AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 illusionen ses inte av ett öga utan av två. † shelby.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

la force tranquille
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : trente trois ans et demi, les "et demi" compte beaucoup.
○ statut : il garde sa bague de fiancé pas très loin malheureusement, il n'a jamais réussi a oublier Sannah. mais son corps est accessible a toutes les dames.
○ métier : arnaqueur et faussaire en tout genre. travaille pour la meute, mais sous couverture en tant que professeur d'histoire de l'art à l'université.
○ quartier : parfois vous le trouverez sur le canapé de son cousin, d'autre fois à la coloc mais il est plus souvent avec Jane que dans sa chambre mais autrement si vous ne le trouvez dans aucun des deux cas aller voir chez Adalia.
○ orientation sexuelle : les femmes, simplement les femmes vous ne lui ferait pas changer d'avis.
○ informations en vrac : il est le cousin des Bailor's, mais aussi il porte fièrement ce nom de famille. † fils unique il a trouver un Jake et ses cousines des petits frère et soeurs à protéger. † arnaqueur et faussaire dans l'âme sauf qu'il est "professeur" d'art en retour. † Jake est le seul a savoir où Sven cache son butin, ses oeuvres volés. † la fille de sa cousine, il l'aime comme sa propre nièce. † crèche un peu partout en ce moment, il se dit sans domicile fixe même si chez Jake c'est un peu comme chez lui sauf que c'est trop petit pour trois personnes.

KONSTIG FAMILJ † you are my family, my blood and my rank. nothing will make me change my mind, nothing will change and everything will be the same. my brother, my best friend, my blood. [SONG]


○ posts : 1761 ○ points : 2480
○ pseudo : lylou.
○ avatar : kit harington
○ DC : l'infirmier smur, aka nathanaël dawson & la petite blonde perdu sous les coups aka naevia b.-salander
○ inscrit le : 03/06/2017
MessageSujet: illusionen ses inte av ett öga utan av två. † shelby.   Jeu 6 Sep - 22:07




