AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ♠ too far, neema

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

the big bad wolf
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : quarante trois balais (13/11)
○ statut : marié, il croyait pas aux secondes chances. pourtant elle est là, chaque matin.
○ métier : à la tête de la meute, planqué au holster, trafiquant de tout ce que tu veux, tant que t'as de la thune. viré de l'université, trop carcéral
○ quartier : south bay, un pinceau dans chaque poche, un clou entre les dents. une maison qu’ils retapent.
○ orientation sexuelle : à ton avis ? son machisme exprime une hétérosexualité revendiquée
○ informations en vrac : shelby, c’est pas le gendre idéal. son mariage était à la base animé par l’intérêt. ○ l’alcool et la clope font partie de ses vices : il a la descente facile et traîne une odeur de tabac froid. ○ difficile de lui trouver une parcelle de peau vierge de tatouages. ○ ancien camé, ça lui brûle parfois les doigts d’y regoûter. ○ la taule de darwin est sa deuxième maison. il ne compte plus les nuits qu’il y a passé. ○ c’est un type discret, pas très loquace et qui finira par te cracher dessus si t’es trop curieux. ○ bailey, progéniture inconnue, est le tic tac bruyant de l’explosion qui s’apprête à lui brûler la moustache. ○ son coeur fredonne l’hatikva depuis son plus jeune âge. papa et maman lui ont transmis leur religion. ○ il aime les bouquins, sa deux roues et surtout ses chiens : deux bergers allemands affublés des patronymes rémus et romulus. ○ diagnostiqué héboïdophrène, c’est une sorte de schizophrénie qu’il n’arrive même pas à prononcer. ○ de cette délicate attention de la nature en découle son caractère de merde : insubordonné, cyclothymique, paranoïaque, arrogant, ironique, impulsif, bagarreur, mégalomane, solitaire, macho et surtout, froid comme les glaçons dans ton slip.


now that i've lost everything to you, you say you want to start something new and it's breaking my heart you're leaving, baby i'm greaving.

can't stay at home, can't stay at school. old folks say « you poor little fool ». down the streets i'm the girl next door. i'm the fox you've been waiting for.
.

there's a road I'd like to tell you about, lives in my home town. lake shore drive the road is called and it'll take you up or down from rags on up to riches fifteen minutes you can fly.

mother told me, yes, she told me i'd meet girls like you. she also told me, « stay away, you'll never know what you'll catch ». just the other day i heard a soldier falling off some indonesian junk that's going round.

it's not time to make a change, just relax, take it easy. you're still young, that's your fault, there's so much you have to know.


○ posts : 741 ○ points : 1230
○ pseudo : buck
○ avatar : tom hardy
○ DC : corberó (bernthal)
○ inscrit le : 22/03/2018
MessageSujet: ♠ too far, neema   Sam 8 Sep - 22:39


TOO FAR
let's face all our fears come out of the shade. let's burn all the money, absolve all the lies and wake up unscathed. the big picture's gone, replaced with visions of you. now life can begin, i've cleansed all my sins. i'm about to break through. (SOMETHING HUMAN)

Les jours s'enchaînent comme les emmerdes : réguliers, monotones et de plus en plus prévisibles. Première nuit de l'autre côté des barreaux, la gamine comme hôte. Une connerie. Une foutue connerie. Les draps avaient été les spectateurs silencieux des pulsions de deux corps qui s'attirent, de deux animaux qui se cherchent. Des étreintes qui ne se sont jamais arrêtées, des lèvres qui ne se sont jamais quittées. Josie et Seth. Monroe et Isaac. Le loup et le louveteau avaient partagé une nuit brutale, bestiale. L'ego bousculé, Shelby avait fuit les bras de la brunette au déclin du soleil. Son visage sur les journaux, son masque donné en pâture aux médias, il avançait avec précaution dans les rues. Dans l'ombre d'une capuche, il sillonne les trottoir, évite ces inconnus qui s'étonnent de l'arrestation du loup qui rôdait dans le plus grand secret. Il s'arrête face à une vitrine dans l'angle de la rue. Ses yeux se posent sur un journal parmis les autres. Son visage y est placardé en noir et blanc, les traits tirés et la pancarte carcérale entre les mains. Elle est cernée, la bête, par la fatigue et la fatalité. Putain de spectacle. Shelby passe son chemin, les mains dans les poches et l'allure rythmée. L'appartement n'est pas très loin, le centre se traverse vite. La deux roues est restée à south bay. Elle prend la poussière dans cette maison sans âme, mise en vente pour le confort financier de sa femme. Ou de son ex-femme. Il ne sait plus où il en est. Où ils en sont. Est-ce que l'alliance à son doigt porte encore un semblant d'utilité ? Celle d'Ellie gît dans la poche du juif depuis le soir où il l'a obligé à braquer une arme sur lui. Le mur en porte encore les stigmates, probablement. Les assiettes se sont brisées, les hurlements se sont percutés. Leur couple a volé en éclat ce soir-là et depuis, il s'effrite un peu plus chaque jour qui passe.

Il pousse la porte de l'immeuble et dans un réflexe inutile, prend le temps de vérifier que personne ne le suit. Il avale les marches quatre à quatre. Derrière la porte, il entend le bruit de la télé. Il sait qu'elle est là. Mais elle, elle ne sait pas. Elle ne sait rien de sa libération anticipée. Elle ne sait rien de cette caution que l'autre moitié du duo a payée, comme il lui avait été ordonné. Elle ne sait rien non plus de la carcasse qui respire debout sur son paillasson, la main levée vers la porte. Neema est un pilier de cette meute qui se presse dans le casino. Elle tient une rêne et Solal tient l'autre pendant que le loup leur gueule les ordres. Derrière son bar, elle veille, sentinelle parmi la foule, elle sait tout et répète tout au creux de l'oreille de son patron aveugle. Ses phalanges cognent finalement contre le bois de la porte, le silence se fait. Il n'entend pas les pas de la louve qui se glissent jusqu'à lui. Elle est probablement en train de regarder dans le juda, méfiante, mais elle n'y verra que l'ombre d'une capuche. La clef tourne dans la serrure. L'égyptienne tourne doucement la poignée et entrouvre la porte, assez pour y glisser un seul oeil. Shelby tombe la capuche, le visage neutre, c'est moi, ouvre. Jamais des suggestions, toujours des ordres avec ce même ton froid et sec, Neema avait l'habitude et elle l'aimait pour ça.         

code by bat'phanie

_________________
    did I ever tell you what the definition of insanity is ? insanity is doing the exact same fucking thing over and over again expecting shit to change. that. is. crazy. no, no, no, please « this time is gonna be different »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateurEn ligne

○ âge : 39 ans
○ statut : libre comme l'air, butine où le vent la mène
○ métier : Barmaid au Holster, le casino de Wellington. Elle gère également les filles du Hoster. et une des grosses têtes de la Meute
○ quartier : #16 (appartement) du côté de Center Bay
○ orientation sexuelle : Bisexuelle
○ posts : 62 ○ points : 270
○ avatar : zoé saldana la magnifique !
○ inscrit le : 05/09/2018
MessageSujet: Re: ♠ too far, neema   Dim 9 Sep - 1:38


Près de trois semaines que Seth n’était plus là ! Trois semaines que le manque lui barrait les entrailles autant que la haine et la rage lui brûlaient les veines. Cette sale garce avait enfin révélé son vrai visage, et ça ne faisait que la conforter dans l’idée que jamais elle n’aurait dû entrer dans leur monde… Rester cette indic’ à la con sans intérêt qu’elle était ! Depuis qu’elle gardait la maison avec Solal, son humeur n’avait fait que s’empirer. Froide et imbuvable, il ne faisait pas bon de venir la faire chier en ces jours sombres ! Ellie les avait mis dans une merde noire et la tension était palpable. Leur petit monde était en ébullition et pas dans le bon sens du terme. Ça n’est jamais bon pour les affaires ce genre de publicité et la seule consolation qu’elle pouvait avoir c’était l’annonce du départ de cette catin !

