AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Something changes (Cameal #15)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Something changes (Cameal #15)   Ven 25 Mai 2018 - 9:59

Ces combats, le dernier surtout, c’était une connerie. Je le savais mais je l’ai fait quand même, j’y ai participé en dépit des possibles conséquences et deux semaines d’arrêt de travail plus tard me voilà en train d’emballer mes affaires. Je ne me suis pas fait viré, pas vraiment, mais devant mon incapacité à remplir mes fonctions j’ai été mis sur la touche. Ils me rappelleront peut-être, mais je ne peux pas me permettre d’être dans l’attente. Rester en Nouvelle-Zélande implique que je bosse, sinon il me faudra rentrer en Angleterre. La première étape à mon changement de statut c’est que cet appartement, qui faisait partie de mes privilèges en tant que garde du corps de Cameron, vient de m’être retiré. Notre collaboration s’étant arrêtée il y a quelques mois c’était de toute façon une situation vouée à ne pas durer. Ce n’est qu’un appartement et pourtant ça me fait un petit quelque chose de devoir partir. Faire mes bagages me rappelle mon départ d’Angleterre. Ce n’est pas tout à fait un retour à la case départ, j’ai vécu pas mal de choses depuis mon arrivée ici, plus que je ne l’aurais cru. Je boucle mon dernier sac contenant mes affaires, ne me reste plus qu’à mettre deux trois trucs dans un carton et mon déménagement sera fini. C’est pratique un meublé, mais en le quittant je me rends compte que finalement je n’ai pas grand chose qui m’appartient. D’un côté heureusement, car le studio que j’ai trouvé est beaucoup moins grand et je n’aurais de toute façon pas eu la place d’y mettre la moitié de ce que j’ai ici.
J’entends la porte de l’appartement d’à côté qui claque, à cette heure là c’est sans doute que Cameron part pour un shooting. Quoi que je me trompe peut-être… le bruit de ses pas ne s’éloigne pas, au contraire il se rapproche et bientôt elle frappe deux coups à la porte. J’ai une sonnette pourtant, mais elle préfère frapper… jamais rien faire comme tout le monde, c’est son crédo je crois. Je regarde autour de moi et soupire, elle ne sait pas que je déménage, j’imagine que c’est le moment où elle va l’apprendre. Je laisse en plan ce que j’étais en train de ranger et me dirige vers la porte pour lui ouvrir, sans trop laisser la place de voir à l’intérieur, sourire aux lèvres « Salut Cameron, tu as besoin de quelque chose ? » merde c’est peut-être un peu trop direct ou expéditif, non ? « Tout va bien ? » demandé-je pour essayer de rattraper les choses.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

reine des sales gosses
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : a peine 21 ans
○ statut : en couple avec ma propre connerie, obsédée par mon bodyguard
○ métier : égérie de VOGUE NZ
○ quartier : wellington centre
○ posts : 690 ○ points : 5
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Bridgett Satterlee
○ DC : Tawny & Parker
○ inscrit le : 06/07/2016
MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Lun 28 Mai 2018 - 15:06

Un jour de repos, c’est inespéré. Des fois je me dis que depuis que je fais ce métier, j’ai dû prendre 10 ans d’un coup, j’ai bien peur de devenir vieille avant l’âge. J’ai à peine le temps de dormir, de sortir, franchement c’est pas une vie ! Alors oui, j’ai le salaire qui va avec, mais bonjour les sacrifices… Ce matin, même si j’aurai pu faire une grasse matinée, c’est mort. Sept heures et déjà les yeux grands ouverts. Je traîne un peu dans mon lit, fais le tour des réseaux sociaux, me rendors un peu, et c’est le bruit de la porte qui me sort de ma léthargie. « Melle McKenzie, c’est Anna ! » Ah oui, la femme de ménage, je l’avais oubliée celle là. « Il y a quelqu’un ? » « Oui Anna je suis dans la chambre, je vais prendre une douche faites comme si j’étais pas là ! » Je soupire, m’étire et file droit dans ma douche pour me réveiller. J’y reste longtemps, peut-être trop longtemps d’ailleurs parce que d’un coup l’eau devient froide. Non en fait ça fait pas si longtemps que je suis là, j’ai même pas encore les doigts fripés. Je coupe l’eau et sors de la douche, m’habille, et vais voir là où se trouve le ballon d’eau chaude. Y’a des voyants rouges qui clignotent, ça sent mauvais cette affaire. Je demande à la femme de ménage si elle y connait quelque chose mais tu parles, elle a pas de formation de plombier. Reste plus qu’à aller voir le voisin s’il peut faire quelque chose, moi qui prends au minimum deux douches par jour, impossible d’avoir un ballon d’eau chaude en panne. C’est mort.

C’est vêtue d’un petit short en jean et d’un débardeur un peu ample, pieds nus et les cheveux encore humides, que je frappe chez Neal en espérant qu’il puisse en connaître un peu plus que moi. Si il faut y’a juste une manip à faire, j’en sais rien. Je frappe, la porte finit par s’ouvrir et en voyant son visage, je souris instantanément. La dernière fois qu’on s’est vus, c’est quand j’ai passé - platoniquement - la nuit chez lui après qu’il se soit battu comme un idiot. Il a meilleur mine aujourd’hui, heureusement. « Salut Cameron, tu as besoin de quelque chose ? » Je plisse un peu les yeux, suspicieuse. Il a l’air stressé, ou j’en sais rien mais il est bizarre. « Tout va bien ? » qu’il demande alors que je sens bien que c’est lui qui va pas bien. Il tient la porte à moitié fermée comme s’il y avait quelque chose que je devais pas voir. « C’est toi tout va bien..!? » Cette fois je fronce les sourcils, quelque chose cloche. « T’es bizarre. Si c’est une fille que tu caches, franchement te donne pas cette peine… » Quoi que cette simple idée me fout déjà en rogne et me fait bouillir de l’intérieur. « Quoi yen a deux ? » Il ne répond pas. « Trois ? Dix ? » Je pousse la porte et découvre l’appartement comme je n’aurai jamais pensé le trouver. Des cartons sont empilés, certaines pleins et fermés, d’autres encore ouverts. Je lâche un rire nerveux. « Elles s’installent toutes chez toi ? » Et finalement je repose mon regard sur lui. « Et sinon tu comptais me dire à un moment donné que tu partais ou il aurait fallu que je devine le jour où j’aurai frappé à ta porte et qu’une autre personne aurait répondu à ta place ? »

