AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 comme une éclipse. (bailey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: comme une éclipse. (bailey)   Lun 11 Juin - 17:38

Poppy aimait bien cet endroit ; il ne payait pas de mine et il sentait mauvais – elle allait probablement attraper le tétanos à s’asseoir par terre – mais elle aimait cet endroit. Elle aimait s’y réfugier quand sa tête ne ressemblait plus qu’à un chaudron bouillonnant de pensées éparses. Cette vieille usine désaffectée était son repère. Son refuge. Personne n’y venait jamais. Elle y était tranquille, Poppy. Tranquille pour penser, réfléchir. Tranquille pour imaginer ce que serait son futur. L’entrée à l’université arrivait à grands pas et la jeune fille ne se sentait pas prête à y aller. Elle n’était pas prête à s’éloigner de sa mère. Poppy avait peur. Tout ça était nouveau, soudain. Elle avait encore quelques mois pour s’y faire mais ça lui semblait être peu. Bien trop peu. Alors Poppy venait là. Elle se cachait entre des vieux murs de béton, parmi les chats errants et les rats.
Elle se sentait agitée ces derniers temps. Comme si elle avait un de ces nœuds à l’estomac qui ne la quittait pas. Qui ne la quittait plus. Alors espérait qu’en occupant son esprit, elle parviendrait à simplement arrêter de penser. Arrêter de se faire un sang d’encre pour une chose sur laquelle elle n’avait aucun contrôle. Poppy s’amusait à tirer dans des petits cailloux du bout du pied quand elle entendit un bruit étouffé et un mouvement derrière elle. Sur ses gardes, elle fit volte-face d’un trait, les sourcils froncés. Un « Qui est là ? » se coinça dans sa gorge lorsqu’elle aperçut Bailey. « Bailey ? elle lâché, d’une voix étranglée. » Bailey, c’était son ami de Perth, celui qu’elle retrouvait à chaque Noël quand elle accompagnait sa mère dans sa famille. Bailey, c’était des tonnes et des tonnes de mails, de messages par Facebook et d’appels Skype. Bailey, c’était son ami. « Bailey ! elle s’exclama plus fort avant de courir se jeter dans ses bras. » Poppy rit doucement, folle de joie. « Mais qu’est-ce que tu fais ici ? Depuis quand tu es en ville ? Pourquoi ? Comment ça se fait que tu sois dans le coin ? » Elle parlait si vite qu’elle ne prenait même pas le temps de respirer entre chaque phrase. « Vilain, t’as pas répondu à mon dernier mail ! »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 21 ans et encore tout un monde à découvrir (21/04)
○ statut : célibataire, ce n’est pas sa vie sentimentale qui l’intéresse le plus
○ métier : il a arrêté ses études de médecine, en attendant de les reprendre, il est stagiaire dans une radio locale
○ quartier : #26 north bay, dans une maison avec sa colocataire, livia
○ orientation sexuelle : il ne se colle pas d’étiquettes
○ informations en vrac :
laisse-moi t'appeler "maman", c'est pas souvent, c'est vrai, je veux une place au soleil dans ton jardin secret

j'ai vu la lâcheté d'un homme dans les yeux d'mon père, pour ton avenir, sache que les jeux sont faits, pour moi t'es déjà mort, le processus est lancé, pourquoi veux-tu que j'le désamorce ?

elle avait l'air douce, bienveillante et sereine, comme si elle avait pas renoncé à rien, comme si elle avait jamais douté de la beauté du monde, ou de celle des hommes

nos rêves d'enfants méritent vraiment de prendre de l'âge, on ira prendre le large et je t'aimerai comme tu les as détestés

les mecs l'accostent pour ses yeux verts, elle commence à s'faire à l'idée, elle brûle le fond d'son cœur, s'enferme dans sa réalité, tu l'aimeras jusqu'à l'aube quand l'soleil s'ra vanillé, après la nuit tu s'ras l'meurtrier d'sa vitalité


○ posts : 729 ○ points : 540
○ avatar : thomas doherty
○ DC : craig, leo
○ inscrit le : 24/04/2018
MessageSujet: Re: comme une éclipse. (bailey)   Mer 13 Juin - 11:36


comme une éclipse

Une chose qu’aimait bien faire Bailey, quand il était toujours en Australie, c’était visiter des lieux abandonnés, des ruines, des tunnels, des maisons, de vieux hôpitaux. De l’urbex, en somme. Il connaissait tous les recoins de Perth, tous les endroits interdits au public étaient ceux qu’il fréquentait le plus. Island Bay n’était pas sa maison, ni son repère, il ne savait pas où aller, quels lieux fréquenter, lesquels étaient intéressants à aller visiter. Il savait que beaucoup de personnes aimaient les endroits de ce genre, pour se faire un frisson à imaginer des lieux hantés, pour le calme loin de la ville ou tout simplement pour laisser son art s’exprimer à travers des tags. Il y en a pour tous les goûts. Bailey, lui, il voulait visiter, observer, analyser et oublier tous ses petits tracas durant tout le temps où il serait en ces lieux. Après avoir fait quelques recherches, il avait appris l’existence d’une usine désaffectée.