L’Égyptienne savait que ce jour arriverait tôt ou tard et elle aurait bien sauté au cou de Solal pour lui avoir lancé ce défi stupide. Une autre preuve que l’homme n’est pas bâti dans le même moule qu’une femme. Trop faible face à une paire de seins et la promesse d’une partie de jambes en l’air. La brune avait soupiré, exaspérée par tout ce merdier et les bruits de couloirs. « Fermez-là où j’vous assure que cette histoire sera le cadet de vos soucis ! » Sa voix avait claqué dans la salle… Ca jacassait sur les Shelby et ça avait le don de l’agacer. Ici tout le monde savait qu’il ne fallait pas lancer ce genre de sujet lorsqu’elle était dans les parages. « Seth s’ra bientôt d’retour et vaut mieux pour vous que j’aille pas raconter vos p’tites discussions… Maintenant dégagez, j’veux plus voir vos gueules dans mon bar aujourd’hui. » Elle était peut-être un poil sur les nerfs, autant elle pouvait être d’une patience de maitre Zen avec ses filles, autant elle ne supportait pas de voir trainer certains dealers au Q.I plus que limité. Ce genre de types qui se pensaient gangsters alors qu’ils pouvaient mouiller le pantalon à la moindre frayeur. Les deux jeunes avaient quitté les lieux, retournant à leur petit business pour la meute. Isaac absent, ça ne voulait pas dire que le monde s’arrêtait de tourner.

Lorsqu’elle avait quitté les lieux, l’Égyptienne n’avait pas fait de détour avant de regagner son appartement. Les journaux, elle les avait vus, lus et avait longuement pesté contre cette garce dont elle aurait la peau un jour. Une fois rentrée, porte verrouillée, elle avait commandé son repas comme à son habitude. La cuisine, elle s’en passait lorsqu’elle était seule. Un bon burger, le genre de chose qui avait le don de lui remonter le moral accompagné d’un vinyle. Voilà sa routine et elle l’adore, ici c’était son sanctuaire, là où elle s’autorisait à baisser la garde. Alors quand on avait frappé à sa porte, ses sens s’étaient mis en alerte par un automatisme primaire. Avec ce qui se jouait, elle n’aurait pas été étonnée de voir débarquer les flics ici parce que cette sale pouffiasse l’aurait à son tour balancée pour la faire croupir au fond d’une cellule. Cette simple perspective suffit à la bourrer d’angoisse. Cette menace lui glace le sang, elle savait que la promiscuité d’une cellule la rendrait folle.

La brune s’était rapprochée, méfiante au possible, l’arme à portée dans le cas où le visiteur lui chercherait des noises. Les visites impromptues, elle n’aimait pas ça, alors quand elle avait ouvert la porte et entendu la voix d’Isaac, son cœur avait fait un bond dans sa poitrine et un frisson avait parcouru son corps. Chaine de sécurité virée, elle avait ouvert non sans surprise le faisant rentrer sans attendre et sans s’offusquer du ton employé. « Bordel de merde ! Qu’est-ce que tu fous ici ? » Détrompez-vous, Neema était ravie de le savoir dehors, mais c’était la surprise qui parlait et surtout la crainte de voir tous les flics débarquer chez elle. « Putain me dit pas que tu t’es barré de taule Shelby !! »

_________________
See anybody
COULD BE GOOD TO YOU
YOU NEED A BAD GIRL TO BLOW YOUR MIND

Revenir en haut Aller en bas

avatar

the big bad wolf
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : quarante trois balais (13/11)
○ statut : marié, il croyait pas aux secondes chances. pourtant elle est là, chaque matin.
○ métier : à la tête de la meute, planqué au holster, trafiquant de tout ce que tu veux, tant que t'as de la thune. viré de l'université, trop carcéral
○ quartier : south bay, un pinceau dans chaque poche, un clou entre les dents. une maison qu’ils retapent.
○ orientation sexuelle : à ton avis ? son machisme exprime une hétérosexualité revendiquée
○ informations en vrac : shelby, c’est pas le gendre idéal. son mariage était à la base animé par l’intérêt. ○ l’alcool et la clope font partie de ses vices : il a la descente facile et traîne une odeur de tabac froid. ○ difficile de lui trouver une parcelle de peau vierge de tatouages. ○ ancien camé, ça lui brûle parfois les doigts d’y regoûter. ○ la taule de darwin est sa deuxième maison. il ne compte plus les nuits qu’il y a passé. ○ c’est un type discret, pas très loquace et qui finira par te cracher dessus si t’es trop curieux. ○ bailey, progéniture inconnue, est le tic tac bruyant de l’explosion qui s’apprête à lui brûler la moustache. ○ son coeur fredonne l’hatikva depuis son plus jeune âge. papa et maman lui ont transmis leur religion. ○ il aime les bouquins, sa deux roues et surtout ses chiens : deux bergers allemands affublés des patronymes rémus et romulus. ○ diagnostiqué héboïdophrène, c’est une sorte de schizophrénie qu’il n’arrive même pas à prononcer. ○ de cette délicate attention de la nature en découle son caractère de merde : insubordonné, cyclothymique, paranoïaque, arrogant, ironique, impulsif, bagarreur, mégalomane, solitaire, macho et surtout, froid comme les glaçons dans ton slip.


now that i've lost everything to you, you say you want to start something new and it's breaking my heart you're leaving, baby i'm greaving.

can't stay at home, can't stay at school. old folks say « you poor little fool ». down the streets i'm the girl next door. i'm the fox you've been waiting for.
.

there's a road I'd like to tell you about, lives in my home town. lake shore drive the road is called and it'll take you up or down from rags on up to riches fifteen minutes you can fly.

mother told me, yes, she told me i'd meet girls like you. she also told me, « stay away, you'll never know what you'll catch ». just the other day i heard a soldier falling off some indonesian junk that's going round.

it's not time to make a change, just relax, take it easy. you're still young, that's your fault, there's so much you have to know.


○ posts : 741 ○ points : 1230
○ pseudo : buck
○ avatar : tom hardy
○ DC : corberó (bernthal)
○ inscrit le : 22/03/2018
MessageSujet: Re: ♠ too far, neema   Lun 10 Sep - 15:46


TOO FAR
let's face all our fears come out of the shade. let's burn all the money, absolve all the lies and wake up unscathed. the big picture's gone, replaced with visions of you. now life can begin, i've cleansed all my sins. i'm about to break through. (SOMETHING HUMAN)

Les secondes défilent sur la palier de la porte. Après qu'il ait cogné ses phalanges contre le bois, la musique s'est subitement arrêtée. Il sait qu'elle est méfiante, qu'elle s'approche prudemment de la porte, incertaine de ce qu'elle trouvera derrière. Elle doit se la poser, la question : doit-elle ouvrir ? Son esprit vif est en train de retourner la situation dans tous les sens. La police, une de ses filles ou encore Ellie. L'égyptienne approche à pas de louve et Shelby poireaute sur le paillasson, en attendant qu'elle soit assez sûre d'elle pour daigner ouvrir la porte. Ce qu'elle finit par faire, le regard inquisiteur et la chaîne de sûreté toujours accrochée. Lorsqu'il tombe la capuche et ordonne qu'elle le laisse passer, Neema porte une main à sa bouche ronde d'étonnement et dans un sursaut, elle ouvre la porte. Avec la vulgarité qui la caractérise, qui les caractérise tous, la barmaid fait entrer son patron et referme rapidement la porte derrière son ombre. Elle s'inquiète qu'il se soit évidé et s'il avait été un homme plus loquace, ça l'aurait fait sûrement rire. Elle s'agite comme une délinquante en fuite, semble commencer à perdre son sang froid alors que lui s'avance dans cet appartement qu'il ne connaît que trop bien. Calme-toi Yepheh, j'me suis pas tiré. Calme, il se tourne vers elle et assiste au spectacle de sa désorganisation. D'une main, il soulève légèrement son pantalon de sa cheville gauche. De ses rangers sales et mal lacées, l'égyptienne peut poser ses yeux sur la loupiotte rouge qui clignote sur le bracelet électronique qui le tient encore à moitié détenu. Solal a payé la caution. La cheville qui se recouvre, le juif tourne les talons et vient occuper l'espace du salon.