_________________

HURRICANE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Jeu 31 Mai 2018 - 12:20

On a vu plus naturel en matière d’accueil, et à vrai dire je ne sais pas trop pourquoi j’agis ainsi. Probablement parce que je me sens un tout petit peu coupable de n’avoir rien dit à Cameron à propos de mon déménagement. Mais il était convenu que l’on ne se doive rien, non ? Ok. Je fais l’autruche et je me cherche des excuses alors que je n’en ai aucune, la seule raison de mon omission c’est juste mon manque de courage. La jeune femme est loin d’être dupe, elle commence à me connaître et sent tout de suite qu’un truc cloche dans mon attitude même si j’essaye de rattraper le coup. « Ouais ça va. » dis-je sans me faire d’illusion sur l’efficacité de cette simple réponse. Elle enchaine, affirmant que je suis bizarre et je ne peux lui donner tort, mais quand elle évoque une présence féminine chez moi je secoue légèrement la tête sans répondre. Cameron enchaine, mise sur deux, trois, dix ! Je me contente de la regarder, elle est toujours dans l’excès… ça ça ne change pas. Inutile de continuer à jouer les cachotiers, je lui laisse pousser la porte et elle découvre les cartons. Sa question me fait échapper un léger rire qui s’évanouie tout aussi vite quand son regard se pose à nouveau dans ma direction. Voilà, ce que je voulais éviter est pile en train de se passer, je lis de la déception dans ses yeux, une pointe de colère peut-être aussi. « Evidemment que je comptais te le dire… j’en ai juste pas vraiment eu le temps jusque là. Ça s’est décidé très vite. » je le sais depuis quelques jours, avec un peu d’effort j’avais possibilité de le lui dire, mais bon je suis lâche c’est pas nouveau, non ? « Et puis j’ai pas vraiment eu d’occasion de le faire, j’allais pas t’appeler exprès pour ça… » je soupire « L’appartement faisait partie de mon salaire en quelque sorte, et comme je ne suis plus ton garde du corps il n’y a aucune raison que je reste ici. » je hausse les épaules « On m’a gentiment demandé de faire mes cartons rapidement. » et c’est donc là que j’en suis. « C’était prévisible. Surtout depuis que je suis en arrêt. C’est même pas sûr que j’ai encore un boulot. » avoué-je, pas franchement fier de la situation dans laquelle je me suis mis, comme un con. Malgré moi mon ton a basculé sur une intonation un petit peu plus agacée. Je fronce les sourcils « Tu m’as toujours pas dit pourquoi tu venais. » dis-je finalement à nouveau plus posément, je n’ai pas envie que la conversation s’envenime, pas maintenant surtout pas.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

reine des sales gosses
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : a peine 21 ans
○ statut : en couple avec ma propre connerie, obsédée par mon bodyguard
○ métier : égérie de VOGUE NZ
○ quartier : wellington centre
○ posts : 690 ○ points : 5
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Bridgett Satterlee
○ DC : Tawny & Parker
○ inscrit le : 06/07/2016
MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Jeu 7 Juin 2018 - 19:00

Y’a un truc qui cloche, je suis pas tarée non plus, je connais assez Neal pour savoir que quelque chose ne va pas, et je dois en avoir le coeur net. Je tente un peu d’humour, au cas où qu’il soit en train de cacher une fille, voire plusieurs, mais c’est pire que ça. Il déménage. En mon for intérieur, je sens que quelque chose est en train de se briser. Non seulement il ne vivra plus à côté de chez moi - donc plus aucune chance de le croiser par hasard ou par faux hasard - et en plus il me cache un truc quand même important. Double déception. Ça va faire mal. « Evidemment que je comptais te le dire… j’en ai juste pas vraiment eu le temps jusque là. Ça s’est décidé très vite. »[/color] Très vite ? Et tous ces cartons se sont fait en 1h ? Il aurait au moins pu m’envoyer un message j’en sais rien. Je le regarde, j’ai des fusils dans les yeux et la sensation qu’il est en train de se foutre royalement de ma gueule. « Et puis j’ai pas vraiment eu d’occasion de le faire, j’allais pas t’appeler exprès pour ça… » « Si. » que je réponds du tac au tac. Ça aurait été la moindre des choses, quand même. J’ai l’impression présentement d’être une moins que rien à ses yeux et bordel ce que ça fait mal. « L’appartement faisait partie de mon salaire en quelque sorte, et comme je ne suis plus ton garde du corps il n’y a aucune raison que je reste ici. On m’a gentiment demandé de faire mes cartons rapidement. C’était prévisible. Surtout depuis que je suis en arrêt. C’est même pas sûr que j’ai encore un boulot. » Je croise mes bras sur ma poitrine en fuyant son regard, cherchant à dissimuler ma déception et ma peine surtout. Mes yeux brillants se posent sur les cartons qui trônent fièrement dans son appartement. S’il pouvaient me parler ils me dirait ‘fallait t’y attendre, connasse’. Eh oui, je suis qu’une petite conne naïve qui a cru que les choses pourraient être différentes. « Tu m’as toujours pas dit pourquoi tu venais. » Cette fois je le regarde, un peu furtivement, et je secoue la tête. « Rien d’important. Rien qui nécessite que tu t’arrêtes dans ton déménagement. » Agacée par ce qui peut bien se passer en moi, et par l’attitude lâche de Neal, je fais le choix de ne pas rester là plus longtemps. « S’il te reste un peu de dignité, envoie au moins une carte postale quand t’auras défait tes cartons. » Je me retiens d’être plus méchante, et, résignée, je choisis de lui tourner le dos pour repartir vers la porte de mon appartement. « Bon courage pour le déménagement ! » Je lève la main en l’air pour lui faire un signe qui ressemblerait à un ‘bon vent’. Sauf que là, maintenant, j’ai juste envie de m’effondrer et pleurer comme une gamine. Je déteste me sentir comme ça, je le déteste, je me déteste.