the illusion is not the most unpleasant.
relax... or no.bailor contre shelby.
Tragique histoire de ma vie. La plupart pense que je suis entré dans le droit chemin mais mon cousin Jake avait totalement raison. Je ne peux pas m’empêcher de faire tout ça, de continuer à voler, reproduire mais aussi arnaquer les gens. Qui pourra réellement m’arrêter en faite ? La prison m'a endurcis, m'a donner encore plus l’envie de continuer de faire mes petites affaires, de voir que j’ai toujours ce coup de pinceau magique, majestueux mais aussi ce mélange de couleur, enfin plutôt de savoir parfaitement reproduire tout ce qu’il peut me passer sous la main est c’est se que j’ai fais pendant plusieurs jours. Je devais être prêt pour cette soirée, prouver quelque chose ? Ouais c’est un peu ça en faite. C’est bien beau d’être un grand voleur et/ou faussaire mais bon faut aussi que je me fasse de l’argent a côté et aussi je sais que tu es la personne à qui on peut facilement rendre des comptes. Une personne que l’on ne peut pas acheter mais c’est ce que je vais faire. Je t’avais dis, et limite juré que je pourrais avoir de l’argent aussi facilement que je voudrais, que je pourrais d’en avoir autant que tu veux grâce a ? À mes deux petites mains, des mains magiques qui savent faire a peu près tout. Tu ne m'a pas cru alors j’ai organisé cette soirée, cette vente d’oeuvre d’art en tout genre passant par des toiles de peinture tel que : Picasso, Van Gogh, Raphaël, Caravage, Bartolomé Esteban Murillo, Pierre-Paul Rubens mais aussi Pieter de Hooch ou encore Monet… Mais cela n’était que des peintres on peut assi des sculpture en tout genre, égyptienne, grecque, indienne et des tas d’autres. Je crois que je ne compte plus tout ce qu’il peut y avoir dans le locale. Alors que je finis de mettre ma cravate devant mon miroir il ne me manque plus que ma veste et tout était parfait je pense. Je l’enfile rapidement, passe une dernière fois ma main dans mes cheveux puis je me dirige en voiture sur les lieux, tout était prévue, serveur avec du champagne, des petits cocktails fait maison pour appétit les personnes qui viendront mais aussi une petite musique de fond. J’entre dans le locale passant, oeuvre par oeuvre pour apprécier mon travail mais aussi me dire que beaucoup vont acheter ce soir. C’est là que je fais l’ouverture, laissant les gens vagabondé, des hôtesses étaient présentes pour récolté l’argent, mais aussi je surveille d’un oeil tout ce qui allait se passer. Les tableaux sont arraché de main en main au plus riche surtout, de même pour les sculpture. Quand la soirée se termine, les portes sont fermés, je prends tout le butin, il devait me rester deux ou trois oeuvres mais ce n’était pas grave. Quand l’on m’apporte la somme en liquide pour un tableau que j’admire et ou je prends plaisir a le faire c’était le Dali, la persistance de la mémoire. J’ai un large sourire en coin, à ce que je vois ce tableau fait toujours autant de l’effet. Je viens alors tout mettre dans mon sac, et avec précaution je me diriger vers le Holster. Pourquoi attendre demain que je peux venir directement après la vente ? Alors que j’entre à l’intérieur saluant les personnes que je croise, je ne laisse personne me divertir pour l’instant je dois passer par la casse : bureau du patron. Alors que l’on commence à m’empêcher à frapper à ta porte, je regarde la grosse brute devant moi, sans baisser le regard mais surtout sans aucune crainte de lui et lance : « Si monsieur Shelby n’a pas ce sac dans les dix minutes qui suivent on est des hommes morts. » Puis je ne lui laisse pas le choix, je frappe et entre directement dans ton bureau. Je viens refermer la port derrière moi. Sans un mot je viens alors déposer le sac noir mate sur ton bureau ouverte pour que tu puisses voir le butin de la soirée. « Voilà. Comme promis. » la prison ne m’a pas adouci mais endurcis. Personne de me faire foutre sur la gueule ? Non aucun doute. De me faire menacer par quelconque arme ? Plusieurs fois j’ai eu celle des gardiens sous le nez pour me calmer. Été poignardé en prison plusieurs fois aussi donc non je n’ai pas peur. Alors que je te laisse observer le butin, je sais que ma façon de faire ne te plaira pas mais personnellement : je m’en fous. Alors que je viens déboutonner ma veste pour alors passé mes deux mains dans mes poches de mon pantalon soutenant ton regard. « Si tu m’fais confiance tu sais que la somme que je t'ai promise est belle et bien là. » je dis en souriant. Puis je ris doucement. « Non désolée, il manque ça. » de la petite poche de ma veste je te sors une enveloppe assez pleine. Je viens alors la déposer juste à côté du sac noir. Il devrait avoir dix a douze mille dedans. Pourquoi ? Simplement parce que cette artiste à juste dû génis pour décrire un “temps” qui passe. Une perte de mémoire pour certain, un rappelle à l’ordre pour d’autre. Mais aussi une piqure de rappelle que nous ne sommes pas tous immortels. Alors oui je flâne un peu, j’agite toutes cette argent sous ton nez mais au moins je pense être digne de confiance. Sauf si tu penses que je n’ai pas fais ses oeuvres de ma pauvre main et que je peux te le prouver quand tu le veux de toute façon. Alors que je remets mes mains dans mes poches en attendant que tu m’adresse la parole, je te soutiens toujours autant du sans une once de peur.