C’est donc là-bas qu’il se trouvait, marchant entre ces murs qui ne semblaient plus tenir, sur ce sol totalement délavé, comme si on avait fait la guerre dessus sans lui porter aucune attention. Le brun s’aventurait, jusqu’à se prendre les pieds dans quelque chose qui traînait par terre. Il n’avait pas chuté car il avait réussi à se rattraper au mur, mais il avait fait un vacarme pas possible. Heureusement qu’il était seul, enfin, ça, c’est ce qu’il se dit, jusqu’à voir quelqu’un un peu plus loin, qui avait sûrement été alerté par le bruit. Ce quelqu’un, c’était son amie, celle qu’il fréquentait tous les décembre à Perth, à qui il offrait des cadeaux à la place du père noël. Il ne s’attendait pas à rencontrer une autre personne ici et encore moins quelqu’un qu’il connaissait, surtout pas elle. Le monde est vraiment trop petit, en ce moment, pour Bailey. Il l’accueillait finalement dans ses bras, se remettant de ses émotions, après avoir compris que c’était bel et bien elle. ▬ Calme toi un peu. Dit-il en souriant tandis qu’il la serrait contre lui, avant de s’éloigner d’un pas pour pouvoir la regarder. Ça faisait longtemps qu’il ne l’avait pas vu et, c’est vrai, il n’avait pas répondu à son dernier mail, trop occupé à régler les problèmes qu’il avait ici. ▬ Je suis venu ici pour retrouver ma famille.. mais on a le temps de parler de tout ça, toi, qu’est-ce que tu fais ici ? Pas à Island Bay, il sait qu’elle habite ici. Mais cette usine, pourquoi est-ce qu’elle traîne dans des lieux comme celui-ci ? ▬ J’étais occupé, j’suis désolé. Mais je suis là maintenant, c’est mieux, non ? Il se trouvait une excuse, mais c’est vrai qu’il préférait avoir une personne en face à face plutôt qu’à travers des messages envoyés sur le net.

_________________
enchanté, bailey
Un connard et un mec bien dans le même corps, un panneau "free hugs" et un flingue dans le même coffre je ferai tout pour qu'on m'aime comme un ami, un amant, une idole, ou un épicier ouvert à cinq heures du mat' ▬ lomepal

:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: comme une éclipse. (bailey)   Ven 15 Juin - 21:07

Poppy était heureuse de retrouver son ami. Ça lui faisait plaisir. Et même si des milliers de questions se bousculaient dans sa tête, à ses lèvres, ça n’équivalait pas la joie de retrouver Bailey. Elle profita alors de son étreinte, plus que de raison, parce qu’elle sentait en elle le besoin d’une présence amicale en cet instant. C’était comme si elle avait fait le vœu de trouver quelqu’un vers qui se tourner et voilà que le brun était apparu, comme sorti de nulle. Comme sorti tout droit d’un joli rêve. Elle entendit son rire et une volée de papillons lui parcourut le ventre. C’était si bon de revoir Bailey. « Oui désolée, elle s’esclaffa quand il lui dit de se calmer. Mais je suis heureuse de te voir c’est tout ! » Elle n’avait pas pensé le revoir, pas en chair et en os, pas avant le Noël prochain. Elle pensait juste avoir de ses nouvelle dans un prochain mail, un message Facebook. Le voir là était une surprise inattendue. Délicieusement inattendue. Lorsqu’il s’écarta, elle prit le temps de l’observer, d’essayer de voir chaque petite différence depuis la dernière fois qu’il l’avait approchée.
Il n’avait pas tant changé. Il semblait presque un peu plus vieux, un peu plus sérieux comme s’il avait grandi d’un coup sans crier gare. Poppy eut soudainement peur qu’il lui soit arrivé quelque chose de grave et qu’il ne lui en ait pas parlé. « Ici ? elle répéta avant de secouer la tête. Rien de spécial, je viens juste me vider la tête ici. En général, il n’y a personne. C’est un peu mon coin secret. » Elle se mit à rire. « Mais je veux bien le partager avec toi. » Elle sentit un sourire amusé fendre ses lèvres. « Oui, c’est drôlement mieux, acquiesça-t-elle. Tu es là pour combien de temps ? Tu vis où ? » Puis, Poppy se mit à froncer les sourcils comme si une pensée venait de la percuter tel un camion sur l’autoroute. « Comment ça tu es là pour retrouver ta famille ? C’est quoi ces histoires ? » La jeune adolescente ne comprenait pas vraiment. Elle pencha la tête sur le côté – était-ce donc ça qui le tracassait tant ? Poppy n’avait jamais entendu Bailey parler d’une famille dans les parages. Il savait pourtant où elle habitait alors s’il avait eu de la famille en ville, elle supposait qu’il lui en aurait soufflé mot. Non ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 21 ans et encore tout un monde à découvrir (21/04)
○ statut : célibataire, ce n’est pas sa vie sentimentale qui l’intéresse le plus
○ métier : il a arrêté ses études de médecine, en attendant de les reprendre, il est stagiaire dans une radio locale
○ quartier : #26 north bay, dans une maison avec sa colocataire, livia
○ orientation sexuelle : il ne se colle pas d’étiquettes
○ informations en vrac :
laisse-moi t'appeler "maman", c'est pas souvent, c'est vrai, je veux une place au soleil dans ton jardin secret