Il remarque le tourne disque qu'elle a arrêté avec précipitation. La musique venait de là. Le burger entamé qui gît sur la table basse, dérangée en plein repas. Pas trop d'emmerdes ces dernières semaines ? Le loup tourne dans l'appartement, erre sans but jusqu'à la porte fenêtre qui est restée ouverte. Quelques rayons de soleil qui frappent contre la baie vitrée, l'atmosphère est agréable. Et Josie ? J'avais dit à Solal de la surveiller. Il sait, Shelby, qu'il n'apprendra la vérité ni de la bouche de sa protégée, ni de celle du vieux corniaud qui lui sert de bras droit. L'une joue la carte de l'innocence et des yeux tandis que l'autre joue celle de l'aveugle débordé par les événements. Pour une raison qui lui échappe, Isaac sent que quelque chose se trame entre les murs du casino mais préfère l'ignorer. Des futilités de cours de récré, il s'en branle finalement. Un pied sur la terrasse, l'autre encore dans le salon, il sort le paquet de cancéreuses de son sweat à capuche, en porte une à ses lèvres et l'allume avec l'un des nombreux briquets qu'il héberge dans ses poches. Il balance le petit objet sur la table basse, et finira sans doute par l'oublier là en repartant tout à l'heure. Et toi ? Il inspire longuement et la nicotine lui enfume les poumons. Il s'adosse sur la moitié de la baie vitrée qui est restée immobile tandis qu'il pose ses yeux dans ceux de l'égyptienne. Derrière cette distance nonchalante se cache la pudeur du loup. Celui-là même qui est incapable de montrer de l'inquiétude, de parler émotions. Yepheh fait partie des rares figures féminines qu'il respecte et elle sait, elle, que par ces deux derniers mots détachés, il s'enquit de ce qu'elle est devenue. Le loup et la louve de Wellington. S'il avait été moins aveugle, il aurait appris à l'aimer. S'il avait été moins con, elle serait la femme la plus heureuse de cette foutue planète.         

code by bat'phanie

_________________
    did I ever tell you what the definition of insanity is ? insanity is doing the exact same fucking thing over and over again expecting shit to change. that. is. crazy. no, no, no, please « this time is gonna be different »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateurEn ligne

○ âge : 39 ans
○ statut : libre comme l'air, butine où le vent la mène
○ métier : Barmaid au Holster, le casino de Wellington. Elle gère également les filles du Hoster. et une des grosses têtes de la Meute
○ quartier : #16 (appartement) du côté de Center Bay
○ orientation sexuelle : Bisexuelle
○ posts : 62 ○ points : 270
○ avatar : zoé saldana la magnifique !
○ inscrit le : 05/09/2018
MessageSujet: Re: ♠ too far, neema   Lun 10 Sep - 23:01

Pour sûr, elle ne s’était pas attendue à le voir débarquer sur le pas de sa porte. Quelque part, c’était sûrement la plus belle irruption dans sa routine. Un contretemps qu’elle n’espérait plus et ça l’avait prise au dépourvu. Elle avait souri, bien trop heureuse, même si la réalité la maintenait à flot. Cette crainte d’avoir à accueillir un évadé et de finir au trou. N’en doutez pas, Neema l’aurait accueilli de la même façon, porte grande ouverte qu’importe les risques tant que la meute ne perd pas son alpha. Pourtant elle ne pouvait cacher ses craintes bien longtemps. S’évader, ça voulait dire risquer de prendre une condamnation plus lourde encore, voir risquer perpet’ avec le bagage qu’il avait au cul ! Trois mots avaient pourtant suffi à la calmer, un surnom qui la ramenait toujours des années en arrière. Cette époque où l’innocence marquait encore ses traits et où elle n’était pas encore tombée dans les tréfonds d’un monde qui risquait de la dévorer un jour. Son regard avait fini par se porter sur sa cheville et surtout sur ce magnifique bracelet électronique qui ornait sa cheville. Un animal dans une cage, même plus grande, reste un animal en cage. « Evidemment… ça lui aurait écorché la tronche de m’tenir au courant… » Elle était agacée, peut-être un poil vexée d’avoir été la dernière au courant. Il ne le remarquerait sûrement pas, ou peut-être que si. Entre ses deux là, c’était une évidence, inséparables, des âmes sœurs qu’on n’arriverait sûrement jamais à séparer.

L’Egyptienne l’avait regardé faire comme à son habitude rejoignant le canapé qu’elle avait quitté il y a peu. « Pas de mon côté, mais ça commence à s’agiter et certains s’excitent à l’idée de te venger… J’ai tenté de les museler au mieux, mais je doute que ça soit suffisant. » Peut-être parce que franchement, elle n’y avait pas mis toute sa fougue et sa motivation… Peut-être parce qu’une grande partie de son être aurait voulu que ces putains de balance payent ! Sans prêter attention aux cent pas qu’il faisait, l’Egyptienne avait tapé dans son repas abandonné. Ça faisait longtemps qu’elle avait arrêté d’avoir le tournis à force de le regarder. L’évocation de Josie ne l’avait donc nullement surprise… suite logique des questionnements d’un homme tenu trop longtemps à l’écart de sa meute. Un léger rire bourré de sarcasme avait passé mes lèvres à l’évocation de Solal. « Je sais très bien gérer mes filles… J’ai pas besoin qu’un crétin vienne foutre son nez dans mes affaires. Sauf si tu m’fais pas assez confiance ! » S’il y avait bien une chose qui l’agaçait, c’était de savoir que Solal jouait sur ses plates-bandes et dans le cas présent jouait avec la petite Monroe. « Et pour Josie, quelques accros avec un type… mais je suis sur le coup et j’vais arranger ça. » L’Egyptienne n’avait pas encore eu le temps de choper Solal, mais ça ne saurait tarder. Protectrice envers la gamine, elle n’évoquerait rien de plus, mais prétendre que tout allait pour le mieux aurait été une connerie. Mieux valait jouer la carte de la maitrise des choses, après tout elle gérait la situation… Elle était douée pour ça, la gestion de crise, ça avait été son quotidien pendant plus de trente ans.