_________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar

the big bad wolf
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : quarante trois balais (13/11)
○ statut : l’anneau lui glisse du doigt : marié dans les faits, tristement seul dans les actes
○ métier : à la tête de la meute, planqué au holster, trafiquant de tout ce que tu veux, tant que t'as de la thune. viré de l'université, trop carcéral
○ quartier : dans les draps de monroe, gardant son corps jalousement
○ orientation sexuelle : à ton avis ? son machisme exprime une hétérosexualité revendiquée
○ informations en vrac : shelby, c’est pas le gendre idéal. son mariage était à la base animé par l’intérêt. ○ l’alcool et la clope font partie de ses vices : il a la descente facile et traîne une odeur de tabac froid. ○ difficile de lui trouver une parcelle de peau vierge de tatouages. ○ ancien camé, ça lui brûle parfois les doigts d’y regoûter. ○ la taule de darwin est sa deuxième maison. il ne compte plus les nuits qu’il y a passé. ○ c’est un type discret, pas très loquace et qui finira par te cracher dessus si t’es trop curieux. ○ bailey, progéniture inconnue, est le tic tac bruyant de l’explosion qui s’apprête à lui brûler la moustache. ○ son coeur fredonne l’hatikva depuis son plus jeune âge. papa et maman lui ont transmis leur religion. ○ il aime les bouquins, sa deux roues et surtout ses chiens : deux bergers allemands affublés des patronymes rémus et romulus. ○ diagnostiqué héboïdophrène, c’est une sorte de schizophrénie qu’il n’arrive même pas à prononcer. ○ de cette délicate attention de la nature en découle son caractère de merde : insubordonné, cyclothymique, paranoïaque, arrogant, ironique, impulsif, bagarreur, mégalomane, solitaire, macho et surtout, froid comme les glaçons dans ton slip.


COMMENT NE PAS PERDRE LA TÊTE SERRÉE PAR DES BRAS AUDACIEUX ? CAR L'ON CROIT TOUJOURS AUX DOUX MOTS D'AMOUR QUAND ILS SONT DIT AVEC LES YEUX. ELLE, QUI L'AIMAIT TANT, ELLE LE TROUVAIT LE PLUS BEAU DE SAINT-JEAN. ELLE RESTAIT GRISÉE, SANS VOLONTÉ, SOUS SES BAISERS.



UNE LÉGÈRE ENVIE DE VIOLENCE QUAND ELLE RELACE SES BAS. JE NE SUIS PLUS A VENDRE, NEEMA JE N'SUIS PLUS COMME CA. DES RUMEURS ADOLESCENTES DISENT QUE JE NE SUIS PAS A TOI ET JE PENSE QU'UNE PART DE VRAI SE CACHE.



SI LA MORT FRAPPE A MA PORTE ME DIT T'ES DANS MES P'TITS PAPIERS, DIS LUI D'REVENIR APRES, DIS LUI D'JARTER, DIS LUI D'VENIR BACKER OU LAISSE MOI LUI DIRE FERME TA GUEULE J'AI PAS FINI D'RAPPER. J'PARTIRAI JAMAIS EN LAISSANT L'HISTOIRE INACHEVÉE.



LA FEMME DES UNS SOUS L'CORPS DES AUTRES A DES SOUPIRS DE VOLUPTÉ. ON S'EN FOU QUAND C'EST PAS LA NOTRE MAIS CELLE DES AUTRES. D'ABORD ON S'DIT VOUS ET PUIS ON S'DIT TOUT. ON S'ENVOIE UN VERRE. ON S'ENVOIE EN L'AIR.



AUTREFOIS J’ÉTAIS COMME TOI. JE SAIS QUE C'EST PAS FACILE D’ÊTRE CALME QUAND ON TROUVE QUELQUE CHOSE QUI CONTINUE. MAIS PRENDS TON TEMPS, PENSE BEAUCOUP. PENSE BIEN A TOUT CE QUE TU AS, QUI RESTERAS ENCORE LA DEMAIN. MAIS TES RÊVES NON.


○ posts : 606 ○ points : 2560
○ pseudo : buck
○ avatar : tom hardy
○ inscrit le : 22/03/2018
MessageSujet: Re: illusionen ses inte av ett öga utan av två. † shelby.   Dim 9 Sep - 17:53


ILLUSIONS
yeah, you don't know my mind. you don't know my kind. dark necessities are part of my design. tell the world that i'm falling from the sky. dark necessities are part of my design. (RED HOT)