j'ai vu la lâcheté d'un homme dans les yeux d'mon père, pour ton avenir, sache que les jeux sont faits, pour moi t'es déjà mort, le processus est lancé, pourquoi veux-tu que j'le désamorce ?

elle avait l'air douce, bienveillante et sereine, comme si elle avait pas renoncé à rien, comme si elle avait jamais douté de la beauté du monde, ou de celle des hommes

nos rêves d'enfants méritent vraiment de prendre de l'âge, on ira prendre le large et je t'aimerai comme tu les as détestés

les mecs l'accostent pour ses yeux verts, elle commence à s'faire à l'idée, elle brûle le fond d'son cœur, s'enferme dans sa réalité, tu l'aimeras jusqu'à l'aube quand l'soleil s'ra vanillé, après la nuit tu s'ras l'meurtrier d'sa vitalité


○ posts : 729 ○ points : 540
○ avatar : thomas doherty
○ DC : craig, leo
○ inscrit le : 24/04/2018
MessageSujet: Re: comme une éclipse. (bailey)   Ven 29 Juin - 2:19


comme une éclipse

Ce n’est pas certainement le lieu idéal pour retrouver une personne que l’on n’a pas vu depuis de longs mois. D’ailleurs, ce n’est pas le lieu idéal pour énormément de choses. Les seules choses à faire, ici, qui paraissent normales, c’est de se piquer, de dessiner sur les murs, de tuer quelqu’un ou de se tuer soi-même. Pour le reste, il y a sûrement des endroits biens plus fréquentables et accueillants. Une discussion, des retrouvailles, ça ne devrait pas se faire ici. Et pourtant, c’est ici qu’il croise son regard, qu’il la prend dans ses bras et qu’il sourit à pleines dents. C’est ici qu’il est heureux de retrouver son amie, sa petite Poppy, celle qui lui fait croire en la magie de Noël, tous les ans. Aujourd’hui, c’est un peu comme s’il neigeait dans sa tête et dans son cœur, tout est joli, parce qu’ils se revoient enfin. Elle va partager cet endroit si spécial avec lui, cool, il n’aura pas à se battre contre elle, qui voudrait défendre son territoire. ▬ C’est un honneur, merci de me recevoir dans ta résidence. Quelques mots prononcés sur un ton ironique, avant de tirer une révérence. Il ne se moque pas, il rigole avec elle, la différence se fait entendre. Et puis, ils se connaissent, elle sait qu’il ne veut pas l’offenser. Et puis, à y réfléchir, il n’y a rien d’offensant dans ce qu’il a dit ou fait. Il ne peut pas s’empêcher de rire, quand elle recommence son interrogatoire. Il vient seulement de lui dire de se calmer, qu’elle recommence à l’accabler de questions, toutes plus ou moins pertinentes. Il va falloir y répondre, il le sait, autant le faire maintenant. Comme ça, il sera débarrassé, vidé, et il aura été totalement honnête envers elle. ▬ Je suis ici pour de bon, c’est définitif. Et je vis à Island Bay, j’ai trouvé un petit quelque chose. Préciser qu’il a squatté chez un ami à lui, puis qu’il a trouvé une inconnue chez qui vivre, enfin, avec qui cohabiter, ce n’est que des détails. Autant ne pas les mentionner, ce serait trop de blabla inutile. ▬ J’ai ma mère biologique qui vit ici. Elle n’est pas sans savoir qu’il a été adopté, c’est quelque chose qu’il lui a avoué très rapidement. Il n’en a pas honte, au contraire, c’est presque une force pour lui. Il se disait que, même s’il avait été abandonné, il avait survécu à tout ça. Aujourd’hui, il sait que ce n’était pas un abandon, que sa mère n’a jamais voulu le laisser à une autre famille. Encore des détails, peu importe, il est là. ▬ T’as déjà fait le tour des lieux ? Autant changer de sujet, peut-être que s’ils marchent un peu dans les alentours, ils trouveront des choses intéressantes.

