AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Capturer l'insaisissable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 28 ans
○ statut : célibataire
○ métier : photographe
○ quartier : 88 West Bay
○ orientation sexuelle : lesbienne
○ posts : 14 ○ points : 150
○ pseudo : Lilith Southerland
○ avatar : Amy Jackson
○ DC : Non
○ inscrit le : 15/05/2018
MessageSujet: Capturer l'insaisissable   Mar 5 Juin 2018 - 0:02

Capturer l'insaisissable


L’hiver approche, le temps se rafraîchit mais Lilith apprécie les lumières de ces derniers jours d’automne, quand la brume nimbe tout d’une aura très particulière, comme si la nature choisissait elle-même le filtre de ses photos. Elle se prépare donc à partir randonner quelques jours dans le parc de la forêt Tararua. Alors qu’elle emplit son sac, elle se rend compte qu’elle va manquer de tous ces petits en-cas de type fruits secs, barres de céréales, etc. qui l’aident à tenir le coup après plusieurs heures de marche. En effet, elle compte s’enfoncer profondément dans les bois pour trouver ces coins sauvages qu’elle aime tant, ceux avec le moins de risques possibles d’être dérangée par d’autres promeneurs…

Elle ne sait trop pourquoi, elle se sent d’humeur encore moins sociable qu’à son habitude. Sans être agitées, ses nuits sont quelque peu étranges ces derniers temps. Elle a la sensation de rêver beaucoup mais sans qu’il n’en reste de traces au réveil, à part un sentiment latent, imperceptible et insaisissable. Comme si elle devait se souvenir de quelque chose mais sans parvenir à mettre le doigt dessus. Elle passe donc une partie de ses journées à courir vainement après une ombre dans ses pensées ce qui la laisse de plus en plus frustrée au fur et à mesure que les semaines passent et qu’elle s’obstine à lui échapper.

N’ayant aucune envie de se retrouver dans la foule de la pause déjeuner, elle se saisit de son sac sur la desserte de l’entrée et se précipite dehors pour rejoindre sa voiture au plus vite. Perdue dans sa liste de courses intérieure, elle ne fait pas attention à la jeune fille qui remonte tranquillement le trottoir en sens inverse et la percute violemment, l’envoyant voler au sol. Extrêmement honteuse et inquiète qu’elle ait pu lui faire mal, elle tend la main pour l’aider à se redresser. Une impression étrange, inconnue, la traverse quand leurs mains se touchent. Si elle devait croire une seconde à ces balivernes, elle penserait qu’elles se connaissent déjà d’on ne sait quelle vie antérieure ou autre existence parallèle.

Parce qu’elle n’a jamais croisé cette jeune femme. Elle s’en souviendrait. Non pas qu’elle soit d’une beauté bouleversante mais il y a en elle un je ne sais quoi qui lui parle, comme dans ses photos préférées. Des cheveux blonds cendrés, un peu sauvages, une bouche bien ourlée quoiqu’un peu grande et des yeux d’un vert tendre, qui semblent perdus, presque paniqués par leur rencontre. Elle se rend compte qu’elle la regarde comme l’une de ses futures œuvres. Elle aimerait la prendre en photo. Le résultat en est qu’elle ne lui a pas lâché la main depuis sans doute plusieurs minutes ni dit un mot d’ailleurs. Le plus étonnant est que la jeune femme qui lui fait face n’a pas plus réagi qu’elle. Lilith sort de sa torpeur et s’empresse de lui demander comment elle va.
Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Lilith Southerland le Ven 15 Juin 2018 - 1:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 19 ans (5 novembre 1998)
○ statut : célibataire
○ métier : travaille à la bibliothèque
○ quartier : #84 West Bay (la maison familiale de ses parents)
○ orientation sexuelle : aucune idée
○ posts : 72 ○ points : 200
○ avatar : Galatea Bellugi
○ DC : Noa Lane
○ inscrit le : 04/03/2018
MessageSujet: Re: Capturer l'insaisissable   Ven 15 Juin 2018 - 1:23