Deux semaines que la promesse a été faite. Elle devrait être honorée ce soir. Pas hier, pas demain, ce soir. Il avait du cran, Bailor. Pas le boxeur, pas le champion, mais le gamin qu'il trimballe dans son ombre. L'ancien collègue qui arpente toujours les couloirs de l'université. Morne existence. Aucun regret pour Shelby qui savoure sa liberté depuis quelques jours. Les affaires ont repris. Et même s'il est interdit pour lui de mettre les pieds au casino lorsque les rues se vident, il ne peut s'en priver. Foutu bracelet qui lui lacère la cheville avec les jours qui passent. Foutu couvre-feu de merde à respecter sous peine de voir débarquer un raz-de-marée en cuirs et képis. Une liberté sous caution, ça a un prix, même pour Seth. J'vous rapporterai tout le soir-même, vous serez pas déçus. Il avait promis monts et merveilles à Solal. Des liasses de billets à ne plus pouvoir les compter et son acerbe sourire en coin. Elle était méfiante, la meute. Et il était méfiant, le loup. Le règne qui a basculé, pas longtemps mais assez surveiller ses arrières. Les recrues, il n'était plus pour. Trop de risque d'y repasser. Trop de risque d'y replonger. Une seule brebis galeuse dans la tanière et les portes de la taule pourraient s'ouvrir de nouveau. Alors Bailor, il en voulait pas. Pas avant qu'il agite les billets sous son nez.

Les lumières s'allument au casino, et le soleil se couche doucement. Il regarde sa montre : l'heure tourne et il sera bientôt trop tard. Il devra prendre la fuite, rentrer au bercaille, s'éloigner du Holster jusqu'à demain matin. Les cents pas résonnent dans le bureau, ça l'agace. Le juif erre comme un animal fou, parcourt son bureau de long en large. Seth avait toujours été intransigeant et les conséquences d'un affront avaient toujours été redoutées. Mais aujourd'hui encore plus. Le traitement à la poubelle. La came qui coule dans les veines. L'âme en peine. Le loup aboie à tout bout de champ et mord chaque main qu'on lui tend. Plus aucune négociation : marche ou crève. De l'agitation derrière la porte, Shelby relève le nez et s'approche du meuble. La main sur la ceinture, près du 9 mm qui ne le quitte plus, il attend. Bailor entre, un sac de sport sur l'épaule. Il avale la distance et balance la somme sur le bois. T'es en r'tard. Sec, le juif s'approche du butin. Il observe, tourne autour du sac avant d'y risquer une main pour sortir une liasse. Bailor pavane, adresse des sourires à qui veut les voir et balance une dernière enveloppe. Shelby ne lui adresse pas un regard. Je n'te fais pas confiance. Le loup s'approche encore, se saisit de l'enveloppe et la soupèse, l'air suspicieux. On va tout recompter. La somme est probablement la bonne. Bailor a probablement raison. Mais Seth n'a que faire des probabilités et c'est à la main que ses sbires se taperont chaque billet. T'auras ta part quand j'serai certain que t'essaies pas d'm'entuber. L'arnaqueur n'est pas là que pour les beaux yeux du loup. Il attend, lui aussi, sa part du contrat. Des billets, certes. Mais un carnet d'adresse, surtout. Les noms des plus gros pigeons de la ville. Les noms de ceux qui dépensent sans compter, que l'on dupe les yeux fermés. Bailor s'amuse à pavaner devant les gros poissons de la ville. Shelby prend une grosse partie des recettes. Telle était la nature de leur marché. J'te donnerai quelques noms après. Pas tous.          

code by bat'phanie

_________________
    did I ever tell you what the definition of insanity is ? insanity is doing the exact same fucking thing over and over again expecting shit to change. that. is. crazy. no, no, no, please « this time is gonna be different »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

la force tranquille
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : trente trois ans et demi, les "et demi" compte beaucoup.
○ statut : il garde sa bague de fiancé pas très loin malheureusement, il n'a jamais réussi a oublier Sannah. mais son corps est accessible a toutes les dames.
○ métier : arnaqueur et faussaire en tout genre. travaille pour la meute, mais sous couverture en tant que professeur d'histoire de l'art à l'université.
○ quartier : parfois vous le trouverez sur le canapé de son cousin, d'autre fois à la coloc mais il est plus souvent avec Jane que dans sa chambre mais autrement si vous ne le trouvez dans aucun des deux cas aller voir chez Adalia.
○ orientation sexuelle : les femmes, simplement les femmes vous ne lui ferait pas changer d'avis.
○ informations en vrac : il est le cousin des Bailor's, mais aussi il porte fièrement ce nom de famille. † fils unique il a trouver un Jake et ses cousines des petits frère et soeurs à protéger. † arnaqueur et faussaire dans l'âme sauf qu'il est "professeur" d'art en retour. † Jake est le seul a savoir où Sven cache son butin, ses oeuvres volés. † la fille de sa cousine, il l'aime comme sa propre nièce. † crèche un peu partout en ce moment, il se dit sans domicile fixe même si chez Jake c'est un peu comme chez lui sauf que c'est trop petit pour trois personnes.