_________________

HURRICANE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Dim 10 Juin 2018 - 9:59

Je n’avais pas envie que les choses se passent ainsi, que Cameron soit mise devant le fait accompli de mon déménagement et pourtant j’ai garder ça pour moi. Il va bien falloir que j’apprenne un jour qu’à force de jouer au con je me prends toujours le retour dans la gueule, et présentement je pense que ça ne saurait tarder. Je connais ce regard que me lance la jeune femme, elle est en colère, déçue par mon attitude et je m’en veux. J’essaye de me justifier, c’est vrai que les choses se sont faites très vites mais j’ai une fois de plus été lâche et ça Cameron me le fait comprendre. J’aurais dû l’appeler pour lui annoncer mon déménagement imminent, parce qu’après tout elle est un peu concernée et nous sommes un peu liés qu’on veuille le reconnaître ou non. Têtu je tente une nouvelle fois de lui expliquer la situation mais je vois bien qu’elle reste hermétique à mon discours. Ok, elle est vexée c’est pas la première fois ça finira par passer. Je préfère changer de sujet, lui demandant ce qui l’a amené, parce qu’elle est bien venue pour me demander quelque chose à la base, non ? Ou pas. Enfin si je crois la réponse de Cameron, ce qui n’est pas le cas. De toute évidence elle venait bien pour quelque chose mais découvrir mes cartons l’a faite changer d’avis. « Ok… » soufflé-je pas franchement convaincu mais je n’ai rien le temps d’ajouter que la jeune femme me sert une remarque bien piquante comme elle en a le secret. J’ai au moins la confirmation qu’elle l’a mauvaise à propos de mon silence. Je soupire, m’apprête à me lancer dans un nouveau discours se voulant apaisant mais elle me tourne le dos et s’en va avec une pointe de théâtralité. « Cameron… » nouveau soupire, vaine tentative de la retenir. Elle disparaît dans le couloir et je lui emboite le pas, la rattrape et la retient par le bras « Attends ! S’il te plait… » je hausse les épaules « Je suis désolé, c’est vrai t’as raison j’aurais dû t’en parler quand je l’ai su. » j’espère qu’elle a bien entendu parce que je ne compte pas lui répéter des excuses et un aveu d’avoir eu tort dans une même phrase. « Je comprends que tu m’en veuille, t’as le droit. Mais c’est con de se prendre la tête pour si peu, non ? » j’échappe un léger rire, un peu nerveux à vrai dire « Je repars pas dans mon pays… c’est pas encore au programme en tout cas. » j’espère ne pas avoir à en arriver là, mais si je ne retrouve pas un boulot stable je ne pourrai pas rester en Nouvelle-Zélande. Je la regarde et lui repose cette même question « Tu venais pour quoi ? ».
Revenir en haut Aller en bas

avatar

reine des sales gosses
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : a peine 21 ans
○ statut : en couple avec ma propre connerie, obsédée par mon bodyguard
○ métier : égérie de VOGUE NZ
○ quartier : wellington centre
○ posts : 690 ○ points : 5
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Bridgett Satterlee
○ DC : Tawny & Parker
○ inscrit le : 06/07/2016
MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Jeu 14 Juin 2018 - 14:16

Je suis vexée. Je ne vais pas le cacher, pourquoi faire de toute manière. On a beau s’aimer et se détester tout autant, Neal me connaît très bien, peut-être même trop, pour que je n’ai même pas besoin de tenter de cacher mes émotions. Il lit beaucoup trop facilement en moi. Alors même si je fais bonne figure, il sent bien que je n’apprécie pas son comportement, j’en rajoute même une couche, jouant de mon côté théâtral, tout en retournant vers la porte de mon appartement. « Cameron… » Au fond de moi, je n’espère qu’une seule chose : qu’il me rattrape. Mais je ne devrais pas, parce que je sais que je ne dois rien attendre de lui. Pourtant, je l’entends approcher et inconsciemment, mon allure ralentit, et je me sens frémir lorsqu’il se saisit de mon bras. « Attends ! S’il te plait… Je suis désolé, c’est vrai t’as raison j’aurais dû t’en parler quand je l’ai su. » Alors celle là c’est la meilleure ! Il vient réellement de s’excuser et d’avouer son tort ? Je me retourne pour le regarder, être sûre que c’est bien lui, qu’on ne me l’a pas échangé avec un clone plus fade. Je ne réponds rien, me contente juste de lui donner mon attention. Je sens mon coeur batifoler dans ma poitrine et je sais que ce n’est pas une bonne chose, il va partir, je ne sais même pas où, peut-être rentrer dans son pays. « Je comprends que tu m’en veuille, t’as le droit. Mais c’est con de se prendre la tête pour si peu, non ? » Je plisse les yeux, mon regard se faisant légèrement menaçant. ‘Si peu’ qu’il dit. Pour moi ce n’est pas si peu. Après tout ce qu’on a vécu tous les deux, je m’attendais à un peu plus de sa part, mais je dois encore me leurrer. « Je repars pas dans mon pays… c’est pas encore au programme en tout cas. » Mon coeur se serre, au départ de l’entendre me dire qu’il ne quitte pas la Nouvelle Zélande, et ça me rassure, mais la fin de sa phrase fait totalement retomber le soufflet. Je déteste me sentir aussi soumise à mes sentiments le concernant. Je me contente alors de hocher la tête, sentant la boule dans ma gorge m’empêcher de prononcer quoi que ce soit. « Tu venais pour quoi ? » Obligée de me racler la gorge pour reprendre contenance et cacher au mieux mon émotion face à la situation, je déglutis et reprends la parole. « Rien d’important, un souci de chauffe eau, je vais appeler un plombier, tu as mieux à faire de toute manière. » Foutue fierté. Je me pince les lèvres, regrettant immédiatement la manière dont je m’adresse à lui alors qu’il vient quand même de s’excuser. Fais un effort Cam, merde. « Il va bien falloir que je m’habitue à ne plus venir frapper chez mon voisin chaque fois que j’ai un petit souci. » Je ne contrôle pas l’émotion dans ma voix et cette sensation étouffée, ni même le trouble qui opacifie mon regard. J’ai pas envie qu’il parte putain. « Tu… Tu vas habiter où du coup ? » Je déglutis à nouveau, essaie de cacher cette foutue émotion, mais c’est plus difficile que ça en a l’air…

