthousiaste.. qui sait ? ▬ C’est parfait pour moi. Il n’a rien de plus à dire, ça exprime bien le fond de sa pensée. L’heure avance, il n’est pas là depuis très longtemps mais bientôt, l’émission va commencer. Ce soir, il n’est là que pour observer ce qu’elle fait, mais peut-être a-t-elle besoin de lui pour quelque chose, avant que tout ça ne débute. ▬ On commence par quoi, ce soir ? Il dit « on », se place déjà dans l’équipe. S’il faut prendre cette émission pour un travail, autant le faire sérieusement, dès le début.

_________________
enchanté, bailey
Un connard et un mec bien dans le même corps, un panneau "free hugs" et un flingue dans le même coffre je ferai tout pour qu'on m'aime comme un ami, un amant, une idole, ou un épicier ouvert à cinq heures du mat' ▬ lomepal

:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 30 ans (07.09)
○ statut : divorcée.
○ métier : animatrice radio.
○ quartier : west bay, #340
○ informations en vrac :
mère d'une petite fille de cinq ans : sarah, le seul et unique amour de sa vie ♢ a pour interdiction de s'approcher à moins de 100 mètres de leonardo dicaprio ♢ pianiste ♢ chanteuse ♢ aime le camping et l'urbex ♢ son film préféré c'est grease ♢ invitée régulière dans une émission de chasseurs de fantômes diffusée sur youtube ♢ petite nièce de l'acteur telly savalas ♢ parle français et un peu de grec aussi ♢ a un labrador chocolat (hades) et un ara (persephone) ♢ elle a aussi des petits problèmes de mémoire à court terme depuis son accident de voiture en février dernier ♢ a longtemps cru qu'un de ses voisins était strip-teaser ♢ conduit une mustang de 69 retapée par son père et elle ♢ aime un peu trop mario kart et gershwin ❧


show me rain and flood to cool the f i r e in my blood.




○ posts : 78 ○ points : 120
○ pseudo : dory
○ avatar : evan rachel wood
○ DC : une rousse
○ inscrit le : 22/05/2018
MessageSujet: Re: it sounded really loud they said it really loud on the radio → bailey   Lun 9 Juil - 19:15

S’amuser c’est le maître-mot dans ce genre d’emplois. Noomi a toujours été une artiste. Talentueuse ou non, ce n’est pas à elle d’en juger mais depuis toujours, elle est une artiste dans l’âme. Il suffit qu’elle s’asseye à un piano et la magie opère. Ou plutôt opérait puisque depuis son accident de voiture, c’est à peine si elle parvient à suivre une partition de bout en bout mais ce n’est qu’un détail. Toujours est-il que selon elle, il est primordial de s’amuser dans son travail, sans quoi la créativité à du mal à se frayer un chemin parmi toutes ces obligations et alors on fait de la merde. Tout ça pour dire que la bonde était ravie que son stagiaire ait cerné l’essence même de ce job dès le premier soir. Comme quoi, le mot « stagiaire » n’a pas toujours une connotation péjorative. Elle opina du chef puis en vint à lui expliquer, après quelques hésitations et réflexions, en quoi allait consister son travail. Le programme sembla lui plaire, à la bonne heure, son enthousiasme faisait plaisir à voir.

D’ailleurs, Bailey enchaîna directement sur ce qu’il y avait à faire ce soir, sans doute histoire de prouver qu’il en voulait réellement ou bien simplement pour aider, elle n’aurait su le dire mais dans un cas comme dans l’autre, c’était honorable. Bref, par quoi allaient-ils donc commencer ? C’est à ce moment-là que les post-it de Noomi avaient leur utilité. Une fois de plus, la jeune femme se pencha sur le petit carré de papier coloré et cette fois, son visage s’illumina.

    « C’est le soir où on prend des dédicaces. Donc c’est comme tu préfères, soit tu restes dans le studio avec moi pour prendre note des détails un peu plus techniques, soit tu passes en régie avec Sam, comme tu préfères. »


Il arrivait parfois que certains auditeurs reconnaissent Noomi dans la rue – ce qui la surprenait toujours un peu étant donné qu’à la radio, c’est surtout la voix qui est célèbre plutôt que la tête mais depuis que la plupart des émissions de radio étaient filmées et diffusées sur le net, il ne fallait plus s’étonner de rien -, elle en profitait alors pour leur demander leur avis dont on tenait parfois compte lors des réunions. C’est ainsi qu’elle avait découvert que les habitants noctambules locaux aimaient le contact. Raison pour laquelle, une fois par semaine, elle faisait une soirée dédicace, une autre débat avec appels à témoins et faisait même un peu de pub pour l’émission de chasseurs de fantômes à laquelle elle participait assez souvent.