Capturer l'insaisissable


Un claquement de semelles. Sans rythme. Des pas par nécessité d’avancer d’un point A à un point B. Une silhouette correspondant au désir de sagesse, d’invisibilité. Une pile de livres. Peut-être studieuse, la demoiselle, peut-être rêveuse. Peut-être lectrice passionnée. Peut-être curieuse boulimique. Eve marche dans la rue, les bras chargés d’un fardeau de mots. Un emprunt à la bibliothèque où elle travaille. Destination : chez elle, ou plutôt chez ses parents. Elle a pioché dans les rayons “au hasard”. Un livre sur l’évolution des styles de meubles en France de Louis XVI jusqu’au Second Empire. Le plus lourd et le plus volumineux qu’elle porte ! Un manuel de taxidermie, un ouvrage sur les premiers temps de l’aviation, un autre sur le chamanisme, un recueil de nouvelles de Lovecraft et pour finir le catalogue d’une exposition des oeuvres du peintre Vermeer. Elle regarde les couvertures l’une après l’autre. Au fond d’elle, elle sait qu’il n’y avait aucun hasard dans sa main quand elle s’est posée sur chacun des bouquins. Ses doigts ont glissés sur les dos serrés et juxtaposés, comme elle le fait souvent, et se sont arrêtés sur ceux-là. Ils émanaient d’eux une chaleur particulière.

Elle plonge le nez dans les reproductions de tableaux du maître, continuant à faire un pas après l’autre sur le trottoir. Zigzaguant. Un choc violent lui arrache son chargement des mains et avant de comprendre quoique ce soit, elle se retrouve au sol. Un coup d’oeil à son bras droit qui instinctivement a amorti la chute. Ecorchures dans la paume de sa main. Son manteau a peut-être empêché qu’il y en ait d’avantage, mais les bleus ne manqueront pas. Des doigts se tendent vers elle. L’aide n’est pas à ignorer. Les siens viennent toucher ceux offerts. Ils glissent les uns contre les autres pour trouver la position exacte qu’ils semblent connaître de longue date. Puzzle découvrant la pièce manquante depuis trop longtemps. Union. Réunion. Ce sont non plus cinq doigts qu’elle possède, mais dix. Une sensation de complémentarité vient de l’assaillir aussi brutalement que la bousculade. C’est la même chaleur au niveau des peaux pressées l’une contre l’autre. C’est une évidence.

Le regard d’Eve remonte vers la propriétaire de la main dans la sienne. Ces yeux... Elle se relève sans rompre le lien, attirée par le magnétisme qui émane de la jeune femme. Elle cherche ce visage dans tous les recoins de son esprit. Elle est sûre qu’il est quelque part par là. Il ne peut pas y avoir une telle sensation de communion sans un passé commun. Ces yeux... Il y a obligatoirement un sourire pour compléter, des rires, des bonheurs... La certitude encore que la jeune femme aux bouts de ses doigts, qu’elle retient, qui la retient, n’a rien d’une étrangère. Ces yeux... Une requête faite à la mémoire... Une invitation au voyage... Ouvrir un nouveau tome de la saga et retrouver l’héroïne de toutes les histoires... Des larmes coulent sur ses joues. Mais quand la question vient sur son état, alors que les douleurs de la chute ont envahi une grande partie de son corps, elle se refuse à se dévoiler. Sans tourner la tête pour vérifier l’état des ouvrages qui ont subi une dégringolade vertigineuse, elle répond doucement :

« Les livres ont mal. »

Elle aussi.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 28 ans
○ statut : célibataire
○ métier : photographe
○ quartier : 88 West Bay
○ orientation sexuelle : lesbienne
○ posts : 14 ○ points : 150
○ pseudo : Lilith Southerland
○ avatar : Amy Jackson
○ DC : Non
○ inscrit le : 15/05/2018
MessageSujet: Re: Capturer l'insaisissable   Mar 19 Juin 2018 - 1:30