L’odeur du tabac venait chatouiller ses narines, et titiller ses bronches. Neema, c’était le stress qui la faisait consommer toute sorte de choses et ces derniers temps, elle en était bourrée de préoccupations en tout genre. Le savoir en taule avait eu le don de l’abattre, la nouvelle avait eu l’effet d’une bombe sur elle. Le genre de bombe qui vous ravage et vous pousse à agir de la plus conne des façons. Neema n’avait pas tout de suite répondu à sa question, cherchant à mettre les mots juste sur ce qu’elle pouvait bien ressentir. Parce qu’elle ne pouvait clairement pas lui balancer ce qu’elle avait sur le cœur. Lui avouer qu’elle avait presque pu ressentir le manque d’avoir été séparée. Au lieu de ça, elle avait été cherché deux bières fraiches avant de le rejoindre près de la terrasse. « J’attends chaque jour qu’elle me fasse plonger. Ca m’étonne même que j’sois pas déjà au fond d’une cellule, la gueule ravagée par ses p’tits collègues ! » Isaac savait qu’elle ne supporterait pas d’être enfermée. La perspective d’être coincée entre quatre murs sordides avait toujours eu le don de révéler des angoisses bien trop profondes. Elle avait soupiré avant de remettre son masque de femme que rien n’atteint. Balayant ce semblant de faiblesse d’un revers. Le nom n’avait pas été prononcé, d’une parce qu’il lui écorchait la gorge et de deux car elle se doutait bien qu’il n’avait pas besoin de sa jalousie ou de sa colère dirigée depuis toujours. « J’suis contente de te savoir dehors, t’as pas idée à quel point ! » Le savoir entier, voir que physiquement il allait bien, la belle pouvait souffler. « Ca fait combien de temps que t’es dehors ? Tu sais où dormir ? » Elle veillait, s’assurait qu’il ne passerait pas les prochains jours dehors ou à trainer au fond d’un bar.

_________________
See anybody
COULD BE GOOD TO YOU
YOU NEED A BAD GIRL TO BLOW YOUR MIND

Revenir en haut Aller en bas

avatar

the big bad wolf
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : quarante trois balais (13/11)
○ statut : marié, il croyait pas aux secondes chances. pourtant elle est là, chaque matin.
○ métier : à la tête de la meute, planqué au holster, trafiquant de tout ce que tu veux, tant que t'as de la thune. viré de l'université, trop carcéral
○ quartier : south bay, un pinceau dans chaque poche, un clou entre les dents. une maison qu’ils retapent.
○ orientation sexuelle : à ton avis ? son machisme exprime une hétérosexualité revendiquée
○ informations en vrac : shelby, c’est pas le gendre idéal. son mariage était à la base animé par l’intérêt. ○ l’alcool et la clope font partie de ses vices : il a la descente facile et traîne une odeur de tabac froid. ○ difficile de lui trouver une parcelle de peau vierge de tatouages. ○ ancien camé, ça lui brûle parfois les doigts d’y regoûter. ○ la taule de darwin est sa deuxième maison. il ne compte plus les nuits qu’il y a passé. ○ c’est un type discret, pas très loquace et qui finira par te cracher dessus si t’es trop curieux. ○ bailey, progéniture inconnue, est le tic tac bruyant de l’explosion qui s’apprête à lui brûler la moustache. ○ son coeur fredonne l’hatikva depuis son plus jeune âge. papa et maman lui ont transmis leur religion. ○ il aime les bouquins, sa deux roues et surtout ses chiens : deux bergers allemands affublés des patronymes rémus et romulus. ○ diagnostiqué héboïdophrène, c’est une sorte de schizophrénie qu’il n’arrive même pas à prononcer. ○ de cette délicate attention de la nature en découle son caractère de merde : insubordonné, cyclothymique, paranoïaque, arrogant, ironique, impulsif, bagarreur, mégalomane, solitaire, macho et surtout, froid comme les glaçons dans ton slip.


now that i've lost everything to you, you say you want to start something new and it's breaking my heart you're leaving, baby i'm greaving.

can't stay at home, can't stay at school. old folks say « you poor little fool ». down the streets i'm the girl next door. i'm the fox you've been waiting for.
.

there's a road I'd like to tell you about, lives in my home town. lake shore drive the road is called and it'll take you up or down from rags on up to riches fifteen minutes you can fly.

mother told me, yes, she told me i'd meet girls like you. she also told me, « stay away, you'll never know what you'll catch ». just the other day i heard a soldier falling off some indonesian junk that's going round.

it's not time to make a change, just relax, take it easy. you're still young, that's your fault, there's so much you have to know.


○ posts : 741 ○ points : 1230
○ pseudo : buck
○ avatar : tom hardy
○ DC : corberó (bernthal)
○ inscrit le : 22/03/2018
MessageSujet: Re: ♠ too far, neema   Mar 18 Sep - 15:15


TOO FAR
let's face all our fears come out of the shade. let's burn all the money, absolve all the lies and wake up unscathed. the big picture's gone, replaced with visions of you. now life can begin, i've cleansed all my sins. i'm about to break through. (SOMETHING HUMAN)

Sans surprise, l'égyptienne crache sa haine sur l'autre juif, celui qui garde la meute bien cloisonnée entre les murs du casino. Ils ne se sont jamais appréciés. Ou peut-être un peu trop. Bien loin de ce genre de préoccupations, Shelby n'avait jamais essayé de leur couper les griffes. Qu'ils s'entretuent s'ils le souhaitent. Qu'ils se réduisent en charpie si cela leur permet de garder à l'esprit cette machine à fric infernale qu'il a mis sur pied et qui ne tournerait pas sans ses dociles disciples. Ce sont deux âmes en peine que rien ne raisonnera. Des électrons libres qui gravitent autour du noyau de pierre et de fer. Les histoires de cul comme les histoires de coeur, Seth ne s'y intéresse pas, les bouscule avec ignorance. tant que le boulot est fait, le reste, il s'en cogne. Alors il ne relève pas, laisse la brune à ses sarcasmes et prend la direction de la porte fenêtre. Lorsqu'il s'y adosse et tourne son visage, Neema a repris sa position initiale : le cul dans le canapé, les coudes sur les genoux et le reste de burger au fond de ses paumes. J'y r'tourne ce soir. Personne se vengera. Personne touchera à une nana en cloque. Il parle d'elle. Sans préavis, il balance à l'égyptienne que la fliquette attend un enfant. Son enfant. Inconscient des répercussions, il avoue ce qu'il peine encore à croire. Neema savait pour Bailey mais était loin de se douter que le deuxième lorgnait déjà sous le nombril de la rivale.

Isaac crache les premiers relents de fumée grise. Il emporte toujours avec lui cette odeur de tabac qu'il entretient jour après jour. Il a les traits creusés, les poumons asphyxiés et les ongles jaunis mais qu'importe : on finit tous par creuver de toute façon. T'es trop tendre avec la gamine, pour ça qu'j'ai mis Sobek sur le coup. Ignorant le lien qui s'est tissé entre le crocodile et la catin, Shelby ne remet pas en cause l'efficacité de la brune. Mais elle prend les choses à coeur. Trop à coeur. C'est une femme, un être aux hormones liquoreux qui s'égosille devant chaque démonstration de faiblesse. Facile à berner lorsqu'on lui fait les yeux doux et que l'on lève la main droite. Elle est forte, Yepheh, mais pas assez pour étouffer ses émotions lorsqu'on cause affaires. Quel genre d'accros ? Il la fixe, attend des réponses. Nouvel objet de sa possessivité, Monroe est au coeur de ses préoccupations. Une main de plus qui se pose sur ce corps qui lui appartient et chaque jour l'envie de violence se fait plus forte. Ce matin, il avait Josie dans ses draps. Cette nuit, il avait Ellie dans ses bras.