_________________

HURRICANE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Jeu 14 Juin 2018 - 23:31

Avec Cameron j’ai toujours payé chaque erreur cash. Entière, impulsive, capricieuse, elle ne laisse rien passer. Son humeur vogue au gré de ses émotions, changeantes et tumultueuses. Nous avons eu des hauts et des bas, mais malgré tout une vraie complicité a fini par se créer entre nous. Je crains qu’un éloignement encore plus prononcé par mon déménagement fasse s’étioler petit à petit ce lien. Je crois que c’est en partie pour ça que je ne lui ai rien dit, parce que l’annonce faite ça prenait des allures concrètes et je n’y étais tout simplement pas prêt. Le suis-je maintenant ? Pas tellement plus mais je n’ai pas eu le choix, et je comprends combien il a été inutile de me taire. Ça ne rend pas les choses plus simples, bien au contraire. Cameron tourne les talons, vexée par mon silence et je la rattrape sans même hésiter. Foutu pour foutu, qu’est-ce que j’ai à perdre de plus désormais ? Je crois qu’il y a une forme de résignation chez moi à cet instant qui me fait mettre ma fierté de côté. Je présente des excuses à la jeune femme, admettant mon erreur et lorsqu’elle se retourne je perçois sa surprise quant à mes propos. Je ne peux pas lui en vouloir, j’ai rarement fait de mea culpa comme celui-ci. Je profite d’avoir son attention pour mettre en avant que je n’ai pas envie que nous nous prenions la tête, visiblement je fais ça assez maladroitement puisque son regard se durcit à nouveau. Vite, trouver un truc positif… je dédramatise la situation, je ne repars pas encore en Angleterre, pas tout de suite. Je rame, c’est officiel. Au lieu de m’embourber d’avantage je change de sujet, elle est venue frapper à ma porte pour une raison et j’aimerais connaître laquelle.
Son chauffe-eau fait des siennes, voilà le problème. Ce n’est agréable pour personne de ne pas avoir d’eau chaude, mais concernant Cameron c’est carrément pas anodin, elle vit presque dans sa salle de bain. Il lui pousserait des branchies et des écailles un jour que ça m’étonnerait pas. Je suis prêt à accepter de jeter un œil, mais Miss McKenzie a décrété que mon aide n’était plus nécessaire depuis que j’ai des cartons à terminer. Je lève les yeux, un peu blasé par sa réaction que je trouve exagéré. Elle est, non ? La jeune femme prétexte une nouvelle habitude à devoir prendre, remettant mon déménagement imminent sur le tapis. Elle pense sans doute que c’est facile pour moi, que je m’en fous de partir, alors que ce n’est pas le cas. Encore moi en entendant sa voix légèrement modifiée par l’émotion, je me surprendrais presque de la connaître si bien… ses yeux brillent un peu plus, je crois qu’ils se chargent de larmes alors qu’elle me demande où je vais habiter,  et ça me serre le cœur. « Dans un studio à une dizaine de minutes d’ici dans un quartier moins huppé que celui-ci mais qui reste agréable. » ça va être moins sympa que ce bel appartement et cet immeuble de standing mais c’est toujours mieux qu’un carton sous un pont. « J’ai pas choisi tu sais. » lâché-je avant de soupirer « Et j’ai pas franchement envie de partir, mais c’est comme ça. » je hausse les épaules « Je t’enverrai mon adresse, tu pourras venir me voir et critiqueras ô combien mon appartement est minuscule. » plaisanté-je pour tenter d’alléger l’atmosphère. Je la regarde un court instant alors qu’un silence s’installe, puis je décide de le briser « On va le voir ce chauffe-eau ? Profite tant que je suis là… » j’esquisse un sourire et la suit jusqu’à son appartement où elle me désigne le fautif. Ça clignote dans tous les sens « Effectivement y’a un problème. » mais n’est peut-être pas compliqué à résoudre. Je me retourne, me retrouvant face à face à avec Cameron, plus près que je ne l’imaginais « Si tu l’as pas jeté, le mode d’emploi est dans un des tiroirs de la cuisine. » en tout cas c’est là qu’était le mien, je suppose que c’est la même chose.


Dernière édition par Neal Lohnsbury le Jeu 5 Juil 2018 - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

reine des sales gosses
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : a peine 21 ans
○ statut : en couple avec ma propre connerie, obsédée par mon bodyguard
○ métier : égérie de VOGUE NZ
○ quartier : wellington centre
○ posts : 690 ○ points : 5
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Bridgett Satterlee
○ DC : Tawny & Parker
○ inscrit le : 06/07/2016
MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Jeu 28 Juin 2018 - 9:42

Je me déteste de jouer les grands ducs comme ça, en me laissant emporter par cette fierté de merde, pour ne pas montrer que je suis triste de le voir partir. Il me connaît assez bien pour le voir de toute manière, je sais même pas pourquoi j’essaie de me planquer, mais c’est plus fort que moi. Je capitule finalement pour lui dire que ce n’est qu’une histoire de chauffe-eau, j’avoue presque que c’était un prétexte merdique pour simplement lui rendre visite, mais j’ai regretté cette idée à l’instant même où j’ai compris la supercherie. Je me fais violence pour lui demander tout de même où il compte habiter. Je ne sais pas en quoi c’est important, mais ça l’est. « Dans un studio à une dizaine de minutes d’ici dans un quartier moins huppé que celui-ci mais qui reste agréable. J’ai pas choisi tu sais. » Je hoche la tête en simple guide se réponse, de toute manière ma gorge est encore trop serrée pour que je ne puisse répondre de manière quasi naturelle. Je ne m’y essaie même pas. « Et j’ai pas franchement envie de partir, mais c’est comme ça. Je t’enverrai mon adresse, tu pourras venir me voir et critiqueras ô combien mon appartement est minuscule. » J’esquisse un sourire qui n’est pas très naturel, il sonne un peu faux. Je n’ai pas tellement envie de plaisante là dans l’immédiat. Il est gentil à vouloir essayer de me remonter le moral mais je suis comme une gamine à qui on dit qu’elle va déménager et quitter tout ce qui lui était cher. Sauf que là, c’est pas moi qui part. « On va le voir ce chauffe-eau ? Profite tant que je suis là… » Je soupire un peu et hoche la tête, me faisant violence face à ma putain de fierté qui me crie de lui répondre qu’il aille se faire voir. Non, mon coeur lui a juste envie d’un peu de rab, un temps un peu plus long en sa compagnie. Parce que je ne suis pas conne, il vivait à côté et on ne se voyait déjà pas beaucoup, alors s’il va habiter ailleurs ?!