_________________
enchanté, bailey
Un connard et un mec bien dans le même corps, un panneau "free hugs" et un flingue dans le même coffre je ferai tout pour qu'on m'aime comme un ami, un amant, une idole, ou un épicier ouvert à cinq heures du mat' ▬ lomepal

:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: comme une éclipse. (bailey)   Jeu 5 Juil - 12:36

Dire qu’elle était heureuse de revoir Bailey était un euphémisme. La surprise était grande et surtout très agréable. Sa compagnie lui manquait. Et ne le voir qu’à Noël devenait parfois très dur à supporter sur le long terme. Elle se mit à rire quand il fit la révérence devant elle et elle plia les genoux, imitant une de ces dames avec leur grande robe. « Tout l’honneur est pour moi, répliqua-t-elle avec malice juste avant de l’accabler de questions, la voix montant dans les aigus. » Si la jeune fille était heureuse de retrouver son ami, elle n’était pas moins curieuse de comprendre les raisons de sa présence ici, à Island Bay. Surtout qu’il n’avait pas répondu à son dernier message et qu’il ne lui avait jamais parlé d’une quelconque escale ici ou même d’un quelconque voyage. Poppy ne pouvait s’empêcher d’être un peu inquiète mais aussi blessée. Blessée qu’il ne lui ait pas parlé de tout ça. Surtout quand il lui annonça qu’il revenait pour de bon et qu’il s’était même déjà installé. « Et pourquoi tu ne m’as rien dit ? Maman et moi, on aurait pu t’accueillir le temps que tu trouves où habiter… elle laissa échapper, sans pouvoir vraiment masquer son trouble. »
La demoiselle pouvait comprendre que Bailey ne lui dise pas tout, il avait le droit à son petit jardin secret. Mais tout de même. Elle se sentit pourtant un peu plus calme lorsqu’il lui annonça une grande nouvelle. Poppy ne savait pas trop si elle devait se réjouir ou s’il lui fallait être prudente mais c’était une grande nouvelle. « Ta mère biologique ? Wow, s’exclama-t-elle. Et tu as pu la rencontrer ou tu vas la rencontrer ? Comment tu te sens par rapport à ça ? » Encore d’autres questions qui venaient. Poppy avait l’impression que le flot ne s’arrêterait jamais. Peut-être parce que ça faisait beaucoup d’informations à absorber en même temps. Peut-être parce que Bailey aurait pu lui confier tout ça lors de leurs nombreux échanges. « J’ai pas encore tout vu des lieux, elle avoua en souriant. On peut faire le tour du propriétaire ensemble, comme ça tu me raconteras tout ce que tu ne m’as pas encore dit ! » La jeune fille passa son bras sous celui de son ami et commença à marcher à travers l’usine désaffectée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 21 ans et encore tout un monde à découvrir (21/04)
○ statut : célibataire, ce n’est pas sa vie sentimentale qui l’intéresse le plus
○ métier : il a arrêté ses études de médecine, en attendant de les reprendre, il est stagiaire dans une radio locale
○ quartier : #26 north bay, dans une maison avec sa colocataire, livia
○ orientation sexuelle : il ne se colle pas d’étiquettes
○ informations en vrac :
laisse-moi t'appeler "maman", c'est pas souvent, c'est vrai, je veux une place au soleil dans ton jardin secret

j'ai vu la lâcheté d'un homme dans les yeux d'mon père, pour ton avenir, sache que les jeux sont faits, pour moi t'es déjà mort, le processus est lancé, pourquoi veux-tu que j'le désamorce ?

elle avait l'air douce, bienveillante et sereine, comme si elle avait pas renoncé à rien, comme si elle avait jamais douté de la beauté du monde, ou de celle des hommes

nos rêves d'enfants méritent vraiment de prendre de l'âge, on ira prendre le large et je t'aimerai comme tu les as détestés

les mecs l'accostent pour ses yeux verts, elle commence à s'faire à l'idée, elle brûle le fond d'son cœur, s'enferme dans sa réalité, tu l'aimeras jusqu'à l'aube quand l'soleil s'ra vanillé, après la nuit tu s'ras l'meurtrier d'sa vitalité