KONSTIG FAMILJ † you are my family, my blood and my rank. nothing will make me change my mind, nothing will change and everything will be the same. my brother, my best friend, my blood. [SONG]


○ posts : 1761 ○ points : 2480
○ pseudo : lylou.
○ avatar : kit harington
○ DC : l'infirmier smur, aka nathanaël dawson & la petite blonde perdu sous les coups aka naevia b.-salander
○ inscrit le : 03/06/2017
MessageSujet: Re: illusionen ses inte av ett öga utan av två. † shelby.   Dim 9 Sep - 20:50




the illusion is not the most unpleasant.
relax... or no.bailor contre shelby.
Ce qui est de sur c’est que l’université est toujours autant une belle couverture pour moi et ça me convient très bien en réalité. Après tout j’ai tout autant de cran que mon cousin, sauf que pour ma part se sont plus mes actes, mes paroles que j’utilise le plus pas mes mains. C’est pour ça aussi que je n’ai pas spécialement peur de toi, vue se que j’ai vécu pendant quatre ans, mais aussi j’étais avec Solal donc lui peut dire comment j’étais, et Jake, il à vue que malgré ça j’ai changer je suis le même pour lui mais beaucoup de chose en moi a changer. Je peux travailler pour toi mais aussi je peux très bien être indépendant. C’est ce que je faisais avant de me faire avoir. Mais après je sais qu’une confiance ne se gagne pas comme ça. Alors que je suis arrivé a l’heure sauf que l’on m’a retenu a la porte, une fois que j’ai réussi à rentré a l’intérieur mais surtout que je t’es tout déposer sur le nez, aucun billet ne manquais et je t’avais même donner l’enveloppe avec le plus gros butin à l’intérieur celui que j’ai vendu le plus cher et c’est un peu comme une fierté. T'es en r'tard Je viens alors hausser un sourcil quand tu me dis ça. Mais aussi sur le même ton que j’ai depuis le début je lance un : « T’as qu’à te plaindre à l’autre qui est devant ta porte et qui ma retenu. » et c’était vrai. J’étais a l’heure et je ne serais pas une seule seconde en retard. J’ai horreur du retard de toute façon alors je ne vois pas pourquoi je l’aurais été pour ça. Je n'te fais pas confiance, je m’en fous personnellement, mais bon, après tout quand l’on dit quelque chose c’est que c’est la réalité, c’est vrai et surtout que j’avais pris soin à les recompter et les rangés comme il le fallait. Quand tu prends l’enveloppe je repasse mes mains dans mes poches, je t’observe, ouais je continue à t’observer les expressions que tu peux avoir, les manies aussi que tu as. C’est alors que je te vois suspicieux pour l’enveloppe je garde un petit sourire en coin, ce petit sourire qui est très agaçant pour la personne que j’ai en face de moi. On va tout recompter Je hausse doucement des épaules quand tu me dis ça. « Te plain pas si derrière tu es en retard. Mais surtout s’ils mettent du temps à compter pour savoir si la somme est correcte. » envoyer des piques ? Ouais j’aime ça, mais surtout au personne aussi nerveuse que toi, aussi agacé que toi en ce moment. C’était aussi la vérité, le recompte de l’argent allait mettre du temps mais aussi je me doute que tu veux savoir avant de partir si tout est bon ou non. Mais après tout, qui ne sait pas ici, ou du moins qui n’a pas remarqué le bracelet qui orne ta cheville. C’est aussi possible que la moitié des personnes ici ne sont pas observateur comme je peux l’être, je l’ai toujours été. J’en joue la plupart du temps, mais surtout j’en joue énormément pour avoir se que je veux derrière. T'auras ta part quand j'serai certain que t'essaies pas d'm'entuber Je viens doucement hausser un sourcil en te regardant. Je viens te regardant, bien sûr je n’hésite à te regarder droit dans les yeux. « J’ai déjà entuber des gens mais sache une chose Shelby. L’argent que je t'ai filé ce soir, l’argent qui était prévu je peux me le faire sans ta propre demande. Je le fais juste pour une chose et tu le sais très bien. » J’avais retiré mes mains de mes poches, mon sourire avait disparu mais surtout je te dis ça sur