Je glisse la clé dans la serrure pour ouvrir la porte de mon appartement, et laisse Neal entrer. La femme de ménage le salue et nous nous dirigeons directement vers le chauffe-eau. Neal décrète qu’il y a un problème et je ne peux m’empêcher de sourire. « Einstein est de sortie ? » Captain Obvious aussi visiblement. Il se retourne pour me faire face, mais il se trouve être près. Très près. Trop près. Je déglutis un peu et le laisse parler, je peux presque sentir son souffle, l’odeur de son dentifrice. « Si tu l’as pas jeté, le mode d’emploi est dans un des tiroirs de la cuisine. ». Je me pince les lèvres et hoche la tête. « Je vais chercher ça. » Et je m’éclipse sans plus tarder, respirant à pleins poumons une fois seule. Je m’appuie sur le plan de travail pour respirer un peu, calmer mon palpitant, reprendre un souffle convenable, si seulement c’était encore possible. Pourquoi je pète un plomb quand il est dans les parages, c’est pas possible ça ! Après quelques longues seconde je me mets à chercher le manuel et finis par crier. « Trouvé ! » Une grande inspiration et je rejoins Neal pour lui donner le manuel. Pendant qu’il feuillète ce dernier, je reste à une distance à peu près vitale, les bras croisés, mais mon regard ne parvient pas à se détacher de lui, ses gestes, son torse qui se soulève doucement sous sa respiration, ses avant-bras contre lesquels j’ai envie de glisser mes doigts, sa manière de se pincer les lèvres pendant qu’il se concentre. J’aime tout en lui, un rien ne me fait chavirer, et je me déteste de ressentir ce genre de choses. J’ignore pourquoi.

_________________

HURRICANE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Jeu 5 Juil 2018 - 19:21

Je fais semblant de ne pas voir que le moral de Cameron est en berne depuis l’annonce de mon déménagement. En tout cas je ne fais aucune remarque franche sur le sujet, je ménage sa fierté, essayant juste de la faire sourire au moins un peu. Ce n’est pas une grande réussite et je n’aime pas la voir comme ça, mais la situation est sans issue. Je n’ai pas le choix. Finalement elle daigne me laisser jeter un œil à son chauffe-eau puisque celui-ci a vraisemblablement un problème. Pas besoin d’avoir une intelligence hors norme pour le comprendre, les voyants sont au rouge, ça clignote, c’est pas bon signe. Sa remarque me fait sourire parce que j’ai pensé exactement pareil en tombant dans l’évidence « On dirait bien. ». Je réclame la notice du chauffe-eau à Cameron, je n’ai pas envie d’aller fouiller dans ses tiroirs. Elle s’éclipse quelques minutes dans la cuisine alors que je reste à observer l’appareil capricieux. Je ne peux empêcher mon esprit de se disperser, penser à l’après déménagement. Que restera t’il de notre lien ? Va-t-on s’éloigner encore un peu plus ? Cette seule idée me serre le cœur, c’est la dernière de mes envies mais je suis trop fier moi aussi pour dire quoi que ce soit. Il faudrait peut-être, cependant ma lâcheté n’est plus à prouver. La jeune femme réapparait, me sortant de mes pensées. Je prends la notice et essaye de trouver les informations nécessaire pour remettre le chauffe-eau en état de marche. J’essaye de diagnostiquer la panne en me repérant aux témoins lumineux qui clignotent frénétiquement. Je suis concentré sur la tâche à accomplir, et avec un petit effort de réflexion mais surtout en suivant les instructions du manuel je parviens à rétablir la situation. J’attends quelques secondes après le redémarrage de l’appareil pour être sûr que ça fonctionne puis affiche un petit sourire triomphant « Et voilà. ».
Je rends la notice à Cameron « Gardes ça précieusement, ça peut resservir. » et cette fois là je ne serais probablement pas celui qui viendra lui apporter de l’aide… sauf si elle me le demande. Je soupire et lâche finalement « Tu pourras toujours m’appeler. » elle me regarde, interloquée « Si tu as besoin d’aide pour ton chauffe-eau capricieux ou pour tout autre chose, tu pourras m’appeler. » j’espère que Cameron le sait, qu’elle peut compter sur moi. Un silence s’installe, l’ambiance redevient pesante. Enfin non, elle le reste, tout simplement et je me sens coupable pour ça. « Est-ce que ça aurait vraiment changé quelque chose que je t’en parle avant ? » je sais qu’elle va comprendre à quoi je fais allusion. J’ai besoin de savoir, pour justifier ou non ce sentiment de culpabilité qui s’immisce en moi. Parce que le résultat est le même quoi qu’il en soit, mais au moins ça confirmera ou non qu’une fois encore j’ai été un vrai abruti. « Pour ce que ça vaut, gardes quand même en tête que mon intention était pas de te blesser. » conclue-je avec un léger sourire « Je vais y aller… Je pense que tu pourras prendre une nouvelle douche d’ici deux heures » je hausse les épaules et ris légèrement « Si t’es pressée tu peux venir la prendre chez moi. » c’est sorti naturellement, on est encore voisins pour quelques petits jours et puis j'ai bien le droit de la taquiner un peu sur sa tendance à prendre des tas de douches.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

reine des sales gosses
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : a peine 21 ans
○ statut : en couple avec ma propre connerie, obsédée par mon bodyguard
○ métier : égérie de VOGUE NZ
○ quartier : wellington centre
○ posts : 690 ○ points : 5
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Bridgett Satterlee
○ DC : Tawny & Parker
○ inscrit le : 06/07/2016
MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Mar 17 Juil 2018 - 19:58