○ posts : 729 ○ points : 540
○ avatar : thomas doherty
○ DC : craig, leo
○ inscrit le : 24/04/2018
MessageSujet: Re: comme une éclipse. (bailey)   Mar 10 Juil - 16:16


comme une éclipse

Il a parlé de son déménagement qu’à quelques personnes. On peut les compter sur les doigts d’une main. Il n’a même pas averti sa famille adoptive, il est simplement parti. Ses parents ont su qu’il a décidé de prendre son envol en ne le voyant pas rentrer à la maison, le soir de son départ pour Island Bay. Depuis, il n’a pas cherché à les appeler, ni à leur donner une quelconque explications. Ils ne savent pas où il est, ce qu’il fait. Il a donné signe de vie pour qu’on ne lance pas une alerte enlèvement, ou qu’on l’annonce disparu. Non, il est juste parti. Et il n’a pas prévenu tout le monde, Poppy aurait pu être l’une de ses confidentes mais il a préféré garder le secret. Et il serait venu lui faire la surprise, un jour où l’autre, en allant toquer à sa porte. ▬ J’ai été chez un ami, tout allait bien. Il a retrouvé un vieux copain, ça lui a fait plaisir d’habiter avec lui quelques temps. Il aurait aimé être avec elle aussi, c’est vrai, mais il n’était pas à la rue et c’est le principal. ▬ La prochaine fois que je fais quelque chose d’aussi radical, promis, tu seras la première au courant. Il s’en veut un peu de ne pas lui avoir dit, il voit bien sa mine déçue. Mais bon, c’est fait, il ne peut pas retourner en arrière. Le brun soupire longuement à sa question, il en a marre de répéter à tout le monde comment ça s’est passé avec sa mère. Les gens sont gentils de s’en inquiéter, mais il a toujours du mal à décrire ce qu’il ressent. ▬ Je l’ai rencontré, oui. J’ai encore du mal à réaliser que c’est vraiment elle. Et j’ai du mal à comprendre beaucoup de choses, mais bon, on a tout le reste de notre vie pour éclaircir certains points. La principale question est la suivante : qui est son père ? Elle lui a dit qu’elle n’avait pas de nouvelles de lui depuis vingt ans, depuis son emprisonnement. C’est une information qui a encore du mal à passer, qu’il ne veut pas accepter. Visiter l’entrepôt désaffecté avec Poppy lui changera les idées. ▬ Et toi alors, t’as rien à me dire ? Il veut bien se confier à elle, mais il n’aime pas les monologues. Et dieu sait à quel point il aime bavarder. Il veut en savoir sur elle, savoir ce qu’elle a fait ces derniers temps. Puisqu’il a coupé tout contact avec elle pendant quelques semaines, elle a sûrement quelques petits potins à lui raconter. Si elle le fait, il le fera aussi.

_________________
enchanté, bailey
Un connard et un mec bien dans le même corps, un panneau "free hugs" et un flingue dans le même coffre je ferai tout pour qu'on m'aime comme un ami, un amant, une idole, ou un épicier ouvert à cinq heures du mat' ▬ lomepal

:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: comme une éclipse. (bailey)   Ven 13 Juil - 9:24