un ton assez sérieux. « Je peux aussi t’entuber d’une autre façon je te rappelle que je suis faussaire mais aussi voleur ? » oui j’aurais pu le faire autrement, j’aurais aussi pu t’arnaqueur sur plusieurs choses. Mais après je ne parle pas que tu Holster. Il y a juste le fait que je dois savoir quelques détails, comme là pour ton bracelet. Mais pour le coup je m’en fou, je m’en fou de ce que je peux faire mais surtout que je peux fausser chez toi. Je m’en fou complètement. J’ai juste envie de quelques adresses, des adresses pour pouvoir voler enfin des personnes, ses personnes stupides qui ne vérifie rien a rien, mais surtout qui pense être inaccessible. Alors que je te parle du fait que je suis faussaire je sors alors le portefeuille du gros dur qui est devant la porte comme chien de garde et je le balance sur ton bureau. « Tu redonnera ça à ton chien-chien devant ta porte. » Je lève doucement un sourcil. Mais pour le coup tu as deux Bailor à ton service, le plus sage et le plus nerveux. J’ai envie de te dire dommage pour toi d’un côté, parce que malgré tout Jake n’est pas censé savoir que je bosser pour toi. Mais quand je vois les sbires commencé a compter l’argent. Je lève un instant les yeux aux ciels. Mais je repose alors le regard sur ta personne quand tu ouvres la bouche. J'te donnerai quelques noms après je sais que je n’aurais pas beaucoup de nom, après l’argent ce n’est pas la priorité chez moi. C’est juste pour les noms, c’est putains de nom que je peux pas avoir, pas maintenant ni jamais en réalité. Je sens que je vais devoir ramener plusieurs fois de l’argent, ou te rendre encore des services. En réalité, j’espère avoir le nom d’un des plus gros poissons, celui ou je trouverais ce collier, collier que je cherche depuis quatre ans, collier qui vaut des milliards même. Mais bon, je sens que tu ne me donnera pas le nom de la personne que je voudrais. « Je sais que je n’aurais pas tant de noms que ça. Mais ouais, d’accord. Après ça serait pas plus mal de les avoirs maintenant Shelby. » après tout, tu ne me fais pas confiance, pourquoi moi je te ferais confiance ? J’étais assez naïf comme ça par le passé.

_________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar

the big bad wolf
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : quarante trois balais (13/11)
○ statut : l’anneau lui glisse du doigt : marié dans les faits, tristement seul dans les actes
○ métier : à la tête de la meute, planqué au holster, trafiquant de tout ce que tu veux, tant que t'as de la thune. viré de l'université, trop carcéral
○ quartier : dans les draps de monroe, gardant son corps jalousement
○ orientation sexuelle : à ton avis ? son machisme exprime une hétérosexualité revendiquée
○ informations en vrac : shelby, c’est pas le gendre idéal. son mariage était à la base animé par l’intérêt. ○ l’alcool et la clope font partie de ses vices : il a la descente facile et traîne une odeur de tabac froid. ○ difficile de lui trouver une parcelle de peau vierge de tatouages. ○ ancien camé, ça lui brûle parfois les doigts d’y regoûter. ○ la taule de darwin est sa deuxième maison. il ne compte plus les nuits qu’il y a passé. ○ c’est un type discret, pas très loquace et qui finira par te cracher dessus si t’es trop curieux. ○ bailey, progéniture inconnue, est le tic tac bruyant de l’explosion qui s’apprête à lui brûler la moustache. ○ son coeur fredonne l’hatikva depuis son plus jeune âge. papa et maman lui ont transmis leur religion. ○ il aime les bouquins, sa deux roues et surtout ses chiens : deux bergers allemands affublés des patronymes rémus et romulus. ○ diagnostiqué héboïdophrène, c’est une sorte de schizophrénie qu’il n’arrive même pas à prononcer. ○ de cette délicate attention de la nature en découle son caractère de merde : insubordonné, cyclothymique, paranoïaque, arrogant, ironique, impulsif, bagarreur, mégalomane, solitaire, macho et surtout, froid comme les glaçons dans ton slip.