Je souffle un coup et rejoins Neal dans la salle de bain en prenant soin de prendre un maximum de distance. C’est déjà bien assez difficile comme ça. Il s’applique à lire le manuel, bidouille quelques trucs, et relance la machine, visiblement fière de lui. Moi, je suis déjà partie sur une autre planète. Il me rend le manuel et je le pose machinalement quelque part à côté de moi sans savoir où. Il va se perdre c’est sûr, autant que moi peut-être bien. « Tu pourras toujours m’appeler. » Cette fois je sors de mes pensées et plisse un peu les yeux sans comprendre ce qu’il me raconte. « Si tu as besoin d’aide pour ton chauffe-eau capricieux ou pour tout autre chose, tu pourras m’appeler. » Les bras toujours croisés, je penche un peu la tête sur le côté. « Hum. Un plombier arrivera toujours plus vite que toi j’en ai peur. » Fermée comme une huitre. Mais je crois que, comme une gamine, j’ai besoin de lui faire comprendre qu’il m’a déçue. Quoi ? C’est déjà largement fait ? Tant pis. C’est jamais assez. « Est-ce que ça aurait vraiment changé quelque chose que je t’en parle avant ? » me demande-t-il très sérieusement, plongeant son regard dans le mien. « Bien sûr ! J’aurai sauté la case déception, j’aurai juste été triste. Ça aurait été bien suffisant. » J’avoue quand même que je suis triste de le voir partir. J’aurai mieux fait de fermer ma gueule. « Pour ce que ça vaut, gardes quand même en tête que mon intention était pas de te blesser. » Je hoche à peine la tête, convaincue qu’à moitié. Je lâche une onomatopée qui se suffit à elle même. « Je vais y aller… Je pense que tu pourras prendre une nouvelle douche d’ici deux heures. Si t’es pressée tu peux venir la prendre chez moi. » Surprise par sa manière d’aborder les choses, je fronce à nouveau les sourcils. Mais son sourire enfantin me fait me dérider et je lui file une grosse claque sur l’épaule. « T’es en train de te foutre de ma gueule là c’est ça ? » Nouvelle claque dans l’épaule. « Allez casse-toi. Casse-toi ! » Evidemment c’est dit un peu plus légèrement que si je lui demandais fermement de partir de chez moi, comme ça de but en blanc. Mais je le pousse réellement jusqu’à la porte et avant de refermer cette dernière je lance : « Et le bonjour à tes cartons ! » Je n’attends pas de réponse que déjà la porte est claquée face à son air de petit con. Et je souris comme une conne. J’en ai marre de lui. Il me rend dingue… J’attends d’entendre la porte de son appartement se fermer, et je vais chercher mes affaires, une serviette, de quoi me changer, quelques produits que j’enfourne dans une petite trousse de toilette, et je sors de chez moi pour aller frapper à sa porte à nouveau. Lorsqu’il ouvre, je souris. « C’est ici la douche du camping ? J’crois que j’me suis un peu perdue en chemin ! »

_________________

HURRICANE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Jeu 19 Juil 2018 - 20:34

La déception de Cameron n’est pas feinte, je ne sais pas combien de temps exactement elle compte me faire payer d’avoir omis de lui parler de mon déménagement, mais j’ai l’impression c’est mort pour obtenir un tout petit semblant de pardon de sa part. Je le mérite, enfin selon elle en tout cas, et je n’ai d’autre choix que de respecter ça, me plier à sa volonté. Sans doute par masochisme, au moins un tout petit peu, je lui demande si avoir évoquer mon départ avant qu’elle le découvre aurait changé quelque chose. La réponse est claire : oui ça aurait été différent. Voilà de quoi me faire culpabiliser un peu plus pour mon attitude de lâche. Ça ne fait qu’une fois de plus, pourtant j’ai dû mal à apprendre il faut croire ! Ou c’est juste plus fort que moi… une tare dont je ne me débarrasserais jamais. Au lieu d’être juste triste, la jeune femme est en plus de ça déçue, ce que j’ai bien compris. Bon boulot Neal, moi qui voulait justement éviter cela, c’est complètement raté. Je me rattrape un peu aux branches, essaye tout du moins, en présentant une sorte d’excuses à Cameron. C’est pas avec ça que les choses vont s’arranger, faut qu’elle digère… enfin si elle digère un jour. Le moment me semble plutôt bien choisi pour rentrer chez moi finir mes carton, j’indique à la jeune femme que je la laisse et ne résiste pas à glisser une petite taquinerie au passage. Ça aussi c’est plus fort que moi, je n’aime pas cette ambiance entre nous, surtout pas alors que je vais partir. Sans doute par peur d’un éloignement supplémentaire, tout ça pour une connerie de manque de courage. Cette fois je parviens à arracher une réaction à Cameron qui ne soit pas de la voir se fermer encore un peu plus « Moi ? Me foutre de ta gueule ? C’est pas mon genre. ». Je me fous qu’elle me frappe l’épaule, bien au contraire c’est encourageant. Je ne me défais pas de mon sourire alors même qu’elle me vire.
Je me laisse poussé jusqu’à la porte et échappe un rire en l’entendant claquer derrière moi. Saluer mes cartons… ouais, c’est tout ce qu’il me reste à vrai dire. Je parcours les quelques mètres qui me séparent de ce qui est encore mon appartement pour finir d’emballer mes affaires. Mais je n’ai pas vraiment le temps de m’y remettre qu’on frappe à la porte. J’ai une petite idée de qui il s’agit et déjà un sourire étire mes lèvres, je vais ouvrir tombant sans surprise sur Cameron, souriante. Je lève les yeux et secoue légèrement la tête « A peine. » dis-je, mon regard se fixant dans le sien. Et soudain c’est comme si je déconnectais, l’attirant à moi pour claquer la porte derrière elle alors que mes lèvres s’emparent des siennes avec une passion quasi incontrôlable. A quoi sert encore de réfléchir ? Je pars bientôt et ça changera forcément les choses, alors une connerie de plus ou de moins, on est plus à ça prêt. Mes bras se resserrent autour de sa taille, je la soulève sans difficulté prenant la direction de la salle de bain. Je recule juste assez pour pouvoir souffler contre ses lèvres « Il va falloir partager la douche. » reprenant ses lèvres d’assaut, c’est tout habillés que je nous entraine sous le jet d’eau que j’allume à la hâte.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

reine des sales gosses
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : a peine 21 ans
○ statut : en couple avec ma propre connerie, obsédée par mon bodyguard
○ métier : égérie de VOGUE NZ
○ quartier : wellington centre
○ posts : 690 ○ points : 5
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Bridgett Satterlee
○ DC : Tawny & Parker
○ inscrit le : 06/07/2016
MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Mer 25 Juil 2018 - 10:43