La louve s'était éloignée au fond de la pièce, revenant de la cuisine avec une bière dans chaque main. Ses hanches ondulent comme les épaules d'une tigresse, Shelby ne détourne pas le regard. Elle lui fait part de ses inquiétudes et sa rancoeur. Il saisit la bière mais ne la lui arrache pas encore des mains. T'iras pas en taule. Toi ni personne. Elle a aucune preuve, seulement le dossier qu'Alice a ramené avec elle. Les yeux dans les yeux, c'est une promesse muette qu'il lui fait. Jamais il ne laisserait cet oiseau aux ailes dorées découvrir la fraîcheur des barreaux d'une cage. Elle se pend à son regard, boit ses paroles et lui, il se contente d'ouvrir les bières avec un briquet de plus. Il est heureux de la voir, lui aussi, mais sa pudeur et son manque d'affectif l'empêche de le lui dire. Il s'adosse de nouveau à la baie vitrée, boit une gorgée de bière. J'suis sorti hier soir et j'suis allé chez Josie. Ses pupilles s'évadent par la terrasse. J'ai croisé son coloc en taule, elle a une chambre de libre. Une nouvelle gorgée de bière pour noyer ce mensonge. Le lit de Monroe est bien trop attirant pour qu'il y dorme ailleurs. Et elle lui fait l'amour trop bien pour qu'il cherche une autre tanière.          

code by bat'phanie

_________________
    did I ever tell you what the definition of insanity is ? insanity is doing the exact same fucking thing over and over again expecting shit to change. that. is. crazy. no, no, no, please « this time is gonna be different »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateurEn ligne

○ âge : 39 ans
○ statut : libre comme l'air, butine où le vent la mène
○ métier : Barmaid au Holster, le casino de Wellington. Elle gère également les filles du Hoster. et une des grosses têtes de la Meute
○ quartier : #16 (appartement) du côté de Center Bay
○ orientation sexuelle : Bisexuelle
○ posts : 62 ○ points : 270
○ avatar : zoé saldana la magnifique !
○ inscrit le : 05/09/2018
MessageSujet: Re: ♠ too far, neema   Sam 22 Sep - 0:38


"Whenever I’m alone with you,
you make me feel like I am home again. "
☾ ☾ ☾
∾ with @Isaac Shelby

Solal, Neema ne l’avait jamais apprécié… Ou plutôt si. Il était ce genre d’idiot qui lui tapait sur les nerfs, mais dont elle tolérait malgré tout la compagnie. Oui elle le prenait pour un imbécile, un bourrin dépourvu de tact. Un macho ne prenant rien au sérieux. Alors oui de savoir que lui savait et pas elle avait tendance à lui rappeler qu’elle ne serait jamais à la hauteur de sa confiance. Ca l’avait blessée dans un premier temps, aujourd’hui ça ne faisait que la vexer et l’agacer. Neema savait bien comment il fonctionnait, comment ça tournait dans sa tête. Incapable de lire les gens, de comprendre certaines émotions ou même de les décrypter alors qu’elles lui étaient exposées depuis des années. Égale à elle-même, Anat faisait son rapport… Fidèle au poste, dévouée à l’Alpha qu’elle avait toujours été. une nana en cloque. Le coup avait été violent, malgré la facilité déconcertante avec laquelle il venait de lui balancer la nouvelle.  une nana en cloque. ça tournait en boucle, lui refilant une nausée qui venait de lui couper l’appétit ! Il n’avait sûrement rien remarqué, trop occupé à penser à cette saloperie qui ne sortirait plus jamais de sa vie à présent. Comme si un uppercut l’avait frappée en plein dans le ventre, la belle encaissait avec une amertume… une nana en cloque. « Comme si on n’avait pas assez d’emmerdes comme ça ! » A ses yeux, cette nouvelle n’avait rien de bon, un désastre annoncé sans aucun doute ! Cette pétasse le tenait à présent et ça avait le don de la mettre hors d’elle.

Nerveuse et sur la défensive, il était en train l’achever en remettant en doute ses capacités à gérer. « J’vais pas jouer sur ses platebandes, alors je n’veux pas l’avoir sur les miennes ! » Si ça n’avait pas été Isaac, elle l’aurait envoyé se faire voir. « Rien qui justifie ton intervention ou celle de Sobek ! Je gère je t’ai dit, alors laisse-moi au moins ça ! » Bordel c’était si compliqué que ça de lui faire confiance ? Elle ne lui dirait rien de plus, garderait les confidences de Josie pour elle sans trahir. C’est comme ça qu’elle bossait et peu lui importait le besoin maladif de tout contrôler d’Isaac. Loin de se douter que la trahison, elle était venue d’en face. Que ces deux là avaient franchi un cap sans retour possible. Appétit définitivement réduit au néant, Neema avait balancé les trois quarts de son repas à la poubelle, avant de revenir vers celui qui l’attirait comme un aimant.

« T’en sais rien, elle me déteste… sûrement autant que moi ! » Et la louve, elle, n’aurait jamais hésité à l’enterrer vivante pour ne plus l’avoir sur sa route ! « Qu’est-ce qui te dit qu’elle ira pas fouiner ! Elle t’a déjà balancé une fois. » Celle-là aussi elle l’aurait bien réduite au silence de façon définitive. Mais voilà, elle n’était pas la décisionnaire de la meute, pas forcément influente face aux deux mâles. Pourtant elle avait envie de le croire quand il lui disait qu’elle ne finirait pas en taule. Envie de se noyer dans son regard pour ne plus jamais en sortir.

Bière aux lèvres, l’Egyptienne avait manqué de s’étouffer à sa nouvelle annonce. « Chez Josie ? » Surprise, elle s’était attendu à ce qu’il squatte chez Solal… avait sûrement espéré le voir débarquer ici pour qu’elle puisse l’héberger et enfin avoir sa chance, mais visiblement cette opportunité ne se présenterait jamais. Alice, Ellie… Il y avait toujours eu quelqu’un en travers de sa route et savoir qu’il créchait chez Josie à présent avait de quoi démoraliser ! A croire qu’il prenait un plaisir monstre à lui écraser le cœur et à le piétiner jour après jour. « Si jamais t’en a marre de squatter chez Josie, ma porte est ouverte ! » Elle avait lancé ça, sans grande conviction, Josie il l’avait toujours appréciée et protégée et la gamine, elle était dévouée et attachée à lui. Ses sens venaient de se mettre en alerte sans savoir pourquoi. Parfois elle se demandait ce qu’elle foutait encore ici, à attendre encore et encore une reconnaissance qui ne viendrait jamais. Elle s’était éloignée pour aller chercher une cigarette. Nerveuse encore, elle n’avait pas réussi à l’allumer dans la précipitation, alors elle l’avait balancée en soupirant. « Et maintenant c’est quoi le plan ? Les flics vont te coller au cul ! Faire le lien avec le casino. » Et donc foutre la merde un peu plus. « Qu’est-ce que tu comptes faire pour Alice ? Elle te lâchera pas… Faut la faire taire définitivement sans quoi cette pétasse va te faire prendre perpet ! » Ca lui brûlait les lèvres, mais il fallait qu’elle sache. « Et pour Ellie ? »

_________________
See anybody
COULD BE GOOD TO YOU
YOU NEED A BAD GIRL TO BLOW YOUR MIND

Revenir en haut Aller en bas

avatar

the big bad wolf
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : quarante trois balais (13/11)
○ statut : marié, il croyait pas aux secondes chances. pourtant elle est là, chaque matin.
○ métier : à la tête de la meute, planqué au holster, trafiquant de tout ce que tu veux, tant que t'as de la thune. viré de l'université, trop carcéral
○ quartier : south bay, un pinceau dans chaque poche, un clou entre les dents. une maison qu’ils retapent.
○ orientation sexuelle : à ton avis ? son machisme exprime une hétérosexualité revendiquée
○ informations en vrac : shelby, c’est pas le gendre idéal. son mariage était à la base animé par l’intérêt. ○ l’alcool et la clope font partie de ses vices : il a la descente facile et traîne une odeur de tabac froid. ○ difficile de lui trouver une parcelle de peau vierge de tatouages. ○ ancien camé, ça lui brûle parfois les doigts d’y regoûter. ○ la taule de darwin est sa deuxième maison. il ne compte plus les nuits qu’il y a passé. ○ c’est un type discret, pas très loquace et qui finira par te cracher dessus si t’es trop curieux. ○ bailey, progéniture inconnue, est le tic tac bruyant de l’explosion qui s’apprête à lui brûler la moustache. ○ son coeur fredonne l’hatikva depuis son plus jeune âge. papa et maman lui ont transmis leur religion. ○ il aime les bouquins, sa deux roues et surtout ses chiens : deux bergers allemands affublés des patronymes rémus et romulus. ○ diagnostiqué héboïdophrène, c’est une sorte de schizophrénie qu’il n’arrive même pas à prononcer. ○ de cette délicate attention de la nature en découle son caractère de merde : insubordonné, cyclothymique, paranoïaque, arrogant, ironique, impulsif, bagarreur, mégalomane, solitaire, macho et surtout, froid comme les glaçons dans ton slip.