Parce que Bailey ne l’avait pas prévenue, Poppy se demandait combien de temps elle aurait dû attendre avant qu’il ne vienne à elle si elle ne l’avait pas croisé dans cette usine. Oui, combien de temps ? Un jour, deux ? Un mois ? Plus ? Son ami semblait avoir besoin de mettre de l’ordre dans sa vie, et elle le comprenait. Elle avait juste espéré qu’il se confierait à elle, comme ils se sont tant confiés l’un à l’autre par le passé. Mais peut-être que tout ça était encore trop sensible pour le brun. Peut-être qu’il avait besoin de savoir où il en était avant de mettre des mots sur son nouveau quotidien. Alors Poppy pardonne et Poppy lui sourit. L’important est qu’il soit à ses côtés désormais, en vie. L’important est qu’elle sait la vérité désormais. « J’espère quand même que le prochain quelque chose de radical ne sera pas un nouveau déménagement, de l’autre côté de la planète, elle rigole même si la pensée derrière est on ne peut plus sérieuse. » Poppy ne veut pas voir Bailey disparaître.
Quand elle apprend qu’il a rencontré sa mère biologique, la jeune fille ne peut s’empêcher de lui poser un millier de questions. Les mêmes questions qu’il a dû entendre un millier de fois avant elle et auxquelles il a dû répondre un millier de fois aussi. Elle se sent un peu coupable de le forcer à ressasser ces mêmes mots, ces mêmes pensées. Mais Poppy, elle s’inquiète pour son ami. « Oui, tu as toute la vie maintenant pour lui poser toutes les questions que tu as toujours voulu lui poser, rétorque-t-elle avec un sourire. N’oublie pas que je suis là si tu as besoin de parler. » Son bras autour du sien, elle entend leurs chaussures qui crissent sur le gravier mal taillé. Il y a un peu de poussière qui se soulève à chacun de leurs pas. C’est presque joli, dans les rayons du soleil couchant. « Oh bah non. » Poppy laisse échapper un petit rire. « Ah si ! Je rentre à l’université, bientôt ! Et ça me terrifie mais sinon, à part ça… » Tout semblait absolument normal dans sa petite vie d’adolescente qui allait devenir grande. « J’essaye de convaincre Tonton de rester un peu plus à squatter le canapé de la maison. » Parce qu’elle ne voulait pas laisser sa mère seule, Poppy.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 21 ans et encore tout un monde à découvrir (21/04)
○ statut : célibataire, ce n’est pas sa vie sentimentale qui l’intéresse le plus
○ métier : il a arrêté ses études de médecine, en attendant de les reprendre, il est stagiaire dans une radio locale
○ quartier : #26 north bay, dans une maison avec sa colocataire, livia
○ orientation sexuelle : il ne se colle pas d’étiquettes
○ informations en vrac :
laisse-moi t'appeler "maman", c'est pas souvent, c'est vrai, je veux une place au soleil dans ton jardin secret

j'ai vu la lâcheté d'un homme dans les yeux d'mon père, pour ton avenir, sache que les jeux sont faits, pour moi t'es déjà mort, le processus est lancé, pourquoi veux-tu que j'le désamorce ?

elle avait l'air douce, bienveillante et sereine, comme si elle avait pas renoncé à rien, comme si elle avait jamais douté de la beauté du monde, ou de celle des hommes

nos rêves d'enfants méritent vraiment de prendre de l'âge, on ira prendre le large et je t'aimerai comme tu les as détestés

les mecs l'accostent pour ses yeux verts, elle commence à s'faire à l'idée, elle brûle le fond d'son cœur, s'enferme dans sa réalité, tu l'aimeras jusqu'à l'aube quand l'soleil s'ra vanillé, après la nuit tu s'ras l'meurtrier d'sa vitalité


○ posts : 729 ○ points : 540
○ avatar : thomas doherty
○ DC : craig, leo
○ inscrit le : 24/04/2018
MessageSujet: Re: comme une éclipse. (bailey)   Jeu 9 Aoû - 20:43


comme une éclipse

Son avenir est flou, il le sait. Il n’a pas de réelles attaches ici, à part quelques amis qu’il apprécie. Et sa mère n’était pas désespérée avant son arrivée, elle ne l’attendait pas avec une éternelle impatience. Au contraire, elle menait sa propre vie, avec ses hauts et ses bas. S’il repartait maintenant, il ne lui manquerait peut-être pas tant que ça : il n’a jamais été indispensable pour elle, pourquoi ça changerait aujourd’hui ? Pourtant, il n’a pas envie de partir. Il sait qu’il est attendu chez lui, que ses parents adoptifs rêvent de le revoir et de le serrer contre eux, avant de l’engueuler sévèrement pour le pousser à reprendre ses études. Il a aussi de nombreux amis Australiens qui veulent partager de nouvelles soirées avec lui et raconter les dernières histoires croustillantes que l’on raconte entre adolescents, alors que le reste de la population n’en a rien à faire. Bref, sa vie ici est à des milliers de kilomètres de la perfection, il y a beaucoup mieux qui l’attend sur son ancien continent. Mais il ne bougera pas d’ici, c’est une certitude. ▬ C’est mon pays ici, maintenant. J’pars plus, c’est promis. Bailey est un bon menteur, un bon manipulateur, mais quand il fait des promesses à ses amis, il arrive toujours à les tenir.