J’ignore pourquoi, mais j’ai ce sentiment en moi, cette envie d’enterrer la hache de guerre. Merde, on a qu’une vie, j’ai toujours été de celles qui avaient envie de la croquer par les deux bouts, pour rien regretter. Et aujourd’hui, j’en viens à faire une crise de bouderie de gamine face au mec qui me plait - pour ne pas dire autre chose - pour la simple et mauvaise raison qu’il m’a déçue ? Mais il m’a déjà déçue cent fois ! Le problème - qui en soi n’en est pas un - c’est qu’avec ses beaux yeux, il me fait craquer, et je lui pardonne tout. Je sais bien qu’il n’a pas omis de me parler de son déménagement pour m’emmerder, ou pire me blesser. Non. Il est juste con. Et c’est pour ça que je l’aime. Bordel, c’est tellement dur à avouer, s’avouer. Mais les sentiments sont là, il est inutile de chercher à les combattre, c’est trop tard pour ça. C’est pourtant pas faute d’avoir essayé. En vain. Alors ça ne fait qu’un tour dans ma tête, et c’est sourire aux lèvres que je vais chercher mon nécessaire de douche, que je quitte mon appartement pour rejoindre le sien, frappant à sa porte accompagnée d’une petite phrase presque innocente. Presque. Il se décale pour me laisser entrer mais à peine le premier pas posé chez lui, il m’attire à moi, refermant la porte à la volée, plaquant furieusement ses lèvres sur les miennes. Je laisse échapper un souffle de surprise, mêlé à une vague d’excitation, et toutes mes affaires tombent sur le sol sans que je n’ai ni le temps, ni l’envie de les retenir. Je ne me fais pas prier pour poursuivre et prolonger son baiser déjà ardent auquel je prends part avec une envie non feinte. Il me soulève sans aucune difficulté vu sa carrure et mon poids plume, et j’entoure mes bras autour de son cou, mes jambes autour de son buste, ne me séparant de ses lèvres à aucun moment, comme scellées d’une force insoupçonnable. « Il va falloir partager la douche. » me dit-il rapidement après avoir osé séparer sa bouche de la mienne. « C’est triste. » que je lui réponds à la hâte avant de revenir chercher ses baisers ardents, le laissant nous guider jusqu’à la salle de bain. Il ne cherche pas à perdre du temps, et nous sommes déjà sous le jet d’eau, habillés. Mes jambes fermement serrées autour de lui, je peux dénouer mes mains pour attraper le bas de son t-shirt et le faire remonter pour le faire passer par dessus sa tête. J’ai ce besoin irrépressible de le toucher, son corps, sa peau, j’en ai rêvé. Mes mains glissent sur son torse désormais nu pendant que l’eau colle sur mon corps les vêtements qui m’habillent encore. J’ai l’impression de n’être entière que lorsque je suis dans ses bras, la sensation est aussi folle que plaisante. Alors c’est ça. C’est ça que d’aimer quelqu’un, au delà du simple désir…

_________________

HURRICANE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Dim 29 Juil 2018 - 11:36

J’ai fait des erreurs, beaucoup trop, par fierté bien souvent et tout ce que j’ai obtenu ce sont des regrets. Alors à quoi bon retenir cette envie de serrer Cameron contre moi, de l’embrasser ? Je veux goûter ses lèvres tant qu’il met donné la possibilité de le faire, mémoriser tout d’elle avant que le vent tourne peut-être définitivement à notre défaveur. Rien n’a jamais été simple, rien ne le sera jamais et la seule solution c’est de l’accepter. A cet instant toute réflexion me quitte, j’ai envie d’elle un point c’est tout. Mon geste la surprend mais Cameron ne met pas plus d’une petite seconde à répondre positivement à l’échange dont je suis à l’initiative. Elle est avec moi, nous sommes connectés comme chaque fois dans ce genre de moment entre nous. Je sens cette sensation de manque s’évaporer au profit de celle d’un bien être que je ne connais qu’en sa compagnie. Direction la douche, c’est pour ça qu’elle est venue, non ? Et je sais combien il est risqué de contrer les plans de Miss McKenzie. L’eau ne tarde pas à ruisseler sur nos corps encore habillés, trop peu enclins à nous séparer ne serait-ce que pour nous débarrasser de ces morceaux de tissus devenus superficiels à cet instant. C’est Cameron la première qui me débarrasse de mon t-shirt. Plaisante initiative, ses caresses m’ont manqué, sentir ses mains sur moi ça m’a toujours rendu fou. Mes mains agrippent le tissus trempé de son haut, pour l’en débarrasser à mon tour. Je quitte ses lèvres le moins longtemps possible, sourit tout contre elles et échappe même un rire qui s’y écrase « On va boire la tasse. » soufflé-je. Mais on s’en fout, c’est ça quand on est ensemble, dans ces moments qui n’appartiennent qu’à nous… on se fout de tout.
Le souffle court je recule pour la regarder dans les yeux « Tu vois comme tu me rends dingue ? » demandé-je sans vraiment attendre de réponse, je veux juste qu’elle comprenne quel pouvoir elle a sur moi, si elle en doutait encore. Je caresse sa joue, dégage une mèche de cheveux venue se coller sur son visage sur lequel l’eau ruisselle. « Tu me crois quand je te dis que je veux pas être ailleurs ? » je reprends ses lèvres avec un peu plus de tendresse, caresse son corps m’attardant sur sa poitrine. J’embrasse son cou, mordille son épaule. Ses jambes se desserrent et je défais sans attendre le bouton de son short puis le fais descendre ainsi que son sous-vêtement. Je caresse ses cuisses, fait monter encore un peu plus la tension avant d’aller à la rencontre de son intimité.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

reine des sales gosses
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : a peine 21 ans
○ statut : en couple avec ma propre connerie, obsédée par mon bodyguard
○ métier : égérie de VOGUE NZ
○ quartier : wellington centre
○ posts : 690 ○ points : 5
○ pseudo : Tinkerbell (Vicky)
○ avatar : Bridgett Satterlee
○ DC : Tawny & Parker
○ inscrit le : 06/07/2016
MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Mer 1 Aoû 2018 - 10:27