now that i've lost everything to you, you say you want to start something new and it's breaking my heart you're leaving, baby i'm greaving.

can't stay at home, can't stay at school. old folks say « you poor little fool ». down the streets i'm the girl next door. i'm the fox you've been waiting for.
.

there's a road I'd like to tell you about, lives in my home town. lake shore drive the road is called and it'll take you up or down from rags on up to riches fifteen minutes you can fly.

mother told me, yes, she told me i'd meet girls like you. she also told me, « stay away, you'll never know what you'll catch ». just the other day i heard a soldier falling off some indonesian junk that's going round.

it's not time to make a change, just relax, take it easy. you're still young, that's your fault, there's so much you have to know.


○ posts : 741 ○ points : 1230
○ pseudo : buck
○ avatar : tom hardy
○ DC : corberó (bernthal)
○ inscrit le : 22/03/2018
MessageSujet: Re: ♠ too far, neema   Dim 30 Sep - 0:23


TOO FAR
let's face all our fears come out of the shade. let's burn all the money, absolve all the lies and wake up unscathed. the big picture's gone, replaced with visions of you. now life can begin, i've cleansed all my sins. i'm about to break through. (SOMETHING HUMAN)

Shelby n’avait jamais été et ne serait jamais un fin attentionné de l’affectif. Le sentimental, il marche dessus, l’écrase avec la pointe de sa godasse comme il le ferait avec une clope à cours de nicotine. L'émotionnel : pour les gosses et les femmes, pour les faibles. Il n’y avait aucune place dans son monde pour ce qui était des déboires du poing qui frappe dans les poitrines des uns et des autres. Il en avait vu défiler, des types au torse bombé et à la virilité saillante qui se mettaient à chialer à la moindre goutte de sang, à la moindre sensation du métal froid sur la tempe. Pas d’place pour ça dans les rangs de la meute. Il fallait être impartial, docile et efficace. Rien de plus. Rien de moins. Un bon petit soldat sans âme et sans cœur. Un bon petit soldat que rien n’atteint, qui appuierait sur la queue de détente les yeux fermés, sans une once de remord. Il n’avait pas le temps de s’intéresser à ces conneries de ménagères. Et pourtant, il sent l’égyptienne se tendre lorsqu’il termine sa phrase. Il l’a ressentie, cette tension qui est venue frapper sous les tempes de la brune. Il arque un sourcil, s’interroge sur cette violence qui la traverse lorsqu’elle apprend la grossesse de la fliquette. Une bouffée de cancer qui lui envahit les poumons, encore une fois. Il reste silencieux, incapable de décrypter cette haine qui anime les mains agitées de Neema.

Elle défend farouchement son territoire, la louve. Montre les crocs lorsque le crocodile s’approche trop près d’elle ou de ses filles. Shelby se fout de cette guerre des égos, tant que les ordres sont exécutés. Et ils le sont. Par une hasardeuse chance ou une habilité intelligente, l’égyptienne détourne l’attention de l’alpha en mettant en cause son autorité. Les sourcils du juifs se froncent, les rides sur son front s’accentuent. Mes interventions n’ont pas b’soin d'être justifiées, les avantages de l’autorité. Une autre bouffée de fumée. Shelby a possession du territoire, de tout le territoire. Il décide du moindre fait, du moins geste. Chaque murmure lui est rapporté, chaque vie danse au bout de ses doigts. Elle est piquante, la barmaid, et c’est ce qui plaît au patron. Tes plates-bandes sont les miennes. Celle de Sobek sont les miennes. Cette ville toute entière l’est aussi. N’oublie jamais ça. L’intonation est sèche, neutre. Il ne menace pas l’égyptienne, ne se sert pas de l’intimidation. Pas besoin. La louve aboie souvent. La louve griffe parfois. Mais la louve ne mord jamais, elle ne s’attaque jamais à Seth. Trop entichée pour ça. La fierté écorchée, elle se lève brusquement et envoie une bonne partie de son repas au fond de la poubelle. Le juif entend les pas nerveux qui parcourent la cuisine. Neema en ressort avec deux bières pour briser la glace. Peut-être.

L’instant d’après, chacun une main sur la bière qu’elle lui tend, le juif lui promet sécurité. Ils restent un instant silencieux, les yeux dans les yeux. Elle pince les lèvres, le jauge, essaie de croire à ces belles paroles. Les secondes sont suspendues un court instant avant que la brune ne lâche la bouteille humide en passant de nouveau à l’attaque. Comme toujours elle se méfie, intelligente, essaie de prévoir le scénario, d’anticiper la suite des événements. Le juif boit une gorgée, calme face à la tempête qui se lève juste en face de lui. Si elle avait voulu me foutre au trou pour perpét’, elle l’aurait déjà fait. Ellie aussi, connaît les règles du jeu. La justice n’a plus de secret pour elle et les méandres des procès non plus. Si elle souhaitait réellement voir son époux croupir au fond d’une cellule, ce serait chose faite. Elle a volontairement omis des chefs d’accusations, peut-être même a-t-elle effacé des preuves. Dans tous les cas, si elle avait voulu noyer Seth, elle en aurait eut tout le loisir. Et personne n’apparaît dans l’dossier qu’elle avait entre les mains. Juste Alice et moi. Personne n’était lié à son petit trafic, à l’époque. Et comme aujourd’hui, ils utilisaient tous des pseudonymes. Les pistes sont bien trop floues pour être remontées pendant vingt années. L’égyptienne est en sécurité.

Lorsque les yeux du juif errent sur la terrasse, il entend la brune manquer une gorgée. Il se tourne vers elle, elle tient la paume de sa main contre son sternum. Elle répète ses derniers mots. Il acquiesce d’un signe de la tête. C’est noté. Il y avait pensé, d’aller frapper à la porte de Neema lorsqu’il traînait sa carcasse hier soir. L’appartement de Monroe était sur le chemin, il en avait les clefs contrairement à la tanière de la brune. Aucune des deux ne seraient chez elle à une heure aussi tardives. Fidèles au casino. Alors il avait choisi la solution de facilité. S’il avait continué sa rouge hier soir, peut-être partagerait-il le lit de l’égyptienne. Peut-être aurait-il déversé sa frustration entre ses reins, au lieu de ceux de la catin. La clope qu’elle balance sur la table basse, éteinte, elle tourne comme un mot en cage. Sobek s’occupe d’elle. Le crocodile avait pris l’occasion à la volée, avait à peine prévenu son vieux pote avant de prendre le chemin de la maison de la Cvektov. Elle ne serait bientôt plus un problème. D’un geste vif, il balance son mégot par-dessus la faïence. Il s’écrasera dans la rue, beaucoup plus bas. Le juif revient sur ses pas et prend place dans le canapé, la bouteille toujours à la main. Je f’rai rien. Pas pour l’instant. Il reste évasif, noie ce sujet au fond de sa bière. Admettre que son cœur bat encore pour elle, c’était ce qu’il définissait comme de la faiblesse. Admettre qu’il voulait retrouver le parfum de sa peau, quoi qu’il en coûte, c’était ce qu’il définissait comme la médiocrité d’un homme. Et pourtant, rien ne lui manquait plus, à cet instant, que les doigts de sa femme sur ses épaules.          