Son histoire est intéressante pour les personnes autour de lui, qui cherchent à comprendre pourquoi il a quitté son petit coin de paradis pour la Nouvelle-Zélande. Lui qui ne quittait jamais son pays autrefois, même pour voyager, a fait le grand saut et a déménagé. C’est surprenant et il y a des milliards de questions à poser à ce sujet, sauf que Bailey, ça l’agace. Il essaye de ne pas le montrer et de bien prendre toute cette attention qu’on lui porte, mais à force, il perd patience. Sa seule défense, c’est de s’intéresser lui aussi à la personne en face de lui. Et Poppy l’intéresse, il veut savoir des choses sur elle, les nouveautés de sa vie, ce qui la fait vibrer actuellement. Il sourit en l’entendant parler de l’université, il sent la pression qu’elle ressent rien qu’en l’entendant parler. ▬ J’suis sûr que tu vas tout défoncer. Les jeunes d’ici sont sympas, non ? Il ne connaît que quelques personnes, il n’a pas encore eu le temps de créer de réelles amitiés. ▬ Il veut déménager ? Apparemment, elle aussi doit traverser quelques difficultés familiales. Il ne sait pas ce qu’il se passe entre elle et son oncle, ou entre elle et sa mère. Peut-être que c’est un départ dans une bonne entente ou après une dispute, elle ne l’a pas mentionné. ▬ Tu vas rester chez ta mère ou tu vas vivre sur le campus ? Ça aussi, c’est intéressant. Vivre au milieu d’autres étudiants, entre les cours la journée et les débauches de la nuit, c’est une expérience à tenter.

_________________
enchanté, bailey
Un connard et un mec bien dans le même corps, un panneau "free hugs" et un flingue dans le même coffre je ferai tout pour qu'on m'aime comme un ami, un amant, une idole, ou un épicier ouvert à cinq heures du mat' ▬ lomepal

:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: comme une éclipse. (bailey)   Dim 12 Aoû - 10:58

Poppy, elle n’arrivait pas à en vouloir à Bailey. Elle ne pouvait pas lui en vouloir, c’était plus fort qu’elle. Il avait ce sourire, cette bouille qui faisait qu’on lui pardonnait tout même si ce n’était qu’une canaille au fond. « Promesse de petit doigt. » Elle lui tend son auriculaire, comme dans un dernier geste pour se rassurer. Pour se persuader que son ami ne partira plus jamais comme il vient de le lui promettre. C’était important pour Poppy de savoir qu’elle pouvait se raccrocher à ça. Qu’il y avait cette stabilité-là dans son quotidien désormais. Parce qu’avec tous les changements qui s’annonçaient, la jeune fille ne savait plus où donner de la tête. Elle ne savait plus vers qui se tourner ou comment se comporter. C’était beaucoup trop, en réalité. Son avenir proche l’effrayait. Et plus elle y pensait, plus elle sentait cette boule dans son estomac qui grossissait. Peut-être qu’elle se faisait toute une montagne d’une simple taupinière mais, pour l’instant, les changements dans sa vie l’effrayaient. « Je l’espère, en tout cas, elle rigole, touchée par la sollicitude de Bailey. » Elle aurait voulu le croire sur parole, mais elle n’y arrivait pas vraiment. Poppy avait bien trop peur pour ça.
« Oui, il veut retourner vivre dans son appartement. » Elle hoche doucement la tête, la mine un peu triste et surtout déçue. « Je comprends ses raisons et je comprends que ça ne doit pas être sympathique de coucher sur un canapé toutes les nuits mais… » Elle hausse les épaules. Elle grimace. « Mais j’avais pensé qu’il resterait un peu plus longtemps chez nous… » Parce qu’il apportait un petit plus dans ce foyer déjà miraculeux. Parce que sa présence était comme un rayon de soleil chaud et doux, comme pendant le printemps. Et Poppy avait peur de son absence. De ce vide qu’il laisserait forcément. Elle aussi allait bientôt partir et ça ferait beaucoup de départs à gérer. « Je vais vivre sur le campus. » Mettre des mots sur cette réalité avait quelque chose d’effrayant. Poppy avale sa salive, péniblement. « C’est pour ça que j’aurais voulu que Tonton reste un peu plus. Parce que je voudrais qu’il puisse garder un œil sur Maman, histoire qu’elle ne soit pas trop triste toute seule. Je m’en veux de la laisser ici. » L’adolescente savait bien que ce n’était pas son rôle de s’inquiéter pour sa mère mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. C’était plus fort qu’elle. Sa mère, c’était toute sa famille. C’était toute sa vie.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : 21 ans et encore tout un monde à découvrir (21/04)
○ statut : célibataire, ce n’est pas sa vie sentimentale qui l’intéresse le plus
○ métier : il a arrêté ses études de médecine, en attendant de les reprendre, il est stagiaire dans une radio locale
○ quartier : #26 north bay, dans une maison avec sa colocataire, livia
○ orientation sexuelle : il ne se colle pas d’étiquettes
○ informations en vrac :
laisse-moi t'appeler "maman", c'est pas souvent, c'est vrai, je veux une place au soleil dans ton jardin secret

j'ai vu la lâcheté d'un homme dans les yeux d'mon père, pour ton avenir, sache que les jeux sont faits, pour moi t'es déjà mort, le processus est lancé, pourquoi veux-tu que j'le désamorce ?