_________________
Darkness falls across the land
It's close to midnight Something evil's lurking from the dark Under the moonlight You see a sight that almost stops your heart You try to scream But terror takes the sound before you make it You start to freeze As horror looks you right between your eyes You're paralyzed.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 21 ans et encore tout un monde à découvrir.
○ statut : célibataire, ce n’est pas sa vie sentimentale qui l’intéresse le plus.
○ métier : il a arrêté ses études de médecine, en attendant de les reprendre, il est stagiaire dans une radio locale.
○ quartier : #26 north bay, dans une maison avec livia, sa colocataire.
○ orientation sexuelle : il ne se colle pas d’étiquettes.
○ posts : 454 ○ points : 545
○ avatar : thomas doherty
○ DC : craig, leo
○ inscrit le : 24/04/2018
MessageSujet: Re: it sounded really loud they said it really loud on the radio → bailey   Mer 1 Aoû - 22:57


on the radio

Bailey est curieux de savoir pourquoi elle s’aide à chaque fois de ces petits papiers. Il a remarqué qu’elle se penche vers ceux-ci pour les lire, quand il lui pose une question. Elle lui répond rapidement, il n’a pas besoin d’attendre des heures, la discussion est fluide, presque normale. Mais il y a ce détail qu’il a remarqué, qu’il garde dans un coin de sa tête. Il lui demandera certainement la raison de ceux-ci quand ils seront un peu plus proches, qu’il osera davantage s’affirmer à ses côtés. Pour l’instant, il ne se sent pas suffisamment à l’aise pour poser des questions qui ne sont peut-être pas du domaine professionnel. Enfin, sur les post-it, il y a marqué des choses qui concernent le boulot. Et maintenant qu’il y pense, c’est vrai que beaucoup de personnes utilisent des penses-bêtes. C’est peut-être une particularité de la radio, il ne sait vraiment pas. La question risquerait d’être déplacée alors il reste sur cette idée, il la lui posera plus tard, quand le travail aura réellement commencé et qu’il ne sera plus crispé, obsédé par cette idée de se faire bien voir. La première impression compte tellement, il ne peut pas avoir l’air d’un gamin dissipé, ni d’un premier de la classe trop coincé. Jouer à l’inspecteur ne l’aidera pas à gagner des points, il en est presque sûr. Et le sujet ne s’est jamais attardé sur ça, ils parlent d’une chose sûrement plus intéressante que la réponse à cette question qu’il ne posera pas : que va-t-il se passer, ce soir ? Elle lui répond, le questionne. Il n’a jamais compris le but des dédicaces, que ce soit à la radio, à la télévision ou sur une chaîne de musique, pour dédier une composition à quelqu’un. Il se dit que dans ce monde où on peut parler à quelqu’un en un simple SMS, il est plus simple de lui envoyer ce que l’on pense de lui, plutôt que de lui faire passer un message à travers quelqu’un d’autre, aux yeux de tous. Décidément, les gens n’ont vraiment plus aucune intimité, il n’aimerait pas en recevoir une. ▬ Je vais rester avec to.. vous ?

Il regarde Noomi d’un air un peu embêté, il ne s’est pas posé cette question auparavant. Il essaye de réfléchir à ce qu’il a dit un peu plus tôt dans cette discussion, pour se rappeler de s’il l’a tutoyé ou vouvoyé, mais ça ne lui revient pas. Au moins, après cette légère erreur, il sera fixé, il saura comment il doit s’adresser à elle. Dans un boulot très sérieux, on vouvoie toujours la patronne, la figure d’autorité, la personne au-dessus de nous. Est-ce que le monde de la radio est similaire ? Il ne sait pas, et son air curieux sur le visage en témoigne. La seule chose positive, c’est qu’il a réussi à exprimer son souhait, il a envie de rester avec elle pour prendre ces fameuses dédicaces. En ce qui concerne la régi, il ira voir comment le tout fonctionne un autre soir, après tout, son boulot ne fait que commencer, il y a des tonnes de choses qu’il devra voir et apprendre durant cet apprentissage du métier.  

_________________
enchanté, bailey
Un connard et un mec bien dans le même corps, un panneau "free hugs" et un flingue dans le même coffre je ferai tout pour qu'on m'aime comme un ami, un amant, une idole, ou un épicier ouvert à cinq heures du mat' ▬ lomepal

:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: it sounded really loud they said it really loud on the radio → bailey   

Revenir en haut Aller en bas
 

it sounded really loud they said it really loud on the radio → bailey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 07.[Robertson's] Let's get loud
» Reese-My feelings are too loud for words and too shy for the world.
» my youth, my youth is yours, a truth so loud you can't ignore | Calypso H. Allister
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Thinking out loud ~ Ebba & Esteban

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: south bay-