COMMENT NE PAS PERDRE LA TÊTE SERRÉE PAR DES BRAS AUDACIEUX ? CAR L'ON CROIT TOUJOURS AUX DOUX MOTS D'AMOUR QUAND ILS SONT DIT AVEC LES YEUX. ELLE, QUI L'AIMAIT TANT, ELLE LE TROUVAIT LE PLUS BEAU DE SAINT-JEAN. ELLE RESTAIT GRISÉE, SANS VOLONTÉ, SOUS SES BAISERS.



UNE LÉGÈRE ENVIE DE VIOLENCE QUAND ELLE RELACE SES BAS. JE NE SUIS PLUS A VENDRE, NEEMA JE N'SUIS PLUS COMME CA. DES RUMEURS ADOLESCENTES DISENT QUE JE NE SUIS PAS A TOI ET JE PENSE QU'UNE PART DE VRAI SE CACHE.



SI LA MORT FRAPPE A MA PORTE ME DIT T'ES DANS MES P'TITS PAPIERS, DIS LUI D'REVENIR APRES, DIS LUI D'JARTER, DIS LUI D'VENIR BACKER OU LAISSE MOI LUI DIRE FERME TA GUEULE J'AI PAS FINI D'RAPPER. J'PARTIRAI JAMAIS EN LAISSANT L'HISTOIRE INACHEVÉE.



LA FEMME DES UNS SOUS L'CORPS DES AUTRES A DES SOUPIRS DE VOLUPTÉ. ON S'EN FOU QUAND C'EST PAS LA NOTRE MAIS CELLE DES AUTRES. D'ABORD ON S'DIT VOUS ET PUIS ON S'DIT TOUT. ON S'ENVOIE UN VERRE. ON S'ENVOIE EN L'AIR.



AUTREFOIS J’ÉTAIS COMME TOI. JE SAIS QUE C'EST PAS FACILE D’ÊTRE CALME QUAND ON TROUVE QUELQUE CHOSE QUI CONTINUE. MAIS PRENDS TON TEMPS, PENSE BEAUCOUP. PENSE BIEN A TOUT CE QUE TU AS, QUI RESTERAS ENCORE LA DEMAIN. MAIS TES RÊVES NON.


○ posts : 606 ○ points : 2560
○ pseudo : buck
○ avatar : tom hardy
○ inscrit le : 22/03/2018
MessageSujet: Re: illusionen ses inte av ett öga utan av två. † shelby.   Mar 18 Sep - 22:01


ILLUSIONS
yeah, you don't know my mind. you don't know my kind. dark necessities are part of my design. tell the world that i'm falling from the sky. dark necessities are part of my design. (RED HOT)