Je ne me retiens pas. Plus. J’ai rêvé de ce moment depuis bien trop longtemps pour laisser passer ma chance à nouveau. Trop d’occasions manquées, et puisque c’est lui qui initie cette fois le rapprochement, autant me laisser faire, et mieux, lui rendre la pareille. J’ai envie de lui, j’ai l’impression d’avoir toujours envie de lui. Il me possède, c’en est presque dangereux. Une fois dans la douche, je commence à le déshabiller, j’en ai autant envie que besoin, c’est visceral. Je ris lorsqu’il se met à dire une connerie mais ça ne dure pas longtemps parce que mes lèvres ont déjà repris le chemin des siennes, avides de ces sensations qu’il est le seul à pouvoir me donner. « Tu vois comme tu me rends dingue ? » me demande-t-il alors qu’il vient de plonger son regard dans le mien, puissant. Je peux y lire effectivement ce qu’il est en train de dire, et le mélange avec ses mots me fait chavirer. « Tu me crois quand je te dis que je veux pas être ailleurs ? » Mon coeur implose à ses mots, et le baiser que nous échangeons ensuite se pare d’une émotion toute particulière. Je me presse un peu plus contre lui, comme si j’avais envie qu’il sente à quel point mon coeur bat à tout rompre dans ma poitrine. Et il ne le fait de cette manière qu’en sa présence. Les caresses du jeune homme se font plus précises, il termine de me déshabiller pendant que de mon côté je tente d’en faire de même mais son jean est récalcitrant, et je peine à respirer correctement puisqu’il commence déjà à jouer avec mon désir. Je gémis une première fois, grogne aussi de ne pas arriver à le déshabiller alors que mon envie grandit en moi, gronde comme une tonnerre abrutissant. « Aide-moi au lieu de sourire comme un idiot… » Je souris contre ses lèvres et me décale pour arriver à retirer son putain de jean trempé, et son boxer qui suit le mouvement, pas le choix, c’est un prix de gros. Enfin il apparaît nu face à moi et je laisse échapper un soupir de satisfaction. En position accroupie, j’en profite pour faire monter la température, embrassant délicatement l’intérieur de sa cuisse, puis l’autre, et joue de ma langue le long de sa virilité pour le faire flancher, mes mains courant sur l’arrière de ses cuisses, ses fesses, son dos. Je remonte à son torse, l’embrasse encore et encore, jusqu’à atteindre son cou que je dévore, puis ses lèvres que je retrouve avec une satisfaction non feinte. Je m’agrippe à son cou et avec une simple impulsion j’entoure à nouveau mes jambes autour de son buste, sentant le contact agréable de nos intimités brûlantes l’une contre l’autre. Alors que je l’embrasse à perdre haleine, je m’amuse à onduler mon bassin contre lui pour créer une friction hautement érotique, en attendant qu’il finisse par ne plus tenir et qu’il mette fin à ce ‘supplice’.

_________________

HURRICANE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   Jeu 16 Aoû 2018 - 16:02

J’ai besoin que Cameron sache combien elle compte pour moi, mais je ne suis pas vraiment à l’aise avec les aveux. Encore un coup de ma foutue fierté, pourtant ça m’aurait évité bien des déboires de savoir un peu mieux parler de ce que je ressens. On se ressemble sur ce point là, deux têtes de mules et quand on dit que ceux qui se ressemblent s’assemblent ça se vérifie nous concernant. J’espère mes gestes plus éloquents  que mes mots, et décrypte la réponse de la jeune femme comme l’aveu d’un sentiment partagé. Je n’irais pas jusqu’à tomber dans les conneries de nos deux cœurs qui battent de manière synchrone mais à cet instant c’est un truc fort qui nous unis. Je retrouve cette plénitude d’il y a quelques mois, à Londres, avant que tout foire… par ma faute évidemment. Mes mains parcourent son corps, redécouvrant avec plaisir chaque parcelle de sa peau. Je joue à faire monter l’excitation d’un cran, mets son désir à l’épreuve et souris de constater les effets de mes caresses aventureuses. Cameron s’impatiente, ça m’amuse d’autant plus néanmoins je viens à sa rescousse, l’aidant à me débarrasser de ce qu’il me reste de fringue. Quelques soupirs m’échappent, elle sait comment m’électrisé d’avantage. Le passage de ses lèvres laissent comme un tracé brûlant sur mon épiderme et c’est avec autant de hâte et d’appétit que je retrouve ses lèvres. Elle s’agrippe à nouveau à moi, mes mains se posant sur ses fesses, l’une d’elle glissant ensuite dans son dos. L’ondulation de son bassin contre le mien, le contact de sa peau contre la mienne, je perds pied en me laissant happé par la puissance de mon désir. Après quelques instants de mise à l’épreuve, je mets fin à cette délicieuse torture, nous liant plus étroitement encore. Je me perds un peu plus en elle au rythme des oscillations de nos corps, mon souffle se fait plus irrégulier mais je ne quitte pas ses lèvres, continuant de les dévorer en espérant m’en rassasier tout en sachant que c’est impossible. Je m’abandonne à l’instant, à Cameron, délaissant toutes les complications inhérentes à notre relation. Il n’y a qu’à nous deux que je ne fais qu’un.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Something changes (Cameal #15)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Something changes (Cameal #15)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: trash :: rps-