Capturer l'insaisissable


Lilith a un instant d’étonnement intérieur à l’entente de la réflexion pour le moins étrange de la jeune femme quant à la douleur ressenti par ses livres mais jette néanmoins un regard au sol où git un amas d’ouvrages divers qui semblent avoir en effet souffert de leur rencontre. Elle note avec curiosité leurs thèmes très variés : peinture, aviation, ameublement… Elle réalise tout à coup que son vis-à-vis à l’air très jeune. Peut-être n’a-t-elle pas encore trouvé un emploi qui lui plaise ? Elle lâche à regret sa main et entreprend de rassembler les livres tout en les époussetant du mieux qu’elle peut. Elle les lui tend et s’excuse.
« Je suis désolée, certains ont l’air mal en point. Je vais vous laisser mes coordonnées, vous me direz combien je vous dois, je tiens à vous les remplacer. Cela va aller ? Vous en êtes sûre ? »

Lilith sort ensuite sa carte professionnelle et la donne à la jeune femme dont elle ignore toujours le nom. Elle se dirige vers sa voiture et l’aperçoit du coin de l’œil rentrer dans une maison à deux pas de la sienne. Tiens, elles seraient voisines ? Elle ne se souvient pas l’avoir jamais aperçue pourtant. Peut-être s’est-elle installée récemment ou elles n’ont pas les mêmes horaires… Bref, peu importe, tout cela l’a mise en retard, elle a intérêt à s’activer si elle veut avoir une chance d’éviter la ruée du déjeuner. Elle se dépêche de démarrer, fait ses courses en un temps record et, de retour chez elle, s’empresse d’achever de préparer son sac. Elle veut partir rapidement, elle en a besoin.

Son expédition commence plutôt bien, elle ne croise personne, ce qui la ravit et se retrouve bientôt en pleine forêt profonde. Elle monte un petit campement rapide et se pose, vraiment. C’est-à-dire qu’elle s’installe au sol, en tailleur et respire, amplement et lentement. Elle se laisse envahir par les sons et les odeurs de la forêt qui l’entoure. Elle tourne son visage vers le soleil, sent le vent la caresser. Petit à petit, tout le stress généré par la ville, même une ville aussi tranquille qu’Island Bay, la quitte. Au bout d’un temps indéterminé, vu qu’elle ne se sert pas de sa montre durant ces randonnées, elle se lève, prend son appareil photo et savoure la fin du jour à travers son objectif.

La nuit tombée, elle mange frugalement avant d’aller se coucher, plus tôt sans doute qu’elle ne le fait chez elle. Elle s’endort rapidement. Ordinairement, lorsqu’elle se trouve en pleine nature, elle dort paisiblement mais cette nuit-là, un rêve de ceux qui l’obsèdent ces dernières semaines prend à nouveau possession d’elle. Par contre, cette fois-ci, elle est consciente de le faire et de ce qui s’y passe.

Elle est elle-même, Lilith, et, pourtant, elle est aussi autre. Elle est assise en tailleur. Elle sent que ses cheveux sont beaucoup plus longs dans son dos, jusqu’à la taille. Elle voit qu’elle porte une robe dont le style lui rappelle les années soixante. Autour d’elle, la pièce dans laquelle elle se trouve est bariolée, envahie de coussins de toutes tailles, formes et couleurs, drapée de tissus tendus en travers de portes, des fenêtres et jusqu’au plafond. Une profonde odeur d’encens a pénétré partout et une fumée douceâtre plane alentour. Elle n’est pas seule, de nombreux jeunes gens sont, comme elle, en cercle au centre de la pièce. Mais le plus surprenant reste qu’elle tient une main et que la sensation que cela lui procure est très exactement la même que lorsqu’elle tenait celle de sa voisine ce matin. Elle lève les yeux. Ce n’est pas elle et, pourtant, c’est elle.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Capturer l'insaisissable   

Revenir en haut Aller en bas
 

Capturer l'insaisissable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Capturer Kyurem
» Capturer Jirachi et Deoxys
» Capturer cornèbre
» capturer insecateur
» Capturer Queulorior (UNIQUEMENT sur EMERAUDE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: west bay-