Et il s'amuse de la situation, l'inconscient. Il se balade dans la pièce obscure, roule des mécaniques face à plus imposant que lui. Il ne mesure pas les conséquences de son sarcasme. Il ne mesure pas non plus la force avec laquelle son assurance pourrait être écrasée contre le mur d'à côté. Ce soir, il est un intru dans la meute, l'agneau dans la tanière du loup : position de faiblesse numérique qu'il n'intègre visiblement pas. Il n'a pas la carrure d'un louveteau, pas encore. Ca viendra. Ca viendra quand il aura, comme Hercule, accomplit ses douze travaux. Casser le psychisme du clébard avant de la dompter, une méthode radicale et efficace. Il se justifie sur son retard, accuse la montagne qui se dresse sur le chemin du bureau. Cette même montagne a des ordres, comme toutes les âmes au service du casino, et elle fait partie des plus obéissantes. Les pupilles noyées dans les billets verts, Shelby se répète, tranchant, j'en ai rien à foutre. T'es en r'tard. Le point final était griffé, il n'y avait plus rien à redire. Les péripéties qui avaient put entraver la route de Bailor, il s'en branlait. L'enveloppe dans le creux de sa main, il risque un regard vers le brun. Ce même sourire agaçant qui orne ses lèvres. Le sourire triomphant de celui qui sait tout, de celui qui voit tout. En d'autres circonstances, le loup le lui aurait arraché, son sourire, mais l'odeur de l'argent le ramène aux contraintes de la réalité. Une autre remarque et le juif se redresse en laissant tomber l'enveloppe sur le bureau dans un lourd fracas. Il toise le plus jeune, jauge son inconscience. J'ai une gueule à rester poireauter ? Même avec des mains aussi minutieuses que celles qui s'activeront dans le sac un peu plus tard, la recompte ne se terminera que très tard dans la nuit. Seth aura déjà déserté les lieux pour retrouver la chaleur des cuisses de Monroe. T'auras une réponse demain matin, pas avant. Il a le ton incisif des négociations qui s'effritent, qui n'ont jamais existées. Il remarque les pupilles agitées de Bailor, celles qui observent ce qu'il se passe autour d'elles, qui ne ratent rien, avalent tout ce qu'elles peuvent. L'inconscient soutient le regard du loup, s'approche doucement, les mains dans les poches. Etaient-ce des menaces que Shelby entendait de ces lèvres trop bien hydratées ? Un rictus, celui de l'autorité et de la condescendance, vient figer les mâchoires de Seth. Et tu crois qu'je suis quoi moi ? Un putain d'curé échappé d'l'église ? Deux arnaqueurs l'un en face de l'autre, Bailor oublie qu'il n'a pas affaire à un simple nom. L'arnaque, le crime et autres monstruosités sont le quotidien de Shelby alors le portefeuille qui s'échoue sur le bureau, ça ne l'impressionne que très peu. Et puis, les chiens de garde sont faciles à berner lorsqu'on a les mains délicates d'une femme. Le juif s'approche, pose des paumes éloignées sur le bois du bureau et soutient le regard du gamin. Evite de jouer avec mes couilles, ça a l'don d'm'irriter. Poète de la vulgarité depuis qu'il s'est forgé avec les pires raclures de ce monde, il pointe le portefeuille d'un index nonchalant. Y'a des types qu'on perdu une main pour moins qu'ça. Et y'a des types qui ont aussi perdu la vie pour la moitié du sourire que Bailor orne. Mais il a du talent, le gamin. Et du fric. Alors s'il en était forcé, Shelby ne lui supprimerait qu'un doigt ou deux pour être certain que la leçon soit assimilée. Il se redresse, attrape le portefeuille qu'il enfouit dans sa poche de manteau. Bailor s'impatiente, il veut les noms plus que le pognon. Les plus gros pigeons de la ville, il ne connaîtra leur identité que lorsque qu'il revêtira la fourrure du louveteau. En attendant, il doit faire preuve de docilité. J'ai dis demain. Faire tourner Bailor en bourrique, tester ses limites et sa dévotion. Quand il croit tenir entre ses doigts la confiance du loup, elle s'échappe et lui faudra courir encore pour la rattraper.       

code by bat'phanie

_________________
    did I ever tell you what the definition of insanity is ? insanity is doing the exact same fucking thing over and over again expecting shit to change. that. is. crazy. no, no, no, please « this time is gonna be different »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: illusionen ses inte av ett öga utan av två. † shelby.   

Revenir en haut Aller en bas
 

illusionen ses inte av ett öga utan av två. † shelby.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cody Rhode vs Shawn Micheals vs Sin Cara
» Saint Patrick's Day ★ Sláinte !
» Who run the World (girls)
» Le patin sous toutes ses formes [PV Shelby]
» Chaussons de danse contre patins à glace ? [ Ana / Shelby ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: have fun-