code by bat'phanie

_________________
    did I ever tell you what the definition of insanity is ? insanity is doing the exact same fucking thing over and over again expecting shit to change. that. is. crazy. no, no, no, please « this time is gonna be different »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateurEn ligne

○ âge : 39 ans
○ statut : libre comme l'air, butine où le vent la mène
○ métier : Barmaid au Holster, le casino de Wellington. Elle gère également les filles du Hoster. et une des grosses têtes de la Meute
○ quartier : #16 (appartement) du côté de Center Bay
○ orientation sexuelle : Bisexuelle
○ posts : 62 ○ points : 270
○ avatar : zoé saldana la magnifique !
○ inscrit le : 05/09/2018
MessageSujet: Re: ♠ too far, neema   Jeu 11 Oct - 23:45


"Whenever I’m alone with you,
you make me feel like I am home again. "
☾ ☾ ☾
∾ with @Isaac Shelby

Elle l’avoue sans peine, l’Egyptienne n’est pas une sentimentale, mais elle n’est pas dépourvue de sentiments. C’est pour ça qu’elle a voulu prendre en charge les filles du casino. Neema, elle sait ce que c’est que de vendre son corps pour quelques billets. Sait mieux que personne ce que ça fait que d’être déshumanisée pour n’être plus qu’une marchandise qu’on jette après usage. Elle sait aussi que n’avoir personne sur qui compter dans les pires moments vous détruit à petit feu. C’est pour ça qu’elle veille au grain, qu’elle s’assure que ses filles aient une oreille en cas de besoin. L’égyptienne se fiche de passer pour un être faible aux yeux du mâle alpha. Après tout elle n’en pense pas moins de la gente masculine. Une paire de fesses ou de seins et les voilà à vos genoux… si vous leur promettez une partie de jambes en l’air, vous obtiendrez tout d’eux, sans le moindre effort. Une simulation d’orgasme et vous aurez un avantage certain ! Voilà comment elle pensait les choses et ça ne changerait pas. Isaac s’y prenait comme un manche, ça n’était pas nouveau. Bien sûr qu’il ne comprenait pas son amertume, il n’avait jamais compris en plus de vingt ans. Ca puait la jalousie à plein nez, elle ne pouvait pas se réjouir de cette nouvelle.

Seth la remet en place, lui rappelle ce qu’elle sait déjà par cœur. Au sein de ce groupe, elle n’est qu’une petite main qui exécute docilement les ordres. Pourtant à chaque fois ça écorche sa fierté et elle pourrait presque grogner de se faire rabrouer comme une gamine. « Je sais tout ça, j’ai jamais eu la prétention de vouloir prendre ce qui t’appartient ou même ta place… Tu me connais, jamais je ne trahirais, même si ma vie en dépendait ! » Elle juge bon de lui rappeler qu’elle est là depuis le début, elle… Et qu’elle n’a jamais fait faux bond à la meute. Fidèle au poste qu’elle est la petite, Neema est sincère, elle n’aura pas la prétention de se croire assez grande pour reprendre les rênes ou même passer au dessus de ses ordres. Elle le respecte trop pour ça, même si on pourrait penser qu’il ne fait que la rabaisser, il ne fait qu’affirmer son pouvoir. Marque son territoire en sortant les griffes pour rappeler qu’il est l’alpha. Ça l’agace, la fait tiquer, mais elle range bien vite les griffes dès lors qu’elle croise son regard. Il a cet effet là sur elle, toujours !

Elle aimerait le croire quand il lui affirme que personne ne risque rien, mais le doute l’assaille tant l’idée lui serait insupportable. Les espaces clos la rendent folle tout comme son calme face à ce désastre. La brune l’écoute, boit au passage une rasade de bière, même si elle en vient à se dire qu’un alcool plus fort lui ferait le plus grand bien ! « Tu connais mon opinion sur cette garce, t’en fais c’que tu veux ! » Six pieds sous terre, voilà où cette garce d’Alice devrait être. Il le savait, elle ne l’avait jamais eu dans ses bonnes grâces. Tout comme Ellie, au final toute femme pouvant graviter autour de lui finalement. Le dossier avait beau être vide comme il le prétendait, elle n’en restait pas moins sur la défensive. Elle ne dormait plus sur ses deux oreilles depuis trop longtemps pour baisser la garde, même s’il lui assurait la sécurité.

Savoir qu’il dort chez Josie la met mal à l’aise, Neema sait qu’entre les deux il y a ce petit truc bizarre. Une ambigüité qui laisse place à la jalousie au creux de ses reins. Ça l’agace profondément, mais elle ne voulait pas le braquer, surtout sans avoir de preuves. Elle préfère balancer ses cartes, espérant sûrement qu’il saisisse l’occasion si l’envie lui prend de quitter la coloc. « Bien, pour une fois qu’il se sert de sa tête et pas de sa queue ! » Celle-là, elle était franchement gratuite et teintée de sarcasme. Isaac ne savait rien, c’était mieux comme ça. Mieux pour tout le monde pour la paix des ménages ! La brune le regarde prendre place dans le canapé, elle a du mal à le quitter du regard même si ça la bouffe de constater qu’il est encore amoureux d’elle. Malgré la trahison, malgré les semaines en prison… cette vérité crève les yeux. Il ne ferait rien, ni aujourd’hui, ni demain, Neema le savait, ce bébé, cette fille. Autant éviter le sujet pour lui, comme pour elle !

« Tu veux quelque chose de plus fort ? J’ai un cognac vingt ans d’âge… un p’tit bijou ! Histoire de fêter ta sortie de taule ! » L’Egyptienne n’attend pas vraiment son approbation pour se lever. Si lui n’en veut pas, elle en a besoin pour apaiser le feu. Elle revient après avoir farfouiller dans l’un de ses placards. Elle ne sort pas ce genre de chose avec n’importe qui, uniquement pour les occasions qui en valent le coup. Et là, elle estime que c’est le cas. Elle revient près de son patron et se pose toute en finesse non loin. « Cadeau d’un de mes nombreux amants ! » Elle se sert un verre et le laisse prendre le sien s’il le souhaite. « Qu’est-ce que j’peux faire pour aider Seth ? Ca m’rend barge de me sentir impuissante ! » Elle a besoin d’agir, de contrôler les choses. Ca l’angoisse beaucoup trop de rester en retrait. « J’suis sûre que j’peux être utile. » D'une façon ou d'une autre ! Jambes ramenées vers elle, l'un de ses bras posé sur le haut du canapé, elle ramène le verre jusqu'à ses lèvres avant de laisser l'alcool lui brûler la gorge.