elle avait l'air douce, bienveillante et sereine, comme si elle avait pas renoncé à rien, comme si elle avait jamais douté de la beauté du monde, ou de celle des hommes

nos rêves d'enfants méritent vraiment de prendre de l'âge, on ira prendre le large et je t'aimerai comme tu les as détestés

les mecs l'accostent pour ses yeux verts, elle commence à s'faire à l'idée, elle brûle le fond d'son cœur, s'enferme dans sa réalité, tu l'aimeras jusqu'à l'aube quand l'soleil s'ra vanillé, après la nuit tu s'ras l'meurtrier d'sa vitalité


○ posts : 729 ○ points : 540
○ avatar : thomas doherty
○ DC : craig, leo
○ inscrit le : 24/04/2018
MessageSujet: Re: comme une éclipse. (bailey)   Lun 13 Aoû - 4:17


comme une éclipse

Il ne peut pas s’empêcher de rire face à cette demande de Poppy. La promesse du petit doigt, c’est tout un concept. C’est un jeu de gosses et il faut dire que ça ne l’a jamais vraiment quitté, lui aussi. Alors c’est sans complexe qu’il se prête à l’activité, mettant également quelques mots là-dessus. ▬ Promesse du p’tit doigt. Et même, je peux te dire juré craché.. Il regarde autour de lui avant de grimacer, secouant finalement son visage. ▬ Bon, j’ai pas envie de cracher, mais l’intention y est, ok ? Il lui sourit, regardant toujours son amie alors qu’ils avancent à travers les couloirs de l’usine. Il n’a même pas l’impression de faire un effort physique quand il discute avec elle, le temps passe à une vitesse folle. Les sujets qui tracassent son amie sont normaux, lui-même avait peur de quitter sa famille et pourtant, il est a des milliers de kilomètres d’eux. Il craignait aussi sa rentrée à l’université et finalement, ça s’est plutôt bien passé. ▬ Il y a une chose que tu dois te dire, qui te servira même pour après les cours : si les autres y arrivent pourquoi toi tu n’y arriverais pas ? Moi j’ai confiance en toi, alors fais-toi confiance. Ses paroles se veulent rassurantes, mais c’est également la vérité. Il croit en ses capacités, que ce soit de s’adapter au rythme de l’université de Wellington, ou pour s’intégrer aux autres étudiants du campus. Il ne doute pas d’elle, jamais de la vie.

Les autres problèmes que rencontre Poppy, Bailey ne peut pas vraiment les comprendre. Il ne vit pas la même chose, au contraire, sa famille à lui semble plus divisée que jamais. Que ce soit l’adoptive, qu’il a quitté sans donner de nouvelles, ou la biologique, qui semble être en morceaux depuis des années. C’est bizarre à penser mais il aimerait être triste à la place de son amie, ressentir le même vide face au départ d’un membre de sa famille. S’il était suffisamment aimé pour subir un sentiment comme celui-ci, peut-être qu’il se sentirait plus heureux, sur le long terme. ▬ T’as essayé d’en discuter avec ta mère, de ton départ ? Lui demande-t-il, il ne sait pas vraiment comment elle pourrait régler ce problème. ▬ Peut-être que le départ de ton oncle et le tien sont liés, tu sais. Les parents aiment bien se retrouver seuls de temps en temps, il paraît. Puis l’université n’est pas très loin, tu pourras toujours venir lui tenir compagnie. Pour son oncle, par contre, c’est un peu plus compliqué. S’il veut récupérer son indépendance et un appartement bien à lui, il ne voit pas l’intérêt de s’y opposer. ▬ Et pour ton oncle.. peut-être que tu devrais lui proposer ton aide pour visiter des appartements ou quelque chose comme ça. Lui prouver que t’es de son côté, pour pas qu’il se sente coupable quand il partira. Parce qu’une chose est sûre pour Bailey, de son point de vue extérieur, il finira par s’en aller, alors autant l’accompagner dans cette démarche.

_________________
enchanté, bailey
Un connard et un mec bien dans le même corps, un panneau "free hugs" et un flingue dans le même coffre je ferai tout pour qu'on m'aime comme un ami, un amant, une idole, ou un épicier ouvert à cinq heures du mat' ▬ lomepal

:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: comme une éclipse. (bailey)   

Revenir en haut Aller en bas
 

comme une éclipse. (bailey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» les bugnes comme chez le patissier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: trash :: rps-