_________________
See anybody
COULD BE GOOD TO YOU
YOU NEED A BAD GIRL TO BLOW YOUR MIND

Revenir en haut Aller en bas

avatar

the big bad wolf
Voir le profil de l'utilisateur

○ âge : quarante trois balais (13/11)
○ statut : marié, il croyait pas aux secondes chances. pourtant elle est là, chaque matin.
○ métier : à la tête de la meute, planqué au holster, trafiquant de tout ce que tu veux, tant que t'as de la thune. viré de l'université, trop carcéral
○ quartier : south bay, un pinceau dans chaque poche, un clou entre les dents. une maison qu’ils retapent.
○ orientation sexuelle : à ton avis ? son machisme exprime une hétérosexualité revendiquée
○ informations en vrac : shelby, c’est pas le gendre idéal. son mariage était à la base animé par l’intérêt. ○ l’alcool et la clope font partie de ses vices : il a la descente facile et traîne une odeur de tabac froid. ○ difficile de lui trouver une parcelle de peau vierge de tatouages. ○ ancien camé, ça lui brûle parfois les doigts d’y regoûter. ○ la taule de darwin est sa deuxième maison. il ne compte plus les nuits qu’il y a passé. ○ c’est un type discret, pas très loquace et qui finira par te cracher dessus si t’es trop curieux. ○ bailey, progéniture inconnue, est le tic tac bruyant de l’explosion qui s’apprête à lui brûler la moustache. ○ son coeur fredonne l’hatikva depuis son plus jeune âge. papa et maman lui ont transmis leur religion. ○ il aime les bouquins, sa deux roues et surtout ses chiens : deux bergers allemands affublés des patronymes rémus et romulus. ○ diagnostiqué héboïdophrène, c’est une sorte de schizophrénie qu’il n’arrive même pas à prononcer. ○ de cette délicate attention de la nature en découle son caractère de merde : insubordonné, cyclothymique, paranoïaque, arrogant, ironique, impulsif, bagarreur, mégalomane, solitaire, macho et surtout, froid comme les glaçons dans ton slip.


now that i've lost everything to you, you say you want to start something new and it's breaking my heart you're leaving, baby i'm greaving.

can't stay at home, can't stay at school. old folks say « you poor little fool ». down the streets i'm the girl next door. i'm the fox you've been waiting for.
.

there's a road I'd like to tell you about, lives in my home town. lake shore drive the road is called and it'll take you up or down from rags on up to riches fifteen minutes you can fly.

mother told me, yes, she told me i'd meet girls like you. she also told me, « stay away, you'll never know what you'll catch ». just the other day i heard a soldier falling off some indonesian junk that's going round.

it's not time to make a change, just relax, take it easy. you're still young, that's your fault, there's so much you have to know.


○ posts : 741 ○ points : 1230
○ pseudo : buck
○ avatar : tom hardy
○ DC : corberó (bernthal)
○ inscrit le : 22/03/2018
MessageSujet: Re: ♠ too far, neema   Mer 17 Oct - 22:20


TOO FAR
let's face all our fears come out of the shade. let's burn all the money, absolve all the lies and wake up unscathed. the big picture's gone, replaced with visions of you. now life can begin, i've cleansed all my sins. i'm about to break through. (SOMETHING HUMAN)

Isaac remet l'égyptienne à sa place, sauvagement et sans ménagement. Comme si elle en avait besoin. C'était elle, la plus fidèle parmis toutes les âmes qui peuplaient le casino. C'était elle qui, depuis le début, tenait son poste avec la fermeté d'un limier. Neema avait posé avec Seth les premières pierres de l'édifice fait de poudre blanche et de corps déshumanisés. Elle avait traversé un océan, fuit sa famille sans jamais se retourner. Tout ça pour être réprimandée comme une foutue gamine. Il s'en rend à peine compte, le juif. Une petite voix au fond de son crâne, le timbre presque muet de l'inconscient, qui lui susurre d'être plus clément. Il a plus de raison de tourner autour d'elle, tu t'en occupes. Un droit consenti à demi-mots, il rend à Neema ce qui est à elle : la garde de ses filles, celles à qui elle appartenait encore il y a de ça des années. Ils avaient toujours fonctionnés comme ça et il n'y avait jamais eut de problème. Une femme, oui. Une sentimentale, parfois. Mais une méthode efficace et une louve coriace. Il a le compliment difficile, Shelby, l'ego pour rempart et la misogynie pour excuse.

Les minutes défilent et la brune sort les griffes. D'abord Alice. Le juif ne peut qu'acquiescer. Si elle avait eut la patience de porter son enfant, il rêvait tout de même de voir son visage se tordre d'ennui derrière les barreaux, même si c'était déjà chose faite. Une question lui traversa l'esprit : est-ce qu'elle savait, pour Bailey ? Avant de se faire coffrer, le loup avait tout balancé à son bras droit, lui avait livré ses plus insoupçonnables secrets, ceux-là même qu'il venait d'apprendre. Le crocodile en avait sans doute parlé à l'égyptienne, ou peut-être pas. Dans le doute, Shebly évita plutôt le sujet et le destin lui donna raison puisque Neema termina de défouler sa colère sur l'autre juif du duo. Elle avait raison, l'impulsivité guidait souvent les pas de Solal mais il ne put en entendre plus. Isaac poussa un long soupir, avala une grande gorgée de bière qui termina de vider la bouteille en verre tout en s'installant dans le canapé. L'égyptienne le dévisage dans le plus grand des silence, des mots perdus sur les lèvres. Mots qu'elle taira finalement, préférant garder une énième bataille pour la prochaine fois qu'elle voudra lui crever les yeux. Elle se lève finalement, la proposition qui flotte encore dans l'air. Je prends. Tu m'sors toujours des alcools à couper l'sifflet. Elle avait du goût, Neema, et elle ramenait probablement avec elle des bouteilles qu'elle commandait au Holster. C'est elle qui gérait les arrivages et les alcools servis. Pas un retour négatif en vingt d'existence : le casino était réputé pour son bar, aussi pour sa barmaid.

Elle revient, deux verres coincés entre ses doigts, une bouteille dans l'autre main. Son corps élégant qui vient s'asseoir près de lui, son parfum suave qui embaume ses poumons. Nombreux ? Tant que ça ? La vie sexuelle de la brune ne l'avait jamais vraiment intéressé mais qu'elle lui avoue partager de nombreux draps, ça le contrarie plus que ça ne l'étonne. Son front qui se plisse, il aurait préféré ne jamais en être informé. Il imite la brune, se sert un verre lui aussi et affale son dos contre le dossier du canapé. Un genou plié, il s'est légèrement tourné vers elle, lui aussi laissant son bras s'échouer sur le haut du canapé, près de celui de Neema. C'que tu peux faire pour moi ? Il répète ses mots, mécanique, puis avale une première gorgée. Une grimace impressionnée, il hoche la tête en signe d'approbation : ce cognac était excellent, pas une surprise venant d'elle. Accélérer le rythme de tes filles, faut qu'j'éponge la caution, ça m'a coûté un bras. Les pupilles au fond de son verre, il y fait tourner la liqueur, doucement. Loin d'être endetté ou en quelconque manque financier, l'argent faisait tout de même partie de ses préoccupations première à toutes heures du jour et de la nuit : toujours plus. Pas de sentiment pour ces âmes en peine qui verront le corps utilisés plus de fois, plus longtemps. Il ne voit en elles qu'une machine à fric. Et en plus faut que j'm'achète un autre chien pour tenir compagnie à Remus. Romulus est mort. Il balance ça comme une pierre dans un lac, noie sa tristesse dans une deuxième longue gorgée. Parce que même s'il se force à ne rien laisser paraître, son coeur saigne de cette perte : ses chiens, c'était une grosse partie de sa vie qui s'effrite. Et s'il avance l'argument de tenir compagnie à l'autre berger allemand, c'était aussi, au final, pour lui tenir compagnie à lui-même.       

code by bat'phanie

_________________
    did I ever tell you what the definition of insanity is ? insanity is doing the exact same fucking thing over and over again expecting shit to change. that. is. crazy. no, no, no, please « this time is gonna be different »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ♠ too far, neema   

Revenir en haut Aller en bas
 

♠ too far, neema

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Neema.
» Neema (Le Roi Lion) [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Bay ::  :: center bay :: logements-